Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2011Guillermo Wilde, Religión y poder...

2011

Guillermo Wilde, Religión y poder en las misiones de guaraníes, Buenos Aires, SB, 2009, 512 p.

Aliocha Maldavsky

Texte intégral

1Guillermo Wilde propose à la fois une histoire des missions guaranies du point de vue des populations colonisées et la déconstruction d’un mythe, celui de la mission jésuite achevée, close, réalisation d’une utopie. La question de l’espace est justement au centre de ce voyage au sein des dynamiques sociales et politiques vécues par les populations des réductions jésuites de la fin du XVIe siècle jusqu’au premier tiers du XIXe siècle.

2Le principal apport de cet ouvrage, appelé à devenir une référence sur les missions jésuites auprès des Indiens guarani et, plus largement, sur les Guaranis, est de montrer que les missions jésuites du Paraguay n’étaient pas des espaces ordonnés ou homogènes du point de vue culturel. Cette fiction, produit du discours des jésuites eux-mêmes et des historiens, est contredite par les pratiques à l’œuvre dans les relations sociales et politiques, faites d’échanges dynamiques et permanents entre l’intérieur et l’extérieur des missions. Guillermo Wilde entreprend de montrer comment s’est forgée cette communauté politique hétérogène que fut la mission et quel fut le rôle central des figures natives de l’autorité dans ce processus. L’enquête se centre, par conséquent, à la fois sur la compréhension que les religieux eurent de ces figures d’autorité, sur la construction coloniale de leur légitimité et sur les logiques de leurs actions, avec pour principale hypothèse l’idée que les « leaders » indigènes furent la base de l’organisation politique missionnaire, le fondement de sa permanence et de son dynamisme, bien après l’expulsion de l’ordre ignacien décrétée en 1767.

  • 1 Hélène Clastres, La Terre sans Mal. Le prophétisme tupi-guarani, Paris, Seuil, 1975, 153 p.

3Une grande cohérence problématique gouverne les quatre premiers chapitres consacrés à la période de contrôle jésuite sur les missions depuis leur création au début du XVIIe siècle, jusqu’à la guerre guaranie, entre 1752 et 1756. Wilde explique comment les jésuites ont introduit de nouvelles formes de légitimité politique, par la reconfiguration des autorités traditionnelles dans un cadre municipal et par l’imposition de nouvelles formes de légitimité – hérédité patrilinéaire du pouvoir, reconnaissance d’une « noblesse » indigène – comparables à celles qui avaient cours notamment dans les Andes. Le temps et l’espace sont également reconfigurés par l’opposition entre un avant et un après la conversion, entre la forêt, lieu de la gentilité, et l’espace chrétien de la mission. La confiscation par les jésuites du pouvoir spirituel et, par conséquent, la distinction entre le sacré et le politique, se cristallisent selon Wilde dans le régime des missions et dans un contexte de forte pression coloniale sans que l’on puisse affirmer, à l’instar d’Hélène Clastres, que ce processus était déjà engagé avant l’arrivée des Espagnols1. Les Guaranis gardent une grande autonomie dans la légitimation de leurs figures d’autorité faisant coexister des compétences traditionnelles, telles que l’éloquence verbale, avec celles qu’ils ont pu acquérir dans l’exercice de fonctions municipales et religieuses, telles que la maîtrise de la lecture et de l’écriture. À la fois garant de la stabilité du régime missionnaire, le caciquat jouit donc d’une large autonomie, renforcée par la persistance de la polygamie, jamais réellement éradiquée par les jésuites, qui permettait aux figures de l’autorité de nouer de larges alliances, bien au-delà de la mission et qui montre la grande porosité de cet espace missionnaire. Toutes ces formes de légitimation du pouvoir, coloniales et traditionnelles, se révèlent amplement dans le contexte de la guerre guaranie, dans les années 1750.

