Navigation – Plan du site
Anath Ariel de Vidas

Thomas Calvo, Vivre dans la sierra zapotèque du Mexique 1674-1707. Vaincre la défaite. Préface de Beatriz Rojas, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches Amériques latines », gloss., appendices, bibl., 2009, 302 p.

[29/09/2011]

Notes de la rédaction

Un compte-rendu de la traduction espagnole de l’ouvrage est également disponible. Sa référence est la suivante : Felipe Castro, « Thomas Calvo, Vencer la derrota. Vivir en la sierra zapoteca de México (1674-1707), presentación de Beatriz Rojas, traducción de Jean Hennequin, Zamora, El Colegio de Michoacán – Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos – Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, 2010, 295 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Reseñas y ensayos historiográficos, 2011, [En ligne], mis en ligne le 29 septembre 2011. URL : http://nuevomundo.revues.org/61944.

Texte intégral

1Dans quelle mesure une communauté indienne peut continuer à pratiquer ses coutumes religieuses ancestrales, préhispaniques, face à l’imposition de plus en plus pressante de nouvelles croyances, chrétiennes, de la part du pouvoir espagnol ?

2À cette question qui hante la recherche américaniste, les réponses des historien(ne)s tout comme celles des anthropologues se rangent trop souvent entre deux pôles principaux. D’une part, celui de l’acculturation achevée des populations indiennes et de leur adoption massive de pratiques religieuses rurales européennes durant l’époque coloniale. D’autre part, celui de la résistance des religions précolombiennes qui ont pu persister par divers artifices et traverser, par le biais de pratiques autochtones remaniées, cinq siècles d’hégémonie chrétienne.

3Thomas Calvo s’interdit toute simplification de ce genre en s’attaquant à cette grande question par le biais de la microhistoire de plusieurs villages indiens dans la sierra zapotèque de l’État du Oaxaca au Mexique entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle. Le détail des démêlés privés et publics contenus dans les archives judiciaires permettent à l’auteur de reconstituer la vie locale, politique et sociale de ces villages indiens situés dans une zone géographique accidentée où peu d’Espagnols s’étaient aventurés. On est ainsi plongé dans un univers d’interconnaissance où les affaires portées devant la justice espagnole concernant en particulier trois caciques de la sierra et témoignent, entre autres, d’abus de pouvoir, de saisies, litiges, adultères, dénonciations, confessions, châtiments, vengeances, menaces, justifications, dissimulations et négations d’individus indiens eût égard à la vie au sein de la communauté et à la relation avec les autorités espagnoles. En faisant parler les sources, Thomas Calvo tente de saisir les intérêts et motifs des conflits internes qui surgissent ainsi que les stratégies politiques et religieuses des différents acteurs sociaux. L’auteur décèle ainsi dans ces documents des pratiques idolâtres de vénération des ancêtres et de transmissions de noms autochtones ainsi qu’un agencement spatial de cultes païens. Ceux-ci révèlent une organisation sociale et politique locale permettant la résistance pacifique face à l’imposition des nouvelles croyances. Grâce à un habile dépouillement des archives, l’auteur nous fait entrevoir divers types d’acteurs qui optent soit pour l’hispanophilie soit pour la poursuite de la voie païenne. La tradition autochtone restant ainsi aux mains des plus capables de la contrôler dans des conditions de clandestinité et de confidentialité alors que les charges chrétiennes sont remplies par les moins traditionalistes.

4La cohésion interne qui apparait à travers les sources subit toutefois des transformations et mutations, des processus d’acculturation à travers l’adoption de nouvelles techniques, de nouveaux matériaux, d’habits mais aussi l’adoption progressive de la langue espagnole et de l’écriture. Les archives permettent également à l’auteur de suivre un processus de désintégration graduelle dans la cohérence sociale, économique, juridique et religieuse des communautés étudiées. En effet, la religion zapotèque de la sierra n’aurait subit qu’une dilution progressive depuis la conquête et elle ne fut submergée par la religion chrétienne qu’au début du XVIIIe siècle. Ainsi, Thomas Calvo décèle peu à peu des conflits de générations mais aussi de visions du monde où celle chrétienne, espagnole, moderne conquiert peu à peu les âmes. Le passage de la dépendance administrative des villages indiens étudiés de la juridiction civile de l’alcalde mayor à celle du juge ecclésiastique entre 1703 et 1705 permet de saisir un point de rupture historique. La tradition religieuse indienne jusqu’alors orale, devient progressivement écrite et de ce fait subi un processus d’épuration et de dénaturation qui ne fait plus l’unanimité et crée des factions contraires au sein de la communauté. Les édifices chrétiens qui avaient été superposés sur des lieux de culte païens sont peu à peu démolis et avec eux la mémoire du culte des ancêtres qui se déplace dorénavant aux montagnes et aux grottes des alentours. Le pouvoir religieux autochtone devient très local, presque à l’échelle familiale et les rituels païens sont reportés sur les pratiques de la sphère privée où s’opère une simplification des rites. Ainsi, la crise démographique, économique, politique et culturelle du début du XVIIIe siècle a progressivement déséquilibré l’ordre social existant et a produit des processus d’atomisation sociale et de perte relative de la tradition autochtone.

5Néanmoins, cette tradition – peu à peu réduite à la sphère des calendriers divinatoires consultés à la naissance d’un individu pour en connaître le destin ou encore pour décider du jour d’un rite propitiatoire au début de l’année civile ou au début de la saison des pluies, les offrandes comptées, la simplification du panthéon, le « pullulement de noms et fonctions [des divinités] sans ordre ni structure » (p. 243), le culte aux montagnes, aux grottes et aux ancêtres – semble s’être préservé sous cette forme simplifiée jusqu’à nos jours. Les parcours des trois caciques de la sierra qui matérialisent dans cet ouvrage cette microhistoire du changement culturel passent à travers le traditionalisme et la résistance des uns, l’ouverture tout en essayant de préserver une autonomie religieuse ou l’opportunisme ou arrivisme des autres. Des voies distinctes prises face à l’altérité sociale et surnaturelle que l’auteur a su analyser magistralement en faisant revivre leur contexte historique, social et personnel. Le « métamorphisme religieux stratigraphié » analysé dans le bel ouvrage de Thomas Calvo est là pour rappeler la nature et l’origine de ce qui est encore observable aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anath Ariel de Vidas, « Thomas Calvo, Vivre dans la sierra zapotèque du Mexique 1674-1707. Vaincre la défaite. Préface de Beatriz Rojas, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches Amériques latines », gloss., appendices, bibl., 2009, 302 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 septembre 2011, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/61886

Haut de page

Auteur

Anath Ariel de Vidas

Mascipo-Cerma (UMR 8168 CNRS/EHESS, Univeristé Paris-I et-X)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page