Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
L'idée de Révolution en Amérique latine du 19e au 20e siècle. Paris, 26-27 Janvier 2007 – Dossier édité par Eugénia Palieraki et Marianne González Alemán
Eugénia Palieraki

Les expériences révolutionnaires : un modèle pour la voie chilienne vers le socialisme ?

[18/05/2007]

Résumés

Depuis les années 1930, l’historiographie marxiste a investi le mot « révolution », lui attribuant une seule version « orthodoxe » : la « révolution prolétarienne ». Ce point de départ n’a pas laissé de place à un discours historique plus innovant. Le paysage historiographique chilien ne fait pas exception. La notion de révolution occupe plusieurs essais et ouvrages, publiés sur le Chili de l’Unité Populaire depuis le début des années 1970. Leurs auteurs considèrent que le débat des années 70-73 sur la révolution peut être résumé à la seule opposition entre « réformistes » et « révolutionnaires », entre voie armée et voie pacifique. Une autre constante de cette bibliographie est que toute référence des acteurs de la période à d’autres révolutions est analysée en termes de « modèle ». Cet article se propose, d’une part, de mettre en question la notion de « modèle révolutionnaire » à partir de l’impact qu’a eu la Révolution cubaine sur la gauche chilienne, et en particulier sur le MIR, dans années 1960 et 70. D’autre part, cet article évoque des « expériences révolutionnaires » autres (guerre d’Espagne, fascisme), qui bien que centrales dans le débat chilien sur la révolution n’ont pas encore fait l’objet d’études historiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« De 1920 à nos jours, le monde, la science, les mentalités, les relations entre peuples, le rapport au politique, l’art, l’imaginaire, les religions sont en crise. En tant qu’expression forte de la crise, la « révolution » est partout. […] Peu de mots ont assumé aussi continûment, des antinomies aussi graves : destruction- reconstruction ; mort- naissance ; avenir – passé ; espoir – désillusion ; évolution inévitable – intervention brutale ».
Alain Rey, « Révolution », histoire d’un mot, Paris : Ed. Gallimard, 1989

1Disserter sur la notion de révolution de la gauche marxiste, voilà un terrain qui semble largement balisé. Depuis les années 1930, l’historiographie marxiste a investi le mot « révolution », lui attribuant une seule version « orthodoxe » : la « révolution prolétarienne »1. Elle a ainsi monopolisé le mot : la révolution est de gauche ou n’est pas. Ce point de départ n’a pas laissé de place à un discours historique plus innovant2.

2Le paysage historiographique chilien ne fait pas exception. La notion de révolution occupe quelques ouvrages, essais et articles, publiés durant les années 70, peu après la victoire électorale d’Allende3. La démarche en est toujours sensiblement la même, les auteurs font une étude détaillée des documents internes et des publications des partis de la gauche chilienne ; à partir de laquelle ils dressent un tableau exhaustif des positions des uns et des autres. Ces auteurs considèrent que le débat des années 70-73 sur la révolution peut être résumé à la seule opposition entre « réformistes » et « révolutionnaires ». Lors de la commémoration des trente ans du coup d’Etat au Chili, l’Unité Populaire est revenue sur le devant la scène médiatique, politique, ainsi qu’universitaire. Deux ans plus tard, en 2005, l’historien Julio Pinto publie une contribution dans un ouvrage collectif, dont le titre est « Faire la révolution au Chili »4. Trente ans après, l’auteur utilise pratiquement la même « recette » que nous venons de décrire : une présentation minutieuse des débats internes à la gauche, suivie d’une conclusion qui identifie deux conceptions de la révolution : une gradualiste –représentée par le Parti communiste - et une rupturiste – dont le porte-parole est le MIR.

3Pourquoi l’historiographie chilienne s’est-elle concentrée sur l’opposition entre réformisme et révolution ? Il est vrai que le débat qui visait à définir quelle serait la « voie chilienne vers le socialisme » s’est parfois résumé à ce schéma binaire. Mais ce n’est pas, loin de là, le seul et unique thème qui a animé les débats durant la période. Il y a d’autres raisons qui expliquent que la richesse du débat chilien sur la révolution ait sombré dans l’oubli. En premier lieu, les oppositions politiques de l’UP se sont perpétuées dans le débat historiographique. Les « rupturistes » et les « réformistes » d’hier écrivent aujourd’hui l’histoire, souvent en défense de leurs positions politiques passées. Une seconde explication au cantonnement de l’historiographie chilienne dans la vision binaire (réformisme / révolution) est sa conviction que le débat sur la révolution ne concerne que la gauche. Aussi, l’histoire de ce débat se résume à reproduire les différentes positions à l’intérieur de la gauche. Il est symptomatique de voir que les références à l’histoire européenne des années 1930 et 1940, qui ont permis à la DC, la droite et l’extrême droite de parler aussi de révolution, ont été évacuées des études historiques sur le sujet.

