Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Michel Bertrand et Jean-Philippe Priotti (dir.), Circulations maritimes. L’Espagne et son empire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, 230 p., coll. Histoire

[29/03/2012]

Texte intégral

1En 2006, la Casa de Velázquez à Madrid abritait un colloque intitulé « Pratiques sociales, espaces maritimes et pouvoirs dans la monarchie hispanique xve-xviiie siècles ». L’ouvrage présenté, composé de huit contributions, d’une introduction et d’une conclusion, est le fruit de cette rencontre qui avait pour but, selon l’introduction de J.-P. Priotti, « d’essayer de mieux comprendre comment les différentes composantes territoriales de la monarchie hispanique étaient solidaires les unes des autres et formaient un tout. » Il s’agit de rompre avec la cadres nationaux, ou régionaux, pour retracer l’expérience de l’exercice du pouvoir au sein de l’Empire. Partant d’une approche institutionnaliste qui discute les apports de D. North sur la distinction organisation/institution notamment, les textes mettent l’accent sur les relations sociales, les liens interindividuels et les enjeux politique de la maîtrise des réseaux commerciaux.

  • 1  Avner Greif, « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiqu (...)

2Le premier texte insiste sur l’importance de l’action politique au cœur des montages de l’état moderne, dont la particularité est d’offrir une dynamique « cubiste », selon les termes de Z. Moutoukias qui examine ici les circonstances de la procédure qui conduisit à l’approbation, en 1809, de la « Tolérance provisoire avec le commerce des étrangers » par le vice-roi de Buenos Aires. Il s’agit d’une intrigue à plusieurs échelles qui déroute bien souvent le désir de construction historiographique d’un récit linéaire des événements, forcément téléologique. L’historiographie classique des indépendances hispano-américaines est ici expressément visée. Z. Moutoukias, inspiré par la théorie de la dépendance au sentier (path dependency), qu’à la suite d’Avner Greif il appelle dépendance temporelle1, impose la nécessité d’un regard porté sur les « projets alternatifs », à l’instar des propositions émises par une certaine écriture de l’histoire de la Révolution française. Autrement dit, il faut savoir revenir aux échelles des incertitudes.

3Dans le second texte de la première partie intitulée « logiques marchandes et logiques d’état », Francis Brumont éudie les modalités de négociation des accords de la Compagnie des saufs-conduits, contrats monopolistiques passés entre des marchands et le roi pour faciliter le commerce international en temps de guerre, au xvie siècle. Il propose une analyse des interférences du conflit dans le commerce, à partir de protocoles notariés bordelais qui renferment les connaissements de navires dans les années 1550. Le texte met en évidence la capacité des négociants à tirer profit des périodes de conflit, entre respect et ignorance volontaires de la loi, pour, au-delà de leur fortune, se constituer une place auprès des autorités qui décident de la politique des villes en matière commerciale.

  • 2  Pour une étude approfondie de la condition juridique d’étranger dans les villes de l’Europe modern (...)

4Dans la deuxième partie du livre, « stratégies commerciales, réseaux, institutions locales », María Matilde Hermoso Mellado-Damas s’intéresse plus spécifiquement aux marchands de Séville et à leurs stratégies d’emprise sur le gouvernement de la ville. La confrérie des Chevaliers de la rue Castro est l’un de ces groupes constitués de marchands, de prêteurs, de banquiers et maîtres de navires qui luttent pour son intégration urbaine aux côtés de l’aristocratie. Justement, la difficile construction de liens sociaux entre les vecinos et les marchands, qui sont par définition des étrangers, est ici illustrée par la nécessité du recours, d’une part, aux stratégies matrimoniales et, d’autre part, à l’acquisition de charges municipales2. L’auteur croise alors deux visées historiographiques : les rapports de domination et les logiques d’exclusion. Elle fournit aussi la liste des membres de la Confrérie de l’Asunción de Nuestra Señora.

5Guillermina del Valle Pavón se penche sur les marchands d’argent de la ville de Mexico au xviie siècle. L’auteur montre comment, par le tissage de réseaux d’affaires dans les principaux centres miniers avec les officiers du Trésor public, les juges provinciaux et les autorités locales, les marchands du consulat de México parvenaient à maîtriser l’ensemble des circuits des métaux précieux. L’achat progressif d’offices à partir de la fin du xvie siècle, ainsi que l’arrivée de membres de leurs familles depuis certaines régions de la Péninsule qui intégraient ces réseaux, permirent à quelques marchands de contrôler, à la fin du xviie siècle, l’Hôtel des Monnaie du vice-royaume.

