Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Gabriela Dalla-Corte Caballero/Fabricio Vázquez Recalde, La conquista y ocupación de la frontera del Chaco entre Paraguay y Argentina. Los indígenas tobas y pilagás y el mundo religioso en la Misión Tacaaglé del Río Pilcomayo (1900-1950), Barcelona, Publicacions i Edicions Universidad de Barcelona, 2011, 143 p.

[29/03/2012]

Texte intégral

  • 1  Fonds photographique conservé par Archivo y Biblioteca Históricos de la Provincia Franciscana de S (...)
  • 2  Il s’agit d’un projet éditorial qui rappelle un livre précédent que Gabriela Dalla-Corte a consacr (...)

1Ouvrage conçu à partir de la publication d’une source remarquable1 : la sélection de 130 photographies prises par José Zurflügh entre 1920 et 1940, alors qu’il dirigeait la mission Tacaaglé où étaient regroupés des indiens tobas et pilagás sur la rive gauche du Pilcomayo, le grand fleuve frontière entre le Paraguay et l’Argentine2. À partir d’une construction efficace, les auteurs mettent en perspective l’histoire de cette mission dans le processus de colonisation tardive du Chaco, afin d’analyser ensuite le regard singulier porté par le frère Zurflügh sur le territoire et les indiens placés sous son autorité, qui caractérise un engagement particulier du franciscain dans le concert colonial argentin.

2Le livre ouvre sur un tableau général de la colonisation du Chaco, qui compte parmi les derniers grands espaces amérindiens restés en marge de la conquête à la fin du XIXe siècle avec l’Amazonie et la Patagonie. Les auteurs insistent à juste titre sur la comparaison des processus de colonisation de ces territoires en soulignant la volonté politique de l’Argentine de contrôler ces frontières qu’elle nomme « intérieures », à la différence du Paraguay qui ne s’est pas doté d’une ligne politique définissant le contrôle puis la domination de ce qui correspond aujourd’hui à sa région occidentale. L’impulsion donnée d’abord par les pouvoirs provinciaux relayés à partir des années 1860/70 par Buenos Aires s’est traduite par l’action militaire faisant suite à la campagne du désert (1878-1884), et par la construction d’un chemin de fer dont la vocation était de renforcer l’intégration des secteurs pionniers à l’économie nationale. Les pouvoirs publics souhaitaient une action moins violente dans le Chaco par rapport à la Patagonie, notamment afin d’utiliser la main-d’œuvre indigène potentielle dans les plantations de canne-à-sucre, de coton et dans les exploitations forestières. Mais les affrontements entre indiens et colons étaient fréquents dans les années 1900. Le gouvernement central était ainsi à la recherche d’une politique de « pacification » du Chaco en cours de colonisation qui avait un statut de « territoire national ». Dans ce contexte de violence, en 1898, l’évêque de Santa Fé autorisa le Préfet des missions à négocier un accord avec le gouvernement national pour entreprendre la conversion des indiens tobas et pilagás.

3L’objectif des Franciscains était de garantir la survie des indiens, de sorte que les missions furent fondées à l’écart des « villages chrétiens ». Mais il s’agissait également de les « civiliser », et tout en les « protégeant » de contrôler leur emploi par les établissements industriels de la région. Les missionnaires se considérèrent ainsi comme les délégués du gouvernement national, leur tâche étant de sortir les indiens de l’état de « barbarie », de préparer leur assimilation par la « civilisation », de les « incorporer à la vie nationale » (p. 42), et de garantir la propriété indigène (p. 43). Ainsi, au-delà de l’action missionnaire classique menée en matière de sédentarisation, d’évangélisation et de dressage des corps, se rajoute un travail spécifique pour conduire les indiens vers la citoyenneté argentine. Les Franciscains furent bannis de ces territoires sous Perón, les missions étant incorporées en 1955 au nouvel État provincial de Formosa. En 1979, la mission Tacaaglé a été déclarée monument historique provincial, avant d’être reconnue monument historique national par le ministère de l’éducation.

4Les photographies réalisées par le frère Zurflügh répondent à son ambition missionnaire, les clichés sont censés apporter la preuve de la rédemption des indiens et de leur intégration à la civilisation (p. 169). L’album consiste d’abord dans des portraits très nombreux, d’enfants, de caciques, d’anciens, de femmes couvertes d’un foulard, des visages humains, puis des photos de couples et de familles, des groupes de travailleurs à la tâche dans les champs, défrichant et transformant l’environnement, des scènes de funérailles, des groupes scolaires nombreux, des rondes d’enfants.

5Autrement dit, la démarche photographique de José Zurflügh était à l’opposé de la construction de l’altérité.

Haut de page

Notes

1  Fonds photographique conservé par Archivo y Biblioteca Históricos de la Provincia Franciscana de San Miguel/Convento San Carlos (ABHPFSM).

2  Il s’agit d’un projet éditorial qui rappelle un livre précédent que Gabriela Dalla-Corte a consacré au fonds de Carlos de Sanctis (conservé au Musée historique provincial de Rosario), un médecin argentin qui s’était porté volontaire auprès de l’armée paraguayenne pendant la guerre du Chaco en 1932 et 1933 : Gabriela Dalla-Corte Caballero, La Guerra del Chaco. Ciudadanía, Estado y Nación en el siglo XX. La crónica fotográfica de Carlos de Sanctis, Rosario, Protohistoria ediciones, 2010, 276 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Gabriela Dalla-Corte Caballero/Fabricio Vázquez Recalde, La conquista y ocupación de la frontera del Chaco entre Paraguay y Argentina. Los indígenas tobas y pilagás y el mundo religioso en la Misión Tacaaglé del Río Pilcomayo (1900-1950), Barcelona, Publicacions i Edicions Universidad de Barcelona, 2011, 143 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62709

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page