Navigation – Plan du site
Manuel Gárate Château

La “Révolution économique” au Chili. A la recherche de l'utopie néoconservatrice 1973-2003

Thèse de doctorat en Histoire et Civilisations dirigée par Frédérique Langue et soutenue à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, le 29 mars 2010 devant le jury présidé par : Annick Lempérière, professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et composé de Mme Frédérique Langue (CNRS) ; MM. Juan Carlos Garavaglia, (Université Pompeu Fabra, Barcelone) ; Olivier Dabène, (Sciences Po Paris); Luc Capdevila, (Université de Rennes 2) et Jean Piel, (Université Paris 7).
The “economical revolution” in Chile. Looking for a neoconservative utopia 1973-2003
[18/06/2010]

Résumés

Cette thèse traite deux questions fondamentales du passé récent du Chili. La première est la profonde transformation économique et sociele vécue entre 1973 et 2003, c’est-à-dire l’époque qui inclut le régime militaire et les trois premiers gouvernements de la transition démocratique. La deuxième se réfere à l`évolution de la pensée libérale économique au Chili, el l’apparition d’une nouvelle élite patronale formée à l’image du discours des économistes néoclassiques. Pour situer la profondeur des changements vécus dans le pays depuis 1973, la recherche remonte aux débuts du XIXème siècle, quand arrivent au Chili les premières idées du libéralisme économique, passant para la décennie de 1930 lorsque se crée le modèle de l’“État de compromis”. Cependant, l’analyse est centrée sur l’origine et l’essor des “Chicago Boys” comme gestionnaires de la transformation économique du Chili – comprise comme un genre spécial de violence – et des changements importants qui se produisirent au sein de l’élite dirigeante du pays (1973-2003). Enfin, la thèse aborde l’utilisation du passé récent dans les stratégies du pouvoir et les répresentations de la nouvelle élite par rapport aux imaginaires d’une société articulée autour du modèle du libre marché.

Haut de page

Texte intégral

Introduction générale

  • 1 Malgré le décès du général Pinochet en 2006, l’enquête s’est poursuivie auprès de sa famille et de (...)
  • 2 Du côté des forces d’opposition un discours similaire apparaît. Même s’il condamne les violations d (...)
  • 3 Macari, Mirko, “La dictature, c’était la terreur, mais aussi la corruption” (La dictadura fue terr (...)

1Dans les premiers jours du mois de juillet 2004, le Sénat des Etats-Unis révéla que le général Augusto Pinochet (1915-2006†) détenait une importante somme d’argent non déclarée, déposée sur un compte de la banque nord-américaine Riggs. Cette révélation permit la mise à jour de pas moins de 125 comptes bancaires à l’étranger appartenant à l’ancien dictateur, pour un montant supérieur à huit millions de dollars1. Hors du pays, l’épisode ne surprit pas outre mesure, mais il brisa en revanche l’un des mythes fondateurs de la transition démocratique chilienne. Jusqu’alors, l’élite conservatrice chilienne affirmait en effet que les violations des droits de l’homme commises sous le régime militaire représentaient le prix – douloureux mais nécessaire – que le pays avait dû payer pour sa modernisation économique en mettant fin par ailleurs aux “expériences socialistes”2. La divulgation de l’enrichissement illégal du général Pinochet constitua par conséquent un choc insupportable pour la majorité de ses partisans. Le mythe du général austère ayant abandonné le pouvoir pour laisser place à la voie démocratique, qui plus est “avec les mains propres”, s’était donc définitivement effondré3.

  • 4 Jusqu’à aujourd’hui, le monde conservateur chilien se réfère à l’héritage économique de la dictatur (...)

2Cette attitude nous semble révélatrice du fait suivant : la loyauté de l’élite économique chilienne envers le général et son régime reposait principalement sur ce qu’il est convenu de désigner comme la “révolution capitaliste”. À cette époque, il semblait ainsi acceptable de se défaire de l’ancien dictateur et d’en payer le prix, du moment que son héritage demeurait intact4. Ce raisonnement met en exergue un élément essentiel à la compréhension du Chili contemporain. D’où notre intérêt pour la modernisation économique de ce pays – notre pays –. Les recherches que nous avons réalisées dans le cadre de cette thèse s’inscrivent par conséquent dans la perspective de l’histoire des idées et notamment de l’évolution du libéralisme économique, en tentant d’apporter un regard résolument tourné vers les défis qu’impose l’histoire du temps présent.

  • 5 Voir Rousso, Henry, “La trayectoria de un historiador del tiempo presente, 1975-2000”, en Pérotin-D (...)

3L’étude du passé récent est devenue une problématique centrale en Amérique latine au cours de la dernière décennie. Le retour à la démocratie de la majorité des pays du continent depuis le milieu des années 1980 a largement contribué à ce processus. Même si ce champ de l’Histoire – souvent controversé – a d’abord été développé par les sociologues, les politologues et les journalistes, c’est seulement récemment qu’il est devenu un objet et un domaine de recherche pour de nombreux historiens, appartenant pour la plupart à la jeune génération. En ce sens, et comme l’affirme Henry Rousso, l’étude de l’histoire du temps présent implique nécessairement un exercice d’introspection, ce que Pierre Nora définissait comme l’“égo-histoire”, où l’expérience vécue par le chercheur est étroitement liée à la problématique/au sujet de la recherche5.

  • 6 Nous recommandons la lecture de Capdevila, Luc, “Le temps présent paraguayen”, Nuevo Mundo Mundos N (...)
  • 7 Nous avons choisi de privilégier la définition de régime d’historicité élaborée par Patrick García: (...)
  • 8 Langue, Frédérique, “L’histoire des sensibilités. Non-dit, mal dire ou envers de l’histoire? Regard (...)
  • 9 Ricoeur, Paul, La Mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris, Editions du Seuil, 2000.

4Comme l’explique Luc Capdevila6, cette nouvelle manière d’aborder l’Histoire fait appel à un régime d’historicité distinct de l’ “Histoire contemporaine”, du fait de l’apparition de nouvelles questions, spécifiquement liées aux problématiques de notre temps7. En définitive, l’accent est mis sur la présence et l’influence du passé sur le présent, impliquant la participation de l’historien non seulement comme témoin, mais également, en certaines occasions, comme acteur. D’autres historiens comme Frédérique Langue8 estiment qu’envisager l’histoire récente pose la question de la réception de l’évènement, y compris en ce qui touche des émotions et des sensibilités. Cet élargissement de l’horizon du champ d’études permet la transformation des sujets en acteurs et prend désormais en compte leur subjectivité, sans forme de discrimination aucune. Cet argument nous renvoie en définitive à la conclusion de Paul Ricœur, qui soutenait en effet que l'Histoire relève d'une épistémologie mixte, d'un entrelacement d'objectivité et de subjectivité9.

