Navigation – Plan du site
Colloques | 2012
1. Histoire et philosophie
Pablo Avilés Flores

L’Insomnie d’Edmundo O'Gorman : Récit, preuve et historiographie

[26/06/2012]

Résumés

Très tôt, O’Gorman a conçu une critique de l’œuvre de Ranke. Influencé par celle de Heidegger, il s’est donné pour but d’interpréter le passé, en tenant compte de l’homme. Sa méthodologie considérait les preuves, les documents et les témoignages non comme le constat d’événements historiques, mais comme les clés de leur interprétation.

Haut de page

Dédicace

À mon père

Texte intégral

1. L’œuvre d’O’Gorman

1Dans l’œuvre d’Edmundo O’Gorman, il est possible de distinguer aisément un premier O’Gorman qui ne finit pas d’être avocat et un second O’Gorman devenu philosophe-historien. L’empreinte juridique est toujours évidente et il semble peut-être plus adéquat de dire que nous trouvons un iusphilosophe et un iushistorien à travers la structure et les schémas méthodologiques de son travail. On observe dans ses œuvres une profonde réflexion autour de l’ontologie de l’Amérique. Sa méthodologie est basée, mais pas exclusivement, sur une critique de la pensée aristotélicienne, celle-ci étant fort courante dans le milieu juridique mexicain, et qui adopte une lecture substantialiste de la réalité. D’après cette conception, nature et essence sont synonymes. La nature est comprise comme ce qui fait opérer les choses de cette manière et non différemment, et l’essence comme ce qui fait être les choses de cette manière et non différemment. Ainsi, tout usage contraire à l’essence ou à la nature de tout ce que nous pouvons trouver dans la réalité serait contra natura. Cette perspective limite l’interprétation et toute discussion ultérieure autour du devenir historique non seulement des choses, mais aussi de l’homme.

2La méthodologie d’O’Gorman part souvent d’une lecture attentive de textes légaux, à partir de laquelle il développe un discours philosophique et historique, et enfin aboutit à des interprétations d’évènements, plutôt qu’à une explication. Ce point de départ ouvre une critique sur une base interprétative s’articulant à deux niveaux : en premier lieu, sur les documents « portant » des concepts étroitement définis et, en second lieu, sur la littérature générée autour du document et qui à travers d’autres études, détourne la définition originale des concepts contenus dans les documents.

  • 1 Sur l’ampleur et l’importance de l’histoire constitutionnelle du Mexique dans l’œuvre d’Edmundo O’ (...)
  • 2 Edmundo O’Gorman, La supervivencia política novo-hispana. Reflexiones sobre el monarquismo mexican (...)
  • 3 Edmundo O’Gorman, La invención de América. Investigación de la estructura histórica del nuevo mund (...)

3Du contact avec la philosophie de Heidegger, la critique didactique qui en dérive permet de transposer à la définition même de ce qu’est la science historique. Peut-être, à ses débuts, cette facette de l’historien ne paraît pas tout à fait claire, et on se confronte à l’auteur de l’Historia de las divisiones territoriales … c’est-à-dire un avocat doté d’une puissante capacité de synthèse et d’analyse historique des lois et des corps constitutionnels1. On pourrait penser qu’il s’agit là d’un avocat faisant l’historien. Le caractère hybride des deux disciplines transparaît également plus tard dans La supervivencia política la Nueva España2. Cet ouvrage représente un bel exemple de ce que l’historiographie juridique peut devenir à partir d’une analyse philosophique. Cela évoque ici le travail d’un iushistorien. Enfin, dans La invención de América3, se manifeste l’œuvre d’un historien dans toute sa plénitude, remettant en question un évènement autant connu qu’accepté, un quasi truisme – la découverte de l’Amérique – à partir de schémas juridiques et de catégories philosophiques.

2. L’insomnie d’O’Gorman

  • 4 ‘Insomnio’, Diccionario de la lengua española. Versión en línea http://buscon.rae.es. « Insomnio: (...)
  • 5 ‘Vigilia’, Diccionario de la lengua española. Versión en línea http://buscon.rae.es. « Vigilia. (D (...)
  • 6 Edmundo O’Gorman, Historia de las divisiones territoriales de México, Sepan cuántos, 45, 5e éd : M (...)

