Navigation – Plan du site
Débats | 2010
Patrie(s) et nation(s) dans l'Amérique des Habsbourgs – coord. Bernard Lavallé
Jean-Pierre Tardieu

La résistance des esclaves musulmans dans l’Amérique des Habsbourgs : naissance et développement d’un mythe

[23/03/2010]

Résumés

La réduction d’un musulman libre à la condition servile n’était point admise par l’Islam. Or de nombreux africains réduits à l’esclavage par les Portugais au XVe siècle appartenaient à des ethnies déjà islamisées, de sorte que les “jolofes” et les “mandingas” n’étaient pas rares à Séville où ils faisaient montre de leur insoumission.Cette même résistance se manifesta d’une façon plus violente dans le Nouveau Monde où les conditions de l’esclavage empirèrent. Dès les débuts du XVIe siècle les “jolofes” suscitèrent de graves soulèvements qui menaçaient l’existence de la société coloniale naissante. D’où les interdictions formulées par les cédules royales de transférer outre-mer des esclaves musulmans, quelle que fût leur origine. Mais la traite rendait difficile l’application de ces textes, et, avec le temps, le comportement rétif du “mandinga” fut considéré comme une manifestation diabolique, vision que recueillit la tradition littéraire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Selon Antonio de Herrera, les Rois Catholiques, dans les premiers temps du gouvernement de Nicolás (...)

1En théorie les négriers ne pouvaient transférer dans les territoires castillans du Nouveau Monde que des esclaves baptisés, selon les textes administratifs qui régissaient leur commerce1. Si dans un premier temps les normes furent respectées, avec un simulacre de sacrement dans les ports d’embarquement –Loanda par exemple-, une fois terminé le monopole portugais, cette coutume hypocrite fut abandonnée. Les bossales arrivaient en Amérique sans la moindre connaissance de la religion catholique, ciment de l’empire ultramarin.

  • 2  Le Coran ne supprima pas l’esclavage qui existait avant l’apparition de l’Islam. Cependant il tent (...)
  • 3  Voir la rubrique <<‘ABD>> de R. Brunschwig dans : Encyclopédie de l’Islam. Nouvelle édition, t. 1, (...)

2Or les noirs appartenant à des régions islamisées réagirent contre un statut qui ne s’accordait pas avec leur foi. Certes le Coran admettait l’esclavage, recommandant toutefois que l’on traitât convenablement ses victimes2. Mais, d’après le droit musulman, il n’y avait que deux causes légitimes : la naissance dans l’esclavage (la loi du ventre, avec quelques exceptions) ou la capture en guerre. Le second cas ne s’appliquait pas aux musulmans, car, si les esclaves pouvaient rester dans leur état après s’être convertis, la réduction d’un musulman libre à la condition servile n’était point admise3.

3De plus l’existence des esclaves musulmans dans les premiers moulins à sucre de l’île Hispaniola n’avait rien à voir avec celle que connurent auparavant certains de leurs congénères dans la péninsule ibérique, où cependant ils manifestaient déjà leur désaccord. Ils prirent la tête de soulèvements dans plusieurs endroits des Indes occidentales avec une détermination qui laissa une trace indélébile dans les mentalités.

1-Antécédents historiques

1-1-L’islamisation de la “Guinée”

  • 4  Gomes Eanes de Zurara, Cronica do descobrimento e conquista da Guiné, ed. de José de Bragança, Liv (...)

4Comme on le sait, l’un des prétextes de l’entreprise portugaise le long des côtes africaines fut de trouver un chemin afin de porter secours au mythique Prêtre Jean, souverain chrétien d’un pays pris en tenaille par l’Islam. La recherche de son royaume légendaire est à situer dans le contexte de la lutte contre le mahométisme à l’intérieur même de la péninsule ibérique. Sur les côtes africaines, les premiers contacts eurent lieu avec des villages plus ou moins soumis à cette religion, d’où le manque de scrupule des expéditionnaires à piller les hameaux et à s’emparer de leurs habitants, considérés comme des ennemis virtuels. Il suffit de lire la Crónica da Guiné (1453) de Gomes Eanes de Zurara pour s’en assurer4. La réduction à l’esclavage, souligne l’auteur, offrait le salut aux victimes de ces rapts, en majorité maures. Cela dit, il ne s’attarde guère sur leurs coutumes, de sorte qu’il convient de faire appel à un autre chroniqueur contemporain, Alvise Ca’ da Mosto (1455-1456), témoin oculaire, pour en savoir plus, surtout au sujet de l’Islam pratiqué par les noirs dont les terres avoisinaient les territoires des Maures :

  • 5 Voyages en Afrique noire d’Alvise Ca’ da Mosto (1455 & 1456). Relations traduites de l’italien et p (...)

Ces premiers Noirs observent la religion mahométane, mais elle n’est pas très affermie comme chez les Maures blancs, et particulièrement chez les petites gens qui vivent sans religion. Les seigneurs s’en tiennent à cette croyance parce qu’ils ont constamment à leurs côtés des prêtres azenègues ou bien quelque prêtre arabe, car il s’en trouve quelques-uns. Ces derniers les instruisent dans la foi mahométane et les persuadent qu’il serait fort malséant d’être seigneur et de vivre sans connaître les lois et commandements de Dieu comme le fait le peuple. Pour n’avoir jamais pratiqué que ces prêtres et ces Arabes, ces seigneurs se sont laissé convertir à la religion musulmane5.

  • 6  Ibrahim Baba Kaké, Histoire générale de l’Afrique, vol. 8 L’ère des grands empires, Paris : ABC., (...)

5En 1360 se forma la confédération de Jolof dont le souverain, Njajaan Njaay, étendit son pouvoir à la région située entre le fleuve Sénégal et le fleuve Gambie. Si, étant donné les dures conditions climatiques, l’Islam parvint tardivement à la côte, l’empire du Mali appartenait déjà au monde musulman depuis les débuts du XIVe siècle, du moins à travers ses chefs comme le célèbre Mansa Moussa (1307-1332) dont le pèlerinage à La Mecque laissa des traces inoubliables dans la mémoire collective6. Il faudrait parler également des états islamisés du Ghana, de Sanghay et de Kanem-Bornou. L’islamisation dépendit en grande partie du commerce effectué à partir des grandes métropoles qu’étaient Djenné, Tombouctou et Gao où s’étaient installés marchands et missionnaires maghrébins et égyptiens.

6Les Espagnols ne méconnaissaient pas ce phénomène, comme il ressort d’un écrit d’Alonso de Sandoval. Ce jésuite consacra son ministère à l’évangélisation des esclaves débarqués dans le port de Carthagène des Indes, dans l’actuelle Colombie, avant d’être répartis dans toute la vice-royauté du Pérou. Dans De Instauranda Aethiopum salute (1627), il insiste sur le rôle joué par les Mandingues dans la propagation de l’Islam :

  • 7  Edition d’Enriqueta Vila Vilar, Alonso de Sandoval,Un tratado sobre la esclavitud, Madrid : Alianz (...)

