Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Anja Bandau, Marcel Dorigny et Rebekka von Mallinckrodt (Éd.), Les Mondes coloniaux à Paris au XVIIIe siècle. Circulation et enchevêtrement des savoirs, Paris, Éditions Karthala, 2010, 297 p.

[29/09/2011]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Paris, capitale du XVIIIe siècle. L’ouvrage que nous présentons est un recueil de douze contributions, précédées d’une introduction et d’un avant-propos, qui furent exposées à l’origine lors d’une rencontre scientifique à l’Université libre de Berlin en 2006. Reposant sur les concepts d’histoire croisée et d’histoire enchevêtrée, l’ensemble s’inscrit dans une réflexion posée à la fois par la question mémorielle et par la constation d’un vide dans les débats historiques sur l’entre-deux empires coloniaux. Aussi la période traitée dans l’ouvrage, avec quelques débordements, va de 1763 à 1804. Les propos introductifs reprennent en les articulant de multiples perspectives, allant de la remise en cause des cloisonnements disciplinaires à la nécessaire confrontation d’approches différentes, et font une synthèse des études les plus récentes sur les cultural et postcolonial studies et leur réception en France. Alors, si Paris est le lieu où se plaident bien des causes, selon Anarchasis Cloots, en cette fin du XVIIIe siècle, et pendant la période révolutionnaire, l’ouvrage est aussi le lieu de rassemblement de travaux jusqu’à présent épars, se touchant à peine, s’ignorant parfois et dont les fragments viennent se compléter au long des pages.

  • 1 Ces auteurs sont cités dans l’introduction. Antoine Compagnon, « L’exception française », Textuel(...)

2Car Paris est un lieu, en un sens dramaturgique, où résonnent les controverses savantes et où le public nombreux et cultivé, tel que le décrivait Diderot, accuse réception aussi bien de produits coloniaux que des productions scientifiques, littéraires et artistiques des contemporains sur les colonies. Et, selon ce que laisse entendre l’introduction, le livre se veut un autre lieu, à l’image du premier, proposant des contacts et d’où doivent émerger des réflexions nouvelles, dans le sillage des idées d’Antoine Compagnon, Jean-Marc Moura, Yves Bénot et Marcel Dorigny1. La constellation de réflexions envisagée par cette publication, non linéaire à dessein et limitée à la production des savoirs et aux discussions autour du « fait colonial », se veut alors évocatrice d’une sensibilité partagée propre à Paris des années révolutionnaires.

  • 2 Michel Riot-Sarcey, « Le Livre des passages, un XIXe siècle à découvrir. Un siècle de révolutions (...)

3A la différence du XIXe siècle de W. Benjamin, « siècle de révolutions sans révolution »2, la fin du XVIIIe siècle est une période lors de laquelle surgit un magistral paradoxe : tandis que la France perd ses colonies et que son empreinte territoriale rétrécit, Paris se dessine comme un haut lieu de circulation des savoirs et se rêve, dans l’esprit de quelques puissants, capitale de l’univers. Il ressort des contributions qu’elle puisse se penser, en tout cas, comme capitale du paradoxe et de l’enchevêtrement des voix, aussi bien celles venues des colonies que celles qui retentissent en ses murs.

4C’est d’abord dans la mode vestimentaire que peuvent se lire les influences et les limites de l’emploi d’éléments décoratifs venus d’ailleurs (Gertrud Lehnert, « Des ‘robes à la turque’ et autres orientalismes à la mode »). L’imaginaire s’affiche sur les corps porteurs d’étoffes et déambulant dans les salons. Il faut signaler que le livre offre huit illustrations en couleur de très bonne facture des habits portés par des femmes.

  • 3 A cet égard, compétition scientifique et espionnage font bon ménage à la fin du siècle suivant. V (...)

