Skip to navigation – Site map
Debates | 2010
Patrie(s) et nation(s) dans l'Amérique des Habsbourgs – coord. Bernard Lavallé
Patrick Lesbre

Fernando de Alva Ixtlilxochitl et son Histoire [de la nation] chichimèque

[28/03/2010]

Abstracts

Seen as the last book of the mixed-race chronicler Fernando de Alva Ixtlilxochitl, and his most achieved work, the History of Chichimec [Nation] has an ambiguous title. But the concept of nation is present in it, although not very extensive. And if the concept of chichimec nation is not prevailing, the author built nevertheless a fiction of national prehispanic history centered around chichimecayotl, empire and nahuatl language.

Top of page

Full text

1Considérée comme le dernier ouvrage du chroniqueur métis Fernando de Alva Ixtlilxochitl mort en octobre 1650, et son œuvre la plus aboutie, l’Historia [de la Nación] Chichimeca porte un titre ambigu. Mais le concept de nation y est présent, à défaut d’y abonder. Et si celui de nation chichimèque ne prédomine pas, l’auteur construit néanmoins une fiction d’histoire nationale préhispanique centrée autour de la chichiméquité, de l’empire et de la langue nahuatl.

I. Titre

2Il reflèterait une volonté d’histoire nationale et non locale, même si elle se centre essentiellement sur Tezcoco.

  • 1  Pour une identification précise des différentes copies nous renvoyons à l’analyse de Edmundo O’Gor (...)

3Quand Alva Ixtlilxochtil entreprend la rédaction de son grand œuvre, l’Histoire de la Nation Chichimèque, il a déjà rédigé un certain nombre d’ouvrages historiques : Sumaria Relación de Todas las Cosas (SRTC), Sumaria Relación de la Historia (SRH), Compendio (Comp.), Relación Suscinta (RS). Si le titre était certain on pourrait alors se demander pourquoi choisir comme titre la « Nation chichimèque » ? Quel sens cherchait-il à lui donner ? Le titre est-il dû à Alva Ixtlilxochitl ? Rien n’est moins sûr. En l’absence du manuscrit original il est difficile de trancher1.

4Pour les spécialistes mexicains c’est un titre donné par Veytia au XVIIIe siècle :

  • 2  O’Gorman in Alva Ixtlilxochitl, op. cit., 1975, tome 1, p. 215.

El título arriba transcrito es el que encabeza la obra en las copias en Memorias de Nueva España, tomo 13. Como éstas proceden de la copia Veytia, indudablemente figuraba en ella el mismo título que, por otra parte, seguramente fue de su invención2

  • 3  O’Gorman in Alva Ixtlilxochitl, op. cit., 1975, tome 1, p. 215.

5Cependant, les mêmes spécialistes indiquent que le manuscrit est intitulé “Historia chichimeca” par Veytia dans son Historia3.

  • 4  O’Gorman in Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 215 : “Posiblemente éste era el título origin (...)
  • 5 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 215 : respectivement Balbuena-Boturini et López-Boturini.
  • 6  Le terme empire n’apparaît qu’à partir de l’intitulé du chapitre 8, puis 15. Il faut attendre l’in (...)

6Boturini et Clavigero au XVIIIe siècle le désignent comme Historia general de la Nueva España, que l’on pourait considérer comme le titre original vraisemblable de l’œuvre4. Dans les catalogues de la collection Boturini dressés en Nouvelle-Espagne au milieu du XVIIIe siècle on parle de « Manuscrito de la historia del Imperio Chichimeca y conquista que hicieron los españoles », ou « Manuscrito que trata del Imperio Chichimeca hasta la entrada de los españoles »5. Ce qui indiquerait que le document obtenu par Boturini n’avait déjà pas de titre clair, hormis peut-être l’allusion à l’empire chichimèque6. Le titre Historia general de la Nueva España pourrait s’inspirer de celui de Sahagun, dont Alva Ixtlilxochitl a consulté certains manuscrits.

  • 7 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., 1977, tome 2, p. 205 (cap. 82).
  • 8  “Es curiosos que en el título de este capítulo se hable de la quema de los navíos, fábula con que (...)
  • 9 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 67 et 68 (cap. 26) : “un caballero de nación otomí llamado (...)

7On constate parfois des contradictions entre l’intitulé d’un chapitre et son contenu. La plus signifiante est le chapitre 82 « Que trata de lo más que le sucedió a Cortés en la Villa Rica, y quema de los navíos »7. Alors que le titre reprend la légende des vaisseaux brûlés, le contenu du chapitre détaille quant à lui leur démantèlement, conforme à la vérité historique. Cette contradiction faisait déjà supposer à Chavero à la fin du XIXe siècle que les titres des chapitres pouvaient être d’une autre main8. Ce que confirmerait la maladresse dans l’intitulé du chapitre 59. Ou encore la contradiction pour les anthroponymes entre le titre (Quácoz) et le contenu (Coácoz) du chapitre 26 9.

8Si les chapitres n’ont pas tous été intitulés par l’auteur, le titre semble lui aussi relever d’une autre main, ou présenter des interpolations.

  • 10 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 217.
  • 11 Alva Ixtlilxochitl, op. cit.,, tome 1, p. 217.

9L’œuvre a été publiée pour la première fois en 1848 par Kingsborough qui l’intitule « Historia chichimeca »10. Il faut attendre 1892 et l’édition mexicaine de Chavero pour voir apparaître le titre d’ « Historia de la Nación chichimeca »11. Cet ajout reflèterait ainsi bien mieux la mentalité mexicaine de la fin du XIXe siècle (qui cherche en 1892 à publier une histoire nationale y compris préhispanique) que celle de son auteur à la charnière entre fin XVIe et mi-XVIIe siècles, Veytia étant peut-être à l’origine de ce quiproquo. Peut-on en inférer autre chose ? On remarque que l’expression « nation chichimèque » ne prédomine pas dans le texte de l’œuvre. L’exposé s’achèverait donc avant même d’avoir commencé.

10Pourtant le terme ‘nation’ est employé par l’auteur. Et sa volonté d’écrire une histoire nationale (non pas du Mexique mais de la Nouvelle-Espagne), transcendant les particularismes locaux (même si Tezcoco est toujours au centre et au sommet), est caractéristique de son œuvre.

II. Emploi du terme « nation »

  • 12  Cf. Ward, op. cit., p. 228-229. Avec toutefois un bémol pour l’exemple utilisé pour démontrer qu’A (...)

11Thomas Ward ayant déjà abordé la variété des emplois (confédération, peuples conquis etc.) nous renvoyons à son analyse12. Le mot nation est abondamment employé par Alva Ixtlilxochitl. Mais pas toujours de la même façon selon les ethnies abordées.

1. Le mot nation chez Alva Ixtlilxochitl :

  • 13  Alva Ixtlilxochitl, op. cit.,, tome 1, p. 287 (SRTC).
  • 14  Cf. Jean-Paul Le Flem, “L’idée de nation en Espagne au XVIIe siècle”, in XVIIe siècle, n° 176, jui (...)

12L’auteur n’a pas attendu de rédiger l’Historia [de la Nación] Chichimeca pour employer le mot nation. Dans un écrit plus ancien Alva Ixtlilxochitl donnait à ce terme une acception non plus ethnique mais sociale dont on ne retrouve pas trace dans son Histoire Chichimèque : « Un viejo que había treinta o cuarenta años que siempre lo hacían gobernador por ser criado con los religiosos y muy ladino, aunque villano de nación »13. On peut même se demander si le sens n’est pas ici celui de naissance, tout comme « ciego de nación » pour l’aveugle de naissance14. L’idée de naissance serait alors encore fortement liée à celle de nation.

  • 15 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 306 (SRTC).
  • 16  Mazarin « fonde par testament le collège des Quatre Nations destinés aux élèves provenant des quat (...)

13Le terme nation est employé dans la Sumaria Relación de Todas las Cosas qui consacre un chapitre entier à ces considérations : « Las naciones que hubo en la Nueva España y hay hoy día, y las lenguas que usa en cada nación »15. Alva Ixtlilxochitl semble bien donner à nation le sens traditionnel de peuple (encore fortement présent mi-XVIIe siècle)16 et non le sens moderne de nation.

  • 17 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 306-307 (SRTC) [nous soulignons].

Dos linajes había en esta tierra y hay hoy en día, según parece en las historias. Chichimecas es el primero, y el segundo toltecas ; y de estos dos linajes de gente hay muchas generaciones que tiene cada una de ellas sus lenguas y modo de vivir, pero a todas ellas la una parte se aprecian y dicen que son chichimecos los que trajo el gran Xólotl, que son [...]. Y la segunda, son [...] ; de suerte que unos son chichimecos y otros tultecas. Los que dicen nahuatlaca, que hablan la lengua culhua, que ahora los españoles llaman la lengua mexicana, son de todos géneros de naciones, especialmente los que aprendieron esta lengua.17

  • 18  Covarrubias, 1995, p. 772 : Nación « vale reino o provincia extendida, como la nación española ».

14Alva Ixtlilxochitl, quand il cherche à présenter un lien unifiant différents peuples, par delà leurs différences locales, recourt à l’origine (chichiméquité ou toltéquité) et à la langue. Le terme nation n’est pas employé dans un sens territorial ou géopolitique, tel que celui donné par Covarrubias en 161118. Or Alva Ixtlilxochitl meurt en octobre 1650 et a donc pu à loisir être influencé par cette définition, ce qui n’est pas le cas, comme le confirme la fin de ce passage :

  • 19 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 307 (SRTC) [nous soulignons].

