Navigation – Plan du site
Nancy Berthier

Arturo Agramonte et Luciano Castillo, Cronología del cine cubano I (1897-1936), La Havane, Ediciones ICAIC, 2011, 489 p.

[29/03/2012]

Entrées d’index

Mots clés :

cinéma, Cuba, histoire

Keywords :

Cuba, films, history

Palabras claves :

cine, Cuba, historia
Haut de page

Texte intégral

1Cronología del cine cubano I (1897-1936), d’Arturo Agramonte et Luciano Castillo, est le premier tome publié d’un projet encyclopédique consacré à l’histoire du septième art à Cuba depuis ses origines jusqu’à nos jours. Ce premier volume, un monumental ouvrage de 489 pages, édité à La Havane par l’ICAIC, est consacré à une période qui couvre les quatre premières décennies de l’histoire du cinéma dans l’île, depuis 1897 jusqu’en 1936. À l’origine de ce livre s’en trouve un autre, au titre identique et qui en constitue d’une certaine manière, la matrice : Cronología del cine cubano (Chronologie du cinéma cubain) d’Arturo Agramonte, publié en 1966 aux éditions ICAIC. Cette histoire du cinéma cubain, de 172 pages, qui couvrait la période allant des origines du septième art à Cuba jusqu’au début des soixante, était une publication tout à fait pionnière, non seulement dans le cadre de l’histoire du cinéma national, mais également à l’échelle de l’Amérique Latine où un nombre infime de pays pouvait se targuer alors d’avoir conscience d’un patrimoine à consigner. Son auteur, Arturo Agramonte García (1925-2003) travaillait alors comme opérateur à l’ICAIC aux côtés de Santiago Alvarez, et avait collaboré, après 1959, à plusieurs films dans le cadre de la Section Filmique de la Direction de la Culture de l’Armée rebelle. Ayant imparti des cours de technique cinématographique, il avait également publié un ouvrage également pionnier dans son genre, un petit manuel technique intitulé Orientaciones para un principiante (Orientations pour le débutant). Mais Agramonte était aussi et surtout un collectionneur passionné qui, dès les années trente, avait réuni une documentation très importante autour de l’histoire du cinéma dans son pays, à travers des journaux, des revues, mais aussi des témoignages de première main. Comme le signale dans sa préface Luciano Castillo, ce petit ouvrage, extrêmement précieux, « détient le record d’avoir été le plus cité par les chercheurs du monde entier et l’un des trésors plus souvent volés dans les bibliothèques créoles » (p. 2). De fait, rapidement épuisé, cet ouvrage de référence, dès lors très rare, ne fut pas réédité. Les temps n’étaient plus alors à la revendication d’un patrimoine ancien, mais à l’édification d’une cinématographie nouvelle, en plein essor, qui se pensait en rupture avec le passé.

2Si l’édition 2011 de la Cronología del cine cubano se fonde donc sur celle de 1966, dont elle garde l’esprit, elle se présente cependant de manière très différente. Arturo Agramonte avait accumulé des sources dans le but de la rééditer mais sa disparition, en 2003, l’en empêcha. C’est ainsi que Luciano Castillo, son ami et complice de longue date, responsable de la médiathèque de la Escuela Internacional de Cine y Televisión (EICTV École Internationale de Cinéma et Télévision), s’employa à rendre possible le projet de réédition en complétant pendant plusieurs années le légat de son compatriote. Les deux auteurs avaient précédemment écrit à quatre mains l’excellent Ramón Peón, el hombre de los glóbulos negros (Ramón Peón, l’homme aux globules noirs, La Havane, Ediciones Ciencias sociales, 2003). Passionné de cinéma, intimement lié aux problématiques patrimoniales de par ses fonctions à l’EICTV, et également collectionneur dans l’âme, Luciano Castillo conçut cet ouvrage comme un hommage à Arturo Agramonte. Mais si le livre conserve de fait et le titre et l’esprit de celui de 1966, il est en réalité, comme le signale Román Gubern, qui a préfacé l’édition de 2011, « plus qu’une chronologie ». Certes, l’objectif premier de Luciano Castillo reste bien de fournir une base documentaire solide à l’histoire du cinéma cubain des quatre premières décennies. Et de fait, les années qu’il a passées, dans le sillage d’Agramonte, à la recherche des sources primaires de documentation, faute souvent de pouvoir accéder aux films, pour une grande part non conservés, lui permettent de documenter avec une grande précision le panorama cinématographique cubain de la période. Les recherches effectuées, tant dans les bibliothèques que dans des archives ou auprès de témoins ou autres chercheurs (dont l’auteur donne une liste détaillée à la fin du volume, dans un élégant geste de gratitude), est absolument impressionnant. Mais l’auteur ne se contente pas de fournir les informations à l’état brut. Et c’est là l’un des grands atouts de cette œuvre : il organise la matière au gré d’une écriture fluide qui la rend extrêmement vivante. L’ouvrage se lit très aisément et le plaisir est grand de suivre pas à pas l’arrivée à La Havane du premier opérateur Lumière, la carrière d’un Ramón Peón ou du mystérieux Jaime Gallardo, tout comme les avatars d’un film désormais culte comme La Virgen de la Caridad (La Vierge de la Charité).

3L’étude se divise en 6 chapitres qui obéissent à l’ordre chronologique et qui retracent une période qui s’avère fascinante de l’histoire du cinéma à Cuba, une réalité longtemps marginalisée par l’histoire officielle, mais qui, grâce à cet ouvrage de référence, prend corps de façon magistrale. L’édition extrêmement soignée, la présence de précieux index et d’un dossier de documents annexes, tant textuels qu’iconographiques, en font un ouvrage déterminant pour la compréhension non seulement du cinéma du début du xxe siècle, mais plus largement de l’histoire d’un pays dans la construction de son identité à un moment clé de son histoire.

4On ne peut qu’attendre avec impatience la parution des tomes suivants, respectivement consacrés aux années 1937-1950 (tome II) et 1951-1959 (tome III), qui permettront sans nul doute de suivre le fil tendu entre le cinéma du passé et celui d’aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Berthier, « Arturo Agramonte et Luciano Castillo, Cronología del cine cubano I (1897-1936), La Havane, Ediciones ICAIC, 2011, 489 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62833

Haut de page

Auteur

Nancy Berthier

PR université Paris-Sorbonne Paris IV, CRIMIC EA 2561

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page