Navigation – Plan du site
Débats | 2010
Patrie(s) et nation(s) dans l'Amérique des Habsbourgs – coord. Bernard Lavallé
Guida Marques

Entre deux empires : le Maranhão dans l’Union ibérique (1614-1641)

[23/03/2010]

Résumés

La conquista del Marañón y del Gran Pará es contemporánea de la unión dinástica de las coronas de Castilla y de Portugal, y el interés que despierta en el poder real impide que sea considerada un proceso autónomo desarollado en los confines de la América portuguesa. Las prácticas desarolladas por sus autores muestran así hasta que punto esta conquista se inscribe en el cuadro de la unión ibérica. Sugiere igualmente las conexiones en la experiencia colonial de la época moderna entre los imperios portugués y castellano.

Haut de page

Texte intégral

1L’expansion territoriale de l’Amérique portugaise se déploie à partir de Pernambouc, le long du littoral. Paraiba, Sergipe del Rei, Rio Grande, Ceará, Maranhão et Grão Pará sont les étapes successives de la progression luso-brésilienne vers le Nord réalisée entre 1584 et 1616. Le développement de l’agriculture sucrière se conjugue à la menace que fait peser la multiplication des incursions étrangères sur le littoral pour justifier l’occupation effective de cet espace. La conquête du Maranhão et Grão Pará se distingue cependant des précédentes expéditions. La présence d’un noyau de colonisation française au Maranhão et l’engagement explicite du pouvoir royal dans cette entreprise lui donne, en effet, un caractère singulier. Les promesses de récompenses faites aux soldats s’engageant dans cette expédition, le financement et les secours envoyés depuis la métropole, les pouvoirs exceptionnels concédés à cette occasion au gouverneur général du Brésil, ou encore les mesures volontaristes de peuplement traduisent une intervention manifeste de la couronne dans le processus d’expansion, engageant une dynamique de relation particulière entre cette région et la péninsule.

2L’historiographie n’y a guère prêté attention, considérant généralement le Maranhão et Grão Pará en marge de l’empire portugais. Pourtant, sa position géostratégique au sein de l’Atlantique, sa situation au milieu des deux empires portugais et castillan, tout comme la constitution d’une aire de gouvernement dans cette région absolument contemporaine de l’union dynastique des couronnes de Portugal et de Castille, amènent à s’interroger sur les effets de l’union ibérique dans le Maranhão. Dans cette perspective, il n’est pas sans intérêt de considérer la manière dont les acteurs de cette nouvelle conquête manifestent leur appartenance à la situation créée en 1580, ou encore la manière dont ces luso-brésiliens se définissent au sein de l’union ibérique. L’invasion de l’écrit, qui accompagne l’entreprise du Maranhão, rend possible pareille exploration. Roteiros et descriptions, relations, mémoires et informations viennent alors s’ajouter à la correspondance officielle échangée avec la métropole. L’abondante production écrite à laquelle donne lieu la conquête du Maranhão constitue, en tant que telle, un phénomène inédit. Aucune des expéditions précédentes ne fait l’objet d’un tel investissement textuel. L’écriture de la conquête du Maranhão, et plus largement le dialogue instauré à cette occasion avec la métropole et le roi par les officiers, militaires, religieux et municipalités engagés dans cette entreprise, permettent d’aborder la question du processus d’identification de ces luso-brésiliens, et partant celle de leur relation à l’union ibérique.

3L’attention portée à un tel processus, comme aux pratiques d’identité développées dans le cadre de l’union ibérique, suppose une prise de distance à l’égard de l’historiographie traditionnelle, prompte à rechercher dans l’Amérique portugaise elle-même les signes d’un patriotisme portugais, d’une veine anti-castillane, voire les germes d’une nation proprement brésilienne. Les manifestations de l’appartenance de ces luso-brésiliens à l’union ibérique étudiées ici, tout comme la vision intégrée des deux empires ibériques dans cette région qui se dégage de leurs écrits, pose le problème de telles catégories et, plus largement, celui de notre perception politique de la société luso-brésilienne du XVIIe siècle. C’est dans ce cadre que nous reviendrons plus particulièrement sur une expédition, celle de Pedro Teixeira, et le traitement historiographique dont elle a fait l’objet.