  • 10 Nous conseillons de consulter l‘ouvrage collectif suivant : IHTP (Ed.), Écrire l'histoire du temps (...)
  • 11 Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Points Seuil, 1990.
  • 12 Conan, Éric & Rousso, Henry, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Folio, 1996.
  • 13 Consulter : Ricœur, Paul, “Histoire et mémoire: l’écriture de l’histoire et la réprésentation du pa (...)

5En France, les historiens “du temps présent”10 se sont affirmés sur des thèmes liés aux conflits mondiaux, plus précisément à la “parenthèse” de Vichy et de ses conséquences dans l’ordre politique11. Ils sont les témoins d’un passé qui s’impose au présent selon la logique révélée par Henry Rousso et développée par Gérad Noiriel, d’ “un passé qui ne passe pas”12. L’Histoire se construit donc, dans la perspective qui est la nôtre, à partir de la relation parfois conflictuelle qu’elle entretient avec la mémoire et le témoignage13. L’historien devient le représentant d’une demande sociale de justice provenant autant des acteurs politiques que de la société civile en général (notamment par le biais des associations ou collectifs).

  • 14 En particulier, voir Capdevila, Luc & Langue, Frédérique (Eds.), Entre mémoire collective et histoi (...)
  • 15 Pérotin-Dumon, Anne, Historizar el pasado vivo en América Latina, disponible sur: http://www.histor (...)

6En Amérique latine, et tout particulièrement dans le Cône Sud, l’apparition de l’Histoire du temps présent est liée aux processus de transition démocratique et au besoin de renouveler les travaux portant sur la période des dictatures militaires des années 1970 et 1980 et les traumatismes qu’elles ont engendrés14. C’est précisément à cette demande que tente de répondre ce travail de recherche axé sur la modernisation économique entreprise entre 1973 et 2003 au Chili. Dans ce cadre, nous sommes amenés à aborder également cette problématique d’un “passé qui ne passe pas”. Diverses tentatives officielles tentant de le figer dans un passé révolu et intouchable se sont faites jour. Ou encore de “pacifier” les débats qui en sont issus en mettant en place différentes commissions d’investigation de “vérité” et de “justice”. L’ouvrage coordonné par Anne Pérotin-Dumon, intitulé Historizar el pasado vivo en América Latina, démontre d’ailleurs combien il est encore difficile de se pencher sur le passé récent – notamment dans le cas de l’Argentine, du Pérou et du Chili –, au point que le travail interdisciplinaire de sociologues, d’anthropologues, de juristes et d’historiens, est devenu indispensable15.

  • 16 Waissbluth, Mario, “¿Necesitamos un nuevo Ladrillo?, Qué Pasa, 27/05/2006 ; Couso, Javier, “Pinoche (...)

7Les travaux récents consacrés aux régimes militaires sud-américains ont donné la priorité à la question de la répression politique ainsi qu’à celle de la violation des droits de l’homme. Dans le cas chilien en particulier, d’autres éléments liés à un type de violence plus subtile mais non moins importante ont cependant été laissés de côté. Il s’agit par exemple de la violence liée aux transformations économiques introduites pendant la dictature, violence ayant des implications constantes sur le présent y compris dans son immédiateté. Ces changements exercent une influence réelle sur les individus, et les affectent autant que le traumatisme “direct” ou que l’agression physique. La différence entre les deux modes d’expression de cette violence réside dans le fait que la violence dans sa dimension corporelle a été plus communément subie et surtout perçue, créant une sorte de “sens commun”, sur un laps de temps également plus étendu. La manière dont s’est imposée au Chili la logique de marché comme objet historique constitue, pour cette raison, une question implicitement présente dans l’ensemble de notre travail16.

8Par ailleurs, le choix de notre sujet et objet de recherche est lié à une interrogation qui s’est imposée à nous au début des années 1990, alors que le Chili ne faisait qu’amorcer sa transition démocratique. Au cours de ces années, le pays a été qualifié par plusieurs nations développées – dont la France – de “jaguar d’Amérique latine”, et comparé aux économies émergentes du sud-est asiatique. Cet épisode, au premier abord anecdotique, a engendré d’autres questions venues nourrir la problématique centrale de notre thèse doctorale. Il s’agissait en premier lieu de comprendre la manière dont le Chili était parvenu à transformer de manière radicale son économie et sa société en l’espace de seulement trente ans. Nous nous sommes interrogés d’autre part sur l’existence d’un lien entre le libéralisme économique – prédominant au Chili depuis le milieu du XIXème siècle – et le modèle économique d’inspiration néoclassique et monétariste orientant le devenir du pays à partir de 1975. Enfin, nous avons choisi d’expliquer les changements qu’a connus la société chilienne depuis le milieu des années 1970, dans le cadre spécifique d’une société et d’une économie de marché et d’un libéralisme porté à extrême. Dans ce contexte, l’apparition d’une nouvelle élite patronale ainsi que le rôle des économistes et de certaines théories économiques au Chili depuis la seconde moitié des années 1960 nous semblent fondamental. Nous soutenons par conséquent la thèse selon laquelle le Chili contemporain ne peut s’expliquer indépendamment de cette transformation économique radicale, une transformation qui s’est étendue dans le temps et constitue dès lors le principal héritage du régime militaire du général Augusto Pinochet.

  • 17 Organisation de coopération et de développement économiques. Consulter : Biblioteca del Congreso Na (...)
  • 18 Winn, Peter, “The Past is Present: History and Memory in Contemporary Chile”, en Historizar el pasa (...)