4Le Dictionnaire de la langue espagnole définit l’insomnie ainsi : « veille, manque de sommeil au moment de dormir »4 , et la veille comme un « travail intellectuel, notamment celui exécuté pendant la nuit »5. La principale préoccupation d’Edmundo O’Gorman, qui en toute sûreté a occupé plusieurs de ses nuits, a été celle de l’être de l’Amérique et, plus tard, celle du Mexique. La lecture des œuvres de Joseph de Acosta lui a inspiré l’idée d’une invention de l’Amérique. Cette idée apparaît déjà dans son Historia de las divisiones territoriales de México6. Le procès de conformation de l’entité de l’Amérique / de l’entité américaine, aussi bien dans la réalité sociale que dans la théorie historiographique, demeure un problème toujours délicat à résoudre pour différentes raisons.

5Pour O’Gorman, un des grands problèmes de l’historiographie sur la découverte de l’Amérique est notre incompréhension du fait que l’histoire soit génératrice d’entités ontologiques historiques. Le même phénomène se répète à tous les niveaux : politique, scientifique, social... C’est le « péché ontologique ». La conception substantialiste ne peut pas être la description la plus fiable de la réalité. L’être a été confondu avec l’existence :

  • 7 « El ser – no la existencia – de las cosas no es sino el sentido o significación que se les atribu (...)

l’être – non l’existence – des choses n’est pas autre chose que le sens ou la signification attribuée à un moment précis à l’intérieur de l’ample cadre du tableau de la réalité en vigueur (…), l’être des choses n’est pas quelque chose qu’elles ont per se, mais un attribut qu’on leur accorde ou confie7.

6L’être des choses ne leur appartient pas intimement, car cela équivaudrait à la fermeture de leur existence. Cela correspond plutôt au sens qu’on leur attribue d’après l’idée dominante de la réalité. La critique d’O’Gorman devient plus compréhensible, car il s’efforce d’expliquer l’impossibilité de concevoir les entités historiques comme substantiellement faites. Dans le cas contraire, ces mêmes entités historiques existeraient à côté de leur propre histoire ou celle-ci leur serait accidentelle. Ainsi, suivant O’Gorman, on peut pousser plus loin et affirmer que même si un événement est survenu, cela ne prouve pas pour autant sa nécessité historique, mais seulement sa nécessité factuelle. Et il cite un exemple – encore une fois, attenant à la découverte de l’Amérique :

  • 8 « Tan es una posibilidad histórica real lo que hizo Vespucio, como lo que la historiografía ha hec (...)

Ce que Vespucci a fait est aussi bien une possibilité historique réelle, de la même manière que ce que l’historiographie a fait avec la réussite de Vespucci8.

7Voilà pourquoi on a besoin d’une interprétation non seulement du fait historique en lui-même, mais aussi de son interprétation.

8Provocateur, O’Gorman se sert également comme exemple l’époque du Deuxième Empire mexicain. Dans son œuvre Historia de las divisiones territoriales, O’Gorman suit un ordre chronologique d’exposition, depuis l’arrivée des Espagnols jusqu’au début du XXe siècle, mais à la fin, il s’occupe du Deuxième Empire mexicain. Il explique ce choix ainsi :

  • 9 « Al obrar así, seguí la tradición de nuestros compiladores de leyes que, ignorando la legislación (...)

J’ai agi de cette manière [en plaçant l’Empire de Maximilien à la fin du livre], pour suivre la tradition de nos compilateurs de lois qui, en ignorant la législation impériale, n’interrompent pas la séquence républicaine [des lois]9.

9Certains ne perçoivent qu’un choix orthodoxe, s’inscrivant dans la lignée de l’histoire monumentale mexicaine. En réalité, O’Gorman fait un choix critique, non dépourvu d’ironie :

  • 10 « La legislación imperial no ha sido estudiada, que yo sepa, con la atención que merece; en muchos (...)

