Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2007Le virage néolibéral planétaire d...

2007

Le virage néolibéral planétaire depuis 25 ans : la nouveauté proclamée ou le dernier avatar du capitalisme toujours tel qu’en lui-même ?

Jean Piel

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Concernant les enjeux de nos sociétés proclamées naguère un peu hâtivement "post-industrielles", "post-modernes" et "post-idéologiques", le débat politique - en tout cas dans la France pré-électorale actuelle - ne manque pas de produire ses incohérences et paradoxes habituels. D'un côté nous avons des "libéraux ou néo-libéraux", mais qui s'accomodent fort bien des orientations idéologiques bien peu libérales des néo-conservateurs américains ou du pilotage bien peu libéral du grand bond en avant capitaliste de la Chine par un parti unique,  il y a peu encore vilipendé après les événements de la Place Tien An Men en 1989. De l'autre côté, nous avons des "anti-libéraux" dont une fraction notable , héritière quoi qu' elle en ait du libertarisme soixante-huitard et/ou des luttes populaires libertaires depuis plus de deux siècles, semble toujours avoir autant de mal à fonder en théorie et en pratique l'égalité et les libertés et, malgré la débâcle de l'utopie d' une "patrie des travailleurs", milite en définitive (sans le savoir?) pour des interventionnismes d' Etats qui , lorsqu'ils furent à l' oeuvre pendant les "Trente Glorieuses", keynésiens ou socialistes réels , n'engendrèrent pour finir que les plus contestables retours au capitalisme dérégulé, tels qu'ils se sont produits dans les années 1990 dans l' ex Union soviétique et en Amérique latine . Affectant de se croire encore au temps d' Adam SMITH , les libéraux usent et abusent de la rhétorique des avantages de la libre concurrence en direction des consommateurs de 2007 . Affectant de croire en la toute conscience du "mouvement des masses", même lorsqu'il leur manquent l’organisation et la théorie, les antilibéraux proclament qu’un "autre monde est possible" mais sont bien incapables, pour le moment, de préciser lequel.

2Et pour cause, car les publics auxquels ils s'adressent ont tout de même fini par apprendre depuis trente ans que si, non seulement comme le constatait alors Giscard D' Estaing, "le socialisme (réel), ça ne fonctionne pas", pour sa part le néo-libéralisme (réel: avec ses délocalisations industrielles, ses dictatures tolérées, ses crises financières et ses guerres régionales à répétition), ça ne marche guère mieux. D'où la généralisation dans les électorats (là où existe au moins la démocratie formelle) d'un énorme scepticisme puisqu'en l'état actuel du monde aucune force politique crédible n'est capable de proposer aux peuples d'autres perspectives historiques que celles des fluctuations de la reproduction élargie du capital boursier mondial dont la possession et la gestion leur échappent et qui procèdent, même dans les pays développés, au détriment de secteurs entiers de leurs sociétés salariales1. Dans cette confusion transitionnelle où s' entremêlent brouillages idéologiques et modifications accélérées des rapports de forces mondiaux en conflit , où la lutte contre le "péril communiste" a laissé la place au "choc des civilisations" dans les discours de politique extérieure de la première puissance du monde, et où les partis de la "dictature du prolétariat" s'avèrent être ou avoir été pour finir, là où ils avaient assumé des pouvoirs d' Etat , les outils les plus efficaces de la transition finale au capitalisme ( infiniment plus rapide que celle pilotée par les bourgeoisies anglo-saxonnes de 1780 à 1880!), on peut comprendre les doutes de la partie la plus honnête et la plus éclairée des peuples.

3D' autant que le tournant néo-libéral pris par les élites dirigeantes des principales puissances depuis vingt cinq ans a, comme il se devait , été accompagné d' une gigantesque offensive idéologique pour détourner ou fractionner l'attention du public vers des thèmes certes réels mais qui, décontextualisés et fétichisés, deviennent diversionnistes quand ils sont isolés en eux-mêmes: la nouveauté des dimensions planétaires et cybernétiques du marché mondial unifié (la "globalisation"), le glissement des résistances aux dominations extérieures de revendications anti-impérialistes à des revendications communautaristes et/ou fondamentalistes (les "fanatismes" ethniques et/ou religieux), les dénonciations des menaces de l' hyper-technique sur l'environnement (les "écologismes"). Comme si, sous ces problématiques graves (oh combien!), n’agissait pas une logique plus fondamentale et déterminante qui les a produites - celle du capitalisme depuis au moins deux siècles - et l’a amené aujourd'hui à se reproduire en son dernier avatar connu, néo-libéral et planétarisé. Cette communication ne prétend donc à rien d' autre que remettre un peu de clarté dans ces débats brouillés à souhait, en rappelant que sous les justifications idéologiques actuellement invoquées (Dieu, la lutte de "l'Empire du Bien contre l' Empire du Mal", les "Droits de l'Homme") ce qui se joue en vérité n' est pas un "choc des civilisations", mais des conflits de volontés de puissance entre élites dirigeantes candidates à la mondialisation en cours - donc des conflits d'intérêts, et d'intérêts capitalistes .

4Point n’est besoin en effet d’être marxiste pour savoir à quel point notre histoire contemporaine a été  et continue d’être, déterminée par les exigences de ce mode de production, de consommation et d’échange depuis plusieurs siècles. Point n'est besoin d'être léniniste pour savoir que, parvenu voici un siècle à son stade industriel-financier, impérialiste et déjà planétaire, il a été capable - contre les espérances de certains de nos pères et grands péres - de s'adapter aux conséquences les plus tragiques de ses propres contradictions (crises économiques, guerres mondiales, guerres de décolonisations, résorption finale des fascismes et socialismes réels) au point, non seulement de durer, mais de s'étendre à toutes les sociétés et de prétendre être leur horizon indépassable. J'essaierai donc ici de rappeler en quoi la mondialisation néo-libérale actuelle s’inscrit dans la continuité de l’histoire du capitalisme et ne saurait en être dissociée, sous prétexte de sa nouveauté et quels que soient les vocables ("globalisation”, "mondialisation", "post-modernité") dont on l’affuble. J'essaierai ensuite d’en esquisser un premier bilan au terme des vingt cinq ou trente ans de l’hégémonie qu’elle a exercée sur les milieux dirigeants planétaires, qu’ils se réclament "pro" ou "anti" occidentaux, et d’en discerner les contradictions qui la rendent, pour suivre le conseil de Karl Popper, " réfutable".

1) Ancienneté, continuités et métamorphoses du capitalisme jusqu'en 1945.

5Ne nous attardons pas sur la question des origines du capitalisme, toujours sujette à controverses. Mais constatons qu’au moins là où ce mode de production s'impose à partir de la fin du 18ème siècle, son histoire est grosso modo recensée, analysée et connue2. Il en ressort que dès ses démarrages réussis le capital, après avoir joué son destin dans le cadre d' échanges transrégionaux et internationaux qui ont permis son accumulation primitive (commerciale, financière, fiscale), consolide ensuite ses bases socio-territoriales en salariant les forces de travail et en autonomisant idéologiquement et politiquement ses détenteurs , soit dans le cadre d'Etats pré-existants, soit en créant de nouveaux Etats soutenus par les sentiments et les intérêts nationalitaires des populations . Ayant  ainsi dompté le Léviathan étatique, les "bourgeois conquérants"3 l’utilisent pour extraire en interne de la plus value industrielle de leurs salariés et, en externe, pour négocier à leur avantage les échanges inégaux entre les richesses inégales des Nations. Cela se fait au départ en s'appuyant sur un réseau d’entreprises petites et moyennes dont aucune n’avait à elle seule les moyens de monopoliser une fraction importante des marchés. Donc, en effet, dans le cadre d'un capitalisme de concurrence libre et ouverte (les monopoles d'Ancien Régime ayant été préalablement cassés) où seule la "main invisible du marché" régule à coup de crises cycliques (sans aucun chef d’orchestre clandestin) les déséquilibres créés entre l’offre en croissance potentiellement exponentielle, résultant d’innovations techniques incessantes, et la demande solvable, dont la croissance est évidemment beaucoup moins rapide. Soit parce que cette demande, dans les pays déjà industrialisés, est de plus en plus dépendante d’une masse salariale que la logique économique d’un système exigeant d’extraire de la plus value doit maintenir en deçà d’un niveau maximal sous peine de s’auto-détruire. Soit parce que, dans les sociétés restées pré-industrielles mais déjà capturées dans les filets d' un marché international dominé par les puissances industrielles, les principales ressources locales solvables (rentes foncières, fiscales et commerciales) des élites dominant des rapports sociaux pré-capitalistes sont restreintes, donc insuffisantes à leur permettre d' accéder à leur tour à un développement capitaliste auto-centré qui leur permettrait de rétablir l'égalité des termes des échanges.

6Tel est donc le capitalisme de libre entreprise et de libre échange à partir de son expansion après les dernières indépendances américaines en 1825, quand il s’impose à l’ensemble des sites portuaires de l’Atlantique, de la Mer du Nord et de la Méditerranée et affecte au-delà, directement ou indirectement, les échanges d’un tiers des hinterlands et des populations de la planète. Période de libre échange idéalisée (mais généralement mal connue) par certains libéraux de 2007 selon lesquels nous aurions là la première esquisse d’une société mondiale de marché qui, au-delà de nécessaires crises d’ajustements structurels, promettrait pour finir à tous les terriens une place honorable dans le jeu des coûts et des avantages comparés entre les différentes régions d'un marché planétaire unifié.