4Quoique « la voie chilienne vers le socialisme » (pour reprendre l’expression consacrée) s’est souvent pensée comme une expérience originale5, la référence à d’autres révolutions n’était pas absente des débats qui ont accompagné son processus. La thèse admise, dans cette imposante littérature est que tous les révolutionnaires latino-américains des années 60 et 70 se situent par rapport au « modèle cubain » soit pour le reproduire (dans le cas des « rupturistes ») soit pour le critiquer (dans le cas des « réformistes »). Ces derniers critiquent le « modèle cubain » à partir du modèle soviétique, plus « classique ». On y retrouve une autre constante de la production historiographique chilienne sur la révolution : l’impact qu’ont eu la Révolution cubaine et la Révolution soviétique est compris en termes d’influence ou de modèle. Il nous semble que le concept « modèle de révolution » implique que les acteurs fassent une lecture canonique des révolutions passées et qu’ils essaient de les reproduire fidèlement. Pour désigner cette référence à d’autres révolutions, nous avons préféré le concept d’« expériences révolutionnaires », au lieu de « modèle(s) de révolution ». Notre démarche consiste à prouver que les lectures des différentes expériences révolutionnaires évoluent dans le temps, et qu’elles sont en constante interaction avec le contexte politique national et international. De plus, la formule « expériences révolutionnaires » a un autre avantage. Elle permet d’intégrer dans notre étude des processus historiques de rupture qui servent de références sans que ce ne soient des exemples à suivre, la révolution fasciste entre autres.

5Nous allons, dans un premier temps, questionner la pertinence du concept « modèle de révolution » à partir de l’impact qu’a eu la Révolution cubaine sur les révolutionnaires chiliens des années 1960 et 70. Doit-on réellement, dans ce cas, parler de « modèle cubain » ? Quels ont été les éléments de la culture politique chilienne qui ont permis l’enracinement profond du référent cubain dans l’imaginaire politique des révolutionnaires de cette époque ? En second lieu, nous souhaitons démontrer que le débat sur la révolution pendant l’UP fut bien plus riche et complexe que ne le reflète l’historiographie actuelle. Il ne peut pas être résumé au seul binôme réformisme / révolution6, avec pour point de partage la Révolution cubaine. Le débat fut bien plus ample et son principal vecteur en a été le passé. Le Chili de 70-73 a pensé, débattu, polémiqué son projet de construction du socialisme à travers les révolutions, les moments de rupture et de crise politique qui ont marqué le XXème siècle. Penser les autres révolutions a été un moyen privilégié pour comprendre une situation présente qui échappait la théorisation. En balisant des repères, le processus chilien s’est prémuni contre la peur qui accompagnait la nouveauté et la rupture, inhérentes au sens moderne du terme « révolution »7. Ainsi, notons que ce débat sur le ou les passés n’a pas concerné seulement la gauche, mais l’ensemble des forces politiques chiliennes.

1. Révolution et modèles de révolution pendant l’UP : le cas de la gauche révolutionnaire

1.1 Existe-t-il un « modèle révolutionnaire cubain »

6Les questions que nous avons évoquées dans l’introduction trouvent des réponses dans l’objet central de notre étude : le Mouvement de la Gauche Révolutionnaire, MIR. Fondé six ans après l’arrivée des barbudos au pouvoir à La Havane, le MIR est, sans hésitations, classé par l’historiographie chilienne et étrangère dans la catégorie des mouvements révolutionnaires latino-américains directement issus de la Révolution cubaine. Le MIR fut, certes, la seule force politique chilienne à se définir comme ouvertement révolutionnaire et à défendre (à un moment bien précis de son histoire) la voie armée comme la seule et unique voie vers le socialisme. Pour autant, doit-on conclure qu’il s’est aligné sur un supposé modèle cubain de révolution, qui se résumerait à la consigne « oui aux armes, non aux élections » ? L’adhésion à la lutte armée suffit-elle pour obtenir une telle conclusion ? La réalité est, à notre sens, bien plus complexe.

7Pour comprendre la force qu’acquiert dans les années 1960 latino-américaines l’idée de l’imbrication du politique et du militaire, il nous faut considérer l’ensemble du 20ème mondial. Ce n’est pas la Révolution cubaine qui invente la légitimation du recours aux armes en vue d’un changement radical de l’ordre social et politique. Dans le cas du Chili, la question du recours à la violence est présente depuis la Révolution soviétique. Ce débat était scandé par des événements aussi bien internationaux (la Révolution Cubaine ou le conflit sino-soviétique par exemple) que, d’autres, nationaux (p.e. l’interdiction du Parti communiste chilien en 1948, la défaite électorale du FRAP qui soutenait la candidature d’Allende en 1964).