Al fin, cada nación como la [la langue náhuatl] pudo aprender la habla, como entre nosotros hablamos cada nación diferente la lengua castellana como son gallegos, vizcaínos, portugueses y otras naciones que hay en España, y fuera de los nahuatlacas hay otras lenguas diferentes de las unas y de las otras [...] pero con lo que se ha dicho basta para entender las lenguas y naciones que hubo en esta tierra y hay hoy día.19

  • 20 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 10, 11 ; 13, 35, 82.
  • 21 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15, 27, 28, 34, 68, 69.
  • 22 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 17-18, 243.
  • 23 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 28, 29, 157, 164.
  • 24  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 236 (cap. 90). Cf. Ward, op. cit., p. 232. Cf. note 66. O (...)
  • 25  Molina, Vocabulario 1555, fol. 88r. Ce qui pourrait se traduire par « les gens à part » ou « les g (...)

15C’est ce sens que l’on retrouve dans son œuvre la plus aboutie, l’Historia [de la Nación] Chichimeca. Les occurrences du terme nation s’appliquent à une multitude d’ethnies ou peuples : Toltèques20, Chichimèques21, Acolhua22, Mexica23, Tlailotlaque, Tepaneca, Otomi, Cuexteca, Zapoteca, mais aussi « nuestra nación española »24. En inférer un sens national moderne, ou un embryon de conscience nationale américaine ou « créole », semble un exercice impossible au vu de la dernière citation et un exercice anachronique et inutile. Il semble plus proche de l’occurrence donnée par Molina en 1571 : « Nación de gentes. cecni tlaca »25.

  • 26  Sans distinction entre citations explicites (nation chichimèque ou nation des Chichimèques) et imp (...)

16Le titre actuel focalise le lecteur sur la nation chichimèque. Elle peut sembler la plus citée, mais c’est trompeur. On trouve bien sept occurrences pour les Chichimèques26 contre quatre pour les Mexica, ou trois pour les Otomis ou les Acolhuas. Mais la nation la plus citée reste la nation toltèque, qui compte au moins treize occurrences soit près d’un quart.

  • 27  Les titres n’étant pas forcément de l’auteur, nous avons opté pour les séparer dans les décomptes. (...)

17Certains chapitres sont particulièrement riches en occurrences explicites (le terme nation étant associé à une ethnie ou un peuple), contrairement à d’autres. C’est le cas des chapitres 2 (2), 5 (6), 13 (5), 26 (2) et 60 (2),. Ils concentrent sur cinq chapitres 18 occurrences sur un total de 27, (et vingt sur vingt-neuf si l’on inclut les titres des chapitres)27.

18Si l’on retient également les occurrences du terme nation sans association explicite à un nom de peuple (occurrences implicites), alors trois chapitres concentrent les plus nombreuses : les chapitres 4 (5 implicites), 5 (6 explicites) et 13 (5 explicites), soit entre 8 et 10 %.

19Trois chapitres sur 95 incluent le terme nation dans leur intitulé (chap. 2, « nación tulteca », chap. 26 « nación otomi », chap. 63 « naciones remotas »). Si on les ajoute, on obtient alors par peuple ou ethnie évoqués :

Occurrences du terme nation dans l’Histoire Chichimèque en incluant les titres des chapitres.

  • 28  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15 (cap. 4). Nous aurions pu trancher pour culhua-tulteca (...)
  • 29  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 144 (cap. 53).
  • 30  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 157 (cap. 60).
  • 31  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 183 (cap. 73).

20Ces tableaux ne peuvent qu’être réducteurs. Quand Nauyotzin prend la parole, le terme de nation n’est pas associé à un adjectif : il oscille entre toltèque (début du récit) et culhua (fin du récit)28. Le chapitre 53 parle bien de « tres naciones, que son otomíes, mazahuas y matlatzincas »29, mais pas spécifiquement d’une nation otomi, d’une nation mazahua et d’une nation matlatzinca : nous avons opté pour le pluriel généralisateur, ce qui peut être discuté. De même pour les quatre nations mentionnées au chapitre 60, mais dont trois ne sont ensuite qu’implicitement raccrochées à l’idée de nation (« de los tlapanecas …, de los huexotzincas…de los de Tizauhcóac »)30. Ou encore pour les cinq nations énumérées au chapitre 73 (« los de las naciones mixtecas, tzapotecas, yopicas, tototepecas y tequantepecas »)31 que nous n’avons pas inclues de façon spéficique.

  • 32  Dans sa volumineuse Crónica mexicana rédigée en castillan Tezozomoc n’emploie le terme nation qu’u (...)

21Le terme n’est employé en tout que 59 fois (62 en incluant les titres de chapitre) sur un total de 256 pages. Et sur peu de chapitres (23 sur un total de 95). On constate donc qu’il n’est pas au centre de la démonstration de l’auteur, qui semble l’utiliser de façon plutôt incidente et rare. Mais comparativement à un auteur indien de la fin du XVIe siècle comme Tezozomoc, c’est déjà beaucoup32.

2. Observations :

22Le terme nation est parfois employé dans un sens qui oscille entre singulier et pluriel. C’est le cas dès le titre et le début du chapitre 2 :

  • 33 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 10 (cap. 2).

“Que trata del orígen y venida de la nación tulteca, reyes y caudillos que tuvieron”33

  • 34 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 10 (cap. 2) [nous soulignons].

“llegaron a esta tierra de Anáhuac, que se dice al presente Nueva España, la nación tulteca, los cuales según parece por sus historias, fueron desterrados de su patria”34

23Le même type de construction syntaxique se retrouve pour les Aculhua :

  • 35 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 17 (cap. 5) [nous soulignons].

« cuando llegaron la nación de los aculhuas, los cuales salieron de »35

  • 36 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 184 (cap. 73) : « por las costas del mar del Sur, donde se (...)
  • 37 Alva Ixtlilxochitl, op. cit.,, tome 2, p. 155 (cap. 59) : « fueron sobre las provincias de Chinauht (...)

24Le terme semble équivalent à celui d’habitants (naturales) ; ou bien aux noms d’ethnies : le chap. 73 énumère ainsi onze noms d’ethnies suivis de « y otras muchas naciones que quedaron de todo punto rendidas »36. Le terme semble également interchangeable avec les noms de provinces : Alva Ixtlilxochitl énumère dix noms de provinces suivis de « mas al fin conquistaron todas las naciones referidas »37. Ces exemples prouveraient que pour l’auteur “nation” et “habitants” ou “provinces” sont des termes interchangeables.

  • 38  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 195 (cap. 78).

25Le terme nation au pluriel est le plus souvent associé aux phases expansionnistes du royaume tezcocan ou de l’empire aztèque (chap. 49, 59 ; 65, 73). Il finit ensuite très intelligemment associé à la diffusion du catholicisme (chap. 78) : « si con ánimo de critianos acudían a la conquista, más para convertir almas, que para quitarles hacienda a aquellas naciones gentílicas y bárbaras. »38 Façon subtile de confirmer que l’empire de la Triple Alliance a préparé le terrain de la Conquête espagnole et de son corollaire, la diffusion du catholicisme.

26Curieusement ce terme n’est pas employé de façon systématique.

  • 39 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 103-104 (cap. 38). C’est la seule occurrence de de “nation (...)

27Quand Alva Ixlitlxochitl énumère les différentes ambassades de la Triple Alliance, il emploie « ciertos mensajeros de los mexicanos », « otros mensajeros que eran naturales de la ciudad de Tetzcuco de los aculhuas” et seulement ensuite “terceros embajadores, que eran de la ciudad de Tlacopan, de nación tepaneca”39.

  • 40 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 157 (cap. 60).

28De même lorsqu’il énumère l’origine des différents prisonniers sacrifiés au Templo Mayor de Tenochtitlan en 1487, il commence par la “nación tzapoteca” pour poursuivre “de los tlapanecas”, “de los huexotzincas y atlixcas”, « de los de Tizauhcóac »40. Sans doute pour éviter les répétitions pesantes ou pour signaler un royaume plus puissant. Mais le terme nation ne régit ainsi que la première ethnie de l’énumération, l’auteur ayant recours ensuite à d’autres façons de présenter les origines ethniques (ethnonymes, ville d’origine).

  • 41 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15 (cap. 4) : “Y habiéndose reformado los tultecas que hab (...)

29Dès le départ, et dès la première occurrence du terme, on comprend que son emploi ne peut être celui de l’Etat-nation, puisque l’on parle juste après de la patrie abandonnée par la nation toltèque. Cette nation, en tant que peuple, croît (chap. 2), est châtiée (chap. 3) et détruite (chap. 2 et 3). Les survivants sont vaincus puis tolérés par les nouveaux envahisseurs et maîtres politiques du pays. On observe un glissement du concept, que l’on transforme en nation « colhua tolteca » pour faire des Mexica les dépositaires de cet héritage culturel, puisqu’ils sont apparentés à la dynastie de Colhuacan, ville qui préserve l’héritage toltèque dès l’époque de Xolotl41, avant de tomber sous la coupe mexica :

  • 42 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 29 (cap. 10) [nous soulignons].

y así viéndose en este estado levantaron el ánimo para poderse vengar de algunos que los habían injuriado, como fue de los culhuas, que aunque eran de su misma nación les habían sido muy contrarios, y así dieron sobre la ciudad de Culhuacan una madrugada y la saquearon42.

30On remarquera cette affirmation d’une même appartenance ethnique suite aux nombreux mariages mixtes ou à une langue commune.

31Les Aculhua sont dès le départ fondus avec les Chichimèques. Ce qui permet de renforcer les occurrences en faveur du titre de l’œuvre.

  • 43 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 17 (cap. 5).

cuando llegaron la nación de los aculhuas, los cuales salieron de las últimas tierras de la provincia de Michuacan, que eran de la misma nación de los chichimecas michhuaque 43.

  • 44  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 174 (cap. 69).

32Le terme “nation acolhua” connaît ensuite une éclipse prolongée dans l’oeuvre, pour ne réapparaître que vers la fin, au chapitre 91 pour évoquer la contribution de Tezcoco à la conquête espagnole, après une incise au chapitre 69 « prophétisant » cette collaboration active44 :

  • 45 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 243 (cap. 91).

el gran poder que el reino de Tetzcuco tenía, pues de sólo lo que era de la nación aculhua se podían poner doscientos mil hombres en campaña45.