El Senaga ciñe por la vanda del Norte un grande Reino que llaman Jolofos, y lo divide de los Moros con quien tienen sus tratos. Junto del está otro poderoso Rey que se intitula Rey de Ancallor que confina tierra adentro por espacio de cien leguas con el Rey de Cambaya, con el de Iola, con el de Brasolo y otros. Por la banda del Sur le ciñe también el Gambia, que antiguamente llamavan Cantor. Despues de estos Reinos, se sigue distante cincuenta leguas deste Cabo el gran Reino de los Iolofos Berbesies, que confina con Moros, y con el Reino de los Fulos. Y mas adelante en el riñón de la tierra está el Imperio del gran Fulo. Luego vienen los Mandingas, que son innumerables, de donde se comunican por todos los Reinos de Guinea, con animo y fin de inficionarlos con la maldita secta de Mahoma7.

7Ensuite le jésuite ajoute :

  • 8 Id., p. 118-120.

Y aunque es verdad, que no han recibido todas las naciones de Guinea universalmente la perversa secta Mahometana, con todo an sido sus infernales ministros tan poderosos para sellarlos desde pequeños a todos con la mortifera marca de la circuncision, quizas para tener accion de traerlos para si por esta señal, siendo grandes. De los Jolofos y Berbesies, y de los Reyes de Ancallor, de Cambaya, de Ioala y Brafolo, sabemos que en llegando a edad de catorze años a los varones les cortan a navaja los cabellos, vistenles camisa y calzon blanco a la morisca, y les circundan, o como ellos dizen, afanan : y hasta que passen cuarenta dias, no pueden entrar en el poblado andando peregrinando por los campos […]. Los principales ministros desta maldita secta son en Guinea los Mandingas, principalmente soninkes y Senfones, que como hemos dicho, pueblan de una y otra parte el rio Gambia, y entran por la tierra adentro mas de quinientas leguas. Esta gente no solo bevio a poco años la ponzoña de la secta de Mahoma, mas tomo por oficio darla a otras naciones. Ayudaronse para esto de la mercancia, llevando tambien entre otras mercadurias por todos estos Reinos, esta del infierno, haziendo en ella, por el buen varato en que el demonio le da, grande empleo el natural de aquella ciega gentilidad8.

8Ces informations, malgré le christiano-centrisme caractéristique de l’époque, ne manquent pas d’intérêt historique. Il s’était déjà formé dans cette partie de la “Guinée” une identité religieuse non pas au niveau individuel, mais au niveau collectif, qu’il serait difficile d’effacer dans la péninsule, et plus encore dans les Indes occidentales.

1-2-Les “Jolofes” et les “Mandingas” dans la péninsule ibérique

1-2-1-Le monopole portugais

9Avisé des entreprises de l’Infant Henri le Navigateur, Nicolas V, par la bulle Romanus Pontifex du 8 janvier 1455, concéda au roi du Portugal les terres découvertes jusqu’en Inde :

  • 9 In : Alfonso García Gallo, “Las bulas de Alejandro VI y el ordenamiento jurídico de la expansión po (...)

Así ocurrió, que después de estas naves haber avistado y descubierto muchos puertos, islas y mares, llegaron luego a la provincia de Guinea, y ocupadas algunas islas, puertos y mares adyacentes a la misma provincia, continuando la navegación llegaron a la boca de cierto río, que comúnmente se juzga ser el Nilo. Y contra los pueblos de aquellas partes, en nombre de este rey Alfonso y del Infante, durante algunos años se hizo la guerra, y en ella fueron subyugadas y poseídas pacíficamente muchas islas vecinas, que todavía se poseen con el mar adyacente. Después de ello, muchos guineos y otros negros, capturados por la fuerza, y también algunos por cambio con cosas no prohibidas o por otro contrato legítimo de compra, fueron traídos a estos reinos citados, de los cuales, en ellos, un gran número se convirtieron a la Fe o al menos las almas de muchos de ellos se salvarán en Cristo9.

10De fait, le pape assimila ces “infidèles” aux “Sarrasins” évoqués plus haut dans le texte, contre lesquels luttèrent les Portugais dans le nord de l’Afrique. Beaucoup de ces noirs, jusqu’à l’embouchure du fleuve Sénégal, étaient déjà musulmans. De sorte que le Saint-Siège octroya au Portugal le privilège d’affronter les“ Sarrasins, les païens et les autres ennemis du Christ” qui peupleraient ces terres, de les “envahir, conquérir, combattre, vaincre et soumettre ; et de réduire leurs personnes à la servitude perpétuelle …”. La bulle Inter caetera de Calixte III, du 13 mars 1456, confirma la donation à l’ordre du Christ depuis le cap Bojador jusqu’à l’Inde.

  • 10  Pour plus sur ce sujet, on consultera : Florentino Pérez Embid, La rivalidad castellano-portuguesa (...)
  • 11  Selon Duarte Pacheco Pereira, au royaume de Jalofo “em nossos dias se resgatavam aqui escrauos neg (...)

11Les Rois Catholiques, en signant la paix avec Alphonse V, admirent le principe du monopole, dans un chapitre additionnel au traité d’Acaçobas du 4 septembre 1479. Le traité de Tordesillas, du 7 juin 1494, mit un point final à la rivalité officielle entre la Castille et le Portugal sur le littoral africain10. Dès lors les Castillans eurent recours à la médiation portugaise afin de se pourvoir en main d’œuvre servile d’origine africaine, qui passait de Lagos, sur la côte de l’Algarve, à l’Andalousie. Ainsi arrivèrent à Séville nombre de “Jolofes” et de “Mandingas”, avant qu’ils ne passent au Nouveau Monde avec les débuts de la traite11.

1-2-2-Présence des “Jolofes” y des “Mandingas” à Sevilla

  • 12 Portugalia Monumenta Africana. Instituto de Investigação Científica Tropical. Comissão nacional par (...)

12Nous prendrons comme corpus les chartes de vente d’esclaves de l’Archivo de Protocolos de Séville entre 1472 y 1503 publiées dans les trois premiers tomes de Portugalia monumenta africana12. Elles évoquent la vente de 21 esclaves dans la capitale andalouse :

13

14Les femmes étaient aussi nombreuses que les hommes, situation très différente de ce qui se passerait par la suite dans le Nouveau Monde. La vente s’effectuait dans la grande majorité des cas à des âges productifs, sauf dans le cas d’une femme de 60 ans :

15Les prix les plus élevés, en maravédis, s’obtenaient pour des hommes âgés de 21 à 30 ans et pour des femmes de 15 à 20 ans :