8Mais, d’abord, qu’entend-on par « modèle cubain » ? L’impact de la Révolution cubaine sur le continent est indéniable. Néanmoins, au-delà de la consigne « oui à la lutte armée, non aux élections », nous souhaitons établir comment elle a été réappropriée et réinterprétée par les acteurs de notre période et latitude.

9La Révolution cubaine fut une révolution par excellence « athéorique ». A l’origine, sa référence idéologique principale est un nationalisme (ou « patriotisme » pour reprendre les distinctions françaises entre gauche et droite à l’intérieur du spectre nationaliste). Le socialisme à la cubaine est une construction à posteriori. Le labeur de théorisation eut certes le mérite de placer la Révolution cubaine dans le panthéon des grandes révolutions du XXème siècle. Peut-on, pour autant, parler d’un modèle de révolution exportable ?

10Nous devons, pour répondre à cette question, faire la distinction entre les mouvements révolutionnaires qui émergent immédiatement après la victoire de la Révolution cubaine et qui jouissent du soutien logistique et politique ouvert de la direction cubaine (comme les FALN au Venezuela ou le MOEC en Colombie), et les mouvements révolutionnaires qui apparaissent après 1964. Le virage de la politique extérieure cubaine, sous la pression de l’Union soviétique, a ôté aux mouvements révolutionnaires latino-américains l’allié qu’avait été jusqu’alors Cuba. Celle-ci a commencé à privilégier les rapports avec les partis institutionnalisés de la gauche latino-américaine, et ce depuis le milieu des années 19608. La mort du Che en 1967 entérine une attitude déjà réservée de Cuba à l’égard des mouvements armés du continent.

11La faible théorisation de l’expérience révolutionnaire cubaine marque la nature des rapports entre le régime cubain post-révolutionnaire et les mouvements armés latino-américains. L’internationalisme à la cubaine était bien plus pragmatique que celui du Komintern à ses débuts9. Il passait par la formation des dirigeants et militants des mouvements révolutionnaires aux méthodes de guérilla, ce qui donnait à la direction cubaine -par un échange de bons procédés- un droit et un pouvoir d’ingérence dans les affaires politiques des autres états latino-américains. Toutefois, les enseignements militaires des Cubains n’étaient pas appliqués à la lettre. Par exemple, Miguel Enríquez, principal idéologue du MIR, rédige les thèses politico-militaires du mouvement en 1967. Loin d’adopter en bloc la théorisation guévariste de la guerre révolutionnaire, il préfère puiser son inspiration chez Clausewitz, Trotsky, Mao, et enfin chez le Che. Bien que la guérilla rurale est une des méthodes de guerre révolutionnaire envisageables, Enríquez développe une conception politico-militaire qui implique fortement le mouvement populaire. Quoique obnubilé par la geste héroïque cubaine, il se garde de la reproduire au Chili et de mettre en place une guérilla rurale.

12L’expérience révolutionnaire cubaine ne s’est ainsi pas convertie en une nouvelle orthodoxie révolutionnaire à prétention universaliste. De ce fait, les mouvements révolutionnaires latino-américains ont eu une marge de manœuvre assez grande pour réinterpréter et adapter à leur propre réalité les principes très généraux de l’expérience cubaine. Ainsi que pour chercher des références et des inspirations dans d’autres expériences révolutionnaires.

1.2 Révolution cubaine et culture politique chilienne

13Si l’expérience révolutionnaire cubaine n’a pas pourvu le MIR d’un cadre théorique proprement dit, elle comportait d’autres éléments qui peuvent expliquer son enracinement profond dans l’imaginaire politique de la gauche révolutionnaire des années 60. Nous souhaitons évoquer ici quelques premiers éléments d’analyse. En premier lieu, la thèse cubaine sur le « caractère continental de la révolution » était en résonance avec la culture politique chilienne de gauche. Au Parti socialiste, qui a formé la majorité des dirigeants du MIR, la notion de révolution continentale est présente depuis les années 30 sous l’influence de Mariategui. En second lieu, la thèse cubaine de la « seconde indépendance » a trouvé un terreau fertile dans la formation, trotskiste d’origine, des miristes. Dont la notion de révolution est directement inspirée de Trotsky. Sous la lecture à double grille, celle de la Révolution permanente et celle de Seconde indépendance, la Révolution cubaine devenait à a fois une version latino-américaine du socialisme et proposait une relecture socialiste de l’histoire du continent.

