Navigation – Plan du site
Soizic Croguennec

Les sociétés minières dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle : construction et évolution d’un monde métis

Thèse soutenue le 23 novembre 2011 à l’université de Toulouse-2 Le Mirail (École doctorale TESC – Laboratoire Framespa). Doctorat de l’Université de Toulouse obtenu avec la mention très honorable et les félicitations du jury.
Membres du jury : Directeur de thèse :Monsieur le Professeur Michel Bertrand (Université Toulouse 2 – Le Mirail).Rapporteurs : Madame le Professeur Frédérique Langue (CNRS, présidente) et Monsieur le Professeur Zacarias Moutoukias (Université Paris 7 – Paris Diderot), Monsieur le Professeur Rodolfo De Roux (Université Toulouse 2 Le Mirail) et Monsieur le Professeur Víctor Gayol (Colegio de Michoacán)
[30/01/2012]

Résumés

Mon travail porte sur les sociétés minières du centre-nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle, notamment à Zacatecas, Fresnillo et Sombrerete. Dans ce cadre précis, je m'intéresse aux « plèbes urbaines », groupe hétérogène dans lequel se retrouvent les castas mais aussi la foule des Indiens ladinos et des Espagnols déclassés qui adoptent des comportements similaires ou qui s'accrochent désespérément à leur « hispanité ». Cette définition mène en premier lieu à l'analyse de la stratification sociale d'un point de vue socio-économique. Toutefois, le comportement de crispation des « petits-blancs » conduit à ne pas évacuer totalement la prégnance d'une stratification socio-raciale dans les mentalités et les représentations. Une telle approche induit non seulement un questionnement sur la constitution de la société coloniale mais introduit aussi la notion du discours sur autrui, autant de problèmes qu'il faut résoudre en confrontant la réalité coloniale, le vécu des « plèbes urbaines » et le discours dont elles font l'objet. C'est donc tout un jeu de va-et-vient entre ces pôles qui doit révéler une société infiniment complexe et mouvante dans laquelle stratifications concrète et mentale se combinent et produisent une véritable mosaïque sociale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette thèse est disponible en texte intégral sur l’archive ouverte Tel : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00655775/fr/

Texte intégral

Extrait de thèse

Les sociétés minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle : un cadre idéal pour étudier la construction et l'évolution d'une société métisse

1L’objet principal de ce travail est le monde des populations métissées, de leur place problématique dans la société, de leur complexe identité, de la manière dont elles interagissent avec une région leur offrant de réelles opportunités et de grands espaces de liberté de mouvement pendant une grande partie du XVIIIe siècle : le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne. Histoires sociale, culturelle et régionale se combinent donc pour révéler les multiples facettes d’une société complexe et métisse à plus d’un point, d’une véritable mosaïque sans cesse en pleine évolution.

Le cadre étudié : le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne et la région de Zacatecas

  • 1 Philip Powell, La guerra chichimeca 1550-1600, Mexico, Fondo de cultura económica, 1977, 308 p.

2A partir de la fin du XVIsiècle, les mines d’argent se sont multipliées sur le plateau central de la Nouvelle-Espagne et ont donné naissance à d’importantes villes minières comme Guanajuato, Zacatecas, San Luis Potosí… Ces fondations ont joué un double rôle dans le développement de la colonie en fournissant d'une part les métaux précieux tant désirés par la Couronne et en contraignant les autorités à stimuler l'organisation et l'administration territoriale de vastes espaces brusquement intégrés à la Nouvelle-Espagne. De fait, l'apparition de ces reales de minas a elle-même engendré la création d'une « Frontière » repoussée toujours plus loin vers le nord, non sans grandes difficultés comme en témoigne la durée de la « guerra chichimeca » ou la permanence d'une récurrente menace Apache jusqu'à la fin du XVIIIe siècle1. Il fallait en effet s'attacher à relier les nouveaux centres miniers au cœur de la colonie qu'était la ville de Mexico et à maintenir la sécurité des liaisons créées. Tout un système d'extension de la colonie s'est alors mis en place, alimenté par des nécessités stratégiques (défense des villes et des routes contre les menaces des Chichimèques) et par les découvertes de nouveaux gisements au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, le succès des premiers reales alimentant les espoirs de bonanza et stimulant les efforts des aventuriers.

  • 2 Voir la récente littérature sur la notion de frontière : Natividad Planas et Michel Bertrand (éd.), (...)

3Nous pouvons voir là les caractéristiques qui ont défini le « Centre-Nord » de la Nouvelle-Espagne tout au long de la période coloniale : esprit de « Frontière2 », recherche permanente de la bonanza, lien ténu avec le centre de la colonie. En conséquence, la délimitation de cet espace ne peut pas se réduire à sa première et plus évidente définition géographique. Le « Centre-Nord » est en effet bien plus qu'une zone que l'on peut globalement assimiler aux territoires de la Nueva Galicia et du Nuevo León. On peut observer dans ces régions un destin commun qui vient renforcer la délimitation géographique choisie. Si au XVIIe siècle cette zone constitue véritablement « la frontière nord » de la Nouvelle-Espagne au sens géographique, stratégico-militaire et social du terme, la progression de la présence coloniale vers El Lejano Norte au XVIIIe siècle entraîne une redéfinition géopolitique et sociale de la région et de sa place dans l'organisation territoriale de la vice-royauté pour en faire une région intermédiaire. La Nouvelle-Galice n'est plus vraiment une « frontière », mais reste tout de même un espace éloigné de Mexico à la structuration plus nette (peuplement, installations urbaines, mise en valeur et protection du territoire) tout en demeurant une zone propice à la liberté de mouvement et à la recherche d'un refuge loin des instances répressives royales ou inquisitoriales. Si l'on ajoute le fait que l’activité minière rythme de plus en plus la vie de cette région, c'est véritablement un espace cohérent qui saute aux yeux.

  • 3 Jesús Flores Olague, Breve historia de Zacatecas, México, Fondo de Cultura Económica, 1996, 231 p.
  • 4 Peter Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, 1971, p. 26
  • 5 Philip Powell, op. cit., p. 30.

4Au cœur de cet espace se trouve la région de Zacatecas, ville minière fondée en 15853. Chef-lieu du corregimiento puis de l'intendance du même nom, Zacatecas est rapidement devenue un des principaux reales de minas de Nouvelle-Espagne. Pour les historiens de la ville, cette dernière est d'ailleurs présentée comme la « civilisatrice » ou encore la « mère » du nord de la Nouvelle-Espagne4. Ce sont en effet les richesses zacatecanas qui ont poussé les autorités vice-royales à stimuler la colonisation et la prise de contrôle de la Nouvelle-Galice lors de la guerre Chichimèque pour protéger la route de l'argent5 et l'approvisionnement de la ville. Mais c'est aussi de Zacatecas devenue un pôle solide de la colonie que sont parties bien des expéditions dirigées vers la nouvelle frontière du nord.