33Quoique très peu employée, cette occurence encadre l’oeuvre en quelque sorte, puisqu’elle est présente au début et en conclusion.

34Avec les Mexica, le terme prend des connotations proches de celles de la Terre Promise. On assiste même à un retour sur la terre des ancêtres, conforme au modèle biblique, avec Ocelopan :

  • 46 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 28 (cap. 10).

el cual acordándose de la tierra de sus pasados, acordó de venir a ella, trayendo consigo a todos los de su nación, que ya se llamaban Mezitin46.

  • 47 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 29 (cap. 10).
  • 48  Le début de sa Crónica mexicayotl est teinté d’un fort nationalisme mexica, sans jamais utiliser l (...)

35Par contre l’appellation glisse de Mezitin à Mexica, de Mexica à Culhua47 puis Culhua mexica. On sent que pour Alva Ixtlilxochitl, contrairement à Alvarado Tezozomoc qui proclame haut et fort le peuple mexica comme impérissable48, le concept de nation mexica n’est pas opérant ni unificateur.

36Enfin, on associe volontairement la nation mexicaine aux excès les plus ouverts de l’idolâtrie, cherchant à en faire une spécifité mexica. Lors de l’épisode de l’épouse royale adultère Chalchiuhnenetzin, qui tue ses multiples amants et en fait des statues, le roi de Tezcoco n’est pas surpris outre-mesure de cette invasion d’idoles :

  • 49 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 164 (cap. 64). Le terme nation rejoint alors son acception (...)

Y al rey cuando la iba a visitar y le preguntaba por aquellas estatuas, le respondía que eran sus dioses, dándola crédito el rey por ser como era la nación mexicana muy religiosa de sus falsos dioses 49.

  • 50  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 32 (cap. 12) : “dos naciones que llamaban tlailotlaques y (...)

37C’est sans doute une récupération habile de la caractérisation religieuse possible des nations, Tezcoco et Aculhuacan étant bien évidemment exemptés de ces débordements par l’auteur. Curieusement la nation Tlailotla n’est jamais citée séparément de celle des Chimalpanèques : les deux viennent ensemble caractériser le concept de nation à une étape du développement historique de Tezcoco50.

II. Sens et contexte

  • 51  Cf. Jean-Paul Le Flem, “L’idée de nation en Espagne au XVIIe siècle”, op. cit. p. 317-318.

38La datation de l’Historia [de la Nación] Chichimeca est postérieure à 1615 puisqu’elle mentionne la Monarquía Indiana de Torquemada éditée cette année-là, mais sans autre précision possible. L’auteur a donc connaissance de l’expulsion des morisques d’Espagne en 1610-1611, mais on ne sait pas si l’émancipation portugaise51 est achevée lorsqu’il rédige son œuvre.

39Environ un siècle après la Conquête, le terme de nation s’est répandu, mais dans son sens ancien de peuple. Pour la plupart des chroniqueurs religieux, le Mexique ou Nouvelle-Espagne est un pays aux nations multiples.

40Sahagun utilise le terme dans ce sens en 1575 dans son Historia General :

  • 52  Sahagun, Historia General de las Cosas de Nueva España, Mexico, Conaculta, 2000, tome 2, p. 977 (l (...)

Todas las naciones desta tierra, gloriándose, suelen decir que fueron criados en aquellas siete cuevas, y que dallá salieron sus antepasados52 .

41Le glosateur en italien du Codex Vaticano A concernant la première humanité fait de même :

  • 53  Ce qui pourra surprendre à moins que l’on ne prenne Chichimèque dans le sens de Toltèque, comme le (...)
  • 54  Codex Vaticano A, fol. 4v : “Altri dicono che non solo scapporno di q[ues]to diluvio quelli duo de (...)

D’autres disent que non seulement échappèrent à ce déluge les deux de l’arbre, mais que sept autres restèrent cachés dans certaines grottes et que, une fois le déluge passé, ils sortirent et réparèrent le monde en s’y répartissant, et ceux qui ensuite leur succédèrent les adoraient comme des dieux, chacun dans sa nation [nous soulignons]. Ainsi, les Tépanèques en adoraient un qui s’appelait Ueueteotl, et les Chichimèques53 Quetzalcoatl, et les Colhuas Cihuacoatl, parce que d’eux procédèrent leurs générations.54

  • 55  L’auteur emploie le terme à de nombreuses reprises, notamment p. 59 (lib. I, cap. 15) : “mientras (...)

42Fray Juan de Torquemada est un modèle possible pour Alva Ixtlilxochitl qui connaît ses écrits et s’y réfère explicitement ou les copie. Torquemada utilise abondamment le terme nation55.

  • 56  Torquemada, Monarquía indiana, México, UNAM, 1979, tome 6, p. 298 (lib. XX, cap. 56).

Fray Juan Fucher, de nación francés, vino de la provincia de Aquitania a esta tierra, algunos años después que fue descubierta de nuestra nación española.56

43S’il se réfère à une nation espagnole, Torquemada est aussi capable de parler des Espagnes et des nations au pluriel qui la composent :

  • 57  Torquemada, Monarquía indiana, 1975, tome 1, p. 19 (lib. I, cap. 4).

y en una de ellas nacen cuasi todos los que de las Españas vienen a las Indias, porque son de todas naciones ; porque donde hay de todas naciones, habrá de todas tierras.57

  • 58  Torquemada, Monarquía indiana, tome 1, p. 17 (lib. I, cap. 4).

44Ce qui lui permet d’appliquer au Mexique cette pluralité des peuples observée en Espagne : « y no sólo en este reino, donde tantas naciones hay, se puede vivir debajo desta zona »58.

45Torquemada semble utiliser le terme dans le sens de peuples, et non pour se référer à une entité politique définie. Il aurait pu constituer un modèle pour Alva Ixtlilxochitl si celui-ci n’employait pas déjà ce terme dans ses premiers écrits.

46 A l’époque de rédaction de l’Historia [de la Nación] Chichimeca, on trouve toujours ce sens de peuple accolé au terme. Cependant un sentiment proto-national semble commencer à poindre dès la fin du XVIe siècle.Ainsi le dominicain fray Diego Duran parle en 1581 dans son Historia de commune appartenance, malgré les différences ethniques :

  • 59  Duran, Historia de las Indias de Nueva España e islas de Tierra Firme, Mexico, Porrúa, 1984, tome (...)

El pelear con tlaxcaltecas y cholultecas y huexotzincas era como pelear españoles contra españoles ; porque, según sus historias, todos eran unos en generación, que sólo diferían en particular parcialidad.59

  • 60  Duran, op. cit., II, p. 454 (cap. 60).
  • 61  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 236 et 237 (cap. 90). Mais Alva Ixtlilxochitl prétend tra (...)

47Certes il n’emploie pas le concept de nation. Mais on le trouve cependant dans un autre contexte, lors de l’épisode concernant l’accueil des Huexotzinca affamés en 1515, et il semble bien renvoyer à cette transcendance des barrières ethniques : « fue determinado fuesen ayudados y favorecidos de la nación mexicana, pues todos eran uno »60. Malheureusement cet épisode historique n’est pas repris par Alva Ixtlilxochitl, empêchant ainsi de voir quels termes il aurait choisi quelques décennies plus tard pour conter cette histoire qui dépasse les identités locales ou régionales. Cependant lors de l’ambassade mexica de 1520 à Tlaxcala, l’idée d’une commune appartenance, malgré les différents politiques entre Tlaxcaltèques et Mexica, est exprimée par l’ambassadeur mexica : « ser todos deudos y de su linaje […] favorecer a los suyos » ou encore « deudos y parientes tan cercanos »61.

  • 62  Chimalpahin, Septième Relation, trad. Rémi Siméon, Paris, 1889, p. 297.

48Au XVIIe siècle l’Indien Chimalpahin opte pour « Nican titlaca Nueva España », « nous gens de la Nouvelle-Espagne »62.

49Autres termes :

  • 63  Pérez-Rocha, Emma et Rafael Tena, La nobleza indígena del centro de México, Mexico, INAH, 2000, p. (...)

50Le terme de patrie apparaît employé par des Indiens novohispaniques dès 1552 sous la plume du cacique de Tacuba, don Antonio Cortés Totoquihuaztli, mais dans un sens restreint. Dans une lettre en latin à Charles Quint de décembre 155263 il se plaint des abus de l’encomendero Juan Cano et de son épouse indienne Isabelle Moctezuma :

  • 64  Pérez-Rocha, Emma, La nobleza indígena del centro de México, op. cit., p. 169 : “ab eo non solum s (...)

et non seulement de lui, mais aussi de la fille de Montezuma qui fut sa femme ; laquelle, bien qu’elle fût de notre sang et de notre patrie, se montra cependant si étrangère à l’humanité, qu’au lieu de la bonté et de l’amour naturel avec lesquels s’aiment les hommes d’une même terre et d’un même peuple, elle exerça la tyrannie, et elle nous traita – nous qui sommes nés de parents nobles et de haut rang- comme des serfs 64

51Le terme de patrie serait à prendre dans le sens restreint de ‘patria chica’, quoi qu’en disent les notions générales qui suivent. Quant au terme pietas, pietatis, il peut aussi signifier amour de la patrie, patriotisme.

  • 65  Pomar, Relación de Tezcoco, in Acuña, Relaciones geográficas del siglo XVI : México, tomo 3, Mexic (...)
  • 66  Lettre de Antonio de Avila du 30 mars 1611 depuis Saint Jean de Luz : Prometo que todo cuanto se (...)

52Juan Bautista Pomar emploie lui aussi ce terme de patrie dans sa Relation de Tezcoco de 1582 à propos des Huexotzinca réfugiés à Mexico peu avant la conquête pour échapper à leur extinction65. En 1611 c’est un morisque en exil qui conjugue nation et patrie66.

