Navigation – Plan du site
Alejandro M. Rabinovich

La société guerrière. Pratiques, discours et valeurs militaires au Rio de la Plata 1806-1852

Thèse de doctorat en Histoire et Civilisations dirigée par Juan Carlos Garavaglia et soutenue à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, le 19 janvier 2010 devant le jury composé de :
Stéphane Audoin-Rouzeau, Directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales ;
Pilar González Bernaldo, Professeur à l’Université Paris 7 ;
Luc Capdevila, Professeur à l’Université de Rennes 2
Jean Piel, Professeur émérite à l'Université Paris 7.
The Warrior Society. Practices, discourses and military values in the Rio de la Plata, 1806-1852
[22/03/2010]

Résumés

À partir de la crise de l’ordre colonial, et durant plus d’un demi-siècle, au Rio de la Plata la guerre fit rage de manière permanente. Tout au long de cette période d’instabilité politique profonde, la guerre était placée au centre de la vie sociale et la population locale était massivement mobilisée. L’État central s’écroula sous le poids des guerres intestines et l’immense territoire se fragmenta en un certain nombre d’entités belligérantes. Cette thèse analyse les conditions sociales de cet état de guerre totale et persistante. Elle aborde premièrement l’évolution des valeurs, des pratiques et des discours sociaux pour passer ensuite à l’étude des forces de guerre elles-mêmes. On découvre ainsi le mode de fonctionnement d’une véritable société en armes où les unités de ligne coexistaient avec une foule de forces militaires intermittentes dont les pratiques de guerre étaient l’expression d’un mode de vie. L’identification des dynamiques propres à cette « société guerrière » permet de comprendre jusqu’à quel point ses éléments constitutifs reproduisaient et propageaient l’état de guerre lui-même.

Haut de page

Texte intégral

Introduction générale

1La guerre en tant que phénomène social constitue l’objet principal du présent travail de recherche. Telle qu’elle est entendue ici, la guerre ne se limite nullement à la lutte entre États, à l’action des armées, au métier du militaire ou à la succession stratégique des combats. La guerre est un état de la société dans son ensemble. L’état de guerre a donc la potentialité de conditionner tous les aspects de la vie sociale.

  • 1 Au sujet de la définition de l’objet « guerre » et des débats qu’elle éveille, voir G. Bouthoul, Tr (...)

2La guerre est un choc de forces1. Elle est, plus précisément, l’état d’un ensemble humain où le choc – la lutte armée, le combat, l’affrontement radical – est devenu la modalité prédominante du rapport entre les forces internes et/ou externes. C’est pourquoi l’opposition guerrière la plus visible – celle des armées sur le champ de bataille – va rarement sans être accompagnée d’une prolifération des affrontements à tous les niveaux. Au-delà d’un certain seuil d’intensité, la guerre militaire se répercute dans des violences politiques, économiques et sociales ; le duel mené par les bataillons est mimé par celui des citoyens dans les rues, des producteurs dans les champs, des militants dans la place.

  • 2 Les anthropologues parlent de « société guerrière » pour désigner des groupes qui, à l’intérieur d’ (...)

3Lorsque l’état de guerre devient permanent ; lorsqu’il constitue, en fait, l’état normal de la vie sociale, on parlera de l’établissement d’une société guerrière. Dans une telle société la confrontation armée est placée au centre des valeurs et des pratiques sociales. Non seulement cette société fait la guerre, mais elle a tendance à organiser militairement la production de biens et l’éducation des enfants ; à résoudre les conflits politiques et personnels à coups de sabre ; à générer un État tout martial. La société guerrière reproduit et perpétue, de par sa dynamique interne, l’état de guerre lui-même. Être-pour-la-guerre, elle fabrique le conflit et l’entretient à main armée2.