1.1 Les contradictions du capitalisme de libre échange jusqu' à sa crise mondiale de 1873

7Malheureusement pour ses locuteurs, émis de bonne ou (plutôt) de mauvaise foi, cet argument ne tient guère face à l’histoire réelle de cette première étape de l’expansion du capitalisme libéral. D'abord parce que de 1776 (date de publication de la "Richesse des Nations" par Adam Smith et du début de l'insurrection nord-américaine contre l’Angleterre) jusque vers 1825 - 1830 (date des dernières victoires d’indépendance sud-américaines), la région de la planète où s'impose le libéralisme ne cesse pratiquement pas d’être secouée par des guerres ravageuses en Europe, en Amérique et sur les mers. Ce qui ne peut bien sûr que fausser le jeu de la libre concurrence par des protectionnismes et des blocus maritimes et continentaux, des expédients financiers, des secteurs économiques privilégiés par des commandes d'Etats en guerre. Ensuite parce que, même la paix à peu près revenue après le Congrès de Vienne en 1815 et les nouvelles alliances anglo-américaines (du nord et du sud) après 1825, le libre échange qui s’impose autour de l’Atlantique et ses annexes révèle rapidement ses contradictions et ses limites. Maîtresse des mers, manufacture et régulatrice monétaire et financière de cette zone de libre échange, la Grande Bretagne semble pourtant d'abord avoir tous les atouts en main pour faire la démonstration, au moins jusque vers 1850 sinon jusque vers 1870, des bienfaits civilisationnels supposés du libéralisme économique.

8Or, dès 1840-1850 ce système mondial (bien qu’encore non totalement mondialisé) commence déjà à se heurter à ses propres limites et contradictions. Baisse tendancielle des taux de profits et retard (chronique et structurel) de la demande sur l’offre industrielle oblige la classe des détenteurs de capitaux, en contradiction avec son idéologie libérale affichée, à solliciter de plus en plus fréquemment l’intervention des Etats et de leurs appareils de violence légitimés: justice, police, armées. Sur son front national interne, pour liquider les reliquats sociaux (paysans, artisans, rentiers précapitalistes) qui entravent la marchandisation massive de la propriété et de la main d'oeuvre4 et pour mater les résistances intra-systémiques des prolétaires (rébellions, sabotages, grèves, insurrections) à leurs conditions féroces d’exploitation. Sur leur front international, pour l’aider à ruiner par voie administrative - coloniale les industries locales concurrentes (dans l’Inde britannique); à négocier par voie diplomatique les protectionnismes nécessaires à ses démarrages industriels (en Europe continentale et en Amérique du Nord); à conquérir brutalement par voie militaire la libre circulation des marchandises et des capitaux sur des sociétés précapitalistes réticentes ou hostiles. Dans ces derniers cas, afin de se procurer des matières premières et d'y imposer la consommation de ses produits manufacturés qui ne trouvent  plus assez d’acquéreurs solvables dans les limites déjà devenues trop étroites de ses propres marchés nationaux. Donc, dès cette période présentée souvent comme l'âge d’or du libéralisme  le capital, pour sa reproduction élargie dans et hors de ses marchés nationaux, ne peut se passer de l'intervention fort peu libérale de l'argousin, de la canonnière et des troupes "projetées" sur des terrains d'opérations lointains, ce qui justifie qu'on puisse parler pour la période qui court de 1825 à 1873 d'un véritable" impérialisme de libre échange"5. Et même là où le libre échange est désiré par les élites indigènes qui en tirent leur pouvoir (bourgeoisies portuaires levantines, compradores asiatiques, consignataires latino-américains, rois côtiers africains), inexorablement ce système d' échanges entre sociétés inégales révèle ses effets pervers, inscrits dans la structure même de son fonctionnement.

9Le cas de l’Amérique latine est, à cet égard, exemplaire. Endettées avant même que d’exister (par les frais de leurs interminables guerres d’indépendance), les républiques sud-américaines ne cessent de devoir renégocier leurs dettes extérieures et intérieures galopantes de 1825 à 1873. Dans les pires conditions puisque, manquant au départ de capitaux et de capitalistes, leurs entrepreneurs préindustriels (seigneuriaux, esclavagistes, communautaires paysans) ont des taux de rentabilité très inférieurs à ceux de la révolution industrielle qui s’accélère dans l'hémisphère nord. Elles sont donc disqualifiées par avance dans la concurrence internationale sauf à se moderniser mais, pour cela, à s’endetter auprès des compagnies commerciales étrangères ou sur les grandes places financières internationales. Or, comme en termes ricardiens leurs seuls avantages comparés sont leurs spécialisations régionales (canne à sucre, coton, laines, cuirs, viandes salées, guano, salpêtre , métaux non ferreux) et, surtout, le faible coût d'emploi et de reproduction biologique de leurs mains d'oeuvre pré-salariales (esclaves noirs, peones indiens et métis pauvres, serviles ou pré-endettés), paradoxalement mais logiquement le capitalisme libéral freine la contractualisation salariale de l'immense majorité de ces sociétés, retardant d' autant leur évolution vers le modèle pleinement libéral stipulé par leurs Libertadores et leurs Constitutions. Et aboutissant pour finir à une crise généralisée d’insolvabilité des dettes latino-américaines qui contribue largement à la crise économique du système de libre échange mondial en 1873.

10Si donc on tente un bilan du capitalisme libéral tel que réellement pratiqué en Amérique latine pendant son premier demi siècle d’indépendance, que constatons- nous? Une régression de ses forces productives reprimarisées vers leurs seuls secteurs extractifs et vivriers (mines, agriculture, élevage) à la suite du "dumping" des produits manufacturés européens qui, presqu'aussi efficacement que les interventions administratives dans l’Inde coloniale britannique, a ruiné la majorité des artisanats et manufactures héritée de la période antérieure. Une stagnation de ses rapports sociaux de production en deçà de rapports contractuels libres (le Brésil n’abolit l’esclavage qu'en 1888, les tributs et les corvées obligatoires imposées aux paysanneries indiennes subsistent encore en 1950 - et même en 1994 au Chiapas). Une dépendance diplomatique et financière étouffante. Et, par voie de conséquence, une instabilité institutionnelle et géo-stratégique qui n’a pas terminé de produire ses pires effets en 2007 (guerres civiles, coups d’Etats, guerres régionales inter-étatiques). Pour les peuples latino-américains, cette première expérimentation historique des capacités du libéralisme à atteindre ses objectifs proclamés (la liberté et la prospérité pour le plus grand nombre) ne fut donc pas probante. Instruits par un tel antécédent et malgré des conditions historiques aujourd'hui certes très différentes, ils sont donc fondés à se demander si cette "zone de libre échange de l’Alaska à la Terre de Feu" rêvée naguère par Bill Clinton pourrait pour finir faire tellement mieux que ce que put faire le capitalisme de libre échange sur ce continent entre 1825 et 1873.

1.2 La soumission de la concurrence libre à la concurrence monopolisée par les capitaux financiers impériaux (1873 - 1913)

11Faute de propositions alternatives politiquement constituées autres que les anarchismes et les socialismes qui, en 1873, restent à l’état de doctrines ou d’utopies (certes, déjà capables de soulever les masses victimes de l’exploitation), c'est donc à la classe des capitalistes et de leurs pouvoirs d'Etats qu’il revient de trouver des solutions pour surmonter les crises fonctionnelles et structurelles qui ont concouru à la crise de 1873. Quels sont les mieux placés pour le faire? Les plus puissants d’entre eux, c'est à dire ceux qui, pendant la période précédente, ont le mieux mis à profit les bénéfices, par nature inégaux, du "laisser faire, laisser passer", et ont donc accumulé les réserves les plus importantes de capital privé: grandes compagnies commerciales, grands industriels, assureurs maritimes, banquiers et financiers. Comme leurs intérêts privés et leur idéologie libérale hérités de la période précédente leur interdisent d' envisager des interventionnismes d'Etat en matière de gestion directe du capital (ce qui serait soit un retour aux monopoles d' Ancien Régime, soit une concession inadmissible à ce qu' ils dénoncent déjà comme du "communisme"), ils ne comptent donc que sur leur propre capacité (privée) à réorganiser la gestion de leur capital pour remettre de l' ordre (à leur profit) dans les désordres du marché. Pour ce faire, ils pratiquent quatre solutions complémentaires:

  • Reconcentrer la production dans de très grandes entreprises intégrées horizontalement par secteurs et/ou verticalement par branches: c'est la "corporate revolution" menée par trusts, cartels, konzerns, zaibaitsus aux dépens des petites entreprises concurrentes victimes de ce que la presse critique nord américaine dénonce alors comme le règne d'une concurrence coupe-gorge".

  • Pour y parvenir , renforcer les alliances organiques entre très grands capitaux industriels, commerciaux et financiers capables de réguler ensemble en situation de monopole ( privé ) des parts stratégiques de marché où les échanges entre entreprises du groupe échappent aux aléas des prix du marché de libre concurrence

    Afin de garantir les retours sur investissements des produits et capitaux exportés, obtenir des garanties des Etats sur les dettes contractées (par exemple avec les emprunts russes ou ottomans) et commencer à exporter des entreprises capitalistes dans les pays restés jusqu'alors désespérément précapitalistes, au risque de créer à terme des bourgeoisies entrepreneuriales indigènes concurrentes. En 1913 quelques 5% du capital industriel mondial a ainsi été exporté hors des pays les plus industrialisés6

  • Enfin, pour tenter de dépasser la tenace et croissante contradiction entre l' offre industrielle financière en croissance quasi exponentielle et la demande (fatalement, sauf correctifs arrachés par des luttes sociales , en retard sur la précédente), pousser les Etats - Puissances sous influence à soutenir diplomatiquement , financièrement (par des garanties monétaires , fiscales , douanières) et militairement (course au partage colonial du monde jusque vers 1900 , courses aux armements entre puissances impériales jusqu' en 1913) la conquête et la protection des marchés extérieurs ainsi arrachés de haute lutte.

12On sait comment tout cela s’est terminé par la Première Guerre mondiale, concentré des contradictions et des horreurs de la volonté de puissance d’hommes d’Etats bellicistes poussés par les intérêts des milieux du grand et très grand capital. A juste titre, Lénine (et quelques autres), constatant alors comment la logique du marché de libre concurrence avait finalement produit son contraire (la lutte forcenée pour la conquête de monopoles sur des parts de marché ou des régions réservées de la planète), caractérisaient cette étape de l’histoire du capitalisme comme son stade suprême. Mais que de malentendus depuis à ce propos chez ses sectateurs après sa mort ! Car pour le caractériser comme "suprême" l' auteur, qui espérait qu' il serait dépassable et destructible en son "maillon le plus faible" , n' avait pourtant pas prophétisé (surtout après le traité de Brest Litovsk) ni que sa fin globale était imminente , ni qu' il fût incapable de transformations dans le cadre de sa propre logique de reproduction7 - j' en reparlerai . Pour l’instant, constatons qu’au terme de la période 1873-1913, ce sont les plus puissants des capitalistes qui, afin de restaurer les conditions d’accumulation de leur capital en crise en 1873, violèrent les dogmes du libéralisme en restreignant l’exercice de la libre concurrence sur le marché et en faisant servir les interventionnismes militaires d’Etat à la constitution de zones exclusives de marchés réservés à leurs capitaux. Constatons également que cela ne put se faire qu' au prix de distorsions notables de la philosophie libérale du début du 19ème siècle en lançant sur le marché des idéologies délibérément anti-universalistes : dénonciations du suffrage universel sous prétexte des scandales provoqués chez les représentants du peuple par les milieux financiers corrupteurs , exaltations chauvines et xénophobes des sentiments nationaux, théories de la hiérarchie des races et des continents , darwinisme social légitiment a posteriori la loi des plus forts.

