Navigation – Plan du site
Aude Argouse

« Je le dis pour mémoire ». Testaments d’Indiens, lieux d’une justice ordinaire. Cajamarca, Pérou, XVIIe siècle

Thèse de doctorat d’histoire et civilisations dirigée par Juan Carlos Garavaglia et soutenue à l’EHESS le 21 juin 2011 devant le jury composé de Mme Carmen Bernand (Professeur émérite, Université de Paris-Ouest-Nanterre), Mme Simona Cerutti (Directrice d’études EHESS), Mme Arlette Farge (Directrice de recherche CNRS), M. Juan Carlos Estenssoro (Maître de conférences, Université de Lille-3) et M. Juan Carlos Garavaglia (Directeur d’études EHESS). Rapporteurs : Mme Carmen Bernand (Professeur émérite, Université de Paris-Ouest-Nanterre), Mme Tamar Herzog (Professeur, Université de Stanford).
« ‘For the Record’: Wills of Indians, Places for an ordinary Justice. Cajamarca, Peru, XVIIth Century
« Lo digo para que conste ». Testamentos de indios, lugares para una justicia ordinaria. Cajamarca, Perú, siglo XVII
[13/07/2011]

Résumés

À la fin du XVIe siècle, Cajamarca est un « pueblo de indios » réservé aux Indiens. Beaucoup fuient, disparaissent ou meurent, tandis que s’installent des Espagnols dans le chef-lieu de province que devient le pueblo au XVIIe siècle, avec près de 10 000 habitants. Nous nous intéressons à la manière dont les non Indiens entreprennent de légitimer leur « droit d’être là ». Pour contourner les interdits régissant les rapports avec les Indiens – notamment les limites à l’acquisition de biens fonciers – les Espagnols construisent la légitimité de leur présence, s’arrogeant petit à petit toutes les sphères de gouvernement et la justice ordinaire des Indiens. Dans ce processus, l’écriture publique indienne, essentiellement faite de testaments, devient un enjeu de gouvernement et un lieu de justice. Nous nous intéressons à cette « prise d’écriture » par les individus indiens qui, tout en répondant aux exigences des prescriptions légales et religieuses, trouvent là un lieu d’expression de leurs sentiments et de leurs affects. Notre travail repose sur une analyse de la mise en scène de la volonté et de l’expression volontaire d’une justice par la parole individuelle qui fait de l’acte un témoignage de soi à vocation judicaire. Le greffier indien consigne une mémoire des choses présentes. De sorte qu’entre le pouvoir d’obliger les proches à rembourser des dettes et à garantir les funérailles, et celui de dire « pour mémoire » ce qui vaudra pour l’avenir, le testament, inscrit au registre de l’écriture publique, disponible pour tout regard, apparaît comme un lieu de justice qui renverse le temps de celui qui parle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’historienne Susan Ramírez propose des descriptions des haciendas d’Espagnols : Susan E. Ramírez, (...)

1L’histoire des tensions politiques du vice-royaume, aux XVIe et XVIIe siècles, est profondément marquée par la tentative de suppression de l’encomienda, mode d’accès aux ressources des territoires (hommes et fruits de la terre) considéré par l’historiographie comme un héritage féodal, au profit d’une recomposition des droits des Espagnols installés en Amérique. Cela suppose un nouveau découpage juridictionnel : à partir des années 1560, chaque regroupement est un pueblo de indios qui correspond à une juridiction dans laquelle un cabildo (corps de ville) est mis en place et dirigé par des juges indiens élus (alcaldes ordinarios). Les Espagnols, établis en dehors de ces pueblos de indios (ciudades, villas et pueblos de españoles) peuvent alors acquérir des terrains, parfois très vastes, sur lesquels ils font de l’élevage et différentes cultures, en ayant recours à la main-d’œuvre indienne1. En revanche, les terres des pueblos de indios, ne peuvent être acquises par des non Indiens car en principe les Indiens ne doivent pas céder les leurs ni vivre avec des Espagnols, des Métis ou des Noirs.

2Pour des raisons administratives, les Indiens sont identifiés par le nom de la localité où ils vivent – précédé la plupart du temps de son élément classificatoire (ciudad, villa, pueblo, asiento) – ainsi que par leur ayllu, la guaranga ou la pachaca, référents andins qui permettent de rattacher fiscalement chaque Indien à un cacique. Le vice-royaume se divise par conséquent en audiencias, corregimientos, provincias, ciudades, villas, pueblos, asientos, auxquels il faut ajouter les aires institutionnelles de l’Église catholique : les confréries (cofradías), les paroisses (curatos) et les diocèses. L’enchevêtrement des espaces politiques, propre aux sociétés et microcosmes de la monarchie catholique, détermine donc la place de chacun au sein du maillage juridictionnel gigantesque qui fabrique et décrit le monde en même temps que le régime d’appropriation des terres.

3L’objet de ce travail est de montrer que, dans la constitution de cette société du Nouveau Monde qui utilise l’écrit pour se dire et s’inventer de nouvelles généalogies, la pratique testamentaire des Indiens et Indiennes est amenée à remplir le rôle d’une justice ordinaire, au sein de laquelle se trouve exprimée la volonté des individus.

  • 2 Le territoire de l’encomienda correspond à la province hispanique des Sept Guarangas, également nom (...)
  • 3 Sans doute son estampille « pueblo de indios » aura contribué à favoriser les approches ethnohistor (...)

4Nous avons choisi pour cadre une localité du nord du vice-royaume, Cajamarca, pueblo de indios le plus important de l’encomienda du comte Altamira – appelée aussi encomienda des Siete Guarangas jusqu’au xviiie siècle2. De cette localité, bien connue de l’historiographie du xvie siècle mais beaucoup moins explorée par celle du siècle suivant, les suppliques, mémoires et plaintes renvoient aux autorités de Lima (le Tribunal royal de l’Audience ou Audiencia et le vice-roi) et à celles sises en Espagne (le Conseil des Indes et le roi) une image ambiguë qui a attiré notre attention3. Elle est en effet partagée entre sa qualification de pueblo de indios depuis le début des années 1560 et la mobilisation au xviie siècle des critères d’une villa,en raison de la présence d’un grand nombre d’habitants non indiens : Cajamarca a donc un double visage, à l’instar du dieu Janus évocateur d’une transition. Notre enquête commence dans les archives de la ville où la rareté des documents disponibles pour le xvie siècle nous amène directement au xviie siècle.

  • 4 On pourra se référer en particulier à l’ouvrage de Enrique Tandeter, L'argent du Potosí. Coercition (...)
  • 5 Datant en grande partie des décennies 1970 et 1980, cette historiographie s’appuie sur l’idée que l (...)
  • 6 Voir Ann Twinam, Public Lives, Private Secrets. Gender, Honor, Sexuality, and Illegitimacy in Colon (...)

5Depuis la Rencontre qui s’y tint en 1532 entre Atahuallpa, empereur inca, et Francisco Pizarro, conquistador espagnol, Cajamarca occupe une place particulière dans l’historiographie de l’Amérique. Mais elle est mise de côté dès que la date de l’événement s’éloigne. Théâtre d’une scène mille fois réinventée sous diverses formes littéraires, elle est laissée par l’historiographie des Andes dans l’ombre des villages rebelles des vallées près de Cusco ou des mines infernales du Potosi4. Cajamarca perd la puissance évocatrice nécessaire à l’historiographie de la « résistance indienne » des années 1960 à 1980, qui, pour dénoncer l’exploitation des Indiens, retient d’eux l’image de ruraux sédentarisés, immobilisés sous le joug de la domination espagnole, contrastant avec les habitudes migratoires des Européens5. À Cajamarca, le village de droit (pueblo de indios) se transforme en villa de fait, abritant une population mixte (indienne, espagnole, métisse et mulâtre) mais sans perdre les attributs du premier, ni acquérir ceux de la seconde. Elle disparut alors dans une indicible histoire partagée avec celles des enfants naturels (hijos naturales) de l’Amérique post-tridentine6. Comment a-t-il été possible qu’une même localité puisse relever de ces deux qualités (pueblo de indios et villa) jusqu’au début du xixe siècle, peu avant la chute de la monarchie catholique ? Qu’est-ce que cela pouvait impliquer sur l’identité de ses habitants indiens, sur leurs comportements et sur leur manière « d’être au monde » ?

  • 7 On peut citer, parmi de nombreux travaux, Paul Charney, Holding together the Indian family during c (...)
  • 8 La notion de milieu est à prendre à notre avis dans le sens que lui attribue Michel Foucault, Sécur (...)
  • 9 Le terme « hybride » est utilisé par le juriste Juan de Solorzano y Pereira, qui dit l’emprunter au (...)
  • 10 Herzog (2007), « Terres et déserts... », op. cit., montre que le processus de colonisation s’appliq (...)

6À Cajamarca, la dichotomie entre un monde indigène dominé et un monde espagnol dominant qui voit en chacun d’eux une communauté homogène vole en éclat : il existe une immense diversité au sein des deux « républiques » de la société d’outre-mer (la république des Indiens et celle des Espagnols)7. Les transformations matérielles des espaces résultent bien sûr d’influences réciproques des Espagnols, des Indiens et du milieu8. Mais, entre une superposition des systèmes de représentations qui verrait l’Indigène écrasé par l’Espagnol, et une fusion qui absorberait les ordres européens et autochtones pour n’en faire plus qu’un, hybride9, les éléments relevés dans notre documentation, composée d’actes juridiques et judiciaires, permettent de saisir avant tout un seul ordre du discours, d’inspiration catholique10, qui connaît depuis le xvie siècle une crise importante. L’image rapportée par Arriaga lors des campagnes d’extirpation des idolâtries, celle des Indiens rassemblés au tribunal avec leurs morts dans les bras, renforcée par le propos du vice-roi Enríquez, illustre cette unicité. Elle chasse le métissage – terme qui désigne à la fois un processus et un résultat et qui, d’ailleurs, n’existe pas avant le xviiie siècle. Mais l’hétérogène et l’ambigu, le double et l’équivoque apparaissent et caractérisent les lieux dans lesquels les populations cohabitent. Si nous nous intéressons à Cajamarca – non visitée par les Jésuites de la campagne d’extirpation et laissée aux mains des franciscains depuis 1547 – c’est parce que cette localité nous paraît faire figure de paradigme d’hétérogénéité sociale : Indiens et Espagnols se marient, s’opposent, revendiquent chacun son statut et ses privilèges et construisent ensemble la villa de fait.

