Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2012Enrique Fernández Domingo, El nac...

Félix Landry

Enrique Fernández Domingo, El nacimiento de la cultura política de la nación en el Río de la Plata y Chile (1808 – 1818), Saragosse : Institución « Fernando el Católico » (C.S.I.C.), 2011, 330 p.

[11/07/2012]

Texte intégral

1Au sein de l’abondante production historiographique concernant les indépendances hispano-américaines et la construction des nationalités contemporaines sur les ruines de l’Ancien Régime, dans le premier quart du XIXème siècle, la question de l’échelle d’observation retenue demeure problématique. Il est en effet difficile d’échapper, soit à des généralisations sur l’ensemble de l’Amérique espagnole qui, tout en étant éventuellement pertinentes, gomment les spécificités des différents processus conduisant aux indépendances, soit aux cadres nationaux classiques desquels dont on cherche précisément à s’extraire par refus de la téléologie, soit enfin à un localisme dont l’étroitesse n’est pas forcément facile à inscrire dans le « monde atlantique » et l’ « âge des révolutions », qui servent presque invariablement de cadre macro à ces travaux. L’histoire comparée offre une sortie possible à ce dilemme, comme le montre l’ouvrage d’Enrique Fernández Domingo, qui traite à la fois de la capitainerie générale du Chili et de la vice-royauté du Río de la Plata puis de leur cheminement jusqu’aux indépendances de 1818 et 1816 ; il s’agit donc de deux espaces liés mais distincts, connectés mais comparables, couvrant un vaste espace géographique.

2L’ouvrage, d’une manière assez classique dans la production actuelle mais avec une remarquable clarté, entend rendre compte de la construction discursive et, indirectement, sociale – par l’intermédiaire de l’usage et du contexte social de production du discours – de l’idée de nation – plutôt que, par exemple, de la « nation argentine » en soi, au fil de la période révolutionnaire, et en lien avec l’évolution décelable de la culture politique et de ses supports, écrits notamment. Mêlant érudition « locale » et références à divers travaux de sciences sociales ainsi qu’à plusieurs débats historiographiques majeurs des deux dernières décennies, notamment sur l’ « histoire atlantique » et les renouveaux liés des histoires culturelle et politique, le travail d’E. Fernández Domingo compte parmi ses principaux points forts l’appui sur une démarche réflexive quant à l’approche historiographique choisie.

3L’auteur, dans le sillage de François-Xavier Guerra et d’Annick Lempérière, voit parmi les conséquences en Amérique de 1808 – invasion napoléonienne de l’Espagne et abdications de Bayonne – l’irruption brutale de la politique moderne, y compris dans des secteurs sociaux ruraux ou subalternes, et l’ouverture d’un processus violent de construction de nouvelles formes de légitimité et de représentation politique ainsi que d’identification collective. L’ouvrage s’appuie sur une étude du vocabulaire politique, principalement autour de la triade des termes « nation », « patrie » et « peuple(s) » – pueblo(s) – comme produits culturel, et émet l’hypothèse suivant laquelle c’est autour de la « nation » que se cristallise la nouvelle culture politique issue des révolutions et de la guerre civile, non pas des nationalités particulières avec leurs « caractères », encore en cours de formation à la fin des années 1810, mais la centralité de l’idée de nation. Celle-ci apparaît, dans le discours des élites, comme le nouveau sujet de la souveraineté, l’ensemble des citoyens formant par leur souveraineté collective un État qui en est l’expression politique. C’est pour l’essentiel une construction « d’en haut », mais qui ne peut être comprise qu’en prenant aussi en compte les attentes et réactions « d’en bas », des secteurs sociaux subalternes.