14Le MIR reprit cette interprétation de l’histoire latino-américaine pour l’adapter à l’histoire nationale chilienne. Ceci lui a permis de proposer sa propre version de la historia patria, dans laquelle ses dirigeants avaient baigné dès leur plus jeune âge. Porter un discours sur le passé national en rupture avec la version officielle était un moyen pour le MIR d’asseoir sa légitimité politique, dont le projet se présentait aussi comme une rupture avec la « gauche traditionnelle » (PS et PC).

15Par ailleurs, les jeunes dirigeants du MIR, ces nouveaux héros de l’Indépendance chilienne, renouent avec un imaginaire populaire fortement enraciné. Quand ils commencent à se préoccuper de leur image publique, ils s’approprient –consciemment ou non - de cet imaginaire populaire. Lorsque en 1969, ils réalisent des braquages de banque, la presse populaire établit le parallèle entre les dirigeants miristes et les bandits du 19e siècle chilien aux vagues idéaux socialistes. Le MIR prend à son compte la légende. En 1971, par exemple le Commandant Pepe, dirigeant du MIR dans la région de Panguipulli se présente dans un entretien accordé au journal Noticias de Ultima Hora comme le nouveau Bolivar, prêt à lutter pour l’union des républiques socialistes de l’Amérique latine. De plus, l’âge des dirigeants miristes favorise cette assimilation aux héros de la geste de l’indépendance, ils ont tous moins de 35 ans. Les cœurs purs sont jeunes, et l’image rompt avec celle de la vieille classe politique, de droite comme de gauche, corrompue par l’exercice du pouvoir.

16Le MIR propose finalement une lecture assez traditionnelle de l’histoire politique, écrite par des individus exceptionnels, des héros, qui sont les seuls capables à changer les destinées de leur pays. Somme toute, la lecture miriste de l’histoire politique est assez traditionnelle, sinon conformiste. On y retrouve des héros, courage exceptionnel au cœur et arme au poing, seuls capables de changer la destinée du pays. Nous sommes loin de l’émergence d’une classe, d’une masse exploitée, qui prendrait son destin en main. Néanmoins, cette lecture, assez banale, de l’histoire rend légitime une nouvelle façon de faire la politique, dans laquelle l’héroïsme devient central. La fascination pour les armes que fut celle de la gauche révolutionnaire chilienne de cette période y puise une grande part de sa légitimité.

2. Révolution et contre-révolution : les années 30 européennes revisitées par la gauche chilienne

2.1 La guerre d’Espagne : lutte armée et contre-révolution

17Alors que la Révolution cubaine fut une constante dans les débats de la gauche chilienne des années 1960, nous serions peut-être surpris de découvrir qu’ après la victoire de Salvador Allende il y a un glissement parmi les références préférées des chiliens qui trouvent d’autres révolutions auxquelles se vouer. Bien entendu, la victoire de la gauche par les urnes invalidait un des principaux postulats des révolutionnaires cubains : le pouvoir ne se conquiert que par les armes. Toutefois, ce n’est pas là l’unique raison de ce changement de référent.

18En effet, la situation politique chilienne après les élections avait peu à voir avec le Cuba prérévolutionnaire. La victoire de la gauche marxiste par les urnes semblait insolite dans un continent en proie aux utopies révolutionnaires armées. Le caractère inédit de la victoire de l’UP troublait les hommes de gauche, qui ont cherché la réponse aux incertitudes du moment dans les enseignements de l’histoire. Les années 1960 avaient convaincu l’intellectualité de gauche chilienne que son pays était foncièrement latino-américain. Après la victoire de l’UP, fallait-il commencer à abandonner la thèse de l’exceptionnalité chilienne et retrouver les références européennes, traditionnelles, des années 30 et 40?

19Immédiatement après la victoire électorale d’Allende la référence à la guerre d’Espagne apparaît. Eduardo Labarca inaugure le débat. Dans un article publié dans le journal communiste El Siglo datant du 13 octobre 1970 (avant même qu’Allende n’assume le pouvoir), il compare le Mouvement de la Gauche Révolutionnaire aux anarchistes et au POUM espagnol. Au-delà de cet amalgame (pas très heureux) entre trotskisme et anarchisme, ce qui nous intéresse ici est le parallèle établi entre l’Unité Populaire et le gouvernement républicain espagnol d’une part, et d’autre part entre le MIR et le POUM. La critique de Labarca, visant le MIR, porte sur les divisions que celui-ci apporte avec ses catégories de « véritables révolutionnaires » et réformistes. Selon lui, le MIR détient les mêmes travers que le POUM qui a fini par « trahir le peuple, en essayant de faire à la fois de la résistance et la révolution »10.