  • 11 En 1766, la province de Cajamarca, incluse dans le corregimiento du même nom, est limitée du Nord-E (...)
  • 12 L’historien Emilio Harth-Terré rappelle que le chroniqueur Francisco de Xérez s’est émerveillé deva (...)

7Pour avoir quelques repères spatiaux, il faut, en l’absence de cartes contemporaines, avoir recours au découpage juridictionnel du territoire11. Le corregimiento de Cajamarca, qui s’étend sur 28 000 km2, compte vingt-quatre paroisses réparties sur les trois provinces qui le composent. Chacun des villages (pueblos de Indios) est pourvu d’un cabildo d’Indiens élu annuellement avec à sa tête un ou deux alcaldes ordinarios et un greffier (escribano). Le cabildo, chargé d’administrer la justice pour les délits mineurs relevant de sa juridiction, tient des sessions régulières dans une maison située sur la place centrale du village (casa del cabildo)12. Les affaires les plus graves sont déférées au Corregidor de Cajamarca. Sur la place sont lues à voix haute les nouvelles dispositions royales, publiées par criées, l’annonce du passage d’un juge inspecteur (visitador) ou d’un juge de résidence (juez de residencia), chargé d’évaluer le bilan d’un Corregidor sortant et lors duquel seront entendues toutes les requêtes des villageois. Les franciscains, quant à eux, s’installent pour évangéliser les Indiens, qui travaillent dans des ateliers de textiles, gardent du bétail et cultivent des lopins de terre qui leur ont été distribués par les autorités royales pour assurer leur subsistance. Le pueblo de indios est donc un endroit névralgique, moteur aussi bien de l’évangélisation que de l’exploitation de la main-d’œuvre indienne.

  • 13 Ce dispositif est inséré dans le Titre III, du Livre VI de la Recopilación de las Leyes de los Rein (...)
  • 14 « L’objectif ultime, quoiqu’illusoire, restait l’unification des ces deux communautés, car la sépar (...)

8Surtout, dans l’ordre urbain imposé par la Couronne, le pueblo de indios exclut que des non-Indiens puissent y vivre. Un dispositif légal énoncé et maintes fois réitéré depuis les Lois de Burgos en 1513 introduit en effet l’interdiction formelle d’un « vivre ensemble » des Espagnols, Métis et Mulâtres avec des Indiens dans « leurs » pueblos13. Cette prohibition vise à organiser la vie dans le Nouveau Monde de façon à ce que les Indiens soient peu à peu intégrés à la société par la conversion au catholicisme14. Les deux communautés, espagnole et indienne entretiennent une relation dialectique qui laisse peu de place à une troisième entité, les Métis, à peine nommés dans la documentation disponible au XVIIe siècle.

  • 15 Karoline Noack, « El Orden colonial inventado: estrategias y actitudes de los caciques e indígenas (...)

9Chef-lieu (cabecera) de la province et du corregimiento, Cajamarca se trouve au croisement de deux axes importants de circulation : un axe transversal Trujillo-Chachapoyas, développé tout au long du xviie siècle, qui va de la côte vers l’Amazonie – les historiennes Susan Ramírez et Karoline Noack insistent sur l’existence de liens anciens et solides de Cajamarca à Trujillo15. Le second axe, tracé sur la ligne nord-sud, ancien également, relie par les montagnes les deux principales villes de l’empire inca, Quito et Cusco. Les autres pueblos du corregimiento, mentionnés de manière récurrente dans les requêtes et mémoires au xviie siècle, se situent tous à peu près à la même altitude, comprise entre 2 500 et 3 000 m. La végétation est constituée de bois et de plantations et le relief est très accidenté : les montagnes alentour ne sont pas les plus hautes des Andes (autour de 5 000 m) mais les vallées sont profondes. Cette « zone verte » est traversée par des crêtes montagneuses qui la séparent en deux. La plupart des villages sont installés à l’ouest, sur le versant pacifique, dans des zones de cultures céréalières (maïs, blé, riz, orge) et d’élevage (bovins, ovins et équidés). Cajamarca se situe à l’Est, dans une vallée qui contient aussi ceux de Jesús et San Marcos. Tous les villages se situent autour du Cerro Hualgayoc, dont la mine d’or découverte au milieu du xviiie siècle semble être restée invisible aux Espagnols.

  • 16 De plus, il faut garder à l’esprit que ces chiffres sont produits par des procédures relevant de la (...)
  • 17 Hugo Pereyra Plasencia, « Bosquejo histórico del corregimiento de Cajamarca », Boletín del Institut (...)
  • 18 Les études sur la démographie dans les Andes montrent une chute importante de la population indienn (...)
  • 19 Adrian J. Pearce, « The Peruvian Population census of 1735-1740 », Latin American Research Review, (...)

10Par ailleurs, la pratique d’une comptabilité des populations de grande envergure est rare à cause du coût élevé des visites qui permettent d’établir des numérations utiles aux caisses de la Couronne. Les archives contiennent plusieurs documents à échelles diverses, parfois un village ou un ayllu, parfois un groupe plus restreint. La synthèse des données, qui peuvent être nominatives ou simplement comptables, est par conséquent difficile à faire car elles portent sur des aires différentes et ne correspondent pas aux mêmes années16. Quelques chiffres peuvent néanmoins être avancés. Pour l’ensemble du Corregimiento aux xvie et xviie siècles, deux relevés portent sur toute la population indienne : celui de 1583 fait état de 43 195 personnes ; celui de Vásquez de Espinoza, donné pour l’année 1615, de 36 817 personnes.Il faut attendre l’année 1754 pour avoir un chiffre représentatif de la même aire : 42 137 personnes17. La courbe démographique générale prend donc une forme de U, suggérant qu’un point bas a été atteint au xviie siècle. Pourtant, par contraste avec l’époque chaotique de la seconde moitié du xvie siècle18, le xviie siècle affiche, pour le nord du vice-royaume éloigné des mines de Potosi, une tendance à la baisse mais dans une moindre mesure que les corregimientos du Sud19. Pour ce qui est de Cajamarca, les chiffres que nous avons trouvés permettent d’établir que dans le dernier tiers du xviie siècle, sa population indienne est d’environ 5 000 individus tandis qu’établir celle des non-Indiens reste problématique.

  • 20 Ce problème est évoqué dans Bouysse Cassagne (1991), « Être métis... », op. cit. et Thérèse Bouysse (...)
  • 21 Karen Spalding, De Indio a Campesino. Cambios en la estructura social del Perú colonial, Lima, Inst (...)

11Il ressort également des archives que Cajamarca est difficilement dicible car elle finit par être à la fois un pueblo et une villa, offrant un visage ambivalent dans lequel le nombre d’habitants devient un enjeu permanent. Les chiffres sont donc constamment manipulés et ne nous offrent que des ordres de grandeurs à manier avec précaution. D’autant plus que la recherche bute sur la question de l’identification des Indiens et des non Indiens dans la société coloniale20. Etaient-ils indiens ou non par auto-identification ou bien parce qu’ils étaient désignés comme tels ? L’historienne Karen Spalding pose déjà la question en 1974 : « mais après des générations de miscégénation (...), comment se fait-il que les membres de la société coloniale aient pu maintenir une distinction aigüe entre l’Espagnol et l’Indien ? Quels critères déterminent qui était un Indien et qui ne l’était pas durant les deux derniers siècles du régime colonial espagnol ? »21.

  • 22 Nos archives montrent qu’aux termes moreno, negro et criollo on peut associer aussi l'adjectif « li (...)

12À Cajamarca, les Noirs sont des esclaves qui travaillent au service des Espagnols hacendados et des administrateurs. Le statut d’esclave n’est pas définitif et certains deviennent des « libres de couleur » ou des « Noirs libres ». Quant aux Métis, ce sont des enfants de parents Espagnols et Indiens ; le terme de mulâtre est réservé à ceux dont les parents sont Espagnols et Noirs. Mais rapidement, les limites se brouillent et le terme espagnol tend à se confondre, dans les archives du xviie siècle, avec l’ensemble, très varié, des non Indiens22. Qui attribue ces dénominations ? À qui servent-elles ?

  • 23 Voir la Recopilación de Leyes de Indias dont les matières relèvent essentiellement de l'organisatio (...)
  • 24 Voir Aude Argouse, « ‘Soi tal mestizo abido y tenido por tal desde que nasi’: peticiones indígenas (...)

13Pour nous aider à comprendre, nous avons recours aux textes législatifs. À partir des dispositifs légaux, les historiens du droit ont mis en évidence une logique coloniale inamovible fondée sur la domination des Indiens. Casuistique, l’ordre colonial ne se soucierait guère d’une cohérence d’ensemble mais la vocation du Droit des Indes (Derecho Indiano), créé par le Conseil des Indes, est de s’appliquer sur tous les territoires d’Outre-mer23. Cependant, l’histoire des Indiens, Métis, Noirs et Espagnols de Cajamarca est-elle forcément celle d’une domination de l’un de ces groupes d’individus et celle des injustices et souffrances des autres ? Ces historiographies, appuyées sur des approches institutionnelles, restent rigides : elles appellent ces individus « Indiens » sans s’interroger sur les sens de ce mot suivant les circonstances de son utilisation. Notre découverte, dans les archives départementales, de six cas de changement de statut, c’est-à-dire d’Indiens demandant à être reconnus comme Métis, survenus entre 1642 et 1674, questionne le contenu d’une identité indienne, métisse ou espagnole24.