9L’horizon temporel spécifique à cette problématique s’étend de 1973 à 2003. Il correspond aux trente années qui séparent l’instauration du régime militaire (et les premières réformes de libre marché) de la consolidation du modèle économique en démocratie suite à la signature des traités de libre commerce avec l’Union Européenne et les Etats-Unis. A notre sens, ce tournant marque une sorte d’“approbation” internationale des réformes économiques menées à bien au Chili depuis le début des années 1970. Au moment où nous rédigeons cette thèse, cette “voie chilienne” est sur le point de recevoir une nouvelle impulsion avec l’entrée du Chili dans le très sélectif groupe des pays de l’OCDE17. L’année 2003 constitue également une date anniversaire, celle des trente ans écoulés depuis le coup d’Etat militaire du 11 septembre 1973, un anniversaire qui a provoqué une véritable déferlante d’ouvrages, articles, documentaires et polémiques politiques, intérêt extrême mais presque inédit dans le pays. En effet, la politique de la transition démocratique – associée à la raison d’État – était fondée sur le silence et l’oubli. Mais la raison d’État a rapidement laissé place à une sorte de “marée mémorielle” où, comme le précise Peter Winn, le passé est devenu un thème du présent et a contraint les historiens à prendre en compte une période qu’ils avaient jusqu’alors évitée18.

  • 19 En ce qui concerne l’histoire de l’idée de marché, nous conseillons tout particulièrement la lectur (...)

10Eu égard à ces divers questionnements et problématiques, porter un regard historiographique sur trente ans de modernisation économique chilienne (de 1973 à 2003) est, à nos yeux, essentiel. Il s’agit en effet de pouvoir expliquer ce mouvement modernisateur avec l’aide du passé, en partant plus précisément du postulat de l’existence d’une “révolution conservatrice”, issue d’une variante extrême du libéralisme économique – ce qui de prime abord apparaît comme une contradiction ou du moins un paradoxe,19.

  • 20 Nous faisons en particulier référence au catholicisme conservateur extrême de son élite patronale, (...)

11La réflexion précédente nous a conduit à diviser notre travail en trois parties, composée chacune de deux chapitres. La première partie est consacrée à la construction d’une généalogie de la pensée économique libérale au Chili pendant près d’un siècle et demi d’histoire républicaine. La seconde est centrée sur les profondes transformations économiques mises en œuvre pendant le régime militaire sous la direction du général Augusto Pinochet (1973-1990), ainsi que sur les conséquences de ces changements sur le discours économique contemporain. Enfin, la troisième partie analyse l’apparition au Chili d’une société de marché reposant sur une nouvelle élite capitaliste. Cette dernière possède toutes les caractéristiques de la bourgeoisie moderne, ainsi que d’autres beaucoup plus paradoxales, qui s’expliquent parfaitement, comme nous le montrerons, à la lumière de l’histoire récente du pays20. Parallèlement à ces trois axes, un élément transversal de notre travail doit être pris en considération. Il s’agit du rôle joué par les économistes et le discours économique dans l’espace public. Notre intention est non seulement d’analyser la réception de la discipline économique au Chili, mais également de rendre compte du rôle grandissant qui échoit aux économistes. Ces derniers sont en effet parvenus à proposer et à incarner une nouvelle image du pays. Ils en sont venus à constituer l’une des professions les plus influentes, mais également les plus controversées au sein de la société chilienne.

  • 21 Il faut notamment prendre en compte le fait que, tout particulièrement durant la seconde moitié du (...)

12Comme nous le mentionnions plus haut, la première partie de notre thèse doctorale est consacrée à l’évolution de la pensée économique libérale au Chili. Une de nos hypothèses principales part du postulat suivant : même si le capitalisme et le libéralisme économique ont existé au Chili en tant que doctrine et coutume depuis la seconde moitié du XIXème siècle jusqu’en 1925-1930, leur influence ne s’exerçait pas du point de vue culturel sur toutes les classes sociales. L’élite dirigeante chilienne n’a d’ailleurs pas assis les bases d’une société libérale et de libre marché, comme cela nous semble être le cas entre 1973 et 2003. Le libéralisme économique du XIXème siècle fut davantage une pratique commerciale qu’un programme politique ou idéologique. Les divergences entre libéraux et conservateurs ne concernèrent pratiquement jamais le domaine de l’économie, mais plutôt des questions liées au contrôle du pouvoir politique, à l’éducation publique et aux relations entre l’Église catholique et l’État laïc naissant. En d’autres termes, nous estimons qu’une sorte de consensus tacite et durable concernant l’activité économique, a existé au sein de l’élite dirigeante chilienne, au-delà des différences (parfois très profondes) intervenant entre les défenseurs de l’étalon-or d’une part, et les partisans du papier monnaie de l’autre21.

13Le Chili du XIXème siècle se caractérisait par une société relativement fermée et une élite centraliste. Il était gouverné par une oligarchie exclusive – situation qui était loin d’être exceptionnelle à l’époque et encore moins en Amérique latine – très fière de l’ordre et du régime “autoritaire-libéral” qui s’était consolidé dans les années 1830. Cette situation ne signifie pas que l’élite n’était pas marquée par des différences notoires entre ses membres ni traversée par des luttes pour le contrôle du pouvoir politique. Cependant, sur le plan économique, les idées du libre commerce et d’une ingérence minimale de l’État avaient gagné du terrain depuis la seconde décennie du XIXème siècle et étaient même considérées comme une question de “sens commun”, jusqu’à la date tardive de 1929. De sorte que ce qui a été décrit comme une “pratique commerciale” ne fut en réalité qu’un libre-échange appliqué sans grandes orientations théoriques. L’arrivée du premier grand théoricien de l’économie politique au Chili, Jean Gustave Courcelle-Seneuil, a confirmé ce diagnostic. En effet, le professeur et conseiller économique français a volontiers reconnu que l’on pratiquait le libre commerce au Chili, mais que dans la plupart des cas, ceux qui en observaient les pratiques ignoraient la théorie économique moderne ainsi que ses implications politiques et sociales. En définitive, et d’après lui, le pays était libéral en matière économique sans en avoir conscience, et la théorie venait seulement consolider ce qu’il considérait déjà être une “saine coutume”.

  • 22 Cavieres, Eduardo, "Anverso y reverso del liberalismo en Chile, 1840 1930", Historia, Pontificia Un (...)
  • 23 Pour un intéressant article consacré à l’ “État social” et ses antécédents en Allemagne depuis la f (...)

