Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Héctor Alimonda/Gina Alvarado Merino/Gian Carlo Delgado Ramos/Diego Domínguez/Cecília Campello do Amaral Mello/Iliana Monterroso/Guillermo Wilde, Gestión ambiental y conflicto social en América latina, Buenos Aires, CLACSO Libros, colección Becas de investigación, 2008, 272 p.

[29/03/2012]

Texte intégral

1Publication issue du Programme régional CLACSO (Conseil latino-américain des sciences sociales) réunissant six recherches sur les relations société et environnement. L’objectif de ce collectif n’est pas l’exhaustivité mais d’offrir des études de cas permettant d’observer comment l’écologie participe des ressorts des luttes sociales en Amérique latine, et en quoi la diversité des acteurs est à l’aune de la pluralité et de l’évolution des représentations de la nature et des enjeux environnementaux.

2Héctor Alimonda introduit le volume en rappelant les liens entre le changement global et l’affirmation de l’écologie politique qui ont été noués entre la conférence de Stockholm en 1972 et celle de Rio de Janeiro en 1992, soulignant la nouvelle donne en la matière qui s’est produite au tournant des années 1990. Alors que l’on assiste à un nouvel essor minier et à l’exploitation toujours plus croissante des ressources naturelles, les États latino-américains se dotent d’une législation environnementale censée impulser et encadrer la mise en œuvre des politiques publiques, tandis que les mobilisations sociales sont renforcées sur les questions d’environnement et que l’on assiste à l’émergence de nouveaux secteurs populaires qui s’emparent de ces problématiques, notamment les communautés indiennes et paysannes. Il insiste ainsi sur l’importance de travailler ces questions dans la durée dans la perspective de réviser le récit historique des relations nouées par les sociétés avec la nature, afin d’interroger les crises environnementales dans le passé, pour étudier les formes « d’écologisme populaire » présents dans les luttes sociales antérieures, pour mieux évaluer également les politiques publiques dans le temps présent.

3L’ouvrage est organisé selon deux axes thématiques. Le premier est consacré aux conflits politiques environnementaux dans le contexte de renforcement des institutions démocratiques des années 1990 et de la dérégulation économique. La première étude de Gian Carlos Delgado Ramos propose une analyse radicale de la géopolitique et de l’économie de la biodiversité, démontrant comment celle-ci est devenue une ressource stratégique et en quoi les corridors biologiques et les réserves naturelles sanctuarisés correspondent à des espaces de captation des ressources et des savoirs-faires des populations autochtones par des acteurs internationaux. Suivent les chapitres de Cecilia Campello do Amaral Mello sur le débat parlementaire au Brésil autour du transfert des eaux du rio São Francisco sous le gouvernement de Fernando Henrique Cardoso (1998-2002), et de Gina Alvarado Merino qui présente avec minutie l’anatomie du conflit agro-minier de Tambogrande au nord du Pérou au cours des années 1990/2000. Il est intéressant d’observer ici l’inertie des pratiques coercitives et de centralisation de la décision politique par l’exécutif dès lors que le secteur exportateur est concerné, malgré la consolidation démocratique et la décentralisation des pouvoirs politiques notamment en matière de gestion de l’environnement – on l’observe au demeurant encore aujourd’hui à propos d’autres épisodes concernant pareillement le Pérou (on pense aux événements de Bagua) et le Brésil (cf. les mobilisations autour du projet du barrage de Belo Monte). Mais on assiste également au cours de la même période à une reconfiguration de la société civile qui travaille pour la participation à la prise de décision, et à la confrontation des centres de pouvoirs avec les élus locaux. C’est également au cours des années 2000 qu’émerge et que ce précise la représentation du risque environnemental au sein des opinions publiques, au nombre désormais des ressorts des mobilisations sociales.

4La deuxième partie sur « les écologismes populaires latino-américains » réunit trois études traitant de la relation entretenue par des communautés indiennes dans la durée avec leur environnement, et en quoi elles sont devenues porteuses des discours et actrices des mobilisations écologiques depuis les années 1980. Diego Domínguez analyse les changements auxquels la communauté kolla de la Finca San Andrés dans le nord-ouest argentin a été confrontée au cours du XXe siècle, lorsque l’extension de la grande propriété dans les années 1930 à entraîné la coupure de ses parcours transhumants. Dès lors la communauté a perdu son autonomie fondée sur la gestion « durable » de l’étagement des écosystèmes, depuis les yungas tropicaux en dessous de 2700 mètres jusqu’à la steppe d’altitude à 4000 mètres. Avec le temps les revendications de la communauté évoluent. Au cours des années 1980, les paysans sédentarisés dans les yungas s’approprient la thématique de l’écologie indigène et de l’écodéveloppement pour réclamer les chemins de transhumance en raison de la forte mortalité du bétail dans l’impossibilité d’accéder aux terres hautes. Le cadre démocratique des années 1990, la convention 169 de l’OIT, la nouvelle constitution argentine de 1994 qui reconnait la préexistence des peuples indigènes, changent le contexte en faveur des kollas qui obtiennent en 1993, après des décennies de luttes, l’expropriation de 1900 ha pour revenir à la transhumance et à un modèle de « développement soutenable ». Guillermo Wilde étudie l’histoire de la colonisation de la forêt des Mbyá-guaraní dans le nord-est argentin – histoire d’un imaginaire colonial, d’un territoire, d’une identité, histoire de cultures antinomiques également dans la relation à l’environnement. Les Mbyá-guaraní, prolétarisés aujourd’hui au Paraguay, exploitent le bois en Argentine, l’appropriation du discours environnementaliste par les dirigeants des communautés ayant une certaine efficacité médiatique dans la mesure où il est associé au stéréotype du bon sauvage vivant en harmonie avec la nature. Iliana Monterroso analyse le devenir des communautés mayas déplacées – au moment de la guerre civile – vers la région correspondant au projet de corridor biologique méso-américain, ces dernières étant parvenues dans les années 1990 à obtenir la gestion légale des ressources forestières, notamment l’exploitation des bois, en développant des concessions communautaires et coopératives ouvrant un espace nouveau à la participation politique.

5In fine, ces différentes approches mettent en perspective les mobilisations environnementales dans les années 1990/2000 comme un laboratoire où se définissent des nouvelles propositions dans la manière de penser et de construire le politique en Amérique latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Héctor Alimonda/Gina Alvarado Merino/Gian Carlo Delgado Ramos/Diego Domínguez/Cecília Campello do Amaral Mello/Iliana Monterroso/Guillermo Wilde, Gestión ambiental y conflicto social en América latina, Buenos Aires, CLACSO Libros, colección Becas de investigación, 2008, 272 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62711

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page