  • 25 C'est la raison pour laquelle nous avons écarté de notre documentation les archives de la figure tu (...)

14C’est alors la « parole écrite » d’individus désignés comme Indiens conservée dans des registres qui nous intéresse. Le choix du testament, même nuncupatif, comme source principale s’est imposé parce qu’à Cajamarca au xviie siècle, près de cinq cents Indiens se sont exprimés ainsi – et vraisemblablement nulle par ailleurs dans les archives judiciaires – à la première personne du singulier25. La parole donnée avant la mort et consignée dans un registre de greffier conduit à se demander en premier lieu comment se constitue un sujet de droit dans la société d’Ancien Régime, tenue pour essentiellement orale.

15Ainsi, par le truchement de cette multitude d’écrits consignés dans les archives, nous verrons, dans la première partie de ce travail, que c’est le document écrit qui rend possible l’existence duelle de Cajamarca, à la fois comme pueblo et comme villa. Car le texte écrit est une charnière entre un monde de lecture et d’interprétations et un monde d’écriture et de représentations. D’une certaine manière, pour celui ou celle qui étudie les textes produits au cours des procédures, ce sont eux qui instituent la villa et le pueblo de Indios de Cajamarca. C’est vers la pratique des textes que nous sommes allée. Il nous a semblé que l’expression de la volonté, des attitudes et des désirs ne pouvait être saisie que si l’on saisissait, à notre tour, les enjeux de la consignation dans les archives.

16Notre travail initial a donc été de retrouver les récits de cette localité au xviie siècle. L’établissement d’une chronologie institutionnelle montre que cette ville est le moyen et le théâtre d’une des nombreuses batailles politiques, conséquences sur la longue durée de la « capture de l’Amérique » par l’Espagne : les enjeux portent sur des territoires, les ressources, la main-d’œuvre, les niveaux écologiques, les places d’échanges. Les suppliques, pétitions, inspections et recensements servent à négocier la qualité de la localité auprès des instances royales et vice-royales, pendant plus de soixante-dix ans, pour transformer Cajamarca en villa quand elle avait été faite pueblo de Indios par la volonté royale vers 1560.

  • 26 Voir l'interview croisée de Philippe Artières, Arlette Farge & Pierre Laborie, « Témoignage et réci (...)

17Cette étude s’inscrit entre les pratiques d’échange et les pratiques de justice d’une localité ambivalente des Andes au xviie siècle. Ce qui a retenu notre attention est la « prise d’écriture » par des individus ordinaires, même faite par le truchement d’un greffier26. Quelle est la façon et quelles sont les conditions dans lesquelles ces documents ont été produits ? Que faisaient les disposants en testant ? Que disaient-ils ?

18Peu à peu se profile une question d’ensemble : à qui servent, au moment de leur production, les documents conservés dans les fonds des protocoles de notaires ? Qui les attend et pourquoi ? En effet, si la lecture des documents testamentaires donne un formidable tableau impressionniste des façons de vivre et de dire les désirs, les usages et les regrets pour quelque cinq cents individus à la fin du xviie siècle à Cajamarca, comment expliquer leur existence même au sein d’un registre ? Qui a intérêt à ce que les fragments d’histoire figurent parmi les archives publiques d’une localité ? Quel lien peut-on faire entre le contexte urbain de leur production, le lieu de leur conservation – un registre de greffier – et les choix des hommes et des femmes de dire ou de taire des épisodes de leur vie, de demander justice ou de récompenser des proches, de faire part des absents, partis dans la Cité des Rois (Lima) ou sans laisser de traces, et de dire implicitement qu’on les attend ou que l’on ne croit pas à leur retour ?

  • 27 Jacques Revel, « L'histoire à ras du sol » in Lévi (Dir.), Le pouvoir au village. Histoire d'un exo (...)

19Il faut dire que le testament, avec le contrat de mariage, la lettre de dot et l’inventaire de biens, se prête assez bien et depuis longtemps au jeu du resserrement de focale autour des actions individuelles27. Quel que soit leur nombre, les pratiques testamentaires passent pour être une ressource fondamentale dans l’approche d’individus qui ne laissèrent souvent aucune autre trace dans le monde documentaire des archives car beaucoup parmi ceux qui avaient recours au service d’un greffier étaient illettrés. Ce sont donc des actes écrits passés par des individus qui n’ont pas forcément la maîtrise directe de l’écriture mais peuvent jouir de la compétence d’écriture à travers la personne du scripteur (notaire, greffier et, pour les testaments, tout autre sachant manier la plume). Par ailleurs, l’étude des pratiques testamentaires se distingue du droit des successions et des testaments en ce qu’elles ne relèvent pas du droit mais des comportements. Elles permettent alors d’interroger, d’une part, les habitudes des disposants depuis la matière successorale, la transmission de biens jusqu’aux « attitudes devant la mort », selon l’expression de Philippe Ariès et, d’autre part, le savoir-faire et la compétence des notaires et greffiers. Deux voies sont donc largement balisées par l’historiographie française, inspiratrice de nombreux travaux dans le monde hispanique : les successions et les notaires.

  • 28 En France, c’est au xixe siècle qu’apparaissent les premières études, le plus souvent des œuvres de (...)
  • 29 Ibid., p. 59-60.
  • 30 Ibid.
  • 31 « Son masque bouffi d'une niaiserie papelarde qui d'abord jouée, a fini par rentrer sous l'épiderme (...)
  • 32 On pense à Michel Vovelle qui étudie le phénomène de déchristianisation des Provençaux au XVIIIe si (...)

20Depuis de nombreuses décennies, les historiens européens utilisent les archives notariales comme source28. Après des commencements en feu de paille au début du xixe siècle – d’après J. L. Laffont – le regain d’intérêt est affirmé dans le dernier tiers du siècle29. Ce sont essentiellement les juristes qui investissent alors le champ notarial et proposent d’étudier les anciens minutiers « sous l’angle juridique de l’évolution législative ou selon les dispositions coutumières »30. Les débuts virent se pencher sur les registres du Moyen Âge puis de la Renaissance des étudiants en droit et des chartistes puis de plus en plus d’historiens récupérant tout un tas d’informations concernant les mœurs des Français d’Ancien Régime et du xixe siècle. Les archives de notaires constituent une manne d’informations détaillées qui servent de complément à d’autres documents de type administratif, des correspondances, des chroniques, des mémoires. La méthode de pillage plus ou moins exhaustif dans les achives notariales consiste à pratiquer la mise en fiches des informations contenues au fil des actes notariés (contrat de mariage, dot, testament notamment) pour ensuite glisser dans les travaux les données recueillies. Sans doute cela permet-il de conférer aux données issues d’archives administratives et judiciaires, c’est-à-dire en dehors des recherches biographiques ou familiales, des reflets de vie, et de contraster avec la morne attitude du notaire décrit par Balzac comme un petit érudit grisâtre et frustré31. En somme, depuis deux siècles les minutiers des notaires s’avèrent être d’utiles et riches compléments au travail des historiens de plus en plus attirés par l’échelle locale. De sorte que l’étude des archives notariales, dans les grands moments de l’histoire sérielle des années 1960 à 1980, rime avec dimension locale et « petites gens », ou « gens du commun ». La folie des grandeurs de l’étude des pratiques testamentaires et des inventaires après décès vient effectivement non pas d’études à l’échelle de pays ou d’Empires, mais dans les séries traitées sur la longue durée32. Sommes-nous revenus de cette époque délirante, où compter et classer pour établir des séries hallucinantes semblait la première démarche à suivre pour aborder un corpus d’actes testamentaires ?

  • 33 C’est l’analyse proposée par Michel Foucault et Jacques Dérrida : Michel Foucault, L'ordre du disco (...)
  • 34 Il faudrait sans doute ajouter les réflexions autour de l'archive, menées entre autres par Arlette (...)
  • 35 Sur ce point, nous renvoyons à l'article très éclairant de Damien Boquet & Piroska Nagy, « Pour une (...)

21Nous nous sommes accrochée à trois orientations de l’historiographie pour répondre positivement car, autant le dire tout de suite, le foisonnement de données, la diversité des situations, la complexité et la variété du vocabulaire utilisé par les testateurs a rendu vaines toutes les tentatives de dresser des statistiques sur l’ensemble du corpus puisqu’elles se sont toutes révélées « tendancieuses ». C’est-à-dire qu’elles procédaient de questionnements provoqués par une lecture anachronique qui n’interrogeait pas assez la pertinence des catégories choisies (par exemple, Indien de telle origine, Métis, Espagnol, homme, femme, vieux, artisans, etc.) dans le contexte local et à l’époque concernée. Surtout, l’étude statistique que nous avions envisagée reposait sur l’idée préconçue que le testament, par son formalisme, pouvait être considéré comme un questionnaire en mesure de révéler la stratégie des disposants à l’égard de leur patrimoine. Assez vite, nous nous sommes heurtées à de grandes difficultés pour définir l’idée même de gain ou de profit inhérente à celle de stratégie. En fin de compte, nous est restée de cette « étape statistique », une profonde perplexité face aux documents et au moment de leur fabrication, qui nous dirige peu à peu vers l’examen du discours qu’ils renferment. L’analyse du discours appliquée à tout document écrit permet en effet d’aborder la somme testamentaire autrement que par une classification ou une comptabilité statistiques33. Cette pensée philosophique et historiographique, toujours critique et dérangeante des structures, permet de revenir à la fois vers l’individu, la performativité du discours et l’ambigüité du texte34. Une approche récente préconise aussi, à l’intérieur de ces discours, ainsi établis comme protagoniques, une possible histoire des affects, des sentiments et des émotions, résolument tournée vers un histoire du « sujet parlant »35. Issue de celle des mentalités, elle fait également la part belle aux « écritures de soi » et aux « écrits du fort privé ». Ensemble, elles permettent de prendre en compte certains éléments culturels contenus dans les récits et de poser la question de la part de responsabilité de l’auteur – le disposant – dans l’élaboration des écrits. La mise au ban, évoquée plus haut, des écrits testamentaires des écritures sur soi mérite, à notre avis, d’être reconsidérée.