5Au-delà de la mode, la création dès le XVIIe siècle, d’un certain nombre d’institutions au fil d’un axe Paris-Versailles (François Regourd, « Les lieux de savoir et d’expertise coloniale à Paris au XVIIIe siècle : institutions et enjeux savants ») et l’éphémère Société des Observateurs de l’Homme (Jean-Luc Chappey, « Les enjeux d’une anthropologie dans l’ordre des savoirs autour de 1800. Retour sur la Société des Observateurs de l’Homme ») placent la capitale en situation de monopole de la formation du savoir sur les autres mondes. Toutefois, l’accroissement des connaissances par le développement d’expériences tend à montrer que d’autres espaces métropolitains et coloniaux servent de lieu de rencontre (Pierre-Yves Lacour, « La place des colonies dans les collections d’histoire naturelle 1789-1804 ») et que le monopole est contestable. En outre, la guerre conduit à entrer en compétition scientifique avec d’autres empires, et notamment la Grande-Bretagne, sur la mise en valeur des biens coloniaux (Bénédicte Savoy, « ‘Objet d’observation et d’intelligence’. La pierre de Rosette entre Paris, Londres et le Caire 1799-1805 »)3. D’ailleurs, la dichotomie entre une guerre extérieure et une révolution interne est mise à plat par l’étude approfondie des textes politiques sur la situation à Saint Domingue (Michel Dorigny, « Mirabeau et l’abolition de la traite des Noirs. Genèse d’un discours non prononcé ») qui permet une lecture plus complète des enjeux politiques des savoirs et discours scientifiques et surtout de leur circulation. Le paradoxe ressurgit alors avec la mise en regard des textes en faveur de l’abolition de l’esclavage, qui repose sur un idéal de liberté venu entre autres des discours révolutionnaires radicaux, et les propositions politiques timides et apeurées de parvenir à une abolition graduelle en vue de protéger les colons et leurs possessions (Nick Nesbitt, « Radicaliser les radicaux : Saint-Domingue et le problème de l’esclavage dans la Révolution »). En ce sens, la maîtrise de la circulation des informations en provenance de Saint-Domingue devient un enjeu au cœur même des événements révolutionnaires métropolitains (Jeremy Popkin, « La circulation des nouvelles de Saint-Domingue pendant la Révolution française » ; Anja Bandau, « L’histoire des désastres de Saint-Domingue, ou comment écrire sur les événements à Saint-Domingue entre la colonie et Paris »).

  • 4 Voir Félix de Azara, Voyages en Amérique méridionale, 1781-1801, Rennes, Paris, Presses Universit (...)

6Outre la pierre de Rosette et les discours diplomatiques ou radicaux, ce sont aussi les ouvrages historiques et les relations de voyages qui sont discutés partout en Europe. La production parisienne est alors mise à l’épreuve des études de terrain (Hans-Jürgen Lüsebrink, « Encyclopédisme parisien et contre-discours non européens : l’Histoire des deux Indes et ses critiques américaines ») et certains ouvrages portent en eux la sensibilité politique des lieux où furent éduqués leurs auteurs (Christiane Küchler Williams, « Des esprits excités : la subversion des récits de voyage en récits érotiques »). En retour, ils influencent la conception de la géographie des espaces coloniaux (Omar Ette, « Paris/Berlin : Alexandre von Humboldt, la liberté du voyage et les perspectives d’un concept scientifique relationnel des TransArea Studies »)4.

7Faisant état de cet enchevêtrement des savoirs, des idées, des pratiques textuelles et scientifiques, l’ouvrage permet de donner une mesure de la dissonance des temps révolutionnaires et du partage d’une sensibilité liée à une époque. En cela, il atteint son objectif d’œuvre collective et convainc de la nécessité de poursuivre dans cette voie d’alliance et de dialogue.

Haut de page

Notes

1 Ces auteurs sont cités dans l’introduction. Antoine Compagnon, « L’exception française », Textuel, n°37, 2000, p. 41-52 ; Jean-Marc Moura, « Post-colonialisme et comparatisme », Vox Poetica, 20 mai 2006 ; Yves Bénot et Marcel Dorigny (éd.), Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises, 1802. Aux origines de Haïti, Paris, Maisonneuve & Larose, Pulim. 2006. Pour une bibliographie complète des études sur la révolution en Haïti et sur ses répercussions dans toute la Caraïbe, voir Alejandro Gómez Pernia, Le syndrome de Saint-Domingue. Perceptions et représentations de la Révolution, haïtienne dans le Monde Atlantique, 1790-1886, thèse de doctorat soutenue à Paris en décembre 2010.

2 Michel Riot-Sarcey, « Le Livre des passages, un XIXe siècle à découvrir. Un siècle de révolutions sans révolution », in « Walter Benjamin, la tradition des vaincus », Cahiers d’anthropologie sociale, Paris, éditions de l’Herne, 2008, n°4, p.73.

3 A cet égard, compétition scientifique et espionnage font bon ménage à la fin du siècle suivant. Voir les ouvrages de Peter Hopkirk.

4 Voir Félix de Azara, Voyages en Amérique méridionale, 1781-1801, Rennes, Paris, Presses Universitaires de Rennes, CoLibris Editions, 2009, 362 p. Précédé d’une magnifique introduction de Nicolas Richard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Anja Bandau, Marcel Dorigny et Rebekka von Mallinckrodt (Éd.), Les Mondes coloniaux à Paris au XVIIIe siècle. Circulation et enchevêtrement des savoirs, Paris, Éditions Karthala, 2010, 297 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 septembre 2011, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62052

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page