4Notre hypothèse première dit que la société du Rio de la Plata fonctionna, dans la période qui s’écoula entre 1806 et 1852, comme une société guerrière. Entre deux époques relativement pacifiques, trois générations y vécurent sous le signe du plus sanglant conflit. La crise de l’ordre colonial en Amérique hispanique – conséquence directe de la Révolution française et des guerres de l’Empire – plongea toute la région dans un temps d’instabilité et d’effervescence extrêmes. Loin de s’achever avec l’indépendance des nouvelles républiques sud-américaines, la réinstauration d’un ordre durable et légitime demanda des décennies d’efforts par tâtonnements. Ce long processus fut constitué de contradictions, de sacrifices et d’impasses. Dans ces impasses, la guerre proliféra avec une puissance extraordinaire.

  • 3 Le cas de la Nouvelle Grenade constitue un autre exemple de bouleversement persistant dans la même (...)

5De toutes les régions du nouveau continent affectées par la guerre de la crise révolutionnaire, peut-être nulle autre ne le fut de manière aussi persistante et profonde que celle du Rio de la Plata3. Et pourtant, aucun observateur contemporain n’aurait pu déceler, en examinant de près les dernières années de la société coloniale locale, l’enthousiasme guerrier dont elle allait bientôt faire preuve. En effet, vers le début du XIXe siècle le Rio de la Plata colonial était très pauvrement armé ; sa population masculine manifestait une grande aversion pour le service militaire ; les militaires de carrière, tout comme la société dans son ensemble, manquaient notablement d’expérience guerrière.

6Or, voilà que dans le cadre de la conflagration européenne le Rio de la Plata subit, contre toute attente, une double invasion britannique, en 1806 et en 1807. La conquête de la capitale par une poignée d’envahisseurs frappa la population locale comme un coup de foudre. Bouleversée, elle se souleva contre l’occupant ; elle s’organisa militairement afin de le chasser ; elle plongea dans une militarisation totale qui n’avait guère de précédents. Lorsque l’insurrection contre les autorités coloniales arriva, en 1810, et qu’une guerre d’indépendance à l’échelle continentale prit forme, la transformation en société guerrière fut encore approfondie et étendue à la totalité du territoire. La mobilisation de la population locale fut massive. Toutes les ressources disponibles furent consacrées à l’effort guerrier.

7La Première Partie de cette thèse (Chapitres 1-3) aborde donc le problème de l’installation d’une société guerrière au Rio de la Plata, puis celui de sa longue évolution – un demi-siècle durant – jusqu’au moment où les premiers signes de son démantèlement prochain commencent à être décelés. Les Chapitres 1 et 2 consacrent une attention particulière à l’adaptation sociale requise pour l’incorporation initiale de la guerre. Sur ce sujet, l’enseignement offert par les sources est troublant : la guerre était certes arrivée par surprise sur les côtes sud-américaines, portée par les baïonnettes britanniques, sans laisser guère le choix ; mais à partir de ce moment inaugural, la guerre semble être activement adoptée et consciemment promue par les élites révolutionnaires, avec un soutien populaire très important.

8Un certain nombre de dispositifs, essentiels au fonctionnement de la société guerrière, furent expressément conçus et systématiquement mis en place. Un nouveau modèle d’homme incarnant les vertus guerrières fut collectivement élaboré et appliqué. Combinant les levées en masse à l’encadrement milicien le plus complet, l’énorme majorité de la population masculine adulte prit part d’une manière ou d’une autre aux opérations militaires. L’installation durable de la guerre ne se présente donc pas simplement comme l’effet d’un cataclysme d’origine externe : elle paraît être le résultat d’une entreprise collective entamée à bon escient par la population locale.

9Le projet révolutionnaire initial était cependant riche de contrepoids, de mécanismes de sûreté et d’auto-limitations censés garder le phénomène guerrier sous le contrôle direct de l’État. L’échec de cette tentative modérée fut total. Très vite, la militarisation régulière fut complètement débordée par une mobilisation de base qui comportait des nombreux éléments ascendants et irréguliers. Il en surgit un foisonnement impressionnant de groupes armés très différents. Des armées de ligne, certes. Mais aussi des milices de toutes sortes, des guérillas paysannes, des corps francs, des unités de guerre indiennes, mixtes, métisses. Ces forces faisaient la guerre d’après leurs propres méthodes, temps et intérêts. Parfois convergeaient-elles toutes dans un point précis du conflit ; le lendemain suivaient-elles peut-être des chemins divergents. De l’action disparate mais cumulative de ces forces découlaient une crise de l’ordre politique et social, un dérèglement sévère de la structure économique et un niveau inédit de violence générale.