L’appartenance du Maranhão et Grão Pará à l’union ibérique

4Au regard des précédentes étapes de l’expansion luso-brésilienne, la tentative de colonisation française au Maranhão, conduite par La Ravardière, modifie clairement la perspective de cette conquête. Il ne s’agit plus de combattre des indigènes peu dociles, comme dans les expéditions antérieures, mais des ennemis eux aussi européens. L’implication du pouvoir royal et la dynamique de relation qu’elle suscite entre les deux rives de l’Atlantique nous empêchent de considérer cette conquête comme un processus autonome, développé dans les marges de l’empire. Elles en déterminent au contraire les contours et les représentations.

5L’entreprise du Maranhão avait été initialement envisagée dans les mêmes termes que les expéditions précédentes. Elle est laissée, dans un premier temps, aux soin d’un particulier, Pero Coelho de Sousa, qui s’engage à en faire la conquête. Le gouverneur général de l’époque, Diogo Botelho, en assure toutefois la supervision. Partie en 1603, l’expédition conduite par Pero Coelho de Sousa échoue dans son objectif premier. S’il n’est plus question, dans les années qui suivent, de nouvelle expédition à destination du Maranhão, cette région continue de susciter l’intérêt. Le nouveau gouverneur général, Diogo de Meneses, s’emploie à recueillir davantage d’informations la concernant. Des relations établies par Diogo de Campos Moreno, à sa demande, ressort clairement l’intérêt stratégique de cette région pour la sécurité des routes maritimes et du commerce ibérique. A ces informations prises sur le terrain viennent s’ajouter celles reçues en métropole de divers points d’Europe, concernant l’existence dans cette région d’une présence étrangère. Les rumeurs d’une présence française dans le Maranhão, mais aussi anglaise et hollandaise, plus au nord, dans l’embouchure de l’Amazone, conduisent le pouvoir royal à s’engager plus avant dans le processus de conquête en cours dans l’Amérique portugaise.

6L’appropriation dont fait l’objet l’entreprise du Maranhão de la part de la couronne apparaît de manière évidente dès 1612. Le roi confie alors formellement la conquête de cette région au nouveau gouverneur général, Gaspar de Sousa, en l’inscrivant dans son regimento. La lettre qu’il lui adresse, cette même année, manifeste l’importance que le pouvoir royal accorde à cette entreprise. Répétant la priorité qu’il donne à la conquête du Maranhão, il y annonce son intention de récompenser toute personne qui s’engagera dans cette entreprise. Les trois expéditions nécessaires à la conquête du Maranhão sont ainsi marquées par une présence croissante des autorités royales. La dernière, partie de Pernambouc en septembre 1615, sous le commandement d’Alexandre de Moura, aboutit finalement à l’expulsion des Français. Celui-ci, muni de pouvoirs exceptionnels, entreprend immédiatement l’encadrement politico-administratif de l’espace nouvellement conquis. La distribution de terres, la nomination d’officiers du roi, la mise en place de structures de gouvernement s’accompagnent, dans les années suivantes, de mesures de peuplement, engagées depuis la métropole. La séparation administrative de cette région, détachée de l’Estado do Brasil, et reliée directement au gouvernement de Lisbonne, aboutit à la création, en 1621, d’une nouvelle entité, l’Estado do Maranhão e Grão Pará. L’intérêt porté à cette région par le pouvoir royal se traduit finalement dans l’intense circulation de l’information entre les deux rives de l’Atlantique. Celle-ci se double d’une circulation interne à la péninsule, entre Lisbonne et Madrid, et de l’intervention des organes castillans sur la question du Maranhão. Les deux couronnes sont, de fait, concernées, l’une et l’autre menacées dans leur souveraineté par les tentatives de colonisation de l’Europe du Nord dans cette région. L’enjeu que représente la conquête du Maranhão pour l’union ibérique est clairement intégré par les luso-brésiliens engagés dans cette entreprise. Il détermine leur propre représentation de cette région. Il influence plus profondément leur processus d’identification. C’est dans ce cadre impérial, en effet, que l’on voit émerger les éléments à travers lesquels se définissent les acteurs de cette entreprise.

