Navigation – Plan du site
Sílvia Capanema P. de Almeida et Anaïs Fléchet

Guide du chercheur américaniste à Rio de Janeiro

[30/01/2012]

Résumés

Cet article présente les différents centres de documentation de la ville de Rio de Janeiro, les archives, les bibliothèques généralistes et spécialisées, les librairies et les musées. Pour chaque institution, sont décrits les contenus (sources, fonds, collections, etc.) et les aspects pratiques (modalités d’accès, contacts sur place, ressources électroniques, etc.). Afin de faciliter le travail des étudiants et des chercheurs se rendant à Rio de Janeiro, l’article comprend également des informations pratiques sur la vie quotidienne carioca.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’île du Fundão, littéralement « le grand fond », est située au nord de la ville, dans la baie de (...)

1Comment mener des recherches à Rio de Janeiro, se frayer un chemin dans la ville et les méandres de ses archives ? S’il parvient à échapper aux vagues d’Ipanema, au charme d’une promenade sur les hauteurs de Santa Tereza et aux vibrations du Maracanã, le chercheur américaniste estimera avoir déjà surmonté bien des épreuves. Pourtant, les institutions de recherches de la ville lui réservent d’autres surprises. Archives nationales, administration municipale, archives de l’État de Rio de Janeiro et de l’éphémère État de Guanabara (1960-1975), bibliothèque nationale et cabinets de lecture hérités de la période coloniale, anciens ministères et grands établissements culturels nationaux, Académies des lettres, des sciences et des arts, Universités, facultés et laboratoires disséminées aux quatre coins de la ville – du bien nommé fundão1 aux rivages de Niterói – offrent au visiteur l’image d’un labyrinthe dans lequel il n’est pas toujours aisé de trouver son chemin.

  • 2  Paul Claudel, « Au Brésil », texte de 1936 repris dans Œuvres en proses, Paris : Gallimard,  1965, (...)

2Une mosaïque qui n’est pas sans évoquer la parabole imaginée par Paul Claudel il y a près d’un siècle : « Le bon Dieu, un peu écœuré tout de même des “Harmonies de la Nature”, des plaines trop plates, des montagnes trop rondes, sans parler des “petits coteaux modérés” qui sont la gloire de nos départements français, demanda à l’un de ses entrepreneurs de lui fabriquer quelque chose d’un peu brillant et relevé pour épicer quelque peu un continent, aujourd’hui l’Amérique du sud […]. Le démiurge ainsi éperonné alla rechercher dans les resserres de son imagination toutes sortes de matériaux extravagants et inutilisables, entre autres une prodigieuse collection de quilles, et il se procura auprès d’un collègue la botanique appropriée. Mais quand tout cela commença à se solidifier et à prendre figure au soleil des tropiques, il fut saisi d’un tel accès de pudeur et de découragement qu’il jeta tout pêle-mêle dans la mer et s’enfuit sans retourner la tête. Et ce fut la célèbre baie qui n’a pas de rivale au monde, ce que j’appellerai une espèce de Luna Park géographique2. » Sans prétendre en dévoiler tous les secrets, ce guide propose de dresser l’inventaire des principales institutions de recherches cariocas et de fournir un ensemble d’informations pratiques sur la vie quotidienne à Rio de Janeiro à l’usage des chercheurs en sciences humaines et sociales.

  • 3  Pour comprendre ce rapport de Rio, ancienne capitale, avec les institutions nationales, voir : VID (...)

3Capitale de l’Amérique portugaise en 1763, puis de l’Empire du Brésil en 1822, Rio de Janeiro fut le centre politique et culturel de la République Fédérale du Brésil entre 1889 et 1960 et conserva une grande partie du patrimoine national bien après le transfert du pouvoir à Brasília3. Le chercheur y trouvera donc un grand nombre de documents relatifs  non seulement à la ville et à sa région, mais également à l’ensemble du territoire national. L’ensemble est réparti entre plusieurs institutions que nous présenterons ici en deux temps : les archives et les institutions publiques ; les collections privées et les laboratoires liés aux universités, de dimension plus modestes, mais dont la fréquentation permet souvent de sortir des sentiers battus.

  • 4  Notons, à cet égard, que la politique de numérisation des documents dépasse parfois les limites de (...)
  • 5  « Guia do pesquisador americanista no Brasil », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Guía del investigador a (...)

4Quelques précisions liminaires avant d’entrer dans le vif du sujet. Tout d’abord, ce guide ne saurait être exhaustif, les terrains d’enquêtes, les institutions et les fonds d’archives étant, à Rio comme ailleurs, l’objet d’une permanente réélaboration. Nous souhaitons simplement offrir quelques pistes, fondées sur nos expériences personnelles, pour parcourir en scientifique la métropole brésilienne. Ensuite, nous invitons les lecteurs à préparer leur visite en consultant les sites internet des institutions concernées afin d’éviter de trop mauvaises surprises – modification des horaires d’ouverture, réservation obligatoire pour la consultation de certains fonds d’archives, fermeture pour travaux, horaires réduits lors du carnaval ou de compétitions footballistiques, jours fériés locaux, etc. Si Internet ne prémunit pas contre tous les dangers – dans la plupart des cas, les informations pratiques apparaissent uniquement en portugais sur des sites qui, par ailleurs, ne sont pas toujours à jour –, plusieurs institutions publiques brésiliennes ont développé une politique d’accueil à distance (atendimento a distância) qui peut se révéler très utile pour les chercheurs4. Enfin, le lecteur trouvera des compléments d’information forts utiles dans le Guia do pesquisador americanista no Brasil5 publié en 2011 dans cette même rubrique.

I. Archives publiques

Academia Brasileira de Letras (ABL)

5Informations pratiques
Site internet
http://www.academia.org.br/​abl/​cgi/​cgilua.exe/​sys/​start.htm?sid=14
Accès
Academia Brasileira de Letras
Av. Presidente Wilson, 203, Castelo (1er étage)| CEP 20030-021 | Rio de Janeiro | RJ
Tel: (21) 3974-2500 / 3974-2547 | E-mail: academia@academia.org.br / arquivo@academia.org.br
Métro, ligne 1, station Cinelândia. Plusieurs lignes de bus également.
Horaires
Du lundi au vendredi, de 10h à 17h. Entrée avant 16h.

6Consultation et reproduction des documents
Il faut prendre rendez-vous par téléphone ou e-mail (indiqués ci-dessus sur la rubrique accès). Comptez 3 jours entre la demande de rendez-vous et le début de la recherche. L’entrée est libre sur présentation d’une pièce d’identité. L’usage d’un ordinateur portable est autorisé, mais les reproductions et les photographies ne sont autorisées que sur demande – auprès du président de l’institution – et après la signature d’un contrat de consultation.
Le site Internet présente très peu d’informations pratiques concernant les archives. Le mieux est de contacter directement par téléphone ou e-mail les services de l’archive.

7Consultation à distance
L’ABL ne dispose cependant pas de service à distance, les documents doivent être consultés sur place. Seules des informations ponctuelles et des autorisations d’utilisation d’un document peuvent être fournies par courriel à l’adresse arquivo@academia.org.br

8Description des fonds
Les archives de l’ABL regroupent différents documents textuels ou iconographiques – comme la correspondance, les discours, les originaux d’œuvres littéraires, des photographies et des périodiques – cumulés depuis la fondation de l’institution en 1897. L’ABL a été créée par l’écrivain Machado de Assis sur le modèle de l’Académie française des lettres afin de valoriser la langue portugaise et la littérature brésilienne. Les archives sont constituées de deux collections principales : les archives institutionnelles et les archives des académiciens.

9Les archives institutionnelles conservent les documents administratifs et fonctionnels de l’ABL. Dans l’Hemeroteca, on trouve des notes, articles, reportages et textes littéraires publiés dans la presse portant sur les académiciens et l’Académie de Lettres.  Un inventaire de ce fonds est en cours d’élaboration.

10Les archives des académiciens (Arquivo dos Acadêmicos) rassemblent les fonds personnels des académiciens, des membres effectifs, ainsi que des membres d’honneurs et associés. Les documents conservés sont des manuscrits (lettres, correspondances, notes, originaux des ouvrages, cartes de visite…), mais aussi des extraits de la presse, photographies, discours, enregistrements audiovisuels, etc. Les archives sont organisées par ordre alphabétique : prénom et nom de chaque écrivain ou intellectuel disposant d’une archive privée dans l’ABL. Le chercheur peut ainsi consulter le fonds Machado de Assis (1839-1908), composées de 750 documents textuels et 13 photographies datant de 1838 à 1908, comprenant la correspondance personnelle et la production intellectuelle de l’écrivain. Parmi les collections privées, on peut également mentionner : le fondsManuel Bandeira (1886-1968) composé de 127 documents manuscrits, 1 390 imprimés, 14 documents iconographiques et 5 sources audiovisuelles datant de 1931 à 1997 ; ou encore la collection de l’homme politique, avocat et écrivain Rui Barbosa (1849-1926), qui rassemble 153 manuscrits, 1 072 imprimés, 8 photographies et 13 documents audiovisuels datant de 1868 à 1999.

11Un inventaire complet des archives des académiciens a été réalisé en 2003 et est disponible sur internet : http://www.academia.org.br/​abl/​media/​inventario_machado_assis.pdf
L’inventaire détaillé de la collection Machado de Assis est également disponible en ligne : http://www.academia.org.br/​abl/​media/​inventario_machado_assis.pdf
L’ABL dispose également d’une collection muséologique (acervo museológico). Il s’agit de différents objets liés à la vie personnelle des membres de l’Académie ou à l’histoire de l’institution qui sont exposés sur place.
Par ailleurs, de nombreuses œuvres rares sont conservées dans les deux bibliothèques de l’ABL. Pour plus d’informations sur les bibliothèques  : http://www.academia.org.br/​abl/​cgi/​cgilua.exe/​sys/​start.htm?sid=539.

Arquivo Geral da Cidade do Rio de Janeiro (AGCR)

12Informations pratiques
Site internet
http://www.rio.rj.gov.br/​arquivo
Accès
Rua Amoroso Lima, 15. Cidade Nova – Rio de Janeiro – RJ. CEP: 20211-120
Téléphones : (21) 2273-3141 / 2273-4582
Fax: (21) 2273-3141 / 2273-4582/ 3972-9061/ 2293-4832
Email: arquivog@pcrj.rj.gov.br
Métro, ligne 1, station Praça Onze, sortie rue Laura de Araújo. De nombreux bus desservent également cet arrêt : lignes 217, 220, 254, 372, 247 (Zona Norte) ; 422, 455, 484, 413, 415 (Zona Sul) ; 260, 267, 268, 397, 399 (Zona Oeste).
Horaires
Du lundi au vendredi, de 8h à 19h.
Accueil du public jusqu’à 17h30.