16Qui étaient les intervenants? La plupart des 36 vendeurs et acquéreurs étaient de Séville, sauf 4 qui étaient d’Utrera, de Cordoba, d’Ecija et d’Albaida. Beaucoup appartenaient au secteur commercial ou artisanal. On ne trouve qu’un noble de basse extraction, Juan Cerón, écuyer d’Estepa, qui, le 3 novembre 1503, acheta María, âgée de 16 ans et originaire de “Jolof”, au marchand Gerónimo Navarro. Le 19 avril 1496, don Alfonso de Guzmán, de la paroisse de Santiago et alcalde majeur de Séville, acquit Comba, âgée de 20 ans et native de “Mandinga”. Antón de Segovia, par une écriture du 15 décembre 1498, céda Diego, âgé de 20 ans et natif de “Jolof”, à l’échevin (veinticuatro) Gonzalo Fernandes, de la paroisse de Santa Cruz. Doña Inés Gonzales, prieure du monastère de Santa María la Real, à Séville, vendit au nom des religieuses de sa maison l’esclave noire Fátima, de 20 à 25 ans, à l’orfèvre Lorenzo Sanches. Les nonnes n’éprouvèrent aucun scrupule à posséder une esclave d’origine musulmane, qui peut-être ne s’était pas encore convertie au christianisme. La documentation n’offre aucune précision quant à l’appartenance sociale de 13 habitants, 11 hommes et 2 femmes. En réalité les femmes n’apparaissent pas souvent en tant que telles dans les écritures, si l’on ne compte les 4 qui agirent comme épouses des intervenants.

17Notre documentation, aussi réduite soit-elle, nous offre d’autres informations dignes d’intérêt quant à l’existence des esclaves dans l’espace temporel référé. En date du 31 mars 1500, Rodrigo Mexía, camérier du duc de Medina Sidonia, plaça au nom de son maître l’esclave Muza, de 10 ans, comme apprenti auprès de l’orfèvre Alfonso de Carmona, habitant du quartier de Santa María. Les clauses de l’acte notarié prévoyaient la durée de l’apprentissage, soit 10 ans, et les conditions de travail, d’alimentation et d’habillement. En cas de fuite de Muza, l’artisan aurait pour obligation de la porter à la connaissance publique par l’intermédiaire du crieur de rues. Telle était la coutume en cas de fuite, aspect sur lequel nous reviendrons.

18Au Portugal, ces esclaves, y compris les musulmans, avaient accès à l’affranchissement. Le 18 décembre 1471, Beatriz Annes, de Setubal, sollicita la permission royale pour vendre sa liberté à Homar, esclave de Guinée. Le souverain concéda à l’affranchi la possibilité de rester dans le royaume, ce qui semblait être une faveur. A Séville, par écriture du 4 juin 1493, les époux Francisco de Herrera et Beatriz Fernandes affranchirent Mahomed, esclave noir, âgé approximativement de 60 ans, eu égard à ses “buenos e leales servicios, tantos e a tales que son demas de grand remuneración e pago e satisfacción”. Le 2 septembre, le bachelier Gómez de las Sacas libéra pour moitié Catalina, noire jolof, “por le facer bien e limosna e por servicio de Dios”. Don Fernando de Solis, évêque de Salis et Algeciras, affranchit Catalina, noire de 40 ans, native de “Golof”, afin de lui témoigner sa reconnaissance : “Por quanto vos la dicha esclava […] me aveys servido de mucho tiempo a esta parte, e me aveys fecho, e fazedes de cada día muchos, e buenos e leales servicios …”. Ces formules, qui passèrent ensuite en Amérique, étaient déjà classiques dans la péninsule. Apparemment donc les esclaves musulmans ou d’origine musulmane ne posaient pas de problèmes particuliers. Certains surent mériter la bienveillance de leurs maîtres, parmi lesquels un dignitaire ecclésiastique.

19Tous les esclaves ne parvenaient pas à s’adapter à leurs nouvelles conditions de vie. Le Conseil d’Alphonse V, roi du Portugal, informa les juges du royaume le 17 décembre 1472 de la supplique de Vaso Piirez, laboureur de Villa Framqua de Xira, selon laquelle s’était enfui un de ses esclaves, un “mouro guineu”. Rattrapé et puni par le fouet, le fugitif s’était refusé à s’alimenter, se laissant mourir. Son maître demanda le pardon royal pour cette mort et se vit condamner à payer une amende en faveur des œuvres pieuses. Nous avons ici un exemple de l’irréductibilité d’un musulman face à la servitude.

  • 13  Voir : Louis Cardaillac, Moriscos y cristianos. Un enfrentamiento polémico (1492-1640), Madrid : F (...)

20A Séville, le 7 janvier 1502, Gonzalo López de Bonilla, du quartier de San Salvador, donna procuration à Mosén Francisco Gravilles, de Valence, pour rechercher son esclave fugitif Francisco, de 28 ans et natif de “Jolof”, “con una señal en la frente”, peut-être la marque laissée par la prosternation lors des prières. Francisco serait donc un bon musulman, ou l’aurait été dans le passé, et son apparente conversion (effet de la pratique de la taqiyya13 ou restriction mentale des convertis de l’Islam?) ne l’aurait pas amené à accepter sa condition servile.

  • 14  Alfonso Franco Silva, La esclavitud en Sevilla y su tierra a fines de la edad media, Sevilla : Dip (...)
  • 15  Aurelia Martín Casares, La esclavitud en la Granada del Siglo XVI. Género, raza y religión, Granad (...)

21Si nous nous en tenons à l’étude de Franco Silva au sujet l’esclavage à Séville pendant le Moyen Age, sur 297 esclaves qui s’enfuirent entre 1420 et 1525, 123 étaient noirs, y 111 musulmans14. Pour la Grenade du XVIe siècle, Aurelia Martín Casares attire l’attention sur le fait que “la mayoría de los subsaharianos residentes en Granada procedía del espacio geográfico entonces llamado Guinea (50 %). Entre ellos los grupos de los wolof y de los mandingas eran los más numerosos”15.

22Donc avant de passer aux Indes occidentales avec les asientos portugais, les esclaves noirs islamisés, “Jolofes” et “Mandingas”, manifestèrent déjà dans la péninsule leur particulière indocilité. Etant donné l’importance que prit la traite vers le Nouveau Monde, ils ne tardèrent pas à manifester leur désaccord avec un statut ou, mieux, avec une condition que ne leur paraissait pas mériter un musulman libre de naissance.

2-Soulèvements dans les Indes occidentales

2-1-L’émeute de l’Hispaniola de 1522

2-1-1-Les faits

  • 16  Voir : Jean-Pierre Tardieu, “Alzamiento de negros en México y tradiciones africanas (1612)”, VII T (...)

23On connaît l’émeute des esclaves du moulin à sucre de l’amiral Diego Colón, qui eut lieu le 26 décembre 1522. On remarquera d’abord la date, soit le lendemain de la Noël, qui surprit les Espagnols. A l’avenir, nombre d’émeutes ou de tentatives de ce genre s’effectueraient en de semblables circonstances : pensons par exemple au complot des Angolas de México qui devait se concrétiser pendant la Semaine Sainte de 161216.

  • 17  Il n’est pas sans intérêt de noter que le commentaire de la gravure de Théodore de Bry évoquant ce (...)