20Alors que les comparaisons entre le MIR et le POUM vont bon train, le MIR reprend à son compte la référence. Son leader, Miguel Enríquez, se fonde largement sur l’expérience de la guerre civile espagnole pour analyser la situation politique chilienne et pour illustrer, sa distinction entre « gauche révolutionnaire » et « gauche réformiste11 », que les communistes récusaient. Mais quels éléments de la situation politique chilienne permettaient de rapprocher une des guerres civiles les plus célèbres du 20e siècle à un gouvernement de gauche marxiste élu ? L’Unité Populaire, intégrée par le PC et le PS chiliens, mais aussi par le Parti Radical, rappelait aux secteurs les plus radicaux de la gauche moins le Front Populaire espagnol que le chilien. Le Front Populaire des années 30 et 40 est un mauvais souvenir pour l’extrême gauche. Il avait suscité énormément d’espoir qui fut vite mis à mal par des lois, comme celle de « défense de la démocratie », sanctionnant l’interdiction du PC en 194812. Mais désormais c’était le PC, avec son discours modéré, qui semblait (pour le MIR) en passe de trahir les espoirs de l’UP avec des lois scélérates. Ainsi le rôle du président radical González Videla, instigateur de la loi de 48 revenait au PC, comme dans le Barcelone de mai 1937. Le jeu de références est bien plus alambiqué qu’il n’y paraît.

21Tout en renvoyant à une situation politique similaire à la chilienne (un gouvernement de gauche modéré, arrivé au pouvoir par les urnes), la guerre d’Espagne trouvait une résonance avec le leitmotiv de la gauche révolutionnaire des années 1960 : l’imbrication du politique et du militaire. La guérilla rurale cubaine étant difficile à appliquer telle quelle au Chili, le scénario de la guerre civile qui semblait mieux adapté au contexte national confortait les dirigeants miristes dans leur conviction qu’un processus révolutionnaire est impensable sans armes. La bourgeoisie ne renoncerait jamais à ses privilèges sans résistance. La guerre révolutionnaire devenait donc une nécessité historique.

22L’interprétation miriste de la situation politique chilienne à la lumière de l’histoire de la guerre civile espagnole a trouvé son argumentaire dans les écrits de Trotsky. La rencontre des jeunes militants du MIR avec les exilés trotskistes espagnols, qui avaient trouvé refuge au Chili à la fin des années 1930 a également joué un rôle important13.

23Si la référence de l’ensemble de la gauche à la guerre d’Espagne apparaît au lendemain de la victoire électorale d’Allende et persiste jusqu’au début de 1973, auquel moment elle est abandonnée pour privilégier le scénario d’un Coup d’Etat, elle est toujours interprétée à la lumière du contexte politique chilien. Dans les premiers mois du gouvernement de gauche, cette référence était mobilisée tant par le MIR que par le PC pour justifier ou bien pour condamner la division entre « réformistes » et « révolutionnaires ». Elle a également servi au MIR pour prouver que la voie pacifique vers le socialisme n’était pas viable : l’affrontement armé était inévitable. Or, quand le MIR a commencé à collaborer plus étroitement avec l’UP et à soutenir les campagnes électorales de la gauche, il a cessé de se référer à la guerre d’Espagne. Le PC a fait de même. Mais en 1972 avec l’accentuation de la crise politique, la guerre d’Espagne fait sa réapparition dans les débats de la gauche chilienne. Le Chili vit, en 1972, au rythme des manifestations de rue et d’affrontements violents qui font peser sur le quotidien une ambiance de guerre civile larvée14. L’affrontement ouvert n’est plus de l’ordre du fictif, mais une possibilité qui commence à prendre forme.

24Les points d’échappement entre les différentes lectures de la guerre civile espagnole nous interpellent. Pour le PC, il s’agissait de la résistance d’un gouvernement républicain contre la réaction. Une Résistance que les « extrémistes » ont cherché à transformer en révolution, mettant en péril l’ensemble du mouvement. Pour le MIR il s’agissait avant tout et clairement d’un processus révolutionnaire. Ce qui nous éclaire sur les conceptions miristes de ce qui est « révolutionnaire » : la caractérisation de l’épopée espagnole est tributaire de son dénouement armé. Sinon, comment expliquer cette référence à une histoire qui a « mal tourné », dont aucun objectif (social et politique) ne fut atteint ? De même, le Chili contemporain a la possibilité d’ouvrir un processus révolutionnaire si, et seulement si, le conflit politique en cours se résout par les armes.

