Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2012João Paulo Pimenta, Estado y naci...

2012

João Paulo Pimenta, Estado y nación hacia el final de los imperios ibéricos. Río de la Plata y Brasil, 1808 – 1828, Buenos Aires, Sudamericana, col. Historia argentina, 2011, 409 p.

Félix Landry

Texte intégral

  • 1  La – vaste – bibliographie de l’ouvrage a cependant été actualisée pour prendre en compte les trav (...)
  • 2  Cf. notre compte-rendu de José Carlos Chiaramonte, Fundamentos intelectuales y políticos de las in (...)

1Cet ouvrage est le fruit d’un mémoire de master, soutenu en 1999 et publié pour la première fois en portugais en 2002. Ce décalage d’une décennie entre première publication et traduction en langue espagnole doit être pris en compte dans l’insertion historiographique du travail de J. Pimenta : bien qu’encore pleinement en vigueur de nos jours, le paradigme dans lequel il s’inscrit apparaît sans doute moins novateur qu’au moment où la recherche a été conduite1. Il s’agit, pour l’essentiel, de critiquer ou « déconstruire » les postulats d’une histoire-patrie téléologique voyant dans le processus aboutissant aux indépendances des États ibéro-américains, dans le premier quart du XIXème siècle, le fruit d’une construction antérieure d’identités nationales. Dans le sillage d’historiens tels que l’Argentin José Carlos Chiaramonte2 ou le Brésilien Fernando Novais, J. Pimenta envisage la période de l’indépendance comme un processus non linéaire ni d’issue fixée d’avance, dont les États-nations comme l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil sont un résultat contingent, et encore inachevé à la fin des années 1820.

2En questionnant la formation des nationalités dans la région du Río de la Plata, l’auteur entend contribuer à combler un vide historiographique, la plupart des travaux canoniques sur l’émergence du phénomène national – ceux d’Ernest Gellner, Eric Hobsbawm, Miroslav Hroch ou Anthony Smith, à l’exception cependant critiquable du Benedict Anderson d’Imagined Communities, ne prenant que peu ou pas en compte l’Amérique ibérique. Celle-ci apparaît pourtant comme une région pionnière dans la construction d’États-nations à partir des ruines de l’Ancien Régime ; il convient à cet égard de remarquer que, si les travaux entendant embrasser dans son ensemble le phénomène de la construction des nationalités ont peu étudié les Amériques ibériques, ce phénomène a en revanche été abondamment traité depuis deux ou trois décennies aux Amériques. Il n’est pas évident, en dépit de sa valeur intrinsèque, que l’ouvrage de J. Pimenta jouisse d’une meilleure considération que ses devanciers dans le paysage historiographique mondial, encore qu’une publication dans une seconde langue soit déjà un progrès.

3L’auteur entend, suivant ses propres termes, étudier la « transformation structurelle des entités politiques comme associée à et déterminée par un changement aussi radical des formes de référence et d’identification collectives » (p. 16-17). Pour ce faire, il analyse le vocabulaire de l’identification politique, de l’appartenance collective et de la territorialité dans la presse de Buenos Aires, Montevideo et Rio de Janeiro, ainsi que le Correio brasiliense publié à Londres, entre 1808 et 1828. La borne de départ correspond au double événement des abdications de Bayonne, abolissant l’autorité de la monarchie hispanique, et de l’installation de la cour portugaise au Brésil, faisant de Rio de Janeiro une capitale d’empire. L’ouvrage se clôt sur la fin de la guerre entre l’empire du Brésil indépendant et l’éphémère « République argentine » rivadavienne, soldée par la dissolution politique de celle-ci et l’indépendance imprévue de l’Uruguay.

4La démarche retenue consiste à articuler le récit des événements – guerre d’indépendance rio-platine, formation d’entités politiques héritières de la souveraineté d’Ancien Régime, transformation du Brésil en royaume appartenant au domaine portugais puis en empire indépendant – avec l’analyse du vocabulaire employé dans la presse écrite, alors en plein essor, pour faire l’écho des projets concurrents de construction nationale en cours de mise en œuvre. La presse est ainsi envisagée à la fois comme productrice de « communauté imaginée », comme instrument de la politique factieuse – sans que l’étendue de son efficacité ni le profil social de son lectorat ne soit abordés si ce n’est sommairement – et comme révélatrice de l’existence de projets divers et contradictoires, dont l’issue aurait pu être autre. Bien que l’usage somme toute ambigu de la presse à la fois comme source d’une histoire des représentations de la nationalité et du territoire, et comme instrument de lutte politique ou plus largement comme fait social, ne soit pas entièrement convainquant, l’ouvrage peut être lu avec profit aussi bien comme synthèse du processus de dissolution des Anciens Régimes rio-platins et de ré-agglomération politique postérieure, que comme relevé des représentations véhiculées par la presse politique naissante.