24Le chroniqueur Gonzalo Fernández de Oviedo note en 1535 que 20 esclaves prirent la fuite, “los más de la lengua de los jolofes”. A la tête du mouvement se trouvaient ainsi des noirs d’origine wolof, dont la réaction s’expliquerait en partie par leur identité religieuse17.

25Les indications fournies laissent entendre qu’il ne s’agissait pas d’une manifestation spontanée, issue d’une exaspération conjoncturelle. La preuve en est l’union rapide des rebelles avec un groupe d’égale importance, non loin de là. La violence de leur comportement se manifesta par le massacre de quelques “chrétiens” (=Espagnols) pris au dépourvu et la mise à sac d’une ferme d’élevage bovin à seulement neuf lieues de la capitale. Leur propos, assure le chroniqueur, était de se défaire des Espagnols installés dans les haciendas de façon à rester maîtres des terres et de constituer une armée avec les esclaves libérés.

  • 18  La preuve de l’inconscience des Espagnols se trouve dans un paragraphe de la lettre que le licenci (...)

26Ils campèrent la nuit suivante à une lieue d’Oca, pour attaquer le lendemain le moulin du licencié Zuazo, tuer les 8 ou 10 “chrétiens” y résidant et rallier davantage de noirs18. Les esclaves de la propriété dépassaient effectivement le chiffre de 120. Avec les gens d’autres domaines, ils pensaient se diriger vers le bourg d’Azua, passer les habitants par les armes, s’emparer du pays et exterminer les blancs.

27Un propriétaire de moulin, Melchor de Castro, prit la tête de la poursuite. L’attitude très courageuse des esclaves face à la menace prouverait qu’il s’agissait d’hommes accoutumés dans leur passé à de semblables situations. N’oublions pas en effet que dans leur pays d’origine l’organisation sociale faisait de n’importe quel paysan un guerrier qui ne méconnaissait pas l’art de combattre. Les poursuivants, sans attendre l’amiral, décidèrent

  • 19  Ces “varas tostadas” correspondaient aux javelots qu’utilisaient les Wolofs selon Olphert Dapper ((...)

no esperar que los negros se juntasen con los de aquel ingenio, determinaron de romper con ellos, e embrazaron sus daragas, e puestas sus lanzas de encuentro, llamando a Dios y al apóstol Sanctiago, todos doce de caballo fechos un escuadrón de pocos jinetes en número, pero de animosos varones, estribera con estribera, a rienda tendida, dieron por medio del batallón contra toda aquella gente negra, que los atendió con mucho ánimo para resistir el ímpetu de los cristianos ; pero los caballeros los rompieron e pasaron a la otra parte. E deste primero encuentro cayeron algunos de los esclavos ; pero no dejaron por eso de juntarse encontinente, tirando muchas piedras e varas e dardos, e con otra mayor grita atendieron el segundo encuentro de los caballeros cristianos. El cual no se les dilató, porque, no obstante su resistencia de muchas varas tostadas que lanzaban19, revolvieron luego los de caballo sobre ellos, con el mismo apellido de Sanctiago, e con mucho denuedo dando en ellos, los tornaron a romper, pasando por medio de los rebelados. Los cuales negros, viéndose tan emproviso apartados unos de otros, e con tanta determinación e osadía de tan pocos e tan valientes caballeros acometidos e desbaratados, no osaron esperar el tercero encuentro que ya se ponía en ejecución. E volvieron las espaldas, puestos en huida por unas peñas e riscos que había cerca de donde este vencimiento pasó, e quedó el campo e la victoria de los cristianos, e allí tendidos, muertos, seis negros, e fueron heridos dellos otros muchos.

  • 20  Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias (1535), Edición y estudio pr (...)
  • 21 Id., p. 125. Le chroniqueur affirme dans un chapitre consacré aux moulins à sucre de l’île Hispanio (...)

Le même chroniqueur, s’inspirant des rapports qu’il eut sous la main, avoue son admiration pour ces hommes qui savaient combattre, fabriquant des lances avec des épieux épointés et durcis au feu (varas tostadas), tentant d’effrayer l’ennemi de leurs cris de guerre. Quant aux Espagnols, leurs invocations à l’apôtre saint Jacques situaient les noirs sur le même plan que les Maures de la Reconquête. L’affrontement se termina par une des premières manifestations de marronnage collectif. Mais les maîtres ne laissèrent pas aux fugitifs le temps de se réorganiser et réussirent à les capturer au bout de cinq ou six jours. La plupart d’entre eux furent condamnés à la pendaison20. La conclusion de Fernández de Oviedo nous permettra de comprendre plus facilement la réaction du Conseil des Indes : si Diego Colón n’avait mené si rapidement la répression, “pudiera ser que fuera necesario reaquistar esta isla de nuevo, e que no dejaran cristiano a vida, como lo tenían pensado, e aun como lo iban poniendo por obra los negros alzados”21. Ainsi la détermination des “Jolofes” aurait put mettre en péril l’existence de toute la colonie, si nous en croyons le chroniqueur qui savait de quoi il parlait.

2-1-2-Mesures de sécurité

28L’émotion suscitée par cette rébellion d’esclaves jusqu’alors soumis fut considérable à en juger par les conséquences en matière de lois. La Couronne prit des mesures significatives. Elle craignait le danger que représentait pour ces fragiles provinces d’outre-mer non pas tant le caractère d’un groupe ethnique, dont on ne pouvait attendre que de l’indocilité, que son appartenance religieuse. Le pouvoir royal ne voulait pas que, sous prétexte de développer les potentialités économiques des îles de la Caraïbe, avec en l’occurrence la culture de la canne à sucre, s’y implantât une foi qu’il avait été si difficile de combattre dans la péninsule. Comment contrôler en des contrées si éloignées de la métropole un grand nombre de gens dont le ressentiment, suscité par l’esclavage, était exacerbé par l’exaltation religieuse?

29Des rapports parvenaient au Conseil des Indes sur le rôle de meneurs joué par les Wolofs. Mais ils impliquaient également des esclaves qui auraient eu des relations plus ou moins directes avec des musulmans, quelle que fût leur origine géographique, comme il appert de la cédule royale signée à Séville le 11 mai 1526 par Charles Quint :

  • 22 Recopilación de leyes de los Reynos de Indias. De los pasajeros, ley XVIII, Madrid : Consejo de la (...)

Tengase mucho cuidado en la Casa de Contratacion de que no pasen a las Indias ningunos esclavos Negros llamados Gelofes, ni los que fueren de Levante, ni otros ningunos criados con Moros, aunque sea de casta de Negros de Guinea, sin particular y especial licencia nuestra22.

30Mais ce n’était pas tout. Les meilleurs alliés des “Jolofes” auraient été les esclaves ladinos, qui avaient donc vécu parmi les Espagnols ou les Portugais, vendus pour les îles à cause de leur mauvais comportement dans la péninsule. C’est ce qui ressort d’une façon très claire d’une autre cédule royale du même jour :

  • 23 Colección de documentos inéditos …, op. cit., t. 51, p. 242-244.