Populations métissées ou plèbes urbaines : quel objet d'étude ?

5Le développement de Zacatecas et des autres centres miniers de la région mené à la constitution de tout un monde dans lequel les caractéristiques du petit peuple urbain formé d’Espagnols déclassés (qui peuvent adopter des comportements similaires à ceux des castas, des populations métissées, ou qui, au contraire, s’accrochent désespérément à leur hispanité, définissant ainsi l’attitude des « petits-blancs »), de castas et d’Indiens amestizados (acculturés et intégrés à la société urbaine coloniale) se doublent des particularismes attachés au monde de la mine et à ces régions isolées.

  • 6 Voir Daniel Roche, Les circulation dans l’Europe moderne. XVIIe – XVIIIe siècle, Paris, Pluriel, 20 (...)

6Plus spécifiquement, l’accent est mis sur les populations qui ont un lien direct avec ce monde particulier de la mine, à savoir les mineurs, les employés des haciendas de beneficio, ceux qui plus généralement résident dans les reales de minas ou à proximité. Toutefois, dans la mesure où les activités minières ont une influence profonde sur les autres activités – agricoles ou artisanales – il est difficile d’ignorer le monde des artisans, journaliers, serviteurs ou autres conducteurs de mules dont la survie, la prospérité et la mobilité sont véritablement rythmées par le monde de la mine. Ce travail porte donc sur les plèbes urbaines et métissées de ces régions minières, cadre précis qui influe fortement sur les comportements, les modes de stratification sociale et d’intégration des populations concernées, et qui donne à voir une société en forme de mosaïque, aux opportunités multiples, un véritable « monde métis » pour tout dire6. Une telle définition du groupe social considéré place la recherche accomplie dans la perspective d’une stratification socio-économique de la société coloniale de manière implicite et quasi automatique. Toutefois, les comportements, les discours, la crispation des « petits-blancs » en particulier conduisent à ne pas évacuer totalement la réalité d'une certaine stratification socio-raciale dans les mentalités et les représentations, du moins chez les Espagnols, qu’ils appartiennent au monde des élites ou non. Si l'on examine la situation zacatecana, force est de constater que le groupe des « plèbes urbaines » et celui des « populations métissées » et assimilées se recoupent nettement. Le but est dès lors de pondérer la prégnance de la stratification de nature socio-économique ou de nature socio-raciale à la fois sur le plan de la réalité sociale et celui des mentalités, ce qui situe finalement cette étude à la croisée de l'histoire sociale et de l'histoire culturelle.

Les évolutions du XVIIIe siècle

  • 7 Voir à ce sujet Thomas Calvo, « Les vices-rois et la plèbe » dans Caravelle, Toulouse, Presses Univ (...)
  • 8 Sur les mouvements populaires de la période, voir Doris Ladd, The making of a strike. Mexican silve (...)
  • 9 Éric Van Young, The other rebellion. Popular violence, ideology and the Mexican struggle for indepe (...)

7La période considérée définit un long XVIIIe siècle, et s’ouvre par l’onde de choc qui a parcouru la colonie à la suite des violentes émeutes qui ont agité Mexico en 1692 et ont brutalement révélé aux yeux des élites non seulement le poids des castasdans la société mais aussi leur dangerosité potentielle pour l’ordre en place7. Un peu plus d’un siècle plus tard, c’est la révolte d’Hidalgo qui vient clore la période. Le siècle ainsi défini se conclut à première vue comme il avait débuté, par un contexte d’émeutes et de révoltes qui ébranlent véritablement l’ordre en place avant que celui-ci ne parvienne à reprendre la main. Deux violents événements bornent donc la période considérée et mettent en relief la grande sensibilité et colère des couches populaires tout en paraissant confirmer d’un bout à l’autre du siècle les nombreux préjugés visant les populations métissées. Si l’on ajoute d’autres mouvements comme les grèves qui ont touché Real del Monte dans les années 1760 ou les émeutes qui ont agité la région de San Luis Potosí notamment à la suite de l’expulsion des Jésuites8, un regard rapide sur la période laisse l’impression de rapports sociaux extrêmement conflictuels et d’une faible intégration des populations métissées dans la société coloniale9.

  • 10 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55 et AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.
  • 11  Voir p. 4.

8Seulement, un léger changement d’échelle pour examiner les rythmes de l’histoire régionale du Centre-Nord laisse entrevoir d’autres évolutions. Les années 1690 sont en effet marquées par de violentes révoltes indiennes dans la grande région de Zacatecas qui, contrairement aux émeutes de Mexico, paraissent contribuer à un certain resserrement temporaire des liens au sein des populations urbaines devant une menace perçue comme commune10. En changeant le point de vue, la chronologie choisie prend donc une signification sensiblement différente et laisse entrevoir une situation moins tranchée : les populations métissées de la région de Zacatecas, du moins au début de la période, tendent à se rapprocher du monde espagnol dans une zone peu contrôlée et menacée par des tribus indiennes jamais véritablement soumises11. De fait, à l’échelle régionale, les frontières sociales paraissent moins marquées, ou, plus précisément, différemment marquées et l’hypothèse d’un mouvement chronologique se laisse deviner, celle d’une dislocation croissante, d’une marginalisation accrue des plèbes urbaines au cours de la période. L’analyse du temps administratif ou législatif qui révèle un phénomène conjoint d’ascension de certains castaset de crispation sociale à la fin du XVIIIe siècle semble abonder dans ce sens. Dans ce contexte, les plèbes urbaines surgissent brusquement comme des acteurs incontournables de la vie sociale, qu’elles choisissent la révolte ou, au contraire, le rapprochement avec les élites, conduit ainsi naturellement à axer l’analyse sur l’évolution de leur place problématique au sein de la société du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne.

  • 12 Richard Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Per (...)

9Le XVIIIe siècle est également marqué par les saccades économiques de la succession des cycles miniers, de l’alternance des moments d’abondance et des moments de crise. A l’évolution séculaire s’ajoute donc un rythme plus rapide mais aussi très localisé12. Enfin, plus encore que l’évolution séculaire ou le rythme économique rapide, c’est le temps long des permanences qui domine la vie quotidienne du Centre-Nord de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Certes, ce n’est pas un monde entièrement figé qui apparaît, mais il n’en demeure pas moins que l’impression de lourdes permanences – essentiellement sur le plan des mentalités, des pratiques et des préjugés – à l’œuvre dans la société coloniale domine finalement la période.

