Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Jean-Paul Duviols, Argentina Ilustrada (diccionario cultural), Doral, Florida, Ed. Stockcero, 2011, 883 p.

[30/01/2012]

Texte intégral

1Comment rendre compte d’un ouvrage qui possède plus de deux-mille entrées ? Cette tâche relève de la gageure et court le risque de n’être qu’une répétition abrégée des différentes rubriques. Or ce dictionnaire présente une particularité qui le rend passionnant : il n’est pas le fruit d’un travail collectif mais d’un auteur, Jean-Paul Duviols, qui présente sa vision de la culture argentine, avec ses coups de cœur et ses omissions voulues. Le résultat est un livre foisonnant d’idées, digne d’occuper une place dans les rayons de la bibliothèque imaginaire de Borgès. C’est dire qu’il s’inscrit parfaitement dans le propos général de l’Argentine illustrée.

2Je choisirai donc un des itinéraires possibles dans lequel le lecteur peut s’engouffrer, et dès la première page, puisque la première entrée correspond à Abalos (Adolfo), l’un des cinq chanteurs de musique criolla qui diffusèrent ce genre dans les années 1930, lançant un défi au tango omniprésent. On doit à Adolfo une série de chansons « cultes », pour employer un terme à la mode, dont les fameuses « Nostalgias santiagueñas » (1938). Jean-Paul Duviols fait la liste des principaux morceaux, donne des dates et des informations très utiles, et signale aussi la participation de ce compositeur dans quelques films, notamment dans « La guerre gaucha » (1942). Cette simple notice, par la richesse de ses sources, permet au lecteur d’ordonner les matériaux autour du thème de la musique « nationale », voire « authentique », dans cette première moitié du XXe siècle dominée par l’immigration européenne. D’ailleurs, ce lecteur virtuel peut étayer cette hypothèse en passant directement à la lettre « CH » où se trouve la référence à Chazarreta (Andrés), surnommé « el Patriarca del folklore », qui, en 1905, fut le premier à recueillir sur le terrain la musique folklorique argentina, dans le cadre d’une sorte de retour aux sources « authentiques », encouragé par le courant indigéniste bolivien. Outre cet enjeu politique qui montre bien qu’il y a eu aussi en Argentine des retombées indigénistes venues du pays voisin, Chazarreta propulsa en 1921 son ensemble « Arte Nativo » sur la scène du théâtre Politeama, une des salles les plus fréquentées de Buenos Aires. Les élites et les classes moyennes portègnes découvrent ainsi la musique « criolla » à une époque agitée par la question sociale et par des courants nationalistes. Rappelons que Chazarreta fur l’auteur de la « Zamba de Vargas », un morceau d’anthologie qui devint l’incarnation de l’Argentine profonde.

3Bien entendu, d’autres noms de compositeurs de musique folklorique sont inclus dans le dictionnaire, avec leurs dates, leurs ensembles et leur discographie : Atahualpa Yupanqui, Eduardo Falú, Juan Carlos Dávalos et ses deux fils, Los Chalchaleros, Los Fronterizos ou, plus près de nous Victor Heredia et Mercedes Sosa. Cette tradition folklorique se poursuit jusqu’à l’époque contemporaine.

4Choisissons maintenant une autre entrée, « Grotesco criollo » (p. 374). Là « criollo » devient synonyme de « populaire » et l’on passe du milieu rural à la ville tentaculaire. Ce courant est illustré par Armando Discépolo, auteur et metteur en scène d’un théâtre critique, qui dénonce la pauvreté des « conventillos » des immigrants, à Buenos Aires. Pour que ses pièces soient plus près de la vérité et sonnent juste, Armando Discépolo n’hésite pas à fréquenter maisons de rapport et bouges portègnes et à recueillir, en ethnographe, le langage, les soucis et les rêves de ces gens venus des quatre coins du monde. Son frère cadet Enrique Santos, surnommé » Discepolin, est d’ailleurs une figure majeure du tango, « cette pensée triste qui se danse », comme lui-même le qualifiait. On lui doit les meilleurs et inoubliables « Chorra », « Malevaje », « Yira-Yira » et « Cambalache ». Grâce à cette « Argentine illustrée » on peut dégager des rapports étroits entre les musiques populaires, l’ethnographie des milieux pauvres, l’immigration face aux populations de l’ « intérieur » (les provinces éloignées de Buenos Aires alors que « la provincia » désigne uniquement celle qui entoure la capitale). Les anthropologues pourraient élargir leurs thématiques et inclure ce « populaire » retravaillé par la musique et le théâtre, la bande dessinée et le cinéma.

5En effet, Jean-Paul Duviols accorde une attention non négligeable à la diffusion de feuilletons, de poèmes, et d’une presse populaire comme « Caras y Caretas » (1898-1941), PBT, « Tía Vicenta » et autres, sans oublier la grande presse conservatrice comme « La Prensa », fondée en 1869 par José Clemente Paz. Bien avant cette date, « La Gazeta de Buenos Aires », fondée par Mariano Moreno, avec la collaboration de Manuel Belgrano et de Castelli,  traversa la culture argentine naissante, comme un météore lumineux. De cette publication, retenons cette belle phrase citée par Duviols, qui peut inspirer quelques réflexions à l’heure des échéances présidentielles :

6« El pueblo no debe contentarse con que sus jefes obren bien, debe aspirar a que nunca obren mal » (p. 340).

7Enfin, ce dictionnaire raisonné nous rappelle que la revue « Ficción »,  dont le premier numéro sort en 1956, et où collaborent des personnalités du monde des lettres aussi prestigieuses que Ernesto Sabato, Ezequiel Martínez Estrada, Mario Benedetti, ou la Brésilienne Clarice Lispector tirait à 5000 exemplaires, ce qui fait rêver à l’heure où les livres sont de plus en plus boudés…

8On pourrait tracer d’autres itinéraires, suivre les fils de la psychanalyse, de la culture judéo-argentine,  des villes mythiques, comme la cité des Césars (p. 186), du tango ou de la grande littérature, autant de parcours surprenants qui font découvrir les diverses facettes d’un pays  qui reste, en dépit de son passé tourmenté, un foyer de créativité. Laissons ce plaisir de la découverte au lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Jean-Paul Duviols, Argentina Ilustrada (diccionario cultural), Doral, Florida, Ed. Stockcero, 2011, 883 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62613

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page