  • 67 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 51 (cap. 20).
  • 68  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 84-85 (cap. 33) : “y no anduviesen ausentes de su patria” (...)
  • 69  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 110 (cap. 40) : “se volvieron a su patria”.
  • 70  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 10 (cap. 2) “fueron desterrados de su patria”, “contaron (...)
  • 71  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 210 (cap. 83) : “No tienes razón, sobrino, de tratar tan (...)
  • 72  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 102 (cap. 38).
  • 73  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 174 (cap. 69). On remarquera que l’auteur emploie nations (...)

53Ce terme est employé par Alva Ixtlilxochitl dans l’Historia de la Nación Chichimeca, sans doute à dessein, principalement pour Tezcoco. Lorsque le roi Nezahualcoyotl est contraint à la fuite par la conquête tépanèque : « y así procuró vivir con recato y aviso, desamparando su patria »67. Ou bien quand Nezahualcoyotl pardonne à ses vassaux68 ou quand ses fils rentrent d’une campagne militaire en contrée lointaine69. Il apparaît également pour les Toltèques70, pour Tlaxcalla71, ou pour des lois : « El que era noble de linaje, si era cautivo y se venía huyendo a su patria, tenía la misma pena »72. La seule patrie est donc locale, et en aucun cas nationale. Ce n’est sans doute pas un hasard si la seule fois où elle est en parallèle avec le terme nation, c’est quand l’auteur présente une « prophétie » concernant son ancêtre direct qui se ralliera à Cortès : « y ser amigo de naciones extrañas y enemigo de su patria y nación, y que sería contra su propia sangre »73.

54Souvent l’auteur préfère les termes de républiques pour désigner les entités politiques indiennes :

  • 74 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 101 (cap. 38).

« Puso Nezahualcoyotzin la ciudad de Tetzcuco y todas las demás repúblicas de su reino en grandísimo orden y concierto »74

  • 75 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 50 (cap. 20).

« La segunda diligencia que puso por obra fue mandar juntar toda la gente principal y plebe de todas las repúblicas y de todas las ciudades, pueblos y lugares que eran del patrimonio del imperio »75

  • 76  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 323 (SRTC) : “Este fin tuvieron los otomites, los cuales (...)
  • 77  Fray Jerónimo Román y Zamora, Repúblicas de Indias, Madrid, 1897.
  • 78  Cf. Ward, op. cit., p. 223.

55On remarquera qu’elles sont fédérées par une structure supra-nationale, qui est l’empire. Parfois le terme de nation est même opposé à celui de république76. C’est ce même terme de républiques qu’utilisera Fray Jerónimo Román y Zamora pour le titre de la synthèse qu’il publie en 1575 sur les peuples amérindiens77. Sahagún l’emploie également, y compris pour traduire les divers termes nahuas désignant la vie publique ou les tribus78.

III. Construction d’une fiction de nation préhispanique ?

56Ce n’est pas le terme de nation qui construit la nationalité, mais plutôt l’adjectif chichimèque - qui vise à transcender les barrières ethniques, du moins celles du Mexique Central - et le terme empire. Alva Ixtlilxochitl construit une mémoire commune, voir un territoire commun, au prix de larges accommodements avec la réalité préhispanique.

57La Nouvelle-Espagne pose le problème de son hétérogénéité ethnique. Si l’on peut partir d’une histoire quechua pour la Vallée de Cuzco et les environs puis pour l’empire inca, il est impossible de faire de même pour la Vallée Centrale de Mexico où pas moins de quatre ethnies se disputent le pouvoir (Tépanèques, Mexica, Acolhua, Otomis). Il est difficile donc d’opter pour une ethnie plutôt que pour une autre. C’est pourquoi Alva Ixtlilxochitl remonte à la source de leurs racines communes : la chichiméquité.

1. Nation et langue

58En prenant ‘nation’ dans son sens traditionnel, on aboutit au sens premier de l’œuvre. Alva Ixtlilxochitl prétend fonder les origines de Tezcoco et de la province acolhua aux premiers Chichimèques. Il va à l’encontre de la vision classique et déjà occidentalisante de barbare que l’on cherche à donner à ce terme :

  • 79 Alva Ixtlilxochitl, Obras Históricas, Mexico, UNAM, 1977, tome 2, p. 15 (cap. 4).

Y este apellido y nombre de chichimeca lo tuvieron desde su origen, que es vocablo propio de esta nación, que quiere decir los águilas, y no lo que suena en la lengua mexicana, ni la interpretación bárbara que le quieren dar.79

59Sans préciser plus avant la provenance de ces Chichimèques, il reprend les noms des fondateurs de la dynastie, faisant remonter Nezahualcoyotl à Xolotl et Nopaltzin, ancêtres mythiques.

  • 80 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 34 (cap. 13). Ce faisant, à travers la langue, c’est aussi (...)

60Mais cette option chichimèque présente un cas tout à fait particulier : ce n’est pas la langue chichimèque que l’on parle, mais la langue nahuatl, héritée des Toltèques. Alva Ixtlilxochitl fait remonter cette divergence entre peuple dominant et langue dominante à l’adoption du nahuatl par les Chichimèques sous le règne de Techotlalatzin : “y así mandó que todos los de la nación chichimeca la hablasen [la lengua nahuatl]”80.

61L’évolution est d’ailleurs consommée quelques chapitres plus loin, lors de la persécution de Nezahualcoyotl par les Tépanèques. Le page otomi qui convoie les concubines du prince se fait passer pour un chasseur chichimèque :

  • 81 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 69 (cap. 26). On observera que, pour Alva Ixtlilxochitl, c (...)

A que les respondió que él no conocía quien era Nezahualcoyotzin, que él era de nación chichimeca, y que toda su vida había criádose en aquellas tierras y montañas. Y conociéndolo en el bárbaro lenguaje y traje que tenía, no hicieron caso de él.81

  • 82 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 17 (cap. 5).
  • 83  Torquemada, Monarquía indiana, op. cit., vol. 1, p. 48 (lib. I, cap. 11).

62Quant à la langue, elle est indépendante du concept de nation, contrairement au Pérou où les Quechuas, Chimus ou Aymaras peuvent se confondre avec la langue du même nom. L’auteur affirme cette dissociation dès la première occurrence du terme « nation acolhua » puisqu’il présente les Acolhua comme une seule nation parlant trois langues différentes : « aunque venían divididos en tres parcialidades, que cada una tenían diferente lenguaje, trayendo cada una de ellas a su caudillo y señor »82. On est loin de la vision habituelle d’une langue unifiant diverses nations comme chez Torquemada : “todos eran de una lengua, aunque diversos en las naciones”83.

63Mais les Chichimèques présentent un avantage, celui du nombre : ce sont des migrants et non des natifs (mais personne n’est natif dans les récits d’origine préhispanique). Leur nombre est porté au million par Alva Ixtlilxochitl, ce qui devrait suffire à repeupler et unifier le Mexique Central :

  • 84 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 14 (cap. 4).

Pobló con las gentes de su ejército, que fue el mayor número que se halla en las historias haber tenido ningún príncipe de los más poderosos que hubo antes ni después en este nuevo mundo porque, según parece sin las mujeres y niños, era más de un millón.84

64L’unité de la langue n’est pas un critère essentiel aux origines. Mais il semble le devenir à la veille de la conquête, les peuples ou ethnies de la vallée de Mexico étant majoritairement de langue nahuatl, à l’exception des Otomis.

65Dans des écrits antérieurs d’Alva Ixtlilxochitl, la langue sert même de ciment pour faire de Tezcoco la prétendue capitale culturelle d’un empire chichimèque ou d’une nation recouvrant l’Anahuac :

  • 85 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 307 (SRTC).

Y por eso antiguamente, según parece en las historias, y es común hablar de los naturales en Tezcuco, iban todas las naciones para aprender la lengua y policía de todas las cosas, así en el vestir como en el comer y buen término en todo y cosas curiosas, porque los reyes de esta ciudad, se preciaron de que en su ciudad hubiese escuelas y universidades para todas estas cosas, y dieron los mismos acentos y sentidos de la lengua tulteca, componiéndolos con la suya chichimeca y de otras naciones.85

66On ne trouve pas de passage équivalent dans l’Histoire Chichimèque, beaucoup plus prudente.

2. L’empire chichimèque : une histoire nationale 

67Alva Ixtlilxochitl dévie (dévoie ?) subtilement les sources qu’il utilise pour présenter le passé chichimèque. Ainsi il construit un empire rétrospectif qui préfigure non pas l’empire aztèque dans son extension maximale, mais bien la Nouvelle-Espagne que les Espagnols construiront et qui devient ainsi une reconstruction politique héritée du passé préhispanique.

68Xolotl délimitant son territoire va bien au-delà de la Vallée Centrale de Mexico. Il est facile de constater les interférences et les exagérations dues à Alva Ixtlilxochitl en comparant son récit avec les planches du Codex Xolotl. Mais ce faisant, Alva Ixtlilxochitl semble concéder au territoire et à la monarchie une certaine importance.

  • 86  Dibble, Códice Xolotl, Mexico, UNAM, 1980, p. 27.
  • 87 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15 (cap. 4).
  • 88 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 14 (cap. 4).

69Ainsi dès l’arrivée des Chichimèques dans la Vallée de Mexico, Alva Ixtlilxochitl retrace très exactement le chemin suivi par Xolotl et Nopaltzin en s’inspirant de la première planche du Codex Xolotl86. Mais il y ajoute un certain nombre de lieux qui ne figurent pas dans le manuscrit pictographique : Meztitlan, Quachquetzaloyan, Atotonilco et Quahuacan87. Cet ajout est d’autant plus important que ces lieux sont présentés non pas comme des lieux de passage mais des lieux d’implantation, façon habile de les annexer : « y las tierras que pobló este gran ejército en su primer asiento fueron »88. Cette interprétation quelque peu forcée de la première planche du Codex Xolotl s’accompagnait dans les écrits antérieurs d’un épisode totalement fantaisiste : l’envoi par Xolotl de quatre vassaux chargés de prendre possession de la totalité du pays.