22Appuyé sur trois volets historiographiques – l’analyse de discours, la lecture de l’archive et l’échelle individuelle affective – il devient envisageable d’étudier autrement que sériellement les testaments d’Indiens de Cajamarca du xviie siècle, dont la plupart est produite sur une durée de dix ans, entre 1678 et 1688, auprès d’un même greffier. C’est vers les archives du greffe du cabildo d’Indiens de Cajamarca que nous nous sommes tournée, en faisant le choix d’analyser les actes testamentaires d’Indiens, dont plus de 85 % ont été écrits entre 1678 et 1688 par le même greffier. Il s’agit alors de porter le regard, dans la troisième partie, sur la parole livrée dans ces actes, et particulièrement sur les raisons et les conditions de sa délivrance. Pourquoi des femmes et des hommes indiens au cours de cette décennie se sont-ils effectivement mis à tester devant cet homme qui sait écrire et se dit greffier (escribano público) ? Que demandent-ils ? Que désirent-ils ?

  • 36 Selon l’expression de l’historien François Hartog, Régimes d'historicité. Présentisme et expérience (...)
  • 37 Simona Cerutti, « Processus et expérience: individus, groupes et identités à Turin au XVIIè siècle  (...)
  • 38 Nous pensons en particulier à Jacques Derrida, Mal d'archive. Une impression freudienne, Paris, Gal (...)

23Nous sommes alors face à des documents, les testaments, qui devraient nous permettre d’appréhender des comportements, aussi une « manière d’être au temps »36, d’individus qui n’ont souvent laissé à la postérité d’autres écrits que ces seuls textes confiés aux bons soins d’un greffier, dont le travail peut aussi être apprécié par cette même « source ». Les « pratiques testamentaires » peuvent ainsi être envisagées comme des provocations à l’étude du document historique en tant que « processus »37 et non en tant que donnée passive, et nous interrogeons précisément l’opération de consignation, inhérente à toute archive38. Pour cela, la figure du greffier capitulaire est primordiale et c’est vers l’historiographie hispanique qu’il faut se tourner pour en saisir les caractéristiques.

  • 39 José Bono, Historia del derecho notarial español, Madrid, 1979, 2 volumes.
  • 40 Dans le livre précité dirigé par S. Beauvallet, F.-J. Ruggiu et V. Gourdon, voirAurelia Martín Casa (...)
  • 41 Ibid., p. 114.
  • 42 Alfonso García Gallo, Historia del Derecho privado, Séville, Universidad de Sevilla, 1982.

24L’évolution des études des registres de notaires (protocolos) est sensiblement différente : il ne semble pas y avoir une aussi longue tradition qu’en France. À la fin des années 1970, l’étude des registres notariaux s’est accompagnée d’un vif intérêt pour l’historiographie de l’artisan de la mise par écrit, à savoir le notaire, avec la publication du travail de José Bono sur l’histoire du droit notarial en Espagne, essentiellement porté sur le Moyen Âge39. Récemment, Amalia García Pedraza, auteure d’une thèse publiée sur les attitudes des Maures devant la mort dans le califat de Grenade aux xve siècle et xvie siècle, a travaillé avec de nombreux registres notariaux et, en collaboration avec Aurélia Martín Casares, cosigne un chapitre consacré à l’évolution des axes thématiques de l’activité notariale dans l’historiographie espagnole40. Les auteures soulignent le caractère relativement récent des études consacrées d’abord à la période moderne et ensuite seulement, contrairement à la tradition française, à la période médiévale. Ces études utilisent des registres notariaux comme « source primaire pour la recherche. » Pour García Pedraza et Martín Casares, c’est essentiellement la rencontre entre certaines thématiques de l’histoire des femmes ou de l’anthropologie historique avec l’histoire sociale qui favorise la fréquentation des registres par les historiens de l’époque moderne puis par les médiévistes41. Surtout, les auteures relèvent « l’impact de la transition politique avec le développement des histoires régionales », au tournant des années 1980, dans le développement de ces approches. L’étude de la vie quotidienne, c’est-à-dire des mœurs et caractères identitaires, rencontre ainsi l’étude des nationalismes espagnols et les considérations sur les « multitudes », c’est-à-dire sur les catégories désignant ceux qui ne sont pas les élites. Les registres notariaux, pour les raisons susdites, répondent aux attentes des chercheurs. L’historien du droit espagnol Alfonso García Gallo a en outre entrepris, au début des années 1980, une étude du testament qui emprunte aux lignes directrices d’une anthropologie juridique balbutiante et se penche sur le rapport entre l’acte testamentaire et la réalité dont il entend faire part42.

25En somme, il existe de part et d’autre des Pyrénées deux angles d’attaque, toujours différenciés, des protocoles de notaires qui renferment les actes testamentaires : par les « matières » du droit (transmission et pratiques notariales), qui font remonter à la généalogie de l’écriture publique (les pratiques d’écritures et la personnalité du notaire) ou par les champs disciplinaires, comme par exemple l’étude de la parenté adepte des « pratiques testamentaires », synonymes de « comportements sociaux ».

  • 43 Ces études, avec celles de Christine Métayer sur Paris, rejoignent l’approche de Armando Petrucci s (...)
  • 44 Voir Christine Métayer, Au tombeau des secrets. Les écrivains publics du Paris populaire. Cimetière (...)

26En outre, en Europe, certaines études consacrées au notariat, inspirées des réflexions sur la généalogie de l’écriture publique menées par l’historien italien Armando Petrucci43, cherchent à établir une filiation entre le notaire, le tabellion, le greffier et l’écrivain44. La tâche est d’autant plus complexe lorsqu’il s’agit, pour comprendre, de traduire une terminologie qui n’est plus en usage ou bien qui a aujourd’hui des emplois différents. Il faut savoir que l’escribano espagnol ne correspond pas toujours au notaire français. Sans entrer dans le détail, on dira simplement que l’escribano est « notaire et greffier » à la fois, et donc se rattache au grand ensemble des auxiliaires de justice. Pour le nommer nous utiliserons le terme de greffier car il évoque le tribunal auquel il appartient ; son activité d’écriture est par conséquent toujours juridique et publique.

  • 45 Ramos Gabriela, Death and Conversion in the Andes. Lima and Cuzco, 1532-1670, Notre Dame, Universit (...)

27À Cajamarca, une majeure partie des actes testamentaires d’Indiens est rédigée dans le dernier quart du xviie siècle (365 actes de notre corpus) par le même greffier. Il est lui-même indien, ce qui représente une opportunité de connaître les conditions d’exercice de ce personnage peu étudié dans l’historiographie45. En effet, dans quelles mesures un greffier indien, c’est-à-dire organiquement rattaché à une juridiction, est-il un intermédiaire social faisant potentiellent de tous les individus indiens qui viennent déposer auprès de lui des « écrivants » quand bien même ils sont des illettrés ?

  • 46 Renzo Honores étudie les mécanismes de représentation légale des caciques au xviie siècle. Voir ent (...)
  • 47 L’historienne Karen Vieira Powers, par exemple, a montré que le testament est l’un des outils du ma (...)
  • 48 Pour un point de vue critique, voir l’article récent de Christophe Giudicelli, « Hétéronomie et cla (...)
  • 49 Deborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l'imaginaire social (XVIIIe-XXIe siècles), Seysse (...)
  • 50 Voir Graubart (2007), With our labor and sweat... op. cit.
  • 51 Parmi eux, José Tamayo Herrera souligne cependant la possibilité d'étudier le testament comme genre (...)
  • 52 On peut renvoyer à Jacqueline (de) Durand-Forest, « Testament d'une indienne de Tlatelolco. Traduct (...)
  • 53 Il faut dire aussi que les testaments d’Indiens ordinaires sont beaucoup moins courants. On se réfè (...)
  • 54 Ana María Presta, « De testamentos, iniquidades de género, mentiras y privilegios: Doña Isabel Sisa (...)
  • 55 Au moyen de statistiques, les travaux cherchent à montrer la représentativité des résultats obtenus (...)
  • 56 Voir l’analyse du testament dans Rostworowski de Diez Canseco (1974), « Testamento de Don Luis de C (...)