13Consultation et reproduction des documents
Entrée libre sur présentation d’une pièce d’identité. Pour les archives sonores et audiovisuelles, ainsi que pour la collection Presse alternative, le chercheur doit prendre rendez-vous par mail en téléchargeant le formulaire suivant : http://www0.rio.rj.gov.br/​arquivo/​form_email.php
Attention à la tenue : shorts et bermudas ne sont tolérés que pendant l’été.
Dans les salles de lecture, seuls sont autorisés les crayons à papier et feuilles volantes. L’utilisation d’un ordinateur portable est possible, mais requiert une autorisation spécifique.
Accès restreint à certains documents classés confidentiels (sigilosos).
La reproduction de documents (photocopie ou photographie) est autorisée (ou non) par les services techniques de l’AGCR en fonction de la nature, de la date d’émission et de l’état de conservation du document. Les frais sont à la charge de l’usager.

14Consultation à distance
Pas de service spécifique de commande de documents à distance, mais le chercheur trouvera de nombreux outils et documents numérisés sur le site de l’AGCRJ. Dans la rubrique acervos on-line, sont disponibles : l’inventaire des fonds, la collection Augusto Malta (photographe officiel de la municipalité entre 1903 et 1937), ainsi que les décrets municipaux depuis 1975. Cf. http://www0.rio.rj.gov.br/​arquivo/​acervos.htmlLa rubrique Biblioteca virtual regroupe quant à elle les principales publications de l’AGCRJ : livres sur l’histoire de Rio de Janeiro, catalogues d’exposition, ouvrages académiques primés par l’ACRJ et la Revista do Arquivo Geral da Cidade do Rio de Janeiro. Cf. http://www0.rio.rj.gov.br/​arquivo/​acervos.html .

15Description des fonds
L’AGCRJ rassemble la documentation produite et relative à la ville de Rio de Janeiro, depuis la création de la Chambre municipale en 1567. Les collections sont réparties en plusieurs sections :

16La documentation spéciale rassemble des archives iconographiques, cartographiques, filmiques et sonores provenant de l’administration municipale et de fonds privés. Les archives iconographiques rassemblent une importante collection de photographies (45 000 items datant de 1865 à 1987, dont la collection Augusto Malta accessible en ligne) et une collection de cartes postales, gravures et aquarelles, photogravures, affiches, projets et esquisses architecturales (4 500 pièces datant de 1816 à 1965). Les archives cartographiques réunissent 3 600 plans, cartes et schémas d’urbanisme réalisés entre 1790 et 1977. Ces collections ont été enrichies récemment par la cession d’une partie des archives de l’Institut Pereira Passos. Les archives audiovisuelles rassemblent 2 200 disques, cassette, vidéos, films, CD et CD-Rom produits entre 1950 et 2000. On y trouve les discours officiels (inaugurations, hommages, etc.), les séminaires et conférences de l’AGCRJ, les programmes de la radio Roquete Pinto, ainsi qu’un grand nombre d’enregistrements musicaux, lectures et entretiens avec des personnalités artistiques et chercheurs sur l’histoire de la ville. Pour une description complète de ce fonds, voir http://www0.rio.rj.gov.br/​arquivo/​acervos-audiovisual.html

17La documentation écrite réunit les manuscrits et les imprimés. Elle compte 4 000 mètres linéaires et plus de 3 500 000 unités produites entre 1565 et 1985. Les collections proviennent de la Chambre municipale, du Sénat, du Conseil municipal, de la Préfecture de Rio et des autres administrations municipales. Un inventaire détaillé de ce fonds est disponible en ligne : http://www0.rio.rj.gov.br/​arquivo/​acervos-indice.html

18La bibliothèque réunit un ensemble de 20 000 ouvrages imprimés sur la ville de Rio de Janeiro, son histoire administrative, urbaine, sociale, économique, politique et culturelle. On y trouve de nombreuses publications officielles, des revues illustrées, des œuvres rares et des collections de coupure de presse en provenance des fonds privés et des diverses administrations municipales. Catalogue en ligne : http://www2.rio.rj.gov.br/​bibliotecasmunicipais/​agc/​

19Les archives privées regroupent différentes collections particulières données à l’AGCRJ par des institutions et des personnalités qui ont marqué l’histoire de Rio de Janeiro dans les domaines politique, culturel, économique ou scientifique. Pour une description précise des collections, voir http://www0.rio.rj.gov.br/​arquivo/​acervos.html

Arquivo Histórico do Itamaraty (AHI)

20Informations pratiques
Site internet
L’AHI ne possède pas de site internet dédié, mais de nombreuses informations sont disponibles sur le site du ministère des Relations extérieures : http://www.itamaraty.gov.br/​divulg/​documentacao-diplomatica/​pes
Accès
Palácio do Itamaraty - Av. Marechal Floriano, 196 - Centro - CEP: 20080-002  
Rio de Janeiro/RJ
Téléphone : +55(21)2253-5720 /
Email : arquivo.ererio@itamaraty.gov.br
Le moyen d’accès le plus simple est le métro : lignes 1 et 2, station Presidente Vargas
Plusieurs lignes de bus desservent également l’AHI : http://www.arquivonacional.gov.br/​cgi/​cgilua.exe/​sys/​start.htm?sid=4
Horaires
Du lundi au vendredi, de 11h à 17h

21Consultation et reproduction de documents
Consultation uniquement sur rendez-vous.Attention : il n’y a pas beaucoup de places, il est donc conseillé de prendre rendez-vous bien à l’avance (deux semaines de délai en général, parfois plus). Les rendez-vous peuvent être pris par mail ou par téléphone.Une fois sur place, l’accès aux documents est assez rapide (le jour même ou le lendemain de la demande en fonction de la nature des archives).Les reproductions photographiques sont autorisées pour un usage personnel. Une autorisation spécifique est nécessaire pour une publication.

22Consultation à distance
Service non proposé

23Description des fonds
L’AHI rassemble tous les documents relatifs au ministère des Relations extérieures et au corps diplomatiques brésiliens jusqu’en 1959. Les documents ultérieurs sont conservés à Brasília dans le sous-sol du ministère : téléphones 55(61)3411-6460/3411-9278 ; email cdo@itamaraty.gov.br / pesquisa.cdo@itamaraty.gov.br.

24Attention : toutes les collections ne respectent pas forcément cette coupure chronologique, certains documents antérieurs à 1959 ayant été transférés à Brasília lors du changement de capitale. De manière générale, les fonds relatifs aux années 1950 et 1960 doivent être consultés sur les deux sites pour une approche exhaustive.

25A Rio, les principaux fonds de l’AHI sont : la documentation coloniale (1500-1822) ; la correspondance diplomatique (1808-1959) ; les documents historiques (1822-1930) ; les commissions et tribunaux mixtes (1812-1876) ; les actes internationaux (1826-1870). Outre ces documents de nature publique, l’AHI conserve aussi des fonds privés, comme les archives personnelles de Benjamin Constant Botelho de Magalhães (1889-1890), Floriano Peixoto (1893-1939), Joaquim Nabuco (1896-1910) et celles du Barão do Rio Branco (1870-1912)6.

Arquivo Histórico do Exército (AHEx)

26Informations pratiques
Site internet
http://www.dpep.ensino.eb.br/​
Accès
Praça Duque de Caxias, nº 25, 6º andar, Centro, Rio de Janeiro - RJ - CEP 20221-260.
Téléphone
(21) 2519-5351 - Fax (21) 2519-5189.
E-mail : yourmail@yoursite.com
Le moyen d’accès le plus simple est le métro : ligne 1 et 2, stations Central ou Presidente Vargas.
Horaires

Du lundi au jeudi, de 13h à 16h30.

27Consultation et reproduction
Le chercheur doit prendre rendez-vous sur le site : http://www.dpep.ensino.eb.br/​
Attention : seuls 4 chercheurs sont admis à la fois. Le délai de réponse pour les demandes de rendez-vous s’élève à 20 jours ouvrables. Pensez à réserver une place bien à l’avance !
À l’entrée, le chercheur doit présenter une carte d’identité et une lettre de son institution indiquant les motifs de sa venue.
Les appareils photographiques sont permis. Les chercheurs doivent porter des gains pour consulter les documents originaux et manuscrits et sont priés de signer un terme de responsabilité concernant l’usage des sources de l’AHEx.

28Consultation à distance
L’AHEx ne dispose pas de service de consultation à distance. Les intéressés doivent consulter les archives personnellement sur place (des procurations sont cependant possibles pour les registres et certificats de temps de service). Toutefois, les équipes de l’AHEx sont disponibles pour orienter les recherches et donner des informations par téléphone ou e-mailPar ailleurs, une partie des collections de l’AHEx a été numérisée et est accessible via le réseau SISTARQ : http://www.marcsoft.hostmach.com.br/​ahexnovosite/​_pesquisa.php

29Description des fonds
Les fonds sont divisés en documents écrits, documents cartographiques et documents spéciaux. Plus de 60 % concerne le XXe siècle, 35 % le XIXe siècle, le reste étant consacré aux périodes antérieures7.
La section des documents écrits rassemble les documents, manuscrits et imprimés, relatifs à l’Armée de terre brésilienne depuis l’Indépendance (à partir de 1822) : rapports des ministres, livres d’office, revues militaires, bulletins de l’armée,  journaux officiels, documents sur la mission militaire française, un fonds sur la FEB (Force Expéditionnaire Brésilienne de la Seconde Guerre mondiale), missions de paix en Angola et à Mozambique, etc.
La collection cartographique est composée d’environ 4 000 plans et cartes de tous les États brésiliens et de pays voisins (Argentine, Paraguay, Uruguay), ainsi que le matériel iconographique utilisé par la FEB pendant sa mission en Italie lors de la Seconde Guerre mondiale. Les documents couvrent une période allant du XVIIIe siècle aux années 1930.
La section des documents spéciaux réunit des images photographiques, reproductions, gravures et vidéos de l’Armée de Terre brésilienne. On y trouve notamment des photographies et illustrations des casernes de Rio de Janeiro, des écoles militaires, des fortifications, des organisations de santé ; l’album photographique de la Campagne de Contestado, ainsi que des photographies de la révolution de 1924 et de la FEB.