1.3 D’une guerre mondiale à l’autre: du discrédit du capitalisme libéral à la rupture de l’unité du marché mondial (1914 - 1945)

13Dur apprentissage que celui des peuples de 1914 à 1945, et à quel prix! Citoyens des pays déjà développés mais acharnés à se détruire dans les tranchées ou sous les bombes ou les gaz, sujets d'empires coloniaux tardivement superposés à d'anciennes cultures reléguées, non seulement ils sont payés pour savoir que "les civilisations sont mortelles" - voire suicidaires - mais aussi, pour ceux d' entre eux qui sont les mieux intégrés à la modernité, que les valeurs du libéralisme politique avec lesquelles leurs élites dirigeantes ont prétendu les civiliser depuis un demi-siècle par la scolarisation et la citoyenneté étaient foulables aux pieds par ces mêmes élites lorsqu' elles se soumettent aux intérêts impériaux des détenteurs du capital. Quoi d’étonnant dans ces conditions si, à partir de 1917 et malgré par deux fois la victoire militaire finale des régimes de démocratie formelle sur les impérialismes les plus militaristes-autoritaristes (Allemagne, Autriche, Russie, Turquie en 1918; fascismes européens et japonais en 1945) les peuples et ceux qui prétendaient à leur direction politique remirent chaque fois plus en cause non seulement le libéralisme économique qui a abouti à ces tragédies historiques (deux guerres mondiales, la crise de 1930) mais aussi le libéralisme politico philosophique incapable de prévenir ces conséquences dévastatrices.

14Toutefois, dénonciations et critiques (populistes, fascistes, marxistes, keynésiennes) ne suffisent pas, en dehors de l'URSS, à abattre ou modifier la permanence hégémonique d’un système global qui survit à ses pires conséquences, même si l’unité du marché mondial acquise en 1913 se fractionne dramatiquement non seulement pendant les opérations de guerre mais aussi dans l’intervalle. En 1917, par soustraction pour trois quarts de siècle d'un sixième des terres émergées du globe et de leurs ressources du jeu de la reproduction élargie du capital privé mondial . Après 1930, quand la crise économique mondiale oblige les grandes puissances impériales à se replier sur leurs zones d’influence privilégiée ("autarcies "fascistes, protectionnismes impériaux des vieilles puissances coloniales, isolationnisme soviétique, hémisphérisme occidental étatsunien) et à guigner sur celles de leurs concurrentes ce qui, inexorablement, exacerbe leurs rivalités et les prépare à nouveau, comme pour la première, à entrer dans la deuxième guerre mondiale. Du coup l' idéologie libérale , un moment dopée par la spéculation sans freins  et le "big business" des "années folles" aux Etats Unis  mais au prix, on l'oublie, d'un protectionnisme pointilleux, finit attaquée de toutes parts par les revendications des masses populaires victimes de la guerre ou de la crise économique, par la prétention de l' Union soviétique à construire un modèle alternatif au capitalisme, par la démagogie des partis fascistes qui prétendent détruire les " ploutocraties cosmopolites" , mais en s' appuyant en dernier ressort sur leurs propres ploutocraties constituées par leurs plus puissants groupes industriels-financiers appâtés par les bénéfices à venir de cette version la plus brutalement efficace de l' impérialisme sans scrupules du 20ème siècle .

15Au-delà de ces crises de l’idéologie libérale, c’est le libéralisme économique lui-même, parvenu à son stade suprême impérialiste-financier - "ce ventre fécond d' où est sortie la chose immonde"8 - qui se révèle incapable, prisonnier de son dogme de la liberté d’entreprise absolue, d’inventer les solutions qui lui permettraient de sortir de son interminable crise commencée en 1914, sinon en 1900. En effet, là où il peut encore s’exercer au début de la période (dans les Etats Unis de Harding et Coolidge de 1920 à 1928, dans la République de Weimar financièrement renflouée par les Etats Unis après 1923), il provoque pour finir le " jeudi noir " de Wall Street en 1929 et la montée au pouvoir d’Hitler de 1930 à 1933. A la suite de quoi: - ou il est répudié sous la forme de très directivistes interventionnismes d’Etats: bureaucratico-policier dans l’URSS des premiers plans quinquennaux, militaro-fascistes en Allemagne, en Italie et au Japon - ou il se prolonge en puisant dans ses réserves antérieures de capital et en se repliant sur ses empires coloniaux: en France, en Angleterre, en Belgique, aux Pays Bas - et, à peu près partout où subsistent des démocraties politiquement libérales, il reste en panne face aux redémarrages allemand et japonais (mais à quelles fins?) et aux rythmes impressionnants de "l' accumulation primitive socialiste"9 de l'URSS (mais à quel prix!).

16Ce qui fait écrire en 1938 à un observateur attentif: "Les forces productives (du libéralisme impérial) ont cessé de croître"10. Et en effet, même dans les secteurs où continuent de se produire des "take off " (pétrole, automobiles, aviation, chimie, etc...), les forces productives mobilisées le sont moins vers la reproduction économique élargie que vers la consommation ou vers les industries de guerre, c'est à dire non vers des forces productives mais des forces destructives destinées à détruire les populations et les capacités productives des futurs adversaires, comme le démontrera trop bien la deuxième guerre mondiale. Dans cette faillite du libéralisme économique à soutenir le libéralisme politique, seules pour finir les tentatives du "New Deal " rooseveltien, de la social-démocratie suédoise parvenue au pouvoir d’Etat et des Fronts populaires en France, en Espagne et au Chili semblent offrir une lueur d’espoir aux victimes prolongées de la crise de 1930. Mais, outre que leurs recours aux interventionnismes économiques d’Etat contredisent les dogmes libéraux (et les fait donc dénoncer comme du "communisme" à peine déguisé), elles n’ont ni le temps ni les moyens de produire tous leurs effets avant l’entrée en seconde guerre mondiale. On connait le bilan macro-économique de celle-ci: 90 millions de morts, et des régions entières d'Europe et d'Asie du Sud Est complètement dévastées.

2) De la stagnation au détournement des forces productives vers les sociétés impériales de consommation (1945-1975).

2.1 Les "Trente Glorieuses" ou le redémarrage du capitalisme, mais de Guerre Froide, et bridé par les interventionnismes d'Etats (1945 - 1975).

17Très largement discrédité par les effets catastrophiques qu’il a entraîné ou a été incapable de conjurer depuis 1914, le libéralisme orthodoxe trouve peu de défenseurs en 1945. Ses apologistes11 se posent donc en sentinelles des libertés menacées par les totalitarismes récents (les fascismes) ou en cours (le stalinisme, dénommé par eux "communisme"). Sur le versant économique du libéralisme par contre, il est alors devenu impossible de recevoir l'appui inconditionnel des démiurges qui sont en train d’organiser un nouvel ordre mondial de nations unies moins impuissantes à réguler leurs conflits que du temps de la défunte SDN. C'est pourquoi, refusant symétriquement que l' économie mondiale toujours dominante (le capitalisme) soit totalement dirigée par les Etats (ce qui aboutirait, selon eux, au totalitarisme économique, donc politique) ou par les seules lois du marché (ce qui promettrait un retour catastrophique aux situations connues depuis 1914), ils se laissent très largement influencer par les recommandations de John Maynard Keynes12 lorsqu' ils signent les accords monétaires de Bretton Woods en 1944 et fondent l'ONU et ses agences économiques en 1945. Ils s’appuient pour cela non seulement sur la récente victoire militaire des démocraties sur les fascismes mais aussi sur ce qui en fut une de ses conditions essentielles: l’expérience des économies de guerre pilotées par les Etats en conflit devenus interventionnistes par nécessité, même dans les démocraties libérales. Or les défis de la relance du capitalisme mondial d' après guerre exigent dans un premier temps de prolonger ces interventionnismes, d'une part pour reconstruire les zones planétaires sinistrées de 1940 à 1945, d' autre part pour faire face à la concurrence géo-stratégique de l'URSS qui, après les traités de Yalta et de Postdam et la victoire des communistes en Chine en 1949, vient de prendre la tête d' un gigantesque bloc territorial qui échappe au régime de libre entreprise et libre concurrence de l'Elbe au Pacifique.

18Face à l’ampleur des moyens à engager dans cette tâche historique le capitalisme impérial-financier, bien que contesté depuis trente ans, n’est pas néanmoins sans expérience, en particulier sur la question cruciale des rapports de l’offre et de la demande, des entreprises et du marché. La crise de 1930 a appris en effet à certains capitalistes les moyens de la surmonter pour leur propre compte à titre privé, sans attendre (à la différence des trusts allemands avec Hitler) l’aide et l’intervention de l’Etat. Aux Etats Unis en particulier (qui ont échappé aux destructions de guerre sur leur territoire et se retrouvent en position incontestée de "leaders" du monde capitaliste en 1945) les expériences menées par l' ingénieur Taylor depuis 1920 dans la sidérurgie (mécanisation maximale, travail parcellisé à la chaîne , primes de rendement ) et par l'entrepreneur automobile Ford à Detroit (relance de l'offre par la demande, elle-même relancée par des hausses de salaires permettant aux ouvriers d' accéder à crédit à la consommation de biens industriels dont les coûts par unité baissent grâce à une production sérielle encore plus massive) prouvent qu'à condition de maîtriser - voire monopoliser - une part importante du marché, le capitalisme industriel-financier est capable de pratiquer des mesures contre-cycliques à titre privé. Au prix, certes, des dangers que représentent ces stratégies pour l’économie globale: l’écrasement des concurrents de moindre envergure; les fragilités structurelles d’un tel réamorçage du cycle économique par anticipation; la fuite en avant d’une production chaque fois plus massive, donc en recherche permanente de nouveaux marchés, donc élargissant et aggravant les contradictions avec les concurrents dans les zones de la planète non assujetties au camp socialiste.