28En dehors de l’étude des coutumes indiennes – incrustées dans le processus de folklorisation des populations indigènes d’Amérique – et d’une « litigiosité naturelle » des habitants du Nouveau Monde, les pratiques juridiques des Indiens ordinaires sont longtemps demeurées un sujet peu exploré des historiens à cause notamment du manque de sources en matière testamentaire46. La stratification sociale retenue par les historiens pour décrire le monde colonial s’attache alors à montrer une société plutôt figée dans laquelle les caciques et les Métis font le jeu d’une mobilité sociale intense. Les premiers par leurs alliances avec les Espagnols et l’exploitation de la main-d’œuvre indigène mais aussi par leur défense des Indiens devant les institutions royales ; les seconds par la difficulté qu’ils éprouvent à se « trouver une place » dans la société polarisée47. Les Indiens ordinaires sont donc considérés par une grande partie de l’historiographie hispano-américaine et européenne comme un tout duquel ne se détachent pas les individus qui le forment, au nom du supposé communautarisme traditionnel et du corporatisme des sociétés d’Ancien Régime48. Cette historiographie s’inscrivait encore il y a peu dans les pas du républicanisme des pays latinoaméricains du xixe siècle, qui voyait dans la « plèbe » ce que les historiens européens semblent voir dans le « peuple », à savoir un espace social qui permet « d’ancrer la hiérarchie sociale dans un ordre naturel »49. Pour les historiens du monde hispanique d’Ancien Régime et concernant les terres et les sociétés du Nouveau Monde, disposer de « testaments d’Indiens » qui ne sont pas caciques permettrait donc de trouver là les modes de vie, les mœurs des Indiens, classiquement considérés par l’historiographie andine comme une « masse » ou des « groupes ethniques », autant de syntagmes pluriels devenus contestables50. En miroir des études européennes, les historiens de l’Amérique hispanique se sont donc intéressés le plus souvent à ce type de documents comme réservoirs d’informations sur les mœurs de la société coloniale51. Et si les protocoles de notaires ont retenu l’attention des historiens captivés par l’étude des « indigènes », c’est dans une moindre mesure qu’en Europe, étant donné le caractère proprement castillan – pas assez ontologiquement « indien » – des instruments juridiques en question. Les contrats de mariage, les dots et les testaments ont fait l’objet d’études historiques maintenant une préférence pour les élites52. Une grande partie des ouvrages repose sur des informations issues des archives juridiques et judiciaires, parmi lesquelles des testaments de caciques53. Ils sont en effet souvent ladinos, c’est-à-dire qu’ils parlent le castillan, ils sont également lettrés et l’on peut donc trouver plus d’un document les concernant ce qui permet des approches prosopographiques ou biographiques. La question de l’accès à ces instruments juridiques que sont le testament ou l’inventaire après décès ne se pose alors pas vraiment, étant donné qu’il est entendu que les caciques vivent à la mode espagnole ou s’en approchent. Leur adhésion à des instruments juridiques importés semble aller de soi, comme ceux des habitants non Indiens du Nouveau Monde54. De sorte que les testaments des Indiens ordinaires sont considérés par l’historiographie dominante comme des « indicateurs de transformation » de la société indienne55. Cantonnée à la procédure sommaire, la justice appliquée aux Indiens les laisse à la merci des abus commis contre eux par les Espagnols et, dans une logique afférente de rétablissement de l’autonomie des Indiens face à la justice, le testament a été présenté par l’historiographie andine comme un instrument au service de stratégies qui cherchaient à maintenir les patrimoines familiaux hors de portée des convoitises des vecinos espagnols56.

  • 57 À cet égard, l’historienne Rebecca Horn fait remarquer pour la Nouvelle Espagne qu’il existe des te (...)

29Si l’apport majeur de ces travaux consiste à avoir démontré l’hétérogénéité de la société coloniale indienne, un champ de recherche demeure moins exploré : celui de l’utilisation des testaments indiens par les autorités espagnoles qui l’ont promue, en tant que pratiques de justice, d’écriture et d’échanges au service d’intérêts politiques57. La mise par écrit des échanges entre les personnes, dans les nombreuses clauses testamentaires sollicitant la mémoire des possessions individuelles, ainsi que celle des relations de créances et de dettes, s’inscrit en effet dans cette continuelle volonté des autorités espagnoles de savoir ce qui se passe au sein des communautés indiennes placées sous l’autorité des caciques.

  • 58 Les travaux de T. Herzog demeurent une référence : Tamar Herzog, Mediación, archivos y ejercicio. L (...)

30Par conséquent, tout en tenant compte de cette historiographie, notre exploration des actes testamentaires des Indiens repose sur l’étude de certaines clauses que nous envisageons comme autant de prises de paroles, de récits, visant à produire un effet à la suite de leur mise par écrit dans le registre du greffier. Il s’agit de saisir la manière dont les disposants ont envisagé de faire usage de la grammaire juridique qui leur était imposée en tant qu’habitants du Nouveau Monde, placés dans l’orbite politique de la couronne d’Espagne58.

31Nous irons de la reconstitution de faits marquants de l’histoire de Cajamarca au xviie siècle jusqu’à l’analyse de clauses particulières placées au cœur du registre d’un greffier capitulaire indien. Notre développement commence par les suppliques des religieux adressées à la couronne et les inspections visant à établir la distribution des terres, dans la première partie. Autour de la définition de sa qualité, la discussion entamée entre la couronne, le conseil des Indes, l’évêque de Trujillo et les franciscains permet de montrer qu’il existe un conflit entre deux régimes d’appropriation des terres : celui du pueblo, où elles sont inaliénables aux non Indiens ; celui de la ville, où elles peuvent être transférées. Dans la deuxième partie, afin d’interroger le rôle de l’écriture publique dans la transformation politique de Cajamarca en villa, nous suivons la stratégie d’un magistrat supérieur (le corregidor) en charge de l’administration de la localité entre 1663 et 1672, qui a pour but de favoriser les échanges entre Indiens et non Indiens en ayant recours à la pratique testamentaire des Indiens de la ville. Enfin, dans la troisième partie, nous proposons de placer les testaments des Indiens parmi les témoignages de soi de nature judiciaire. Nous entrons alors dans le détail de la fabrication de l’acte et de quelques clauses qui laissent voir un renversement de temporalité et l’expression d’un sujet singulier.

Haut de page

Notes

1 L’historienne Susan Ramírez propose des descriptions des haciendas d’Espagnols : Susan E. Ramírez, Provincial patriarchs : land tenure and the economics of power in colonial Peru, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1986, p. 78-80, 111-120, 149.

2 Le territoire de l’encomienda correspond à la province hispanique des Sept Guarangas, également nommée Cajamarca. Le premier encomendero était Melchor Verdugo (1535-1567) puis sa femme Jordana Mejía prit l’encomienda jusqu’en 1601. Voir José Puente Brunke, Encomiendas y encomenderos en el Perú. Estudio social y político de una institución colonial, Séville, 1992 et Fred Bronner, « Peruvian Encomenderos in 1630: Elite Circulation and Consolidation », Hispanic American Historical Review, 1977, 57, n° 4.

3 Sans doute son estampille « pueblo de indios » aura contribué à favoriser les approches ethnohistoriques et archéologiques sur le monde indigène, laissant de côté la bataille liée à la création de la villa et aux enjeux de légitimité de la présence non indienne posés jusque devant le Conseil des Indes et le roi, comme nous le verrons dans la première partie. A l’exception toutefois de l'article de Waldemar Espinoza Soriano, « Españoles en la villa de Cajamarca a mediados del siglo XVII » in Holguín Callo & Gutiérrez Muñoz (Dir.), Sobre el Perú : homenaje a José Agustín de la Puente Candamo, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2002.

4 On pourra se référer en particulier à l’ouvrage de Enrique Tandeter, L'argent du Potosí. Coercition et marché dans l'Amérique coloniale, Paris, EHESS, 1997, à celui de Steve J. Stern, Peru's Indian peoples and the challenge of Spanish conquest : Huamanga to 1640, Madison, Wis., University of Wisconsin Press, 1993 et à celui de Olivia Harris, Brooke Larson, Enrique Tandeter (comp.), La participación indígena en los mercados surandinos. Estrategias y reproducción social. Siglos XVI a XX, Centro de Estudios de la Realidad Económica y Social (CERES), La Paz, 1987.

5 Datant en grande partie des décennies 1970 et 1980, cette historiographie s’appuie sur l’idée que les rapports que l'Occident entretient avec l’espace sont élaborés en termes de dynamisme et de sophistication, tandis que ceux que les populations autochtones entretiennent avec lui sont statiques et simplistes: Andrew Sluyter, « Colonialism and Landscape in the Americas: Material/Conceptual Transformations and Continuing Consequences », Annals of the Association of American Geographers, 2001, 91, n° 2. Certains historiens se sont alors transformés en « collecteurs de méchancetés », signes de la brutalité de l’imposition d’un régime colonial. Karen Spalding, « La explotación como sistema económico : el Estado y la extracción de excedente en el Perú colonial », Nueva Síntesis. Revista de Humanidades (Lima), 1995, 3, p. 98. L’historienne Tamar Herzog souligne que « l’historiographie qui s’attachait à étudier les Indiens sans s’intéresser aux Espagnols a contribué à accentuer les différences entre « pueblos de indios » et « pueblos de españoles ». Tamar Herzog, « Terres et déserts, société et sauvagerie. De la communauté en Amérique et en Castille à l'époque moderne », Annales HSS, 2007, 3, p. 510.

6 Voir Ann Twinam, Public Lives, Private Secrets. Gender, Honor, Sexuality, and Illegitimacy in Colonial Spanish America, Stanford, Stanford University Press, 1999, p. 35-55.

7 On peut citer, parmi de nombreux travaux, Paul Charney, Holding together the Indian family during colonial times in the Lima valley, Peru, St Cloud, Minnesota, 1990 ; Paul Charney, « Negotiating roots : Indian migrants in the Lima Valley period during the colonial period », CLAHR, 1996, 5, 1 ; Luis Miguel Glave, De rosa y espinas : economía, sociedad y mentalidades andinas, siglo XVII, Lima, IEP/BCRP, 1998. Sur les deux républiques, nous renvoyons entre autres à Abelardo Levaggi, « República de Indios y república de Españoles en los Reinos de Indias », Revista de Estudios Histórico-Jurídicos [sección historia del Derecho Canónico] (Valparaíso, Chili), 2001, n° 23.

8 La notion de milieu est à prendre à notre avis dans le sens que lui attribue Michel Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Gallimard, Seuil, 2004, p. 22.

