Navigation – Plan du site
Romy Sánchez Villar

Vincent Bloch, Philippe Létrillart (dir.), Cuba, un régime au quotidien, Choiseul, Paris, 2011, 221 p.

[30/11/2011]

Texte intégral

1Sur la Cuba contemporaine, il semble parfois qu’il n’y ait que de l’anecdotique, du savoureux, des choses vues, des récits de voyages, des impressions, des blogs et des opinions. Si les analyses se font moins rares en économie et en sciences politiques qu’en sciences sociales et sciences humaines en général, c’est souvent aux États-Unis que l’on trouve le plus de publications : peu d’ouvrages européens, Espagne comprise.

2Le livre collectif publié par le sociologue de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) Vincent Bloch, et par le diplomate du Quai d’Orsay, correspondant scientifique du Céri (Centre d’études et de recherches internationales), Philippe Létrillart semble vouloir remédier à ce manque. Il s’agit d’une excellente sélection d’articles pour tenter de comprendre la Cuba labyrinthique de ce début de xxie siècle. La nature de l’ouvrage le rend à la fois accessible et précis : ni complètement académique, ni journalistique, les sciences sociales y viennent en aide à l’analyse politique.

3Le livre est encadré par deux articles courts, prologue et postface, de deux des meilleurs essayistes cubains contemporains : Rafael Rojas est historien au Centro de Investigación y Docencia Económica (CIDE) de Mexico D.F. et spécialiste de l’histoire intellectuelle latino-américaine et cubaine ; Antonio José Ponte est écrivain, poète, essayiste et directeur du site Diario de Cuba après avoir été longtemps à la tête de la revue Encuentro de la cultura cubana. Le premier donne le ton, éclaire le contexte de l’île post-2007, depuis la passation de pouvoir des frères Castro. Le second écorche la figure sacrée de José Martí, héros national de l’indépendance cubaine placé sur le piédestal de la mémoire par le régime castriste, et montre la voie d’un renouvellement de la pensée cubaine sans la mythologie révolutionnaire. Entre ces deux textes clairvoyants et synthétiques, six articles de chercheurs : les thèmes vont de l’économie familiale aux prisons, en passant par l’Église catholique, les artistes et intellectuels face au régime. Au sein de cette variété d’approches, il faut dès à présent préciser que les articles de Vincent Bloch et d’Elizabeth Burgos se différencient des autres textes – l’un par la proposition conceptuelle qu’est le paradigme de la lutte en tant que clé de lecture pour analyser l’expérience révolutionnaire, l’autre par l’entreprise diachronique d’ampleur qu’il entreprend à travers le sujet de l’univers pénitencier. Bien que les essais de Philippe Létrillart et du politologue Yvon Grenier proposent aussi une relecture historicisée sur leurs thèmes respectifs, leurs éclairages sont moins généraux. Les textes de la sociologue Sujatha Fernandes et de l’anthropologue Julia Cojimar se concentrent quant à eux sur les réalités des années 2000, avec quelques retours sur la période spéciale.

4Dès le prologue, Rafael Rojas fait l’apologie de la visibilité académique et de la nécessité des sciences sociales à propos des études cubaines, afin de sortir non seulement du réflexe journalistique et du sensationnalisme déclenché par la Révolution, mais aussi de la « polarisation binaire de deux idéologies et de deux groupes ». Et c’est exactement cet effort analytique que propose Vincent Bloch dans son article : à travers un récit chiffré et riche en scansions chronologiques, le sociologue entreprend de relire une période trop souvent considérée comme un bloc monolithique (1959 – 1989) tout en dénonçant également le travers du microsociologique, qui rendrait la société cubaine et le régime castriste tout aussi illisibles. Ainsi, pour contrer cette alternative stérile entre grande fresque et microanalyse, l’auteur se propose d’examiner les normes de l’expérience révolutionnaire avant la période spéciale en temps de paix (que l’on fait généralement commencer entre la chute du bloc soviétique et la légalisation du dollar dans l’île en 1993) afin d’évaluer la façon dont la transgression des règles officielles s’imbrique avec les modes de domination et les prétentions à la légitimité du gouvernement. Il s’agit de démontrer que la fameuse débrouille n’a pas soudainement surgi après 1989 et que ce jalon chronologique ne témoigne peut-être pas d’une véritable modification de la nature du régime politique cubain. Toute l’argumentation de Vincent Bloch se bâtit autour de l’indice qui selon lui articule le rapport entre le contenu de la vie quotidienne et le fonctionnement global de la société cubaine : la lutte, le combatde tous les jours, cette lucha qui selon le chercheur serait bien plus qu’« un bon jeu de mots entre aspirations révolutionnaires et débrouille ». Les mots-clés du castrisme – « intégration », sociolismo ou petits arrangements entre dirigeants, « conformité révolutionnaire » et adaptation, accommodation imposées par le système à la population – une fois expliqués à la lumière de ce « sens partagé de la réalité » que serait la lucha, deviennent autant de preuves que la transgression n’a pas attendu les années 1990 pour passer, comme l’explique Bloch, « de la marginalité à la norme » et que cette même transgression n’empêche pas la perpétuation du régime.