Que je sache, la législation impériale n’a pas été étudiée avec l’attention qu’elle mérite ; dans plusieurs aspects, elle est supérieure à la républicaine, dans laquelle on peut sentir la haine politique et les partis pris. Cependant, sa très grande sérénité n’est pas le seul trait qui distingue la législation impériale, mais aussi son inclination scientifique, quoiqu’il est vrai qu’elle ait essayé d’imposer certaines idées européennes très étranges pour le temps, il est aussi vrai qu’en l’honneur de ces législateurs, ils ont essayé de bonne foi d’arracher les maux chroniques de l’administration publique, hérités après plusieurs années de révolutions égoïstes. En ce qui concerne la division territoriale, … après la chute du gouvernement monarchique, celui de la République triomphante annula d’un seul coup, sans meilleure raison que la haine, l’organisation territoriale de l’Empire, la seule qui méritait cette désignation10.

10Il y a donc, chez O’Gorman, une connaissance profonde du problème de la formulation du procès ontologique de chacune des entités historiques identifiées à définir.

3. L’histoire comme science ou pas

11Avec l’Invención de América, O’Gorman propose une analyse logique d’un fait qui, bien que connu, étudié et raconté à de nombreuses reprises, apparaît comme un truisme : la découverte de l’Amérique. Celle-ci s’avère, sans doute, son œuvre la plus connue, critiquée, lue et citée.

12Cette analyse ne débute pas là. O’Gorman s’en était occupé plus généralement dans son œuvre Crisis y porvenir en posant la question du caractère scientifique de l’histoire. Au contraire des sciences naturelles, les preuves de causalité en Histoire ne disposent pas du même statut. Ce constat amène O’Gorman à critiquer la quantification, si chère au positivisme, tenue comme le critère définissant la validité des arguments.

13La considération de l’histoire en tant que connaissance scientifique se fonde, selon O’Gorman, sur des bases erronées. O’Gorman y perçoit les différentes étapes de la connaissance historique : une première étape dominée par le providentialisme, au cours de laquelle les actes humains sont expliqués par la volonté de Dieu. Ensuite, une étape où l’humanisme transcendantal place dans les sujets l’intention insufflant l’élan aux actes. Après cette étape s’amorce une troisième étape où l’idéalisme transcendantal place l’intention historique dans les actes mêmes, ou si l’on préfère, dans l’histoire. Suit alors l’étape du matérialisme transcendantal où l’intention se place dans l’objet de l’acte. Et finalement, l’humanisme historique place l’intention dans l’homme, mais sans conserver la vérité absolue.

  • 11 Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir, p. 23.
  • 12 Ibid., p. 23–ss.

14Dans l’Antiquité, l’histoire se préoccupait des événements dignes de mémoire pour les sauvegarder de l’oubli. L’historien est tenu comme un témoin, et la chaîne d’évènements commence à se distinguer de la narration chronologique ou des annales. Très tôt, la signification de l’histoire, ou plutôt des faits du passé a été prise comme référence du présent : il s’agit des faits « hazañosos » [les exploits], en reprenant la terminologie d’O’Gorman. Enfin, c’est à Cicéron que l’on doit l’histoire comme maîtresse de vie. À propos du Moyen-Âge, O’Gorman affirmait que cette période ne possédait pas d’historiographie, au sens moderne du terme. On y décèle une chronographie et une historiologie ou méta-histoire. L’homme du Moyen-Âge comprend l’histoire, mais ne l’explique pas ; il s’y reconnaît, mais ne connaît pas le passé. Au Moyen-Âge, la perspective temporelle de l’histoire qui définit le passé, le présent et le futur s’expliquent par la Création, la Rédemption, et le Jugement Dernier11. Au XIXe siècle, l’histoire est considérée comme le récit du progrès de l’homme vers la liberté conforme à la raison. Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle le positivisme a rejeté tout « a priori métaphysique » pour se référer aux données de l’observation. C’est précisément à cette méthodologie qu’O’Gorman oppose l’histoire en tant que manifestation de la vie12.