Enjeux historiographiques

10De fait, ce travail entend se situer à la croisée de deux grandes traditions historiographiques. D’une part, l’intérêt porté aux populations métissées et à la notion du métissage le place ainsi dans la lignée de l’histoire du métissage, d’autre part, le fort ancrage régional volontaire a conduit à améliorer la connaissance d’une zone complexe, le Centre-Nord, considérée cette fois-ci à travers le prisme des plèbes urbaines.

Histoire du métissage

  • 13 Antonio Lipchutz, El problema racial… op. cit.
  • 14 Voir les travaux de Richard Konetzke et Ángel Rosenblat évoqués plus haut.
  • 15 Magnus Mörner, Le métissage… op. cit., p. 68.
  • 16 John Chance, Race and class in colonial Oaxaca, Stanford, 1978, 250 p.
  • 17 John Chance, Race and class… op. cit., p. 187.
  • 18 Chantal Caillavet et Martin Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies so (...)

11L’intérêt pour l’histoire du métissage est ancien comme en témoignent les ouvrages publiés par Richard Konetzke, Antonio Lipchutz13 ou Ángel Rosenblat dès les années 1940 et 1950 sur le sujet14. Ces auteurs représentent en fait ce que l’on pourrait qualifier de « première génération » des études du métissage et ont adopté une démarche essentiellement positiviste, centrée sur une acception biologique et légale du métissage. La seconde génération des années 1960 représentée par le suédois Magnus Mörner prolonge le sillon d’un métissage biologique et se concentre essentiellement sur la formation d’une société de castes et la place occupée par les populations métissées dans une société coloniale qui a bien du mal à les accepter15. Toutefois, à partir des années 1970, les principales attaques ont fusé de deux côtés. Ainsi, des historiens comme John Chance ont violemment remis en cause le postulat d’une stratification socio-raciale du monde colonial. Il oppose ainsi la vision d’une stratification de type socio-économique, conséquence de la naissance au XVIIIe siècle de ce qu’il qualifie de « pré-capitalisme »16. Il reproche en outre une attention trop importante accordée à la législation coloniale au détriment d’une vraie analyse de la réalité sociale17. Les mêmes reproches sont formulés par un autre groupe d’historiens attaché à développer une vision plus culturelle du métissage et décidé à discuter le phénomène en tant que notion problématique18.

  • 19 Voir Thérèse Bouysse Cassagne, « Etre métis ou ne pas être : les symptômes d’un mal identitaire dan (...)
  • 20 Serge Gruzinski, La colonisation de l’imaginaire, Paris, 1988, 374 p. / Bernard Grunberg et Monica (...)
  • 21 Enrique Florescano et Virginia García Acosta (coord.), Mestizajes tecnólogicos y cambios culturales (...)
  • 22 Serge Gruzinski, La pensée métisse, Paris, 1999, 345 p.
  • 23 Jacques Poloni-Simard, Indianité et métissages : la dynamique de la société indienne du corregimien (...)

12Les catégories suivies bien respectueusement par les historiens sont ainsi largement relativisées et même remises en cause par une définition de plus en plus sociale et culturelle du phénomène19. L’acculturation est alors devenue la problématique principale de l’histoire du métissage. Cet intérêt a entraîné un grand dynamisme illustré par la publication de nombreuses synthèses et ouvrages collectifs dans les années 199020. Les champs d’application du terme se sont ainsi multipliés21 (histoire de l’art, des techniques, etc.), si bien que Serge Gruzinski a pu écrire qu’il était dorénavant impossible d’étudier le métissage tant on s’était éloigné du concept initial et des premiers concernés, les populations métissées22. Toutefois, il paraît possible de sortir de cette impasse conceptuelle en revenant pour ainsi dire « aux sources » : les travaux de Jacques Poloni-Simard ont développé une approche fondée sur une démarche d’histoire sociale s’appuyant sur l’étude des réseaux et la mobilisation des sources notariales et judiciaires, renverse le point de vue en faisant des castas non plus des objets mais des acteurs interagissant avec l’ensemble de la société23.

Histoire du Centre-Nord

  • 24 Philip Powell, La guerra chichimeca… op. cit. Peter Bakewell, Mining and society… op. cit. 294p. / (...)
  • 25  Peter Bakewell, Mining and society… op. cit. / David Brading, « Mexican silver mining in the eight (...)

13L’intérêt d’une telle démarche est double : non seulement elle permet d’apporter une pierre supplémentaire à l’édifice de l’histoire du métissage, mais elle ouvre également de nouvelles perspectives pour mieux comprendre l’histoire d’un espace régional particulier à bien des égards. Si l’on considère la zone de Zacatecas, il est possible de distinguer deux grandes traditions historiographiques. En premier lieu, c’est le rôle « fondateur » joué par Zacatecas dans l’histoire de la Frontière qui est souligné dans de nombreux travaux24. Ensuite, il faut bien dire que la zone a été surtout étudiée pour ses mines, leur production, leurs évolutions25.

  • 26 Frédérique Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’ind (...)

14Dans ce contexte historiographique, le travail de Frédérique Langue marque un tournant. L’historienne s’est en fait proposé d’effectuer une recherche visant à faire de « l’histoire totale » et a, pour cela, associé les approches quantitative et qualitative26. Elle offre donc un tableau original d’une partie des élites zacatecanas et de leurs motivations profondes et nous constatons aussi que l’examen de cette société semble indissociable de celui de l’industrie minière : Zacatecas est une ville qui dépend économiquement mais aussi socialement et culturellement du monde de la mine.

La constitution d’un corpus cohérent : un exercice ardu

15La difficulté principale d’un tel sujet est qu’il amène à travailler sur des populations « quasi invisibles », qui ne laissent guère de trace dans les documents et parlent encore moins d’elles-mêmes.

Les sources utilisées

  • 27 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje »… op. cit. p.113-138.

