Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Diego de Aguilar y Córdoba, El Marañon, Estudio, edición y notas de Julián Díez Torres, Madrid, Frankfurt am Main, Universidad de Navarra, Iberoamericana Vervuert,, Biblioteca Indiana, 28, 2010, 423 p.

[29/09/2011]

Texte intégral

1Diego de Aguilar y Córdoba, né en 1546 et décédé en 1631, entreprit de rédiger, à partir de témoignages, une œuvre sur l’expédition menée par Pedro de Ursúa et Lope de Aguirre. Cette expédition conduisit sur la route de l’Amazonie et de l’Orénoque plus de nombreuses personnes, à la recherche de l’El Dorado, entre 1560 et 1561. Le cinéaste Werner Herzog a, en 1976, porté à l’écran cette aventure, lors de laquelle Lope de Aguirre s’illustra à la fois par sa tenacité et par sa tyrannie.

2La Biblioteca Indiana des éditions Iberoamericana Vervuert propose une édition du texte de Diego de Aguilar y Córdoba, principalement construit à partir du récit de Francisco Vásquez, l’un des survivants, qui représente l’un des documents les plus complets sur cette épopée. L’objectif de l’éditeur, louable, est de donner à lire une version castillane qui puisse servir aussi bien aux spécialistes, grâce à de nombreuses notes de bas de pages philologiques qui accompagnent le texte, qu’à des lecteurs moins habitués à des textes écrits au XVIe siècle.

3L’importante étude préliminaire de Julían Díez de Torres, qui accompagne le texte de Aguilar, ainsi que la transcription, ont pour origine sa thèse de doctorat, revisitée pour la présente publication. Il est à noter que le texte est illustré de onze figures, empruntées soit à d’autres ouvrages tels la Nueva Corónica de Guaman Poma de Ayala, soit au manuscrit de Aguilar.

4Dans son étude préliminaire (136 p.), Julían Díez de Torres propose quatre approches du manuscrit et de son origine : une courte biographie de l’auteur de El Marañon ; un parcours de l’expédition commanditée en 1557 par le vice-roi Diego Hurtado de Mendoza et menée dans les régions de Omagua et El Dorado ; une étude sur Lope de Aguirre et la construction du mythe du personnage rebelle, témeraire et violent ; un chapitre intitulé « construction d’un objet historique ».

5Ce dernier chapitre explore le processus de construction de l’objet historique qu’est le manuscrit de Aguilar. Outre l’identification et l’usage de sources variées, il s’agit essentiellement d’un examen minutieux des textes et de leurs différentes versions disponibles aujourd’hui dont on suppose qu’ils ont pu être à l’origine de celui de Aguilar. A partir de cet examen, J. Díez de Torres propose de mettre au jour « l’hybridité discursive » issue du récit d’origine, celui de Francisco Vásquez. Il s’agit de l’exposition de l’intertextualité existante entre plusieurs corpus et leurs versions. Puis, l’éditeur s’attache à montrer les éléments ajoutés par le letrado Aguilar pour donner à son œuvre un caractère « historique », ou, comme il l’annonce lui-même dans son manuscrit, pour la « mettre en histoire » (poner en historia). Ces éléments participent de l’universalisation du récit par le recours à une rhétorique et un langage scientifique. Enfin, la « création d’un argumentaire tragique et providencialiste » achève d’inscrire l’œuvre de Aguilar dans une esthétique littéraire propre à son temps.

6Le texte de Aguilar apparaît comme un édifice dont l’architecture repose presqu’entièrement sur le témoignage de Francisco Vásquez. Il est intéressant de noter qu’il porte alors en lui une dimension juridique, visible par le pragmatisme d’ensemble et les précisions factuelles apportées ça et là, notamment à propos des délits et les meutres commis par des membres de l’expédition. Ainsi, comme le souligne Díez de Torres, « la conséquence en est que dans la majeure partie de El Marañon, les événements sont circonscrits au champ de l’action individuelle ». La distinction entre auteur d’un récit historicisé et témoignage devient parfois très floue et les rapports entre Aguilar auteur et Vásquez témoin-narrateur éclairent les tensions du texte et permettent à Díez de Torres de préciser toute son originalité avant d’en livrer une riche transcription.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Diego de Aguilar y Córdoba, El Marañon, Estudio, edición y notas de Julián Díez Torres, Madrid, Frankfurt am Main, Universidad de Navarra, Iberoamericana Vervuert,, Biblioteca Indiana, 28, 2010, 423 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 septembre 2011, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62041

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page