  • 89  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 295-6 (SRTC).

Envió a cuatro señores por hacia las cuatro partes del mundo, conforme se tiraron las flechas, para que tomaran posesión de toda la tierra, que había sido del gran Topiltzin, de una mar a la otra, cada uno con su ejército.89

70Si cet épisode n’est plus présent dans l’Historia de la Nación Chichimeca, sans doute parce qu’il force trop l’histoire, Alva Ixtlilxochitl n’en inclut pas moins dans la zone chichimèque tout une série de provinces lointaines, de façon déjà à conformer l’empire chichimèque à la future Nouvelle-Espagne :

  • 90 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15 (cap. 4) [nous soulignons].

Y los pocos tultecas que habían escapado de su destrucción los dejó vivir en los puertos y lugares en donde estaban reformados y poblados cada uno con su familia, que fue en Chapoltépec, Colhuacan, Tlatzalantepexoxoma, Totolapan, Quauhquecholan, y hasta la costa del Mar del Norte en Tozapan, Tochpan, Tziuhcoac y Xicotépec, y lo mismo en Chololan, aunque algunos de ellos no pararon hasta la tierra de Nicaragua adonde fueron a poblar, y a otras tierras remotas.90

  • 91 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 296 (SRTC) [nous soulignons]. Cuauhcahualco certainement p (...)

71Certes l’auteur est plus prudent et n’inclut plus des zones comme Tecuantepec, Tototepec, Cuauhtemalan, Tecocotlan, Cuauhcahualco91. Mais il maintient toujours la partie nord de la Côte du Golfe (Tochpan) et il fait courir un empire chichimèque

  • 92 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 19 (cap. 6).

desde los términos de las sierras y tierras de la Cuexteca hasta las de la Mixteca, suficiente señorío para la calidad de sus personas, porque incluye en sí muchas y muy grandes provincias, sin ningún vasallaje ni tributo al imperio, mas de tan solamente el homenaje y asistencia de la corte, cuando fuesen llamados, y ayuda y socorro de gente si se ofreciesen guerras, en favor del imperio.92

72On retrouve une conception politique médiévale de la vassalité et de l’ost, greffées sur le passé préhispanique, qui permettent à l’auteur d’inclure à bon compte des provinces entières en réalité indépendantes dans l’empire chichimèque, sans aucune autre preuve documentaire. Ce qui n’est en somme qu’une superbe fiction historiographique.

73Cette prétendue unité politique, transcendant les barrières ethniques et locales, se retrouve confirmée à la fin du règne de Quinatzin.

  • 93 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 33 (cap. 12).

En las demás tierras remotas no había guerra ninguna, respecto a ser la gente poca que se iba poco a poco poblando ; y así en esta sazón las guerras eran las que habían habido dentro de los límites de las sierras de la primera población atrás referida ; a donde había muchos señores y personas ilustres que daban motivo a estas alteraciones ; aunque después de las guerras últimas, en todo el tiempo que le quedó de vida a Quinatzin no se atrevieron a levantar ni a substraerse del imperio.93

  • 94  Dibble, Códice Xolotl, 1980, p. 84-5.
  • 95  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 324-325 (SRTC).

74On observera la tendance à ignorer l’histoire des marges lointaines, justifiée par une pseudo-désertification de ces provinces. Cette version reste toutefois beaucoup plus modérée que celles de ses écrits antérieurs à propos du règne de Techotlalatzin. S’inspirant d’une autre planche du Codex Xolotl (planche 6)94, Alva Ixtlilxochitl en fait une lecture politique que rien n’autorise dans le document pictographique : il prétend faire des seigneurs indigènes représentés des vassaux de Tezcoco, étoffant ainsi la fiction d’un empire chichimèque préalable à l’empire tépanèque puis à l’empire aztèque95. Rien de tel n’est affirmé au chapitre 13 de l’Histoire Chichimèque. Mais la mort de Techotlalatzin, roi de Tezcoco, permet une affirmation de sa puissance politique disproportionnée :

  • 96 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 38 (cap. 14).

Murió el emperador Techotlalatzin […], con gran sentimiento de todos los del imperio que a la sazón había en esta Nueva España que eran entre reyes y señores setenta y siete, según por la Historia general parece, y se hallaron los más de ellos en sus honras y entieros.96

75Techotlalatzin, roi de Tezoco, devient sous la plume d’Alva Ixtlilxochitl un empereur dont les funérailles sont nationales, puisqu’elles mobilisent la quasi-totalité des têtes couronnées indiennes de l’époque. Ce qui permet aussi de présenter son successeur comme empereur à part entière, malgré son destin funeste, faisant d’une pierre deux coups avec la présence des rois indiens aux obsèques :

  • 97 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 39 (cap. 15).

Luego que se hicieron las exequias y entierro a Techotlalatzin los señores que se hallaron presentes a ellas juraron por su universal señor a Ixtlilxóchitl.97

  • 98  Dibble, Códice Xolotl, 1980, p. 85-86 : « Muy pocos señores hicieron los honores a Techotlalatzin  (...)

76Aucune de ces scènes ne figure ainsi dans le Codex Xolotl, qui présente ces funérailles et succession tout au plus comme un évènement politique de la rive est de la lagune de Mexico, mobilisant cinq villes ou quartiers plus ou moins proches et non soixante-dix-sept lointaines98.

  • 99  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 48 (cap. 19) : “Ce dont je te charge et te supplie c’est (...)

77Ainsi, si l’on se fie à Alva Ixtlilxochitl, bien avant la fondation de Mexico ou l’essor de la Triple Alliance, il y aurait eu un empire chichimèque s’étendant jusqu’aux confins du Mexique. Entré en rébellion en 1418, celui-ci est une préfiguration de l’empire aztèque et une rétroprojection coloniale intéressée. Après la chute d’Azcapotzalco, les Mexica et Acolhua n’auraient fait que procéder à sa reconquête légitime. C’est même la dernière recommandation d’Ixtlilxochitl l’Ancien à son fils : « lo que te encargo y ruego es, que no desampares a tus súbditos y vasallos, ni eches en olvido de que eres chichimeca, recobrando tu imperio”99. Et lorsque Nezahualcoyotl se lance huit ans plus tard à la reconquête de son royaume, celui-ci est subtilement accolé d’un double titre :

  • 100 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 65 (cap. 25). Cette double présentation était déjà employé (...)

Que ya era tiempo de poner en ejecución lo que le tenía aconsejado sobre recobrar el reino de los aculhuas y imperio de los chichimecas .100

  • 101 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 53 (cap. 21). Reste l’incertitude concernant l’auteur des (...)

78Cet artifice d’un empire chichimèque, fort difficile à corroborer par les sources, est visible lorsqu’il s’agit de l’occupation tépanèque du royaume de Tezcoco. L’intitulé du chapitre 21 dit « Cómo el tirano Tezozomoc repartió las tierras pertenecientes al patrimonio del imperio de los chichimecas » tandis que le texte dit plus prosaïquement : “acordó el tirano Tezozomoc en esta ocasión de repartir el reino de Tetzcuco en este modo”101.

79Cette dignité impériale recouvrée par Nezahualcoyotl est alors partagée, à l’époque aztèque, avec les deux autres capitales :

  • 102 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 82 (cap. 32).

Le pareció ser ya tiempo que fuese jurado y recibido con la solemnidad que convenía en el imperio ; y lo que en tiempo de sus pasados había sido gobernado por una sola cabeza, parecióle ser mejor y más permanente que fuese gobernado por tres.102

  • 103 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 407 (RS).

80C’est d’ailleurs Nezahualcoyotl qui restitue aux seigneurs indiens leurs seigneuries et procède au partage de l’empire : « Hizo partición de la Nueva España, la mayor parte de ella en cinco partes, en esta manera »103. Désormais, au XVe siècle, commence l’apogée de l’empire de la Triple Alliance, dont la légitimité et l’extension nationales remontent à l’époque toltèque :

  • 104 Alva Ixtlilxochitl, op. cit.,tome 2, p. 103 (cap. 39).

Porque estas tres cabezas se fundaban ser señoríos e imperios sobre todas las demás, por el derecho que pretendían sobre toda la tierra, que había sido de los toltecas, cuyos sucesores y herederos eran ellos, y por la población y nueva posesión que de ella tuvo el gran chichimécatl Xólotl su antepasado.104

  • 105  “demás de ser como eran de un linaje” Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 186 (cap. 74).

81Alva Ixtlilxochitl construit cette démonstration en gommant les zones non conquises par l’empire aztèque (le Michoacan reste incontournable, mais il passe plus discrètement sur les enclaves Yopi, Tehuantepec, la Chinantla et insiste sur la parenté unissant Tezcocans et Tlaxcaltèques malgré les barrières politiques105).

82L’empire aztèque est donc revendiqué comme couvrant la totalité du pays, ce qui est faux puisque l’auteur censure des provinces indépendantes aussi étendues et importantes que Meztitlan, Tlaxcala, Teotitlan, Yopitzinco, Tototepec et Coatlicamac (Tehuantepec). Mais cela permet d’opérer une transition vers l’entité politique coloniale, dont les racines sont voulues et présentées comme indiennes : il procède à un glissement subtil de l’empire aztèque vers la Nouvelle-Espagne, dans un discours censé être de Cortés à la veille du siège général de Mexico :

  • 106 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 255 (cap. 94).

Y en gran servicio de su majestad, aumentando la real corona de Castilla con un imperio tan grande como era el de esta tierra, en donde había tan grandes y tan espléndidos reinos y provincias y tanta grandeza y riqueza.106

83Autrement dit, la Nouvelle-Espagne n’est que la résultante des empires préhispaniques, dont le dernier fut celui de la Triple Alliance. La fiction d’un empire chichimèque démesuré vise à minorer l’importance des conquêtes mexica au XVe siècle, puis espagnoles au XVIe siècle, ou plutôt à les relativiser en leur opposant une légitimité chichimèque antérieure dont Tezcoco serait dépositaire.