7Il faut tout d’abord s’arrêter sur la figure de la conquista qui se dégage de l’ensemble de la production écrite suscitée par l’entreprise du Maranhão. Ce nom de conquête, qui apparaît de manière récurrente dans tous ces textes, demeure, de fait, accolé à cette région tout au long de l’union ibérique. Si la nature de frontière que conserve le Maranhão durant cette période contribue au maintien de ce terme, elle ne suffit pas à expliquer sa prégnance. La référence à la conquête est omniprésente, et fait l’objet d’une exaltation constante. L’entreprise du Maranhão apparaît, de fait, revêtue d’une aura particulière. La confusion entre les fleuves Maranhão et Amazone, et la charge légendaire de cette région, y prennent une grande part. Les mythes qui lui sont associés, celui des Amazones, et plus encore celui de l’El Dorado, conservent à cette époque toute leur vivacité. S’ils confèrent à cette conquête un caractère prestigieux, les tentatives réitérées par le passé pour s’emparer de cette région y contribuent d’autant, et lui donnent une valeur plus grande encore. Une telle exaltation n’en paraît pas moins singulière et, d’une certaine manière, paradoxale dans le contexte de l’union ibérique. Elle tranche, en effet, avec la défiance ancienne des Habsbourg à cet égard, interdisant dès 1556 l’emploi des termes de conquista et de conquistador. Elle se démarque tout autant de la politique menée au même moment par le pouvoir royal en Europe, et connue sous le nom de Pax Hispanica. C’est pourtant l’engagement manifeste du roi dans la conquête du Maranhão qui lui donne autorité, en même temps qu’il autorise sa représentation. La valorisation de la conquista à laquelle on assiste ici ne peut s’entendre sans cette relation fondamentale. La représentation de la conquête du Maranhão s’organise clairement autour de la figure du roi. Cette conquête est la sienne. Opposée à la guerre du sertão, cette guerre du roi l’est aussi de par l’identité européenne des ennemis à combattre. La conquête du Maranhão, relatée par Diogo de Campos Moreno, se construit ainsi sur le modèle d’une guerre européenne. Son déroulement suit les préceptes de l’art de la guerre, telle qu’elle est pratiquée en Europe. La perspective donnée à cette conquête, le patronage royal dont elle jouit, tout comme l’identité européenne de ces ennemis, autorisent, par-delà sa valorisation, l’héroïcisation de ses acteurs luso-brésiliens.

8De cette manière, si les luso-brésiliens du Maranhão exaltent la figure de la conquista, ils se présentent comme des sujets du roi. Jamais ils ne se définissent comme colons ou colonisateurs. Ils sont avant tout des sujets obéissants au service du roi. La lettre adressée au roi par la municipalité de São Luis do Maranhão, peu après sa constitution, en 1619, s’inscrit clairement dans cette perspective. Se présentant comme l'interlocuteur privilégié de la couronne, elle y définit sa relation au roi en termes de vassalité. Si elle évoque l’esprit des conquistadores, et le sang versé par eux, c’est pour affirmer vouloir suivre leur exemple, en offrant leur vie au service de Sa Magesté, et en fondant à cet endroit un nouvel empire. Et de poursuivre en s’adressant au roi-père auxquels ses fidèles sujets peuvent s’adresser directement. Ce faisant, elle utilise le même langage politique qu’en métropole, recourt aux mêmes topiques. Soulignant les difficultés de gouvernement liées à la distance, elle aborde le problème que constitue l’absence du roi exactement dans les mêmes termes que dans le royaume de Portugal. La situation créée par l’union ibérique apparaît, de fait, intériorisée par ces luso-brésiliens. La municipalité de São Luis do Maranhão rend ainsi hommage à Philippe III de la visite qu’il fait au Portugal cette même année, en l’inscrivant, comme de l’autre côté de l’Atlantique, dans une perspective clairement impériale. C’est dans cette relation au roi, ou tout du moins à la figure royale, que les luso-brésiliens du Maranhão construisent alors leur identité, affirment leur appartenance à l’union ibérique et à l’empire, et adoptent l’idéal social de la conquête, dans sa défense du catholicisme.