15Cette révision historique de l’historiographie débouche sur l’instauration de la méthode positiviste. De la même façon, la construction de l’identité historique américaine se lie et se réduit au constat de deux faits : les voyages de Christophe Colomb, et les œuvres des chroniqueurs européens. La critique o’gormanienne, on le sait, passe par celle de ces « preuves ». Les présupposés d’un tel évènement sont mis en question. Pour cela, O’Gorman suggère d’un côté que l’apparition de l’Amérique comme idée dans la culture occidentale ne saurait s’expliquer de façon complètement satisfaisante à la lumière de l’unique affirmation de sa découverte, et, d’un autre côté, qu’une appellation plus adéquate de ce procès serait celle de « Conquête philosophique de l’Amérique ». Cette dénomination reflèterait mieux l’existence d’une interprétation sur un fait constituant, à son tour, le résultat d’un procès historique souvent négligé ou détourné.

  • 13 Carlo Ginzburg, Rapporti di forza: storia, retorica, prova, Milan: Feltrinelli, Campi del sapere. (...)
  • 14 L’« Introduzione » et les chapitres « Ancora su Aristote e la storia » et « Lorenzo Valla su la do (...)
  • 15 Ibid., p. 50.

16Ces conclusions sont à rapprocher, pensons-nous, du schéma proposé par Carlo Ginzburg dans son livre Rapporti di forza : storia, retorica, prova13, où il analyse les liens entre histoire, rhétorique et preuve. Ginzburg analyse notamment le lien existant, au moins dans l’Antiquité, entre rhétorique et preuve, et s’attarde sur l’écart expérimenté depuis le XVIIIe siècle entre ces deux catégories14. L’historien italien signale le discrédit de cette rhétorique depuis la fin du XVIIIe jusqu’au XXe siècle. Cette position généralisée empêche de considérer la valeur de la rhétorique dans la critique des textes, notamment « la démonstration par Lorenzo Valla de la fausseté de la donation de Constantin ». L’affirmation de la découverte de l’Amérique, ainsi que les chroniques, ne seraient alors que les traces, les indices, les semeia qui constituent le noyau de l’historiographie, d’après la Rhétorique d’Aristote. La reconstitution des semeia permettrait de découvrir les « relations naturelles » entre elles et les évènements, mais il revient aux historiens de bâtir une interprétation appartenant au domaine du vraisemblable15.

  • 16 Ibid., p. 95.
  • 17 Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir, p. 258.

17Le même Ginzburg rappelle la remarque de Lucien Febvre : « les sources historiques ne parlent pas d’elles-mêmes, mais seulement si elles sont convenablement interrogées »16. Et dans le même sens, O’Gorman déclarait : « la vérité historique va plus loin que ‘ l’on dit que ’, des narrations et des documents, dont il faut se servir comme ce qu’ils sont : des intermédiaires ou des voies d’accès qui nous mettent en contact avec ce dont ils parlent et témoignent »17.

18Si Ginzburg propose que rhétorique et preuve n’ont pas toujours été aussi éloignées qu’on le pense de nos jours, cette proposition, appliquée au cas particulier de la méthodologie o’gormanienne, permettrait d’affirmer que les preuves et les témoignages, quoiqu’ils ne constituent pas l’être des événements, sont bien les clés de l’interprétation historique du sens de l’évènement en question. Le problème soulevé par O’Gorman consiste en la généralisation du simple constat du procès de la découverte de l’Amérique, dans la perte de la référence du début de ce procès, et dans l’acceptation sans critique de son résultat. Dans ses travaux, la conséquence la plus significative réside dans l’ignorance de la réponse à l’égard de ce qu’est l’Amérique et, plus crucial encore, sur ce qu’elle est pour l’homme au long de l’histoire.

  • 18 Abelardo Villegas, ‘La invención de Edmundo O’Gorman’, dans Homenaje a Edmundo O’Gorman, Mexico: U (...)

19Abelardo Villegas observe qu’en réalité la réflexion menée par O’Gorman explique seulement « l’être géographique de l’Amérique, et ne dédie que quelques pages à l’être historique »18. Mais à partir d’un autre point de vue, on ne peut que s’accorder sur le fait que l’Amérique est un être ou un phénomène « imprévu et imprévisible », qui s’affiche d’un coup « au sein d’une image du monde déterminée, étroite, archaïque » et qui, « au moment de devenir lui-même, opère comme un dissolvant de l’ancienne structure, et se constitue comme le catalyseur qui provoque une conception du monde nouvelle et dynamique, beaucoup plus ample et généreuse ». O’Gorman en conclut, de façon lapidaire, que si l’intention de Colomb avait été la découverte de l’Amérique, sa traversée ne serait que la démonstration de l’existence de cet être dont on n’avait aucune nouvelle ; et pourtant, lorsque l’on affirme que « Colomb a découvert l’Amérique », on n’affirme par là aucun fait, mais uniquement une interprétation a posteriori.

