Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2004Le Brésil de Lula

2004

Le Brésil de Lula

A propos de : Candido Mendes, Lula et l'autre Brésil, Paris, IHEAL-Editions, 2003, 77 p. Jacky Picard (sous la direction de), Le Brésil de Lula. Les défis d'un socialisme démocratique à la périphérie du capitalisme, Paris, Khartala, 2003, 227 p.
Frédérique Langue

Texte intégral

1Evénement politique hors norme, l'élection de Luis Inácio da Silva à la présidence de la première puissance d'Amérique latine est certes interprétée comme l'expression de la consolidation de la démocratie brésilienne. Après vingt ans de dictature militaire et dix-spet années de gouvernements de centre-droit, cette alternance politique que représente la victoire de la gauche a également ouvert la voie à l'idée d'un "autre monde" possible. Leader d'une certaine forme d'"altermondialisme" et, avant même sa victoire, d'un parti à la maturité politique incontestable (le Parti des Travailleurs, consacré comme tel lors des différents scrutins d'octobre 2002, et avant cette date, lors des élections municipales d'octobre 200), Lula présente une personnalité qui contraste avec celles de ses prédécesseurs ou de ses pairs latino-américains. Comment expliquer l'ampleur de ce succès électoral voire médiatique mais également ses limites? Quelles sont les perspectives ouvertes par cette élection et la marge de manœuvre  face à une contestation déjà manifeste dans certains milieux politiques ou intellectuels, ou par  des secteurs de l'économie rétifs aux mesures prises par le nouveau gouvernement installé en janvier 2003 et visant à rétablir les grands équilibres macro-économique et à relancer la croissance "par le bas"? Quelles implications en retirer sur un continent soumis aux inégalités sociales si ce n'est aux séismes économiques ou sociaux (Argentine), à la contestation de leaders précédemment plébiscités par la voie des urnes (Chávez au Venezuela, Gutiérrez en Equateur), ou aux mouvements de contestation particularistes (les cocaleros d'Evo Morales en Bolivie)? Quel pourrait- être le rôle du président brésilien au sein de ce qu'il est de bon ton de considérer, depuis l'Europe, comme une "nouvelle gauche latino-américaine", à même de compenser la perte de repères idéologiques du Vieux continent, et bénéficiant d'un capital de sympathies incontestable? Au vu des expériences menées dans certaines grandes villes comme Porto Alegre, peut-on parler d'une "démocratie participative" mis en œuvre in situ?

2A cet ensemble de questions posées à la fois par le premier ouvrage,  et par l'actualité de ces derniers mois, répond en partie, tel un écho, la publication réalisée sous les auspices de l'association des chercheurs de Lusotopie. Les "défis" posés par la gestion de l'Etat brésilien y sont posés en termes clairs et permettent de revenir sur cette conquête démocratique de l'Etat fédéral par un parti fondé en 1980 sur une triple base, syndicale, catholique progressiste et socialiste. La principale contradiction du moment réside en effet dans la remise en question des mécanismes qui, dans le passé, avaient fondé le "miracle brésilien" (1968-1974), à savoir la concentration des revenus au profit d'une frange limitée de la population, la grande majorité demeurant dans la pauvreté. La victoire de Lula était liée, par ailleurs, aux conséquences de la grave crise économique et financière qui avait entamé la crédibilité du précédent gouvernement, à l'augmentation du chômage, et à la diminution des revenus de la classe moyenne. D'où les programmes sociaux mis en œuvre par le gouvernement Lula (plans de lutte contre la faim et la pauvreté, réformes dans le domaine de l'éducation), l'insistance mise sur la réforme agraire, dont témoignent constamment les revendications exprimées par le Mouvement des "sans-terre". De même faudrait-il mentionner la persistance du minifundium ou du clientélisme dans des régions concernées par la réforme agraire malgré un recul considérable des pratiques clientélistes en général.

3D'où également, les tentatives répétées de jouer un rôle plus actif sur la scène internationale (suivant d'ailleurs les efforts entrepris sur ce plan par le précédent gouvernement) d'instaurer un nouveau rapport de forces sur le plan international, afin d'échapper aux contraintes financières externes et de développer l'économie nationale sur un mode participatif et des bases plus égalitaires,comme le démontrent nombre de contributions réunies dans cet ouvrage. La rupture avec le discours radical de contestation du capitalisme, la concrétisation d'alliances politiques a certes permis de réduire les oppositions. Certaines analyses présentées ici voient par conséquent dans l'expérience brésilienne une "nouvelle voie" pour l'Amérique latine, et une autre manière de gouverner, fondée sur la mobilisation des mouvements populaires et de la société civile qui a porté Lula au pouvoir. A cet ouvrage qui a le grand mérite de faire le point sur ces questions essentielles non seulement pour le Brésil mais également pour l'ensemble du continent latino-américain, ont participé des auteurs aussi divers que S. Monclaire, D.Vidal, J. Picard, M.O. Bezerra, M. Gret, P.Salama, J.F Deluchey, J.Y. Mérian, C. Albaladejo, M. Löwy, D. Pessanha, J.Y. Martin, ou M. Sampaio.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Le Brésil de Lula »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 février 2004, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62327 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.62327

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search