Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Arlette Gautier, Les sœurs de Solitude. Femmes et esclavage aux Antilles du XVIIe au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 275 p.

[15/11/2010]

Texte intégral

1Le livre de Arlette Gautier a été édité pour la première fois en 1985, quand les approches dites de genre étaient très peu connues en France et surtout mal reçues par une historiographie française préférant le syntagme singulier « femme » pour désigner l’ensemble de la gent féminine et ses fonctions. « La femme » faisait alors irruption dans de nombreux travaux historiographiques d’inspiration sociologique comme agent social toujours caractérisé par la domination exercée sur elle par « l’homme », syntagme opposé. Souvent victime d’oppression et réduite au silence, privée du pouvoir conçu comme pouvoir politique public, elle prenait le haut de l’affiche des « études sur la condition de la femme », tant et si bien que la sortie d’un livre dans les années 1990 sur la violence des femmes divisa sévèrement les historien(ne)s, dont certain(e)s semblaient tenir à la possibilité d’une revanche féminine dans l’histoire et refusaient ainsi de voir dans les actes de femmes les traits de violences semblables à celles des hommes qui entâcheraient la légitimité de cette revanche.

2Dans la lignée des travaux sur le genre féminin des années 1980, la condition féminine dans les Antilles françaises ouvre donc la première partie de l’ouvrage de Arlette Gautier. Intitulée « origines », cette partie ne comporte qu’un seul chapitre, « femmes », qui voit exposées en deux sous-parties les conditions des femmes françaises et celles des femmes africaines, la part laissée aux femmes caraïbes étant très mince. Le syntagme revient souvent, avec l’évocation de la femme mineure, la Française, dépeinte par l’auteur comme étant dans « l’incapacité légale de disposer librement de ses biens (…). Ses actes n’ont aucun poids et elle n’en est même pas tenue responsable. » Laissant pour compte – sans que l’on sache pourquoi – le statut des veuves, l’auteur rappelle l’existence d’espaces dans la société d’Ancien régime, dans lesquels « la femme rencontre d’autres femmes ». Puis, il s’agit, avec les migrantes arrivées aux Antilles et les esclaves africaines, de la pluralité des femmes et des rapports de subordination qui les lient aux hommes, dans les relations complexes de la famille et selon la division sexuelle du travail, sur laquelle Arlette Gautier revient dans la troisième partie à propos du travail des esclaves. L’auteur, après avoir détaillé la diversité de situations suivant les pays africains d’où viennent les esclaves, dégage les différences essentielles entre Africaines et Françaises qui résideraient dans la conception du couple et dans la représentation politique des femmes.

3L’étude est envisagée sur la longue durée, c'est-à-dire sur l’intégralité de l’époque coloniale des Antilles françaises, du XVIIe siècle jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1848. Elle se limite à la Martinique, la Guadeloupe et Saint-Domingue, où l’auteur a pu suivre en particulier l’évolution du bourg de Nippes à travers les archives notariales.