16Dans cette perspective, les sources judiciaires paraissent un point de départ intéressant, qu’elles soient issues de la justice inquisitoriale (section Inquisición de l’Archivo General de la Nación à Mexico) ou coloniale (sections Poder judicial civil et Poder judicial criminal de l’Archivo Histórico del Estado de Zacatecas). Le résultat du travail de dépouillement effectué au Mexique est un corpus très diversifié. Dans un premier temps, l’effort a été porté sur les sources inquisitoriales pour former un sous-corpus d’une centaine de documents traitant des castasdans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne. Le contenu des procès réunis comprend deux grands types de documents : l’ensemble des déviances religieuses (superstitions, sorcellerie, pratiques hétérodoxes) et les procès pour bigamie. Outre le fait qu’elles forment une introduction fascinante à des détails de l’histoire intime, le principal intérêt de ces sources est « anthropologique » pour reprendre l’expression de Jacques Poloni-Simard27. Les différents déclarants (plaignant, victime ou accusé) et témoins doivent en effet s’identifier de manière précise : l’âge, le statut marital ainsi que le métier sont toujours mentionnés et le statut racial apparaît très fréquemment de même que les endroits par lesquels l’individu est passé. Cette richesse a naturellement conduit à privilégier ensuite l’examen des sources judiciaires des archives de l’Etat de Zacatecas. Les fonds Civil comme Criminal se sont révélés être de véritables mines d’informations de toutes sortes. L’éventail des conflits du quotidien est en effet représenté des conflits économiques aux violences et aux homicides. Il en ressort une société lourdement conflictuelle, parcourue de tensions multiples, dans laquelle le recours à la justice agit bien souvent comme un instrument supplémentaire dans le renforcement ou, au contraire, la volonté d’ébranler les rapports sociaux. A l’instar des sources inquisitoriales, ces documents regorgent de détails sur les différents déclarants, même s’il fait reconnaître que le degré de précision est moindre. A partir de ces informations, il est donc possible de constituer le cœur d’une importante base de données qui permet non seulement de mener une étude quantitative de la structuration socio-économique de ces populations mais aussi d’examiner l’évolution des catégories utilisées par les individus et l’administration pour décrire la calidad de chacun. Toutefois, en dépit de sa richesse évidente, le corpus judiciaire souffre d’un certain déséquilibre de l’information et ne permet pas d’aller au-delà de ce premier niveau d’analyse.

  • 28 Le choix d’utiliser le terme de calidad est guidé par la volonté de s’éloigner des débats historiog (...)

17C’est là qu’intervient le recours aux sources notariales de l’AHEZ pour enrichir la base de données initialement réunie. Les archives zacatecanas bénéficient en effet d’un avantage non négligeable dans la mesure où, pour la première moitié du XVIIIe siècle, bon nombre de notaires tendent à préciser la calidad28 des individus qui font appel à leurs services. Ces documents ouvrent en premier lieu une porte sur des détails de la vie quotidienne libres du prisme « criminalisant » des sources judiciaires.

  • 29 AGI, Audiencia de México, Expedientes de minería, 2236 – 2244.
  • 30 AGI, Audiencia de México, 2779/1770-1787/Expediente sobre el reglamento del gremio de panaderos de (...)
  • 31 Ángel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, tomo 2 : El mestizaje y las casta (...)
  • 32 Voir p. 14.

18Cependant, il n’est pas possible de travailler sur un quelconque groupe social sans prendre en compte le poids du contexte économique, social et politique. Autrement dit, les plèbes urbaines sont tributaires des aléas d’une société coloniale qui certes ne veut pas vraiment d’eux mais qui n’influe pas moins lourdement sur leur devenir. C’est pourquoi il faut prendre en compte non seulement la législation coloniale et son évolution mais aussi la documentation portant sur le monde de la mine (section Tribunal de Minería de l’Archivo General de Indias à Séville29, listes d’employés dans les archives zacatecanas) et plus généralement sur les métiers urbains (réglementations et réclamations issues des corporations30). En outre, il n’est pas possible de faire l’économie de l’examen de la législation coloniale même s’il s’agit d’un travail extrêmement balisé31. Enfin, la situation géographique du cadre de cette étude ne permet pas d’oublier l’influence des problèmes d’ordre géopolitique sur les populations étudiées et notamment les problèmes liés au contexte de la frontière32.

Difficultés méthodologiques et protocole de travail

  • 33 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje »… op. cit. p. 126.

19Plusieurs problèmes sont en effet induits par la manipulation de ce type de sources. Le premier écueil est le risque d’être trompé par le biais des archives judiciaires. Pour éviter cela, privilégier « l’aspect anthropologique » évoqué plus haut reste le meilleur moyen d’échapper à une « sur-criminalisation » de l’échantillon considéré33. En revanche, on ne peut pas nier que certains procès sont intéressants en eux-mêmes et méritent une attention particulière en raison de leur caractère représentatif ou original. Ces cas sont trop fréquents et trop significatifs pour être délaissés, mais leur nombre insuffisant interdit néanmoins toute véritable approche quantitative. Pour ne pas sombrer dans l’anecdote tout en tirant le meilleur parti de cas extrêmement riches de sens et ouvrant de nouvelles perspectives quant aux opportunités d’intégration dont peuvent bénéficier les castas, le va-et-vient entre approche quantitative et qualitative a été choisi et a permis d’obtenir des résultats très encourageants. Le second écueil propre à la formation du corpus est l’inégalité de l’information fournie par les documents, en qualité comme en quantité. Si certains individus peuvent être relativement bien connus, d’autres ne laissent que peu de traces autres que leur nom, leur âge et leur capacité à signer. L’irrégularité est également chronologique : si certaines périodes sont très documentées, le début et la fin du siècle notamment, d’autres ne bénéficient pas du même éclairage comme le milieu de la période.

  • 34 Voir l’école « classique » représentée par Magnus Mörner, Ángel Rosenblat, Richard Konetzke, Isidor (...)

20En tenant compte de ces différents problèmes, une démarche en deux temps qui associe regard quantitatif et qualitatif a été finalement adoptée. Le premier temps de l’étude a été ainsi consacré à l’analyse de la documentation administrative et législative non seulement pour préciser le contexte politique, économique et idéologique. Certes, il s’agit d’un effort portant sur des problèmes déjà abondamment abordés dans l’historiographie34, mais cela n’en est pas moins un effort nécessaire pour obtenir un point de comparaison auquel confronter le tableau d’une réalité concrète réalisé à partir de l’analyse des documents judiciaires et notariés. La confrontation entre les deux dimensions a ainsi fait apparaître un écart plus ou moins marqué selon les situations, ce qui a entraîné toute une réflexion sur les modalités de la formation et de la réduction de cet écart.

  • 35 C’est ce que propose Richard Boyer dans son essai Caste and identity in Colonial Mexico : a proposa (...)

21L’esquisse du tableau plus « réel » constitue le second temps de cette recherche : il s’agit de retrouver aussi bien que possible une certaine réalité coloniale et aussi de continuer à préciser la question des représentations, cette fois-ci à partir du point de vue des « plèbes urbaines » et de leur propre discours. Pour accomplir ce travail, il faut opérer en deux étapes. Il est en effet nécessaire d’identifier les individus présents dans les sources judiciaires pour constituer la base de données évoquée dans la section précédente. Le but d’un tel travail doit aider à préciser la situation socio-économique des populations concernées, d’affiner les réseaux personnels et éventuellement de retrouver quelques familles pour en examiner l’évolution. Néanmoins, certains documents, en raison de leur nature même ou de leur quantité insuffisante, nécessitent une approche plus qualitative, consacrée à l’analyse des discours et des situations. Cela permet de compléter le tableau des plèbes urbaines en leur donnant en quelque sorte la parole35. Quels sont les discours tenus et les rôles joués dans le cadre de la société coloniale ? Cet aspect du travail se concentre ainsi davantage sur les termes employés, leur récurrence, l’analyse des stratégies individuelles et collectives.