14C’est seulement à la fin du XIXème siècle que l’on a observé certaines divergences d’importance à l’endroit de ce consensus, comme l’ont indiqué certains historiens comme Eduardo Cavieres22. L’économie politique libérale a alors commencée à être remise en question par d’autres courants, notamment par l’école historique allemande qui comptait de nombreux épigones au Chili. Il n’est donc pas fortuit que cette tendance ait acquis autant d’importance dans les années 1870-1890, alors que l’Allemagne émergeait comme la grande puissance militaire européenne, disputant fortement la place de l’Angleterre, y compris sur le plan économique. Le modèle allemand d’un État fort, interventionniste, qui liait le militaire à l’économique ainsi qu’à une politique naissante de sécurité sociale, s’avérait très attractif pour les nouveaux groupes d’intellectuels chiliens23. En effet, ces derniers n’appartenaient pas à l’élite traditionnelle, et s’opposaient au laissez-faire anglais et au dogme de la non-ingérence gouvernementale dans l’économie.

  • 24 Actuellement, le Chili est considéré au plan international comme une expérience modèle de modernisa (...)

15Le chapitre 1 décrit l’évolution des idées économiques libérales au Chili depuis leurs précurseurs intellectuels, mais en l’ancrant dans le contexte des deux grands cycles économiques que connaît le pays entre 1830 et 1930. Cette période représente le temps qui s’est écoulé entre l’arrivée d’idées économiques libre-échangistes au Chili et la crise, puis le repli de la pensée libérale pendant l’entre-deux-guerres. Nous nous sommes tout particulièrement efforcé de montrer de quelle manière ces idées sont parvenues à s’imposer dans le pays, y ont été appliquées et ont évolué dans un contexte donné. Nous n’aspirons pas pour autant à écrire une histoire générale des idées, et encore moins du libéralisme économique au sujet duquel il existe déjà une abondante production académique. Au contraire, nous estimons que les idées s’“incarnent” dans certaines réalités, mais que celles-ci modifient à leur tour la pensée, engendrant une dynamique différente du seul mécanisme de copie et de transposition de schémas rigides. En réalité, un “espace d’application” idéologique peut à son tour devenir une expérience par la suite considérée comme un modèle24.

16Plus précisément, les transformations du libéralisme économique et de l’Économie Politique au Chili n’ont pas suivi la même orientation que sur le reste du continent, malgré un héritage historique et culturel commun, fruit de la colonisation espagnole. Pour autant, notre objectif n’est pas d’accréditer l’idée d’une prétendue “exceptionnalité” chilienne. Il s’agit davantage de souligner sans ambiguïté les différences existant par rapport à des visions historiographiques qui tendent à négliger les particularités locales de notre histoire continentale. Aveuglées par la louable quête de la comparaison, ces dernières tombent en effet fréquemment dans l’écueil de simplifications ou de généralités qui, au lieu d’en faciliter la compréhension historique, la rendent plus difficile. La société chilienne, du fait de sa dimension réduite, de son isolement géographique, de sa structure sociale et d’une certaine homogénéité de son élite dirigeante, a constitué un espace propice à des expériences sociales et idéologiques originales, lesquelles se sont même multipliées pendant la seconde moitié du XXème siècle. L’histoire du libéralisme économique au Chili participe de ce processus et n’échappe guère à certaines particularités. C’est seulement en les prenant en considération qu’il est possible de reconstituer dans les meilleures conditions une histoire comparée au niveau continental.

17Le chapitre 2 aborde quant à lui le recul de la pensée économique libérale au Chili et sa substitution progressive par la théorie économique structuraliste (“cépalienne”), dans un contexte de crise économique mondiale et de discrédit des doctrines du libre commerce. Nous avons souhaité mettre l’accent plus précisément, non sur la disparition de la théorie classique, mais sur son déclin dû à l’augmentation des attributions de l’État. Les théories privilégiant la planification économique et le contrôle de l’économie par les pouvoirs publics ont joué à cet égard un rôle majeur.

  • 25 Nous avons préféré utiliser le concept d’État de compromis ou État entrepreneur plutôt que celui de (...)
  • 26 L’une des hypothèses majeures de notre travail de recherche se rapporte à l’existence d’une “révolu (...)

18Dans cette partie de notre analyse, nous avons également consacré une place importante à l’explication du contexte qui a vu émerger une pensée économique spécifiquement latino-américaine, dans la mesure où se trouve exposée une vision issue de la périphérie, centrée sur l’industrialisation, le développement des marchés internes et la substitution d’importations. Telle n’a pas été, en effet, la seule réponse locale et originale à la crise engendrée par la Grande Dépression. Il s’est agi également d’une révision historique de ce que les économistes structuralistes ont décrit – depuis les années 1930 – comme l’échec de la modernisation capitaliste des “élites oligarchiques” latino-américaines. Cependant, la construction de l’État de compromis chilien relèvera davantage d’une légende que d’un projet durable25. Nous avons évoqué en effet une expérience qui ne durera pas tout à fait quarante ans (1938-1973), mais qui va profondément marquer la pensée économique et politique au Chili. Le modèle structuraliste est également à l’origine d’une réponse “révolutionnaire”26 de la part du monde conservateur chilien, lequel va rompre avec l’héritage du libéralisme du XIXème siècle et adopter les idées nouvelles de l’économie néoclassique et de l’autoritarisme politique.

19Dans ce deuxième chapitre, nous abordons également les spécificités de la doctrine économique néoclassique (en particulier du monétarisme) ainsi que le rôle clef joué par l’Université de Chicago dans la diffusion mondiale de cette théorie. Mais, au-delà de l’analyse de la théorie monétariste à proprement parler, nous avons focalisé notre intérêt sur la manière dont s’est effectué le transfert idéologique au Chili. L’élite dirigeante locale s’est en effet peu à peu séparée de l’État qu’elle avait créé au XIXème siècle, devenant ainsi son principal pourfendeur depuis 1950.

  • 27 Nous faisons allusion principalement aux différences que nous avons décrites entre conservateurs et (...)
  • 28 En particulier la classe moyenne chilienne, à l’origine peu développée, mais dont la croissance s’e (...)