Arquivo da Marinha (AM)

30Informations pratiques
Site internet
https://www.mar.mil.br/​dphdm/​
Accès
Praça Barão de Ladário, s/n, Praça XV, Ilha das Cobras, Centro, RJ
Téléphones : (21) 2104-6723 / 2104-5487.Pour y arriver, il faut rentrer dans le complexe de la Marine, puis traverser le pont Arnaldo Luz. L’AM se trouve juste de l’autre côté du pont, à gauche. Un petit plan a été dessiné sur le site : https://www.mar.mil.br/​dphdm/​c_chegar/​chegar_arqui.htm Le meilleur moyen d’accès est le métro : ligne 1 et 2, station Uruguaiana, sortie Presidente Vargas. 15 minutes de marche après la sortie (direction église de la Candelária).
Horaires
Du mardi au vendredi, de 8h15 à 11h30 et de 13h30 à 16h.

31Consultation et reproduction de documents
Le chercheur doit se rendre directement sur place muni d’une pièce d’identité et d’un document attestant sa fonction et son rattachement à une institution de recherche.
Les documents sont accessibles généralement le jour même de la demande.
Attention : une tenue correcte est exigée à l’entrée (les hommes ne peuvent pas rentrer dans le complexe de la Marine en short ou en bermuda).
L’accès à certains documents requiert une autorisation spécifique, d’un officier ou du directeur de l’archive, délivrée sur place en fonction de la demande et de l’état de la documentation.
Les photographies sont autorisées et l’AM dispose aussi d’un service de photocopie. Les documents sont consultables sur l’original ou microfilms.
Lieu de recherche agréable, même si, à première vue, les documents sont difficiles à localiser car l’organisation des fonds est parfois plus libre et moins « normative » que dans d’autres institutions officielles.

32Consultation à distance
Des formulaires de contact sont disponibles en ligne : https://www.mar.mil.br/​dphdm/​

33Des documents sont actuellement en voie de numérisation et seront peut-être disponibles en ligne prochainement.

34Description des fonds
L’archive de la Marine fait partie de la Direction du Patrimoine Historique et de Documentation de la Marine (DPHM – Diretoria do Patrimônio Histórico e Documentação da Marinha), qui regroupe les musées de la Marine, une bibliothèque, les publications, un département d’histoire et l’archive historique de l’Armada brésilienne.

35L’archive comprend des documents du XVIIIe siècle à nos jours répartis en deux sections :

36La Division des documents écrits, où sont conservés les imprimés ou manuscrits concernant le personnel de la Marine, comme les livres de bord, les lois du Brésil, les journaux officiels, les registres des lois, les bulletins du personnel, les rapports des ministres et commandants, les listes et registres des équipages, correspondances et documents des officiers, etc. Contact : claudia.drumond@dphdm.mar.mil.br ;

37La Division de documents spéciaux est consacrée à l’iconographie, aux photographies, vidéos, films, microfilms, enregistrements sonores et numériques, ainsi qu’à d’autres documents non textuels sur l’histoire de la Marine et des bâtiments de guerre, comme la collection du photographe Marc Ferrez des images de la révolte de l’Armada (1893) ou encore la collection de photographies du Rio ancien faites par l’aviation navale. Ce service peut fournir des copies imprimées ou numérisées des documents. Contact : marcia.prestes@dphdm.mar.mil.br

38La Division de l’accès aux documents chapote ces deux sections. Contact : gloria@dphdm.mar.mil.br / (21) 2104-6723 - R. 21

Arquivo Nacional (AN)

  • 8  Pour plus d’information sur les transports, voir ci-dessous

39Informations pratiques
Site internet
http://www.arquivonacional.gov.br
Accès
Praça da República, 173 20211-350 - Rio de Janeiro, RJ
Téléphones : (21) 2179-1273 / 2179-1275 / 2179-1276
Le moyen d’accès le plus simple est le métro : lignes 1 et 2, station Central, sortie Praça da República. Plusieurs lignes de bus desservent également les archives8.
Horaires
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h45.
Inscriptions de 8h30 à 16h30.

40Consultation et reproduction de documents
L’inscription est gratuite sur présentation d’une pièce d’identité.
Les documents écrits doivent être commandés sur place, en règle générale 24h avant la consultation. Les documents sonores, les images en mouvement et les microfilms peuvent être consultés le jour même.
Le chercheur peut photographier les documents écrits (sans flash), mais pas les documents iconographiques.

41Consultation à distance
La base de données des AN est consultable en ligne : http://www.arquivonacional.gov.br/​cgi/​cgilua.exe/​sys/​start.htm?infoid=584&sid=48 Une partie des archives audiovisuels est également disponible sur le site : http://www.zappiens.br/​portal/​instituicao.jsp?idInstituicao=8 Les chercheurs peuvent commander des documents en ligne : http://www.arquivonacional.gov.br/​cgi/​cgilua.exe/​sys/​start.htm?infoid=519&sid=8 . Les reproductions et envois peuvent être facturés.Attention : les bases de données sont incomplètes et très peu de documents sont numérisés. Le site Internet ne dispose pas de toutes les données et ne permet pas de mesurer la richesse des collections des AN. Nous conseillons vivement aux intéressés de se rendre sur place afin d’obtenir plus d’information sur l’ensemble de documents.

42Description des fonds
Les AN abritent deux grandes collections : la Coordenação de Documentos Escritos (CODES) qui regroupe les documents écrits ; et la Coordenação de Documentos Audiovisuais e Cartográficos (CODAC) consacrée aux archives audiovisuelles et cartographiques.

  • 9  Pour une énumération des fonds existants, voir le « Guia de Arquivos Nacionais de Tradição Ibérica (...)

43La CODES regroupe les fonds d’archives des trois pouvoirs fédéraux (exécutif, législatif et judiciaire) ainsi que des collections privées. On y trouve la correspondance officielle, les originaux de lois et décrets, les livres de registres civils, les archives judicaires et de police, les procès des tribunaux militaires, entre autres9. L’ensemble recouvre toutes les périodes de l’histoire du Brésil, mais la plupart des documents concerne le XXsiècle (82,13% des collections) et le XIXe siècle (16,27).

44La CODAC se compose de trois collections principales. Le fonds cartographique, tout d’abord, réunit un ensemble de cartes (géographie mondiale des siècles XVIII et XIX et brésilienne des siècles XIX et XX), des projets d’urbanisme, plans de lignes de train et télégraphe, etc. La collection iconographique, ensuite, rassemble des photographies, illustrations et caricatures, dont les photographies de l’Agence nationale de presse (1937-1979), les archives du Correio da Manhã (1901-1974) et des fonds privés. Les archives audiovisuelles, enfin, se compose de films de fiction et documentaires, films censurés et films publicitaires, ainsi que d’un fonds sonore (musique, chansons, discours d’hommes politiques et jingles présidentiels).

45Les AN sont souvent utilisées par les familles qui cherchent des données de registres civils de leurs membres (cas de naturalisation, histoire familiale, généalogie, etc). Les AN comportent de nombreux documents sur les étrangers et l’histoire de l’immigration au Brésil.

Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro (APERJ)

46Informations pratiques
Site internet
http://www.aperj.rj.gov.br/​Accès
Praia de Botafogo, 480, Botafogo - Rio de Janeiro, RJ - CEP 22250 040

Téléphone : (21) 2332-1449

Email : aperj@aperj.rj.gov.br
Métro ligne 1, station Botafogo. L’APERJ est situé en face du viaduc Pedro Alvares Cabral, à proximité du Botafogo Praia Shopping.
Horaires
Du lundi au samedi, de 9h à 17h (dernière entrée à 16h30)

47Consultation et reproduction de documents
Entrée libre sur présentation d’une pièce d’identité.
Le chercheur bénéficie de l’aide d’un fonctionnaire de l’APERJ pour consulter les bases de données. L’accès aux documents se fait sur réservation – prévoir deux jours ouvrés.
Dans la salle de lecture, seuls sont autorisés les crayons à papier et feuilles blanches volantes. Ordinateurs portables et appareils photographiques font l’objet d’une demande spécifique auprès de la Division d’Accès à l’Information (DAI).
Accès restreint à certains documents classés confidentiels (sigilosos).
Plusieurs possibilités de reproduction selon la nature et l’état de conservation des documents : numérisation, photographies ou photocopies (service payant).

48Consultation à distance
Service non proposé.Le chercheur peut préparer sa visite grâce aux descriptifs des principaux fonds disponibles en ligne : http://www.aperj.rj.gov.br/​instpesq.htmLes actes officiels de l’État sont également disponibles en ligne : http://www.aperj.rj.gov.br/​instpesq.htm

49Description des fonds
Les archives sont réparties en deux grandes divisions selon la nature des documents.

50La Documentation Permanente réunit les archives écrites (environ 3 000 mètres linéaires) de la Province, de l’ancien et du nouvel État de Rio de Janeiro et de l’ancien État de Guanabara. Les principaux fonds sont les suivants : Polices politiques (1905-1983) ; Institut Médico-Légal (1907-1960) ; Département de l’Éducation (1926-1950) ; Présidence de la Province (1786-1900) ; Registres paroissiaux des terres (1854-1858) ; Présidence de l’État (1889-1972) ; Programme d’orientation et de protection des consommateurs de l’Etat de Rio de Janeiro (1993-2001), Mouvement féminin pour l’amnistie et les libertés démocratiques (1975-1999). D’importants fonds privés complètent ces collections. Il s’agit, dans la plupart des cas, de dons effectués par des militants et des personnalités du mouvement social comme : Ângela Borba (1964-1989), Jean-Marc Van Der Weid (1963-1981), Jair Ferreira de Sá (1966-1984) et Daniel Aarão Reis (1954-1985).

51La Documentation Spéciale rassemble les documents non-textuels : photographies, négatifs sur acétate et sur verre, affiches, vidéocassettes, films, cartes, graphiques, ainsi que de nombreux objets (drapeaux, banderoles, couvre-chefs, boutons, etc.).

52La recherche s’effectue par entrée thématique ou par fonds. Les différents thèmes sont : Agriculture, Amnisties, Campagnes politiques, Communisme, Crime, Éducation, Esclavage, Espionnage, Indiens, Industrie et Commerce, Intégralisme, Militaires, Mouvements sociaux, Travaux publics, Polices, Santé, Terre, Transports, Impôts. Pour une présentation des fonds, voir : http://www.aperj.rj.gov.br/​guiadefundos.htm

Fundação Biblioteca Nacional do Rio de Janeiro (FBN)

53Informations pratiques
Site Internet
http://www.bn.br/​portal/​
Accès
Avenida Rio Branco, 219 – Cinelândia/Centro. Rio de Janeiro – RJ. CEP: 20040-008.
Téléphone : + 55 21 3095-3879. Fax: + 55 21 3095-3811.
La FBN est située sur l’une des principales artères du centre de Rio. Le meilleur moyen d’accès est le métro : lignes 1 et 2, station Cinelândia, sortie av. Rio Branco/Biblioteca Nacional. De nombreuses lignes de bus desservent également la FBN : arrêt en face, sur la place Cinêlandia ou à l’arrière du bâtiment (rue México et avenue pres. Antônio Carlos)
Horaires
Du lundi au vendredi, de 9h à 20h pour la collection générale (acervo geral) ; 10h à 18h pour les fonds spéciaux (acervos especiais).
Samedi, de 9h à 15h (collection générale)
Les lecteurs sont admis jusqu’à une heure avant l’ouverture, mais les commandes doivent être réalisées avant 17h.