84L’adjectif ‘chichimèque’ sert donc à Alva Ixtlilxochitl pour construire une histoire proto-nationale, puisque la toltéquité s’est effondrée bien avant l’apogée de l’empire aztèque.

  • 107 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 412 (RS).

Todos los naturales de esta tierra descienden de dos linajes, chichimecos y tultecas, porque los tezcucanos, antiguos moradores de esta tierra, tlaxcaltecas, mezcas, totonaques, queztecos, otomíes, modernos mexicanos y demás naciones, son todos chichimecos, y todos se precian de este linaje, y la mayor parte de la Nueva España son todos chichimecos, [...] El otro linaje es los tultecas, son los de Culhuacan, Cholula, Chalco, Quecholan y las costas del Mar del Sur y Norte, Colihuacan, Xalisco, Tlaxicatzinca, Huehuetlapalan, de donde ellos vinieron, son todos tultecas y se precian de este linaje, hombres, como tengo dicho, artífices y grandes sabios, idólatras y las demás costumbres que tuvieron y tienen hoy día en su naturaleza.107

  • 108  Très curieusement, à la même époque, la noblesse polonaise du début du XVIIe siècle réclame elle-a (...)

85L’auteur préfère remonter aux envahisseurs nomades chichimèques plutôt que de réclamer un héritage politique toltèque, qu’il limite au culturel108. L’affirmation essentielle de l’Historia [de la Nación] Chichimeca, qui sous-tend toute la construction de l’œuvre est sans-doute :

  • 109 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 27 (cap. 9).

Fue y ha sido la nación más belicosa que ha habido en este nuevo mundo, por cuya causa se señorearon de todas las demás.109

86En effet, le reste de l’ouvrage est destiné à montrer combien les frontières de l’empire aztèque ne font que reprendre celles de l’empire chichimèque pour aboutir à celles de la Nouvelle-Espagne, au moyen de quelques glissements abusifs. L’histoire de ce pays ne serait, pour Alva Ixtlilxochitl, qu’une succession d’envahisseurs (toltèques, chichimèques, acolhuas, mexicas, puis espagnols), capables de soumettre cette mosaïque de peuples que constitue d’abord le Mexique Central, puis l’ensemble de la Nouvelle-Espagne.

  • 110  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 86 (cap. 24) “ser digno del imperio y de la dignidad de C (...)
  • 111  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 41 (cap. 16) : “pretendían alzarse con el imperio”.

87Mais l’argument militaire n’est pas le seul. En exagérant la portée du titre chichimeca tecuhtli pour en faire un titre impérial, Alva Ixtlilxochitl tente de construire une histoire nationale centrée aussi sur l’aspect politique : les souverains de Tezcoco sont les seuls héritiers légitimes en droite ligne du prétendu empire chichimèque fondé à Tenayuca par Xolotl quelques siècles auparavant. Il centre sa démonstration à la fois sur le territoire mais aussi sur une monarchie préhispanique héritée, perdue puis reconquise110, quitte à déformer le poids politique réel de Tezcoco à l’époque préhispanique111.

  • 112  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 82 (cap. 32).

Al de Tezcuco llamándole Acolhua Tecuhtli, y dándole juntamente el título y dignidad de sus antepasados, que es llamarse Chichimécatl Tecuhtli que era el título y soberano señorío que los emperadores chichimecas tenían112.

  • 113  “quedando su cuerpo por fundamento, cimiento y muralla del imperio de los chichimecas y reino de l (...)
  • 114  Cf. Myriam Yardeni, Enquêtes sur l’identité de la “Nation France” de la Renaissance aux Lumières, (...)

88On y trouve même des considérations sur le corps du roi incarnant l’empire, exprimées sous forme d’exhortation au combat, mais qui ressemblent aux traditions historiographiques occidentales113. La nation se confondrait alors avec le souverain, tout comme dans l’historiographie française de l’époque114.

89Tezcoco est présentée aussi comme un foyer d’accueil, pas seulement une capitale d’empire expansionniste (largement phantasmé). En en faisant une sorte de melting-pot préhispanique, l’auteur cherche à lui donner un rôle fédérateur :

  • 115 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 28 (cap. 10).

Tetzcoco, que significa lugar de detención, como en efecto lo fue, pues en ella se poblaron casi todas las naciones que había en esta Nueva España.115

90Ce faisant il omet volontairement un détail fondamental : c’était le cas de nombreuses autres cités-états préhispaniques, et Tezococ est loin d’en avoir l’exclusivité.

Conclusion

  • 116  Cf. Jean-Philippe Husson, “La idea de nación en la crónica de Felipe Guaman Poma de Ayala : sugere (...)
  • 117  Dès 1623 pour le récollet Sagard. Cf. Yves Durand, “L’appartenance nationale en France …”, op. cit (...)

91A travers la chichiméquité, Alva Ixtlilxochitl insiste sur des origines communes grâce au métissage, mais aussi sur un territoire commun qui n’a sans doute jamais existé. En tant que métis fortement hispanisé (quarteron) il ne peut présenter les Espagnols comme des étrangers, contrairement à Guaman Poma de Ayala116. Mais son apologie des métissages à l’époque préhispanique (entre Chichimèques et Toltèques, entre Mexica et Culhua etc.) court implicitement jusqu’à l’époque coloniale. En soulignant la diversité ethnique du Mexique préhispanique, Alva Itlilxochitl se dissocie des auteurs occidentaux qui généralisent au début du XVIIe siècle l’expression des « nations sauvages » ou « nations indiennes »117.

  • 118  En 1642 Mazarin se déclarait bon français tout en espérant revoir sa « patrie », c’est-à-dire Rome (...)

92Le concept de nation est exceptionnellement associé une fois à celui de patrie, qu’il transcende car il ne s’agit que de la « patria chica » ou lieu de naissance118.

93Plus subtil encore, le concept de nation est dissocié de celui de langue unique. Alva Ixtlilxochitl ne construit pas une nation nahuatl, même si l’adoption de la langue toltèque par les Chichimèques va dans ce sens. La diversité linguistique du Mexique est encore trop grande pour pouvoir prétendre à une langue unique.

94Enfin, ne pouvant construire une idée de nation sur une base religieuse, puisque la religion préhispanique est condamnée et effacée par l’imposition (ou l’adoption) du catholicisme, Alva Ixtlilxochitl se centre sur une reconstruction historique de la Vallée Centrale de Mexico (élargie à la zone de Tlaxcala) pour montrer cet héritage culturel construit par des générations successives depuis l’époque toltèque.

Top of page

Bibliography

BIBLIOGRAPHIE

Alva Ixtlilxochitl, Obras Históricas, Mexico, UNAM, 1975-1977. 2 tomes.

Chimalpahin, Annales de Domingo Francisco de Sant Anton Muñon Chimalpahin Quauhtlehuanitzin. Sixième et Septième relations (1258-1612), trad. Rémi Siméon, Paris, Maisonneuve et Leclerc, 1889.

Codex Vaticano A.

Religión, costumbres e historia de los antiguos mexicanos. Libro explicativo del llamado Códice Vaticano A, Mexico, Graz, ADVA, FCE, 1996.

Covarrubias, Sebastián de, Tesoro de la lengua castellaña o española, Madrid, Castalia, 1995.

Dibble, Charles E., Códice Xolotl, Mexico, UNAM, 1980.

Duran, Fray Diego, Historia de las Indias de Nueva España e islas de Tierra Firme, Mexico, Porrúa, 1984.

Durand, Yves, ‘L’appartenance nationale en France au XVIIe siècle : Jus sanguinis ou Jus soli ?” ”, in XVIIe siècle, n° 176, L’idée de nation en Europe au XVIIe siècle, juillet-septembre 1992, 44e année, n° 3, Paris, p. 295-310.

Furetière, Antoine de, Le dictionnaire universel d’Antoine Furetière, Paris, SNL-Le Robert, 1978.

Hernández Sánchez Barba, Mario, España : Historia de una Nación, Editorial Complutense, 1995. Husson, Jean-Philippe, “La idea de nación en la crónica de Felipe Guaman Poma de Ayala : sugerencias para una interpretación global de El primer corónica y buen gobierno”, Histórica n° 2, 25e année, Lima, 2001, p. 99-134.

Le Flem, Jean-Paul, “L’idée de nation en Espagne au XVIIe siècle”, in XVIIe siècle, n° 176, L’idée de nation en Europe au XVIIe siècle, juillet-septembre 1992, 44e année, n° 3, Paris, p. 311-323.

Molina, Fray Alonso de, Vocabulario en Lengua Castellana y Mexicana y Mexicana y Castellana, ed. Facsimile, Mexico, Porrúa, 1992.

Muñoz Camargo, Diego, Historia de Tlaxcala, Madrid, Historia 16, 1986.

Pérez Rocha, Emma et Rafael Tena, La nobleza indígena del centro de México después de la Conquista, Mexico, INAH, 2000.

Pomar, Juan Bautista, Relación de Tezcoco, in Acuña, Relaciones geográficas del siglo XVI : México, tomo 3, Mexico, UNAM, vol. 8, 1986.

Román y Zamora, Fray Jerónimo, Repúblicas de Indias. Idolatrías y gobierno en México y Perú antes de la conquista, Madrid, V. Suárez ed., 1897 [1575].

Sahagun, Fray Bernardino de, Historia General de las cosas de Nueva España, Mexico, Conaculta, Cien de México, 2000, 3 tomes.

Tezozomoc, Hernando de Alvarado, Crónica mexicana, Madrid, Dastin, 2001.

Crónica mexicayotl, Mexico, UNAM, 1975.

Tollet, Daniel, “L’idée de nation était-elle l’apanage de la noblesse polonaise au XVIIe siècle ?” ”, in XVIIe siècle, n° 176, L’idée de nation en Europe au XVIIe siècle, juillet-septembre 1992, 44e année, n° 3, Paris, p. 363-374.