9Le catholicisme constitue, en effet, une autre caractéristique fondamentale de ces luso-brésiliens. La référence au catholicisme revient constamment sous la plume des acteurs de cette région, exarcerbée par la conquête elle-même, et le caractère hérétique des Français. L’expédition du Maranhão est revêtue d’un caractère religieux indéniable. Présentée comme une entreprise périlleuse et semée d’embuches, son succès fait d’elle une “ jornada milagrosa ”. Les relations qui lui sont consacrées abondent de signes, qui viennent souligner sa dimension providentielle. Cette dimension est renforcée par l’enjeu d’évangélisation sans cesse réaffirmé par les uns et les autres. L’évocation des régions du Maranhão et Grão Pará s’accompagne toujours de celle des indigènes nombreux qui les peuplent, renvoyant à l’obligation des rois ibériques dans le Nouveau Monde. Si la dénonciation de l’hérésie des Français demeure modérée pendant la conquête du Maranhão, le combat du catholicisme contre les forces hérétiques domine, progressivement, la représentation du Maranhão. La pression croissante des Hollandais sur l’Atlantique et les côtes brésiliennes, la prise de Bahia en 1624, suivie bientôt de l’invasion de Olinda en 1630, enfin, la guerre menée dans la région du Grão Pará, entre 1616 et 1637, contre les Hollandais et les Anglais, présents dans l’embouchure de l’Amazone, s’accompagnent d’une confessionnalisation du conflit. La conquête du Maranhão devient ainsi le théâtre de la guerre catholique pour la foi. Une telle représentation parcourt notamment les écrits du jésuite Luis Figueira sur le Maranhão. Elle éclate dans toute sa violence dans la relation qu’on lui doit, publiée à Lisbonne, en 1631. Rapportant les derniers déroulements de la guerre contre les Hollandais dans cette région, il y associe étroitement l’idéal militaire et la défense de la foi catholique.

10Catholiques, sujets du roi et conquistadores, l’identité de ces luso-brésiliens se forge au sein de l’entreprise de conquête, et s’inscrit profondément dans le cadre de l’empire. La menace que représente, durant cette période, la présence étrangère, exalte les éléments identitaires ibériques et catholiques, et constitue un facteur important dans l’affirmation de leur appartenance à l’union ibérique. L’absence d’identité locale renforce d’autant leurs convictions (la défense du catholicisme, le service au roi, l’idéal social de la conquête), et leur adhésion à une communauté plus globale, construite autour de la figure royale. Ainsi la formation de la communauté locale du Maranhão, simultanément à sa conquête et à son insertion dans l’empire, conduit-elle à une distinction floue entre celle-ci et la métropole. A cette indéfinition répond d’ailleurs la représentation unitaire qu’ils ont de la péninsule ibérique, se référant de préférence à l’“ Espagne ”, voire à l’“ Hispania ”, plutôt qu’au royaume de Portugal. En affirmant la consécration divine de cette entreprise, ainsi confiée au monarque par Dieu, la narration de la conquête du Maranhão établit un lien très étroit entre cette dernière et le roi catholique. Cette vision du Maranhão l’inscrit profondément dans la perspective de la monarchie catholique. L’affirmation par ces luso-brésiliens de leur appartenance à l’union ibérique s’accompagne finalement d’une vision intégratrice des deux empires portugais et castillan dans cette région.

La vision intégratrice des deux empires ibériques dans cette région

11L’union dynastique des couronnes de Castille et de Portugal, scellée en 1581, établit la séparation théorique des deux empires castillan et portugais, à l’instar des deux royaumes péninsulaires, unis en la seule personne du roi. Celle-ci ne saurait empêcher toutefois la continuité géographique existante entre les Indes de Castille et le Brésil. Ni l’indéfinition des limites, qui se trouve, de fait, accentuée par la situation créée par l’union ibérique. L’existence d’un roi commun favorise, en effet, leur intégration dans une vision commune du Nouveau Monde. Elle renvoie également à leur complémentarité en matière de défense. La prise de Bahia et sa récupération par les forces luso-castillanes en est sans doute l’exemple le plus connu. Auparavant, la conquête de la Paraiba au Brésil, ou encore la défense du détroit de Magellan, sont l’occasion d’une coordination et d’une assistance mutuelle entre les deux empires ibériques dans l’Atlantique. Cette vision commune de la défense du continent américain préside également à la conquête du Maranhão et à sa poursuite immédiate vers le Pará. La présence de Hollandais et d’Anglais dans l’embouchure de l’Amazone, menaçant tout à la fois les Indes de Castille et le Brésil, nous y avons fait allusion, justifie l’intervention des organes castillans, mais aussi les demandes réitérées du Conseil de Portugal, appelant à une participation financière de la couronne de Castille aux expéditions de conquête organisées en direction de l’Amazone.