25L’autre idée centrale sous-jacente à l’interprétation miriste de l’expérience espagnole était la suivante : un Coup d’Etat « réactionnaire » était nécessaire pour déclencher le processus révolutionnaire. La notion miriste de révolution était, de ce fait, davantage liée à l’idée de contre-révolution qu’à l’idée de rupture avec un « ancien régime ». L’ordre ancien, la « démocratie bourgeoise » était, selon le MIR, à bout de souffle ; la lutte contre elle semblait gagnée d’avance. La contre-révolution devenait ainsi l’ennemi principal. Le recours des militaires aux armes devait briser le cadre démocratique et créer un vide de pouvoir. Ce vide de pouvoir provoquerait une réaction armée spontanée de la part du peuple. La révolution serait le résultat d’un affrontement armé entre deux camps : les révolutionnaires et les contre-révolutionnaires.

26La centralité de la notion de contre-révolution dans le discours de la gauche révolutionnaire, peut expliquer aussi l’omniprésence dans ses textes d’une autre référence historique : le fascisme.

2.2 Le débat chilien sur le « fascisme » : une tentative d’analyse

27Le terme « fascisme » apparaît dans le débat politique chilien en 1971, quelques jours après la première grande manifestation de l’opposition. Le 1er décembre 1971, alors que Fidel Castro entamait sa troisième semaine de visite au Chili, le Parti National (droite), la Démocratie Chrétienne et le groupe d’extrême droite Patria y Libertad menaient à bout une manifestation massive dans les rues de Santiago. La « manifestation des casseroles vides » a été la première apparition publique d’une opposition unifiée au gouvernement d’Allende. Le MIR, à travers son porte-parole, le journal El Rebelde, fut le premier à tenter d’analyser l’événement en recourant à l’histoire européenne des années 1930. Dans un article datant du 22 décembre 1971, la « manifestation des casseroles vides » était interprétée comme une résurgence du fascisme. Quand les lois et les institutions de la bourgeoisie étaient dépassées par la mobilisation populaire, la bourgeoisie devait inventer une nouvelle réponse. Cette réponse était le fascisme. Les germes du fascisme étaient portés par l’extrême droite, une maladie qui risquait de contaminer le reste du corps politique de droite (libérale, conservatrice et centriste)15.

28Le constat avancé par le MIR d’une crise profonde de la démocratie, était le lien le plus solide entre son interprétation de l’histoire européenne des années 1930 et le Chili de l’Unité Populaire. Tout comme le Chili d’Allende, l’Europe de l’entre-deux-guerres traversait une profonde crise politique. La démocratie représentative se montrait incapable de résoudre les graves conflits sociaux (provoqués par le capitalisme). La montée en puissance du mouvement ouvrier rendait la révolution socialiste en Europe un horizon visible. Le fascisme et le nazisme, en s’investissant d’un discours en apparence révolutionnaire, étaient apparus comme dernier rempart du Grand Capital contre la révolution prolétarienne.

29La référence au fascisme européen faisait aussi écho à l’histoire chilienne. La « manifestation des casseroles vides » est apparue comme une réminiscence des années 1930 chiliennes ; quand les rues de Santiago étaient le théâtre des affrontements, violents et quotidiens, entre brigades socialistes, dites anti-fascistes, et groupes de jeunes nazis16. En 1971, le MIR, dont les dirigeants avaient fait l’apprentissage de l’histoire nationale dans les rangs du Parti Socialiste, appelait à un retour aux bonnes vieilles méthodes de la gauche et à la formation de brigades anti-fascistes.

30La théorie miriste d’une résurgence du fascisme trouvait des éléments d’appui dans la conjoncture politique. Depuis les années 1960, toutes les forces politiques chiliennes étaient convaincues de la nécessité d’une révolution. La Démocratie Chrétienne s’était proposée de faire sa « révolution en liberté ». Sa défaite électorale de 1970 laissait sa voie en désuétude. La victoire d’Allende sanctionnait une version socialiste de la révolution (pacifique ou armée) contre cette option libérale. L’extrême droite fut la première à reprendre le discours révolutionnaire de gauche pour proposer un autre modèle de révolution, ouvertement assumée comme anti-libérale.

31Le 5 octobre 1970 renaissait l’ancien parti nazi chilien, désormais baptisé Mouvement de la Révolution Nationale Socialiste. Le MRNS prétendait devenir l’alternative révolutionnaire nationale chilienne face à un gouvernement révolutionnaire à l’idéologie étrangère. Quoique le MRNS fût une force politique marginale, sa déclaration de principes reflète bien l’état d’esprit d’une grande partie de la droite au lendemain de la victoire d’Allende. Mais le fond de sa pensée rejoignait également – ce qui peut sembler fort étrange d’un premier abord – celle du MIR. La consigne « révolution nationale ou révolution marxiste » du MRNS n’était-elle pas l’exact opposé, comme deux faces d’une même pièce à celle « socialisme ou fascisme » mise en avant par le MIR17 ?