9 Le terme « hybride » est utilisé par le juriste Juan de Solorzano y Pereira, qui dit l’emprunter aux « Latins » et en particulier à l’ancien archevêque de Bologne Gabriele Paleotti, instigateur du Concile de Trente. Juan de Solorzano y Pereyra, Política Indiana. [reproducción de la edición publicada en 1930 por la Compañía Iberoamericana de Publicaciones que contiene el texto corregido y anotado por Francisco Ramiro de Valenzuela en el siglo XVIII], Madrid, Biblioteca de Autores Españoles, 1972 [1648], 5 vols. p. 445. Toutefois, certains historiens ont repris le terme, notamment à la suite de l’étude de Nestor García Canclini, Hybrid Cultures. Strategies for Entering and Leaving Modernity ; traduit par C. L. Chiappari et Silvia Lopez. Avant-propos de R. Rosaldo, Minneapolis, University of Minnesota, 1995. Ainsi l’hybridité dans la ville de Trujillo est définie comme « réponse organique aux changements et contraintes imposés aux individus et aux groupes » : Karen B. Graubart, With our labor and sweat. Indigenous women and the formation of colonial society in Peru. 1550-1700, Stanford, Stanford University Press, 2007, p. 20.

10 Herzog (2007), « Terres et déserts... », op. cit., montre que le processus de colonisation s’applique aussi bien aux populations natives qu’aux populations espagnoles d’Amérique.

11 En 1766, la province de Cajamarca, incluse dans le corregimiento du même nom, est limitée du Nord-Est au Sud-Est par les provinces de Luya et Chillaos, de Cajamarquilla et de Chachapoyas. Celle-ci se trouve de l'autre côté du Rio Marañón qui sert de limite orientale à la province de Cajamarca ; et au Nord, la province de Jaén, au Nord-Ouest, Piura, à l'Ouest la province de Saña et au Sud la province de Guamachuco entourent la partie occidentale de la province.

12 L’historien Emilio Harth-Terré rappelle que le chroniqueur Francisco de Xérez s’est émerveillé devant la place de Cajamarca, « la plaza es mayor que ninguna de España, toda cercada, con dos puertas que salen a las calles del pueblo ». Les historiens s’accordent pour dire que de ce que les premiers Espagnols ont vu en arrivant il ne restait plus rien après les batailles qui suivirent la Rencontre. Voir en particulier Julio C. Tello, « La ciudad inkaika de Cajamarca » in Silva Santisteban, Espinoza Soriano & Ravines (Dir.), Historia de Cajamarca (vol. 1), Cajamarca, INC, 1986 et Emilio Harth-Terré, « La plaza incaica de Cajamarca » in Silva Santisteban, Espinoza Soriano & Ravines (Dir.), Historia de Cajamarca (vol. 1), Cajamarca, INC, 1986.

13 Ce dispositif est inséré dans le Titre III, du Livre VI de la Recopilación de las Leyes de los Reinos de Indias de 1680 consacré aux Reducciones y Pueblos de Indios. La Recopilación est une compilation du Conseil des Indes faite en 1680 à partir des ordonnances, provisions et lois prises par la Couronne et son Conseil et relatives à ses territoires d’outre-mer. Nous avons consulté la publication de la Recopilación de Leyes de los Reinos de las Indias faite à Madrid en 1680, dont les 4 volumes sont disponibles dans les Archives digitales de la législation du Pérou, http://www.congreso.gob.pe/ntley/leyIndiaP.htm.

14 « L’objectif ultime, quoiqu’illusoire, restait l’unification des ces deux communautés, car la séparation devait permettre la mutation religieuse, culturelle et civique des Indiens qui, à l’écart des Espagnols et protégés des exactions de ceux-ci, deviendraient alors des sujets de la Couronne en tous points semblables aux autres. » Herzog (2007), « Terres et déserts... », op. cit., p. 507-508.

15 Karoline Noack, « El Orden colonial inventado: estrategias y actitudes de los caciques e indígenas de Cajamarca, Sierra norte del Perú, S. XVI », Cuadernos de Historia, Trujillo, 2002, Junio, n° 1, p. 8 ; Ramírez (1986), Provincial Patriarchs..., op. cit.

16 De plus, il faut garder à l’esprit que ces chiffres sont produits par des procédures relevant de la fiscalité (connaître l’assiette du tribut et de l’impôt) et regardent dans ces cas la population masculine âgée de 18 à 50 ans. Le nombre d’individus concernés à chaque fois (quelques centaines tout au plus) rend incertaines les estimations et extrapolations. Par ailleurs, J. Poloni Simard précise qu’« au-delà du caractère convenu de ces arguments pour établir le manque de mitayos et fonder le droit d’en réclamer, pour les besoin des requêtes qu’ils cherchaient à fonder, ces témoignages d’ordre qualitatif viennent confirmer des donner chiffrées sur la baisse de la population indienne. » In Jacques Poloni Simard, La mosaïque indienne. Mobilité, stratification sociale et métissage dans le corregimiento de Cuenca (Equateur) du xvie au xviiie siècle, Paris, Editions de l'EHESS, 2000, p. 70.

17 Hugo Pereyra Plasencia, « Bosquejo histórico del corregimiento de Cajamarca », Boletín del Instituto Riva Agüera, 1996, n°23, et Silvio Zavala, La encomienda indiana, México, Editorial Porrúa, 1973.

18 Les études sur la démographie dans les Andes montrent une chute importante de la population indienne pour la seconde moitié du XVIe siècle. Guerres, épidémies, conditions de travail redoutables sont souvent avancées comme causes multiples de cette catastrophe. Voir David Noble Cook, « Population Data for Indian Peru: Sixteenth and Seventeeth Centuries », The Hispanic Amercian Historical Review, 1982, 62, n° 1.

19 Adrian J. Pearce, « The Peruvian Population census of 1735-1740 », Latin American Research Review, 2001, 36, 3.

20 Ce problème est évoqué dans Bouysse Cassagne (1991), « Être métis... », op. cit. et Thérèse Bouysse Cassagne, « In Praise of Bastards. The Uncertainties of mestizo Identity in the sixteenth and seventeenth Century Andes » in Harris (Dir.), Inside and Outside the Law: anthropological studies of authority and ambiguity, Londres, Routledge, 1996. Ces questions sont aussi abordées par Jan Szeminski, La utopía tupamarista, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 1983 ; Jan Szeminski, « ¿ Porqué matar a los Españoles? Nuevas perspectivas sobre la ideología andina de la Insurrección en el siglo XVIII » in Stern (Dir.), Resistencia, rebelión y conciencia campesina en los Andes. Siglos XVIII al XX, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1990 ; Jan Szeminski, « La transformación de los significados en los Andes centrales (siglos XVI-XVII) » in Gossen, Klor de Alva, Gutierrez Estévez & León-Portilla (Dir.), De Palabra y obra en el Nuevo Mundo, vol. 3 La formación del otro, Madrid, Siglo XXI, 1993.

21 Karen Spalding, De Indio a Campesino. Cambios en la estructura social del Perú colonial, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1974. Pour une problématiques de l'« être espagnol » dans la société d'Ancien Régime, nous renvoyons à Tamar Herzog, Defining nations. Immigrants and citizens in Early Modern Spain and Spanish America, United States of America, Yale University Press, 2003.

22 Nos archives montrent qu’aux termes moreno, negro et criollo on peut associer aussi l'adjectif « libre ».

23 Voir la Recopilación de Leyes de Indias dont les matières relèvent essentiellement de l'organisation de l'occupation des territoires passés sous l'autorité de la couronne d'Espagne depuis le traité de Tordesillas en 1494. Pour une étude sur le casuisme dans l’Amérique colonial, voirVíctor Tau Anzoátegui, Casuismo y sistema, Buenos Aires, Instituto de Investigaciones de Historia del Derecho, 1992.

24 Voir Aude Argouse, « ‘Soi tal mestizo abido y tenido por tal desde que nasi’: peticiones indígenas de cambio de fuero. Cajamarca, Perú, 1642-1674 », Colonial Latin American Historical Review, vol 16, Fall 2007, n° 4, p. 401-427.

25 C'est la raison pour laquelle nous avons écarté de notre documentation les archives de la figure tutélaire du Protecteur des Indiens, censée justement limiter les déplacements des Indiens vers les tribunaux.

26 Voir l'interview croisée de Philippe Artières, Arlette Farge & Pierre Laborie, « Témoignage et récit historique », Sociétés & Représentations, 2002, 13, p. 203.

27 Jacques Revel, « L'histoire à ras du sol » in Lévi (Dir.), Le pouvoir au village. Histoire d'un exorciste dans le Piémont du xviesiècle, Paris, Editions Gallimard, 1989.

28 En France, c’est au xixe siècle qu’apparaissent les premières études, le plus souvent des œuvres de juristes, dont les traces sont conservées dans les universités de droit, aux rayons des thèses. Jean-Luc Laffont, « L'exploitation des archives notariales en France. Jalons historiographiques » in Beauvalet Boutouyrie, Ruggiu & Gourdon (Dir.), Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2004, p. 17-73.

29 Ibid., p. 59-60.

30 Ibid.

31 « Son masque bouffi d'une niaiserie papelarde qui d'abord jouée, a fini par rentrer sous l'épiderme, offre l'immobilité du diplomate, mais sans la finesse (…) ». Honoré (de) Balzac, « Le notaire » in Curmer (Dir.), Les Français peints par eux-mêmes. Encycolépédie morale du XIXe siècle, Paris, 1840-1842, p. 105.