Torquemada, Fray Juan de, Monarquía Indiana, Mexico, UNAM, 1975-1977.

Ward, Thomas, « From the ‘People’ to the ‘Nation’ : an Emerging Notion in Sahagún, Ixtlilxóchitl and Muñoz Camargo”, Estudios de Cultura Náhuatl, n° 32, Mexico, 2001, p. 223-234.

Yardeni, Myriam, Enquêtes sur l’identité de la “Nation France” de la Renaissance aux Lumières, Paris, Champ Vallon, Epoques, 2004.

Top of page

Notes

1  Pour une identification précise des différentes copies nous renvoyons à l’analyse de Edmundo O’Gorman. Cf. Alva Ixtlilxochitl, Obras Históricas, Mexico, UNAM, 1975, tome 1, p. 216-217.

2  O’Gorman in Alva Ixtlilxochitl, op. cit., 1975, tome 1, p. 215.

3  O’Gorman in Alva Ixtlilxochitl, op. cit., 1975, tome 1, p. 215.

4  O’Gorman in Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 215 : “Posiblemente éste era el título original, sin embargo, conservamos en la presente edición el título arriba transcrito (citado como Historia de la nación chichimeca) para evitar confusiones por ser el que comúnmente se da a la obra”. Sur ce point nous ne partageons pas l’analyse de Thomas Ward, « From the ‘People’ to the ‘Nation’: an Emerging Notion in Sahagún, Ixtlilxóchitl and Muñoz Camargo”, Estudios de Cultura Náhuatl, n° 32, Mexico, 2001, p. 228: “Ixtlilxóchitl uses the term “nation”, plainly and clearly in a prominent position, in the title”.

5 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 215 : respectivement Balbuena-Boturini et López-Boturini.

6  Le terme empire n’apparaît qu’à partir de l’intitulé du chapitre 8, puis 15. Il faut attendre l’intitulé du chapitre 20 pour voir figurer ce terme d’empire chichimèque. Le titre n’est donc pas dérivé de l’intitulé d’un des chapitres initiaux. Mais les intitulés des chapitres ne sont pas forcément de l’auteur.

7 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., 1977, tome 2, p. 205 (cap. 82).

8  “Es curiosos que en el título de este capítulo se hable de la quema de los navíos, fábula con que el vulgo sustituyó su echada a pique, y que en el texto se refiera que fueron barrenados, lo cual es la verdad histórica. Esto hace suponer que ese título, y tal vez los de otros capítulos, sean de diversa mano”. In Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 206.

9 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 67 et 68 (cap. 26) : “un caballero de nación otomí llamado Coácoz”.

10 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 217.

11 Alva Ixtlilxochitl, op. cit.,, tome 1, p. 217.

12  Cf. Ward, op. cit., p. 228-229. Avec toutefois un bémol pour l’exemple utilisé pour démontrer qu’Alva Ixtlilxochitl peut employer le terme nation sans pour autant signifier civilisation : « naciones gentílicas y bárbaras » est mis en discours rapporté de Cortés pour désigner les cultures amérindiennes. Ce n’est pas forcément la vision de l’auteur.

13  Alva Ixtlilxochitl, op. cit.,, tome 1, p. 287 (SRTC).

14  Cf. Jean-Paul Le Flem, “L’idée de nation en Espagne au XVIIe siècle”, in XVIIe siècle, n° 176, juillet-septembre 1992, 44e année, n° 3, Paris, p. 312.

15 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 306 (SRTC).

16  Mazarin « fonde par testament le collège des Quatre Nations destinés aux élèves provenant des quatre provinces conquises et rattachées au royaume pendant son ministère, Pignerol, Alsace, Roussillon, et Flandre-Artois. » cf. Yves Durand, “L’appartenance nationale en France au XVIIe siècle : Jus sanguinis ou Jus soli ?” ”, in XVIIe siècle, n° 176, juillet-septembre 1992, 44e année, n° 3, Paris, p.. 296. Cf. Furetière, Nation.

17 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 306-307 (SRTC) [nous soulignons].

18  Covarrubias, 1995, p. 772 : Nación « vale reino o provincia extendida, como la nación española ».

19 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 307 (SRTC) [nous soulignons].

20 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 10, 11 ; 13, 35, 82.

21 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15, 27, 28, 34, 68, 69.

22 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 17-18, 243.

23 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 28, 29, 157, 164.

24  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 236 (cap. 90). Cf. Ward, op. cit., p. 232. Cf. note 66. On remarquera qu’Alva Ixtlilxochitl réserve le mot nation principalement pour les peuples amérindiens, et exceptionnellement pour ceux d’Espagne. Mais il ne l’emploie pas pour d’autres peuples étrangers, alors que vers 1584 Muñoz Camargo désigne “la gran China, Japón, Tartaria” comme des nations susceptibles de se convertir. Muñoz Camargo, Historia de Tlaxcala, Madrid, 1986, p. 263.

25  Molina, Vocabulario 1555, fol. 88r. Ce qui pourrait se traduire par « les gens à part » ou « les gens d’ailleurs », cecni signifiant « en otra parte o lugar, o en cierta parte, o por si aparte », Vocabulario 1571, fol. 15v.

26  Sans distinction entre citations explicites (nation chichimèque ou nation des Chichimèques) et implicites (cette nation).

27  Les titres n’étant pas forcément de l’auteur, nous avons opté pour les séparer dans les décomptes. Il faudrait donc ajouter les titres des chapitres 2 et 26.

28  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15 (cap. 4). Nous aurions pu trancher pour culhua-tulteca.

29  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 144 (cap. 53).

30  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 157 (cap. 60).

31  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 183 (cap. 73).

32  Dans sa volumineuse Crónica mexicana rédigée en castillan Tezozomoc n’emploie le terme nation qu’une seule fois, et pour les seuls Mexica. Cf. Tezozomoc, Crónica mexicana, Madrid, Dastín, 2001, p. 64 : “¿A dónde yremos a demandar rrey que sea de n[uest]ra patria y nación mexicana ?” (cap. 6).

33 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 10 (cap. 2).

34 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 10 (cap. 2) [nous soulignons].

35 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 17 (cap. 5) [nous soulignons].

36 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 184 (cap. 73) : « por las costas del mar del Sur, donde se incluían grandes y espléndidos reinos y provincias, como fueron las de los cohuixcas y yopicas, cuitlatecas, chochonas, mixtecas, tzapotecas, quauhtemaltecas, coatzaqualcas, nonoalcas, xicalancas, totonaques, y otras muchas naciones que quedaron de todo punto rendidas ».

37 Alva Ixtlilxochitl, op. cit.,, tome 2, p. 155 (cap. 59) : « fueron sobre las provincias de Chinauhtla, Coyolapan, Hualtécpec, Tlapan, Xoconochco, Xochtlan, Amaxtlan y la Tzapoteca y Mixteca baja y alta, hasta llegar a la provincia de Chiapan, cuya conquista aunque echaron el resto, fue muy dificultosa ; mas al fin conquistaron todas las naciones referidas ».

38  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 195 (cap. 78).

39 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 103-104 (cap. 38). C’est la seule occurrence de de “nation tépanèque” dans l’Histoire Chichimèque et on remarquera que l’auteur a évité de l’associer à l’empire tépanèque qui a précédé l’empire aztèque.

40 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 157 (cap. 60).

41 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15 (cap. 4) : “Y habiéndose reformado los tultecas que habían escapado de su destrucción y calamidad, y teniendo por su cabeza principal a Nauhyotzin, que residía en Culhuacan”. L’auteur passe par le truchement du terme lignage au chapitre 4, p. 16 : “restituyó en el señorío de los culhuas a Achitómetl (que a esta sazón se llamaban así los del linaje de los tultecas) ».

42 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 29 (cap. 10) [nous soulignons].

43 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 17 (cap. 5).

44  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 174 (cap. 69).

45 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 243 (cap. 91).

46 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 28 (cap. 10).

47 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 29 (cap. 10).

48  Le début de sa Crónica mexicayotl est teinté d’un fort nationalisme mexica, sans jamais utiliser le terme nation, mais les termes nahuas de tlaca (gens) ou altepetl (population, ville). Cf. Tezozomoc, Crónica mexicáyotl, Mexico, UNAM, 1975, p. 3-11.

49 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 164 (cap. 64). Le terme nation rejoint alors son acception biblique , synonime de païens ou gentils.

50  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 32 (cap. 12) : “dos naciones que llamaban tlailotlaques y chimalpanecas, que eran asimismo del linaje de los tultecas”.

51  Cf. Jean-Paul Le Flem, “L’idée de nation en Espagne au XVIIe siècle”, op. cit. p. 317-318.

52  Sahagun, Historia General de las Cosas de Nueva España, Mexico, Conaculta, 2000, tome 2, p. 977 (lib. X, cap. 29) [nous soulignons]. cf. Florentine Codex , Book 10, p. 195-196. Pour une analyse de cette notion chez Sahagún cf. Ward, op. cit. , p. 223-225.

53  Ce qui pourra surprendre à moins que l’on ne prenne Chichimèque dans le sens de Toltèque, comme le fait Sahagún, rappelant ainsi la première vague de migration suivant la chute de Teotihuacán.

54  Codex Vaticano A, fol. 4v : “Altri dicono che non solo scapporno di q[ues]to diluvio quelli duo del Arbolo, ma che altri vij restorno ascosi in certe grotte, et che passato il diluvio uscirno, e reparorno il mondo spartendosi p[er] esso, et quelli che di poi successero l’adoravano p[er] Dij ogn’uno in la sua natione ; et cosi li Tepaneche adoravano uno che si diceva Hulhueteotli, et li Chishineche à Quetzalcoual, et li Culue, a Tzinacoual, perchè d’essi uscirno le generationi sue” Cf. Religión, costumbres e historia de los antiguos mexicanos. Libro explicativo del llamado Códice Vaticano A, Mexico, FCE, 1996, p. 58-59.

