Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Françoise Aubès et Florence Olivier (coord.), Transamériques. Les échanges culturels continentaux, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, coll. América, n°39, 2010, 279 p.

[13/07/2011]

Texte intégral

1Cette publication, faite de vingt-sept contributions agencées en six parties, est consacrée aux résultats des travaux de recherche du Centre de recherches interuniversitaires sur les champs culturels en Amérique Latine (Criccal) de l’Université de Paris-3 Sorbonne-Nouvelle. Elle fait suite à un colloque qui eut lieu à Paris du 16 au 18 octobre 2008.

2L’introduction présente l’ambition de la rencontre : l’observation de la circulation de biens culturels au regard de la formation des espaces interrégionaux selon trois dynamiques : intégration, marchés, flux. Cette observation permettrait de penser les dynamiques culturelles de l’espace américain, du Nord au Sud.

3La première partie fait la part belle à la littérature. Le mouvement McOndo – né à l’Université de l’Iowa au milieu des années 1990 à partir d’une anthologie de la littérature latinoaméricaine en rupture avec le réalisme magique –, certaines productions littéraires des vingt dernières années et deux retours sur l’œuvre de Henry James, comme figure de proue de la littérature transatlantique, sont les sujets effleurés par sept contributions (« nouveaux territoires littéraires »). Si cet ensemble laisse ressortir sans surprise certains dénominateurs communs, notamment l’appréhension de la ville et de la pauvreté, il avance l’utopie d’une littérature transaméricaine et générationnelle, inspirées par l’œuvre de J.-L. Borges et celle de H. James, et qui s’arrime aux stratégies des grands groupes éditoriaux à travers les Amériques. La question du territoire de l’écrivain, de la territorialité de l’écriture et du rôle de l’écrivain comme passeur de frontières est au cœur des contributions, parfois trop courtes (en moyenne huit pages) pour véritablement entreprendre une analyse à la mesure de la complexité du phénomène.

4La deuxième partie, composée de quatre contributions, intitulée « Discours de l’autre, discours sur l’autre », offre une étude des « rapports d’étrangeté » aux États-Unis, encore que la problématique d’ensemble nous est demeurée floue. Une approche en particulier, sur la tentative d’appréhension de l’Amérique latine par les universités nord-américaines, apporte quelques éclaircissements par l’exploration de la production du savoir. Mais là encore, l’étroitesse des publications conduit à quelques simplifications.

5La troisième partie (« Politiques et résistances ») abandonne la littérature de fiction pour se tourner vers le vecteur des échanges idéologiques. Plusieurs terrains sont ainsi abordés, sans qu’il soit véritablement possible de les synthétiser, même sous la bannière de « résistances » : le Pérou et l’APRA comme alternative à l’Internationale communiste, le Chili et l’École de Chicago, le Plan Cóndor et Internet, comme forum déterritorialisé accusant réception de diverses productions textuelles. On notera cependant avec intérêt la question abordée par Stéphane Boisard – et qui fait écho à l’ouvrage paru il y a une dizaine d’années La mondialisation des guerres de palais, Garth & Dezalay, 2002 – à propos de la « greffe néoclassique » au Chili : le transfert culturel s’opère essentiellement par la formation d’un monde intellectuel en Amérique latine, spécialement dans les universités.

6De la quatrième partie, préoccupée par la frontière comme « lien et coupure », nous retenons en particulier la contribution de Sophie Esch (de l’Université libre de Berlin) à propos du Rio San Juan, entre le Nicaragua et le Costa Rica. En effet, la frontière y est ici envisagée comme une tension entre un lieu réel – entre deux pays et comme passage puisque le fleuve, long de 200 km permet de traverser l’Isthme d’un océan à l’autre – et un lieu relevant de l’imaginaire qu’une riche littérature donne à connaître, notamment à travers les récits de voyageurs venus des États-Unis au xixe siècle, avant la construction du Canal de Panama en 1914.

7Enfin, les deux dernières parties examinent successivement un « imaginaire continental » autour notamment du parcours poétique du Nicaraguayen Salomon de la Selva émigré aux États-Unis, ou de la narration des « logiques de la défaite » dans la littérature de la fin du xxe siècle, et le « bassin des ouragans », c’est-à-dire la Caraïbe.

8En fin de compte, la synthèse de l’ouvrage est difficile tant paraît artificielle dans les diverses publications la conception d’une transculturalité des Amériques. Le choix de traiter des échanges culturels volontairement séparés d’échanges jugés économiques au sens strict pose sans doute les limites d’une approche globale qui n’est cependant ni historique, ni sociologique, ni politique. Sans doute la littérature – au sens large incluant la littérature scientifique – aurait-elle pu concentrer l’ensemble des approches, dont il faut également dire que la brièveté de chacune ne sert pas les propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Françoise Aubès et Florence Olivier (coord.), Transamériques. Les échanges culturels continentaux, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, coll. América, n°39, 2010, 279 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/61754

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page