32 On pense à Michel Vovelle qui étudie le phénomène de déchristianisation des Provençaux au XVIIIe siècle, et affiche au compteur du dépouillement pas moins de 20 000 actes notariés, dont environ 2 000 testaments. Il faut cependant rappeler que l’auteur a apporté une réflexion mesurée sur ce type d'étude dans l'introduction à sa thèse remaniée pour publication. Il précise en effet que l'approche non sérielle, notamment à la suite des travaux de Robert Aubenas, juriste, a pu apporter d'importantes découvertes. Voir Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Editions du Centre des Travaux Historiques et Scientifiques, 1997, p. 24. Puis, il y a vingt ans, Laurence Fontaine critiquait avec acuité la fascination des historiens adeptes des longues séries pour l’outillage nouveau dont ils bénéficiaient : l’ordinateur. Laurence Fontaine, « L'activité notariale (note critique) », Annales ESC, 1993, 2, p. 475-483. Il faut néanmoins différencier les séries constituées à partir de l'activité notariale (en particulier par l'étude du volume et du flux de cette activité), proposées par Jean-Paul Poisson, avec des visées comparatistes, et la pratique notariale avec les séries constituées à partir du profil sociologique des auteurs et du contenu des actes, notamment par la classification des formules, dont les travaux de M. Vovelle sont une illustration. Il semble que la classification chère à J.-P. Poisson soit toujours en vigueur puisque les testaments, par exemple, sont le plus souvent inscrits parmi les « actes familiaux » ou « patrimoniaux » mais pas parmi les actes économiques ou de crédit, bien qu'ils « obligent » aussi des tiers. Pour une vision nuancée des approches d’ensemble, voir l'étude autour de l'attitude personnelle du notaire et de celle des demandeurs dans la pratique notariale de Pavel Ouvarov, « Ceux qui sont un peu différents des autres : singularités, "déviances" et normes dans les actes notariés parisiens du xvie siècle », Histoire, économie et société, 1996, 15, 3.

33 C’est l’analyse proposée par Michel Foucault et Jacques Dérrida : Michel Foucault, L'ordre du discours. Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard, 1971; Jacques Derrida (1979), L'écriture et la différence.

34 Il faudrait sans doute ajouter les réflexions autour de l'archive, menées entre autres par Arlette Farge, Carlo Ginzburg et Jacques Rancière qui offrent de la source, par leurs pratiques de lecture, une idée symptômale, comme l'affirme l'historien Andrea Cavazzini : « la source serait un monument des processus sociaux dont relèverait sa production ; les traces de ces processus serait présentes dans le corps même de la source ; elles renverraient au passé du fait même d’être une sorte de résidu, de trace matérielle, de processus social. »Andrea Cavazzini, Le statut du récit dans l'historiographie contemporaine = Lo statuto del racconto nella storiografia contemporanea, PhD, Histoire et civilisations, Paris, EHESS, 2007.

35 Sur ce point, nous renvoyons à l'article très éclairant de Damien Boquet & Piroska Nagy, « Pour une histoire des émotions. L'historien face aux questions contemporaines » in Boquet & Nagy (Dir.), Le sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009.Sur l'autonomie dans les testaments, on peut renvoyer à un article portant sur la foi catholique des populations paysannes de la France des XVIe et XVIIe siècles, reposant sur 539 testaments dans Alan G. Arthur, « Rural Faith and Wills as Evidence of Popular Religion in France, 1500-1650 », Historical Papes / Communications historiques, 1983, 18, n°1. L'auteur met en avant les différences entre les testaments, malgré le formalisme, témoins de « l'autonomie considérable » des testateurs (p. 115).

36 Selon l’expression de l’historien François Hartog, Régimes d'historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003, p. 20.

37 Simona Cerutti, « Processus et expérience: individus, groupes et identités à Turin au XVIIè siècle » in Revel (Dir.), Jeux d'échelles. La micro-analyse à l'expérience, Paris, Gallimard, 1996, p. 161-186. Voir également Marc Aymes, « L'archive dans ses œuvres (Rancière, Derrida) », Labyrinthe, 2004, « Jacques Rancière, l'indiscipliné », Hiver 2004.

38 Nous pensons en particulier à Jacques Derrida, Mal d'archive. Une impression freudienne, Paris, Galilée, 1995.

39 José Bono, Historia del derecho notarial español, Madrid, 1979, 2 volumes.

40 Dans le livre précité dirigé par S. Beauvallet, F.-J. Ruggiu et V. Gourdon, voirAurelia Martín Casares & Amalia García Pedraza, « Les actes notariés, source pour l'histoire sociale en Espagne » in Beauvalet Boutouyrie, Ruggiu & Gourdon (Dir.), Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2004, p. 109-124.

41 Ibid., p. 114.

42 Alfonso García Gallo, Historia del Derecho privado, Séville, Universidad de Sevilla, 1982.

43 Ces études, avec celles de Christine Métayer sur Paris, rejoignent l’approche de Armando Petrucci sur l’émergence d’une culture écrite dans l’Italie de la Renaissance qui met en évidence deux pôles d’écrivants : les maîtres de calligraphie, inspirés par une culture humaniste, et les « upografeis » des compétences desquels relèveraient les usages quotidiens de l’écriture, au service du commerce et des échanges. A. Petrucci voit dans ce phénomène une adhésion à l’obligation d’écriture, si l’on peut dire, de toutes les strates de la société aux exigences modernes de la bureaucratie naissante. Mais il ne mentionne pas les greffiers. Voir Armando Petrucci, « Pouvoir de l'écriture, pouvoir sur l'écriture dans la Renaissance italienne », Annales ESC, 1988, Juillet-Août, n°4, p. 823-847. En Espagne, voir Antonio Castillo Gómez, « Entre le public et le privé. Stratégies de l'écrit dans l'Espagne du Siècle d'Or », Annales HSS, 2001, 4-5, p. 803-829.

44 Voir Christine Métayer, Au tombeau des secrets. Les écrivains publics du Paris populaire. Cimetière des Saints-Innocents. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2000, p. 32 et s.

45 Ramos Gabriela, Death and Conversion in the Andes. Lima and Cuzco, 1532-1670, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2010, 356 p. et Kathryn Burns, Into the Archive. Writing and power in Colonial Peru, Durham, London, Duke University Press, 2010, 247 p.

46 Renzo Honores étudie les mécanismes de représentation légale des caciques au xviie siècle. Voir entre autres Colonial legal polyphony : caciques and the construction of legal arguments in the Andes, 1550-1640, Cambridge, Harvard University, 2010, 24 p.

47 L’historienne Karen Vieira Powers, par exemple, a montré que le testament est l’un des outils du maintien d’un rang et d’un statut social d’une famille de caciques : Karen Vieira Powers, « A Battle of Wills: Inventing Chiefly Legitimacy in the Colonial North Andes » in Restall & Kellogg (Dir.), Dead Giveaways. Indigenous Testaments of Colonial Mesoamerica and the Andes, Salt Lake City, The University of Utah Press, 1998. Pour une synthèse récente des études sur les caciques, on pourra se reporter à Claudia Rosas Lauro, « Entre la satanización y la idealización. La figura del curaca en la historiografía andina contemporánea », Histoire(s) de l'Amérique latine, 2009, 3, p. 1-36. En ce qui concerne les Métis, de très nombreux travaux leur ont été consacrés parmi lesquels nous relevons Magnus Mörner, Le métissage dans l'histoire de l'Amérique latine, Paris, Fayard, 1971 ; David Cahill, « Colour by Numbers: Racial and Ethnic Categories in the Viceroyalty of Peru, 1532-1824 », Journal of Latin American Studies, 1994, 26, n° 2; Bernard Lavallé (Dir.), Transgressions et stratégies du métissage en Amérique coloniale, Bordeaux, Presses de La Sorbonne Nouvelle, 1999 ; Jean-Paul Zuñiga, (1999), « La voix du sang. Du métis à l'idée du métissage en Amérique espagnole », Annales HSS ; Berta Ares Queija, « Mestizos, mulatos y zambaigos (Virreinato del Perú, siglo XVI) » in Ares Queija & Stella (Dir.), Negros, mulatos, Zambaigos. Derroteros africanos en los mundos ibéricos, Séville, Escuela de Estudios Hispano-Americanos - CSIC, 2000 ; Jacques Poloni Simard, La mosaïque indienne. Mobilité, stratification sociale et métissage dans le corregimiento de Cuenca (Equateur) du xvie au xviiie siècle, 2000 ; Felipe Castro Gutiérrez, « Indeseables e indispensables: los vecinos españoles, mestizos y mulatos en los pueblos de indios de Michoacán », Estudios de Historia Novohispana, UNAM, 2001, N° 25  ; Jean-Paul Zúñiga, Espagnols d'Outre-mer. Emigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Chili, au xviie siècle, 2002.

48 Pour un point de vue critique, voir l’article récent de Christophe Giudicelli, « Hétéronomie et classifications coloniales. La construction des "nations" indiennes aux confins de l’Amérique espagnole (XVI-XVIIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2010, http://nuevomundo.revues.org/59411.

49 Deborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l'imaginaire social (XVIIIe-XXIe siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2010, p. 16. Le rapprochement entre peuple et plèbe et sa signification sur le plan historiographique a été spécialement étudié pour l'Amérique, en particulier le Rio de la Plata au tournant des xviiie et xixe siècle, par Carmen Bernand, « La plèbe ou le peuple? Buenos Aires, fin xviiie-début xixe siècle », Caravelle, Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 2005, n°84, p. 147-168.

50 Voir Graubart (2007), With our labor and sweat... op. cit.

51 Parmi eux, José Tamayo Herrera souligne cependant la possibilité d'étudier le testament comme genre littéraire, ce qui, au début des années 1990, n'était pas perçu comme tel. José Tamayo Herrera, « La muerte en Lima (1780-1990) : un ensayo de historia de las mentalidades desde la perspectiva regional », Cuadernos de Historia, 15, 1992, Universidad de Lima.  Toutefois, le choix de Tamayo est d'étudier dix testaments par période sur une durée de 210 ans, de sorte qu'il ne peut qu'esquisser les grandes lignes de cette pratique et attirer l'attention sur la place de ce type de document dans l'histoire des mentalités et de l'écriture et pas seulement l'histoire du droit, celle du notariat ou l'histoire rurale.