4L’identité, définie comme appartenance ressentie – multiple et discontinue – à une collectivité, structure subjective de la représentation de soi forgée par l’interaction avec autrui, la désignation de l’ « autre » et la formulation de récits, est au centre du propos, et apparaît profondément renouvelée au cours de la décennie étudiée par l’irruption de formes nouvelles de socialisation politique, dont l’affrontement armé. En s’appuyant sur la notion d’expérience – participation de l’individu à l’action sociale et collective – et sur l’analyse des discours et de leurs modalités de diffusion, l’auteur entend enraciner l’étude de la mutation des formes d’identification dans une histoire sociale des intérêts particuliers et des groupes détenteurs de pouvoir. L’essor de l’idée de nation est ainsi perçu comme une appréhension discursive de la réalité, construite et structurée socialement, laquelle régénère la culture politique héritée de la fin de la période coloniale, soit l’ensemble des connaissances, pratiques, aptitudes et symboles relevant du champ politique.

5La nation émerge, comme pierre angulaire d’une nouvelle culture politique, dans le cadre d’une lente transition, non linéaire, entre un ordre politique corporatif, casuiste et pactiste, d’Ancien Régime, à un ordre individualiste, codifié et contractualiste, moderne. Il ne s’agit pas d’un phénomène qui se produirait en vase clos aux Amériques, mais bien d’une facette d’une « histoire atlantique » polarisée, entre autres, par le premier libéralisme espagnol, la constitution de Cadix de 1812 et leur réception outre-Atlantique, ainsi bien sûr que par les transformations de l’ « âge des révolutions » dans leur ensemble. La diffusion de l’idée de nation construite au sein des élites politiques au reste de la société n’est pas une évidence, et l’histoire de ses réappropriations ou rejets par les autres secteurs de la société nourrit l’interprétation ici proposée du processus révolutionnaire.

6Pour l’auteur, s’il est impossible de déceler dans les dernières décennies du XVIIIème siècle la formation de « sentiments nationaux » chilien ou argentin, il est en revanche pertinent d’étudier la manière dont les représentations – négatives et désormais souvent explicitement « coloniales » – des Amériques, véhiculées par le discours des Lumières, sont reçues et critiquées à Buenos Aires ou à Santiago, donnant lieu dès avant les événements de 1808 à une réélaboration critique de l’être « américain » comme de l’appartenance à une communauté hispanique intercontinentale. Si ce phénomène semble de portée générale, une première divergence se fait jour entre Río de la Plata et Chili autour de l’effet non anticipé des invasions anglaises de 1806 et 1807 à Buenos Aires et à Montevideo, dont l’échec est dû principalement à la réaction de forces locales de défense, laquelle se traduit par une plus grande participation d’acteurs locaux, y compris subalternes, au jeu politique.

7C’est dans cette expérience précoce qu’il faudrait chercher l’origine de l’indépendantisme également précoce d’une partie des élites rio-platines, autant si ce n’est plus que dans le supposé « progressisme » exacerbé de Buenos Aires l’atlantique, image construite par le nationalisme argentin à partir de la fin des années 1830. Par la suite, à partir de 1808, la mise en récit locale de la crise de la monarchie hispanique accélère la diffusion d’une perception de son effondrement, nourrissant le discours politique favorable au moins à une autonomie aux contours géographiques flous, mais dont la poursuite échappe rapidement au seul domaine du discours. La nation, des deux côtés de la cordillère, en sera la résultante plus ou moins largement acceptée, sans en avoir été la cause.

8Cependant, le phénomène ne se produit pas de manière identique au Río de la Plata et au Chili, la politisation autonome de vastes secteurs de la société autour de la nouvelle culture « de la nation » plutôt que « nationale » demeurant plus réduite au Chili, où apparaissent également plus faibles les forces centrifuges à l’intérieur de l’espace régional. Ce contraste dans la dimension sociale de la révolution, bien que celle-ci produise une « rupture mentale » conceptuellement comparable de part et d’autre du Cône Sud, aboutit à la formation, sociale et discursive, de « sujets politiques » distincts, et d’idées distinctes de la nation dans leurs rapports à l’espace et au territoire notamment, tout en partageant des traits communs dont l’exclusion de la population indigène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Landry, « Enrique Fernández Domingo, El nacimiento de la cultura política de la nación en el Río de la Plata y Chile (1808 – 1818), Saragosse : Institución « Fernando el Católico » (C.S.I.C.), 2011, 330 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/63636 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.63636

Haut de page

Auteur

Félix Landry

Doctorant au CERMA (EHESS)
felix.landry@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search