4La deuxième partie, intitulée « Maternités esclaves » présentée par Olivier Pétré-Grenouilleau dans la préface de l’ouvrage, comme plus classique au regard des études postérieures, et la troisième partie, « Des outils et des armes », peuvent davantage répondre à l’attente suscitée par la désormais célèbre formule de l’introduction : « écrire sur les esclaves femmes, c’est s’interroger sur le sexe des meubles ». Le rôle politique d’abord assigné à l’institution du mariage des esclaves montre l’importance du rôle des maîtres dans la question de la reproduction de leurs esclaves, suivant qu’il s’agit d’hommes ou de femmes, durant le premier demi-siècle de la colonie. C’est ensuite l’absence du père noir dans le regard du maître – le seul couple d’esclaves reconnu étant la mère et son enfant – qui marque un tournant dans l’exploitation des êtres et des terres. « Le maître devient un chef d’entreprise et ce modèle s’étend des grandes plantations jusqu’aux plus petites, déterminant la levée des actes notariaux » (p. 76). La destructuration du couple d’esclaves, par la suppression de l’idée du couple marié et le dénigrement du père, ouvre la voie au libertinage mais la reproduction n’est pas assurée pour autant. La volonté des maîtres, conjuguée aux contraintes de la mortalité infantile et à celle des taux de fécondité, conforme l’état de servitude de l’esclave, variable d’un maître à l’autre, d’une île à l’autre. Seulement en période de mortalité élevée, les maîtres engagent une politique d’incitation au mariage. Les luttes des femmes, souvent avec les outils qu’elles maniaient – les outils les plus simples, les autres étant réservés aux hommes – abordées dans le dernier chapitre permet à Arlette Gautier de montrer que la subordination des femmes aux hommes blancs est doublée d’une domination de l’homme noir sur les femmes. La division sexuelle du travail leur confère en effet l’usage des outils et des techniques les plus élaborées. Et les maîtres se sont appuyés sur le travail des hommes davantage que sur celui des femmes pour leurs exploitations.

5Reposant sur une imposante base d’archives, de correspondances et de plaintes judiciaires, de récits de chroniqueurs et voyageurs, Arlette Gautier rappelle que les esclaves comme les maîtres ne forment pas une masse homogène. A travers la richesse des documents réunis, A. Gautier embrasse alors un ensemble de questions dont certaines ont fait l’objet de travaux ultérieurs. La hiérarchie sociale, dont Arlette Gautier montre qu’elle abandonne assez rapidement celle du Code Noir qui, dans une sensibilité chrétienne, a institué une distinction entre les libres et les esclaves, pour une hiérarchie chromatique, blanc/noir, est amplement développée par les études sur le métissage.

6En revanche, la question du désir de maternité des esclaves, abordée dans les textes de la fin du XVIIIe siècle, avec les instructions faites aux gérants des plantations pour prendre en compte la raison d’humanité et les intérêts des colons, fait partie de ces questions laissées majoritairement en suspens dans les études portant exclusivement sur l’esclavage. La dépossession du corps, le rapport au désir, le regard sur les corps sont autant de questions apportées par une partie des gender studies (d’inspiration foucaldienne). En pratique, dans les Antilles françaises, le désir de maternité devait êtré éveillé chez les femmes esclaves à cause de la mortalité élevée des esclaves. Cela se fait notamment par la promesse d’une liberté de savane, c'est-à-dire non officielle, accordée par le maître. L’intérêt populationniste, comme le dit Arlette Gautier, se traduit alors par l’abandon des valeurs chrétiennes du mariage, qui sera aussi l’une des caractéristiques du siècle suivant.

7Par conséquent, l’esclavage des femmes les a soumises doublement : aux Blancs et aux hommes. La question du désir est posée avec acuité dans un paragraphe sur le mélange des corps (p. 136-140), ainsi que le phénomène d’attirance et les processus liés à la façon de regarder. L’auteur souligne que le regard porté sur les femmes par les hommes blancs, « les regarder par-derrière […] implique une certaine sexualité qui sérialise les femmes et refuse leur particularité ». Cependant, les stratégies des femmes esclaves analysées par leurs expériences de la matérnité et du travail, se placent toujours dans la continuité de ces regards masculins posés sur leur corps, dont elles sont en partie dépossédées (successivement femmes-épouses, femmes-procréatrices, femmes-mères). La question du vouloir des femmes esclaves suit alors en réalité tout le développement de l’ouvrage et se heurte à chaque fois à la qualité des sources disponibles pour accéder à leur parole : écrites par des hommes blancs. Cette compétence particulière, l’écriture, a pu, au-delà des expériences individuelles du travail et de la maternité, engendrer une forme de domination supplémentaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Arlette Gautier, Les sœurs de Solitude. Femmes et esclavage aux Antilles du XVIIe au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 275 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/60180

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page