20Les divergences internes qui avaient divisé l’élite au cours du XIXème siècle jusqu’aux premières décennies du XXème siècle, avaient pratiquement disparues27. Un sentiment unitaire de classe s’est fait jour, face au défi grandissant que représentait la présence de nouveaux groupes sociaux luttant pour le contrôle de l’État et de la politique économique28. L’élite dirigeante adopta ultérieurement une position défensive, suite à la Grande Dépression de 1930. La perte de prestige de la théorie économique classique fut en effet radicale, du fait de l’apparition des systèmes d’économie centralisée (aussi bien démocratiques que totalitaires), si populaires dans la période de l’entre-deux-guerres et à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

21Paradoxalement, et tout du moins au Chili, une partie de l’élite dirigeante a trouvé refuge auprès de l’État, donnant ainsi naissance à une classe patronale qui a bénéficié de la protection du modèle de développement endogène et de substitution des importations. Cependant, un autre segment de l’élite est resté marqué par le début de la Guerre froide et par la division idéologique qui a opposé les deux grands blocs. Ces bouleversements poussèrent ce groupe à chercher un nouveau moyen de croissance économique capitaliste fondé sur le libre commerce et le libéralisme classique. C’est la raison pour laquelle l’élite dirigeante se rapprocha idéologiquement des Etats-Unis. La Révolution cubaine ainsi que l’influence politique croissante de la gauche latino-américaine – sans oublier une Démocratie chrétienne au discours révolutionnaire et antioligarchique – ont contribué à accroître la peur et à encourager ainsi le processus d’idéologisation de l’élite conservatrice chilienne. Ces circonstances la confrontèrent pour la première fois au danger (réel ou virtuel) de son imminente disparition ou élimination par une révolution de type socialiste. Face à cette hypothétique menace, une série d’échanges économiques, technologiques, mais aussi académiques entre les universités nord-américaines et certaines universités latino-américaines ont été engagés, et ce, depuis le milieu des années 1950,. Dans le domaine de la pensée économique, l’objectif de l’administration nord-américaine était de neutraliser ou tout du moins de contrecarrer l’influence grandissante de la gauche, en particulier de la pensée économique structuraliste dite “cepalienne”. C’est dans ce contexte de lutte idéologique que doit être interprété le projet de coopération entre l’Université Catholique du Chili (PUC) et l’Université de Chicago en vue de la formation d’économistes et de cadres diplômés de second et troisième cycle.

  • 29 Boisard, Stéphane, L'émergence d'une nouvelle droite: monétarisme, conservantisme et autoritarisme (...)

22L’évolution qu’a connue un groupe marginal d’économistes, au sein d’une université relativement modeste (PUC), et jusqu’à devenir les instigateurs de la “modernisation économique” du Chili, sera donc traitée dans notre second chapitre. Il s’agira pour nous d’aborder les luttes idéologiques qui ont eu lieu à l’intérieur de l’Université Catholique. Dans cette perspective, nous prendrons en compte la volonté et l’insistance de certains professeurs nord-américains afin que le projet d’échanges universitaires donne naissance à une nouvelle classe patronale au Chili, entièrement formée à l’économie scientifique et “positive” de l’Université de Chicago. Cette partie du travail s’achève par la description de la prédominance absolue de l’enseignement de l’économie néoclassique au sein de la PUC et de l’influence croissante des économistes qui y ont été formés. L’agitation des années 1960 a facilité l’union de ces professionnels avec un groupe de jeunes conservateurs (“gremialistas”), principalement formés à l’École de Droit de cette même université. Ensemble, ces deux groupements ont donné lieu à ce que Stéphane Boisard a identifié comme étant la “Nouvelle Droite” chilienne ; droite qui mènera à bien la transformation économique du Chili voulue et imposée par le régime militaire (1973-1990) 29 .

23La deuxième partie de la thèse envisage l’implantation d’un nouveau schéma économique au Chili dans un contexte d’autoritarisme et de répression. En ce sens, nous considérons qu’une “révolution” économique capitaliste a bel et bien été accomplie dans le pays. Cette “révolution” a profondément modifié le modèle de développement dominant depuis la fin des années 1930, et a également rompu avec les vieux idéaux de l’élite dirigeante chilienne. Néanmoins, l’évolution de la vie politique et économique chilienne à partir de 1973 ne peut en aucun cas être interprétée uniquement comme une restauration ou une réaction conservatrice face à l’échec du projet socialiste de l’Unité Populaire et de son président Salvador Allende. Au contraire, le nouveau capitalisme imposé par le pouvoir militaire ne représente pas un héritage du libéralisme du XIXème siècle. Il est le résultat d’une combinaison particulière de la doctrine néoclassique des économistes chiliens formés à Chicago et du conservatisme hispaniste des “gremialistas”. De fait, il s’agissait d’une nouvelle réponse spécifique aux circonstances créées par la Guerre froide.

24Comme nous l’expliquons dans le chapitre 3, les militaires qui ont pris le pouvoir en 1973 ne disposaient d’aucun projet économique ni institutionnel pour le Chili et ne faisaient qu’exprimer la prédominance d’une tradition étatiste et nationaliste centralisatrice (le “desarrollismo”) associée à un anticommunisme extrême. Les divergences observées au sein du régime militaire dans les premières années du gouvernement (1973-1975) ont ainsi abouti à la défaite des généraux “développementalistes”, renforçant au passage la domination des militaires les plus proches de Pinochet et de la Marine. Ces deux groupes soutenaient par ailleurs les mesures radicales des jeunes technocrates monétaristes de Chicago, nommés à des postes gouvernementaux dès les premiers mois de la dictature militaire.

  • 30 Les références à l’autoritarisme de la période conservatrice (1830-1861) – également appelée Républ (...)

25Ce chapitre nous permet également d’analyser la manière dont a été imposé le nouveau modèle économique, devenu l’une composante de la violence dictatoriale, un modèle empreint d’un esprit “refondateur” pour le pays. Cette démarche nous permet par ailleurs de revenir sur l’ethos “révolutionnaire” qui est à l’origine de la prétention d’instaurer une réalité sans point de départ identifié et de rompre avec les traditions d’un État créé par cette même élite libérale-conservatrice. Nous avons tout particulièrement mis l’accent sur le caractère idéologique que comporte l’implantation d’une expérience d’économie ultralibérale inédite en Amérique latine. Nous soutenons à cet égard que cette expérimentation dotée d’un corollaire institutionnel (la Constitution de 1980) a essentiellement permis au régime militaire d’apparaître comme l’instigateur d’un renouveau dans l’histoire du Chili. Le discours officiel visait pour sa part à lancer l’idée d’une “nouvelle indépendance”. Cette perspective était présentée aux Chiliens comme la rupture finale avec l’“étatisme” du XXème siècle, même si elle se fondait, paradoxalement, sur le retour des “anciennes” traditions nationales considérées comme “meilleures”30.

  • 31 DINA: Direccción de Inteligencia Nacional.