19Avec l'expansion de ce keynesiano-fordisme taylorisé nous restons, certes, dans la logique du capitalisme depuis ses origines (la recherche du profit), mais nous ne sommes plus sous le règne exclusif de la libre concurrence totale, désormais limitée par l' accaparement de portions décisives du marché par de très grands groupes qui y pratiquent des prix de monopoles et par des interventionnismes d'Etats qui "faussent" les données spontanées du marché concurrentiel afin d' aider les secteurs salariaux à accéder à la consommation à crédit et à des prestations sociales (santé, éducation, retraites), qui aident les zones sinistrées par la guerre mondiale à se reconstruire et de nouveaux pays à acclimater chez eux le capitalisme développé pour faire face au "péril communiste". C'est à dire qu’un énorme mouvement d'internationalisation des capitaux se remet en marche hors du camp socialiste, soit grâce à des accords d’Etat (nord américain) à Etats (européens, asiatiques, latino-américains), soit à l’initiative de groupes financiers privés. Ce qui explique que, dès 1960, si les produits manufacturés par ces groupes en voie de transnationalisation sont encore nationalement identifiables par leur siège social et leurs bureaux d’étude, déjà plus de 60% des composants introduits dans les produits finis sont élaborés à travers toute la planète hors du pays identificateur13.

20Cette réexpansion incontestable du capitalisme à l’échelle mondiale pendant les trente glorieuses ne saurait toutefois se comprendre si on ne tient compte des trois facteurs essentiels suivants:

  • La nécessité, en 1945, pour les excédents de produits et de capitaux états-uniens de restaurer à terme la solvabilité de leurs partenaires économiquement délabrés (Europe, Asie du Sud Est) ou restés jusqu' alors désespérément en deçà des performances des sociétés pleinement capitalistes (Amérique latine, futurs dragons du Sud Est asiatique) afin d'y assurer à terme leurs retours sur investissements.

  • Les exceptionnelles facilités de crédit d’abord pratiquées à ces fins par les Etats Unis, stimulés en cela par leur stratégie de contention d'un "péril communiste" en menace d’expansion mondiale au moins jusqu' à la mort de Staline en 1953

  • Puis, après 1960, l’émergence ou la ré-émergence dans les zones bénéficiaires de ces crédits (et des traités d’alliance militaire qui les accompagnent: OTAN, OTASE, OEA) de nouveaux ou anciens concurrents des Etats Unis (figure 1) qui, pour le moment, otages consentants de leur ligne anticommuniste de guerre froide, ont encore besoin de leur protection (voire de leur tutelle) dans un monde bipolaire fondé sur la confrontation de deux blocs également dotés de l’arme atomique.

21Tout concourt donc pendant ces trente ans à renforcer les interventionnismes d' Etat non seulement à l'Est, dans les économies totalement administrées ("socialistes") mais aussi à l'Ouest, en économie d'entreprise libre mais incluse dans des marchés en partie contraints. Car le but de ces keynesiano-fordismes impériaux n’est pas seulement de ré-aménager les relations internationales mais aussi de soutenir les marchés intérieurs par la consommation des secteurs populaires auxquels il faut concéder, sinon une part importante des PIB, du moins un pouvoir d’achat des biens produits en nombre croissant par l’extension de la seconde révolution industrielle. Laquelle, de plus, généralise un salariat tertiaire dont on espère qu’il jouera un rôle de tampon sociopolitique entre les élites dirigeantes et les éventuelles tentations insurrectionnelles des classes  subalternes et/ou exploitées susceptibles d’être capitalisées par des mouvements subversifs de l'ordre établi tant dans les pays développés que dans les pays périphériques. Ce qui implique non seulement une limitation des marges bénéficiaires des entreprises par des concessions salariales aux travailleurs ou fiscales à l'Etat redistributeur mais aussi, dans des procès de production où s'incorpore aux produits des quantités croissantes de travail non mécanico-manuel (cf note13) - donc la montée en nombre des techniciens , cadres et gestionnaires spécialisés - non pas l'abandon de la propriété du capital mais le partage partiel de sa gestion et de sa réalisation à une catégorie de plus en plus nombreuse de PDG et cadres supérieurs à qui il faut bien concéder des avantages pour s'assurer de leur loyauté envers les propriétaires du capital .

22Les trente glorieuses sont donc une étape assez singulière dans l'histoire du capitalisme puisqu' elles furent à la fois la condition de son redémarrage à l' échelle mondiale hors du bloc socialiste14 mais aussi l'obligation , pour les capitalistes privés, d' accepter la compétition avec des capitalismes d'Etat15, le partage de la gestion du capital (privé ou d'Etat) avec des techno-bureaucraties aux ambitions montantes et des concessions aux salariés là où leur nombre et leurs organisations étaient assez puissantes pour imposer des négociations salariales.

2.2 De la fatigue des modèles interventionnistes-étatiques au virage néo-libéral planétaire (1972 - 1991)

23Passée l’euphorie des "sixties”, les signes se multiplient d’une usure de la légitimité des sociétés salariales consolidées par le keynesiano-fordisme à l’Ouest, par le socialisme impérial réel à l’Est. En 1968, les jeunesses de Berkeley, Chicago, Paris et Prague remettent en cause les systèmes bureaucratiques dominants et relancent le vieux débat  entre libéralisme économique perverti par la course à la consommation dominée par l’hyperconcentration du capital et le libéralisme politique perverti par la manipulation médiatique des opinions. Quant à la Guerre Froide, les erreurs et les contradictions des politiques extérieures occidentales font de plus en plus douter de sa validité et de sa légitimité. Fin peu glorieuse de l’intervention nord-américaine au Viet Nam; équivoques concernant la "révolution islamique" en Iran; par anticommunisme ou anti-islamisme, alliances initiales avec des acteurs plus que douteux bientôt considérés au contraire comme des "leaders d’un Empire du Mal" (Saddam Hussein, Ben Laden): de toute évidence, les manichéismes simplistes de Guerre Froide ne suffisent plus à justifier le cours de l’histoire en train de se faire. Et encore moins, bien sûr, quand les Soviétiques interviennent militairement à Prague en 1968 et en Afghanistan après 1980.

24Mais, plus grave peut-être pour les détenteurs de capitaux, est le fait que l'ordre (ou le désordre?) économique mondial  dans lequel fonctionne l'accumulation du capital donne des signes de plus en plus fréquents de dysfonctionnements à partir des années 1970. Les chocs pétroliers de 1973-74 et de 1979-80 questionnent le principe ricardien de la complémentarité idyllique entre pays producteurs de matières premières et pays industrialisés. Les manipulations sur la monnaie internationale dominante (le dollar) par les filiales des multinationales et l'administration fédérale nord-américaines signifient l'abandon des disciplines monétaires convenues lors des accords de Bretton Wood en 1944 - particulièrement quand la FED libère unilatéralement les taux d'intérêts aux Etats Unis en 1979. Les surendettements accumulés au Mexique et en Amérique latine pour recycler, avec les encouragements du FMI et de la Banque Mondiale , la soudaine surabondance des pétrodollars résultant des deux chocs pétroliers dérèglent complètement la capacité des marchés à rétablir les équilibres des échanges sinon sous leur forme la plus catastrophique: les deux krachs boursiers de 1973 et de 1987 (ce dernier voyant s'évaporer plus de 200 millions de $, soit un tiers des actifs mis sur le marché, en pure perte). Enfin et surtout quand il devient patent qu'après avoir d'abord servi à remettre en marche le capitalisme mondial après 1945, le keynesiano-fordisme qui a généralisé et étendu les effets de la seconde révolution industrielle dans les pays développés et les nouveaux pays émergents butte à son tour sur l' indépassable contradiction du capitalisme quand il est parvenu à un certain stade de son développement technologique et de la stabilisation de ses marchés : la baisse tendancielle de ses taux de profits. De 1960 à 1982, les taux de profits mondiaux tombent en effet de 20% à 12%, et les plus riches nord-américains (en valeur absolue, plus riches que jamais) voient néanmoins s'éroder leur part dans la possession du patrimoine national (figure 2)

25A partir de ce moment, les bénéficiaires des modèles d' accumulation régulée de la période antérieure se mettent donc à douter de leurs recettes jusqu'alors éprouvées et se mettent à prêter une oreille attentive aux chantres du néolibéralisme qui leur promettent de redynamiser ces taux de profits, non seulement pour eux, détenteurs de capitaux actifs (entrepreneurs, investisseurs) mais aussi pour leurs clientèles de hautes classes moyennes technobureaucratiques qui, grâce à leur épargne réalisée sur leurs salaires et revenus privilégiés d'alliés indispensables dans la gestion de l'économie et des opinions publiques, sont en situation elles aussi d' exiger de leurs assurances et fonds de pensions des rendements de leurs actions et dividendes supérieurs à 15 ou 20%. Ce qui, du même coup, accélère le mouvement de financiarisation spéculative des capitaux ainsi constitués aux dépens de leur versant actif et entrepreneurial, plus que jamais soumis aux impératifs du versant spéculatif-financier... et peut donner des espérances de sortie positive (pour eux) des impasses patentes du socialisme réel aux membres les plus privilégiés des "nomenklaturas" du bloc encore "socialiste". Encore faut-il pour cela prendre résolument le virage néolibéral aux plus hauts niveaux - avec le FMI, la Banque Mondiale, Reagan et Thatcher, c’est fait après 1979), attendre les derniers soubresauts impériaux et finalement l’abandon du modèle alternatif soviétique (c’est fait après 1991), spéculer sur la restauration du capitalisme en Chine avec les inconvénients mais aussi les avantages d’un régime de parti unique (c’est en cours depuis Nixon, Carter et la mort de Mao Tse Toung). Après la chute du mur de Berlin en 1989 la victoire mondiale (par forfait de l’adversaire) du néolibéralisme s’annonce donc totale et le terrain semble déblayé de tout obstacle pour appliquer ses recettes à un marché redevenu planétaire comme en 1913, mais dont les échanges financiers et informationnels se font désormais en temps réel par ordinateurs et réseaux satellites.