Por quanto yo soy ynformado que a causa de se llevar negros ladinos destos nuestros Reynos a la isla española los peores y de mas malas costumbres que se hallan por que aca no se quieren servir dellos et imponen e aconsejan a los otros negros mansos que estan en la dicha isla pacificos y obedientes al servicio de sus amos an yntentado y provado muchas vezes de se alçar e an alçado et ydose a los montes y hecho otros delitos e nos fue suplicado e pedido por merced cerca dello mandasemos prover de remedio mandando que agora ny de aqui adelante en tiempo alguno no se pudiesen llevar ny llevasen los dichos negros ladinos destos nuestros Reynos ny de otras partes sino fuesen boçales porque los tales boçales son los que sirven y estan pacificos e obedientes y los otros ladinos los que los alteran et ynducen a que se vayan et alçen e hagan otros delittos o como la my merced fuese e yo tovelo por bien por ende por la presente declaramos e mandamos que nyngunas ni algunas personas agora ny de aquy adelante no puedan pasar ny pasen a la dicha isla española ni a las otras yndias islas e tierra firme del mar oceano ni a ninguna parte dellas ningunos negros que en estos nuestros Reynos e en el Reyno de portugal ayan estado un año salvo de los boçales que nuevamente los ovieren traido de sus tierras y que los que de otra manera llevaren e pasaren sean perdidos para la nuestra camara e fisco si no fuese quando nos dieremos nuestras licencias para que sus dueños los puedan llevar para servicio de sus personas e casas que los tengan e ayan criado23.

31Nous nous demanderons si ces ladinos envoyés à l’Hispaniola pour leur indocilité, et dont on se plaignait tant dans l’île pour leur mauvaise influence sur les “paisibles” et “pacifiques” bossales arrivés directement d’Afrique, n’appartenaient pas aux “Jolofes” et aux “Mandingas” qui manifestaient dans la péninsule leur désaccord avec le système esclavagiste. Leur transfert, en guise de châtiment, avec l’aggravation des conditions de travail et d’existence dans les plantations sucrières, ne pouvait qu’aviver leur rancœur.

32Quant aux esclaves islamisés en provenance directe d’Afrique, il était extrêmement difficile de déterminer leur appartenance religieuse, étant donné l’imprécision des renseignements fournis par les négriers. Quoi qu’il en fût, les protestations ne cessèrent d’affluer des îles, et en particulier de San Juan de Puerto Rico (1527). Une autre cédule royale, signée à Ségovie le 28 septembre 1532 par l’impératrice, stigmatise le rôle subversif des “Jolofes” :

  • 24 Colección de documentos inéditos …, op. cit., t. 52, p. 141-142.

Nuestros officiales que residis en la cibdad de Sevilla en la casa de la contratación de las Indias. Yo he sido ynformada que todo el daño que la ysla de Sant Juan y otras yslas ha havido en el alçamiento de negros y muertes de cristianos que en ellas han sucedido han sido la cabsa los negros gelofes que en ellas estan por ser como diz que son soberbios e ynobedientes y rebolvedores e yncorregibles e que pocos dellos reciben castigo y que syempre los que han intentado de alçarse y cometido muchos delitos asy en el dicho alçamiento como en otras cosas han sydo ellos y que a los que estan pacificos y son de otras tierras y de buenas costumbres los atraen asy a sus malas maneras de bivir, de que dios nuestro señor es deshervido y nuestras rentas reciben daño : lo qual visto por los del nuestro Consejo de Indias porque a la poblacion y pascificacion de las dichas yslas conviene que no vayan a ellas nyngun el esclavo gelofe, yo vos mando que de aquy adelante tengays mucho cuydado que persona ny personas algunas no pasen a las dichas nuestras Indias, yslas e tierra firme del mar oceano nynguno esclavo de la isla de gelofe syn nuestra licencia expresa para ello y de la otra manera mandamos que sean perdidos y aplicados a nuestra camara : lo qual mandamos sea pregonado en las gradas de Sevilla24.

33On ne savait pas grand-chose sur ces êtres originaires de “l’île de Gelofe”. On confondait leur pays avec les îles du Cap Vert où les négriers portugais les regroupaient avant de les diriger vers les Amériques. Par contre avait déjà pris corps l’image, voire le topique, des “gelofes soberbios e ynobedientes y rebolvedores e yncorregibles”.

  • 25  Georges Scelle (La traite négrière aux Indes de Castille, Paris : Pédone, 1906, t. 1, p. 287) expl (...)

34L’interdiction, qui ne concernait d’abord que les “Jolofes”, s’étendit avec le temps à tous les esclaves qui auraient eu quelque contact avec les Maures pour divers motifs. Avec la hausse des prix des bossales25, les négriers tentèrent de diversifier leur approvisionnement en ayant recours à des marchés situés hors d’Afrique, dans des ports de la Méditerranée occidentale ou orientale où, depuis des temps anciens, arrivaient des esclaves vendus par les Arabes. La Couronne ne laissa aucun doute, dans la cédule du 16 juillet 1550, quant à sa crainte face au danger de propagation de l’Islam en des terres où la conquête spirituelle était loin d’être achevée :

Nuestros oficiales que residis en la ciudad de Seuilla, en la casa de la contratacion de las Indias. Nos somos informados que a causa de se auer enrarecido el precio de los esclauos negros en Portugal, y en las islas de Guinea y Cauoverde, algunos mercaderes y otras personas que entienden en passar dellas a las nuestras Indias, han ydo y embiado a comprar negros a las islas de Zerdeña, y Mallorca y Menorca y otras partes de leuante, para los passar a las dichas nuestras Indias, porque diz por alli valen mas varatos. Y porque los negros que ay en aquellas partes de leuante, muchos dellos diz que son de casta de Moros y otros tratan con ellos, y en una tierra nueua donde se planta agora nuestra sante Fe catolica, no conuiene que gente desta calidad passe a ella, por los inconuinientes que dello podrian suceder : vos mando que en ninguna manera ni por ninguna via dexeis ni consintais passar a las nuestras Indias, islas e Tierrafirme del mar Oceano, ningun esclauo negro, que sea de leuante ni se aya traido de ella, ni otros ningunos negros que se ayan criado con Morisco, aunque sea de casta de negros de Guinea.

  • 26  Charles Verlinden, “Aspects quantitatifs de l’esclavage méditerranéen au bas Moyen Age”, Anuario d (...)

35Comment expliquer cette extension de l’interdiction aux noirs en provenance des marchés classiques du Moyen Age, fournis traditionnellement par les Vénitiens ou les Arabes? Charles Verlinden a prouvé qu’arrivaient aux îles de la Méditerranée occidentale non seulement les esclaves blancs venant du Levant et de la Mer Noire, mais aussi des noirs dont la présence en Sicile est documentée depuis le XVe siècle. En cette île, qui appartenait à la Couronne d’Aragon, ils constituaient le groupe d’esclaves le plus nombreux, en particulier dans la seconde moitié du siècle, après la prise de Constantinople par les Turcs (1453). Il s’agissait d’esclaves amenés des régions subsahariennes à travers le désert. De Sicile, ils passaient à Valence, et parmi eux, selon les recherches de Verlinden, il y avait même des Wolofs à partir de 1457. De cette façon seraient arrivés dans la péninsule 2452 “Jolofes”. Face aux besoins, cette source d’approvisionnement aurait bien pu être réactivée pour le Nouveau Monde. Arrivés là, ces esclaves n’auraient pas manqué d’établir des liens de solidarité avec leurs congénères26.