20L’importance de son apport théorique réside dans le fait d’avoir présenté la subtilité de considérer l’interprétation historique comme un fait historique en lui-même. Considération que peu d’historiens, même en suivant la même analyse, ont poussé à un tel niveau :

  • 19 Edmundo O’Gorman, La invención de América, p. 17. « En efecto, como toda interpretación responde a (...)

… toute interprétation répond à une exigence préalable, d’où elle tire sa véracité, (…) si cette exigence conduit à l’absurde, (…) elle doit être rejetée pour une autre plus satisfaisante19.

21L’interprétation est un acte conscient conférant une intention à l’acte d’un agent. En lui-même, un acte est un événement dépourvu de sens, dont on ne peut affirmer l’existence jusqu’à ce que l’on se montre capable d’en déterminer l’intention. L’attribution d’une signification à un acte nécessite un agent capable d’avoir des intentions.

  • 20 Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir, Primera parte, Segundo Capítulo, Segundo apartado, p. 60.

22Si dans l’Invención de América et dans d’autres œuvres plus tardives, O’Gorman plaque ce schéma critique sur un fait historique spécifique, il l’avait déjà appliqué dans la théorie générale. En 1947, dans son Crisis y porvenir de la ciencia histórica, influencé par la philosophie de Heidegger, il examine la question du caractère scientifique de l’histoire et formule une âpre critique de la méthodologie ou « technique pour estimer la valeur probatoire des documents » de Léopold von Ranke20. Les interprétations positivistes des textes ne peuvent offrir que de pauvres analyses, dans la mesure où elles entraînent

  • 21 Edmundo O’Gorman, Cuatro historiadores de Indias, p. 123.

la pernicieuse habitude d’avoir recours aux sources historiques, non pour comprendre ce qu’elles signifiaient à leur époque, mais pour bénéficier d’elles comme des chantiers de données sur les évènements du passé. L’attitude prédominante des érudits du XIXe siècle, à l’égard des sources historiques, qui consiste en un saccage de données et de notices à profiter, a donné comme résultat l’élaboration d’un type d’histoire qu’il est, aujourd’hui, indispensable de dépasser21.

  • 22 «… la falta capital incurrida consiste en recibir todo como cosa hecha y nunca hacer tema expreso (...)

23Cela n’est que le reflet de la grave faute consistant « à tout recevoir comme fait accompli et ne jamais se poser la question autour de l’histoire de l’histoire, de notre accès au monde vivant des morts »22.

  • 23 « Elevando el principio lógico de la no contradicción a criterio de evidencia de la realidad ». Ed (...)

24O’Gorman signale que la méthode rankéenne est confrontée au problème de l’évaluation des contradictions internes des documents. En effet, il est aisé et commun de détecter des contradictions au sein d’un même texte, ainsi que dans l’ensemble des œuvres d’un même auteur. La méthode rankéenne les considère comme des « erreurs ». Cette opération, affirme O’Gorman, consiste, au fond, en l’« élévation du principe logique de non-contradiction en critère d’évidence de la réalité »23.

  • 24 Ibid., p. 70–71.
  • 25 Ibid., p. 107.

25Il revient ainsi à l’historien, toujours dans une perspective rankéenne, de décider entre les contradictions et les erreurs des documents et, en conséquence, aussi l’élimination des décisions arbitraires dans le passé. Toutefois, O’Gorman signale, non sans ironie, que la décision d’employer le principe de non-contradiction constitue elle-même une décision arbitraire, et seuls les historiens qui se servent de cette méthodologie ne perçoivent pas l’arbitraire, mais plutôt une nécessité24. La méthodologie se révélerait la seule capable de déterminer le passé : la méthode fixe la formation de l’être du passé25.

