Navigation – Plan du site
Sílvia Capanema P. de Almeida

Jorge Santiago, Rio et la ville clandestine : anthropologie et littérature de Lima Barreto, Paris, Le Manuscrit, 2009, 2 volumes, 610 p.

[19/04/2010]

Texte intégral

1Quelles pistes un écrivain de Rio de la fin du XIXe et du début du XXe peut fournir à l’anthropologie de la ville de nos jours ? Dans quelle mesure pouvons-nous reconnaître dans sa méthode de travail des démarches typiques de l’ethnographie ? Au-delà de la dualité fiction-réalité, comment peut-on saisir dans ses écrits des représentations d’un monde marginal, caché et clandestin existant à Rio de Janeiro et dans ses banlieues au tournant du siècle dernier, monde auquel il est fréquemment difficile d’accéder par d’autres sortes de sources ? Voici quelques questions posées et traitées par cet ouvrage, à travers l’œuvre d’Afonso Henriques de Lima Barreto (1881-1922).

2Lima Barreto était métis et fils d’un ancien typographe monarchiste. Ses grands parents avaient été esclaves, mais il a reçu une bonne éducation et est rentré à l’école polytechnique, sans jamais conclure sa formation d’ingénieur. Il a été journaliste et écrivain, ayant publié une dizaine d’ouvrages, lesquels n’étaient pas toujours aimés de la critique de son temps. Alcoolique, cet habitant de Rio a connu plusieurs hôpitaux psychiatriques et ne s’est jamais marié et n’a pas eu d’enfants. Sa vie se passe alors entre les transformations découlant de la fin définitive de l’esclavage (1888), la proclamation de la République (1889) et la Semaine d’Art Moderne (1922), évènements dont il n’est pas uniquement un témoin, mais aussi un observateur, comme le développe l’anthropologue Jorge Santiago. Lima Barreto a réalisé un travail de terrain et c’est justement cet aspect qui le différencie des autres écrivains de son époque. Les dimensions de Rio appréhendées lors de ses expériences en tant qu’observateur-participant sont exprimées autant à travers ses personnages de romans et de contes, que par le biais de ses chroniques, de son journal et de sa correspondance, toutes sources exploitées par l’auteur de Rio et la ville clandestine, qui utilise également les archives personnelles de l’écrivain et d’autres études portant sur lui. Pour Jorge Santiago, la vie et l’œuvre de Lima Barreto sont deux parties d’un ensemble, tout comme on ne doit pas différencier fiction et vie réelle. Dans tous les cas, ce qui importe ce sont les représentations.

3La première contribution de poids de l’ouvrage est celle de revendiquer pour les sciences humaines une légitimité dans l’analyse de la littérature. Il n’est pas question ici d’étudier l’œuvre de Lima Barreto selon les catégories propres aux approches littéraires, mais de proposer une interprétation originale, se trouvant au carrefour de l’histoire et de l’anthropologie. Cette combinaison entre la littérature, l’histoire et l’anthropologie propose de prendre en compte une dimension sensible de l’objet, d’un monde social donné.

  • 1  Santiago, Jorge P., La mise en scène de la vie sociale urbaine au Brésil – Citadins, musiciens, ci (...)

4Fruit d’une Habilitation à Diriger les Recherches1, l’ouvrage a beaucoup gardé de sa structure originelle, comme la division en trois parties présentées avec une introduction, la présentation des  références méthodologiques et théoriques utilisées, les démonstrations analytiques des arguments de façon détaillée, le maintien de certaines répétitions, la longueur du texte : 2 volumes qui comptabilisent 610 pages au total. Grâce à cette composition plus élargie, le livre peut contribuer à l’élaboration d’autres études du même genre. Il est précisément intéressant pour les étudiants, les doctorants et les chercheurs dont les objets et les questions sont semblables – le dialogue entre la littérature et les sciences humaines, les interfaces entre l’anthropologie, l’ethnographie et l’histoire –  et qui s’interrogent sur les villes en général et sur Rio de Janeiro et la ville brésilienne en particulier, sans oublier leurs marges.