12Cette dynamique d’intégration est profondément incorporée par les luso-brésiliens présents dans cette région. Ces derniers définissent le Maranhão comme un territoire du milieu, situé entre les Indes de Castille et l’Etat du Brésil. Ils se réfèrent de manière récurrente à cette situation géographique, tout comme à sa position stratégique pour la sécurité des voies maritimes et du commerce ibérique. La représentation qu’ils donnent du Maranhão souligne la nécessité d’une défense commune, en faisant de cette région un enjeu tant pour la couronne de Portugal que pour celle de Castille. Mais leur vision intégratrice apparaît autrement dans les nombreuses évocations des Indes de Castille. Celles-ci, et plus particulièrement le vice-royaume du Pérou, constituent le point de référence principal aux descriptions du Maranhão et Grão Pará. Elles en sont aussi le terme de comparaison, par rapport auquel sont présentées les grandeurs et les richesses de cette région.

13Elle se manifeste également par le recours à l’exemple des Indes de Castille, comme modèle de colonisation. S’il est invoqué, au début du XVIIe siècle, au sujet des mines brésiliennes, il concerne ici plus précisément l’institution de l’encomienda que les luso-brésiliens voudraient voir implanter dans le Maranhão et Grão Pará. Cette institution, née avec la conquête espagnole, se trouve alors dans une phase de déclin. Combattue par la Monarchie dans l’Amérique espagnole, elle n’en est pas moins défendue par les luso-brésiliens, qui ne se lassent pas d’en décrire les bienfaits, malgré les réticences évidentes du pouvoir royal à son sujet. Bento Maciel Parente, figure controversée de la conquête du Maranhão, s’en fait alors le défenseur le plus acharné. S’il s’y réfère souvent dans ses nombreux écrits, il y revient plus particulièrement dans un papier consacré à la question des indigènes dans le Maranhão, justifiant le recours au modèle castillan et l’implantation de l’encomienda dans le Maranhão et Grão Pará. Il offre de cette institution une défense argumentée, s’appuyant sur l’Eglise et les “ préceptes divins ”, pour légitimer le modèle qu’il expose. Il y mobilise conjointement sa propre expérience, les échecs de l’Etat du Brésil en la matière, et la dénonciation insidieuse du pouvoir des jésuites. Ce faisant, il entend répondre aux critiques dont l’encomienda fait l’objet à l’époque, en affirmant que “ c’est une erreur manifeste que de dire et de penser que ce mode de peuplement est injuste et violent envers les indiens ”. S’agissant d’attirer les colons dans cette région, il ne voit aucun inconvénient à ce système, d’autant plus qu’il continue d’être en vigueur dans les Indes de Castille. Il y voit également une manière efficace de mettre un terme aux expéditions luso-brésiliennes de capture d’indigènes qui constituent au même moment un sujet de préoccupation. L’imitation du modèle castillan se prolonge dans la proposition qui suit, concernant l’ouverture d’une nouvelle route maritime à travers l’Amazone, et la création d’une “ carrera del Maranhão a España y las islas Terceras ”.

14Cette vision intégrée des deux empires ibériques, proposée par les acteurs de cette conquête, culmine, en effet, avec les propositions d’exploration du fleuve Amazone et de son insertion dans le commerce atlantique. Son ouverture permettait, selon eux, d’acheminer l’argent du Potosi jusqu’en métropole, en évitant les attaques des ennemis de la Monarchie et en gagnant un temps précieux. Cette possibilité est, en réalité, évoquée dès 1616, au moment de la conquête du Pará. Elle réapparaît de manière insistante dans la décennie suivante. Simão Estacio da Silveira est l’auteur d’une de ces propositions. Installé dans le Maranhão, il se trouve alors en métropole, en tant que procurador (représentant) des habitants du Maranhão, et publie à Lisbonne, en 1624, une Relação summária das cousas do Maranhão. Cette relation renferme une proposition d’intégration des deux empires ibériques autour du fleuve Amazone, présentée par l’auteur aux autorités métropolitaines, quelques années auparavant, en 1618. Il renouvelle cette proposition, en 1626, dans le cadre d’une relation de la nouvelle conquête du Pará et des premiers résultats de l’exploration de la région de l’Amazone. Il s’y propose de mener à bien l’ouverture d’une nouvelle voie de navigation à travers le fleuve Amazone pour le transport de l’argent du Potosi, intégrant les deux empires ibériques. Il n’est pas le seul. Au même moment, d’autres découvreurs adressent au monarque cette même proposition. C’est le cas de Luis Aranha de Vasconcelos. Celui-là avait été spécialement mandaté dans cette région par le pouvoir royal, en 1622, pour y réaliser la découverte de l’Amazone, et en chasser les étrangers du nord de l’Europe. Il revient en métropole deux ans plus tard pour y informer le roi des résultats de son expédition, et proposer l’ouverture du fleuve Amazone pour le transport de l’argent du Potosi. Ce que fait aussi son rival, Bento Maciel Parente, qui offre, comme lui, ses services à la couronne et évoque la création d’une nouvelle route maritime.