5Après une première partie consacrée à la « déconstruction » du « mythe des origines » contaminant l’histoire patrie-téléologique (chap. I), et à l’affirmation du contraste entre souveraineté patrimoniale d’Ancien Régime et territorialité étatique moderne (chap. II), l’ouvrage procède à la « reconstruction » d’un espace régional souvent artificiellement scindé par l’historiographie en deux domaines, l’espagnol et le portugais (chap. III à VI). Bien que différents, les processus de construction nationale argentin, brésilien et en définitive uruguayen sont parallèles, et solidement noués les uns aux autres par l’histoire du soulèvement artiguiste des années 1810, puis celle de la guerre de 1825 – 1828. Cette dernière, guerre territoriale entre États, apparaît paradoxalement à la fois comme catalyseur de la cristallisation d’identifications collectives nationales véhiculées par la presse durant le conflit, et comme l’origine de l’effondrement du projet rivadavien d’unification nationale argentine, laquelle n’intervient en réalité que bien plus tard, à partir des années 1860. La guerre contre l’empire du Brésil se trouve ainsi promue au tout premier rang de l’expérience politique « unitarienne », ce qui ne manque pas d’ouvrir des perspectives à l’histoire politique argentine de la période qui, tout en cessant d’être téléologique, n’a pas toujours cessé ces derniers temps d’être nationale. Bien que moins évidente, l’importance de la guerre dans la construction nationale brésilienne – et sa mise en difficulté culminant dans l’abdication de l’empereur Pedro Ier en 1831, est également affirmée.

6Bien que tout à fait stimulant, notamment de par son approche régionale par-delà les habituels clivages nationaux ou linguistiques, l’ensemble laisse en revanche le lecteur sur sa faim quant aux dimensions socioéconomiques des phénomènes étudiés. Sans remettre en cause la légitimité d’une approche centrée sur la production d’identifications collectives par la circulation de la presse écrite, ou sur les représentations d’un phénomène comme l’esclavage tardif et ses utilisations politiques, la synthèse offerte aurait pu être enrichie par une prise en compte plus détaillée des structures socioéconomiques et de leur transformation, profonde, par deux décennies de sortie – incomplète – d’Ancien Régime. On aurait, ainsi, souhaité en savoir plus sur la composition sociale des soutiens aux différents projets nationaux, ou sur l’éventuelle continuité sociale entre appartenance au soulèvement artiguiste et résistance à l’intégration de la Bande orientale à l’empire brésilien. En dépit de cette faiblesse relative, compensée par une abondante bibliographie dont les approches plus socioéconomiques ne sont pas absentes, on ne peut que se réjouir de la publication destinée à un public non exclusivement académique, dans la collection « Historia argentina » de l’Editorial Sudamericana, d’un ouvrage associant aussi étroitement les premiers pas des histoires nationales argentine, uruguayenne et brésilienne.

Haut de page

Notes

1  La – vaste – bibliographie de l’ouvrage a cependant été actualisée pour prendre en compte les travaux les plus récents, sans apparemment modifier en profondeur l’interprétation proposée.

2  Cf. notre compte-rendu de José Carlos Chiaramonte, Fundamentos intelectuales y políticos de las independencias: notas para una nueva historia intelectual de Iberoamérica, Buenos Aires: Teseo, 2010, 198 p. : http://nuevomundo.revues.org/61535.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Landry, « João Paulo Pimenta, Estado y nación hacia el final de los imperios ibéricos. Río de la Plata y Brasil, 1808 – 1828, Buenos Aires, Sudamericana, col. Historia argentina, 2011, 409 p. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/63626 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.63626

Haut de page

Auteur

Félix Landry

Doctorant au CERMA (EHESS)
felix.landry@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search