10L’embryon d’État centraliste mis en place par les premiers révolutionnaires s’écroula sous le poids de l’escalade militaire, de la fermentation politique et de ses propres contradictions. Un processus remarquable de fragmentation politico-territoriale fut alors enclenché ; de nombreuses entités indépendantes et parfois éphémères – des provinces, des républiques, des confédérations – virent le jour sur d’anciennes ou de nouvelles bases : elles se réservaient toutes le droit de guerre et en usaient entre elles à profusion. La société guerrière entra alors dans sa phase de maturité : désormais elle se suffisait à elle-même pour propager la guerre d’après une dynamique qui semblait être reproductible à perpétuité.

11Durant le long demi-siècle qui s’étend entre la Révolution de Mai (1810) et le début de la période dite « de l’organisation nationale » (années 1850-1880), le Rio de la Plata se présente donc comme un espace de guerre permanente. Les noms propres des conflagrations retenues par l’historiographie traditionnelle – la Guerre de l’Indépendance, les Guerres Civiles, la Guerre du Brésil – expriment mal le caractère d’un état de guerre généralisé et multiforme, composé d’un enchevêtrement de conflits, campagnes militaires et luttes politiques impossibles à démêler. Sous l’enchaînement tourbillonnant et apparemment chaotique d’actions militaires, se cache pourtant l’action d’un certain nombre de mécanismes de contagion, de surenchère et de propagation de la guerre qui sont au cœur du fonctionnement de la société guerrière ; le Chapitre 3 de ce travail s’adonnera à leur examen, afin de commencer à comprendre leur influence et leur logique de fonctionnement.

12Au sujet du Rio de la Plata post-révolutionnaire, les catégories conceptuelles tranchées, nettes et renvoyant à une idée quelconque d’ordre stable ne sont pas opérationnelles. On a souvent mis en cause la portée politique et sociale de la Révolution de Mai (1810), même son caractère révolutionnaire tout court. On peut dire avec assurance ceci : le temps et l’espace que les contemporains vivaient, eux, étaient bel et bien révolutionnés, sinon par la Révolution, tout au moins par la guerre. Ils habitaient un monde dangereux, tourbillonnant, provisoire. Ils habitaient un monde où l’ordre disponible était soit trop ancré dans le passé, soit trop fondé sur le futur : il ne s’ajustait jamais au présent trop rapide, trop violent, trop agité de passions fulgurantes. Il s’agissait là d’une réalité faite de métissages multiples, de mutations diverses et abruptes, de sujets historiques qui semblaient surgir impétueusement puis s’éclipser en un instant.

  • 4 Dans ce travail on ne considère que la guerre terrestre. La marine était dans les conflits du Rio d (...)

13L’analyse historique doit adapter ses outils conceptuels en conséquence. Dans le cas des acteurs des guerres du Rio de la Plata, la situation devient particulièrement complexe. En dehors des courtes périodes où les partis en dispute, dans un effort de régulariser le conflit – et au prix de sacrifices inouïs – s’adonnèrent à la formation d’armées de ligne d’après le modèle européen prédominant à l’époque, la guerre y fut l’affaire d’une multiplicité hétérogène de groupes armés difficilement classables d’après les catégories normales de la terminologie militaire. On y trouve des troupes indiennes appartenant à des sociétés indigènes indépendantes, des guérillas indiennes avec des cadres métis, des unités tactiques pluriethniques, des milices disciplinées, des milices urbaines, des milices révoltées opérant comme des unités indépendantes, des paysans armés spontanément, des corsaires de terre, des brigands, des mercenaires : la liste pourrait s’étendre à volonté jusqu’à remplir des pages4.

  • 5 Le terme « force de guerre » est nécessaire en tant que catégorie la plus large dans la classificat (...)