32L’anti-libéralisme était le point de rencontre de l’extrême gauche avec l’extrême droite. La Démocratie Chrétienne a saisi cette étrange communion d’idées. Quand à partir de 1972 lors du rapprochement de la DC à la droite chilienne, le MIR l’a accusée d’instrumentaliser le fascisme créole, la DC a riposté en désignant le mirisme par le néologisme « fascisme de gauche ». Selon la DC, par sa critique de la démocratie libérale, le MIR devenait l’héritier de tous les totalitarismes des années 1930.

33***

34En guise de conclusion, je souhaiterais soumettre une hypothèse au débat. Le débat chilien sur le fascisme, lié certes à la conjoncture, n’avait-il pas aussi des causes plus profondes ? Ne soulevait-il pas une question posée depuis la Révolution française, ce « dilemme central », pour citer François Furet, « qui a agité depuis [la Révolution française] les sociétés : qu’est-ce que la communauté si nous sommes des individus autonomes ? »18. Entre 1970 et 1973, la dialectique entre révolution et contre-révolution, que nous avions évoquée auparavant, était accompagnée de l’opposition révolution de gauche / révolution socialiste et révolution de droite / révolution nationaliste (cette dernière désignée comme « fasciste » par la gauche chilienne et en particulier par le MIR). Quoique ces deux versions de la révolution aient eu peu de références théoriques et d’idéaux en commun, elles se rejoignaient sur la critique du libéralisme. Et de ce fait, la centralité du rôle que le libéralisme attribuait à l’individu. Les anti-libéraux de gauche et de droite croyaient voir dans cette reconnaissance la source des maux de la société dans laquelle ils vivaient. Et ils ressentaient le besoin de proposer un autre système fondé sur la communauté ou la société, plus que sur l’individu.