2.3 Triomphe incontestable et premières difficultés du néolibéralisme planétaire sous hégémonie nord-américaine de 1991 à 2001

26La décennie qui suit représente un véritable bouleversement des certitudes héritées des Trente Glorieuses. D'abord parce que, dans le cadre des relations internationales d'où a disparu la Guerre Froide, on ne peut plus utiliser les recettes idéologiques qui servaient à la justifier, et que se libèrent des conflits régionaux latents (au Moyen Orient, dans le Caucase, en Yougoslavie, en Afrique), anciens ou renouvelés, que la Guerre Froide avait congelés au nom des urgences supérieures du conflit entre les deux blocs. Ensuite, et peut-être surtout, parce que le capitalisme triomphant entre dans une phase inédite de son histoire dont le seul antécédent jusqu' à un certain point comparable par sa rapidité et ses conséquences sociétales serait le remodelage de la société britannique par la révolution industrielle entre 1780 et 1830 - mais, bien sûr, de dimension infiniment plus restreinte puisque maintenant le champ d'application n’est plus celui d'une nation, mais celui de la planète toute entière. En effet, de 1990 à 1999, le taux de croissance mondial est de 16% par an et 65 000 fusions de firmes internationales reconcentrent en faveur des plus grands groupes capitalistes 14 100 milliards de $. Soit un irrépressible et triple mouvement d’hyperconcentration (le montant de ces fusions augmente de 2 000 %  de 1985 à 2000), d'internationalisation (la part des capitaux exportés hors de leur pays d’origine dans le Produit Mondial Brut augmente de 543 % de 1980 à 2004) et de financiarisation du capital mondial (de 1990 à 2004, les valeurs boursières ne constituent jamais moins de 40 % du PMB)16. Dans cette nouvelle donne où, par effondrement en 1991  d'un des deux géants qui se disputaient l’hégémonie mondiale depuis 1945, il ne reste en lice qu’une seule superpuissance, on se met alors à parler d’un monde unipolaire unifié, voire d’un empire planétaire unique - du moins jusqu' à l’entrée de la Chine dans l' OMC en 2000. Possesseurs à eux seuls de plus de 50 % de toutes les forces militaires mondiales et incontestables vainqueurs de cette lutte finale qui , de la " Guerre des Etoiles " reaganienne à l' autodissolution de l' URSS, leur a donné la victoire, les Etats Unis reprennent plus que jamais à leur compte la vision rooseveltienne du "First American Century" mais, cette fois, moins pour un projet de "Pax Americana" que vers un infléchissement beaucoup plus agressif vers le "Project for a New American Century" des Bush père et fils dont on peut apprécier déjà les orientations lors des trois guerres majeures d' interventions extérieures de l' US Army  dont le monde n' est toujours pas sorti en 2007 en Irak et en Afghanistan .

27Les Etats Unis ne s'érigeraient pas aussi unilatéralement en maîtres du monde s’ils n’étaient les premiers à bénéficier17 de cette mondialisation néolibérale dont  ils furent, avec le FMI et la Banque Mondiale, les principaux instigateurs. De 1990 à 1999, le taux de croissance de leur PIB  dépasse 3,3% par an, celui de leur Bourse de New York (qui représente 39% de ce PIB en 2004) dépasse 20,7% par an. En tête des performances capitalistes mondiales, leurs firmes profitent à plein de la mondialisation dérégulée des échanges. D' abord parce que la part de leurs bénéfices tirés du reste de la planète (200 milliards de $ de 1995 à 2004) augmente de 317% de 1960 à 200018. Ensuite parce que la croissance globale du pays (6% en moyenne par an) est largement financée par l’afflux d’investissements étrangers (700 à 800 milliards de $ par an) en recherches d’opportunités sur ce gigantesque marché de consommation (770 milliards de $ par an) où la moitié des produits consommés sont importés de l'étranger. Conséquence: le fantastique déficit commercial ainsi créé (3000 milliards de $ de 1995 à 2000) est compensé par ces apports financiers externes et les revenus invisibles des capitaux US placés à l’extérieur dans des conditions comparatives  particulièrement favorables puisque si un dollar étranger placé aux USA rapporte 4%, un dollar US placé à l’étranger rapporte 8%19. C’est à dire que, profitant de leur situation hégémonique, les Etats Unis accélèrent la transformation des conditions d’exercice économique de l’impérialisme. Non seulement elles sont désormais moins fondées sur l’échange inégal de biens matériels comme au 19ème siècle (produits manufacturés contre matières premières) ou l’extraction de plus value sur le dos de mains d' oeuvre exotiques et bon marché dans les entreprises délocalisées des années 1950-1970 (“maquiladoras " et "usines tourne-vis"), mais de plus en plus sur la succion des capitaux et des épargnes de pays étrangers. De commercial inégalitaire puis financier - entrepreneurial, l’impérialisme économique glisse donc chaque fois davantage vers des formes plus spécifiquement spéculatives financières d’exploitation des pays placés sous son influence ou sa dépendance. Avec des conséquences parfois dramatiques non seulement pour les sous-salariés mais aussi pour les classes moyennes de ces pays quand ils s'étaient significativement développés auparavant - le cas le plus exemplaire étant sans doute celui de l'Argentine endettée de 1976 à 2001. Au reste, ce ne sont pas seulement les croissances mais aussi les guerres étatsuniennes qui sont financées au crédit des pays étrangers. Par exemple en 1992-93 lors de la première Guerre du Golfe  quand, sous prétexte de solidarité internationale contre les dangers du sub-impérialisme régional iraquien, les opérations militaires américaines sont financées à 83% par les alliés arabes; japonais et allemands et seulement à 13% par Washington20.

28Avec une conséquence à terme qui peut se révéler toutefois désastreuse pour les Etats Unis: que cette fantastique machine à drainer les capitaux des autres pour alimenter leur croissance et le coût de leurs initiatives impériales non seulement les rendent impopulaires ("Pourquoi nous haïssent-ils?" s'interrogeait naguère leur Président) mais, surtout, fasse découvrir à leurs alliés comme à leurs ennemis encore capables d'initiatives autonomes que leur leadership à crédit, qui n'est plus justifié par la "lutte contre le péril communiste", coûte cher et n'est plus indispensable21. On le pressent en 2003, lors de la "Conférence des donateurs" réunie à Madrid afin de reconstruire l'Irak après la deuxième Guerre du Golfe, où les alliés ne versent finalement que 4,5 des 36 milliards de $ qu'ils avaient d'abord promis (contre 20 milliards versés par les Etats Unis)22 D'autant que pendant ce temps la reconversion de la planète en un marché unique pour les très gros capitaux mondialisés ne se passe pas sans secousses graves: dans les années 1980, l'endettement et la "décennie perdue" de l'Amérique latine; en 1998-99, la crise financière du Sud Est asiatique et de la Russie post-soviétique; en 2001-02, la crise argentine et, à l'intérieur même des Etats Unis, l'affaire Enron et les nombreux scandales financiers comptables enfin publiquement révélés. Dans ce contexte, et sans tomber dans une théorie complotiste de l'histoire, force est de constater que l'attentat du World Trade Center le 11/09/2001 tombe à point nommé pour tenter de resserrer les rangs de ses alliés autour de l'équipe néo-conservatrice au pouvoir à ce moment-là à Washington au nom de la lutte (de substitution à l'ancien anticommunisme) contre un très imprécis "Empire du Mal" - certes assez bien caractérisé quant à son modus operandi (un terrorisme aveugle de masse, kamikaze ou atomique) mais dont ne sont rigoureusement définis:

  • Ni la nature (s’agit-il de fanatismes religieux? Mais alors, où classer la Corée du Nord ou les partis laïcs iraquiens, syriens, palestiniens?

  • D’anticapitalismes archaïques et antimodernistes? Que penser alors des durables connivences des trusts pétroliers ou du groupe Carlyle avec les familles saoudiennes et de Ben Laden?)

  • Ni les contours (S’agit-il d'"Etats - voyous"? Où classer alors la nébuleuse Al Qaida? D’anti-impérialismes exacerbés? Comment alors caractériser les luttes inexpiables entre chiites et sunnites?)

3)  Capitalisme néolibéral installe depuis 2001: caractéristiques, problèmes, contradictions.

29Mais au-delà de ces contradictions de l'équipe néo-conservatrice qui dirige actuellement ce qui reste encore, et de loin, la première puissance du monde, il reste que la globalisation néolibérale qu'elle a puissamment contribué à renforcer avec la connivence des élites dirigeantes des puissances secondaires et celles des pays dits"en voie de développement" semble, passées les turbulences des années 1973 à 2003, se rapprocher à nouveau des rythmes de croissance des trente glorieuses23. Ainsi, au-delà des pénibles et inévitables crises d'ajustement aux lois du marché planétarisé, tout finirait par aller pour le mieux dans le meilleur des mondes (libéral) possible et la "Raison de l' Histoire" hégélienne, enfin dévoilée, se révèlerait pour ce qu'elle est: irrévocablement capitaliste?

3.1 Un système planétaire unique, mais ni pour la première fois, ni dans un espace homogène et illimité

30On peut être légitimement fasciné par l’histoire de ce très particulier mode de production et d’accumulation des richesses qui nous a amené où nous en sommes aujourd’hui. Sommeillant à l'origine aux marges ou dans les interstices des espaces d'échanges encore restreints des sociétés précapitalistes qui l'avaient antécédé, ses promoteurs surent progressivement capturer dans ses réseaux d'influence mercantiles et monétaires divers espaces socialisés de production, puis contrôler une part chaque fois plus importante des excédents produits par ces sociétés, enfin marchandiser les mains d'oeuvre elles-mêmes dès lors que, déracinées par les lois du marché de leurs rapports sociaux traditionnels, elles n'avaient plus pour survivre que la vente de leur force de travail auprès de qui était apte à l'acheter (par un salaire) et à l'utiliser (par l'organisation du travail autour de ses ateliers et ses machines). Là où ce processus était le plus avancé entre 1780 et 1880 (dans l’Europe occidentale et ses annexes d’outremer), grâce à ses performances productives et rentières, il devint économiquement - donc politiquement - dominant. Mais encore en 1913, sa capacité à réorganiser les rapports sociaux en fonction de sa propre logique n’affecte que moins de 20% de l’humanité. Ailleurs, commercialement et militairement, il s'est déjà partagé le monde en zones d'influences impériales depuis les Congrès coloniaux de Berlin, mais bien que dans ce dispositif la City de Londres soit le centre arbitral des affaires financières affectant toutes les régions de la planète, ces zones d'influence continuent d' être gérées par des administrations coloniales ou des élites indigènes captives qui essaient d' en tirer les meilleurs bénéfices , mais fatalement limités par la permanence de rapports sociaux très majoritairement pré-capitalistes et pré-salariaux.