Un tableau nuancé d’une véritable mosaïque sociale : les apports d’une « histoire au ras du sol »

22C’est en effet une société extrêmement complexe et nuancée qui est apparue au fil du dépouillement, loin des schémas figés traditionnellement utilisés pour décrire la société coloniale. C’est un monde fluide et changeant dans lequel de véritables opportunités individuelles existent. « Société de métis » sur le plan démographique, le Centre-Nord donne l’impression d’être une « société métisse » à part entière dont un des principaux fondements semble être une grande plasticité sociale et culturelle.

  • 36 Nous reprenons ici l’expression utilisée avec bonheur par Jacques Poloni-Simard dans La mosaïque in (...)
  • 37 Jean-Paul Zuñiga, « La voie du sang : du métis au métissage en Amérique espagnole » … op. cit. p. 4 (...)

23Que peut se dissimuler derrière l’expression de « société métisse » ou encore celle de « mosaïque métisse36 » ? Le caractère démographique est indéniable : c’est même le poids des populations métissées qui a conduit en grande partie au choix de la région comme zone d’étude. C’est un premier fait. Plus que la forte présence attendue des castas, c’est néanmoins la multiplicité des cas et des situations qui frappe. Si la législation désire imposer une certaine séparation « idéale » entre República de los Españoles et República de los Indios37, la réalité quotidienne laisse deviner au contraire un véritable mélange de relations, de discours, d’influences culturelles… Les mobilités sont non seulement géographiques mais aussi sociales et même chronologiques dans la mesure où la vérité culturelle ou socio-économique d’un jour peut s’avérer fausse le jour suivant : les seuils de tolérance varient grandement d’un individu à l’autre mais n’en demeurent pas moins réels tandis que le contexte minier fluctuant favorise et ruine les espoirs avec la même facilité. De fait, l’expression « société métisse » entend renvoyer au dynamisme d’une région dans laquelle les réelles possibilités d’intégration poussent à s’interroger sur les complexes rapports entre intégration et marginalisation ainsi que sur la signification sociale des différents comportements identifiés. Davantage encore, l’expression « société métisse » est une manière d’introduire le questionnement sur les notions d’identité en général et d’identité métisse en particulier soulevé par les différents discours rencontrés. Société métissée, le Centre-Nord est enfin une société métisse dans la mesure où la structure sociale et culturelle apparaît comme le fruit à la fois d’une stratification économique concrète croissante et d’une stratification « raciale » et mentale qui reste permanente et forte tout au long de la période.

  • 38 Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIesiècle, Pari (...)
  • 39 Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », préface du Pouvoir au village op. cit., p. XXXIII.
  • 40 Giovanni Levi, Le pouvoir au village… op. cit, p. 13-14.

24Ainsi, à partir d’un cadre somme toute classique, celui de la monographie, et d’un thème très balisé comme celui du métissage en Amérique hispanique, le but de ce travail est de mettre en lumière les dynamiques sociales, régionales et culturelles telles qu’elles apparaissent au niveau peu visité des plèbes urbaines, et des populations métissées en particulier. Le choix, contraint il est vrai par la nature même du sujet, d’une échelle d’analyse réduite et le jeu des changements de focale répétés entre l’espace régional, celui des sociétés minières, et l’espace vice-royal voire impérial placent de fait ce texte dans la lignée des travaux issus de la pensée des micro-historiens. Les lignes écrites par Jacques Revel pour présenter la démarche de Giovanni Levi dans Le pouvoir au village38 permettent de résumer le cadre conceptuel qui a présidé à la rédaction de ce mémoire. Le jeu d’échelles a ainsi à la fois une réponse au problème posé par le caractère irrégulier et inégal du corpus, mais aussi et surtout une manière de replacer les sociétés minières étudiées « dans une série de contextes emboîtés, . A chaque niveau de lecture, la réalité apparaît différente, et le jeu du micro-historien consiste à relier entre elles ces réalités dans un système d’interactions aux multiples entrées. La manipulation délibérée de ce jeu d’échelles suggère un tout autre paysage, en même temps qu’une autre idée de la représentativité d’un cas local39. » Une telle démarche fait apparaître de cette façon des situations particulières qu’une observation plus globale ou purement sérielle ne peut déceler. C’est alors que l’éventail des possibles à l’échelle individuelle se laisse découvrir et donne à voir une société coloniale aux dynamiques bien complexes. Ce changement de perspective permet de reconstituer les comportements quotidiens et, surtout, les logiques qui les sous-tendent comme le montre Giovanni Levi dans l’introduction du Pouvoir au village40.

  • 41 Michel Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVI (...)
  • 42 Arlette Farge, La vie fragile. Violences, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, (...)

25L’application d’une telle grille de lecture permet de considérer les plèbes urbaines, et les populations métissées, comme des acteurs à part entière de la société coloniale, du moins à l’échelle individuelle : les individus identifiés dans la documentation s’avèrent capables non seulement d’évoluer à l’intérieur d’un monde à la fois contraignant et générateur de possibilités en aménageant les règles du jeu. Pour faire ressortir ces nuances, il est nécessaire « de considérer les silences des sources autant que les résultats mesurables. Dans cette optique, bien plus que les moyennes, ce sont alors les écarts qui deviennent significatifs41. » Combiner une approche quantitative et une démarche plus qualitative devient alors une nécessité et vient accompagner le jeu de changement de focale. De ce point de vue, la documentation judiciaire constitue une source des plus précieuses comme le souligne Arlette Farge dans l’introduction de La Vie fragile42.

  • 43 Marc Ferro, « Introduction » dans Annales ESC. Dossier Faits divers, fait d’histoire, n° 4, 1983, p (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Voir Zacarías Moutoukias, « Réseaux personnels et autorité coloniale, les négociants de Buenos Aire (...)