4. Conclusion

26Pendant longtemps, l’historien a privilégié les textes comme source et comme preuve. On omet volontiers que les textes constituent des unités complexes en elles-mêmes. La critique o’gormanienne préconise de prêter attention au document et non à l’information que l’on obtient de lui. Il apparaît donc nécessaire de découvrir les concepts et les éléments à la base de la structure soutenue par le document.

  • 26 Ibid., p. 74. « Para la escuela científica, el testimonio no es una vía de acceso a la realidad de (...)

27L’école de Ranke qui, selon O’Gorman, se fait appeler « scientifique » pour des raisons erronées, affirme que le passé se situe dans « les faits véritables », c’est-à-dire, dans « l’ensemble des témoignages historiques ». Ceci constitue un des problèmes majeurs de Ranke : l’objectivation du passé débouche sur la chosification de celui-ci : « pour l’école scientifique, le témoignage n’est pas une voie d’accès à la réalité de notre passé, le passé comme un existant, mais il s’agit de choses matérielles dont la ‘vérité’ est décrétée en accord avec les mandats de la règle de la certitude spatio-temporelle et du principe de non-contradiction »26.

28Le passé est chosifié à travers l’affirmation du présent comme l’unique, l’authentique, le vrai. Cette chosification a comme conséquence l’éloignement de l’homme de son propre passé, car substantiellement différent à lui-même :

  • 27 Ibid., p. 115.

L’homme moderne a choisi, en suivant le parcours que lui offrait la science du monde physique, le parti de nier pleinement son historicité, tout en déclarant que le passé lui est étranger, qu’il s’agit d’une chose, en résumé, qu’il n’a pas ni ne pourra avoir aucune influence sur sa vie27.

  • 28 Ibid., p. 115.

29Cette critique dénonce au fond la conception d’une nature fixe dans l’être humain ; une nature « également fixe, préalable et abstraite »28.

  • 29 Ibid., p. 255.
  • 30 Ibid., p. 142.
  • 31 Ibid., p. 193, 195.

30En réalité, la carence principale de la méthode positiviste réside dans sa tendance à attribuer un sens unique aux sources et aux preuves. L’agent capable de donner une intention au document n’est présent que pour affirmer l’existence du sens des preuves. Plus loin encore, il existe toujours une tentation de trouver « la vérité » dans les objets, comme s’il s’agissait de boîtes de Pandore renfermant un trésor caché29. Le passé n’aurait pas de sens jusqu’à ce qu’il arrête de servir « notre sollicitation de profit »30. Il cessera de constituer un outil et deviendra de la science, car on le connaîtra « en-tant-que-tel », et non plus en tant qu’outil. Il commencera à faire partie de « notre » monde pour enfin devenir notre passé31.

  • 32 Ibid., p. 143.
  • 33 Ibid., p. 210. O’Gorman affirme : « … para Heidegger, el verdadero fin del conocimiento histórico, (...)

31C’est là qu’entre en jeu le dialogue entre disciplines évoqué plus tôt : d’après O’Gorman, l’« activité réflexive et d’enquête » qui sert à des fins démonstratives consiste à « avoir recours à des témoins, pratiquer des enquête documentaires …, exploiter la mémoire des anciens, interpréter le sens d’un mythe, percer un symbole religieux »32. Cette enquête n’est pas autre chose que la recherche des textes et de leur signification. Au contraire de la thèse positiviste, où l’objet est déterminé par sa propre existence détachée du reste de la réalité, l’historicité doit être « montrée » comme « la capacité d’engendrer l’histoire » : capacité réservée au sujet, c’est-à-dire à l’homme33. Et au contraire du positivisme, l’histoire ne se réduit pas aux traces du passé : les narrations, les témoignages, les papiers, les monuments, les dépouilles, le monde des choses.

  • 34 Ibid., p. 258.