36Ces noirs islamisés participèrent-ils aux Indes aux rébellions de la première moitié du XVIe siècle? Nous n’en avons pas de preuves patentes, mais il dut se passer quelque chose, car les cédules royales correspondaient toujours à une conjoncture précise.

  • 27  On notera la contradiction avec la législation initiale (Voir note 1).
  • 28  Archivo General de Indias (Séville), Contratación, liasse 5768.
  • 29  Voir le texte dans Marisa Vega Franco, El tráfico de esclavos con América (Asientos de Grillo y Lo (...)

37L’esclave idéal pour les Indes devait être bossale, n’avoir eu aucun contact avec les Maures ou l’Islam, et n’avoir pas séjourné parmi les Espagnols ou les Portugais27. C’est à dire un être facile à modeler selon les critères du nouvel esclavage apparaissant en Amérique. Quelques asientos se réfèrent à ce type, du moins jusqu’à celui signé en 1623 par Manuel Rodríguez Lamego, qui s’engagea à envoyer 3 500 esclaves aux ports de Carthagène des Indes et de Veracruz. Une des conditions imposées fut “que no aya de yr ni baya ningun mulatto ni mistizo turco morisco berverisco gelofes ni esclavos negros ladinos ni cassados en estos reinos si no es llevando a sus mugeres e hijos ni de otra nazion sino negros atezados …”28. Cela ne signifie en aucune manière que l’on respectait cette exigence, mais que, un siècle après les événements de l’Hispaniola, on craignait encore le comportement des esclaves islamisés. Ensuite, par réalisme ou par nécessité, on supprima cette clause, comme par exemple dans l’asiento de Domingo Grillo et Ambrosio Lomelín de 166229.

2-2-L’irréductibilité islamique

  • 30  Jean-Pierre Tardieu, “Evolución del reclutamiento de los negros bozales en la arquidiócesis de Lim (...)
  • 31  Jean-Pierre Tardieu, “Los esclavos de los jesuitas del Perú en la época de la expulsión (1767)”, C (...)

38Comme il fallait s’y attendre, les différentes cédules restèrent lettre morte. Les “Jolofes” et les noirs islamisés ne cessèrent d’arriver en Amérique jusqu’au XIXe siècle. Prenons le cas de l’archidiocèse de Lima : le registre des baptêmes de San Marcelo fait apparaître 11 nouveaux baptisés qui avaient “Jolufo” comme nom de famille et 19 “Mandinga” entre 1583 et 1589. En 1632, 22 confirmés de Heruay, Chincha, Pisco, Caucato et Cóndor s’appelaient “Mandinga”. De 1640 à 1680 dans les registres des mariages de San Marcelo sont inscrits 5 “Mandingas”. Dans les liasses des “causas de negros” des Archives archiépiscopales de Lima, rassemblant des documents de 1630 à 1702, on trouve 15 procès qui concernent des “Mandingas”30. Il s’agissait bien sûr de chrétiens, mais leurs origines africaines n’étaient pas très éloignées comme le manifestent leurs noms. Au moment de l’expulsion des jésuites du Pérou en 1767, les inventaires citent la présence de 30 “Yolofes” et de 20 “Mandingas” dans leurs domaines agricoles31.

  • 32  Germán de Granda, “Datos antroponímicos sobre negros esclavos musulmanes en Nueva Granada”, Thesau (...)

39Germán de Granda s’est intéressé au problème. Pour les mines de Popayán, en Nouvelle Grenade, la documentation du XVIIIe siècle, assure le linguiste, se réfère à 6 esclaves d’origine soudanaise, et, parmi eux, à 3 “Mandingas ”. Pour le Chocó, 56 esclaves relèvent de la région soudanaise, et parmi eux 21 “Mandingas”32. Nous pourrions citer d’autres exemples pour toutes les Indes occidentales.

  • 33  G. Scelle, op. cit., t. 1, p. 165-166.
  • 34  Armando Fortune, “Los negros cimarrones en Tierra Firme y su lucha por la libertad”, Lotería 172, (...)
  • 35  Wilfredo Kapsoli E, Sublevaciones de esclavos en el Perú. S. XVIII, Lima : Universidad Ricardo Pal (...)

40On ne sait quelle responsabilité eurent les “Jolofes” et les “Mandingas” dans les nombreux soulèvements d’esclaves qui éclatèrent dans les premières décennies du XVIe siècle, comme celui de Santa Marta en 1529 qui détruisit la ville, ou de Panama en 153233. Mais, à en juger par ce qui se passa auparavant à l’Hispaniola, il est à supposer qu’ils ne restèrent pas à l’arrière. En 1575 se produisit une rébellion sur la côte pacifique de ce territoire, près du cerro Ancón, dirigée par un noir islamisé appelé Antón Mandinga34. Presque deux siècles après, soit en 1768, étant donné le mécontentement provoqué par les critères de rentabilité introduits par les nouveaux maîtres, se soulevèrent les esclaves des anciennes haciendas jésuitiques de San José et de San Jacinto, au Pérou. La répression achevée, une enquête prouva que Lorenzo Mombo, de caste “yolofo” fut le principal moteur du soulèvement35.

  • 36  Peuple vivant dans le sud du Niger et le nord de la Nigéria, dont l’islamisation commença au XIVe (...)
  • 37  Peuple vivant dans le sud-ouest de la Nigéria, tardivement islamisé.
  • 38  Les Nagos, dans le sud de l’ancien Dahomey, appartiennent au groupe des Yoroubas.
  • 39  Voir : Nina Rodrigues, Os africanos no Brasil, São Paulo, 1933. On utilisera l’édition de 1977 pub (...)

41Si l’on fait un bond en avant, il est impossible de passer sous silence l’attitude irréductible des “musulmis” ou “malés” des premières décennies du XIXe siècle à Bahia. Le jihad déclaré en 1804 par les Foulanis et la poussée de l’Islam au nord du pays yorouba provoquèrent l’arrivée en cette ville de très nombreux prisonniers de guerre, d’abord des Haoussas36 et puis des Yoroubas37, qui s’étaient convertis. De 1807 à 1835 se produisirent plusieurs tentatives de soulèvement, dont quelques unes profitèrent des fêtes chrétiennes. En 1835, les perquisitions trouvèrent de nombreuses prières écrites en arabe par des maîtres haoussas qui les destinaient à des Nagos38, et même des exemplaires du Coran39.

  • 40  Fernando Ortiz, Los esclavos negros, La Habana : Editorial de Ciencias Sociales, 1987, p. 72-73.