26A ce titre, les faits divers croisés au détour des liasses ont reçu une attention toute particulière lorsque la documentation le permettait car comme l’écrit Marc Ferro, ces « fait[s] résiduel[s] laissé[s] pour compte de la grande histoire43 » offrent une perspective unique pour l’histoire sociale et culturelle : « En vérité, son étude passe par l’histoire narrative pour déboucher sur l’analyse fine du tissu social comme des représentations collectives44. » Un des moyens de mieux saisir les logiques de ce tissu social est l’analyse des bribes de réseaux sociaux et familiaux telles qu’elles apparaissent dans les pages des procès. Certes, les apparitions la plupart du temps uniques des individus dans la documentation constituent un obstacle à une recomposition détaillée des réseaux et conduisent à des reconstitutions bien parcellaires45. Cependant, malgré ces limitations indéniables, ces véritables clichés, ou instantanés, permettent de mettre en lumière ponctuellement les solidarités et les tensions sociales et familiales, ainsi que les logiques qui les sous-tendent.

  • 46 Voir les travaux de Juan Pedro Viqueira Albán, Une révolte indienne au Chiapas, 1712, Paris, L’Harm (...)
  • 47 Michel Bertrand, Grandeur et misère de l’office… op. cit. p. 18.
  • 48 Thérèse Bouysse-Cassagne et Thierry Saignes, « Le cholo, absent de l’histoire andine » dans Serge G (...)

27A la croisée de ces influences, ce travail se propose donc d’être une « histoire à ras du sol » aussi bien sur le plan méthodologique que thématique. Le choix de la petite échelle permet de peindre un nouveau tableau de la société coloniale, de ses enjeux et de ses représentations, à travers le filtre particulier des plèbes urbaines et des populations métissées. Vraie pour les problèmes identitaires, cette dernière proposition se vérifie de la manière la plus nette dans le domaine d’une géographie historique dynamique : il apparaît en effet que, par leurs différentes actions, les plèbes urbaines contribuent à façonner tout un espace régional. L’examen des mobilités individuelles font apparaître au fil des pages une véritable « région vécue », dessinée par les différentes actions individuelles. L’étroite interaction entre espace et société constitue une dernière dimension importante de ce travail. De fait, la région choisie, le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne, n’est pas le simple théâtre d’une monographie classique mais joue un rôle fondamental dans la réflexion : l’espace façonne la société tout autant que cette dernière contribue à redessiner ses contours. Cette conception dynamique de la monographie permet ainsi de revisiter quelque peu un genre classique pour l’inscrire dans la pensée et les problématiques de l’histoire régionale46. Le jeu de va-et-vient entre approche quantitative et qualitative, les variations de focales et le choix des archives judiciaires permettent ainsi « d’éviter les risques d’une histoire sociale globalisante47 » : il s’agit alors de replacer l’individu métis au centre de l’attention et de le considérer comme un acteur essentiel contribuant à façonner la société coloniale du Centre-Nord au quotidien et non plus comme un membre anonyme et passif d’une nébuleuse située en marge de la société48.

Plan de la thèse

28PREMIÈRE PARTIE : LES CONTOURS SOCIAUX ET ÉCONOMIQUES

29Chapitre I : Des plèbes urbaines

  • Le monde de la servitude

  • Le barreau le plus bas de l’échelle sociale

  • Diversité des situations

  • Peones des mines et des haciendas

  • Fragilité et instabilité

  • La pluriactivité comme stratégie de survie

  • Un groupe solidaire

  • Un petit peuple urbain plus stable

  • Artisans et stratification sociale

  • Commerçants et artisans : esquisses de la vie quotidienne

  • Une pluriactivité pour une meilleure intégration

30Chapitre II : Des populations mobiles

  • Typologie des mobilités

  • Les migrations définitives

  • Les voyages réguliers et ponctuels

  • Errance de ville en ville

  • Les Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne : une tentative de géographie historique

  • Le Centre-Nord, espace modelant et modelé

  • Une géographie d’une région minière qui dépasse les divisions administratives

31DEUXIÈME PARTIE : ENTRE MARGINALISATION ET INTÉGRATION

32Chapitre III : Les castas dans une société violente et procédurière ?

  • Une activité judiciaire problématique

  • Une faiblesse statistique à expliquer

  • Des évolutions sociales et politiques perceptibles à travers l’activité judiciaire

  • Litiges et évolution des préoccupations sociales

  • Des dettes, des esclaves et des mines : le premier XVIIIe siècle

  • Questions familiales : de la garde des enfants aux mariages inégaux

  • Les conflits au quotidien

  • La criminalité au quotidien

  • Le vol sous ses différentes formes

  • Violences de paroles et d’actes

  • Des efforts de moralisation de la société

33Chapitre IV : Marginalité métisse ou marginalité plébéienne ?

  • Déclassement et marginalité

  • Des faits divers qui alimentent les préjugés

  • De la faible intégration à la marginalité : une frontière bien fine

  • Comportements hétérodoxes

  • L’éventail des pratiques hétérodoxes, entre croyances et stratégies

  • Entre marginalité religieuse et vie quotidienne

  • Attitude ambiguë des dénonciateurs

  • Les bigames entre marginalisation et intégration

  • Portrait du bigame et de son entourage

  • La bigamie dans le cadre de la mobilité et de la fuite en avant

  • Bigamie et jeu de rôle

34Chapitre V : De réelles possibilités d’intégration

  • Une intégration facilitée par les particularismes régionaux ?

  • L’impact de la menace indienne au début du siècle

  • Oscillations de la conjoncture minière et création d’opportunités : la première moitié du siècle

  • Démographie et détention d’une part de l’autorité publique

  • Des populations audacieuses, un temps écoutées par la justice locale

  • Des castas contre des Espagnols : David et Goliath devant la justice locale

  • La défense des droits : le cas des esclaves

  • D’un âge d’or à la fermeture : conditions de la fluidité sociale

35TROISIÈME PARTIE : UNE SOCIÉTÉ MÉTISSE FONDÉE SUR UN JEU DE RÔLE PERMANENT

36Chapitre VI : Une vision de la société coloniale à travers le prisme des discours

  • Discours croisés

  • Les Espagnols parlent des Castas : permanence et instrumentalisation des clichés

  • Les Castas parlent d’eux-mêmes : l’image du miserable pobre

  • Le discours comme construction et déconstruction de la hiérarchie sociale symbolique

  • Le litige : une remise en cause symbolique de la hiérarchie sociale

  • Rétablir l’ordre par le discours

37Chapitre VII : Entre réalité, fantasmes et jeu de rôle : ambigüités identitaires

  • Des stéréotypes à la réalité coloniale : l’exemple des comportements matrimoniaux

  • Une intégration des normes coloniales ?

  • Les logiques d’un métissage permanent

  • Les rapports ambigus entre déclaration et identité

  • De l’acceptation de la nomenclature coloniale à la remise en cause de catégories considérées comme artificielles

  • L’évolution des déclarations au XVIIIe siècle

  • Le métissage résiderait-il dans l’œil de l’observateur ?