31Toutefois cette première mondialisation sous domination d’un capitalisme inachevé ne résiste pas ensuite à ses propres contradictions économiques, sociales et militaires impériales. En 1917, un sixième des terres émergées du globe lui échappe avec la révolution bolchevique. Après la crise de 1930, l’unité de ce qui reste encore du marché mondial de 1913 est disloquée par les politiques de protectionnismes impériaux (ce qui devrait rendre les analystes plus prudents concernant la prétendue irréversibilité de la mondialisation actuelle). Et quand le capitalisme keynesiano-fordisé renoue avec les performances économiques de 1945 à 1965, il doit le faire dans les limites d'un marché international rétréci par l'expansion du bloc socialiste et, en interne, bridé par les résistances de sociétés salariales beaucoup mieux organisées qu'un demi siècle auparavant. Quand donc, de 1989 à 2000, le mode de production et d'accumulation capitaliste retrouve son terrain d' expansion planétaire de 1913, il n'est guère étonnant que ses promoteurs, euphoriques, croient réalisé le temps dont rêvaient déjà sans doute leurs ancêtres banquiers et négociants fini-médiévaux de la Ligue hanséatique ou des Républiques marchandes italiennes: celui de la conquête et la domination commerciale du monde puisque , hors la Corée du Nord et Cuba, plus aucun régime politique ne s'oppose à cette conquête. Pas même, en définitive, ces mouvements fondamentalistes "anti-occidentaux" qui, jouant des frustrations d'accès à la modernité des secteurs les plus marginaux de leurs sociétés, essaient de les mobiliser sous des prétextes archaïques ou fanatiques, mais ne peuvent totalement cacher que leurs capacités efficaces de nuisance sont tirées de moyens hautement capitalistiques (armes, propagande médiatique, financements tirés de rentes pétrolières ou de trafics de drogues) - ce qui les inscrit dans la reproduction élargie du capital à l'échelle  mondiale, quoi qu'ils affichent devant leurs sectateurs endoctrinés .

32Ce que ces mouvements révèlent, par contre, c’est l’extraordinaire hétérogénéité des niveaux de développement selon les régions et selon les secteurs sociaux dont héritent les néolibéraux triomphants au début du 21ème siècle. Ce qui est pour le capitalisme libéré des contraintes de la période précédente à la fois un inconvénient (car cela alimente ces résistances qui se revendiquent comme anti-systémiques) et un avantage, puisque cette hétérogénéité même lui permet, en tant que système fondé depuis ses origines sur l'échange entre sociétés de performances productives inégales, de continuer à jouer sur des taux de rentabilités différentielles sans lesquelles l'inexorable loi de la baisse tendancielle des taux de profits finirait par rendre sans objet l'activité capitaliste elle-même. Aussi, s’étant soumis toute la planète et n’ayant plus de nouveaux espaces à conquérir dans l’attente d’une hypothétique conquête des étoiles et des autres planètes, les acteurs du capitalisme actuel se réservent des possibilités de relancer la croissance de leurs profits dans les limites fermées de la planétarisation atteinte. Soit en accélérant la marchandisation des besoins des sociétés restées à un stade de consommation antérieur à celui des sociétés les plus développées (mais à quel prix écologique?), soit en inventant pour ces dernières de nouveaux besoins réels ou fictifs capables d' absorber la surproduction de nouveaux produits utiles ou inutiles (mais à quel prix de différenciations socioculturelles insupportables?) soit, plus drastique et plus cynique, en détruisant massivement des biens et des capitaux (par des krachs financiers ou par des guerres), afin de relancer la croissance des groupes capitalistes associés aux productions d'armes24 et, ensuite , aux reconstructions des zones ou des secteurs ainsi sinistrés (mais à quel prix civilisationnel et humain? Comme le montre ce qui se passe en ce moment en Irak, au Liban, à Gaza, en Afghanistan).

3.2 Un système mondial inégalitaire aux hiérarchies violentes et instables

33Donc, par sa logique de fonctionnement (capitaliste dérégulée) la mondialisation néolibérale actuelle non seulement n’aboutit pas, comme ses apologistes s'en vantent, à résorber les inégalités les plus criantes héritées des périodes antérieures, mais elle les aggrave au contraire ou en crée de nouvelles en contribuant à enrichir les plus riches (cf note 16) et à appauvrir, voire à exclure du marché les plus pauvres. Certes la réunion de Davos 2007 se flatte que, grâce à l’abondance de création de richesses libérée par les dérégulations des contraintes qui pesaient sur la liberté d’entreprise, plus de 500 millions de nouveaux terriens aient accédé aux délices de la société de consommation. Mais, outre qu'il faudrait vérifier l’exactitude de ce chiffre, ne retenir que cela serait un peu vite oublier qu'en contrepartie des régions entières de la planète, en Asie, en Afrique, ont vu augmenter dramatiquement la part de leur population vivant au-dessous du seuil de pauvreté depuis 1980. En Amérique latine, où médications néolibérales et ajustements structurels prescrits par le FMI et les organes de crédit internationaux depuis 1973 ont abouti, selon les propres statistiques de la Banque Mondiale reprises par la CEPAL, à faire passer la proportion de cette dernière catégorie de 25 à 40% de la population du sous-continent de 1980 à 200025, le cas extrême de l’Argentine est particulièrement exemplaire. Après le coup d'Etat militaire de 1976 qui inaugure non seulement une terrible dictature mais aussi l'endettement sans cesse croissant du pays, même quand il retourne à la démocratie, les gouvernements présentés comme les meilleurs élèves du FMI bradent les entreprises nationalisées, augmentent la dette extérieure de 2000% en 25 ans, laissent filer à l'étranger un montant équivalent de capitaux privés et, pour finir, voient leur population, toutes classes subalternes confondues (ouvriers, chômeurs, petite bourgeoisie ruinée) descendre dans la rue en décembre 2001 pour exiger leur démission26. On s’aperçoit alors que dans ce pays réputé "de classes moyennes" depuis qu'en 1920 il était la huitième puissance économique du monde, 53% de la population est tombée au-dessous du seuil de pauvreté. Certes la situation s'est redressée depuis, non sans manoeuvres contestables et contestées, mais faute que le gouvernement en place puisse recourir à des mesures interventionnistes franches et massives, il continue de rester ici un socle irréductible de 35 à 40% de pauvres et d' indigents.

34Si donc on daigne abaisser son attention des seuls chiffres de croissance insolente des Etats Unis  et des nouveaux pays émergents à ceux des effets sociaux réels de la mondialisation en cours depuis la reconversion au capitalisme des anciens pays socialistes, on découvre une planète beaucoup plus inégalitaire qu'il y a trente ans, et dont les nouvelles inégalités superposées aux anciennes sont bel et bien la conséquence de la mondialisation néolibérale telle qu' elle s'est poursuivie depuis lors. On en voit les effets aussi dans les pays développés où les délocalisations - désindustrialisations se multiplient aux dépens des travailleurs depuis vingt ans parce que les entreprises, dans leur poursuite de bénéfices maximaux, jouent à fond des coûts salariaux comparés obtenus dans les pays où d' immenses réserves de paysans pauvres ou d' habitants de bidonvilles sont prêts à travailler pour des salaires de 5,5 fois (entre l'Union Européenne et l'Europe de l'Est) à 33 fois (entre l'Allemagne et la Chine) moins élevés que ceux des pays où les classes ouvrières avaient arraché des droits sociaux entre 1945 et 197527. Tout ceci sans parler des centaines de millions28 de personnes déplacées survivant misérablement dans des camps de réfugiés après avoir fui les famines et les guerres civiles, ethniques ou religieuses qui sévissaient dans leur pays d’origine, et de tous les misérables entassés dans les cloaques et les terrains d’ordures péri-urbains des mégalopoles du Tiers Monde qui échappent au regard et aux statistiques des experts internationaux. Cependant , au sommet de la pyramide sociologique de cette mondialisation et des gratte-ciel de la chaine de "cities" financières situées au centre des centres de l'archipel mégalopolitain mondial qui pilote la vie économique de la planète, 100 millions de décideurs (représentants des principaux actionnaires, PDG et cadres très supérieurs bénéficiant de très hauts salaires, primes et stock options- soit moins de 1,5% de l' humanité) contrôlent 70% des brevets scientifiques et 90% des flux financiers qui vont informer nos manières de vivre en société dans les trente prochaines années29. Se réservant la part du lion sur les bénéfices obtenus dans l'exploitation de "l'entreprise - Terre" - sans pour autant, malgré Davos, le G8 et leurs incantations au sujet d'une "gouvernance mondiale", pouvoir et vouloir instituer un "comité central" du capitalisme mondial (ce qui serait évidemment antinomique) - ils sont assurés de l'assiette socio-idéologique de leurs options par la redistribution d'une part des bénéfices ainsi obtenus sur les autres des 300 millions d'actionnaires qui, à eux tous, possèdent 80% du capital boursier mondial30. Ce qui représente, avec leurs familles et leurs proches, moins de 20% de l’humanité.