52 On peut renvoyer à Jacqueline (de) Durand-Forest, « Testament d'une indienne de Tlatelolco. Traduction et commentaire », Journal de la Société des Américanistes, 1962, 51 ; Frank L. Salomon, « Indian women of early colonial Quito as seen through their testaments », The Americas, 1988, XLIV, 3; Abelardo Levaggi, « El testamento en América latina: s. XVI-XX » in Bodin (Dir.), Actes à cause de mort. 4ème partie : Mondes non européens, Brussels, De Boeck University, 1994 ; Teresa Suárez, « El discurso del bien morir. Testamentos de primera mitad de siglo XVIII en Santa Fe colonial », Estudios Sociales. Revista Universitaria Semestral, Santa Fe, 1994, Año IV, n° 7, 2° semestre  ; Poloni Simard (1997), « Testamentos indígenas e indicadores de transformación de la sociedad indígena (Cuenca, siglo XVIII) », op. cit. ; Margarita E. Gentile, « Testamentos de indios del noroeste argentino » in (Dir.), Actas del IV Congreso internacional de Etnohistoria, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, Fondo Editorial, 1998; Susan Kellogg & Matthew Restall (Dir.), Dead Giveaways. Indigenous Testaments of Colonial Mesoamerica and the Andes, Salt Lake City, The University of Utah Press, 1998 ; Pour le Mexique, on pourra se référer entre autres à Matthew Restall, Life and death in a maya community. The Ixil Testaments of the 1760's, Lancaster, CA, Labyrinthos, 1995 ; Teresa Rojas Rabiela, Vidas y bienes olvidados : testamentos indígenas novohispanos, México, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, 1999; Nadine Béligand, « De la forme au contenu. Propriété et parenté indienne à travers les testaments nahua de la Vallée de Toluca à l'époque coloniale » in Musset & Calvo (Dir.), Des Indes occidentales à l’Amérique latine, Paris, Ens Editions, 1997; Alejandra Araya Espinoza, « Heredar en la memoria y testar en la historia. Testamentos nauas coloniales », Revista de Historia Indígena, Universidad de Chile, 2002, n° 6, ainsi qu'à Caterina Pizzigoni, Testaments of Toluca, Stanford, Stanford University Press, UCLA Latin American Center Publications, 2007. Pour Le Rio de la Plata, voir Maria Isabel Seoane, « El testamento por poder en el Buenos Aires colonial. Estudio realizado en base a protocolos notariales », Revista de Historia del Derecho, Buenos Aires, 1996, 24. Enfin pour le Chili, deux études très importantes : Lucía Invernizzi Santa Cruz, « El testamento como instrumento de regulación y control de la sociedad chilena del siglo XVII » in Retamal Avila (Dir.), Estudios Coloniales II, Santiago de Chile, Biblioteca Americana, UNAB, 2002 et Raïssa Kordic Riquelme & Cedomil Goic, Testamentos coloniales chilenos, Madrid, Frankfurt am Main, Universidad de Navarra Iberoamericana-Vervuert, 2005.

53 Il faut dire aussi que les testaments d’Indiens ordinaires sont beaucoup moins courants. On se réfère notamment aux remarques de l'ouvrage récent de K. Burns, qui est une tentative de plonger dans la fabrication de l'archive. Kathryn Burns, Into the Archive. Writing and power in Colonial Peru, Durham, London, Duke University Press, 2010, p. 50-51. Un travail de référence est aussi celui de Kordic Riquelme & Goic (2005), Testamentos coloniales chilenos... op. cit., qui offre une analyse philologique très utile suivie de la transcription de 74 actes testamentaires. Pour les testaments de caciques, on peut citer : Raúl Porras Barrenechea, « El testamento de Diego de León Pinelo », Fénix : revista de la Biblioteca Nacional, Lima, 1945, 3 ; Ella Dunbar Temple, « El testamento inédito de doña Beatriz Clara Coya de Loyola, hija del Inca Sayri Tupac », Fénix : revista de la Biblioteca Nacional, Lima, 1950, 7 ; Maria Rostworowski de Diez Canseco, « Testamento de Don Luis de Colan. Curaca 1622 », Revista del Museo Nacional (Lima), 1974, XLVI,  ou encore Raúl Adanaqué Velásquez, « Testamentos de caciques de Cajamarca : siglos XVII-XVIII », Uku Pacha, 2000, año 1, n° 2. Mais plus récemment et très bien documenté, on peut se référer à l'analyse du testament d'un cacique de Cajamarca proposé comme « legs politique » dans Karoline Noack, « Los caciques ante el notario. Transformaciones culturales en el siglo XVI » in Noejovich (Dir.), América bajo los Austrias: economía, cultura y sociedad, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, Instituto Riva-Agüero, 2001.

54 Ana María Presta, « De testamentos, iniquidades de género, mentiras y privilegios: Doña Isabel Sisa contra su marido, el cacique de Santiago de Curi (Charcas, 1601-1608) » in Flores Espinoza & Varon Gabai (Dir.), El hombre y los Andes. Homenaje a Franklin Pease, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2002 ; « Doña Isabel Sisa. A Sixteenth Century woman resisting gender inequalities » in Andrien (Dir.), The Human Tradition in Colonial Latin America, Wilmington, SR Books, 2002 ; Kerstin Nowack, « "Como cristiano que soy": testamentos de la élite indígena en el Perú del siglo XVI », Indiana, 2006, 23 ; Margarita Iglesias Saldaña (2006), « "Mi anima en carrera de salvacion". Imágenes, imaginarios y representaciones en testamentos de mujeres. Chile siglo XVII ». Pour l'Argentine, voir Margarita E. Gentile, Testamentos de indios de la gobernación de Tucumán (1579-1704), Buenos Aires, Publicación de la Cátedra Instituciones del Período Colonial e Independiente, Instituto Universitario Nacional del Arte, Área Transdepartamental del Folklore, 2008. Plusieurs contributions suivent également la proposition, faite à l'origine par Lucien Febvre, de la mort comme objet historique et s'appuient sur les travaux de Philippe Ariès et de Pierre Chaunu. Parmi les contributions, on peut citer Irma Barriga Calle, « La experiencia de la muerte en Lima, s. XVII », Apuntes 31, 1992, 86 ; Darío Lagos Suárez, « Mujer, Muerte y Memoria. Una aproximación al buen morir femenino en testamento de Chile Tradicional », Cyberhumanitatis, Universidad de Chile, 2001, http://www2.cyberhumanitatis.uchicle.cl/19; Julio Retamal Avila, « El sentido de la muerte en Chile colonial », Revista de Historia Social y de las Mentalidades, USACH, 2006, año X, vol. 2 ; José Turiso Sebastián, « El semblante de la muerte: actitudes sociales ante la muerte en la Lima borbónica », Histórica, 1999, XXIII, n° 1.

55 Au moyen de statistiques, les travaux cherchent à montrer la représentativité des résultats obtenus par rapport à une population globale. Cela permet de « mesurer l’intensité et l’importance de la différenciation sociale » et vise à dépasser une opposition « caciques-Indiens du commun » pour « offrir quelques traits de l’hétérogénéité et de la stratification sociale » de la société indienne. Poloni Simard (1997), « Testamentos indígenas e indicadores de transformación de la sociedad indígena (Cuenca, siglo XVIII) », op. cit., p. 281.

56 Voir l’analyse du testament dans Rostworowski de Diez Canseco (1974), « Testamento de Don Luis de Colan. Curaca 1622 », op. cit.

57 À cet égard, l’historienne Rebecca Horn fait remarquer pour la Nouvelle Espagne qu’il existe des tentatives répétées de la part des autorités espagnoles pour connaître les échanges entre Indiens du commun. Voir Rebecca Horn, « Testaments and Trade: Interethnic Ties among Petty Traders in Central Mexico (Coyoacan, 1550-1620) » in Kellogg & Restall (Dir.), Dead Giveaways. Indigenous Testaments of Colonial Mesoamerica and the Andes, Salt Lake City, University of Utah Press, 1998, p. 60. On se réfèrera aussi aux travaux de Lucia Invernizzi Santa Cruz, qui, en présentant l’échantillon d’une soixantaine d’actes testamentaires de la société du Chili colonial, précise que ce corpus « forme un échantillon diversifié et représentatif de la société chilienne de l'époque, car il inclut des personnes – hommes et femmes – appartenant à diverses ethnies, filiations, état civil, groupes d'âges, secteurs sociaux et économiques, niveaux culturels, offices et métiers ou activités. » Invernizzi Santa Cruz (2002), « El testamento como instrumento de regulación y control de la sociedad chilena del siglo XVII », op. cit., p. 193.

58 Les travaux de T. Herzog demeurent une référence : Tamar Herzog, Mediación, archivos y ejercicio. Los escribanos de Quito (siglo XVII), Frankfurt am Main, Vittorio Klostermann, 1996 ; Tamar Herzog, « Los escribanos en las Américas: entre memoria española y memoria indígena », Los Escribanos en la Monarquía hispánica (siglos XVI-XVII), Madrid, Conférence Litterae Congrès XI, Université Carlos III, 2008. On peut se référer également à Jenaro Artiles, « The Office of Escribano in Sixteenth-Century Havana », The Hispanic American Historical Review, 1969, 49, n° 3 ; Juan B. Olaechea Labayen, « Las Escribanías de Indias y las Castas », Revista de Derecho Notarial, 1989, CXLIV ainsi que Kathryn Burns, « Notaries, Truth and Consequences », The American Historical Review, 2005, 110, 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « « Je le dis pour mémoire ». Testaments d’Indiens, lieux d’une justice ordinaire. Cajamarca, Pérou, XVIIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/61760 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.61760

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

UMR 8160 Mondes américains, sociétés, circulations et pouvoirs du 15e au 21e siècle (CNRS/EHESS/Université Paris-I et –X)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page