Navigation – Plan du site
Débats | 2011
Independencias (3) – Coord. Federica Morelli y Jordana Dym
Federica Morelli

Introduction au dossier : Les Indépendances

[31/03/2011]

Notes de l’auteur

Ce dossier est le résultat d’un symposium intitulé « Ville et révolution en Amérique latine » et coordonné par Jordana Dym et Federica Morelli au sein de la IXe Conférence internationale d’histoire urbaine qui s'est déroulé à Lyon du 27 au 30 août 2008.

Texte intégral

1Ce troisième dossier sur les indépendances latino-américaines s’ouvre avec trois articles consacrés aux mouvements urbains pendant l’époque révolutionnaire. Ce choix a été déterminé par la volonté d’articuler deux traditions historiographiques différentes, mais complémentaires pour expliquer le processus d’indépendance hispano-américaine. D’un côté, l’histoire politique qui s’est considérablement renouvelée au cours de deux dernières décennies, intégrant l’histoire culturelle et des mentalités, et de l’autre l’histoire sociale, qui, grâce au recul des approches structurales largement influencées par le marxisme, a produit des résultats novateurs sur la participation des secteurs subalternes (indiens, esclaves, affranchis, castas) aux mouvements révolutionnaires.

2La ville nous a paru comme un espace fondamental pour analyser l’imbrication entre le politique et le social. C’est dans la ville que les juntes se forment – généralement précédées par des tumultes urbains – et c’est dans la ville que se déroulent les congrès révolutionnaires qui déclarent l’indépendance ou qui rédigent les premières constitutions. Même si la campagne ne joue pas un rôle secondaire dans ce processus, la ville se présente comme un espace où le contrôle et la hiérarchie des secteurs sociaux est moins stricte et donc où les nouvelles pratiques politiques et la formation du citoyen se répandent plus rapidement. L’affirmation du principe de souveraineté populaire, les élections et la formation, à partir de la fin du xviiie siècle, d’une opinion publique transforment en effet la plèbe de l’Ancien Régime en peuple, à savoir dans une communauté de citoyens.

3Malgré le rôle joué par les villes pendant les mouvements révolutionnaires, l’activisme urbain n’est pas un thème très fréquenté par l’historiographie sur l’indépendance. De la même manière, l’impact des guerres dans les villes latino-américaines a fait l’objet d’études seulement récemment. Les articles ici réunis essaient a contrario d’examiner les liens entre les formes d’action collective et populaire d’une part, et les formes institutionnalisées de participation politique d’autre part, utilisant une approche politique à la fois institutionnelle et social. Alors que l’article de Lupe García sur La Havane analyse les discours sur l’intégration des noirs au peuple havanais après leur participation aux mouvements de résistance contre l’occupation anglaise en 1762, celui de Christophe Belaubre analyse la transformation du peuple de la ville de Guatemala de plèbe à acteur politique, démontrant que les révolutionnaires n’appartiennent pas seulement aux élites. Le dernier article, de Scott Eastman, fait une intéressante comparaison entre les mouvements urbains de Valence en Espagne et de Puebla en Nouvelle Espagne de 1808 à 1814, montrant la similarité des processus politiques déclenchés par l’invasion napoléonienne et la crise de la monarchie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federica Morelli, « Introduction au dossier : Les Indépendances », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 31 mars 2011, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/61102

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page