4Les chapitres 5 à 8 analysent les réactions indigènes à la nouvelle configuration politique qui accompagne et suit l’expulsion des jésuites. Celle-ci se traduit par des relations directes avec les autorités espagnoles et permet aux leaders guaranis de reconstruire la relation avec le monarque, dégradée par la guerre des années 1750. C’est également une occasion de revoir les équilibres politiques au sein même des réductions, par l’ascension de certaines figures. Se mettent alors en place des liens de réciprocité entre le gouverneur Bucareli et les leaders guaranis, à travers l’invitation de tous les caciques à Buenos Aires, la reconnaissance de leur noblesse, dans le cadre d’une politique plus générale qui visait à intégrer les Indiens dans la société coloniale, à travers notamment le commerce, l’hispanisation et la disparition des différences de statut. Dans ce nouveau contexte de rupture avec la situation précédente de ségrégation spatiale et culturelle apparaissent de nouveaux acteurs coloniaux dans les figures du curé et de l’administrateur, souvent en conflit pour le pouvoir. De nouvelles possibilités d’ascension sociale pour les élites indigènes apparaissent, alors que le contexte de crise voit émerger des pratiques médico-magiques réprouvées par les autorités. Les contradictions entre les logiques indigènes et la rationalité des fonctionnaires espagnols sont au cœur de la compréhension par les Guaranis de la fin du « régime de communauté », aboli progressivement à partir de 1800. Les Guaranis ont utilisé cette mesure, qui les libérait des travaux communautaires de la réduction, pour dynamiser leurs stratégies de mobilité dans la région, aussi bien vers les campagnes que vers les villes. Les « leaders » ont ainsi préservé leur légitimité en activant des réseaux de parenté élargis dans ce nouveau contexte de mobilité et de métissage. Pour Wilde, si le métissage tendait à brouiller les pistes d’identification ethnique, le caciquat permettait de maintenir de larges réseaux de parenté.

5Les chapitres 9 à 11 se concentrent sur la période d’instabilité qui suit la chute de la monarchie jusque dans les années 1840, insistant sur la participation des Guaranis aux différents conflits dans la région. La disparition de nombreux villages missionnaires et la fin de l’unité des missions accompagnent l’émergence de nouvelles entités politiques qui se partagent le territoire. Malgré l’hispanisation, le métissage et les migrations, de nombreux indices montrent, selon Guillermo Wilde, le maintien des symboles du passé des missions, à travers notamment les rituels religieux et la survie des symboles de l’autorité hérités de la période coloniale. Cette persistance, qui contredit la disparition de l’héritage des missions et atteste de son absorption par les Guaranis métissés, constitue une des thèses majeures de cet ouvrage, illustrée par l’emploi récurrent du terme « missionnaires » pour désigner les Guaranis des missions.

  • 2 Ignacio Telesca, Tras los Expulsos. Cambios demográficos y territoriales en el Paraguay después de (...)

6La méthode de Guillermo Wilde, qui procède par l’éclairage de situations concrètes dont il tire des conclusions éclairantes, est particulièrement efficace dans les deux premières parties de l’ouvrage. L’entrée dans l’histoire perturbée de l’Indépendance abordée dans les trois derniers chapitres sera sans doute plus ardue pour un lecteur non éclairé, même si le fil de la démonstration n’est jamais perdu. Les spécialistes des missions apprécieront l’apport considérable de cet ouvrage à l’historiographie de l’interaction missionnaire, tout en regrettant peut-être que la compréhension par les missionnaires jésuites des processus ici décrits ne soit pas davantage explicitée. Les spécialistes du Paraguay y trouveront une interprétation stimulante complétant les récents travaux de Capucine Boidin et Ignacio Telesca2. L’ouvrage a reçu le prix « Iberoamericano » de la Latin American Studies Association (LASA), à Toronto en 2010.

Haut de page

Notes

1 Hélène Clastres, La Terre sans Mal. Le prophétisme tupi-guarani, Paris, Seuil, 1975, 153 p.

2 Ignacio Telesca, Tras los Expulsos. Cambios demográficos y territoriales en el Paraguay después de la expulsión de los jesuitas, Asunción (Paraguay), Universidad Católica “Nuestra Señora de la Asunción”/Biblioteca de Estudios Paraguayos – Volumen 76, 2009, 439 p. ; Capucine Boidin, Guerre et métissage au Paraguay 2001-1767, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 318 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aliocha Maldavsky, « Guillermo Wilde, Religión y poder en las misiones de guaraníes, Buenos Aires, SB, 2009, 512 p. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 septembre 2011, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62094 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.62094

Haut de page

Auteur

Aliocha Maldavsky

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search