35C'est à dire qu’au bout d’un quart de siècle la progression du modèle néolibéral a redistribué les déséquilibres sociaux, mais  ne les a pas éliminés et, sans doute, les a aggravés si on les compare à ceux qui existaient avant la Guerre Froide. Mais, cette fois, sans le correctif des idéologies alternatives de la modernité -  populistes et nationalistes laïques ou marxistes - emportées dans les débâcles post-modernes ou néo-irrationnalistes, car finalement impuissantes à garantir auprès des peuples les améliorations qu' elles leur avaient laissé un moment entrevoir. Ne reste donc à ceux-ci  qu’à craindre les effets les plus pernicieux des conflits entre volontés de puissances financières et impériales machiavéliennes ou, dans leur recherche malgré tout du principe d’espérance, la ressource des autres mondes promis par des imaginaires religieux consolidés du temps des révolutions néolithiques et recyclés aujourd'hui par des gourous barbus ou "new age“. C'est ce qu'ont bien compris, cyniquement ou empiriquement, les manipulateurs des peurs (aux Etats Unis depuis le 11/09/2001) ou des désespérances (dans les bidonvilles et les campagnes en crise du Tiers Monde) qui, remobilisant les représentations du monde les plus archaïques sommeillant sous la raison endormie des peuples malheureux, tentent (comme, en son temps, le nazisme) de les instrumentaliser au service de leurs ambitions impériales mondialisées avec des recettes affligeantes de myopie littéraliste et eschatologique: intégrismes bibliques, coraniques ou pseudo-"marxistes"; nihilismes kamikazes de la "fin des temps" ou de "l'enfer déjà là". Ce qui se cache en vérité derrière ces prétextes qui abusent leurs adeptes, ce sont en définitive les tentatives très séculières et très matérielles de bourgeoisies jusqu'ici bénéficiaires  ou rescapées de la mondialisation néolibérale qui, cultivant le mythe du "choc des civilisations", essaient de redéfinir à leur profit leur meilleure position dans la chaîne hiérarchisée des exploitations et des dépendances de la planète globalisée, c'est à dire leurs zones d'influence et leurs parts du marché mondial. Derrière les mollahs obscurantistes et les rabbins les plus intégristes: des élites sub-impérialistes régionales, iraniennes ou américano-israëliennes. Derrière les "born again", l’hyperbourgeoisie de l'hypercapital américain préoccupée de ne pas perdre son leadership mondial dont un rapport récent de la CIA lui suggère qu'il pourrait être remis en cause d'ici à 2050 par la montée en puissance des concurrents asiatiques31 - ce qui serait la fin d’un système mondial dominé par les groupes financiers nord-américains.

3.3 Perspectives: peut-on sans dommage continuer à chevaucher le tigre  capitaliste néolibéral?

36Quoi qu’en ait dit le Président Mao, "le tigre de papier de l’impérialisme" a la vie dure. Il dure. Il est même en train, sinon de dévorer, en tout cas de convertir la Chine "communiste" à son agressivité militaro-commerciale. Si l’on peut faire confiance (?) à la confiance que les services secrets de la toujours première puissance du monde semblent accorder aux plans tirés sur la planète par leurs experts, on s’aperçoit qu’ils continuent de raisonner de l’avenir non en termes des bienfaits présumés du principe de libre entreprise et libre concurrence, mais en termes beaucoup plus réalistes de rapports concurrentiels entre puissances économico-militaires (figure 3). A moins de les croire tombés sous l'influence des thèses léninistes sur l'impérialisme, voilà qui devrait faire réfléchir les Pangloss apologistes du néolibéralisme rêvé et non analystes du néolibéralisme réel. Et qui devrait alerter les citoyens du monde sur les dangers de la mondialisation en cours, non seulement sur les risques d'explosions sociales qu’elle recèle déjà, mais sur ceux qu’elle cultive dans les relations internationales comme conséquence de sa loi du développement inégal. Ce qu'a parfaitement perçu la nouvelle droite au pouvoir à Washington qui veut encore augmenter son budget de guerre déjà énorme en prévision des conflits à venir avec cet  "Empire du  Mal" dont les frontières sont plus imprécises que jamais puisqu' on nous apprend qu' il s'étend aussi maintenant à l'Afrique orientale - et pourquoi pas dans toutes les régions du monde où l' impérialisme commercial chinois (entre autres) tente de tailler des croupières aux Etats Unis sur des marchés qu'ils dominaient jusqu' à naguère en Amérique du Sud, en Afrique et même au Moyen Orient?

37Faute donc, pour le moment, de savoir comment tuer le tigre (le contester, cela n’a jamais cessé depuis Seattle en 1999), il n' y aurait donc d’autres solutions que de le chevaucher?  Mais, tout de même, à condition de l’avoir au minimum domestiqué au préalable. Compte tenu de sa nature, est-ce possible? Très légitimement on peut en douter, puisque ceux qui s'y sont essayé de 1917 à 1975 (communistes, socialistes, "keynesiens") ont finalement échoué. Par honnêteté intellectuelle, regardons toutefois ceux dont les discours actuels y prétendent encore et tentons d’examiner leurs chances, sinon de réussir à court terme, du moins de changer les rapports de force dans un sens moins défavorable aux victimes actuelles de la mondialisation néolibérale du capitalisme:

38"Moraliser" le capitalisme en lui imposant à nouveau un minimum de réglementations comme ce fut le cas entre 1945 et 1975? Pour la première fois depuis trente ans on ose en murmurer dans les couloirs de Davos ou de la Banque Mondiale. Mais on sait comment, sous la pression des actionnaires et des grands groupes capitalistes aujourd'hui plus puissants que jamais, cela s’est terminé après 1980. Comment en eût-il été autrement de leur part, compte tenu de la logique du système qui est le leur? A moins, bien sûr, que les circonstances et les rapports de forces sociales ne les contraignent à abandonner pour un temps et partiellement (par exemple, celui de la trentaine d’années entre 1945 et 1975) leurs objectifs  économiques purement libéraux.

39C'est, à première vue, ce que prétendent ces dirigeants - nationalistes ou fondamentalistes - qui, dans les pays dépendants, disent qu' ils vont déconnecter leur pays de la mondialisation impérialiste dite "occidentale". Instruits par l'histoire, leurs peuples devraient pourtant savoir de quel prix de pauvreté et d'isolement culturel Haïti ou le Honduras depuis 200 ans, Cuba dans les années 1990, ont dû payer leur repli sur les maigres ressources de leurs économies naturelles assaillies par les pressions démographiques, cependant que leurs familles présidentielles bien connectées, elles, au marché international qui continuait à les fournir en produits de luxe, en "royalties" et en armes pour leurs gardes prétoriennes, ou tyrannisaient leurs peuples captifs, ou les offraient contre bakchichs à la modernité des groupes transnationaux sous les pires formes d’exploitation: maquiladoras, enclaves minières ou bananières, contingents de mains d'oeuvre exportables.

40Plus crédibles, sans doute, ces dirigeants sud-américains qui tentent actuellement, jouant sur les effets d'économie d'échelle, de mettre en place des projets de cadres régionaux intégrés plus vastes et présumés plus viables. C’est, d’une certaine façon, ce qu’avaient tenté en leur temps l’URSS et la Chine. On sait ce qu’il en est advenu pour finir depuis 1990-2000. C’est peut-être ce dont rêvent ces dirigeants islamistes - apparemment pris au sérieux par les futurologues de la CIA32 - qui agitent l’hypothèse de la restauration d’un grand Califat moyen oriental. Mais même si ces projets se réalisent un jour, seront-ils autre chose qu’une réorganisation géo-politique nouvelle des sous-systèmes nécessaires au fonctionnement d’un système global qui resterait celui d’une mondialisation toujours capitaliste-néolibérale? Peut-on dire en effet que, malgré son organisation plus avancée, l'Union Européenne ait permis à ses peuples et à ses dirigeants de s'être rendus plus indépendants des capitaux transnationaux  à l'origine nord américains, européens ou asiatiques?

41Ce qui est certain par contre, c’est que dans cette mondialisation où les hypercapitaux en mal d’investissement rentables à 15-20% s'entredévorent leurs parts de marchés et leurs entreprises déjà installées, où les puissances émergentes ou ré-émergentes tentent de s’imposer selon les procédures classiques de l’impérialisme économique sur un marché mondial déjà partagé, la situation internationale redevient extrêmement dangereuse. Déjà les anciennes puissances vaincues de la Deuxième Guerre Mondiale (Allemagne, Japon), après avoir restauré leur agressivité économique, sont capables à nouveau de projeter leurs forces miltaires dans des opérations extérieures lointaines. Déjà, sous couvert de la FINUL, l’armée chinoise prend pied au Liban. Tout ceci manifeste bien que la "libre" concurrence très fermée entre quelques centaines de très grands groupes financiers de dimension mondiale exige à terme, comme avant 1913, comme après 1930, une redistribution des cartes dans un nouvel ordre mondial très éloigné de celui dérivé des accords de Yalta et de Postdam. Ce qui explique sans doute que dans le monde des années 1990, économiquement beaucoup moins unipolaire que certains observateurs avaient cru pouvoir le caractériser, les Bush père et fils aient tenté de prendre des gages géo-politiques avant qu'il ne soit trop tard dans le golfe arabo-persique qui possède, nous dit-on, 60% des réserves pétrolières mondiales (Au prix de deux guerres successives dont les frais cumulés auraient permis de distribuer 30 000 $ à chacun des 26 millions d' Iraquiens). Du coup la première puissance du monde, malgré tout talonnée par l’Union européenne élargie, le Japon, l'Inde, la Chine et sans doute à nouveau la Russie, a bien besoin pour justifier les coûts de ses avantages militaires comparés, faute d'un "péril communiste" pour le moment disparu, d'entretenir la crainte auprès de l'opinion d'une menace terroriste aussi imprécise qu'imminente.

42Jusqu'à courir le risque (suicidaire) de cette troisième guerre mondiale qui couve depuis 1947 et dont le danger semblait s’être éloigné après la disparition de l’URSS en 1991? Jusqu'à quand l’accumulation des conflits latents que la mondialisation actuelle provoque pourront-ils continuer à être débités en guerres régionales, pour le moment circonscrites mais, somme toute, de plus en plus fréquentes et durables? Le pire n’est certes pas toujours certain, mais force est de constater que le néolibéralisme en cours, parce qu’il prolonge et aggrave la vieille logique des conflits inter -capitalistes, loin d’avoir diminué les risques, a beaucoup contribué à les réaugmenter depuis cette date. Peut-on, dans ces conditions (connues pour quiconque n'est pas analphabète en matière d'histoire du 19ème au 21ème siècles), continuer à disserter sur les avantages du libéralisme (classique ou "néo") en ignorant ce qu'il a produit et ce qu'il peut continuer de produire de "malaise dans la civilisation"?