54Consultation et reproduction de documents
Les visiteurs doivent être munis d’une pièce d’identité. Ils sont priés de laisser leurs sacs, stylos, chemises et autres documents dans les casiers situés à l’entrée et ne peuvent rentrer qu’avec des crayons à papier, des cahiers et feuilles blanches. Les ordinateurs portables, appareils photos et caméras sont également tolérés, mais sous réserve d’une autorisation délivrée par le responsable de la division concernée.
La consultation de certains documents peut requérir un délai de 24h.Une autorisation spécifique est nécessaire pour filmer ou photographier des documents : la demande doit être déposée 24 heures en avance. La photocopie est également possible pour certains documents, ainsi que pour les microfilms.

55Consultation à distance
Les documents numérisés sont directement accessibles en ligne à l’adresse http://bndigital.bn.br/​index.htmLa bibliothèque propose un service de consultation à distance. Les lecteurs peuvent commander des recherches et la numérisation de certains documents à l’adresse suivante : http://www.bn.br/​portal/​?nu_pagina=60 Ces services sont payants.

56Description des fonds
Le fonds (acervo) est partagé en 7 divisions selon la nature des documents :

  • Catalogue général des livres ;

  • Cartographie ;

  • Iconographie ;

  • Manuscrits. Cette division regroupe également les archives privées de plusieurs intellectuels, dont les poètes Alfonso Romano de Sant’ana et Manuel Bandeira, les journalistes Edmar Morel et Alberto Dines et le critique d’art Mario Pedroda;

  • Musique et Archives sonores – attention, la division de la Musique et des Archives sonores n’est pas localisée dans le même bâtiment que les autres. Elle se trouve dans l’ancien immeuble du ministère de l’Education et de la Culture situé à l’arrière de la FBN, rua da Imprensa 16-3 Centro ;

  • Œuvres rares ;

  • Périodiques. Cette section regroupe plus de 57 000 titres, classés selon quatre entrées : catalogue général des périodiques, périodiques microfilmés, périodiques rare et périodiques numérisés – ces derniers sont donc accessibles en ligne, pour le plus grand intérêt des chercheurs étrangers.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estastística (IBGE)

57Informations pratiques
Site internet
http://www.ibge.gov.br/​home/​
http://biblioteca.ibge.gov.br/​
Accès
Biblioteca IBGERua General Canabarro, 706 - térreo
20.271-201- Maracanã, RJ
Tel:
55 21 2142-4715 ou 2142-0123 (ramal 3536)
E-mail:bibliotecacddi@ibge.gov.brLigne 2, station São Cristóvão, sortie rue Senador Furtado
Horaires
Du lundi au vendredi, de 8h à 16h30.

58Consultation et reproduction de documents
Accès direct aux ouvrages et documents se trouvant sur la salle de lecture. Accès sur demande aux autres documents.

59Consultation à distance
Pour la bibliothèque, le chercheur peut se renseigner en écrivant à : bibliotecacddi@ibge.gov.br
Les bases de données sont également accessibles sur : http://biblioteca.ibge.gov.br/​
Plusieurs informations, documents, données sont en ligne également sur le site : http://www.ibge.gov.br/​home/​

60Sur le site général de l’IBGE, le chercheur trouvera également de nombreuses informations. Lasérie statistiques historiques (estatísticas históricas) regroupe des graphiques et tableaux sur le commerce, l’éducation, les familles, le marché de travail, la population, la démographie, la santé et diverses données économiques, sociales et culturelles sur les différentes villes et régions du pays, pour une période allant de 1870 à nos jours. Ces informations ont été collectées soit directement par l’IBGE soit par d’autres organismes gouvernementaux.

61La série statistiques du XXe siècle (estatísticas do século XX) regroupe des données statistiques concernant les domaines démographiques, sociaux, politiques et culturels de la société brésilienne depuis le début du XX± siècle sous format excel ou pdf. On y trouve, par exemple, des données quantitatives sur la participation électorale et le nombre d’électeurs au Brésil de 1908 à 1994, mais aussi des éléments sur l’activité associative, le nombre de périodiques publiés au Brésil, les musées, les divertissements publics, la radiodiffusion, etc. Pour accéder à cette série, il est plus simple d’utiliser le lien direct : http://www.ibge.gov.br/​seculoxx/​default.shtm

Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (IHGB)

62Informations pratiques
Site internet
http://www.ihgb.org.br/​
Accès
Avenida Augusto Severo, 8, 9ème/ 13ème étage, Glória
20021-040 – Rio de Janeiro, RJ, Brasil
Téléphones : +55 21 2252-4430/2509-5107
E-mail : info@ihgb.org.br
Métro, ligne 1, station Glória, sortie Glória
La salle de lecture se trouve au 10e étage.
Horaires
Du lundi au vendredi, de 9h30 à 17h.

63Consultation et reproduction de documents
Présentation directement sur place. Les reproductions (photographiques ou photocopies) doivent être autorisées par les responsables de l’archive.

64Consultation à distance

65Ecrire à : info@ihgb.org.br

66Description des fonds
Fondé en 1838, l’Institut Historique et Géographique Brésilien avait pour but initial de collecter des informations sur la géographie et l’histoire du Brésil. Ces missions sont aujourd’hui étendues à l’ensemble des sciences humaines et sociales.

67Les archives de l’IHFB sont composées de plus de 160 000 documents de nature diverse (manuscrits, imprimés, photographies, archives personnelles). Elles comprennent deux fonds principaux :

68Les collections particulières (ACP – Arquivos e coleções particulares) rassemblent les archives privées de plus d’une centaine de personnalités brésiliennes, notamment de la période coloniale, impériale et des premières années de la République, comme le baron de Cotegipe (1815-1889), le maréchal Duque de Caxias (1803-1880), le conte d’Eu (1842-1922), l’abolitionniste André Rebouças (1838-1898), les présidents Prudente de Morais (1841-1902) et Rodrigues Alves (1848-1919), etc. Pour une description du fond, voir : http://www.ihgb.org.br/​acervo31.php

69La collection IHGB regroupe des documents de différentes origines, classés selon le sujet et la thématique, allant du premier quart du XVIIe siècle au dernier quart du XXe siècle – près de 34 000 documents au total. On y trouve des documents personnels de Dom Pedro II (écrits et dessins), des données sur la politique ultramarine portugaise et l’histoire navale brésilienne (documents du ministère de la Marine transférés par l’almiral Alexandrino de Alencar), ainsi que des rapports des expéditions brésiliennes à l’étranger. Pour une description de ce fonds, voir : http://www.ihgb.org.br/​acervo32.php

70Outre ces archives, l’IHGB possède également une mapoteca (cartothèque), une hémérothèque (presse et imprimés des institutions brésiliennes, comme les journaux officiels, et d’autres extérieurs), un musée et une bibliothèque, qui possède de très nombreux ouvrages sur l’histoire du Brésil.

Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional (IPHAN)

71Informations pratiques
Site internet
http://portal.iphan.gov.br/​portal/​montarPaginaInicial.do
http://portal.iphan.gov.br/​portal/​montarPaginaSecao.do?id=12297&retorno=paginaIphan
Accès
Palácio Gustavo Capanema. Rua da Imprensa, n° 16, 8º étage, Centro, Rio de Janeiro. CEP 20.030-120
Téléphone: (21) 2215-5275 / (21) 2215-5824.
Métro, ligne 1, station Cinelândia, sortie Rio Branco - Theatro Municipal.
Horaires
Sans rendez-vous, du lundi au vendredi, de 13h à18h
Sur rendez-vous, du lundi au vendredi, de 9h à 18h.

72Consultation et reproduction de documents
Il est préférable de prendre rendez-vous. Les conditions de reproduction dépendent de la nature et de l’ancienneté des documents.

73Consultation à distance
Pour toute demande générale, écrire à ans.pgc@iphan.gov.br. Des informations plus spécifiques peuvent être obtenues avec les responsables de l’archive centrale de Rio, contact : Hilário Pereira : hilario.pereira@iphan.gov.br Pour le moment, les documents ne sont pas encore disponibles en ligne et il n’existe pas de base de données sur Internet non plus.

74Description des fonds
L’IPHAN est une institution fédérale, dépendant du Ministère de la Culture, qui a pour mission l’identification, la diffusion, la promotion, la protection, la conservation et la restauration du patrimoine culturel brésilien – matériel et immatériel. L’IPHAN a été fondé en 1937, à Rio de Janeiro, à l’initiative de Getúlio Vargas et du ministre de l’éducation Gustavo Capanema, qui en ont confié à des intellectuels du mouvement moderniste brésilien.

75Les documents de l’IPHAN sont conservés dans deux centres principaux (les archives centrales de Rio et de Brasília) et dans les sections de chaque État brésilien (superintendências). Les archives de Rio conservent la plupart des documents, notamment les fonds antérieurs à 1970 et les documents de l’administration centrale antérieurs à 1990 – depuis cette date, les documents sont versés aux archives de Brasília. On y trouve notamment les procès de classement des monuments historiques et biens culturels (tombamento), les inventaires photographiques, physiques, urbanistiques et architecturaux, les enregistrements audiovisuels, les rapports de recherche, les procès administratifs (notamment les procès autorisant la sortie d’œuvres d’art du pays), la mémoire orale de la préservation, des documents spéciaux (plans et cartes), des documents sur les sites archéologiques, des notes relatives à la sélection de boursiers et aux voyages de recherche, des publications (notamment les plans directeurs d’urbanisme), etc.

76Pour un premier aperçu des biens classés (bens tombados), le chercheur peut se référer au guide pratique de l’IPHAN, ainsi qu’aux « livros de tombo » pour tous les biens placés sous la tutelle de l’institution : http://portal.iphan.gov.br/​portal/​baixaFcdAnexo.do?id=1356 ; http://www.iphan.gov.br/​ans/​inicial.htm

II. Autres centres de recherche et de documentation

77Outre les archives et bibliothèques publiques, le chercheur trouvera de précieux centres de documentations dans les musées, les fondations, les établissements culturels et les universités de Rio de Janeiro. Nous en présentons ici une sélection, classée par ordre alphabétique.