5L’article de Julia Cojimar sert de photographie contemporaine au travail de Vincent Bloch, en ce qui concerne l’aspect matériel. On y lit le quotidien d’une famille havanaise au jour le jour, et même s’il s’agit d’une étude récente, le lecteur peut y percevoir le passage de l’avant à l’après 2007 : la chercheuse a effectué de nombreux séjours dans l’île depuis 2004 et donne même un aperçu des changements survenus depuis novembre 2010 concernant l’apparition des licences d’établissements « à son compte » au sein de sa famille d’étude. L’analyse du fonctionnement de l’économie domestique des Vázquez comprend les salaires, les pensions, le système de rationnement, le prix des produits d’alimentation hors rationnement, le marché noir et les mécanismes de résistance face au déséquilibre économique. En se proposant d’observer et de comprendre ce qu’est la pluriactivité au sens pratique du terme et l’évolution de celle-ci au cours des dernières années dans un foyer, Julia Cojimar illustre avec efficacité ce qu’elle diagnostique comme des vies scandées par l’anxiété et l’incertitude. C’est la précarité moyenne d’une famille pourtant considérée par l’anthropologue comme d’un niveau supérieur à la moyenne des Havanais qui est dévoilée ici. Au-delà du pittoresque de la débrouille, pour Julia Cojimar la pluriactivité va de pair avec la peur. La peur du manque mêlée à la peur de l’avenir.

6En abordant le système pénitencier cubain, Elizabeth Burgos tente de définir une logique répressive immuable depuis 1959. Au-delà des « lieux de punition » et des conditions de détentions, l’article aborde des aspects bien plus généraux de ce qu’elle nomme l’« institution de l’oppression ». De l’application de la peine capitale dès 1959 à la répression de l’opposition armée en passant par le rapport au corps des plantados – ces prisonniers politiques anticastristes qui refusent toute forme de renoncement à leurs engagements de départ – l’anthropologue dissèque un système vieux d’un demi-siècle, avec ses spécificités, ses recettes. En somme, Elizabeth Burgos veut expliquer dans cet article à quel point il ne s’agit pas seulement pour le régime en place de punir, mais bien d’obtenir l’allégeance de ceux qui ne sont pas exécutés. A l’aide des témoignages d’anciens prisonniers, ce travail entreprend l’épineuse tâche de pallier le manque d’archives sur le sujet : en alternant descriptions de lieux et récits de détenus avec un parcours chronologique parfois difficile à suivre pour qui ne connaît pas la trame de la Révolution cubaine, Burgos livre un panorama de la répression qui gagnerait certainement à être subdivisé en plusieurs travaux autonomes, tant le sujet se prête à des développements thématiques, qu’il s’agisse des premiers pelotons de fusillés à la mort du dissident gréviste de la faim Orlando Zapata Tamayo, en février 2010.

  • 1  Létrillart, Philippe, Cuba, l’Eglise et la Révolution : approches d’un concurrence conflictuelle, (...)

7Philippe Létrillart propose quant à lui dans son article sur « le retour du catholicisme cubain » une riche actualisation de son ouvrage de 2005, sur l’Église et la société civile à Cuba1. Il explique d’abord comment l’approche symbolique et l’universalisme qui émanent du pouvoir finissent par tenir lieu de monopole, là où le rôle des dirigeants catholiques est constamment minoré. Le lien entre nationalisme, pouvoir et Église est l’occasion d’une réflexion particulièrement intéressante autour du Père Félix Varela – cette figure à la fois mobilisée comme prétendu père d’une nationalité cubaine introuvable mais qui donne aussi son nom au projet d’Oswaldo Payá pour une refonte de la Constitution sur pétition des Cubains, comme le prévoit en principe la loi du pays. Selon Létrillart, l’Église jouit certes d’une liberté restreinte, mais constituerait l’unique contre-pouvoir légal de l’île ; on pourrait même parler d’après lui de « parti politique de substitution », voire de « fonction parapolitique ». L’analyse de la nouvelle place de l’Église au sein de la société cubaine – encore floue mais grandissante selon le spécialiste – est l’occasion d’une intéressante tentative de définition d’un thème problématique trop souvent esquivé par les études sur Cuba : celui de l’existence ou de l’absence de société civile dans l’île. Philippe Létrillart explique que « le régime présente les organisations qu’il a lui-même générées comme constitutives d’une société civile indépendante des institutions de l’État ». Dans un tel contexte, l’article pose aussi la question de la responsabilité individuelle et de son lien à la notion d’ordre social : l’Église joue un rôle de passeur, mais ne peut créer de la société civile ex nihilo, et encore moins hors de l’État-monopole.

