Navigation – Plan du site
Nicole Fouché

Pauline Raquillet, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 2011, 314 p., préface de Pilar Gónzalez Bernaldo

[30/11/2011]

Texte intégral

1Dans ce titre, une première phrase joue avec l’intime : un prénom et un nom, qui annoncent l’histoire d’un homme ; et en sous-titre, une longue périphrase, très générale, qui renvoie le lecteur aux problématiques géographique, chronologique et historique dans lesquelles l’auteur situe la trajectoire de son personnage. Ce jeu de miroir entre l’individu et le contexte dans lequel il évolue, sera respecté et mis en évidence tout au long du livre. Nous sommes dans une logique d’interactions fortes entre la macro et la micro-histoire.

2Le migrant français Alfred Ebelot (1837-1912), qui véhicule un capital spécifique issu d’une formation scientifique et intellectuelle solide, a voulu intervenir dans la construction de l’Argentine, y transférant nombre de ses valeurs occidentales. Toutefois, l’approche trop idéalisée de ce passeur d’idées fait qu’à la fin de sa vie, il se détourne de son pays d’accueil et rentre en France. Il cesse alors de construire son parcours en fonction d’une logique d’intégration et développe un sentiment en forme de rejet du pays d’accueil.

3Ce fils de notables du Sud-Ouest de la France, diplômé de l’École centrale mais attiré par la République des lettres française, se fait une place à la Revue des Deux Mondes. Son savoir et son savoir-faire, ses convictions politiques ainsi qu’un bon tissu relationnel le lient à l’élite sociale et culturelle de son pays d’origine. Ces facteurs vont conditionner sa place au sein de la communauté française de Buenos-Aires mais aussi au sein de la société réceptrice.

4Lorsqu’Alfred Ebelot arrive en Argentine en 1870, l’État argentin a besoin de main-d’œuvre hautement qualifiée. En tant qu’ingénieur, il intervient dans de nombreux domaines, tels que les transports, les communications, les réseaux d’eau potable, les égouts, l’arpentage, etc. Sa qualité d’ingénieur civil et militaire lui permet d’intégrer sans difficulté non seulement les réseaux scientifiques internationaux mais aussi ceux de l’élite locale.

5Au sein de la communauté française de Buenos Aires, qui croît avec le développement de la ville et avec l’immigration, Alfred Ebelot fonde, en 1871, un premier journal, Le Républicain, puis un second, L’Union Française, avant de poursuivre son activité de journaliste politique au sein du Courrier de La Plata. Son but est de plaider la cause de l’universalisme républicain et de défendre les intérêts de sa communauté d’appartenance. À travers les loges maçonniques et les associations, Alfred Ebelot intègre l’élite de sa collectivité, au point d’en devenir rapidement un des acteurs principal et de consolider son leadership.

6Par ailleurs, il se livre à une sévère critique du gouvernement argentin et du fonctionnement de la société argentine. Intervenant dans la presse locale en tant que chroniqueur politique, il participe activement, en tant qu’étranger, au débat politique argentin. De la même manière, il contribue à la polémique relative à l’existence ou non d’une société et d’un corpus littéraires argentins, participant activement à la problématique liée à l’invention d’une tradition nationale argentine. Sa position, à cheval entre deux mondes, lui permet d’avoir le recul et l’implication nécessaires pour exercer son sens critique et peser sur l’opinion publique argentine mais au final il échoue à consolider sa place, dans son pays d’accueil comme dans son pays d’origine.

7Bien qu’elle soit l’illustration de mécanismes communs à beaucoup d’autres parcours migratoires, la trajectoire d’Alfred Ebelot demeure exceptionnelle. Son expérience personnelle n’est pas complètement calquée sur les processus par lesquels les élites étrangères accèdent aux places de prestige dans la société argentine. Alfred Ebelot, qui, au même titre que d’autres élites françaises, a largement contribué aux processus de modernisation de l’Argentine, finit par ne plus trouver ses marques dans ce pays qui a connu des transformations radicales à l’approche du xxe siècle.

8Inspiré par une thèse de doctorat d’histoire, cet ouvrage, très documenté et très sérieux, bien écrit et bien structuré, met en valeur les relations franco-argentines issues de l’émigration française. Il prouve la charge informative de l’étude de cas dans l’histoire sociale et culturelle des relations transatlantiques !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Fouché, « Pauline Raquillet, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 2011, 314 p., préface de Pilar Gónzalez Bernaldo », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62212

Haut de page

Auteur

Nicole Fouché

CNRS (CÉNA-MASCIPO-EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page