  • Descriptions et hésitations

  • L’importance de l’apparence : des critères qui diffèrent selon les observateurs

38Chapitre VIII : L’identité métisse, une « identification en négatif » ?

  • Identité métisse et construction identitaire

  • Bricolages identitaires

  • Discordances identitaires : le cas du métis Francisco de Oliva

  • Une condition à laquelle on cherche à échapper

  • Une identité « repoussoir » ?

  • Le cas d’Antonio Januario de Berroa ou l’effacement de l’identité métisse

Haut de page

Notes

1 Philip Powell, La guerra chichimeca 1550-1600, Mexico, Fondo de cultura económica, 1977, 308 p.

Plus généralement, sur la formation du Nord de la Nouvelle-Espagne, voir : Peter Gerhard, The north frontier of New Spain, Princeton, University Press, 1979, 224 p. et A guide to Historical Geography of New Spain, Princeton, University Press, 1972, 476 p. / Salvador Bernabeu Albert, El gran norte mexicano : indios, misioneros y pobladores entre le mito y la historia, Madrid, CSIC, coll. Universos Americanos, 2009, 400 p.

Dans les archives, ce sont surtout le soulèvement de la région de Colotlán (AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06 et AGI, Guadalajara, 524) pendant toute la période et la pression apache plus au nord à la fin de la période (AGI, México, 2241 et AGI, Guadalajara, 523).

Christophe Giudecelli, Pour une géopolitique de la guerre des Tepehuán, 1616-1619. Alliances indiennes, quadrillage colonial et taxinomie ethnographique au Nord-Ouest du Mexique, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, 2003, 174 p.

2 Voir la récente littérature sur la notion de frontière : Natividad Planas et Michel Bertrand (éd.), Les sociétés de frontière, de la Méditerranée à l’Atlantique (XVIe – XVIIIesiècle), Madrid, Editions de la Casa de Velázquez, 2011, 414 p. – Christophe Giudicelli (éd.), Fronteras movedizas. Clasificaciones coloniales y dinámicas socioculturales en las fronteras de las Américas, México, CEMCA-Casa de Velázquez-El Colegio de Michoacán, 388 p. – Salvador Bernabeu Albert et Frédérique Langue, Fronteras de las sensibilidades, Madrid, Doce Calles / Mascipo, 2011, 321 p.

3 Jesús Flores Olague, Breve historia de Zacatecas, México, Fondo de Cultura Económica, 1996, 231 p.

4 Peter Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, 1971, p. 26.

5 Philip Powell, op. cit., p. 30.

6 Voir Daniel Roche, Les circulation dans l’Europe moderne. XVIIe – XVIIIe siècle, Paris, Pluriel, 2010, p. 194.

7 Voir à ce sujet Thomas Calvo, « Les vices-rois et la plèbe » dans Caravelle, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005, numéro 84 Les plèbes urbaines d’Amérique latine, p. 37-64 ou Serge Gruzinski, « Genèse des plèbes urbaines coloniales : Mexico aux XVIe et XVIIe siècles » dans Caravelle, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005, numéro 84 Les plèbes urbaines d’Amérique latine, p. 11-36 ; Thomas Calvo, « Mexico – Guadalajara – Tlaxcala : la semaine des pierres (8 – 14 juin 1692) dans Laurence Croq (dir.), Le prince, la ville et le bourgeois, Parism Nolin, 2004, p. 81-107. »

8 Sur les mouvements populaires de la période, voir Doris Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775, Nebraska, University of Nebraska Press, 1988, 205 p, Felipe Castro-Gutiérrez, Movimientos populares en Nueva España. Michoacán 1766-1767, México, Universidad Nacional Autónoma de México, 1990, 158p et Roberto Moreno De Los Arcos, « Algunas consideraciones sobre rebeliones y motines en los centros mineros (siglo XVIII) » dans Históricas (Mexico), 24, août 1988, p. 6-15.

9 Éric Van Young, The other rebellion. Popular violence, ideology and the Mexican struggle for independance 1810-1821, Stanford, Stanford University Press, 2001, 702 p.

10 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55 et AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.

11  Voir p. 4.

12 Richard Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico » dans Peter Bakewell (éd.), An expending world, vol. 19, Mines of silver and gold in the Americas, Hampshire, Grande Bretagne, Variorum Ashgate Publishing Limited, 1997, p. 224-262.

13 Antonio Lipchutz, El problema racial… op. cit.

14 Voir les travaux de Richard Konetzke et Ángel Rosenblat évoqués plus haut.

15 Magnus Mörner, Le métissage… op. cit., p. 68.

16 John Chance, Race and class in colonial Oaxaca, Stanford, 1978, 250 p.

17 John Chance, Race and class… op. cit., p. 187.

18 Chantal Caillavet et Martin Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-raciales en Amérique Latine (XVI°-XX° siècle) » dans L’Homme, 122-124, 1984, p. 118.

Claudio Esteva Fabregat, op. cit., p. 4.

19 Voir Thérèse Bouysse Cassagne, « Etre métis ou ne pas être : les symptômes d’un mal identitaire dans les Andes des XVI° et XVII° siècles » dans Cahiers des Amériques Latines, 12, 1991, p. 7-24. / Jean-Paul Zuñiga, « La voix du sang. Du métis à l’idée du métissage en Amérique Espagnole » dans Annales, Sciences Sociales, Paris, vol. 54, n° 2, 1999, p. 425-452.

20 Serge Gruzinski, La colonisation de l’imaginaire, Paris, 1988, 374 p. / Bernard Grunberg et Monica Lakroum (eds.), Histoire des métissages hors d’Europe. Nouveaux mondes ? Nouveaux peuples ?, Paris, 1999, 288 p. / Bernard Lavallé (dir.), Transgressions et stratégie du métissage en Amérique Coloniale, Paris, 1998, 248 p. / Georges Baudot (dir.), Métissages en Amérique Latine, Paris, UFR d’études ibériques, 1994. Solange Alberro, « Origines de la conscience créole au Mexique : la récupération des symboles indigènes de Mexico-Tenochtitlán » dans Grunberg Bernard et Lakroum Monique (eds), Histoire des métissages hors d’Europe. Nouveaux mondes ? Nouveaux peuples ?, Paris, 1999, p. 227-236.

21 Enrique Florescano et Virginia García Acosta (coord.), Mestizajes tecnólogicos y cambios culturales en México, México, Miguel Ángel Porrua, 2004, 346 p.

Juan Comas, Enrique González, Alfredo López Austin, Germán Somolinos et Carlos Viesca, El mestizaje cultural y la medecina novohispana del siglo XVI, Valence, Instituto de estudios documentales e históricos sobre la ciencia, Universidad de Valencia, 1995, 296 p.