15L’horizon d’intégration économique que ces propositions renferment, leur dimension impériale, s’inscrivent profondément dans l’union ibérique. De telles propositions en sont l’expression, et rappellent certains des projets qui accompagnèrent la gestation de l’union dynastique des couronnes de Portugal et de Castille. Elles sont pourtant clairement en décalage avec les termes du compromis de Tomar, et plus encore avec les intérêts établis, à commencer par ceux de la Casa de Contratación de Séville, défendus à Madrid par le Consejo de Indias. Si ces arbitrios répondent à l’intérêt que cette région suscite en métropole, ils soulèvent le problème de juridiction inhérent à cette conquête du Maranhão et Grão Pará, située aux marges des territoires respectifs des couronnes de Portugal et de Castille. La vision qu’ils proposent met ainsi au défi les propres représentations institutionnelles en vigueur. Mais de la même manière, si elle manifeste une confusion certaine non seulement des limites territoriales mais aussi des juridictions, elle ne pouvait surgir que dans le cadre de l’union ibérique.

16Le processus d’identification des luso-brésiliens du Maranhão conduit ainsi de l’affirmation de leur appartenance à l’union ibérique à une vision intégrée des empires castillan et portugais dans cette région. Ce faisant, ils participent pleinement de la situation créée par l’union dynastique des couronnes de Castille et de Portugal. La représentation qu’ils donnent de cette région, et d’eux-mêmes, renvoie profondément à l’union ibérique, aux espoirs qu’elle suscita comme aux tensions qui l’accompagnèrent. Mais nulle trace ici d’un quelconque sentiment anti-castillan, d’un patriotisme portugais ou seulement local. Au fond, ces luso-brésiliens rêvent d’un nouvel empire. Le recours aux notions de patrie ou de nation se révèle ainsi inadéquat. Elles sont tout simplement absentes du discours de ces luso-brésiliens. A leur place, l’empire, la défense du catholicisme, la figure du roi, des juridictions à définir, des services à négocier… Il importe de souligner que les éléments d’identification présentés ici relèvent de pratiques d’identité développées dans le cadre de l’union ibérique. Ce sont autant de pratiques politiques, inscrites dans la relation établie avec le roi, et la négociation des services rendus. Un lien fondamental pour comprendre le Maranhão, et plus largement l’Amérique portugaise, dans l’union ibérique. Ces éléments nous amènent finalement à revenir plus particulièrement sur un épisode de l’histoire du Maranhão et Grão Pará de cette époque. L’expédition de Pedro Teixeira, et la manière dont elle a été envisagée par l’historiographie, posent, en effet, problème. En revisitant ici cet épisode, il s’agit de montrer la non-pertinence des catégories nationales dans l’analyse de cette situation et, plus largement, la nécessité de repenser notre perception politique de la société luso-brésilienne du XVIIe siècle.

Retour sur l’expédition de Pedro Teixeira et son traitement historiographique

17Organisée sous les auspices du gouverneur intérimaire du Maranhão, Jacome Raimundo de Noronha, l’expédition conduite par Pedro Teixeira quitte Belem do Pará, en 1637, et parvient à remonter le fleuve Amazone jusqu’à Quito. Elle y est accueillie, semble-t-il, dans une atmosphère festive. Après un séjour de quelques mois dans cette ville, et la consultation des autorités du vice-royaume, Pedro Teixeira et ses hommes sont autorisés à reprendre leur route, en compagnie de deux jésuites, Acuña et Artieda, chargés d’informer le roi des résultats de l’expédition. Sur le chemin du retour, Teixeira, “ capitan por su magestad de las entradas y descubrimiento de Quito y rio Para ”, suivant les instructions dont il était muni, établit un acte de possession “ en nombre del rey Felipe IV nuestro rey por la corona de Portugal ”. Ils arrivent au Pará en 1639.

