Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Frédérique Langue, Rumores y sensibilidades en Venezuela colonial. Cuando de historia cultural se trata, Caracas, Fundación Buría, 2010, 148 p.

[31/01/2011]

Texte intégral

1Les six chapitres qui forment ce recueil portent sur le Venezuela du xviiie siècle. À travers les différents cas étudiés, le lecteur peut également suivre l’évolution des cadres conceptuels de Frédérique Langue, depuis l’histoire des mentalités jusqu’à celle des sensibilités, dont la revue Nuevo Mundo, Mundos Nuevos offre par ailleurs depuis une décennie une riche palette de travaux. Ce livre rassemble des articles déjà publiés dans des revues peu connues mais aussi un inédit (chapitre 5). Ces réflexions sont pour la plupart liées à des séminaires assurés par l’auteur à l’Université centrale du Venezuela. Les travaux sur le Venezuela issus de ce courant se sont imposés, non sans difficulté, à une histoire officielle pesante, mais restent dans bien des cas ignorés des spécialistes. Dans cette mesure, Rumores y sensibilidades en Venezuela colonial. Cuando de historia cultural se trata permet aux spécialistes de l’histoire coloniale de plonger dans une société singulière à maints égards, en raison du pouvoir considérable des élites mantuanas liées aux plantations de cacao, endogames et contemptrices des lois, d’une part, et d’autre part, l’importance démographique des pardos ou sang-mêlés et l’ascension sociale d’un certain nombre de ces gens issus de la condition servile. Les pratiques de ces deux groupes sont en miroir, les mantuanos s’enfermant dans la parenté restreinte en dépit des empêchements de la loi canonique, et la pardocracia reproduisant à son compte des comportement élitistes.

2En fait les deux thèmes qui traversent ces textes, à l’exception des deux premiers chapitres qui traitent de questions méthodologiques et historiographiques, sont l’endogamie et l’exigence hypergamique, à la fois chez les mantuanos et chez les pardos, ainsi que l’extension de l’honneur aux basses classes. Le traitement anthropologique de la parenté, avec le redoublement des alliances et les bouclages éventuels, dans la perspective ouverte par Françoise Héritier pourrait trouver dans ces matériaux un terrain fertile. L’honneur, sur son double aspect de honor et honra, est effectivement un sujet majeur au xviiie siècle et on attend toujours un ouvrage sur cette question, qui prendrait en compte les matériaux épars mais existant. L’honneur est réputation. C’est pourquoi la rumeur, si présente dans toute cette époque comme le souligne Arlette Farge, est dangereuse. Les femmes surtout semblent être les victimes (mais aussi les agents) de la rumeur, qui se décline de plusieurs façons comme Frédérique Langue l’indique : légendes urbaines, commérages, paroles proférées dans des lieux publics, voire des silences significatifs. Véhiculée surtout dans la rue par ceux qui y transitent (les basses classes), la rumeur est aussi une façon de briser le silence des élites, cette « grande muette » sociale. Le livre s’achève par un chapitre concernant les espaces festifs et l’obsession des autorités du xviiie siècle pour contrôler et brimer des manifestations ludiques autorisées jusqu’aux réformes des Bourbons, aussi bien en Espagne que dans les Amériques, comme l’attestent de nombreuses références. Cette lutte contre les espaces publics « de subversion », puisqu’ils sont par définition des lieux de mélanges de classe et de « castas » vient conforter l’intervention du pouvoir dans le privé, que constitue la Real pragmática de matrimonios (1776), ainsi que les tendances endogames que Frédérique Langue analyse tout le long de cet ouvrage, tendances qui cherchent (en vain, me semble-t-il) à corriger le désordre des métissages  du xvie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Frédérique Langue, Rumores y sensibilidades en Venezuela colonial. Cuando de historia cultural se trata, Caracas, Fundación Buría, 2010, 148 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 31 janvier 2011, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/60765

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page