55  L’auteur emploie le terme à de nombreuses reprises, notamment p. 59 (lib. I, cap. 15) : “mientras no se mezclaron con otras naciones”, « chichimecas naciones », « de las naciones que habitaban la tierra, hacia las partes del sur y mediodía », “buscar aquellas gentes y naciones y descubrir aquellas tierras y poblarlas”.

56  Torquemada, Monarquía indiana, México, UNAM, 1979, tome 6, p. 298 (lib. XX, cap. 56).

57  Torquemada, Monarquía indiana, 1975, tome 1, p. 19 (lib. I, cap. 4).

58  Torquemada, Monarquía indiana, tome 1, p. 17 (lib. I, cap. 4).

59  Duran, Historia de las Indias de Nueva España e islas de Tierra Firme, Mexico, Porrúa, 1984, tome 2, p. 449 (cap. 59).

60  Duran, op. cit., II, p. 454 (cap. 60).

61  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 236 et 237 (cap. 90). Mais Alva Ixtlilxochitl prétend traduire une source tlacaltèque rédigée en nahuatl, ce qui peut biaiser l’analyse. C’est ainsi l’un des très rares passages de l’Histoire [de la Nation] Chichimèque où les Espagnols sont désignés comme “extranjeros” (par un ambassadeur mexica) ou “gente extraña” (par la majorité des Tlaxcaltèques prêt à trahir Cortés), à rebours du “nuestra nación española” qui peut refléter aussi bien les idées d’Alva Ixtlilxochitl qu’une proclamation de loyauté tlaxcaltèque. Si ces notions sont à attribuer à la source tlaxcaltèque rédigée en nahuatl, elles remonteraient à 1548. Cf. Alva Ixtlilxocthil, op. cit. tome 2, p. 213 (cap. 83).

62  Chimalpahin, Septième Relation, trad. Rémi Siméon, Paris, 1889, p. 297.

63  Pérez-Rocha, Emma et Rafael Tena, La nobleza indígena del centro de México, Mexico, INAH, 2000, p. 167-178.

64  Pérez-Rocha, Emma, La nobleza indígena del centro de México, op. cit., p. 169 : “ab eo non solum sed etiam a filia Monteçoma quam in uxorem habuit, que etsi nostri sanguinis nostraeque patriae fuit, tamen adeo ab humanitate aliena fuit ut pietatis loco et naturalis amoris quo sese unius terrae et gentis hominesamant tyramnidem exercuerit, et nos qui a preclaris et nobilibus patribus sumus orti loco servorum tenuerit” [nous soulignons]. Nous avons traduit en français.

65  Pomar, Relación de Tezcoco, in Acuña, Relaciones geográficas del siglo XVI : México, tomo 3, Mexico, UNAM, 1986, p. 90 : « porq[ue] querían más estar sujetos a ésto[s], aunq[ue] infamemente, q[ue] no estar a la continua con sobresalto de las guerras, que era consumición de su patria.”

66  Lettre de Antonio de Avila du 30 mars 1611 depuis Saint Jean de Luz : Prometo que todo cuanto se ha dicho contra esta nación ha sido pasión y enojo y por mejor decir, voluntad de Dios que nos ha querido dividir el sentimiento que yo tengo de mi patria y amigos […].”

67 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 51 (cap. 20).

68  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 84-85 (cap. 33) : “y no anduviesen ausentes de su patria”, “enviándoles a decir que a donde iban, desamparando sus casas y patria por vivir con mengua y desdicha en las ajenas”.

69  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 110 (cap. 40) : “se volvieron a su patria”.

70  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 10 (cap. 2) “fueron desterrados de su patria”, “contaron 144 años que habían salido de su patria”.

71  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 210 (cap. 83) : “No tienes razón, sobrino, de tratar tan mal a tu patria y señoria de Tlaxcalan”. Curieusement cette adresse est dirigée au principal ambassadeur de Moctezuma. Il s’agit donc d’une formule rhétorique.

72  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 102 (cap. 38).

73  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 174 (cap. 69). On remarquera que l’auteur emploie nations au pluriel pour désigner les occidentaux et non nation au singulier. P. (cap. 90) “descansad que en vuestra casa y patria estáis”.

74 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 101 (cap. 38).

75 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 50 (cap. 20).

76  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 323 (SRTC) : “Este fin tuvieron los otomites, los cuales jamás Techotlalatzin le cuadró que esta nación viviese dentro de las repúblicas, ni ninguno de sus descendientes por ser gente vil y apocada.”

77  Fray Jerónimo Román y Zamora, Repúblicas de Indias, Madrid, 1897.

78  Cf. Ward, op. cit., p. 223.

79 Alva Ixtlilxochitl, Obras Históricas, Mexico, UNAM, 1977, tome 2, p. 15 (cap. 4).

80 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 34 (cap. 13). Ce faisant, à travers la langue, c’est aussi la culture toltèque qui est assimilée. Et l’histoire acolhua rejoint l’histoire mexica qui s’approprie la culture toltèque. Cf. Ward, op. cit., p. 225-226 et p. 229.

81 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 69 (cap. 26). On observera que, pour Alva Ixtlilxochitl, comme pour nombre de chroniqueurs coloniaux (dont Torquemada), Chichimèques et Otomis se confondent, puisque ce même page est présenté auparavant comme « un caballero de nación otomí ». cf. Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 68 (cap. 26).

82 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 17 (cap. 5).

83  Torquemada, Monarquía indiana, op. cit., vol. 1, p. 48 (lib. I, cap. 11).

84 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 14 (cap. 4).

85 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 307 (SRTC).

86  Dibble, Códice Xolotl, Mexico, UNAM, 1980, p. 27.

87 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15 (cap. 4).

88 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 14 (cap. 4).

89  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 295-6 (SRTC).

90 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 15 (cap. 4) [nous soulignons].

91 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 296 (SRTC) [nous soulignons]. Cuauhcahualco certainement pour Coatzacoalcos.

92 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 19 (cap. 6).

93 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 33 (cap. 12).

94  Dibble, Códice Xolotl, 1980, p. 84-5.

95  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 324-325 (SRTC).

96 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 38 (cap. 14).

97 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 39 (cap. 15).

98  Dibble, Códice Xolotl, 1980, p. 85-86 : « Muy pocos señores hicieron los honores a Techotlalatzin a causa de las disensiones que había entre las cortes de Texcoco y de Atzcapotzalco. »

99  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 48 (cap. 19) : “Ce dont je te charge et te supplie c’est que tu n’abandonnes pas tes sujets et vassaux, ni n’oublie que tu es Chichimèque, en récupérant ton empire [...] ».

100 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 65 (cap. 25). Cette double présentation était déjà employée juste auparavant dans une exhortation : “cimiento y muralla del imperio de los chichimecas y reino de los aculhuas”. Ibid. p. 64.

101 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 53 (cap. 21). Reste l’incertitude concernant l’auteur des titres de chapitres.

102 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 82 (cap. 32).

103 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 407 (RS).

104 Alva Ixtlilxochitl, op. cit.,tome 2, p. 103 (cap. 39).

105  “demás de ser como eran de un linaje” Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 186 (cap. 74).

106 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 255 (cap. 94).

107 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 1, p. 412 (RS).

108  Très curieusement, à la même époque, la noblesse polonaise du début du XVIIe siècle réclame elle-aussi une ascendance nomade avec l’idéologie sarmate. Cf. Daniel Tollet, “L’idée de nation était-elle l’apanage de la noblesse polonaise au XVIIe siècle?” ”, in XVIIe siècle, n° 176, juillet-septembre 1992, 44e année, n° 3, Paris, p. 365-366.

109 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 27 (cap. 9).

110  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 86 (cap. 24) “ser digno del imperio y de la dignidad de Chichimécatl Tecuhtli”. Nezahualcoyotl reconquiert ce titre, porté par son père et son grand-père Techotlalatzin, et hérité de Xolotl, fondateur de ce supposé rang impérial. Cf. p. 39 (cap. 15) “juraron por su universal señor a Ixtlilxóchitl”, et p. 41 (cap. 16) :”jurar a Nezahualcoyotzin por príncipe heredero del imperio”.

111  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 41 (cap. 16) : “pretendían alzarse con el imperio”.

112  Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 82 (cap. 32).

113  “quedando su cuerpo por fundamento, cimiento y muralla del imperio de los chichimecas y reino de los aculhuas”. Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 64 (cap. 25). Il s’agit du coprs d’Ixtlilxochitl, père de Nezahualcoyotl.

114  Cf. Myriam Yardeni, Enquêtes sur l’identité de la “Nation France” de la Renaissance aux Lumières, Paris, Champ Vallon, 2004, p. 86-87 (chap. 6 La genèse de l’État et la naissance de la Nation dans les “Histoires de France” du XVIIe siècle).

115 Alva Ixtlilxochitl, op. cit., tome 2, p. 28 (cap. 10).

116  Cf. Jean-Philippe Husson, “La idea de nación en la crónica de Felipe Guaman Poma de Ayala : sugerencias para una interpretación global de El primer corónica y buen gobierno”, Histórica n° 2, 25e année, Lima, 2001, p. 99-134.

117  Dès 1623 pour le récollet Sagard. Cf. Yves Durand, “L’appartenance nationale en France …”, op. cit., p. 296 et 306. L’Espagne a-t-elle suivi ce mouvemement ? Rien n’est moins sûr, mais il faudrait une étude trop ambitieuse pour ce simple article pour pouvoir y répondre. Cf. Furetière, Nation : « Les Espagnols ont exterminé presque toute la nation des Indiens ».

118  En 1642 Mazarin se déclarait bon français tout en espérant revoir sa « patrie », c’est-à-dire Rome. Cf. Yves Durand, “L’appartenance nationale en France…”, op. cit., p. 309.

Top of page

References

Electronic reference

Patrick Lesbre, « Fernando de Alva Ixtlilxochitl et son Histoire [de la nation] chichimèque », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Debates, Online since 28 March 2010, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/59357 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59357

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page