6La dernière des contributions consacrées aux réseaux concerne la colonie française de Cadix à la fin du xviiie siècle. Arnaud Bartolomei l’envisage comme marché étranger, particulièrement révélateur des enjeux entre le monde des négociants et le pouvoir, notamment à la suite des théories physiocrates et libérales, dans un moment critique des relations entre la France et l’Espagne. L’auteur insiste sur le fait que si les états en conflit, dont les endettements atteignent des sommets, entretiennent avec les marchands des rapports de dépendance, il ne s’agit pas de la majorité des négociants mais seulement d’une élite, jugée utile et par conséquent rendue visible par les régimes de protection et de privilèges dont elle bénéficie.

7La troisième partie de l’ouvrage revient sur l’une des questions débattues dans la contribution de Zacharias Moutoukias qui ouvrait l’ensemble des textes : les jeux d’échelles. Máximo Diago Hernando offre une étude des structures sociales et économiques des fabricants de laine de la région castillane de Soria aux xve et xvie siècles, c’est à dire à partir de la hausse significative de la demande extérieure et de leur entrée en concurrence avec les laines anglaises. Les grands propriétaires ont pu acquérir des titres de noblesse mais les commerçants de la région ne sont pas parvenus à prendre le contrôle des réseaux d’exportation. L’auteur explique ce phénomène par la faiblesse des risques financiers pris par une majeure partie des commerçants de la ville. En revanche, c’étaient des commerçants qui ne résidaient à Soria qui se chargeaient du transport des balles de laines vers les ports d’exportation et se trouvaient en mesure de réaliser de plus grands profits, en fonction des risques acceptés et de leur insertion progressive dans les réseaux internationaux.

8Les deux contributions suivantes, « Philippe II, Giovanni Andrea Doria et le contrôle militaire de la Méditerranée à la fin du xvie siècle » (Bastien Carpentier et Jean-Philippe Priotti) et « la dimension sociale et politique d’un banquier génois dans l’Espagne du xviie siècle » (Carlos Àlvarez Nogal), reviennent sur le rôle des élites militaires et bancaires dans l’espace méditerranéen et proposent de les aborder à l’échelle des individus. Les auteurs du premier texte s’appuient sur l’étude de la correspondance de Giovanni Andrea Doria, capitaine général de la mer, avec le roi Philippe II. Outre l’importance de la qualité et des temps de circulation de l’information, sur lesquels les auteurs s’interrogent, ils montrent surtout que l’absence de batailles navales ne présume pas de l’inexistence d’activités militaire en Méditerranée pour en assurer le contrôle. La conciliation des intérêts du roi et de ceux du capitaine général, à Gênes, et des membres de ses réseaux personnels (amis et famille) ont ainsi largement contribué au rapprochement des activités financières et maritimes. Carlos Àlvarez Nogal s’intéresse à la trajectoire du banquier gênois, Bartolomé Spinola, dont l’entreprise se trouvait à Madrid au xviie siècle, et aux interférences politiques et sociales de ses activités.

9Ces textes montrent que les sociétés marchandes solidaires ont, dès la fin du xve siècle, contribué à la définition des espaces maritimes protégés. L’approche collective proposée met en lumière les stratégies élaborées par les acteurs de ces sociétés, notamment les plus visibles et puissants, les marchands et les banquiers, pour maintenir leur rang et leurs avoirs. Maniant avec précaution le concept de stratégie, utilement instruit par Michel Bertrand dans la conclusion, les contributions apportent des éléments de réflexion aux nombreux travaux entrepris actuellement sur les circulations. Avec le recours à la notion de réseau comme outil conceptuel pour l’analyse de ces sociétés marchandes, cette réflexion d’ensemble illustre une convergence des relations de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, en particulier autour du commerce à l’époque moderne, qu’elle contribue à éclairer.

Haut de page

Notes

1  Avner Greif, « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Âge », in Annales, Histoire, Sciences Sociales, 1998, vol. 53, pp. 597-633.

2  Pour une étude approfondie de la condition juridique d’étranger dans les villes de l’Europe moderne, on invite à se référer en particulier à l’ouvrage récemment paru de Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 302 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Michel Bertrand et Jean-Philippe Priotti (dir.), Circulations maritimes. L’Espagne et son empire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, 230 p., coll. Histoire », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/62929

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Nuevo Mundo/Ehess

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page