32Au contraire, le caractère historique des évènements est défini par l’homme, non par les choses. Les preuves, en conséquence, ne peuvent rien dire sur elles-mêmes, mais sur l’homme. Dans le récit historiographique positiviste, le discours se construit autour des objets. Pour O’Gorman, sources et preuves ne peuvent renfermer la vérité historique ; elles sont des « intermédiaires et des voies d’accès qui nous mettent en contact avec ce dont elles parlent et témoignent »34. Il paraît donc nécessaire de saisir que la réalité historique n’est accessible qu’à travers la compréhension du sens donné par l’homme – l’historien – aux intermédiaires – les sources et les preuves. Les preuves acquièrent donc le sens de l’interprétation historique.

Haut de page

Bibliographie

Diccionario de la lengua española. Versión en línea http://buscon.rae.es

Ginzburg, Carlo, Rapporti di forza: storia, retorica, prova, Milan: Feltrinelli, Campi del sapere. Culture, 2001

---, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, trad. par Jean-Pierre Bardos, Paris: Gallimard, Le Seuil, Hautes études, 2000

Lira González, Andrés, ‘Historia constitucional de México en la obra de Edmundo O’Gorman’, Memorias de la Academia Mexicana de la Historia, correspondiente de la Real de Madrid, XLIX (2007), p. 93–114

O’Gorman, Edmundo, Crisis y porvenir de la ciencia histórica, Mexico: UNAM, Imprenta Universitaria, 1947

---, Cuatro historiadores de Indias, siglo XVI: Pedro Mártir de Anglería, Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Fray Bartolomé de las Casas, Joseph de Acosta, Mexico: Alianza Editorial Mexicana, Los Noventa, 25, 1990

---, Historia de las divisiones territoriales de México, 5e éd., Mexico: Porrúa, Sepan cuantos, 45, 1973

---, La invención de América. Investigación de la estructura histórica del nuevo mundo y del sentido de su devenir, Mexico: Fondo de Cultura Económica, Colección Tierra Firme, 1993

---, La supervivencia política novo-hispana. Reflexiones sobre el monarquismo mexicano, Mexico: Fundación Cultural de Condumex, 1969

Villegas, Abelardo, ‘La invención de Edmundo O’Gorman’, dans Homenaje a Edmundo O’Gorman, Mexico: UNAM, Facultad de Filosofía y Letras, 2001

Haut de page

Notes

1 Sur l’ampleur et l’importance de l’histoire constitutionnelle du Mexique dans l’œuvre d’Edmundo O’Gorman, outre sa participation dans ce même colloque, voir l’essai d’Andrés Lira González, ‘Historia constitucional de México en la obra de Edmundo O’Gorman’, Memorias de la Academia Mexicana de la Historia, correspondiente de la Real de Madrid, XLIX, 2007, p. 93–114.

2 Edmundo O’Gorman, La supervivencia política novo-hispana. Reflexiones sobre el monarquismo mexicano, Mexico: Fundación Cultural de Condumex, 1969.

3 Edmundo O’Gorman, La invención de América. Investigación de la estructura histórica del nuevo mundo y del sentido de su devenir, Mexico: Fondo de Cultura Económica, Colección Tierra Firme, 1993.

4 ‘Insomnio’, Diccionario de la lengua española. Versión en línea http://buscon.rae.es. « Insomnio: (Del lat. insomnium). m. Vigilia, falta de sueño a la hora de dormir ». Consulté le 1er novembre 2011.

5 ‘Vigilia’, Diccionario de la lengua española. Versión en línea http://buscon.rae.es. « Vigilia. (Del lat. vigilia. 2. f. Trabajo intelectual, especialmente el que se ejecuta de noche ». Consulté le 1er novembre 2011.

6 Edmundo O’Gorman, Historia de las divisiones territoriales de México, Sepan cuántos, 45, 5e éd : Mexico: Porrúa, 1973.

7 « El ser – no la existencia – de las cosas no es sino el sentido o significación que se les atribuye dentro del amplio marco de la imagen de la realidad vigente en un momento dado (...), el ser de las cosas no es algo que ellas tengan de por sí, sino algo que se les concede u otorga ». Edmundo O’Gorman, La invención de América, p. 48.

8 « Tan es una posibilidad histórica real lo que hizo Vespucio, como lo que la historiografía ha hecho con lo que Vespucio hizo ». Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir de la ciencia histórica, Mexico: UNAM, Imprenta Universitaria, 1947, p. 15.