5Dans la démarche proposée par Rio et la ville clandestine, le lecteur est tout d’abord invité à apprendre à lire la ville telle qu’elle se présente dans l’écriture de Lima Barreto. L’histoire de la ville ne peut se produire que quand on prend conscience de son existence en tant que telle. Mais Rio existe pour Lima Barreto tout autant que ses marges, les subúrbios (les banlieues) avec leurs particularités. Ainsi, la ville est le lieu de rencontre et de sociabilité, un espace de négociations permanentes ; c’est dans ses rues, par exemple, se côtoient les différentes formes de religiosité populaire. Mais la ville est aussi l’espace des conflits et des tensions ; elle est le territoire de la norme et de l’exclusion, révélant, à un observateur attentif et qui cherche à comprendre sa lisibilité non visible au premier regard, les différentes positions sociales et formes de hiérarchie. Dans ce cadre, l’écriture microscopique de Lima Barreto révèle des aspects pas toujours saisissables concernant, entre autres, les rapports ethniques de son temps. Quelques détails de l’écriture de Lima Barreto nous indiquent que, pour les femmes des subúrbios, « une différence accidentelle de couleur de peau était suffisante pour que l’une d’entre elles se juge supérieure à sa voisine » (Volume I, p. 122). De la même façon, dans le roman Clara dos Anjos (publié après la mort de son auteur, en 1948), l’écrivain dénonce le préjugé contre la femme noire ou la mulâtresse, souvent accusée d’inférieure et d’immorale, alors que dans Recordações do Escrivão Isaías Caminha (1909), c’est l’idéal de blanchissement de la population brésilienne par le recours au métissage qui est dévoilé. La question ethnique, un des principaux sujets de Lima Barreto, traverse ainsi tout l’ouvrage. Elle permet à Jorge Santiago de proposer une autre lecture de la ville, dont la notion repose certainement sur un certain nombre d’éléments architecturaux, politiques, sociaux, mais aussi sur sa dimension ethnique. Toutefois, comme dit l’auteur de Rio et la ville clandestine, lesétudes sur les villes ne mettent que très rarement en valeur cet aspect.

6Ce constat conduit l’anthropologue à questionner une production historiographique qui se montre souvent réticente aux conflits ethniques. Cette ligne d’interprétation contribue non seulement à un mépris de cette dimension dans les études sur les protestations populaires, mais également à forger une image d’harmonie raciale au Brésil. Jorge Santiago présente ainsi une réflexion sur les concepts de race et d’ethnicité, en choisissant, comme son texte le démontre, d’utiliser ce dernier. Ce qui l’intéresse est de saisir la dimension ethnique dans les conflits, dans les hiérarchies, dans les dits et non-dits. Il interprète à cet égard le silence de Lima Barreto, notamment concernant la révolte des matelots de 1910, mutinerie des marins subalternes contre les châtiments corporels et les mauvais traitements, mais dont la composante ethnique était remarquée par plusieurs observateurs, les rebelles étant vus comme des Noirs en grande majorité. Néanmoins, Lima Barreto, qui écrivait sur les sujets d’actualité, ne dit pas un mot sur cette révolte dans les sources consultées, un silence révélateur d’un profond malaise. Dans d’autres passages analysés, Lima Barreto constate, sur sa propre condition, que c’était « triste de ne pas être blanc » (Volume II, p.80). Ici, c’est lui-même qui se reconnait dans la condition de l’Autre, avec toutes ses difficultés et souffrances. Le regard de l’anthropologie historique se montre donc plus sensible à ces paroles et à ces silences que d’autres approches. C’est l’analyse de son écriture proposée par Jorge Santiago qui peut questionner, enfin, le problème de la double appartenance de Lima Barreto, cause de son ambigüité, mais aussi de sa richesse : le fait d’être un noir intellectualisé dans un monde où la culture lettrée et les sciences étaient a priori le privilège des Blancs.   