Haut de page

Notes

1 Rey, Alain, « Révolution », histoire d’un mot, Paris : Ed. Gallimard, 1989, p. 309 et suivantes.
2 Autant les révolutions de la fin du 18e et des débuts du 19e siècle en Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine ont fait l’objet d’une importante rénovation historiographique, autant il y a un véritable déficit de réflexion historiographique sur la notion de révolution au 20e siècle, notamment en ce qui concerne la gauche marxiste.
3 Canihuante, Gustavo, La Revolución chilena, México: Ed. Diógenes, 1972; Lechner, Norbert, La democracia en Chile, Buenos Aires: Ed. Signos, 1970. Des ouvrages postérieurs ont traité de manière succincte cette question. Voir Arrate, Jorge; Rojas, Eduardo, Memoria de la izquierda chilena, Santiago: Ed. Javier Vergara, 2003, 2 vols.; Moulián, Tomás, Democracia y socialismo en Chile, Santiago: FLACSO, 1983; Pozo, José del, Rebeldes, Reformistas y Revolucionarios : una historia oral de la izquierda chilena en la época de la Unidad Popular, Santiago : Ed. Documentas, 1992; Rodríguez Elizondo, José, Crisis y renovación de las Izquierdas. De la revolución cubana a Chiapas, pasando por el « caso chileno », Santiago : Ed. Andrés Bello, 1995 ; Varas, Augusto, El Partido Comunista de Chile. Estudio multidisciplinario, Santiago: FLACSO, 1988.
4 Pinto Vallejos, Julio (coord.), Cuando hicimos historia. La experiencia de la Unidad Popular, Santiago: Ed. LOM, 2005, pp. 9-33. Quoique peu innovateur sur le plan historiographique, ce texte est toutefois une synthèse excellente et exhaustive du débat de la gauche chilienne sur le réformisme et la révolution.
5 « Esta característica del programa no fue fruto de la casualidad sino que producto de la experiencia de todas las revoluciones socialistas triunfantes de la historia: la soviética, la china, la yugoslava, la indochina y la cubana. Se podría argumentar que la vía chilena puede ser diferente y que no hay que ser dogmático ni mecanicista para juzgar nuestro proceso correcto ». « El izquierdismo: una posición ideológica », Posición, 30/08/1972, p. 6.
6 Nous avons décidé de passer outre les débats sur le réformisme et la révolution, qui sont déjà largement étudiés et analysés dans l’historiographie existante.
7 Pour Hannah Arendt, « l’expérience de la fondation et la conviction qui l’accompagne qu’une histoire nouvelle est sur le point de se dérouler dans l’Histoire rend « conservateur » plutôt que « révolutionnaire » ». Le terme même en témoigne : « révolution » est un terme ancien investi d’un sens nouveau. « En réalité, le choix même de ce mot indique clairement le manque d’espérance et d’inclination de la part des acteurs qui n’étaient pas plus préparés à un événement sans précédent que leurs spectateurs contemporains ». Arendt, Hannah, Essai sur la révolution, Paris : Ed. Gallimard, 1967, p. 56.
8 La plupart des travaux sur la politique étrangère cubaine en Amérique latine situent au début des années 1970 la mise en place d’une diplomatie plus « traditionnelle » et la recherche d’alliés parmi les gouvernements en place, avec le voyage de Fidel Castro au Chili d’Allende et au Pérou d’Alvarado. Toutefois, déjà au milieu des années 1960, on pouvait percevoir cette mutation de la politique étrangère cubaine. Voir Suchlicki, Jaime, « La revolución cubana. Retrospectiva y perspectiva », Problemas Internacionales, Washington, nº5, Vol. XIX, septembre – octobre 1972, pp. 1-16; Lévesque, Jacques, L’URSS et la Révolution cubaine, Montréal : Presses de la fondation nationale des sciences politiques de l’université de Montréal, 1976 ; Munck, Ronaldo, Revolutionary trends in Latin America, Montreal: Ed. McGill University; Center for Developing-Area Studies, 1984 ; Anagnan, Alexis, L’événement tricontinental : genèse, réalités et enjeux d’une Conférence tiers-mondiste, Mémoire de maîtrise sous la direction d’Annick Lempérière, Université de Paris I, 2006. Par exemple, dans le cas du Chili, lors de la Conférence de la OLAS (Organisation latino-américaine de solidarité) en 1967 le PC et le PS chiliens furent officiellement invités par la direction cubaine, alors que le MIR fut exclu de la Conférence.
9 Le désintérêt de la direction cubaine à formaliser une alliance révolutionnaire continentale, à l’instar de la IIIe Internationale est évident. Ce choix politique était ressenti par certains mouvements révolutionnaires, notamment ceux du Cône sud, comme une faille de la politique cubaine. En 1970, le MIR chilien, le PRT-ERP argentin, les Tupamaros uruguayens et le MIR bolivien commencent les négociations en vue de la mise en place d’une Junte de Coordination Révolutionnaire (JCR). A la tête de cette organisation se trouvaient le MIR chilien et le PRT, tous les deux d’origine trotskiste et dont les leaders avaient une formation politique essentiellement léniniste. La JCR a voulu être le germe d’une Ve Internationale à l’instar de la IIIe et de la IVe, pour combler ainsi le vide laissé par Cuba. La direction cubaine s’est opposée à la formation de la JCR.
10 « Víctor Toro y el MIR se quedaron solos », El Siglo, 13/10/1970, p.4.
11 Martín Hernández précisait dans l’entretien réalisé par l’auteur à Santiago, le 16/10/2004 que « les catégories de classification centrisme, centrisme de gauche, réformisme bourgeois, réformisme ouvrier d’une certaine façon son des catégories qui ont été construites dans les analyses de la révolution espagnole ». [“Categorías de clasificación centrismo, centrismo de izquierda, reformismo burgués, reformismo obrero de algún modo son categorías que se fueron construyendo en los análisis de la revolución española”].
12 Waiss, Oscar, Chile vivo. Memorias de un socialista (1928-1970), Madrid : Ed. Fuenlabrada, 1985, pp. 60-69; Silva, Miguel, Los partidos, los sindicatos y Clotario Blest. La CUT del ’53, Santiago: Ed. Mosquito, 2000, p. 249 et suivantes.
13 José de la Fuente (cadre du MIR entre 1970 et 1973 dans la région de Valparaíso), entretien avec l’auteur, à Santiago le 27/08/2004.
14 Seguel-Boccara, Ingrid, Les passions politiques au Chili durant l’Unité Populaire, 1970-1973 : essai d’analyse socio-historique, Paris ; Montréal : Ed ; de l’Harmattan, 1997 ; Palieraki, Eugenia, « Las manifestaciones callejeras y la experiencia de la Unidad Popular (1970-1973). Una interpretación a partir de la violencia política en las calles de Santiago », Pensamiento Crítico, n°3, 2003, http://www.pensamientocritico.cl/.
15 El Rebelde, 22/12/1971, pp. 3-4.
16 Arrate, Jorge ; Rojas, Eduardo, Memoria de la izquierda chilena, Vol. I (1850-1970), Santiago de Chile: Ed. Grupo Zeta; Javier Vergara, 2003, pp.178-80 ; Waiss, Oscar, op. cit., pp. 23-49.
17 El Rebelde, 30/08/1972, p.4.
18 Furet, François, Penser la révolution, op.cit., p.163.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eugénia Palieraki, « Les expériences révolutionnaires : un modèle pour la voie chilienne vers le socialisme ? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 14 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/6309 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.6309

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page