Biblioteca Central da Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro (PUC-Rio)

78Informations pratiques
Site internet
http://www.dbd.puc-rio.br/​
Accès
Rua Marquês de São Vicente, 225. Gávea, Rio de Janeiro – RJ. CEP : 22451-900
Téléphones :
(21) 3527-1963 ou (21) 3527-1714
Email :
bcentral@dbd.puc-rio.brLe campus de la PUC-Rio est accessible en bus, directions PUC/Gávea. Nombreuses lignes face à l’entrée principale : 125, 157, 292, 410, 432, 435, 571 et métro na superficie (bus intégré avec la ligne de métro 1, stations Botafogo et Ipanema/General Osório). La bibliothèque est située dans l’édifice Amizade, aile Frings, 3e étage.
Horaires
Du lundi au vendredi, de 7h30 à 22h30.Le samedi, de 9h à 13h30.Pendant les vacances, du lundi au vendredi de 8h30 à 19h, fermé le samedi.

79Consultation et reproduction des documents
Entrée libre sur présentation d’une pièce d’identité. La consultation est ouverte à tous, mais seuls les étudiants et enseignants de la PUC peuvent emprunter des ouvrages. La reproduction est autorisée (photocopies sur place) sauf pour les œuvres rares.

80Consultation à distance
Le catalogue de la bibliothèque est accessible en ligne, ainsi que des bases de données spécifiques pour les usagers inscrits – rubrique acesso remoto. La bibliothèque propose un service de commande de documents, reproduction et envoi par e-mail ou courrier postal : http://www3.dbd.puc-rio.br/​sre/​solicitacao.asp

81Description des fonds
La bibliothèque centrale réunit une importante collection d’imprimés – ouvrages, monographies, thèses et périodiques – couvrant toutes les disciplines scientifiques. Elle est reliée à des bibliothèques spécialisées, également présentes sur le Campus comme la Biblioteca sectorial dos centros de ciências sociais, teologia e ciências humanas (BS/CCS-CTCH) situé au 2e étage du même édifice.

Biblioteca do Centro Cultural Banco do Brasil (CCBB-RJ)

82Informations pratiques
Site internet
http://www.dbd.puc-rio.br/​`
Accès
Rua
Primeiro de Março, 66 - Centro 
20010-000 / Rio de Janeiro (RJ)
Téléphone : (21) 3808-2030
Email : ccbbrio@bb.com.br
Téléphones
Métro lignes 1 et 2, station Uruguaiana, puis suivre en direction de l’église Candelária. Le CCBB se trouve à l’angle des avenues Presidente Vargas et Primeiro de Março.
Horaires
Du mardi au dimanche, de 9h à 20h30.

83Consultation et reproduction
Entrée libre sur présentation d’une pièce d’identité. Possibilité d’emprunter les ouvrages.

84Consultation à distance
Service non proposé. Le catalogue de la bibliothèque est disponible en ligne.

85Description des fonds
Créée en 1931, la bibliothèque de la Banque du Brésil, à l’origine consacrée à des ouvrages techniques, possède aujourd’hui d’importantes collections sur l’art, les sciences sociales, la philosophie et la littérature. La bibliothèque abrite également les archives privées du musicologue Mozart de Araújo.

Centro de Estudos Sociais Aplicados (CESAP)

86Informations pratiques
Site internet
http://cesap-ucam.com.br/​
Accès
Rua da Assembléia, 10 – Sala 823 – Centro – RJ
Téléphone : (21) 3543-6468
Email : cesap.ucam@gmail.com
Métro, lignes 1 et 2, station Carioca.

87Consultation
Entrée réservée aux chercheurs accrédités. Il est conseillé de contacter au préalable les responsables du laboratoire. La consultation des documents s’effectue sur place, le jour même. Possibilités de reproduction (photocopies, photographies) en fonction de l’état de conservation et de la nature des archives consultées.

88Consultation à distance
Service non proposé. Le catalogue en ligne ne donne qu’un aperçu très partiel de la collection : http://cesap-ucam.com.br/​acervo/​

89Description des fonds
Créé en 1981, le Centre d’études sociales appliquées de l’Université Cândido Mendes de Rio de Janeiro est spécialisé dans la sociologie de la culture. Il comprend deux laboratoires : le Núcleo de Estudos Musicais consacré à l’anthropologie, l’histoire et la sociologie de la musique populaire brésilienne ; et le Núcleo de Estudos em Subjetividade spécialisé dans l’étude des cultures jeunes et des cultures urbaines du XXIe siècle. Les collections du CESAP comprennent des ouvrages imprimés relatifs aux thématiques des deux laboratoires, des thèses et mémoires universitaires, ainsi qu’un grand nombre de périodiques et des séries d’entretiens avec des acteurs de la vie culturelle carioca.

Centro de Pesquisa e Documentação de História Contemporânea do Brasil (CPDOC-FGV)

90Informations pratiques
Site internet
http://cpdoc.fgv.br/​
Accès
Le CPDOC est le centre d’archives et de recherches historiques de la Fondation Getúlio Vargas. Il est localisé dans l’immeuble de la FGV.
Praia de Botafogo,190 14° Andar. Botafogo, Rio de Janeiro – RJ. CEP : 22253-90
Téléphones : (21) 3799.5676 / 3799.5677
Fax : (21) 3799.5679
E-mail: faleconosco.cpdoc@fgv.br
Métro, ligne 1, station Flamengo ou Botafogo, bus lignes 107, 119, 136, 154, 157, 158, 176, 179, 409, 410, 434, 464, 472, 503D, 570.
Horaires
Du lundi au vendredi, 9h à 16h30.

91Consultation et reproduction de documents
Entrée libre sur présentation d’une pièce d’identité. Tous les documents ne sont pas accessibles et la consultation se fait – en règle générale – sur microfilm, cassette audio et VHS de manière à préserver les originaux. La reproduction est possible pour les documents écrits et sonores, mais réalisée uniquement par les fonctionnaires du CPDOC, et payante. Il est interdit de photographier les archives.

92Consultation à distance
Le chercheur peut localiser les archives grâce aux bases de données, commander la reproduction et l’envoi de documents directement sur le site. Pour les modalités pratiques, voir http://cpdoc.fgv.br/​sobre/​servicos
Certaines collections, en cours de numérisation, sont en partie disponibles en ligne : Accessus, História oral (possibilité de téléchargement) et Dicionário historico-biográfico brasileiro (lecture seule) dans l’onglet acervo : http://cpdoc.fgv.br/​acervo/​arquivospessoais

93Description des fonds
Le CPDOC réunit depuis 1973 les archives privées de plus de 200 hommes politiques brésiliens d’envergure nationale – Getúlio Vargas, Gustavo Capanema, Anísio Teixeira, João Goulart, Ernesto Geisel, etc. – ainsi que les publications de l’Église positiviste du Brésil et du Département de la presse et de la propagande (DIP) entre 1941 et 1945. Référencées dans la base Accessus, ces archives privées comprennent des manuscrits, imprimés, photographies, disques, films et cassettes, provenant des collections particulières de plus de 200 personnalités brésiliennes, pour un total de 1 300 000 documents (dont 1 000 000 déjà archivés et accessibles). De nombreuses photographies et écrits sont numérisés et consultables directement en ligne.

94Le CPDOC mène également des programmes d’histoire orale sur divers aspects de la vie politique, économique et sociale du Brésil. 1 000 entretiens et plus de 5 000 heures d’enregistrements ont été réalisés depuis 1975 dans le cadre de divers projets de recherches comme : « 1964 et le régime militaire » ; « 200 ans de justice militaire » ; « La propagande brésilienne » ; « Histoire de la science au Brésil » ; « Brasília 50 ans » ; « Histoire de Petrobrás », « Trajectoires et réalisations des élites politiques brésiliennes » ; ou « Football, mémoire et patrimoine ».

Centro Nacional de Folclore e Cultura Popular (CNFCP)

95Informations pratiques
Site internet
http://www.cnfcp.gov.br/​
Accès
Rua do Catete, 179/181, Catete - Rio de Janeiro. CEP : 22.220-000
Téléphone : (21) 2285-0441Métro, ligne 1, station Catete, entrée par le musée du folklore Edison Carneiro. La salle de lecture se trouve à l’arrière du bâtiment, à côté de la boutique du musée.
Horaires
Mardi à samedi, de 10h à 17h30.

96Consultation et reproduction
Entrée libre sur présentation d’une pièce d’identité. La consultation des documents a lieu sur place le jour même. Possibilité de reproduction (photocopies, photographies) en fonction de la nature et de l’état de conservation de la documentation.

97Consultation à distance
Pas de service spécifique, mais de nombreux documents sont disponibles sur le site internet dans les rubriques Arquivos para baixar et Acervos digitais (collections de littérature de cordel, xilogravures et périodiques dont la Revista Brasileira de Folclore). Le chercheur trouvera également un thesaurus du folklore et de la culture populaire regroupant 2 092 termes et expressions traditionnelles, ainsi qu’une sélection d’articles, décrets et communications scientifiques sur le patrimoine culturel immatériel brésilien.

98Description des fonds
Les collections du CNFCP réunissent 13 000 objets muséaux, 130 000 imprimés et près de 70 000 documents audiovisuels. Les archives sont réparties en trois grands fonds. Le fonds bibliographique constitué depuis 1961 réunit des ouvrages, périodiques, feuillets, thèses, revues de presse, ainsi qu’une importante collection de littérature de cordel. Le fonds audiovisuel réunit des documents ethnographiques (enregistrements sonores, films et vidéos, photographies) recueillis sur l’ensemble du territoire national et pour la plupart inédits. Le fonds archivistique rassemble des pièces relatives aux programmes nationaux de préservation du folklore, aux commissions de folklore, ainsi que des documents personnels d’Edison Carneiro.

Fundação Casa de Rui Barbosa

99Informations pratiques
Site internet
http://www.casaruibarbosa.gov.br/​
Accès
Rua São Clemente, 134.
Botafogo -
Rio de Janeiro, RJ
CEP : 22260-000
Téléphone : 21.3289-4655
Email : consulta.acervo@rb.gov.br
Métro, ligne 1, station Botafogo, sortie Rua São Clemente.
Horaires
Lundi à vendredi, de 9 h à 18 h, entrée admise jusqu’à 17 h 15.

100Consultation et reproduction de documents
Le chercheur doit prendre rendez-vous à l’avance, par mail, par téléphone ou directement dans la salle de consultation. Les documents écrits sont communiqués dans la journée, si la demande est effectuée avant 16 h. Les documents audiovisuels sont communiqués avec un délai de 24h. La reproduction est possible (photocopies, photographies, microfilms, numérisation sur CD ou DVD), payante et assortie d’une taxe destinée à la préservation des documents.