9 « Al obrar así, seguí la tradición de nuestros compiladores de leyes que, ignorando la legislación imperial, no interrumpen la secuencia de la republicana », Edmundo O’Gorman, Historia de las divisiones territoriales de México, p. xvii.

10 « La legislación imperial no ha sido estudiada, que yo sepa, con la atención que merece; en muchos aspectos aventaja sin discusión a la republicana en la que se hace sentir tanto el odio político y los partidarismos. Pero no sólo por mayor serenidad se distingue la legislación imperial, sino por su tendencia científica, que si bien es cierto trató de imponer ciertas ideas europeas demasiado extrañas por entonces, también lo es que, haciendo honor a aquellos legisladores, intentó de buena fe desarraigar crónicos males de la administración pública heredados en tantos años de revoluciones egoístas. En materia de división de territorio, ... al colapso del gobierno monárquico, el de la República triunfante anuló de una plumada, sin más razones que el odio, la organización territorial del Imperio, única que merece esa designación ».Edmundo O’Gorman, Historia de las divisiones territoriales de México, p. 163.

11 Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir, p. 23.

12 Ibid., p. 23–ss.

13 Carlo Ginzburg, Rapporti di forza: storia, retorica, prova, Milan: Feltrinelli, Campi del sapere. Culture, 2001. Nous nous servons de la traduction française : Carlo Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, trad. Jean-Pierre Bardos, Paris : Gallimard, Le Seuil, Hautes études, 2000.

14 L’« Introduzione » et les chapitres « Ancora su Aristote e la storia » et « Lorenzo Valla su la donazione di Constantino ». Carlo Ginzburg, Rapports de force, p. 13–42, 43–56 et 56–70.

15 Ibid., p. 50.

16 Ibid., p. 95.

17 Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir, p. 258.

18 Abelardo Villegas, ‘La invención de Edmundo O’Gorman’, dans Homenaje a Edmundo O’Gorman, Mexico: UNAM, Facultad de Filosofía y Letras, 2001, p. 123.

19 Edmundo O’Gorman, La invención de América, p. 17. « En efecto, como toda interpretación responde a una exigencia previa, que es de donde depende su verdad, el problema se reduce a examinar si dicha exigencia conduce o no a un absurdo, porque es claro que de ser así se debe rechazar la interpretación para substituirla por otra más satisfactoria ».

20 Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir, Primera parte, Segundo Capítulo, Segundo apartado, p. 60.

21 Edmundo O’Gorman, Cuatro historiadores de Indias, p. 123.

22 «… la falta capital incurrida consiste en recibir todo como cosa hecha y nunca hacer tema expreso de la historia de la historia, nuestra vía de acceso al mundo vivo de los muertos ». Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir, p. 13.

23 « Elevando el principio lógico de la no contradicción a criterio de evidencia de la realidad ». Edmundo O’Gorman, Crisis y porvenir, p. 70.

24 Ibid., p. 70–71.

25 Ibid., p. 107.

26 Ibid., p. 74. « Para la escuela científica, el testimonio no es una vía de acceso a la realidad de nuestro pasado, como un existente, sino unas cosas materiales cuya “verdad” se decreta conforme a los mandatos de la regla de la certidumbre espacio-temporal y del principio de la no contradicción ».

27 Ibid., p. 115.

28 Ibid., p. 115.

29 Ibid., p. 255.

30 Ibid., p. 142.

31 Ibid., p. 193, 195.

32 Ibid., p. 143.

33 Ibid., p. 210. O’Gorman affirme : « … para Heidegger, el verdadero fin del conocimiento histórico, como no podía ser de otro modo, es revelarle a la existencia su verdadera historicidad al mostrar las posibilidades reales elegidas por las existencias que fueron (los llamados hechos históricos; lo que “ha sido” y que sigue siendo a su manera) distinguiendo en ellas lo único y lo que se repite (libertad y herencia) ».

34 Ibid., p. 258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Avilés Flores, « L’Insomnie d’Edmundo O'Gorman : Récit, preuve et historiographie », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/63394 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.63394

Haut de page

Auteur

Pablo Avilés Flores

École des hautes études en sciences sociales
paviles@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page