26Nous avons souhaité compléter cette analyse par la description des principales mesures économiques appliquées au Chili entre 1975 et 1978, connues sous l’expression de “traitement de choc”, mesures qui ont été mises en œuvre pendant la période où la répression et les violations des droits de l’homme ont été les plus marquées dans le pays. Le moment choisi afin de mettre en œuvre les transformations économiques les plus radicales —  pendant lequel la population civile a le plus souffert du régime de terreur instauré par la DINA31 et autres services de sécurité du régime —, n’est effectivement pas une coïncidence. Si l’on en croit les conseils donnés par Milton Friedman en personne à Augusto Pinochet, ces mesures devaient être appliquées très rapidement afin d’éviter les protestations de la population et de neutraliser l’opposition des syndicats ou de toute autre organisation sociale.

27Ce troisième chapitre se poursuit par l’étude du “miracle économique” chilien, essentiellement à travers le prisme des premières réussites économiques du régime militaire (grâce à l’intervention des “Chicago Boys”). La croissance observée au cours de cette période était due aux mesures de “choc”, mais plus encore au crédit avantageux qu’avait obtenu le pays sur les marchés financiers mondiaux à l’époque des pétrodollars (1974-1982). Or, le pays a payé très cher le prix de cet endettement et de ce bref boom, lorsqu’en 1982 a éclaté la plus grosse crise financière et sociale qu’ait connue le Chili depuis 1930. Notre chapitre s’achève enfin sur la genèse du cadre institutionnel destiné à consolider le modèle économique de libre marché, en grande partie élaboré par l’équipe dirigée par l’avocat corporatiste (gremialista) Jaime Guzmán Errázuriz. À ce niveau de l’argumentation, il nous a semblé nécessaire d’insister à nouveau sur l’esprit “refondateur” du régime militaire et de son projet d’instaurer une “démocratie protégée” préservée de tout changement politique et de la souveraineté populaire. Dans ce schéma économico-institutionnel, le marché occupe une place indiscutable, et l’initiative privée constitue l’axe principal autour duquel s’articule la société. L’État est cantonné à un rôle subsidiaire, et le pouvoir des acteurs sociaux collectifs sont réduits et limités du fait de leur potentiel “subversif et étatiste”.

28Dans le chapitre 4, nous analysons les réformes économiques mises en œuvre pendant le régime militaire et appelées à jouer un rôle clé et à détruire complètement le système de développement endogène. Intervient également ce que nous avons identifié comme la tentative d’instituer une “société de marché” par le biais d’un ensemble de mesures non seulement économiques, mais également sociales et culturelles. Notre étude se poursuit avec la description et l’analyse de la crise financière de 1982 et la manière dont celle-ci a non seulement menacé la continuité du régime militaire, mais aussi le modèle économique élaboré par le groupe d’économistes de Chicago. Outre la description des mécanismes de la crise financière de 1982, nous nous attachons à montrer à quel point celle-ci s’est aggravée, en raison de l’intransigeance idéologique manifestée par les autorités économiques de l’époque. C’est précisément cette rigidité qui a provoqué le départ du gouvernement des Chicago Boys, et l’apparente chute de ce qui, à l’époque, était qualifié de “modèle néolibéral”. Cependant, après une brève période d’hétérodoxie économique et de politiques d’expansion (1983-1984), le régime militaire – et en particulier le général Pinochet – a de nouveau misé sur le retour de la rigueur économique des monétaristes, malgré la débâcle subie deux années auparavant.

29Notre interprétation tend à démontrer que le régime militaire a renforcé l’implantation du modèle de une société de marché de manière telle qu’il était impossible de revenir en arrière et encore moins de bâtir une stratégie économique centrée sur l’État diabolisé précédemment pendant près d’une décennie. Par ailleurs, une large part du patronat a continué de soutenir la stratégie des économistes monétaristes malgré l’effondrement financier. C’est ainsi qu’au cours de la période 1984-1990, s’est imposé un nouveau cycle de réformes de marché, cette fois moins idéologisé et plus pragmatique. C’est également l’époque de la seconde génération d’économistes formés à Chicago ; moins combative et doctrinaire que la première mais plus habile dans la projection de l’héritage économique et institutionnel du régime militaire en vue d’une imminente transition démocratique.

30Enfin, pour clore notre travail de recherche, la troisième partie de notre thèse doctorale se concentre sur l’histoire récente de l’expérience économique chilienne à la fin du régime militaire et pendant la transition démocratique (1990-2003). Soulignons que les chapitres 5 et 6 ont été plus délicats à rédiger dans la mesure où ils intègrent des éléments d’analyse propres à la sociologie et à la science politique. Pour la rédaction de ces chapitres, et contrairement aux chapitres précédents, nous possédions une énorme quantité de sources – situation que connaissent bien les historiens du temps présent –, ce qui nous a contraint à effectuer des choix difficiles et à écarter des thèmes qui possèdent en eux-mêmes un grand intérêt historiographique. L’historiographie du libéralisme économique au Chili devient en effet plus complexe à partir de 1990, puisque la chute des socialismes réels a précipité la disparition du cadre idéologique de la Guerre froide et a engagé tous les acteurs sociaux et politiques dans la recherche de nouvelles références. La démocratie et le marché apparaissent comme les symboles d’un système triomphant, face à la débâcle des socialismes réels et à la crise immédiate des partis marxistes.

31Nous nous sommes attaché tout particulièrement à la manière dont les fondements du modèle économique chilien ont été conservés après la fin du régime militaire, notamment en ce qui concerne la forme du discours sur le libre commerce et la société de marché, qui influence l’élite de centre-gauche à la tête du Chili depuis 1990. Le cinquième chapitre s’ouvre ainsi sur la description de l’évolution de ces économistes et intellectuels, depuis des positions proches du “développementalisme cépalien” vers un libéralisme qui, même s’il ne se reconnait pas dans le monétarisme – dénoncé même comme un “néo-libéralisme” –, fait du marché et du libéralisme politique son cheval de bataille. Sur ce point, il s’est avéré particulièrement intéressant de constater la similitude des recommandations issues du “Consensus de Washington” et des politiques économiques mises en œuvre au Chili une décennie auparavant. C’est ainsi que l’on a commencé à parler du “modèle économique chilien”, comme une sorte d’exemple à suivre pour les pays du Tiers Monde. Ce modèle consistait précisément en une application rigide des postulats monétaristes dans le contexte d’une démocratie restreinte voire d’un régime autoritaire. Dans les années 1990, la Banque Mondiale et le FMI sont alors devenus les principaux promoteurs de la “recette chilienne”.