101Consultation à distance
Pour toute demande spécifique, écrire à consulta.acervo@rb.gov.br

102Plusieurs documents sont disponibles en ligne : textes et discours de Rui Barbosa, articles sur Rui Barbosa, articles sur la vie culturelle brésilienne par les chercheurs de la fondation, catalogues et inventaires d’archives, conférences et séminaires, ainsi que les deux revues éditées par la fondation, Escritos et Machado de Assis em linha. Voir la rubrique Textos on-line : http://www.casaruibarbosa.gov.br/​interna.php?ID_S=253
Dans la rubrique Conteúdos digitais, le chercheur trouvera des collections numérisées sur des thématiques spécifiques : œuvres complètes de Rui Barbosa, littérature de cordel ; revue illustrée O Malho, etc. http://www.casaruibarbosa.gov.br/​interna.php?ID_S=8

103Description des fonds
Constituée à partir du legs de Rui Barbosa, la fondation réunit aujourd’hui d’importantes collections sur la vie littéraire et culturelle brésilienne. Les fonds sont répartis en quatre grandes sections.

104Les archives institutionnelles réunissent 200 mètres linéaires de documents textuels, ainsi que de nombreux documents audiovisuels (photographies, dessins d’architecture, affiches, cassettes audio, VHS, CD et DVD) relatifs à l’histoire de la fondation : séries administration, diffusion culturelle, activités didactiques, recherche et études, documentation et information.

105Les archives Rui Barbosa rassemblent 60 000 documents écrits, produits ou reçus par Rui Barbosa entre 1849 et 1923, distribués en 11 séries : correspondance générale, ministère de l’Agriculture, procès judiciaires, production intellectuelle, documents personnels, ambassade à Buenos Aires, iconographie, cartographie, miscellanées et documentations complémentaire (rassemblée après sa mort).

106Les archives historiques rassemblent les collections particulières et familiales de personnalités qui ont marqué l’histoire du Brésil contemporain : Américo Jacobina Lacombe (1909-1993) ; José Pandiá Calógeras (1870-1934) ; famille Barbosa de Oliveira (XIXe et XXe siècles), entre autres.

107Les archives littéraires rassemblent les archives privées d’écrivains brésiliens réunies au sein de l’Arquivo-Museu de Literatura Brasileira, créé à l’initiative de Carlos Drummond de Andrade en 1972. Le chercheur y trouvera notamment les manuscrits, correspondances et collections personnelles de Manuel Bandeira, Clarice Lispectof, Vinícius de Moraes, Carlos Drummond de Andrade.

108La description détaillée et l’inventaire des différents fonds sont accessibles en ligne : http://www.casaruibarbosa.gov.br/​interna.php?ID_S=6&ID_M=603

Instituto Moreira Salles (IMS)

109Informations pratiques
Site internet
http://ims.uol.com.br/​
Accès
Rua Marquês de São Vicente, 476. Gávea, Rio de Janeiro-RJ. CEP : 22451-040
Téléphone :
(21) 3284-7400
Fax :
(21) 2239-5559Bus, lignes 158, 170, 523, 546, 592, 593, 2014, 2113. Le centre de recherche se trouve derrière le musée, au fond du parc.
Horaires
Le musée est ouvert du lundi au vendredi, de 13h à 20h. Pour les archives, les horaires sont restreints et varient en fonction des collections.

110Consultation et reproduction des documents
Les archives sont consultables uniquement sur rendez-vous. Le rendez-vous doit être pris sur le site internet, rubrique atendimento ao pesquisador : http://ims.uol.com.br/​Atendimento-a-pesquisadores/​D3. La reproduction des archives est possible et payante (réalisée uniquement par les services de l’IMS, prix variable en fonction de l’usage prévu).

111Consultation à distance
Une partie des archives est numérisée et consultable en ligne (pas de possibilité de téléchargement) dans la rubrique acervo : http://ims.uol.com.br/​Acervo/​D798

112Description des fonds
Les collections de l’IMS résultent de dons et d’une politique active d’acquisition d’œuvres d’art et archives personnelles. Elles sont organisées en fonction de la nature des documents.

113Les collections de photographies couvrent l’ensemble de l’histoire de la photographie brésilienne du XIXe au XXe siècle, avec notamment les œuvres de Marc Ferrez, Marcel Gautherot, José Medeiros, Augusto Malta et des collections thématiques sur la guerre de Canudos ou la révolution de 1932.

114Les collections de musique rassemblent les collections privées de compositeurs et interprètes (Chiquinha Gonzaga, Pixinguinha, Francisco Alves, Elizeth Cardoso, etc.), ainsi que de musicologues et critiques brésiliens (Humberto Franceschi, José Ramos Tinhorão, etc.). La majorité des enregistrements sonores a été numérisée et est disponible sur le site de l’IMS.

115Les collections de littérature rassemblent les manuscrits, correspondances, photographies et archives personnelles d’auteurs brésiliens, dont Clarice Lispector, Rachel de Queiroz, Otto Lara Rezende ou Jurandir Ferreira.

116Les collections d’arts visuels comprennent trois fonds. Le fond « iconographie brésilienne » réunit près de 2 000 images du Brésil (cartes, paysages et scènes du quotidien) composées entre le XVIe et le XIXe siècle. Le fond « art moderne et contemporain » rassemble 700 œuvres, en majorité des peintures, signées par les grands noms du modernisme (Tarsila do Amaral, Anita Malfatti, Di Cavalcanti, Lasar Segall, Cândido Portinari, etc.) et des artistes contemporains (Tomie Othake, Wesley Duke Lee, Daniel Senise, etc.). Le fond « Ukiyo-E » rassemble une série de 154 xylogravures japonaises, datant du XVIe au XIXe siècle, qui dépeignent la vie quotidienne et culturelle au Japon durant cette période (notamment, le théâtre kabuki).

Laboratório de História Oral e Imagem (Labhoi)

117Informations pratiques
Site internet
http://www.historia.uff.br/​labhoi/​
Accès
Universidade Federal Fluminense
Campus de Gragoatá - Bloco O - Sl. 201. Niterói – RJ. CEP:24.210-350
Tel
(21) 2629-2833. Fax.: (21) 2629-2832Pour y arriver depuis Rio de Janeiro, nous conseillons de prendre la barca (le ferry) à Praça XV, dans le centre-ville. Le service des barcas possède un site Internet avec les horaires : http://www.barcas-sa.com.brDu centre de Niterói où arrivent les barcas, on peut faire le trajet à pied (prendre l’Avenida Visconde do Rio Branco à droite, environ 1 km de distance) ou prendre le bus (lignes 47, 47A, 47B, 60) et descendre Praça da Cantareira, en face du campus.Des informations pratiques sur la ville de Niteroi et le campus, y compris des plans et d’autres moyens d’accès, se trouvent sur : http://www.proac.uff.br/​cbpe/​sites/​default/​files/​guia_de_niteroi_0.pdf
Horaires
Non renseigné.

118Consultation et reproduction des documents
La collection est consultable sur place. Les informations sur le prêt et la reproduction sont délivrées sur place – en fonction du statut, de la recherche et de la nature des documents

119Consultation à distance
Les entretiens ne sont pas consultables sur internet, mais des informations sur leur réalisation ainsi que des photographies sont disponibles en lignes :http://www.historia.uff.br/​labhoi/​?q=acervo http://www.historia.uff.br/​labhoi/​?q=imageLes films documentaires produits par le Labhoi sont également accessibles sur Internet : http://www.historia.uff.br/​labhoi/​videos Le chercheur peut aussi consulter le matériel filmé du projet « Jongos, Calangos e Folias » sur le site dédié à la mémoire des musiques noires (collection UFF Petrobras Cultural) :  http://www.historia.uff.br/​jongos/​acervo/​index.php

120Description des fonds
Le Laboratoire d’histoire Orale et Image (Labhoi) est un centre de recherche du département d’histoire de l’Université Fédérale Fluminense. Le Labhoi développe cinq axes recherche à partir de l’utilisation de documents audiovisuels (photographie, iconographie, images filmées) et de témoignages oraux : Afrique et Monde Atlantique ; Mémoire, Art et Politique ; Mémoire, esclavage, citoyenneté ; Mémoire, politique et médias ; Mémoire, ville et immigration.

121Le Labhoi constitue non seulement un laboratoire recherche, mais aussi un centre de conservation de documents audiovisuels organisés en deux grandes collections.

122Les archives sonores regroupent les entretiens réalisés depuis 1994, enregistrés sur cassettes ou supports numériques et organisés en 14 séries qui correspondent aux projets de recherche développés tels quels : « Images urbaines » ; « L’indépendance de l’Angola » ; « Mémoires des captifs et identité ethnique (1888-1940) » ; « Médias au Brésil » ; « Niteroi : les ouvriers navals » ; « Politiques au Brésil : l’exil ».

123Les archives visuelles rassemblent 14 collections de photographies, dont plusieurs sont disponibles en ligne sur la galerie d’images : http://www.historia.uff.br/​labhoi/​image .

124On y trouve la collection Aloysion Clement Breves, avec plus d’une centaine de photographies des propriétés (fazendas) de la famille de Joaquim et José Breves, où travaillaient de nombreux esclaves de la région du littoral de l’Etat de Rio de Janeiro et de la vallée du Paraíba ; la collection « quebra-quebra das barcas » sur une révolte populaire dans la ville de Niteroi en 1959 ; la collection Mariana Jabour, composée de 513 photographies d’une famille de migrants libanais arrivée au Brésil au début du XXe siècle ; ou la collection « O incêndio do Circo de Niterói » sur l’incendie du Cirque Gran-Circus Norte-Americano en 1961.

Museu Nacional

125Informations pratiques
Site internet
http://www.museunacional.ufrj.br/​
Accès
Quinta da Boa Vista, São Cristovão, Rio de Janeiro – RJ. CEP : 20940-040
Téléphone : (21) 2562-6900
Email :
museu@mn.ufrj.brMétro, ligne 2, station São Cristovão. Traversez la passerelle et entrez dans le parc : le musée se trouve au centre, en hauteur. Plusieurs lignes de bus desservent également cet arrêt : 284, 463, 634, 665, 1045.
Horaires
Bibliothèque du musée : lundi à vendredi, de 9h à 16h.Bibliothèque Francisca Keller : lundi à vendredi, de 8h30 à 16h30.Consultation et reproduction des documentsEntrée sur présentation d’une pièce d’identité, d’une carte d’étudiant ou de chercheur. La consultation est possible le jour même. Pour la série « œuvres rares », il faut réserver à l’avance, par téléphone, au (21) 2562-6076. Possibilité de reproduction en fonction de la nature et de la date de production des documents.