18Certaines interprétations historiographiques donnent de cette expédition une vision stratégique et nationaliste, dirigée contre la couronne de Castille, visant à étendre le territoire brésilien aux dépens des Indes de Castille. D’aucuns lui attribuent même un caractère prérévolutionnaire, en coordination avec le mouvement métropolitain qui conduisit à l’acclamation du duc de Bragance le 1er décembre 1640. En réalité, on ne se rappela l’expédition de Teixeira qu’au XVIIIe siècle, lorsqu’il s’est agi de faire valoir des droits territoriaux et de délimiter des frontières dans cette région. L’importation de catégories nationales sur cette expédition relève d’une lecture téléologique. Un bref retour sur cet épisode montre combien cette situation s’inscrit, au contraire, dans le cadre de l’union ibérique et la dynamique intégratrice en elle contenue. Il ne s’agit nullement ici de donner une image harmonieuse de l’union ibérique. Elle est, dans cette région, comme ailleurs dans l’Amérique portugaise, également source de tensions, de concurrence et de rivalités. Mais il est autrement nécessaire d’en renouveler l’approche.

19L’expédition de Teixeira se situe, en effet, dans le sillage de missions antérieures qui poursuivaient le même objectif : l’exploration et la conquête de l’Amazone, en même temps que l’expulsion des européens du Nord présents dans l’embouchure de ce fleuve. Cette mission avait été confiée en 1621 à Vicente dos Reis Villalobos de la juridiction de Quito ; l’année suivante, à Luis Aranha de Vasconcelos auquel nous avons fait allusion ; en 1626, à Bento Maciel Parente ; en 1634, enfin, au gouverneur du Maranhão et Grão Pará, Francisco Coelho de Carvalho. Aucune d’entre elles ne parvint au résultat escompté. Mais il ressort de ces diverses tentatives que, devant la menace que faisait peser sur cette région la présence des Hollandais et des Anglais, l’indéfinition des limites territoriales et juridictionnelles entre les deux empires ibériques importait finalement peu. L’existence d’un roi commun suffisait.

20L’expédition de Teixeira, même si elle n’est pas expressément ordonnée par le monarque, s’inscrit dans ce contexte. Elle ne pouvait avoir lieu que dans ce cadre. Ainsi l’acte de possession établi par Teixeira sur le chemin du retour au nom de la couronne de Portugal, utilisé comme argument de la thèse nationaliste que j’ai évoquée, obéit-il aux instructions données par Philippe IV précédemment. Il relève d’ailleurs des Ordenanzas de 1573. On ne saurait, en effet, trouver ici de particularisme portugais face à la manière castillane. Cette région, jusques là inoccupée par les ibériques, était, suivant l’interprétation du traité de Tordesillas et la ligne de démarcation entre les deux couronnes, du ressort de la couronne de Castille. Ce qui justifiait, nous l’avons évoqué, les demandes du Conseil de Portugal siégeant à Madrid d’une participation financière de la couronne de Castille concernant ces expéditions luso-brésiliennes en direction de l’Amazone. Les rois Habsbourg ne s’embarassèrent nullement de ces considérations, en confiant à ces luso-brésiliens l’exploration de l’Amazone et l’expulsion des Hollandais hors de cette région. Ils semblaient alors les mieux à même de réaliser ces objectifs. Et ils étaient autant de sujets dévoués à leur service. Dans cette perspective, Philippe IV concéda des capitanias situées dans les régions du Maranhão et Grão Pará. Celle de Cabo do Norte, attribuée à Bento Maciel Parente, en 1637, se situe très clairement par-delà les limites établies par le traité de Tordesillas.