22 Serge Gruzinski, La pensée métisse, Paris, 1999, 345 p.

23 Jacques Poloni-Simard, Indianité et métissages : la dynamique de la société indienne du corregimiento de Cuenca (Equateur), XVIe-XVIIIe, thèse de doctorat, Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1995, 1085 p.

Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje »… op. cit. p. 113-138.

24 Philip Powell, La guerra chichimeca… op. cit. Peter Bakewell, Mining and society… op. cit. 294p. / Solange Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII » dans Estudios de Historia Novohispana, vol. VIII, 1985, p. 139-174. / Lara Mancuso, Cofradías mineras : religiosidad popular en México y Brasil, siglo XVIII, Mexico, El Colegio de México, 2007, p. 59.

25  Peter Bakewell, Mining and society… op. cit. / David Brading, « Mexican silver mining in the eighteenth century : the revival of Zacatecas » dans Hispanic American Historical Review, vol. L, n° 4, novembre, 1970, p. 670.

26 Frédérique Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, Paris, 1992, p. 16.

27 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje »… op. cit. p.113-138.

28 Le choix d’utiliser le terme de calidad est guidé par la volonté de s’éloigner des débats historiographiques sur la notion de « race ». Cette dernière est en effet problématique en raison d’un poids sémantique considérable, notamment dans l’historiographie anglo-saxonne et nord-américaine en particulier. Pour Richard Boyer (voir son essai Caste and identity in Colonial Mexico : a proposal and an example, Center for Latin American & Caribbean Studies, University of Connecticut (Storrs, CT and Providence, RI and Amherst, MA), 1997, 17 p.) parler de race renvoie à la tradition du XIXsiècle incarnée par des auteurs comme Le Bon ou Gobineau, ce qui ne correspond pas à la réalité des sociétés hispaniques de l’époque moderne. De ce point de vue, parler de race ou de stratification raciale peut être considéré comme un anachronisme conceptuel.

Pour éviter cet écueil, il convient d’avoir recours aux termes employés en Amérique espagnole – les termes « indigènes » pour reprendre l’expression utilisée par Jacques Revel : la condición pour évoquer le statut socio-économique et la calidadpour parler du statut socio-racial. Enfin, le terme de raza ne sera utilisé que lorsque les documents le mentionneront.

29 AGI, Audiencia de México, Expedientes de minería, 2236 – 2244.

30 AGI, Audiencia de México, 2779/1770-1787/Expediente sobre el reglamento del gremio de panaderos de la ciudad de México.

31 Ángel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, tomo 2 : El mestizaje y las castas coloniales, Buenos Aires, Editorial Nova, 1954, 188 p. et Richard Konetzke, Colección de documentos para la formación social de Hispano América, 1493-1810, vol. 3, 1691-1807, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 1962, 2 tomes, 898 p.

32 Voir p. 14.

33 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje »… op. cit. p. 126.

34 Voir l’école « classique » représentée par Magnus Mörner, Ángel Rosenblat, Richard Konetzke, Isidoro Moreno Navarro…

35 C’est ce que propose Richard Boyer dans son essai Caste and identity in Colonial Mexico : a proposal and an example, Center for Latin American & Caribbean Studies, University of Connecticut (Storrs, CT and Providence, RI and Amherst, MA), 1997, 17 p.

36 Nous reprenons ici l’expression utilisée avec bonheur par Jacques Poloni-Simard dans La mosaïque indienne : mobilité, stratification sociale et métissage dans le corregimiento de Cuenca (Equateur) du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2000, 515 p., Collection Civilisations et sociétés.

37 Jean-Paul Zuñiga, « La voie du sang : du métis au métissage en Amérique espagnole » … op. cit. p. 425-452.

38 Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIesiècle, Paris, Editions Gallimard, 1989, 230p.

39 Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », préface du Pouvoir au village op. cit., p. XXXIII.

40 Giovanni Levi, Le pouvoir au village… op. cit, p. 13-14.

41 Michel Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVIIe – XVIIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 4.

42 Arlette Farge, La vie fragile. Violences, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Editions du Seuil, 1986, 355p. Collection Points Histoire.

43 Marc Ferro, « Introduction » dans Annales ESC. Dossier Faits divers, fait d’histoire, n° 4, 1983, p. 825.

44 Ibid.

45 Voir Zacarías Moutoukias, « Réseaux personnels et autorité coloniale, les négociants de Buenos Aires au XVIIIe siècle » dans Annales ESC, Armand Colin, Paris, n° 4-5, p. 889-915 / Michel Bertrand, « Les réseaux de sociabilité en Nouvelle-Espagne : fondements d’un modèle familial dans le Mexique colonial (XVIe-XVIIIe siècles) » dans Pouvoir et déviances en Méso-Amérique (XVIe-XVIIIe), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1998, p. 95-124, Collection Hespérides / « Comment peut-on être créole ? Sur les relations sociales en Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle » dans Caravelle, cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, n° 62, 1994, p. 99-110 / Diana Balomri, Stuart Voss, Miles Wortman, Notable family networks in Latin America, Chicago, University of Chicago Press, 1984, 290 p. pour le versant hispano-américain, ou encore Raphaël CARRASCO (dir.), Solidarités et sociabilités en Espagne : XVIe - XXe siècles, Paris, Les Belles Lettres, 1981, 404 p.

46 Voir les travaux de Juan Pedro Viqueira Albán, Une révolte indienne au Chiapas, 1712, Paris, L’Harmattan, 1999, 173 p, de Felipe Castro-Gutiérrez, Movimientos populares en Nueva España. Michoacán 1766-1767… op. cit., d’Eric Van Young, Hacienda and Market in Eighteenth-Century Mexico : The Rural Economy of the Guadalajara region, 1675-1820, Lanham, Rowman and Littlefield Publishers, 2006, 454 p. ou encore de Thomas Calvo, Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique, 1674-1707, Paris, L’Harmattan, Recherches Amérique Latine, 2009, 299 p.

47 Michel Bertrand, Grandeur et misère de l’office… op. cit. p. 18.

48 Thérèse Bouysse-Cassagne et Thierry Saignes, « Le cholo, absent de l’histoire andine » dans Serge Gruzinski et Nathan Wachtel, Le Nouveau Monde. Mondes Nouveaux. L’expérience américaine, Paris, Editions de l’EHESS, 1996, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soizic Croguennec, « Les sociétés minières dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle : construction et évolution d’un monde métis », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62371 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.62371

Haut de page

Auteur

Soizic Croguennec

ATER d’histoire moderne (Université de Bordeaux-III Michel-de-Montaigne). croguennec.soizic@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page