126Consultation à distance
Service non proposé. La section « œuvres rares » est en cours de numérisation et en partie accessible en ligne : http://www.obrasraras.museunacional.ufrj.br/​index.html

127Description des fonds
Le musée national regroupe les institutions de recherches de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro dans les disciplines suivantes : anthropologie, archéologie, ethnologie, géologie, paléontologie, biologie. Créé en 1818, il s’agit de la plus ancienne institution scientifique du Brésil. Pour le chercheur en sciences humaines, de nombreux documents intéressants sont disponibles, répartis entre plusieurs fonds.

128La bibliothèque du musée fondée officiellement en 1863 regroupe des ouvrages imprimés, périodiques, thèses et dissertations, feuillets et documents multimédias – dont une série d’œuvres rares datant de la période coloniale et du XIXe siècle.

129La section « Mémoire et Archives » (SEMEAR) regroupe l’ensemble des archives institutionnels et scientifiques du musée depuis sa création. Pour une description détaillée des fonds, voir : http://www.museunacional.ufrj.br/​MuseuNacional/​Principal/​ARQUIVOHIS.htm

130La bibliothèque Francisca Keller est le centre de documentation du département d’anthropologie sociale (Programa de Pós graduação em Ciências Sociais – PPGAS) de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro. Elle possède la collection la plus complète de littérature anthropologique du Brésil et une des plus importantes d’Amérique latine, avec près de 70 000 volumes. Le catalogue est accessible en ligne : http://fenix2.ufrj.br:8991/​F/​?func=find-b-0&local_base=PPGAS

Museu do Índio

131Informations pratiques
Site internet
http://www.museudoindio.gov.br/​
Accès
Rua das palmeiras, 55. Botafogo, Rio de Janeiro – RJ. CEP : 22270-070
Téléphones : (21) 3214-8702 / 3214-8705Métro, ligne 1, station Botafogo. Bus lignes 136, 172, 178, 409, 410, 511, 512, 522.
Horaires
Du lundi au vendredi, de 9h à 17h30.

132Consultation et reproduction des documents
Entrée libre sur présentation d’une pièce d’identité. Attention : il faut prendre rendez-vous à l’avance pour les collections ethnographiques et pour les archives audiovisuelles par téléphone, respectivement, au (21) 3214-87356) et (21) 3214-8734.
La consultation des documents se fait le jour même. Reproduction possible (photocopie, photographie) en fonction de la nature et de l’état de conservation des documents.

133Consultation à distance
Le chercheur peut consulter l’inventaire des différents fonds d’archives, commander la reproduction et l’envoi de documents directement sur le site : http://www.museudoindio.gov.br/​NOV/​bases.HTM  

134Description des fonds
Le musée regroupe plusieurs collections organisées en fonction de la nature des documents.

135La bibliothèque maréchal Rondon fondée en 1953, à l’ouverture du musée, réunit les collections du Serviço de Proteção do Índio (SPI), du Conselho Nacional de Proteção aos Índios (CNPI) et la bibliothèque privée du maréchal Cândido Mariano da Silva Rondon, soit un total de 16 000 ouvrages imprimés sur les Indiens brésiliens.

136Les archives écrites regroupent un vaste ensemble documentaire sur l’ethnologie indigène et la politique indigéniste du gouvernement brésilien de 1890 à nos jours. Les fonds institutionnels sont les suivants : Comissão Rondon (1890-1930) ; SPI (1910-1967) ; CNPI (1939-1967) ; Fundação Brasil Central (19943-1967) ; Museu do Índio (1950-).

137La collection ethnographique rassemble 16 000 objets des peuples indigènes brésiliens, relatifs aux fêtes, rituels et divers aspects de la vie quotidienne, obtenus par donation ou acquis directement depuis 1947.

138Les archives audiovisuelles rassemblent 68 217 documents de nature variée, dont une série de 1 439 photographies sur plaque de verre et des films ethnographiques résultant des travaux de la Commission Rondon (1890-1930).
Un inventaire des différents fonds est disponible en ligne : http://www.museudoindio.gov.br/​NOV/​bases.HTM

Museu Villa-Lobos

139Informations pratiques
Site internet
http://www.museuvillalobos.org.br/​
Accès
Rua Sorocaba, 200. Botafogo, Rio de Janeiro - RJ, 22271-110
Téléphone : (21) 2226-6497
Email : mvillalobos@museuvillalobos.org.br
Métro, ligne 1, station Botafogo. De nombreuses lignes de bus desservent les rues São Clemente et Voluntários da Pátria, deux perpendiculaires à la rue Sorocaba.
Horaires
Lundi, mercredi et vendredi, de 9h à 12h.
Mardi et jeudi, de 13h à 17h.

140Consultation et reproduction de documents
Le chercheur doit prendre rendez-vous par téléphone ou par mail. Les documents sont consultables le jour même. La reproduction est autorisée pour certains documents, réalisées uniquement par les services du musée et payante.

141Consultation à distance
Pas de service spécifique, mais de nombreux documents numérisés sont théoriquement disponibles sur la plateforme Villa-Info (correspondance, manuscrits et ouvrages imprimés, partitions, archives audiovisuelles, programmes et affiches). Le site est en cours de construction et son utilisation n’est pas toujours aisée.

142Description des fonds
Les fonds proviennent de la collection particulière d’Heitor Villa-Lobos et de l’Académie brésilienne de musique. Ils constituent une source de premier plan pour l’étude de la musique brésilienne du XXe siècle. Les archives sont organisées en sept séries : imprimés ; correspondances et autres documents personnels (notes, contrats, etc.) ; partitions ; enregistrements sonores ; archives audiovisuelles ; programmes et affiches de concerts.

Real Gabinete Português de Leitura (RGPL)

143Informations pratiques
Site internet
http://www.realgabinete.com.br
Accès
Rua Luís de Camões, 30. Centro - Rio de Janeiro – RJ. CEP: 20051-020
Téléphone : (+ 55 21) 2221-3138
Email : gabinete@realgabinete.com.br
Métro ligne 1, station Uruguaiana, sortie Uruguaiana
Horaires
Du lundi au vendredi, de 9h à 18h

144Consultation et reproduction des documents
Entrée libre. Le RGPL est aussi un lieu touristique. Le chercheur doit s’identifier, présenter un document et remplir un formulaire à l’entrée. La reproduction de documents et d’ouvrages n’est pas autorisée.

145Consultation à distance
Une base de données est disponible en ligne pour la recherche dans la bibliothèque : http://rgplopac.bibliopolis.info/​OPAC/​default.aspx?ContentAreaControl=palavra.ascx
L’accès au catalogue des archives est aussi disponible : http://rgplgead.bibliopolis.info/​GeADOPAC/​

146Description des fonds
La Real Gabinete de Leitura est un bâtiment de référence dans le centre de Rio en raison de son architecture de style neomanuelino, les sculptures sur la façade et à l’intérieur, et l’ameublement intérieur.
Les ouvrages et documents appartenant au Real Gabinete Português de Leitura sont conservés dans la bibliothèque et les archives.
La Bibliothèque possède des œuvres rares, ouvrages généraux, manuscrits et monographies, publiés au Portugal ou portant sur des sujets liés à l’histoire et à la culture portugaise. La base de données est disponible en ligne (voir « consultation à distance »).
Les archives conservent des documents concernant l’histoire de l’institution (les actes, les livres des associés, etc), ainsi que d’autres manuscrits sur l’histoire et la culture portugaise, la colonie portugaise à Rio de Janeiro, etc. Quelques documents sont numérisés et consultables en ligne, comme les lettres de Francisco Martins Sarmento à Camilo Castelo Branco, ainsi que les manuscrits de certains de ses poèmes.

III. Conseils pratiques

Quand partir ?

147La date du départ dépend bien évidemment des engagements de chacun. Certaines périodes peuvent cependant s’avérer moins propices que d’autres à une recherche efficace. Nous conseillons d’éviter le mois de janvier qui correspond aux vacances d’été brésiliennes, ainsi que la période du carnaval, qui varie selon la date du carême, entre février et début mars. Non seulement les coûts du voyage et de l’hébergement y sont plus élevés, mais les archives, bibliothèques et centres de recherche fonctionnent avec des horaires réduits et peuvent être fermés plusieurs jours d’affilée. La période de noël et du nouvel an est également à éviter pour des raisons similaires, ainsi que la semana santa qui a lieu du jeudi saint au dimanche de Pâques (contrairement à la France, le lundi de Pâques et le 15 août ne sont par contre pas fériés au Brésil). Les jours fériés étant fixés au niveau fédéral et à celui des États, le calendrier varie dans les différentes métropoles brésiliennes. Pour Rio, les principaux jours fériés sont les suivants : 1er janvier ; 20 janvier (jour de São Sebastião, le patron de la ville) ; la période du carnaval (du samedi au mercredi suivant) ; 21 avril (Tiradentes) ; Semaine Sainte (du jeudi saint au dimanche de Pâques) ; 1er mai ; Corpus Christi (jour férié qui varie selon le carême entre fin mai et juin) ; 7 septembre (Indépendance du Brésil, fête nationale) ; 12 octobre (Nossa Senhora Aparecida) ; troisième lundi du mois d’octobre (jour du commerce) ; 28 octobre (jour des fonctionnaires publics) ; 2 novembre (Défunts) ; 15 Novembre (Proclamation de la République) ; 20 novembre (jour de la Conscience Noire) ; 25 décembre.

148L’année universitaire débute en général après le carnaval, donc à la fin du mois de février ou au début du mois de mars. Le premier semestre termine en juillet et est suivi par une période de vacances, dont la durée peut varier selon les Universités. Le second semestre commence en août et se termine fin novembre ou début décembre.

149Quant aux saisons, il n’y a pas vraiment d’hiver à Rio de Janeiro. L’été dure de novembre à mars et est d’habitude chaud et humide – les températures maximales allant jusqu’à 35, voire 40 degrés. Le mois de mars est réputé pour ses pluies chantés par Elis Regina et Tom Jobim -  as águas de março fechando o verão… (« les eaux de mars qui clôturent l’été… »). L’hiver, de juin à août, est sec et légèrement plus frais – 22 °C en moyenne. Les mois d’avril, mai, septembre, octobre sont assez agréables (25 °C en moyenne, peu de pluie). Pour plus d’information, le chercheur peut consulter le site Internet de la météo à Rio : http://www.climatempo.com.br/​previsao-do-tempo/​cidade/​321/​riodejaneiro-rj

150Rio pratique l’heure d’été. Le décalage d’heure avec la France varie donc en fonction des saisons : moins cinq heures pendant l’été français, moins quatre heures durant l’automne français, moins 3h pendant l’hiver français.

