Navigation – Plan du site
Débats | 2010
Patrie(s) et nation(s) dans l'Amérique des Habsbourgs – coord. Bernard Lavallé
Bernard Lavallé

Patrie(s) et nation(s) dans l’Amérique des Habsbourgs

présentation
[23/03/2010]

Texte intégral

1Dans les sociétés d’Ancien régime, les termes Patrie et de Nation avaient des sens sur certains points essentiels fort éloignés de ceux qu’ils ont pris dans nos pays, surtout à partir de la Révolution française puis des crises suscitées au siècle suivant par l’affirmation culturelle et les aspirations politiques des nationalités dans un certain nombre de pays européens.

2Les textes ici rassemblés sont le produit d’une réflexion née originellement de la collaboration du Centre de Recherche sur l’Espagne des XVI° et XVII° siècles (LECEMO) et du Centre de Recherche sur l’Amérique Espagnole Coloniale (CRAEC) deux équipes de l’université de la Sorbonne nouvelle-Paris III. Le dossier que nous présentons recueille la partie de ce travail collectif consacrée à l’Amérique. Etant donné l’intérêt et la variété des approches proposées par ses contributeurs, il nous a semblé intéressant de le présenter sous la forme d’un dossier thématique et de le soumettre à Nuevo Mundo mundos nuevos, afin de lui donner une plus grande publicité et de susciter le débat autour des questions qu’elles abordent.La partie européenne de l’empire des Habsbourg posait déjà à elle seule les questions qui avaient suscité cette réflexion: une Espagne composée de plusieurs royaumes chacun longuement ancré dans l’Histoire, aux traits culturels très marqués, et qui pour certains n’étaient réunis sous une même couronne que depuis l’accession au trône du fondateur de la dynastie ; des territoires dans diverses parties de l’Europe qui n’acceptaient pas sans rechigner une tutelle considérée comme étrangère (Italie) et n’allaient pas tarder à entrer en guerre contre celle-ci (Flandres) ; une annexion déguisée, celle du Portugal en 1580, qui posait en termes nouveaux une forme inédite d’union ibérique ; les crises portugaise et catalane de 1640, leur signification et leur portée ; les réponses, variées et parfois contradictoires, des diverses composantes de cet empire, en particulier hors de la Péninsule, à l’hégémonie politique, religieuse, mais aussi culturelle, du centre ; enfin leurs réactions et leurs interrogations quant à leur propre identité et à leur devenir devant une décadence espagnole  aux multiples visages, dont la réalité s’imposait à tous de manière de plus en plus visible et concrète au fur et à mesure qu’avançait la seconde moitié du XVII° siècle.

3L’éloignement des parties américaines de l’empire n’eut pas pour effet d’y effacer certains de ces questionnements que l’on retrouve parfois sous des formes et avec une vivacité inattendues. De toute façon, la colonialité de leur situation en fit surgir d’autres : le fait que les provinces américaines soient officiellement des royaumes, en principe autonomes et seulement rattachés à la Couronne par le lien personnel avec le souverain – ce qui a pu faire dire que las Indias no eran colonias, comme le proclamait un ouvrage célèbre en son temps – alors que dans la réalité des pratiques politiques et économiques il en allait tout autrement ; l’apparition entre les deux rameaux de la famille espagnole (celui de la Péninsule et celui d’Amérique) de tensions, de rancoeurs, de rivalités, de mises en cause, et, parmi la seconde, d’un processus identitaire complexe, sur certains points contradictoire, mais bien réel et hautement affirmé, qui impliquait à la fois le lien avec la terre américaine et l’origine espagnole.

4Enfin, différence elle aussi essentielle par rapport à l’Europe, les Indes occidentales comptaient en leur sein des populations certes différentes, mais surtout inscrites dans une relation sociale par rapport aux Espagnols qui n’avait d’équivalent dans aucun autre partie de l’empire : la servitude, l’effondrement de leur monde à la suite de la Conquête et du nouveau système qui se mit en place ; pour certains (les métis) le double rejet dont ils furent dès l’origine victimes ; la négation même de toute une partie de leur humanité dans la cas des esclaves d’origine africaine qui ne tardèrent à constituer un élément certes numériquement minoritaire mais à tous égards indispensable dans le fonctionnement de la société. Ces vaincus de la Conquête, pour dominés et écrasés qu’ils aient été, n’en ont pas moins réagi, par des comportements plus que par des constructions idéologiques, et dans le cadre de notre réflexion il nous fallait aussi voir quel avait été de fait leur positionnement.

5Quelques articles ne pouvaient à eux seuls avoir la prétention d’apporter toutes les réponses. Au moins auront-ils le mérite sur ces différentes composantes de l’empire, telle était l’intention des auteurs, d’ouvrir le débat et de susciter les questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Patrie(s) et nation(s) dans l’Amérique des Habsbourgs », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 23 mars 2010, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/59291

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page