Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Mark Carey, In the Shadow of Melting Glaciers. Climate Change and Andean Society, Oxford, Oxford University Press, 2010, 273 p.

[29/03/2012]

Texte intégral

1Jusqu’à ces dix dernières années, les recherches sur le changement environnemental dans les milieux montagnards ont principalement été du ressort des sciences de la terre et de la vie. Les sciences de l’homme et de la société ont été peu mobilisées sur ces terrains. Cette situation est encore plus critique lorsqu’il s’agit des massifs montagneux situés hors d’Europe et d’Amérique du nord. Or il est essentiel d’étudier la transformation des écosystèmes montagnards – stress hydrique, désertification, érosion des sols, déglaciation, hausse des températures, montée altitudinaire des frontières des étages écologiques – à travers les représentations, les attitudes et les pratiques des populations qui les gèrent. Comme le souligne Mark Carey dans cette recherche passionnante sur la confrontation des sociétés andines au changement climatique, si le climat et les glaciers ont façonné l’histoire contemporaine du Pérou, cela c’est fait en interaction avec d’autres forces sociales, politiques, économiques et culturelles.

2Mark Carey met les individus, les populations, la société au centre de son enquête sur l’histoire du recul des glaciers de la Cordillère Blanche. La démarche est historique. Il observe, au début des années 1940, dans les milieux scientifiques péruviens, l’émergence d’une première corrélation entre la formation de lacs glaciaires dans la Cordillère Blanche et le changement climatique. Les chercheurs et les ingénieurs considèrent dès lors le phénomène durable. Les crues des lacs d’altitude résultants de la fonte des glaciers vont se répéter. La société péruvienne doit dès lors se doter d’une politique de prévention des risques.

3À l’origine de cette analyse il y eut la catastrophe de Huaraz, le samedi 13 décembre 1941. La crue cumulée de deux lacs glaciaires causa la mort de cinq mille personnes environ, et détruisit le tiers de la cité. L’événement eut un retentissement national considérable. Au-delà des réactions immédiates des populations et des cadres politiques locaux, il provoqua la mobilisation de l’exécutif liménien, et conduisit à la création d’une mission scientifique chargée d’étudier les lacs à l’origine de la catastrophe. Celle-ci aboutit aux premières propositions en matière de politique de prévention des risques réclamant la surveillance et le drainage des lacs d’altitude, mais suggérant également l’élévation de digues de protection et de décréter des zones de construction afin de redessiner  le tissu urbain.

4L’enquête de Mark Carey repose sur une analyse fine des relations changement climatique/société. À partir de l’observation de la déglaciation et de la succession des catastrophes (crues des lacs glaciaires, avalanches) dans les régions habitées au bas de la Cordillère Blanche depuis les années 1940, il étudie les tensions et les conflits entre les acteurs – populations urbaines, communautés paysannes, cadres politiques locaux, dirigeants nationaux, scientifiques et ingénieurs, firmes – à travers leurs systèmes de représentations de la montagne, leurs perceptions des risques et des enjeux, les réalisations, les pratiques et les mobilisations. Il montre notamment le jeu des méfiances réciproques entre les élites côtières et les populations montagnardes, les clivages culturels entre les groupes sociaux, les communautés indiennes qui perçoivent dans ces événements l’action vengeresse des dieux de la montagne, les classes urbaines opposées à la volonté des aménageurs et des scientifiques de délimiter des zones à risques et de relocaliser le bâti.

5Conjointement il étudie l’émergence d’un courant scientifique avancé « créole » au Pérou qui s’est imposé sur l’étude de la montagne et en particulier des glaciers. Enfin il analyse l’histoire des politiques publiques et de leurs aléas, depuis Manuel Prado (1939-1945) jusqu’à Alejandro Toledo (2001-2006) – en se référant chemin faisant aux prémisses du gouvernement Leguía dans les années 1920 – qui mirent en œuvre à travers les missions scientifiques, puis la création de la Commission de contrôle des lacs de la Cordillère Blanche en 1951 sous Manuel Odría (1950-1955), un dispositif de recherche, de surveillance, de prévention mais aussi de développement intégré du Pérou fondé en partie sur la gestion des ressources hydrauliques, et plus généralement de la montagne – conduisant par exemple à l’ouverture du parc national Huascarán en 1975. Le système de prévention chargé du recensement des lacs et de leur drainage, qui était initialement confié à une agence publique a été dissout en 1997 sous le gouvernement Fujimori à la suite de la privatisation de la centrale hydroélectrique de Cañon del Pato. Au moment où la déglaciation s’accélère, les sociétés privées ne considèrent pas les lacs d’altitude comme un risque pour les populations, mais comme des réservoirs hydrauliques permettant de gérer la production d’électricité, la Cordillère Blanche étant perçue par ces entreprises comme un vaste territoire doté de ressources destinées à être exploitées. Toledo a rétabli par la suite l’unité de glaciologie, mais sans la doter des moyens qui étaient les siens avant la privatisation.

6Ainsi, Mark Carey montre conjointement à travers cette recherche remarquable la réaction précoce et la capacité des scientifiques péruviens à organiser la recherche face à la déglaciation, la complexité de la mise en œuvre des politiques publiques en raison de la diversité des points de vue des populations, mais aussi comment la décision politique a pu brutalement remettre en cause des décennies d’expérience, et mettre un terme à l’action d’agences publiques répondant aux besoins de la société et qui avaient prouvé leur efficacité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Mark Carey, In the Shadow of Melting Glaciers. Climate Change and Andean Society, Oxford, Oxford University Press, 2010, 273 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62696

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page