Comment financer son voyage ?

151Le chercheur peut bénéficier de plusieurs types d’aide en fonction de son institution d’origine. Nous présentons ici quelques possibilités pour les personnes travaillant en France.

  • 10  Le projet Capes-Cofecub est ouvert à tous les champs disciplinaires et comprend la formation d’une (...)
  • 11  Le but de ce programme est la coopération scientifique en sciences sociales entre des chercheurs f (...)
  • 12  Toutes les informations sur la Capes (Coordenação de aperfeicoamento de pessoal de nível superior) (...)
  • 13  Sur le programme PVE voir : http://www.capes.gov.br/cooperacao-internacional/multinacional/pve .

152Les institutions brésiliennes offrent des bourses et des aides spécifiques pour les chercheurs étrangers. En ce qui concerne la France, les principaux programmes d’échanges sont le Capes-Cofecub10 et le programme Saint-Hilaire11. Les agences de recherche brésilienne financent également la venue de chercheurs pour des colloques ou pour des séjours de moyenne durée. En ce qui concerne Rio de Janeiro, les agences les plus importantes sont la Capes, le CNPq et la Faperj12. Les aides sont souvent réservées aux chercheurs expérimentés, qui peuvent aussi partir comme professeurs invités via le programme Professor Visitante Estrangeiro (PVE)13.

153Le REFEB (Réseaux Français d’Etudes Brésiliennes) offre des bourses de mobilité à des jeunes chercheurs de moins de 35 ans de nationalité française ou européenne qui mènent en France une recherche en sciences sociales (Master 2 recherche, doctorat ou post-doctorat) sur le Brésil – ou incluant le Brésil dans une perspective comparative. Les aides, d’un montant de 800 euros, sont cumulables avec d’autres bourses et visent à financer des séjours d’une durée de 3 à 6 mois. Cette bourse n’est concédée qu’une seule fois à un chercheur. Les informations se trouvent sur le site : http://ambafrance-br.org/​spip.php?article601

154Le ministère de l’Éducation nationale français attribue également des bourses de courte durée (de 3 à 12 semaines) aux doctorants étudiants en France (sans conditions de nationalité), âgés de moins de 30 ans (des dérogations peuvent être concédées aux salariés sur avis du directeur de thèse) et titulaires d’un master. Les demandes doivent être faites auprès de l’Université où le doctorant est inscrit en thèse (généralement, l’appel d’offre aires culturelles est affiché sur le site de l’Université).

155Enfin, l’Institut des Amériques (http://www.institutdesameriques.fr/​) finance également certaines dépenses liées à un séjour de recherche – les billets d’avion, notamment.

Comment se déplacer à Rio ?

156Pour se rendre dans les archives et les centres de recherche, le moyen le plus simple est souvent le métro. Les tarifs, abonnements, horaires, lignes, stations de métro sont détaillés sur le site  http://www.metrorio.com.br/​

157Les bus sont également nombreux à Rio et moins chers que le métro. Les indications sont parfois un peu confuses et le mieux est parfois de demander de l’aide directement sur place. Le chercheur trouvera cependant de nombreux éléments sur les itinéraires et les lignes de bus idéales pour parvenir à destination sur les sites : http://www.rioonibus.com/​guia_de_itinerarios/​index.asp et http://www.vadeonibus.com.br/​vadeonibus/​index.php

158Le taxi peut s’avérer également très pratique – notamment le soir. À Rio, le taxi n’est pas trop cher et on en trouve très facilement dans les rues. Mais la circulation peut s’avérer difficile en journée, surtout aux heures de pointe (le matin entre 7 h et 9 h 30 et le soir entre 17 h et 19 h).

Où acheter des livres ?

  • 14  L’adresse exacte de la librairie est : Av. Rio Branco, 185 - Ed. Marquês do Herval - Subsolo - Loj (...)

159S’il a encore un peu de place dans sa valise et ne craint pas les limites de poids imposées par les compagnies aériennes, le chercheur trouvera de nombreuses librairies et bouquinistes à Rio de Janeiro. La ville compte des librairies spécialisées en sciences humaines comme Leonardo da Vinci, située dans une galerie de l’avenue Rio Branco, qui propose de nombreux livres neufs et d’occasion – ainsi qu’un service de commandes à destination de la France14. Les librairies universitaires offrent également un large choix d’ouvrage comme celle de la Fundação Getúlio Vargas à Botafogo. On trouve également des librairies spécialisées dans certaines institutions comme à l’Academia Brasileira de Letras.

160Le chercheur trouvera également de nombreux ouvrages académiques dans les librairies généralistes réparties dans le centre ville et dans la zone sud. Travessa, qui dispose de points de vente dans différents quartiers de Rio, distribue ainsi des éditeurs universitaires et offre un large choix de publications scientifiques : http://www.travessa.com.br/​wpgNossasLojas.aspx

161Dans la zone sud, les librairies fonctionnent souvent comme de véritables lieux de rencontres et disposent de cafés où le lecteur peut s’installer et feuilleter des ouvrages – même si la tranquillité de la lecture n’est pas toujours assurée. Parmi les librairies les plus luxueuses, on trouve la Travessa (Ipanema, Leblon, Avenida Rio Branco no Centro), mais aussi Letras e Expressões (Ipanema) et Argumento(Leblon). En général, ces librairies sont ouvertes tous les jours de 9 h à 22 ou 23 h.

162Dans le centre ville, le chercheur amateur de vieux livres trouvera plusieurs bouquinistes appelés sebos. Quelques magasins de référence : São José (Rua do Carmo, 61) ; Sebão (Rua Visconde do Rio Branco, 34) ; Elizart (Rua Marechal Floriano, 63) ; Tiradentes (Rua da Carioca, à côté de la Praça Tiradentes) ; Antiquário (Rua Sete de Setembro, 207) ; Alberjano Torres (Rua Visconde de Inahaúma, 109, suite de la Rua Marechal Floriano) ; O velho livreiro (Rua da Assembleia, 85). Les livres d’occasion peuvent aussi être achetés en ligne, dans tout le Brésil, sur le site Estante virtual : http://www.estantevirtual.com.br/​ (en portugais uniquement).

Cartes du centre de Rio de Janeiro

163En guise de conclusion, le plan du centre ville offrira quelques points de repère au chercheur en espérant qu’il s’y retrouve dans ce luna park géographique.

Carte du centre de Rio de Janeiro

Carte du centre de Rio de Janeiro
Haut de page

Notes

© René Schmidt

1  L’île du Fundão, littéralement « le grand fond », est située au nord de la ville, dans la baie de Guanabara. Elle abrite le campus de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro depuis les années 1950, ainsi que divers laboratoires de recherches, privés et publics, regroupés dans le Parc technologique.

2  Paul Claudel, « Au Brésil », texte de 1936 repris dans Œuvres en proses, Paris : Gallimard,  1965, p. 1095.

3  Pour comprendre ce rapport de Rio, ancienne capitale, avec les institutions nationales, voir : VIDAL, Laurent, Les Larmes de Rio : le dernier jour d’une capitale (20 avril 1960), Paris : Aubier, 2009.

4  Notons, à cet égard, que la politique de numérisation des documents dépasse parfois les limites des institutions brésiliennes elles-mêmes. Ainsi, quelques fonds de grand intérêt pour les chercheurs, comme les rapports des ministres de 1821 à 1960 et les messages présidentiels de 1889 à 1993, se trouvent numérisés et disponibles en ligne sur des sites d’autres institutions de recherche, souvent à l’extérieur du Brésil, comme le Center for Research Libraries (CRL) de Chicago : http://www.crl.edu/brazil (consulté le 15 janvier 2012).

5  « Guia do pesquisador americanista no Brasil », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Guía del investigador americanista, 2011, [En línea], Puesto en línea el 29 septiembre 2011. URL : http://nuevomundo.revues.org/61970 (Consulté le 29 novembre 2011).

6  Voir le « Guia de Arquivos Nacionais de Tradição Ibérica » : http://www.arquivonacional.gov.br/Media/giber.pdf (consulté le 10 décembre 2011).

7  Voir le « Guia de Arquivos Nacionais de Tradição Ibérica », p. 43 : http://www.arquivonacional.gov.br/Media/giber.pdf (consulté le 10 décembre 2011).

8  Pour plus d’information sur les transports, voir ci-dessous

9  Pour une énumération des fonds existants, voir le « Guia de Arquivos Nacionais de Tradição Ibérica » : http://www.arquivonacional.gov.br/Media/giber.pdf (consulté le 10 décembre 2011).

10  Le projet Capes-Cofecub est ouvert à tous les champs disciplinaires et comprend la formation d’une équipe en France et au Brésil menée par un professeur des universités dont le but principal est la formation de jeunes chercheurs. Pour information, l’appel à projets de l’année 2011 est en ligne sur le site Egide : http://www.egide.asso.fr/jahia/Jahia/lang/fr/accueil/appels/cofecub/ao_capes

11  Le but de ce programme est la coopération scientifique en sciences sociales entre des chercheurs français et brésiliens pour la réalisation d’ouvrages collectifs édités dans les langues des deux pays et traitant de thématiques intéressant le Brésil contemporain. Des informations sont disponibles sur le dernier appel d’offre sur les sites suivants : http://www.comunidadefb.com.br/web/index_not.php?p=5442 ; http://www.capes.gov.br/cooperacao-internacional/franca/saint-hilaire

12  Toutes les informations sur la Capes (Coordenação de aperfeicoamento de pessoal de nível superior), le CNPq (Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico) et la Faperj (Fundação de amparo à pesquisa do estado do Rio de Janeiro) sont disponibles sur les sites de ces institutions : http://www.capes.gov.br/index.php ; http://www.faperj.br/ ; http://www.cnpq.br/

13  Sur le programme PVE voir : http://www.capes.gov.br/cooperacao-internacional/multinacional/pve .

14  L’adresse exacte de la librairie est : Av. Rio Branco, 185 - Ed. Marquês do Herval - Subsolo - Lojas 2,3,4 e 9. Le site, qui propose aussi un service à distance : http://www.leonardodavinci.com.br/index.asp

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte du centre de Rio de Janeiro
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/62567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sílvia Capanema P. de Almeida et Anaïs Fléchet, « Guide du chercheur américaniste à Rio de Janeiro », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Guide du chercheur américaniste, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62567 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.62567

Haut de page

Auteurs

Sílvia Capanema P. de Almeida

Historienne et maître de conférences en langue et civilisation brésilienne à l’Université de Paris-13, Centre de Recherches Espace Sociétés Cultures, silvia.capanema@univ-paris13.fr

Articles du même auteur

Anaïs Fléchet

Maître de conférences en histoire à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, anais.flechet@uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page