32Si, comme nous tendons à le penser, l’opposition démocratique au régime militaire chilien a fini par accepter et même favoriser le modèle de libre-échange ainsi que la démocratie restreinte, ce choix implique également sa transformation et son adaptation à une société qui sortait à peine de l’autoritarisme et de la répression politique. D’où, à la fin des années 1990, de houleux débats au sein de la coalition gouvernementale (la Concertación) à propos de la prétendue “trahison” de certains de ses leaders et de leur absence de sincérité malgré des intentions affichées d’en finir avec l’héritage de la dictature militaire.

33Enfin, le chapitre 6 expose les principales transformations économiques du Chili post-dictature en insistant sur l’apparition d’une nouvelle classe dirigeante liée au pouvoir économique et au monde de l’entreprise. Nous avons choisi tout particulièrement de mettre l’accent sur les nouveaux biais par lesquels le discours économique a pénétré la société et a pu influer sur les décisions politiques et sur le rôle de l’État. Dans le même esprit, nous avons estimé primordial d’aborder la projection et les défis de l’économie chilienne, compte tenu de la forte concurrence de ses voisins régionaux : nous avons donc tenu à rappeler que le Chili n’est plus une exception en matière de “modernisation”. Cependant, nous estimons nécessaire de souligner que le Chili a constitué la première expérience de transformation radicale d’une économie latino-américaine suivant le credo du capitalisme globalisé, et représente l’une des premières expérimentations de création d’une société de marché avant même qu’elle n’ait vu le jour dans l’Angleterre conservatrice et aux États-Unis, dans les années 1980.

34Enfin, concernant la sélection et l’usage des sources, le défi à relever dans ce travail de recherche a été de taille compte tenu de la grande quantité de données disponibles et la difficulté à hiérarchiser de l’information. Il faut y ajouter le fait que, bien que deux tiers de notre travail de recherche soit consacré à la période 1973-2003, nous avons adopté un horizon temporel d’analyse de près de deux siècles. De plus, la traditionnelle séparation entre sources primaires et secondaires s’est avérée difficilement applicable dans notre cas. La plupart du temps, nous avons en effet travaillé sur des extraits de presse ainsi que des publications d’économistes (livres et articles) qui, selon les cas, ont été considérées comme des sources primaires ou secondaires selon leur contexte d’utilisation. En second lieu, nous avons décidé de donner la priorité à l’abondante production écrite des économistes, en particulier en anglais. La recherche hémérographique proprement dite a été presque exclusivement effectuée pour l’élaboration des chapitres 4, 5 et 6, puisqu’il s’agit d’une période plus contemporaine sur laquelle il existe moins de travaux historiographiques ou économiques de réel intérêt. Pour finir, les nombreuses données disponibles sur Internet nous ont également conduit à filtrer et à sélectionner les documents les plus représentatifs des idées et des processus que nous souhaitions traiter, en particulier en ce qui concerne le rôle des économistes dans les sociétés contemporaines ainsi que les changements intervenus au sein de l’élite dirigeante chilienne au cours de ces quarante dernières années.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Malgré le décès du général Pinochet en 2006, l’enquête s’est poursuivie auprès de sa famille et de ses plus proches collaborateurs. Les résultats préliminaires ont permis d’établir que l’argent provenait de commissions issues de la vente d’armes (légale et illégale) ainsi que de l’usage personnel de fonds réservés de la Présidence de la République tout au long de son mandat (1973-1989). Voir : “Cronología del caso Riggs”, El Mundo, 03/01/2007 ; disponible sur : http://www.elmundo.es/elmundo/2005/11/23/internacional/1132769105.html (consulté le 16/10/2009).

2 Du côté des forces d’opposition un discours similaire apparaît. Même s’il condamne les violations des droits de l’homme, il prétend, aujourd’hui encore, que les réformes économiques menées pendant le régime militaire demeurent un élément politiquement exploitable.

3 Macari, Mirko, “La dictature, c’était la terreur, mais aussi la corruption” (La dictadura fue terror pero también corrupción). Entretien avec le sociologue Tomás Moulián, La Nación, 25/07/2004. T. Moulián: « Ce n’est que la face visible de l’iceberg, parce que Pinochet peut entraîner la confusion dans nos esprits, il semble qu’il soit parvenu à accumuler huit millions de dollars, mais en fait non. Pinochet appartient à une catégorie sociale qui s’est enrichi par le biais de la vente d’entreprises publiques, des privatisations, de prébendes spéciales. Ces huit millions de dollars ne sont qu’un accident. Pinochet représente autre chose: le Chili est devenu le lieu où les entrepreneurs sont la principale force sociale et, par conséquent, ces huit millions de dollars, je les considère comme une métaphore ».

4 Jusqu’à aujourd’hui, le monde conservateur chilien se réfère à l’héritage économique de la dictature comme “l’œuvre du gouvernement militaire”, tentant de séparer l’héritage institutionnel de la personne du général Pinochet, de la Junte militaire et du reste des civils et militaires qui ont participé à ce régime. Cáceres, Carlos, “Gobierno militar: la herencia de la institucionalidad”, Revista Libertad y Desarrollo, nº 133, agosto de 2003. Version électronique disponible sur : http://www.lyd.com/noticias/opiniones/gobierno.html (consulté le 16/10/2009).

5 Voir Rousso, Henry, “La trayectoria de un historiador del tiempo presente, 1975-2000”, en Pérotin-Dumon, Anne, Historizar el pasado vivo en América Latina, http://www.historizarelpasadovivo.cl (consulté le 11/10/2009), et Nora, Pierre (Ed.), Essais d’ego-histoire, Gallimard, 1987.

6 Nous recommandons la lecture de Capdevila, Luc, “Le temps présent paraguayen”, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, 2007, [en ligne], http://nuevomundo.revues.org/index3636.html (consulté le 11 octobre 2009).

7 Nous avons choisi de privilégier la définition de régime d’historicité élaborée par Patrick García: “La réflexion sur la notion de régimes d’historicité – c’est-à-dire la valeur sociale affectée à chacun des temps (passé/présent/futur) – s’est particulièrement développée à partir des années 1980 pour tenter de saisir la spécificité du temps présent au sein de la période contemporaine entendue au sens classique du découpage historien. S’appuyant tant sur les travaux de sémantique historique de Reinhart Koselleck que sur les analyses de Paul Ricœur, elle a été notamment utilisée – dans le cadre de problématiques parfois divergentes – par François Hartog, Pierre Nora, Bernard Lepetit ou encore par l’anthropologue Gérard Lenclud pour ne retenir que les travaux les plus marquants”, Garcia, Patrick, “Les régimes d’historicité : un outil pour les historiens ? Une étude de cas: la “guerre des races””, Revue d'histoire du XIXe siècle, nº 25, 2002. Publication disponible sur : http://rh19.revues.org/index418.html (consulté le 15 octobre 2009).