42Enfin nous retournerons à l’Amérique hispanique pour évoquer l’opinion qu’on avait à Cuba au XIXe siècle des “Yolofes” et des “Mandingas”, selon les études de Fernando Ortiz. On considérait les premiers comme “aguerridos, belicosos, difíciles de gobernar, aunque excelentes cuando no eran indisciplinados”. Les seconds, bien que plus dociles, se montraient “rebeldes y poco adeptos a los abusos y exigencias de algunos mayordomos”40.

  • 41  Jean-Pierre Tardieu, Del Diablo Mandinga al Muntu Mesiánico. El negro en la literatura hispanoamer (...)
  • 42  Le trope s’est même introduit dans le parler des indiens de la Nouvelle Espagne et s’est maintenu (...)

43Les “Mandingas” se montraient tellement récalcitrants dans toute l’Amérique coloniale espagnole qu’on les traitait de “demonios”, comme je l’ai montré récemment41. Ainsi le terme “mandinga” devint synonyme dans la tradition populaire de “diable” ou de “démon” sur tout le continent depuis le Mexique jusqu’au Río de la Plata42. La littérature du XXe siècle offre une abondante manifestation du trope sémantique, preuve que les “Mandingas”, en dépit de leur apport quantitatif relativement faible, marquèrent les mentalités pour longtemps. Mais plus fort que la crainte était l’intérêt des maîtres nullement disposés à renoncer aux qualités de travailleurs des esclaves islamisés, “jolofes” ou “mandingas”, malgré la législation.

Haut de page

Notes

1  Selon Antonio de Herrera, les Rois Catholiques, dans les premiers temps du gouvernement de Nicolás de Ovando dans l’île Hispaniola, ordonnèrent “que se dejasen pasar esclavos negros nacidos en poder de cristianos” ; in : Historia general de los hechos de los castellanos en las islas y tierrafirme del mar océano o Décadas (1601), ed. de Mariano Cuesta Domingo, Madrid : Universidad Complutense, t. 1, 1991, p. 413.

2  Le Coran ne supprima pas l’esclavage qui existait avant l’apparition de l’Islam. Cependant il tenta d’en améliorer les conditions en demandant aux maîtres de bien traiter leurs esclaves et même de les libérer. En outre jouissaient de la liberté les enfants nés d’une esclave et d’un musulman, quand il s’agissait d’un concubinat légal. Voir : Jeanine et Dominique Sourdel, Dictionnaire de l’Islam, Paris : P.U.F., 1996, p. 271.

3  Voir la rubrique <<‘ABD>> de R. Brunschwig dans : Encyclopédie de l’Islam. Nouvelle édition, t. 1, Leiden / E. J. Brill-Paris / Ed. G. P. Maisonneuve et Larose S. A.

4  Gomes Eanes de Zurara, Cronica do descobrimento e conquista da Guiné, ed. de José de Bragança, Livraria Civilização, 1937.

5 Voyages en Afrique noire d’Alvise Ca’ da Mosto (1455 & 1456). Relations traduites de l’italien et présentées par Frédérique Verrier, Paris : Editions Chandeigne / Unesco, 1994, p. 66. Duarte Pacheco Pereira, qui alla plusieurs fois en “Guinée”, dans Esmeraldo de situ orbis, œuvre commencée en 1505, dit des sujets du “rey de Jalofo” y du “reyno de mandinga” que “todos som circumcisos e macometas os quaes adoram na bulrra da seyta de mafoma”. Il ajoute : “… esta jente toda he visiosa de pouca paz huns com os outros e som muito grandes ladroees e mintirosos que nunca falom uerdade e grandes bebados e muito ingratos que bem que lhe fasom nom no agradesem e muito desauergonhados que nunca deixom de pedir” ; in : Ed. de Joaquim Barradas de Carvalho, Lisboa : Fundação Calouste Gulbenkian, 1991, p. 264. Plus tard, Olphert Dapper, dans Description de l’Afrique, Amsterdam : Wolfgang, 1686, p. 233, confirma ces données : “Leur temperament & leurs miseres les rendent sujets à beaucoup de vices, à la luxure, au larcin, aux mensonges, & à la jalousie”. Selon le même auteur les prêtres mahométans maintenaient leurs fidèles dans l’ignorance en dehors d’une grande haine pour la religion chrétienne (”…ils ont une souveraine horreur pour la Religion Chrétienne) (p. 238).

6  Ibrahim Baba Kaké, Histoire générale de l’Afrique, vol. 8 L’ère des grands empires, Paris : ABC., p. 87. Joseph Ki-Zerbo, Histoire de l’Afrique Noire, Paris : Hatier, 1972.

7  Edition d’Enriqueta Vila Vilar, Alonso de Sandoval,Un tratado sobre la esclavitud, Madrid : Alianza Universidad, 1987, p. 105-106.

8 Id., p. 118-120.

9 In : Alfonso García Gallo, “Las bulas de Alejandro VI y el ordenamiento jurídico de la expansión portuguesa y castellana en Africa e Indias”, Anuario de Historia del Derecho Español 27-28, 1957-1958, p. 767-768.

10  Pour plus sur ce sujet, on consultera : Florentino Pérez Embid, La rivalidad castellano-portuguesa hasta el tratado de Tordesillas, Sevilla : Escuela de Estudios Hispanoamericanos, 1948, et Jean-Pierre Tardieu, “La <<Mina de oro>> : du conflit luso-castillan aux traités d’Alcaçovas (1479) et de Tordesillas (1494)”, Bulletin Hispanique 96 (1), 1944, p. 117-131.

11  Selon Duarte Pacheco Pereira, au royaume de Jalofo “em nossos dias se resgatavam aqui escrauos negros dez e doze por hum caualo …” ; op. cit., p. 261. D’après Olphert Dapper les termes de l’échange se maintinrent jusqu’à la fin du XVIIe siècle: “… l’on échange d’ordinaire un bon cheval contre dix ou douze esclaves” (op. cit., p. 236).

12 Portugalia Monumenta Africana. Instituto de Investigação Científica Tropical. Comissão nacional para as Comemorações dos descobrimentos portugueses, Lisboa : Imprensa Nacional / Casa da Moeda, t. 1 (1993), t. 2 (1995), t.3 (2000).

13  Voir : Louis Cardaillac, Moriscos y cristianos. Un enfrentamiento polémico (1492-1640), Madrid : F.C.E., 1979.

14  Alfonso Franco Silva, La esclavitud en Sevilla y su tierra a fines de la edad media, Sevilla : Diputación provincial, 1979, p. 204.

15  Aurelia Martín Casares, La esclavitud en la Granada del Siglo XVI. Género, raza y religión, Granada : Universidad de Granada / Diputación provincial de Granada, 2000, p. 153.

16  Voir : Jean-Pierre Tardieu, “Alzamiento de negros en México y tradiciones africanas (1612)”, VII Taller Internacional de Africa en el Caribe “Ortiz-Lachatañeré”, Centro Cultural Africano “Fernando Ortiz”, Santiago de Cuba, del 8 al 11 de abril de 2003, p. 311-331.