7Cette place de Lima Barreto a amené Jorge Santiago non seulement à faire immerger les lieux les moins visibles et qui ne sont pas immédiatement saisis, mais aussi à se positionner sur les débats en cours. Ainsi, il révèle que Lima Barreto avait une opinion bien différente de celle de l’anthropologie raciale de son époque, comme nous l’indique le passage suivant extrait du journal de l’écrivain et daté du début du XXe siècle : « Quant à la race, ceux qui répètent les stupides théories allemandes sont complètement dénués des plus élémentaires notions de la science, sinon ils sauraient parfaitement que la race est une abstraction, une création logique, dont l’objectif est de faire l’inventaire de la nature… » (Volume I, p. 38). Son interprétation proposait de prendre en considération de nouvelles catégories, comme le métissage, puisque, toujours selon les mots de Lima Barreto, il n’y avait pas des façons de sentir ou de penser propres à chaque race : « en observant notre peuple, si métissé, j’ai constaté qu’il n’y a rien qui le sépare profondément » (extrait de Vie et Mort de Gonzaga de Sá, idem). Il se montrait également très critique vis-à-vis d’autres « modes » et usages en vigueur, comme l’éloge des bacharéis (les diplômés) chez la société brésilienne et la quête d’une modernité importée des pays de l’Europe. Si acquérir les attributs de la civilisation signifiait adopter les pratiques et les valeurs européens, cette modernité envisagée se heurtait aux héritages de l’esclavage. Lima Barreto fait partie de ceux qui ont une certaine nostalgie de l’Empire, puisque la République n’avait aucun projet d’inclusion. Il capte en outre le moment d’avènement d’une culture urbaine –  voire de la naissance d’une identité urbaine -, non exempte de critiques. La transformation urbaine de Rio notamment pendant la période du maire Pereira Passos (1902-1906), avait engendré, selon lui, de nombreuses destructions et l’exclusion d’une partie importante de la population. On crée alors à Rio des non citoyens ou citoyens de deuxième classe, vus comme des sujets dangereux et illégaux, les habitants des côtés défavorisés ou clandestins de la ville. Lima Barreto trouve cependant, parmi les destructions et la construction de cette ville officielle, des espaces de conservation, considérés comme appartenant « au passé » de la ville et s’opposant à l’image prétendue de progrès et de modernité. L’interprétation de ses écrits laisse aussi comprendre que très souvent l’identité politique – la citoyenneté – se confond avec l’identité ethnique. L’intention de Lima Barreto est justement de rendre la voix aux côtés clandestins ou oubliés de la ville, redonnant à ces individus sous-catégorisés leur condition d’acteur.

8Jorge Santiago touche, à travers le texte de Lima Barreto, les frontières fragiles existant entre l’histoire et l’anthropologie. La méthode de l’écrivain du début du XXe siècle était d’exploiter les dimensions d’un univers microcosmique – parfois le moins visible – et de mettre en évidence l’extraordinaire à partir de l’ordinaire, des démarches utilisées par certains courants des deux disciplines. De même, proposant une analyse qui prend en compte le croisement des sources (archives personnelles, littérature, écrits), l’auteur de Rio et la ville clandestine interpelle l’historien et l’anthropologue, tout en revendiquant, à nouveau, le droit d’utiliser les archives personnelles dans une perspective socio-historique. L’analyse de la correspondance permet à la fois de comprendre un Lima Barreto au-delà de « l’homme de lettres » et de l’appréhender comme appartenant à un groupe donné d’interlocuteurs agissant dans un espace commun.