14On avance le concept central de force de guerre pour englober la totalité de ces groupes armés générés par la société guerrière5. Il désigne donc aussi bien les armées de ligne défendant l’ordre que les milices révoltées contre le gouvernement ; les bandes de guerriers indiens ravageant la campagne que les unités de frontière les poursuivant. Les forces de guerre dans son ensemble – et non pas seulement les armées permanentes et professionnelles – étaient le sujet principal du phénomène guerrier. Tel qu’elles sont entendues ici, elles n’apparaissent nullement comme des simples unités militaires : elles constituent l’expression armée de la société. L’immense et multiforme tâche de leur formation compose l’objet de la Deuxième Partie de ce travail (Chapitres 4-7).

15Les forces de guerre étaient des entités collectives. Elles impliquaient la mobilisation d’un grand nombre d’hommes qui devaient être incorporés d’une manière ou d’une autre. Par engagement volontaire, recrutement forcé, cooptation sociale ou mobilisation temporaire, les forces de guerre devaient réussir à arracher une partie considérable de la population masculine et adulte à son foyer, à ses travaux, à ses villes et campagnes. Ces hommes devaient par la suite être soudés et consolidés dans un ensemble organique et cohésif capable de faire la guerre sur une grande échelle. Cette œuvre à la fois délicate et brutale était accomplie au moyen d’une panoplie très large de techniques sociales, depuis l’entraînement disciplinaire jusqu’au tissage de réseaux d’influence et de réciprocité interpersonnelle.

16Or, étant donné la variété extrême des forces de guerre considérées, les chapitres qui abordent cette question de la formation des forces de guerre devront faire face à une abondance prodigieuse de représentations, de pratiques et d’expériences guerrières différentes. Comment organiser analytiquement ce monde bariolé et changeant ? Traditionnellement, les études militaires procèdent par la distinction systématique des forces régulières et irrégulières. Or, lorsqu’on considère les plus parfaites armées de ligne du Rio de la Plata – on songe tout de suite à l’Armée des Andes –, que les observateurs étrangers se plaisaient à comparer avec les unités européennes contemporaines, il suffit d’un regard attentif pour trouver d’abord les nuances, puis les divergences profondes qui faisaient de leur « régularité » un idéal – une tendance vers un modèle – plutôt qu’une réalité.

17Ces armées de ligne nées de la révolution étaient profondément politisées. Elles étaient internement divisées en des factions à l’opposition farouche. Leurs soldats s’insurgeaient contre leurs officiers, leurs officiers contre leur commandant, leur commandant contre le gouvernement. Elles se fragmentaient, se révoltaient, poursuivaient une existence indépendante, offraient leurs services à des États étrangers. Leurs combattants étaient censés être des soldats de métier alors qu’ils avaient été forcés de prendre les armes, qu’ils ne touchaient que rarement leur solde et que les termes de leur contrat d’enrôlement n’étaient pas respectés. Leurs bataillons étaient censés être réguliers alors qu’ils vivaient du pays, faisaient la guerre de guérillas et se comportaient souvent comme la milice privée du colonel. Enfin ces forces de ligne menaient leurs campagnes dans la plus complète promiscuité avec toute une foule de miliciens, auxiliaires, Indiens, soldats de fortune, mercenaires, vivandières, marchands, voleurs de grand chemin…

18Et quant aux « forces irrégulières », quel foisonnement de vie guerrière, quelle capacité d’adaptation, quelle richesse culturelles se cachaient sous cette catégorie péjorative ! Ne comprendre cet univers de forces de guerre qu’à partir de leur irrégularité, c’est rater l’opportunité de saisir sur le vif des modes de vie disparus, alors qu’ils jouaient leur survie même sur le champ de bataille. L’adoption de pratiques régulières et irrégulières, en outre, ne constituait souvent qu’un choix tactique et contingent. Même les plus « irrégulières » des forces révèlent une constitution complexe lorsqu’étudiées en profondeur : elles étaient souvent commandées par des militaires de métier, comportaient des soldats de ligne, s’organisaient d’après la hiérarchie militaire, répondaient à un gouvernement légitime...

