Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2010Valérie Robin-Azevedo et Carmen S...

Aude Argouse

Valérie Robin-Azevedo et Carmen Salazar-Soler (eds), El regreso de lo indígena. Retos, problemas y perspectivas, Lima, Cusco, IFEA, CBC, 2009, 292 p.

[26/03/2010]

Texte intégral

1Ouvrage d’anthropologie, le livre co-édité par Valérie Robin et Carmen Salazar-Soler se veut un « pavé dans la mare » des études en anthropologie sur les Indiens vivant sur les terres de l’ancien empire Inca – à l’exception de deux articles qui évoquent également les cas du Mexique et des Etats-Unis. Rompant complètement avec les thèmes chers à l’anthropologie classique – étude de la parenté – les dix contributions dont neuf sont issues d’un colloque qui s’est tenu à Lima en 2005 ont pour trait commun l’intérêt qu’elles portent aux discours identitaires produits à la suite de décisions législatives et juridiques concernant l’espace mentionné. La convention 169 de l’OIT, inspiratrice de politiques nationales, et l’action des ONG se conjuguent tant dans l’élaboration des revendications indigènes portant sur des terres que dans les discours politiques nationalistes. Cependant, ces revendications identitaires « ne sont pas un discours venant des opprimés mais d’intellectuels dont l’imaginaire s’est construit par étapes » (V. Alvizuri). Deux exemples sont amplement analysés : l’éthnocacérisme au Pérou, étudié ici par Jefrey Gamarra Carrillo, et l’utilisation de l’identité aymara dans les discours nationalistes de Bolivie, présentée par Verushka Alvizuri. L’ouvrage est ainsi divisé en quatre parties articulées autour de la question de la « différence culturelle » et des phénomènes d’éthogenèse dans divers contextes nationaux et internationaux.

  • 1  Charles Taylor, Multiculturalisme : différence et démocratie, Paris, Flammarion, 1997, 144 p., col (...)

2Dans la lignée des travaux de Wim Kymlicka – étonnamment jamais cité dans l’ouvrage – et de ceux de Charles Taylor, le multiculturalisme est entendu dès le début comme principe normatif. Cependant, l’ouvrage, dans son ensemble, ne suit pas pleinement les principes de discrimination positive qui accompagnent les conclusions des auteurs canadiens1 ainsi que celles de la commission Taylor-Bouchard (2008), au Canada également, et se montre au contraire réservé sur le devenir du multiculturalisme dans les démocraties concernées. A cet égard, les auteurs, anthropologues et sociologues, tous chercheurs de terrain, confient leurs expériences et dressent un panorama pragmatique de l’utilisation de ces moyens discursifs et juridiques par les acteurs sociaux qui « manipulent l’ethnicité et fonction de leurs besoins et de l’ordre géopolitique actuel ».

  • 2  Voir, entre autres, Fernando Silva Santisteban, Introducción a la Antropología jurídica, Lima, Fon (...)

3Loin de constituer sur toutes ces questions une véritable originalité2, l’ouvrage apporte toutefois de sérieuses contributions sur des phénomènes particuliers, sous forme d’étude de cas très évocateurs et fort bien rapportés, et il attire vers une critique sur le plan de l’anthropologie juridique et de l’anthropologie politique, des domaines jusqu’à présent réservés aux « études indigénistes ». On regrettera quand même que, placées dans une première partie qui se veut « théorique », les contributions de Henri Favre, sur la « glocalisation » du mouvement indianiste – dépourvue de toute note et référence – et de Jean Pierre Lavaud et Françoise Lestage, sur la question de l’identification des populations indigène, ne présentent pas de nouveauté. D’ailleurs, les références et recensements mentionnés dans ce dernier article datent de dix ans et plus.

4En revanche, plus démarqué des études antérieures sur le sujet, le texte de Carmen Salazar-Soler, situé dans la troisième partie, évoque les enjeux politiques du pluralisme culturel dans une perspective environnementale. L’auteur montre comment l’« éthno-écologie » née à la suite de pollution due aux rejets des exploitations minières, en l’occurrence dans le nord du Pérou, se retrouve articulée à la mythologie andine dans le discours des défenseurs des intérêts des Indiens. On perçoit alors nettement que le discours sur la protection de l’environnement et des droits des Indiens se mue en un réquisitoire sur la responsabilité de l’Etat péruvien, qui a cédé les terres sans l’aval pourtant légalement requis des communautés indigènes. Dans le contexte d’après Bagua, la finesse de l’analyse sémiotique de Carmen Salazar-Soler, notamment à partir d’entretiens menés auprès d’acteurs de la lutte contre les entreprises minières, prend de l’ampleur et permet de saisir l’urgence d’une anthropologie politique sur ces tensions.