9Toutefois, à certains moments, nous avons l’impression que les écrits de Lima Barreto ne  servent à Jorge Santiago que comme une porte d’entrée, sa réflexion méthodologique étant bien plus importante et allant bien au-delà de ses sources. C’est exactement ce qui se produit notamment dans la Troisième Partie de l’essai, où l’anthropologue d’aujourd’hui quitte l’analyse des écrits de Lima Barreto pour partir sur son propre terrain ethnographique. C’est à ce moment-là que se concrétise plus visiblement le passage d’un ethnographe à l’autre, tout en marquant les différences entre eux. Lima Barreto possédait, dans son journal et ses notes, une sorte de carnet de terrain. L’anthropologue Lima Barreto – ou proto-anthropologue, comme le dit J. Santiago – aide à penser les rapports entre texte et terrain, entre le local et le global. Lima Barreto arrive également dans un Rio qui n’est pas celui des plages et des grands boulevards et il utilise la dimension comparative (avec Buenos Aires, Lisbonne et Paris). Ce qui l’intéresse, tout comme l’ethnographie, c’est de mettre en rapport les territoires et leur histoire. Cependant, son terrain n’est pas celui de l’Autre, mais là où il vit tous les jours. Il se trouve imprégné et immergé dans ces espaces, mais il n’est pas là comme un étranger et ne s’avoue pas comme étant un ethnographe, ce qui peut faire une différence. Mais, selon J. Santiago, ses observations ne peuvent pas être invalidées, sinon relativisées, car « le plus important n’est pas ce qui va vers le terrain, mais surtout ce qui ressort de cette présence sur le terrain » (Volume II, p. 249).

  • 2  Santiago, Jorge P., Ethnographie(s) et anthropologie de la ville à Rio, Paris, Le Manuscrit, 2009, (...)

10Refaire les chemins empruntés par Lima Barreto est la démarche ethnographique à laquelle se propose, ouvertement, Jorge Santiago dans cette dernière partie. Il parcourt Rio, ses espaces clandestins et ses marges, cherchant à imaginer une autre façon de penser le présent et le passé d’une ville. L’anthropologue de nos jours parle ainsi de la présence des écoles de samba, dont l’histoire et le présent sont marqués par leurs territoires, et sur les modes de comprendre la violence dans la ville. Il constate la présence de la dimension religieuse en ses manifestations plurielles, ainsi que les bars qui ont remplacé les cafés d’autrefois comme le principal lieu de sociabilité. Il ne cherche pas à comparer le Rio officiel et non-officiel d’avant avec ceux d’aujourd’hui, mais plutôt à produire une nouvelle observation, sur un même espace, de différents territoires et à aller là où Lima Barreto n’a pas pu arriver. Si Lima Barreto contribue à comprendre comment se construit une stigmatisation de la ville, il fait peu d’observations sur les pratiques associatives, par exemple. Aller au-delà serait faire ceci, mais aussi composer une ethnographie de la ville actuelle et de ses marges, en essayant de comprendre les sens des transformations et des ruptures, objet d’un nouveau livre de Jorge Santiago2.  

Haut de page

Notes

1  Santiago, Jorge P., La mise en scène de la vie sociale urbaine au Brésil – Citadins, musiciens, citoyens, Volume II – Rio et la ville clandestine chez Lima Barreto (fin du XIXe, début du XXe siècle), Habilitation à Diriger les Recherches, Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III, 204, 415 p.

2  Santiago, Jorge P., Ethnographie(s) et anthropologie de la ville à Rio, Paris, Le Manuscrit, 2009, 242p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sílvia Capanema P. de Almeida, « Jorge Santiago, Rio et la ville clandestine : anthropologie et littérature de Lima Barreto, Paris, Le Manuscrit, 2009, 2 volumes, 610 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 19 avril 2010, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/59582

Haut de page

Auteur

Sílvia Capanema P. de Almeida

Docteur en histoire par l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Chercheuse associée au CERMA/MASCIPO. silvia.capanema[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page