19Où donc tracer les lignes de partage ? Comment rendre compte de la richesse du phénomène guerrier qui nous occupe sans le plonger ni dans l’indéterminé ni dans de fausses dichotomies ? Ce travail propose d’organiser l’analyse d’après les modes de fonctionnement eux-mêmes plutôt qu’à partir des sujets sociaux concernés. Ses objets d’étude seront ainsi les différentes manières d’incorporer les hommes aux forces, de les mobiliser, de les former ; les différentes façons d’opérer sur le terrain, de se déployer, d’agir sur la population et sur l’ennemi ; enfin les diverses pratiques de combat, les tactiques, les expériences sous le feu. Un ensemble complexe de pratiques, plutôt que l’armée, la milice où la montonera en elles-mêmes. Un continuum de modes de fonctionnement divers et variables, qui pouvaient éventuellement être adoptés par toutes les forces de guerre dans de circonstances données.

20La ligne directrice des chapitres de la Deuxième Partie est l’étude du type de cohésion dont les unités étaient dotées d’après les pratiques de mobilisation et de consolidation appliquées. La Troisième Partie de ce travail (Chapitres 8-9) analyse plutôt l’évolution de cette cohésion militaire une fois que les forces de guerre étaient confrontées à l’épreuve de la campagne, puis du combat. Nulle part ailleurs, l’examen des sources ne nous dévoilera une réalité quotidienne plus contrastante avec l’image que l’on se fait couramment de la guerre et du militaire.

21Loin des grandes marches stratégiques dictées par le génie du commandant, ce que l’on retrouve sur le terrain est une lutte journalière pour la survie de la force collective. Une lutte moins contre l’ennemi que contre la désertion, contre la faim, contre les rigueurs du climat et les maladies des chevaux, contre le manque de ressources et l’hostilité de la population. L’identification des facteurs qui affectent alors la cohésion des unités nous permettra de mieux comprendre les pratiques utilisées par les forces de guerre ; pratiques où l’art militaire proprement dit cédait progressivement la place à l’adaptation au terrain, la mobilisation des ressources locales et la guerre de guérilla.

22L’un des objectifs principaux de ce travail est de contribuer à récupérer pour les sciences sociales la bataille en tant que fait social. L’étude extensive des expériences individuelles de combat, de l’usage pratique des armes et de l’évolution de la cohésion collective au cours de la lutte nous permet de générer une topologie du champ de bataille, de déterminer les points de rupture de chaque unité, les seuils de tolérance de la troupe, les valeurs et les représentations qui déterminaient les comportements. Lorsque l’heure de la bataille arrivait, tous les efforts de transformation de la société, toutes les pratiques de recrutement, toutes les innombrables heures d’entraînement et les ahurissantes dépenses de guerre étaient finalement mis à l’épreuve. Une force de guerre donnée était-elle oui ou non capable de remporter la victoire ? Le combat ne décidait pas seulement de la supériorité d’un modèle d’organisation militaire : c’étaient des modes différents de production économique, de structuration hiérarchique et d’agrégation sociale qui se rencontraient dans un affrontement sanglant.

Table des matières

23Remerciements

24Sommaire

25Introduction générale

26Liste des abréviations

27Glossaire

28Chapitre Liminaire : Militarisation coloniale

29Le système défensif en Amérique hispanique

30La vice-royauté des Provinces du Rio de la Plata

31Indiens, garnisons et société de frontière

32PREMIERE PARTIE : UNE SOCIETE GUERRIERE

33Introduction

34CHAPITRE 1 : TRANSFORMATION

351.1 Une société pacifique 

361.2 « Grande est la haine des gens de Buenos Aires envers la milice »