21Si des réactions d’opposition se font jour à l’annonce de l’expédition de Teixeira, elles ne relèvent nullement du domaine de la nationalité, ni ne sont la démonstration d’une rebellion luso-brésilienne contre la souveraineté castillane. Elles renvoient, de fait, à une réticence plus ancienne des organes de gouvernement castillans, exprimée dès la conquête du Maranhão en 1615, concernant la confusion juridictionnelle qu’elle portait en elle. Plus largement, la présence portugaise dans les Indes de Castille, et leur importante activité économique, contrariait les intérêts de la Casa de Contratación de Séville. Ce qui motive, en 1639, les critiques du président de l’audience de Quito, comme celles du gouverneur de Caracas, tient aux répercussions régionales de cette expédition. Ce sont des motifs économiques et juridictionnels qui générent leur réprobation, relayée en métropole, quelques mois plus tard, par le Consejo de Indias. Cette expédition, en ouvrant l'Amazone aux Portugais, apparaissait préjudiciable aux intérêts de la Castille et de son commerce. Elle posait également le problème de l’esclavage des Indiens, et du commerce qu’en faisait les luso-brésiliens. Si le président de l’audience de Quito, Alonso Perez de Salazar, propose alors l’établissement de limites entre les deux couronnes, c’est parce que “ de la confusion se sigue inconvenientes graves que se han experimentado en las invasiones que por terra han hecho y hazen los portugueses de los estados de el Brasil por la parte que se confina con la provincia e gobierno de Paraguay. I como por aquella parte las hazen solamente para cautibar Indios y llevarlos para servirse de ellos en los trapiches de Azucar, y venderlos las han de hazer en las poblaciones de este rio, e introduzir la comunicacion con estas provincias… ”. Et, de fait, un tel commerce est avéré dans cette région depuis plusieurs années. Les critiques alors exprimées doivent ainsi être reliées au problème posé, au même moment, par les entrées paulistas, aux tensions qui agitent alors les Indes de Castille, et finalement à la conjoncture atlantique bouleversée par l’invasion hollandaise du nordeste brésilien. Ainsi une interprétation stratégique et nationaliste de cette expédition ne correspond-elle pas à la situation exposée. Rien ne vient ici remettre en cause la fidélité déclarée à Philippe IV. Vivant au rythme de la guerre hollandaise, le Maranhão connaît une conjoncture distincte de celle du royaume. Quant au pouvoir local, il demeure, jusqu’à l’acclamation du duc de Bragance, étroitement lié à la monarchie du roi catholique. Même si la rupture de 1640 a des implications certaines dans l’évolution politique de cette région, on ne peut que constater, à cette date précise, le décalage existant avec la propagande mise en œuvre outre-atlantique.

22Situé aux confins de l’empire portugais, le Maranhão n’en manifeste pas moins très clairement la dynamique intégratrice présente dans l’union ibérique, exprimant ses attentes et ses tensions. Il en offre ainsi une image complexe, bien loin de celles traditionnellement transmises par l’historiographie. Bien loin, aussi, du Portugal de 1640 et de l’intense propagande qui l’entoure, replète de rhétorique patriotique et nationaliste. Au regard du Maranhão, comme d’ailleurs de l’Etat du Brésil, la date du 1er décembre qui voit l’accession au trône du duc de Bragance ne saurait avoir la même signification. Il reste à souligner la spécificité de cette région du Maranhão et Grão Pará. Il est, à travers l’Amérique portugaise, d’autres contextes, d’autres relations à l’union ibérique. Bahia, Pernambouc, ou encore la région de São Paulo, connaissent des conjonctures distinctes. Mais dans aucune on ne trouvera alors les germes d’un quelconque nationalisme. Le mouvement des nativismos est encore à venir. L’identité des luso-brésiliens du Maranhão se forge fondamentalement dans le cadre de l’entreprise de conquête et, ce faisant, dans l’empire et la monarchie catholique. La menace étrangère constante qui pèse sur cette région, et la confessionalisation du conflit, renforcent les éléments identitaires ibériques et catholiques. Elles viennent autrement modifier la perception, dans cette région, des autres européens qu’ils soient français, hollandais, anglais ou irlandais, et influencer la conception plus spécifiquement portugaise du peuplement de l’Amérique portugaise. La question du peuplement du Maranhão et de l’installation d’étrangers dans cette région, après 1640, gardera la mémoire de l’union ibérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guida Marques, « Entre deux empires : le Maranhão dans l’Union ibérique (1614-1641) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 23 mars 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/59333 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59333

Haut de page

Auteur

Guida Marques

CRH-EHESS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page