17  Il n’est pas sans intérêt de noter que le commentaire de la gravure de Théodore de Bry évoquant cet affrontement passe sous silence cet appartenance ethnique. Voir l’édition en espagnol : América de Bry, Madrid : Siruela, 2003, p. 193.

18  La preuve de l’inconscience des Espagnols se trouve dans un paragraphe de la lettre que le licencié Alonso de Zuazo lui-même, comme juge de résidence, écrivit le 22 janvier 1518 à l’empereur :

Es vano el temor de que negros puedan alzarse ; viuda hay en las islas de Portugal, muy sosegada, con ochocientos esclavos ; todo está en cómo son gobernados. Yo hallé al venir aquí algunos negros ladrones ; otros huidos a monte ; azoté a unos, corté las orejas a otros e ya no ha venido más queja.

In : Colección de documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y colonización de las antiguas posesiones españolas de América y Oceanía, sacados en su mayor parte del Real Archivo de Indias, ed. de Manuel B. de Quirós, Manuel C. Hernández, Madrid, 1864-1884, t. 1, p. 293.

19  Ces “varas tostadas” correspondaient aux javelots qu’utilisaient les Wolofs selon Olphert Dapper (op. cit., p. 236).

20  Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias (1535), Edición y estudio preliminar de Juan Pérez de Tudela Bueso, B.A.E. 117, Madrid : Ed. Atlas, 1992, p. 99-100.

21 Id., p. 125. Le chroniqueur affirme dans un chapitre consacré aux moulins à sucre de l’île Hispaniola que “… es menester tener, a lo menos, continuamente ochenta o cient negros, e aun ciento e veinte e algunos más, para que mejor anden aviados” (id., p. 107).

22 Recopilación de leyes de los Reynos de Indias. De los pasajeros, ley XVIII, Madrid : Consejo de la Hispanidad, 1943, ed. facsímil de la impresa en Madrid en 1791, vol. 1, p. 313.

23 Colección de documentos inéditos …, op. cit., t. 51, p. 242-244.

24 Colección de documentos inéditos …, op. cit., t. 52, p. 141-142.

25  Georges Scelle (La traite négrière aux Indes de Castille, Paris : Pédone, 1906, t. 1, p. 287) explique que la spéculation sur les licences d’esclaves noirs concédées par la Couronne, après l’assiento d’Eynger, suscita un profond malaise parmi les colons d’Hispaniola. Les prix des esclaves avaient tellement monté entre 1539 et 1549 qu’il leur était très difficile d’en acquérir.

26  Charles Verlinden, “Aspects quantitatifs de l’esclavage méditerranéen au bas Moyen Age”, Anuario de estudios medievales 10, 1980, p. 769-789. Pour l’arrivée à Valence d’esclaves noirs, on consultera aussi : Vicenta Cortés Alonso, “Los pasajes de esclavos de Valencia en tiempo de Alfonso V”, 1° Congreso internacional de Historia Mediterránea, Anuario de estudios medievales 10, 1962, p. 791-819 ; “La trata de esclavos durante los primeros descubrimientos (1489-1516)”, Anuario de estudios atlánticos 9, 1963, p. 23-49 ; La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1470-1515), Excmo Ayuntamiento de Valencia, 1964.

27  On notera la contradiction avec la législation initiale (Voir note 1).

28  Archivo General de Indias (Séville), Contratación, liasse 5768.

29  Voir le texte dans Marisa Vega Franco, El tráfico de esclavos con América (Asientos de Grillo y Lomelín, 1663-1674), Sevilla : Escuela de Estudios Hispano-americanos / C.S.I.C., 1984.

30  Jean-Pierre Tardieu, “Evolución del reclutamiento de los negros bozales en la arquidiócesis de Lima (Fin del Siglo XVI-Siglo XVII)”, HISLA. Revista Latinoamericana de Historia Económica y Social XIII-XIV, Lima, 1991, p. 79-92.

31  Jean-Pierre Tardieu, “Los esclavos de los jesuitas del Perú en la época de la expulsión (1767)”, Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien 81, 2003, p. 61-109.

32  Germán de Granda, “Datos antroponímicos sobre negros esclavos musulmanes en Nueva Granada”, Thesaurus (Boletín del Instituto Caro y Cuervo) XXVII (1), janvier-avril 1972, p. 89-103.

33  G. Scelle, op. cit., t. 1, p. 165-166.

34  Armando Fortune, “Los negros cimarrones en Tierra Firme y su lucha por la libertad”, Lotería 172, Panamá, mars 1972, p. 36.

35  Wilfredo Kapsoli E, Sublevaciones de esclavos en el Perú. S. XVIII, Lima : Universidad Ricardo Palma, 1975, p. 82.

36  Peuple vivant dans le sud du Niger et le nord de la Nigéria, dont l’islamisation commença au XIVe siècle.

37  Peuple vivant dans le sud-ouest de la Nigéria, tardivement islamisé.

38  Les Nagos, dans le sud de l’ancien Dahomey, appartiennent au groupe des Yoroubas.

39  Voir : Nina Rodrigues, Os africanos no Brasil, São Paulo, 1933. On utilisera l’édition de 1977 publiée par la Companhia Editora Nacional. João José Reis, Rebelião escrava no Brasil. A historia do levante dos malés (1835), São Paulo : Editora Brasiliense S. A., 1987. Rolf Reichert, “El ocaso del Islam entre los negros brasileños”, Actas del XXXVI Congreso Internacional de Americanistas, Séville, 1964, t. 3.

40  Fernando Ortiz, Los esclavos negros, La Habana : Editorial de Ciencias Sociales, 1987, p. 72-73.

41  Jean-Pierre Tardieu, Del Diablo Mandinga al Muntu Mesiánico. El negro en la literatura hispanoamericna del siglo XX, Madrid : Editorial Pliegos, 2001.

42  Le trope s’est même introduit dans le parler des indiens de la Nouvelle Espagne et s’est maintenu jusqu’à nos jours dans les villages isolés des montagnes comme l’indique Carlos Fuentes dans la nouvelle “Calixta Brand”, d’une de ses dernières œuvres Inquieta compañía, Madrid : Alfaguara, 2004, p. 136. Il est très significatif qu’une des communautés de marrons qui s’installèrent en 1735 dans les montagnes de Mazatiopa, près de Teutila, dans la région d’Oaxaca, ait pris le nom de “Mandinga” ; voir : Patrick J. Carroll, “Mandinga : The Evolution of a Mexican Runaway Slave Community, 1735-1827”, Comparative Studies in Society and History 19 (4), oct. 1977, p. 488-505.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Tardieu, « La résistance des esclaves musulmans dans l’Amérique des Habsbourgs : naissance et développement d’un mythe », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 23 mars 2010, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/59309 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59309

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Tardieu

Université de La Réunion, jean-pierre.tardieu[at]univ-reunion.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page