8C’est aussi la question du lien des artistes et intellectuels à l’État qui occupe Yvon Grenier et Sujatha Fernandes dans leurs articles respectifs. A travers le thème de la critique politique dans les milieux intellectuels cubains, Yvon Grenier aborde « les certitudes de la Révolution et l’incertitude des limites du permissible » ; tout comme Vincent Bloch, le politologue propose des termes, des grilles de lecture et des concepts pour lire et décrypter ce qui est d’habitude décrit. Grenier parle ainsi de « régulation autoritaire de l’incertitude » et explique au lecteur ce qui – au fil des années – est considéré comme critiquable par les membres du monde intellectuel cubain. La politique culturelle selon le chercheur « apparaît comme un tissu de contradictions, d’ambivalences » dans lequel écrivains, artistes et penseurs doivent implicitement mêler loyauté aux dirigeants et posture critique envers certains paramètres du système. Le paradoxe est particulièrement bien illustré par le fait que les acteurs en supposée demande d’autonomie et d’espace de parole font face à un seul et unique « pourvoyeur de la reconnaissance » : l’État. Au sein des institutions culturelles « historiques » de La Havane (ICAIC, UNEAC, Casa de América), on pourrait selon Grenier parler de possible « dissonance », mais pas de critique, loin de là.

9Chez Sujatha Fernandes, le paradoxe de l’inclusion implicite dans l’État cubain des acteurs a priori contestataires est d’autant plus criant que son objet d’étude est le rap « underground » né à Cuba. La sociologue s’intéresse en effet au hip-hopcomme occurrence d’une culture alternative, d’une résistance culturelle mais surtout comme lieu d’un dialogue ambivalent avec l’État. Fernandes explique comment les groupes dit « commerciaux » comme Orishas échappent au moins partiellement au contrôle étatique, alors même que le mouvement proprement alternatif des groupes plus revendicatifs et peu enclins à être produits et distribués par des maisons de disques internationales, est capté par l’État qui contrôle, censure et régule les formes artistiques mais qui par définition sont des tribunes de la contestation. La récupération de cet « underground » va jusqu’aux revendications dites raciales de ces groupes de rap ; cette rapide évocation dans le contexte des rappeurs permet de signaler en passant ce qui est peut-être une des lacunes de l’ouvrage : un article sur le racisme à Cuba aurait complété l’analyse de Fernandes. Les textes des jeunes rappeurs alternatifs permettent à l’État de sponsoriser à la fois l’image de Cuba en nation métisse dotée de racines africaines, mais aussi l’anticonsumérisme et l’anticapitalisme, critique dirigée directement contre les États-Unis, alors même que ces groupes reproduisent d’une part les codes du « conscient rap » états-unien, d’autre part le look vestimentaire du hip-hop de l’ennemi. En somme, les contradictions du rap cubain selon Sujatha Fernandes sont bien résumées par la critique musicale Elena Oumano : « Cuba c’est un peu la plus faible et la rebelle sur la scène mondiale : c’est le dernier bastion du marxisme alors qu’il y a plus qu’une alliance entre le gouvernement et le hip-hop ».

10En guise de postface, José Antonio Ponte propose une promenade douce-amère et ironique à travers l’imagier de José Martí et les usages idéologiques d’un passé historique monomaniaque. Le héros national dénaturé et usé à l’envi par la Révolution castriste est volontairement mis à mal par l’essayiste qui pose la judicieuse question : « Reste-t-il un Martí utile pour la politique cubaine » ? Ne doit-il pas redevenir illustre inconnu pour pouvoir à nouveau signifier auprès de l’histoire nationale cubaine ?

11Avec cette clôture sur l’omniprésence paralysante et la vacuité neutralisante de José Martí, on en revient à l’Histoire, au diachronique. Et l’équilibre est retrouvé entre analyse de l’île contemporaine et retour sur les symboles, les socles et les jalons du régime. C’est précisément cette alternance entre photographie contemporaine et retour sur le passé de la Révolution qui fait la valeur de l’ouvrage et le rend relativement inclassable : histoire, sociologie, anthropologie, analyse politique et essai littéraire ; toutes les formes se conjuguent pour expliquer la complexité cubaine. Il s’agit donc d’une excellente compilation, à laquelle on pourrait seulement reprocher d’abord de ne pas inclure de bibliographie et ensuite de ne pas proposer d’écrit émanant d’un auteur de l’île ; tous les chercheurs du recueil observent Cuba depuis l’extérieur, même les Cubains Rojas et Ponte qui ont quitté leur pays depuis des années. La lecture de ces analyses gagnerait à être complétée par des textes produits à Cuba, dans l’espoir de nuancer progressivement la frontière dedans/dehors, qui persiste malgré tout dans bien des domaines, tout comme la faible circulation internationale des textes publiés à l’intérieur du pays.

Haut de page

Notes

1  Létrillart, Philippe, Cuba, l’Eglise et la Révolution : approches d’un concurrence conflictuelle, L’Harmattan, Paris, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romy Sánchez Villar, « Vincent Bloch, Philippe Létrillart (dir.), Cuba, un régime au quotidien, Choiseul, Paris, 2011, 221 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62218

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page