8 Langue, Frédérique, “L’histoire des sensibilités. Non-dit, mal dire ou envers de l’histoire? Regards croisés France-Amérique latine”, Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], Coloquios, 2006, http://nuevomundo.revues.org/index2031.html (consulté le 11 octobre 2009).

9 Ricoeur, Paul, La Mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris, Editions du Seuil, 2000.

10 Nous conseillons de consulter l‘ouvrage collectif suivant : IHTP (Ed.), Écrire l'histoire du temps présent, Paris, CNRS éditions, 1992.

11 Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Points Seuil, 1990.

12 Conan, Éric & Rousso, Henry, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Folio, 1996.

13 Consulter : Ricœur, Paul, “Histoire et mémoire: l’écriture de l’histoire et la réprésentation du passé”, Annales. Histoire, Sciences Sociales, n.55, juillet 2000, p. 731-747.

14 En particulier, voir Capdevila, Luc & Langue, Frédérique (Eds.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L'histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, PU Rennes, 2009.

15 Pérotin-Dumon, Anne, Historizar el pasado vivo en América Latina, disponible sur: http://www.historizarelpasadovivo.cl (consulté le 15/10/2009).

16 Waissbluth, Mario, “¿Necesitamos un nuevo Ladrillo?, Qué Pasa, 27/05/2006 ; Couso, Javier, “Pinochet y el modelo económico”, El Mercurio, 05/01/2007.

17 Organisation de coopération et de développement économiques. Consulter : Biblioteca del Congreso Nacional de Chile (BCN), “Ingreso a la OCDE: Chile a un paso de los países poderosos”, BCN, 29/06/2007. Disponible sur: http://www.bcn.cl/carpeta_temas_profundidad/temas_profundidad.2007-07-25.4772415999 (consulté le 08/08/2009).

18 Winn, Peter, “The Past is Present: History and Memory in Contemporary Chile”, en Historizar el pasado vivo en América latina, disponible sur: http://www.historizarelpasadovivo.cl/en_contenido_chile.html (consulté le 11/10/2009).

19 En ce qui concerne l’histoire de l’idée de marché, nous conseillons tout particulièrement la lecture de l’ouvrage suivant : Rosanvallon, Pierre, Le capitalisme utopique. Histoire de l'idée de marché, Paris, Seuil, 1999.

20 Nous faisons en particulier référence au catholicisme conservateur extrême de son élite patronale, laquelle est en même temps radicalement libérale en matière économique.

21 Il faut notamment prendre en compte le fait que, tout particulièrement durant la seconde moitié du XIXème siècle (comme le soutient Eric Hobsbawm dans L’Ère du Capital), le libéralisme économique n’a pratiquement pas connu de rival en matière idéologique, et que c’est seulement suite à la crise mondiale des années 1870 qu’un nouveau courant de pensée économique de type nationaliste y protectionniste a pris de l’importance.

22 Cavieres, Eduardo, "Anverso y reverso del liberalismo en Chile, 1840 1930", Historia, Pontificia Universidad Católica de Chile, Vol. 34, 2001, p. 39-66.

23 Pour un intéressant article consacré à l’ “État social” et ses antécédents en Allemagne depuis la fin du XIXème siècle, voir: Escaffre, Jean-Pierre, Lojkine, Jean & Suarez, Cathy, "L’État social, Mythe et réalités", Nouvelle Fondation, Vol.1, nº 5, 2007, p. 56-64.

24 Actuellement, le Chili est considéré au plan international comme une expérience modèle de modernisation capitaliste. Ce constat ne contredit pas notre propos précisant que le concept de « modèle » ne peut être appliqué à la transformation économique du Chili après 1973, du fait de son contexte particulier de répression et de la configuration politico-institutionnelle qui s’ensuivit (dictature/transition négociée). Par ailleurs, un modèle implique nécessairement sa reproduction, ce qui nous paraît extrêmement difficile au regard de notre analyse de la récente expérience chilienne.

25 Nous avons préféré utiliser le concept d’État de compromis ou État entrepreneur plutôt que celui de Welfare State ou État-Providence. En effet, les différences d’utilisation et de profondeur sont importantes lorsqu’il s’agit de comparer la réalité d’Amérique latine avec celle de l’Europe occidentale ou des États-Unis.

26 L’une des hypothèses majeures de notre travail de recherche se rapporte à l’existence d’une “révolution” conservatrice qui imposera finalement le capitalisme au Chili, en créant une société de marché et une élite dirigeante dont les caractéristiques sont associées au concept traditionnel de bourgeoisie.

27 Nous faisons allusion principalement aux différences que nous avons décrites entre conservateurs et libéraux mais qui ne remettaient pas en cause le “consensus libéral” qui s’était imposé en faveur de l’économie capitaliste.

28 En particulier la classe moyenne chilienne, à l’origine peu développée, mais dont la croissance s’est faite parallèlement à celle de l’État et également d’autres groupes issus de la classe ouvrière, organisés dans les principaux partis politiques d’inspiration marxiste (Parti communiste et Parti socialiste essentiellement).

29 Boisard, Stéphane, L'émergence d'une nouvelle droite: monétarisme, conservantisme et autoritarisme au Chili (1955-1983), Toulouse, Université de Toulouse 2 le Mirail, 2001.

30 Les références à l’autoritarisme de la période conservatrice (1830-1861) – également appelée République Autoritaire – ont été constantes. Ce dernier se caractérisait par l’hégémonie du parti conservateur (dont les membres étaient surnommés les “pelucones”) suite à la défaite des “pipiolos” ou libéraux lors de la bataille de Lircay (1830) et à la promulgation de la Constitution de 1833.

31 DINA: Direccción de Inteligencia Nacional.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Gárate Château, « La “Révolution économique” au Chili. A la recherche de l'utopie néoconservatrice 1973-2003 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 18 juin 2010, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/60009 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.60009

Haut de page

Auteur

Manuel Gárate Château

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page