Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2011Gerardo A. Carlo-Altieri, El sist...

2011

Gerardo A. Carlo-Altieri, El sistema legal y los litigios de esclavos en Indias (Puerto Rico – Siglo XIX), Sevilla, Consejo Superior de Investigaciones Científicas – Ediciones Puerto, 2010, 192 p.

Caroline Cunill

Texte intégral

1Grâce à la prise en compte et à l’articulation des aspects légaux, politiques et socio-économiques en jeu dans le recours à la justice par les esclaves portoricains du xixe siècle, El sistema legal y los litigios de esclavos en Indias apporte des éclairages nouveaux sur un thème qui s’inscrit dans un courant historiographique récent, centré sur les relations entre les minorités ethniques et la justice en Amérique depuis la période coloniale jusqu’à nos jours.

2Pour comprendre la relation que les esclaves établirent avec le système judiciaire, Gerardo Carlo-Altieri s’interroge sur trois points principaux : les outils légaux dont ceux-ci disposaient pour comparaître devant la justice, leur façon de les utiliser pour défendre leurs intérêts et, finalement, les conséquences politiques de l’usage de plus en plus fréquent des tribunaux par les esclaves dans le processus d’émancipation de l’île.

3Le livre se divise en deux parties : dans la première, l’auteur analyse avec beaucoup de précision le cadre légal complexe relatif à l’esclavage et son évolution au cours du xixe siècle et, dans la seconde, il examine plusieurs procès impliquant des esclaves portoricains. Pour ce faire, Carlo-Altieri utilise un grand nombre de documents légaux – cédulaires, instructions, etc. – et de dossiers judiciaires, tirés des archives aussi bien nationales (Archivos Municipales de Vega Baja et de Manati, Archivo General de Puertorico) qu’espagnoles (Archivo General des Indias, Archivo Historico Nacional).

4Sans entrer dans le détail des nombreux apports du livre, nous nous contenterons de signaler ceux qui, à notre sens, sont les plus novateurs. L’auteur montre, par exemple, qu’en offrant aux esclaves un degré minimum de protection, le Règlement d’esclaves de 1826, inspiré de l’Instruction sur l’esclavage en Outre-mer que la Couronne espagnole prétendit implanter sans succès en 1789, donna aux esclaves les outils nécessaires pour comparaître devant la justice. Auparavant, l’absence de dispositions globales et la multiplicité des sources de droit dans les affaires d’esclavage avaient en effet débouché sur la mise en place d’un corps légal désarticulé et avaient ainsi favorisé la multiplication des abus perpétrés presque systématiquement par les maîtres. Le fait qu’à Porto Rico le pouvoir judiciaire ait été pendant des années entre les mains de l’exécutif contribua également, selon Carlo-Altieri, à rendre plus difficile l’accès des esclaves à la justice.

5Pour cette raison, la création en 1831 de la dernière Audience de l’Amérique, implantée à Porto Rico et jouissant d’une juridiction exclusive sur l’île, favorisa les esclaves plaignants, car si un litige ne se résolvait pas devant les juges ordinaires, il leur était alors possible de faire appel devant les membres de l’Audience. D’autre part, à partir de 1833 le Real Acuerdo commença à prononcer des actes qui permirent d’interpréter et servirent à implanter le Règlement d’esclaves de 1826. Enfin, Carlo-Altieri met en avant le rôle joué par les intermédiaires comme le síndico de esclavos dans l’accès de ces derniers au système de justice.

6Cependant, comme le signale l’auteur, ces nouvelles conditions ne purent éviter les conflits juridictionnels entre les pouvoirs judiciaire et exécutif, étant donné que la peur des soulèvements justifia la fréquente intervention des militaires dans le jugement de délits commis par les esclaves portoricains. En effet, au-delà de la sphère strictement légale et institutionnelle, Carlo-Altieri prend aussi en considération les dimensions culturelles, politiques et socio-économiques en jeu dans la configuration des relations entre les esclaves et la justice.

7Il démontre, par exemple, que le besoin de main d’œuvre esclave, d’une part, et l’acceptation du droit à accumuler des biens propres dont jouissaient les esclaves, d’autre part, constituèrent autant de facteurs à prendre en compte pour expliquer l’usage des tribunaux par les esclaves et, surtout, le type de plaintes que ceux-ci présentaient. Le livre revendique également le poids qu’a pu avoir la résistance « légale » des esclaves, et ce malgré les outils rudimentaires dont ils disposaient, dans l’histoire de l’émancipation de l’île, un thème peu pris en compte par l’historiographie.

8En définitive, Carlo-Altieri nous offre des considérations éclairantes sur la construction d’un cadre légal ductile relatif à l’esclavage, sur le poids d’institutions comme l’Audience de Porto Rico dans l’évolution du recours aux tribunaux de la part des esclaves et sur le rôle actif que ces derniers jouèrent dans la configuration des intérêts politiques et économiques locaux pendant le xixe siècle. Enfin, El sistema legal y los litigios de esclavos en Indias peut permettre d’établir d’intéressantes comparaisons entre les síndicos de esclavos et les protecteurs des Indiens et, plus généralement, d’approfondir la réflexion sur la marge de négociation et l’accès des minorités ethniques à la justice américaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Cunill, « Gerardo A. Carlo-Altieri, El sistema legal y los litigios de esclavos en Indias (Puerto Rico – Siglo XIX), Sevilla, Consejo Superior de Investigaciones Científicas – Ediciones Puerto, 2010, 192 p. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 11 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/61520 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.61520

Haut de page

Auteur

Caroline Cunill

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search