5Toutefois, dans des contextes où la production de discours est une préoccupation de tous les instants et de toutes les instances, l’observation anthropologique, le travail de terrain, présentent des limites et de fortes contradictions. Sur ce point, la contribution de Valérie Robin se révèle d’un intérêt remarquable. L’auteur propose de mettre à l’étude le cas du lynchage d’une habitante de la localité de Pomamarca en 1998, dans les environs de Cusco, dans lequel les autorités communautaires ont excipé la circonstance atténuante de l’article 15 du code pénal péruvien, c’est à dire « l’erreur culturellement conditionnée ». Le recours à cet article, dans le but de faire acquitter les accusés, permet d’éviter la qualification de droit commun d’homicide et de qualifier le lynchage de singularité culturelle propre à la localité. La particularité du cas rapporté tient dans l’implication personnelle de l’auteur, invitée à appuyer l’argumentation de l’avocat des accusés en rédigeant un rapport, en tant qu’expert anthropologue, démontrant l’ancienneté du lynchage comme norme de résolution de conflits propre à la communauté en question.

6Ce que l’auteur perçoit et analyse sont les dangers axiologiques d’un comportement « ultra légaliste » que l’on trouve chez des acteurs sociaux, observateurs compris, et de l’instrumentalisation d’une population tenue pour étrangère à la loi par les professionnels du droit, les responsables administratifs et les autorités. Ainsi, l’application recherchée de la loi différentialiste conduit à l’élaboration – exhumation ? – d’un discours archaïque sur l’altérité des Indiens : isolés, ignorants et holistes, titulaires d’une mentalité invariable depuis des millénaires. Mais le droit n’est pas la loi et ce sont bien les rapports entretenus entre droit et culture qui sont esquissés dans cet article et placés au cœur d’une notion fondamentale : la justice. Les dérives institutionnelles de la ségrégation portent à plus forte raison les interrogations sur le terrain politique.

  • 3  Umberto Eco, La guerre du faux, Paris, LGF-Le Livre de Poche, 1987, 381 p.

7Au texte de Valérie Robin semble faire écho, dans la troisième partie, celui de Enrique Herrera Sarmiento à propos des droits territoriaux constitutionnellement reconnus en Amazonie bolivienne. L’auteur s’interroge en effet sur les conditions d’apparition d’un groupe, les Tacana, auquel la qualité de groupe ethnique qu’il réclame pour obtenir des terres est refusée. Il s’agit alors d’un « faux » groupe éthnique, dont l’auteur analyse la construction et l’élaboration de ses frontières culturelles pour se conformer aux exigences légales. La problématique résonne de loin en loin sur les propos déjà anciens de Umberto Eco quant à la fabrication de l’authenticité, des apparences et de l’illusoire3. L’éthnicité adopte ici les traits d’une labellisation ouvrant des droits spécifiques. C’est ce que paraît signifier l’inscription dans la catégorie « ethnique », dont l’importance est de premier ordre pour la remise des titres de propriété. La langue est aussi une composante primordiale et le livre est d’ailleurs agrémenté d’un rapport critique présenté par le linguiste et philologue César Itier à l’UNESCO en 1996 à l’occasion de l’avènement d’un dictionnaire espagnol-quechua.

8La question de la culture, posée dès la première partie par V. Robin, est reprise dans la quatrième partie, par Jacques Galinier, à propos de l’émergence d’une mystique panaméricaine différenciée de celle du New Age des Etats-Unis, et par Antoinette Molinié, à propos de la culture néoinca apparue dans les environs de Cusco. L’apparition d’une culture new age incaïsante s’appuie sur un versant écologique, une « divinisation de la terre ». Sa particularité serait d’abolir symboliquement les frontières nationales, en acquérant « une dimension internationale spectaculaire ». Les « néoindiens » sont, quant à eux, des individus urbains, métis qui revendiquent un « patrimoine préhispanique ‘pur’ ». La pureté renvoie à une spiritualité mais montre surtout un reflet écologique, quelque peu naturaliste, que l’article de Carmen Salazar-Soler évoquait déjà.

9Cet ouvrage, dont il faut saluer la parution après le colloque dont il est issu, marque un pas vers une anthropologie moins introspective et plus critique d’elle-même et de ses objets qu’elle ne l’a été jusqu’à présent dans les Andes. Toutefois, la notion de patrimoine, national, juridique, individuel, collectif, rarement exploitée par les auteurs, mériterait une réflexion car l’authenticité finit par avoir un coût et nous regrettons que l’anthropologique politique exercée ici n’ait pas pris la peine de le calculer.

Haut de page

Notes

1  Charles Taylor, Multiculturalisme : différence et démocratie, Paris, Flammarion, 1997, 144 p., coll. Champs, édition originale publiée en 1992 et Will Kymlicka, Multicultural citizenship : a liberal theory of minority rights, Oxford, 1995, Oxford University Press, 280 p.

2  Voir, entre autres, Fernando Silva Santisteban, Introducción a la Antropología jurídica, Lima, Fondo de Cultura Economica-Perú, 2000, 384 p. ; Victoria Chenaut et María Teresa Sierra, Pueblos indígenas ante el derecho, Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, CIESAS, Mexico, D.F., 1995, 370 p., ainsi que Sally Falk Moore, Social Facts and Fabrications : "Customary" Law on Kilimanjaro, 1880-1980, Cambridge University Press, 1986, 416 p.

3  Umberto Eco, La guerre du faux, Paris, LGF-Le Livre de Poche, 1987, 381 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Valérie Robin-Azevedo et Carmen Salazar-Soler (eds), El regreso de lo indígena. Retos, problemas y perspectivas, Lima, Cusco, IFEA, CBC, 2009, 292 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 26 mars 2010, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/59427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.59427

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search