371.3 Invasion

381.4 La ville en armes

39CHAPITRE 2 : REVOLUTION

402.1 Des Invasions à la Révolution

412.2 Naître soldat

422.3 Militarisation totale

432.4 Les fils de la guerre

442.5 Les femmes dans la guerre : les femmes de guerre

45CHAPITRE 3 : FRAGMENTATION

463.1 De la révolution à la fragmentation

473.2 Microphysique de la violence

483.3 « Cette maudite propension à la lutte

493.4 Crise de l’État, contagion et surenchère

50Epilogue : De la fragmentation à l’organisation nationale

51DEUXIEME PARTIE : LES FORCES DE GUERRE

52Introduction

53CHAPITRE 4 : MOBILISATION : PERMANENTE

544.1 Le professionnel de la guerre : l’officier

554.2 Le recrutement du soldat

564.3 La capture policière : le recrutement forcé

57CHAPITRE 5 : MOBILISATION : INTERMITTENTE

585.1 Un monde de miliciens

595.2 La formation des forces irrégulières

605.3 Le rassemblement de la montonera : la réunion

61CHAPITRE 6 : CONSOLIDATION : LE CORPS ARMÉ

626.1 Le rapport aux armes dans la société guerrière

636.2 Du feu et du choc

646.3 Le « centaurisme militaire »

656.4 Les armes des désarmés

66CHAPITRE 7 : CONSOLIDATION : LE CORPS COLLECTIF

677.1 De la discipline à l’esprit de corps

687.2 Discipliner le combat

697.3 Cohésion militaire, cohésion sociale

70TROSIEME PARTIE : LE COMBAT

71Introduction

72CHAPITRE 8 : LES FORCES DE GUERRE EN CAMPAGNE

738.1 Évolution de la masse militaire

748.2 L’influence de l’ennemi

758.3 La guerre de montoneras

768.4 Le défi des forces irrégulières

77CHAPITRE 9 : L’HEURE DE LA BATAILLE

789.1 Considérations méthodologiques : des échecs au social

799.2 La bataillon sous le feu

809.3 La charge de cavalerie

819.4 L’encerclement et la mêlée

829.5 En manière de bilan : le problème de la victoire

83Conclusions générales

84Postface

85Annexe

86Sources et Bibliographie

87Table des matières

Haut de page

Notes

1 Au sujet de la définition de l’objet « guerre » et des débats qu’elle éveille, voir G. Bouthoul, Traité de Polémologie, 1991, p. 25-37.

2 Les anthropologues parlent de « société guerrière » pour désigner des groupes qui, à l’intérieur d’une société donnée, font de la guerre leur raison d’être. De même, toujours à l’intérieur d’une société donnée, les sociologues parlent de « société militaire » en référence au monde institutionnel des Armées par opposition à la société civile. La société guerrière telle que nous l’étudions comprend des « sociétés guerrières » dans le sens anthropologique et une société militaire dans le sens sociologique du terme, mais elle ne se limite pas au monde des guerriers ni à celui des militaires. Il s’agit d’un concept qui rend compte de la société dans sa totalité. Pour le premier usage du terme, voir notamment B. Hassrick, Les Sioux. Vie et coutumes d'une société guerrière, 1993 ; R.E. Gregson, “The Influence of the Horse on Indian Cultures of Lowland South America”, Ethnohistory, vol.16, n°1, 1969, pp.33-50 ; I. Lebedynsky, Les Cosaques. Une société guerrière entre libertés et pouvoirs. Ukraine 1490-1790, 2004. Cf. P. Clastres, Archéologie de la violence, 1999, p.83. Pour son usage sociologique, voir F. Gresle, « La "société militaire": Son devenir à la lumière de la professionnalisation », Revue Française de Sociologie, vol.44, n°4, 2003, pp.777-798.

3 Le cas de la Nouvelle Grenade constitue un autre exemple de bouleversement persistant dans la même mesure que celui du Rio de la Plata.

4 Dans ce travail on ne considère que la guerre terrestre. La marine était dans les conflits du Rio de la Plata une arme secondaire, parfois même inexistante. Elle mériterait en tout cas une étude spécifique.

5 Le terme « force de guerre » est nécessaire en tant que catégorie la plus large dans la classification des groupements armés. Les termes plus courants de « forces armées », ou « armées » tout court, sont en langue française trop fortement liés au modèle militaire régulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alejandro M. Rabinovich, « La société guerrière. Pratiques, discours et valeurs militaires au Rio de la Plata 1806-1852 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 22 mars 2010, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/59181 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59181

Haut de page

Auteur

Alejandro M. Rabinovich

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page