43(Terminé à Paris le 22 février 2007)

Haut de page

Bibliographie

Arrighi, Giovani - "A la recherche de l’Etat mondial" in Fin du néo-libéralisme? Actuel Marx - N° 40 : 55-70 - Paris - 2006

Bairoch, Paul - Révolution industrielle et sous-développement - Paris - IDES - 1963

Beaud, Michel - Histoire du capitalisme de 1500 à 1980 - Paris - Arthaud - 1981

Braudel, Fernand - Civilisation matérielle et capitalisme : 15ème - 18ème siècles - Paris - 1967

Brecht, Bertold - La résistible ascension d'Arturo Ui - 1941

CEPAL - Panorama social de America latina - Santiago de Chile - 2000

Chesnais, François - "Les contradictions et antagonismes propres au capitalisme mondialisé " in Fin du néo-libéralisme? Actuel Marx - N° 40 - 2006

C.I.A. - Mapping the global future . Report of the National Intelligence Council's 2020 Project based on consultation with nongouvernmental experts         around the world - Pittsburgh - Government Print Office - 2004

Crouzet, François - L’économie britannique et le blocus continental : 1806 - 1813 - Paris - (2 vol.) - 1958

(Debat) - Le Débat stratégique - N°81 - Paris - 2005

Friedmann , Milton

- Studies in the quantity of money - 1956

- Theory of the Consumption Function - 1957

Harvey, David - Neo-liberalism: a war begun by the rich (Conference in the London School of Economics : january 2005)

Hayek, Friedrich - La théorie monétaire et le cycle des affaires - 1928

Houbelin- "Pourquoi reprendre une analyse marxiste? "in International Conference on Economic Globalization and Modern Marxist Economics: Shangai - april 2006

Keynes, John Maynard - Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie - 1936

Lind , Michael - "How the United States became the World's dispensable Nation? "in The Financial Times ( 25/01/2005 )

Madison, Angus - L’économie mondiale : une perspective millénaire - O.C.D.E. - 2001

Marx, Karl - Le Capital - 1868

Moraze, Charles - Les bourgeois conquérants - Paris - Armand Colin - 1957

Peyrelevade, Jean - Le capitalisme total - Paris - Seuil - 2005

Piel, Jean

- "De quelques considérations lexicales et historiques à propos de la mondialisation" in Gemdev - La mondialisation : les mots et les choses - Paris - Karthala - 1999 - (2ème edition : 2000)

- "Quelques considérations conceptuelles et historiques autour de la démocratie" in

Quattrocchi - Woisson, Diana - Argentine : enjeux et racines d' une société en crise - Paris - Le Félin - 2003

Popper, Karl

- La société ouverte et ses ennemis - 1945

- Misère de l'historicisme - 1957

Preobrajensky - La nouvelle économique - 1926

Ricardo, David - Principes d’économie politique - 1817

Smith, Adam - Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations - 1776

Trotsky, Léon - Programme de transition - 1938

Wallerstein, Immanuel

- Le système-monde du 15ème siècle à nos jours - Paris - Flammarion - 1980

- Interview du 24/03/2003 - Fernand Braudel Center - Binghampton University - 2003

- " Mondialisation ou ère de transition ? " in Actuel marx confrontations - La finance capitaliste - Paris - PUF - 2006

Wang Hui - China's New Order - New York - Harvard University Press - 2003

Weber, Max - L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme - 1920 - ( trad. en français en 1964 )

Wolff , Edward

- "Estimates of Household Wealth Inequality in U.S. : 1962 - 1983 " in Review of Income and Wealth - N° 3 ( september 1987 )

- "Recent trends in Wealth Ownership " in Jerome Lewy Economic Papers - N° 3 ( april 2000).

Haut de page

Notes

1 On sait ce que la mise en concurrence directe des salariés à l'échelle mondiale a déjà coûté depuis cinquante ans aux mouvements ouvriers qui possédaient les plus fortes traditions historiques de luttes autonomes.
2 Grâce à de très nombreux auteurs depuis Smith, Ricardo, Marx jusqu'à , plus près de nous, Weber , Crouzet, Braudel, Wallerstein, Beaud , etc...
3 Moraze (1957)
4 Cf, en Angleterre, les " enclosures acts "et les " corn laws "
5 Quelques rappels chronologiques: 1827 : Intervention franco-anglaise contre Mehemet Ali entrainant l’échec de ses réformes modernisatrices en Egypte; 1830 : Débarquement français à Alger; 1840-42 : Deux "guerres de l’opium"  ouvre de force le marché chinois à la drogue indo-britannique; 1845 : Expédition franco - anglaise pour ouvrir de force les rivières Parana et Paraguay au commerce international; 1853 : Une escadre nord-américaine force l’ouverture du Japon au commerce international - Les Etats Unis achèvent leur agrandissement territorial aux dépens du Mexique; 1855 : Ouverture forcée du bassin du Danube à la navigation internationale à la suite de la guerre de Crimée; 1861-67 : Intervention française au Mexique (1861-67) - Intervention espagnole sur les îles à guano du Pérou (1864) - Guerre de sécession aux Etats Unis (1861-65) et invasion du Sud vaincu par les "carpet baggers" nordistes.
6 Bairoch (1963).
7  "Construire le socialisme dans un seul pays", et plus encore" Rattraper et dépasser les Etats Unis" ne sont évidemment pas des mots d'ordre qui présupposent la disparition imminente du capitalisme de la planète!
8 Brecht (1941)
9 Preobrajensky (1926)
10 Trotsky (1938)
11 Inspirés en particulier par Hayek (1928) et Popper (1945)
12 Keynes (1936)
13 Un exemple : l'origine géographique et les coûts comparés des composants d'une automobile mise sur le marché pour 10.000 $ par "General Motors" vers 1960-70. Obtenus hors des Etats Unis pour un total de 6150$ (61,5% du coût final) Moteurs et essieux au Japon 1700 $ / Petites pièces à Taïwan et Singapour 400 $ / Montage en Corée du Sud 3000 $ / Design industriel en Allemagne 750 $ / Traitement des données en Irlande 50 $ / Marketing et publicité en Angleterre 750 $ / Obtenus aux Etats Unis pour un total de 3850 $ (38,5% du coût final): Stratèges de fabrication et de vente à Detroit, Avocats et banquiers à New York, Lobbyistes auprès du Congrès à Washington, Employés de banques et d’assurances dispersés sur tout le territoire. Coûts comparés par catégorie de travail incorporée au produit: Travail matériel sur le produit (fabrication, montage) 5100 $ (51%) / Travail intellectuel intégré au produit (conception, design)   800 $ (8 %) / Travail d’intermédiation (commerciale, financière, politique) intégré dans les coûts ....  4100 $ ( 41 % ) (D’après Houbelin- 2006)
14 Ces chiffres concernant l’internationalisation et la concentration du capital mondial. Quantité de capitaux exportés hors de leur pays d’origine dans le reste du monde :1980: 4,4 % du PMB (Produit Mondial Brut) 7 2004: 23,9 % du PMB. Fusions internationales : 1985: 1.719 pour un montant de 150 milliards de $ (indice 100) - Moyenne par fusion : 87 millions de $ / 2000: 11.189 pour un montant de 3.400 milliards de $ (indice 2.000) - Moyenne par fusion : 304 millions de $ / 1990-2000: 65.000 pour un montant de 14.090 milliards de $ - Moyenne par fusion : 217 millions de $ / (D’après Houbelin-2006)
15 En France, par exemple, vers 1972, environ 45% des réserves capitalistiques disponibles sont de la propriété  (ou sous le contrôle direct ou indirect des techno-bureaucraties) de l'Etat. Ce qui fait dire au président Pompidou lors d’une interview télévisée: "La France, pays capitaliste (privé!)? Tant s'en faut!"
16 Houbelin (2006)
17 Ibid.
18 Part des bénéfices extérieurs dans les bénéfices réalisés par les Etats Unis :1960-1969 :   6,3 % / 1970-1979 : 11,4 % / 1980-1989 : 15,8 % / 1990-1999 : 15,0 % / 2000-2004 : 19,5 % (d'après ibid.).
19 Arrighi (2006)
20 Ibid.
21 Lind (2005)
22 Arrighi (2006)
23 Evolution du taux de croissance Produit Mondial Brut de 1950 à 2006: 1950 - 1973 : + 4,0% / 1980 - 1993 :    + 1,7% / 1973 - 1980 : +2,4 % / 1993 - 1999 :   + 2,0% / 1980 - 1993 : +2,0 % / 2000 - 2006 :   + 3,2% (d'après Chesnais - 2006)
24 La guerre en cours en Irak a déjà rapporté en contrats , primes et surfacturations obtenus du Département d' Etat  aux principaux groupes du complexe militaro-industriel américain (  Lockheed , Boeing , Northrop-Grewman , General Dynamics ,Raythorn , Halliburton , etc ....) 209 milliards de $ en 2003 , 231 milliards de $ en 2004. (D’après Le Débat Stratégique - 2005)
25 Cepal (2000)
26 Piel (1999)
27 Coûts comparés du travail horaire dans la mondialisation actuelle: USA 23,7 $ / Union Européenne ...... ..27,5 $ / Allemagne 33,0 $ / France 24,6 $ / Sud Est asiatique 9,3 $ (Taiwan,/ Hong Kong, Singapour, Corée du Sud) / Europe de l’Est 5,0 $ / Chine 1,0 $ (D’après Houbelin - 2006)
28 Officiellement recensés en 2000 par l’ONU: 300 millions.
29 Piel (2003)
30 Peyrelevade (2005)
31 CIA (2004)
32 CIA (2004)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Piel, « Le virage néolibéral planétaire depuis 25 ans : la nouveauté proclamée ou le dernier avatar du capitalisme toujours tel qu’en lui-même ? »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 11 juin 2007, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/6183 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.6183

Haut de page

Auteur

Jean Piel

Professeur émérite de l'Université de Paris 7

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search