Navigation – Plan du site
Emmanuelle Barozet et Consuelo Biskupovic

Pluralité et territoires dans les espaces publics au Chili : Réflexions sur une action collective située1

[26/09/2012]

Résumés

Cet article s’interroge – de manière théorique mais aussi grâce à des observations menées sur le terrain – sur comment des collectifs citoyens de classes moyennes ont émergé à Santiago du Chili au cours des deux dernières décennies, pour défendre des quartiers spécifiques. Grâce à cette action collective ancrée, les habitants redéfinissent leurs espaces locaux et reconfigurent différentes catégories qui les concernent, telles que celles de citoyen et de participation sociale. Les habitants vont donc porter les controverses sur l’espace public dans différentes arènes, en mettant au centre des débats les notions de quartier et d’environnement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une version antérieure de cet article a été présentée lors du colloque « S’engager dans les espaces (...)
  • 2 Pour une synthèse non exhaustive mais très pertinente sur la notion d’espace au sein des études sur (...)
  • 3 Voir à ce sujet Ana Guevara et Fabien Le Bonniec, « Wallmapu, terre de conflits et de réunification (...)
  • 4 Enrique Antileo, Mapuche santiaguinos : posiciones y discusiones del movimiento mapuche en torno al (...)

1Depuis les années 1990, plusieurs mouvements de défense d’espaces naturels et de quartiers – barrios – ont émergés au Chili. Ces processus d’action collective sont menés par des groupes locaux qui mettent en exergue les spécificités des quartiers qu’ils veulent protéger. Ces mobilisations se distinguent d’autres formes de contestations à l’heure actuelle, parce ce qu’elles sont délimitées, et consacrées à des espaces spécifiques2 et ne font pas appel à de grandes notions politiques comme les manifestations propres de l’époque de la dictature (1973-1990). Par ailleurs, elles se différencient d’autres mobilisations territoriales telles que celles des indiens et métisses mapuche3 au Chili, dont les revendications, beaucoup plus anciennes, impliquent la restitution de droits indigènes, des terres et des ressources ancestrales4.

  • 5 Auyero, Ibid., p. 124.
  • 6 Nous présenterons ici les résultats de la thèse doctorale de Consuelo Biskupovic, ainsi que des pro (...)
  • 7 Christelle Gramaglia, « La mise en cause environnementale comme principe d’association. Casuistique (...)

2A partir de la question de comment, au cours des mobilisations sociales pour protéger certains sites naturels ou patrimoniaux, l’espace devient l’enjeu même de la contestation5, nous aborderons deux exemples dans cet article : une forêt dans le piedmont de la Cordillère des Andes, dans la périphérie de Santiago, et les quartiers historiques du centre ville6. Nous nous sommes interrogées sur comment l’espace peut avoir une influence sur certains types de mobilisations sociales, pouvant ainsi donner lieu à des formes particulières d’identité et d’action. L’objectif consiste à analyser comment les acteurs locaux se mobilisent et ancrent leurs mobilisations dans l’espace local, tout en ayant recours à des projets locaux. Cependant, la dimension spatiale est loin d’être une unité à part, autonome : elle intègre une pluralité d’aspects qui sont revendiqués par les acteurs mobilisés et fait donc partie du processus de définition identitaire et de contestation sociale et politique des mouvements en question. En ce qui concerne les cas que nous étudions ici, la dimension spatiale se mêle, par exemple, aux dénonciations d’injustices et aux revendications pour plus de participation vis-à-vis des changements qui ont lieu dans les quartiers. Dans ce cadre, les espaces ne sont pas uniquement les supports de l’action collective, là où se déroulent les confrontations entre acteurs ou les manifestations, mais ils deviennent, grâce à la contestation, des motifs d’identification et de revendication symbolique et sociale7.

  • 8 Pour une réflexion pertinente sur la différence entre « environnement » et « nature » voir Phillipe (...)
  • 9 Auyero, op. cit.
  • 10 Consuelo Biskupovic, « Acción colectiva en espacios cerrados », Polis, 2011, [en ligne], Santiago, (...)
  • 11 Emmanuelle Barozet, Vicente Espinoza, « Que sont les classes sociales devenues ? Stratification, in (...)

3Dans un premier temps, nous présenterons la façon dont le problème de l’espace public s’insère dans notre réflexion. Nous verrons ensuite pourquoi ces mouvements sont portés au Chili par les classes moyennes, afin de comprendre comment les notions d’environnement8 et de quartier sont transformées au cours de l’action collective. Finalement, nous avancerons l’idée selon laquelle ces collectifs, qui considèrent l’espace en termes d’une action collective dans et par cet espace controversé9, créent de nouvelles formes de contestation et de participation sociale et politique. Nous présentons dans cet article les grands traits et les points communs d’un ensemble de collectifs que nous avons observés ces dernières années dans un double but : d’une part, nous avons voulu rendre compte des modes de fonctionnement de ces collectifs, et d’autre part des raisons pour lesquelles les habitants se mobilisent10. Finalement, nous souhaitons rendre compte du contexte particulier des classes moyennes11 et de leurs formes d’action collective, du fait qu’il s’agit du groupe social qui concentre au cours des dernières années les principaux espaces de mobilisation au Chili.

1) Action collective et espaces publics au Chili

a) Privatisation et espaces publics dans le contexte chilien

  • 12 Jürgen Habermas, The Structural Transformation of the Public Sphere: An Inquiry into a category of (...)
  • 13 Richard Sennett, The Fall of the Public Man, Norton, New York, 1974.

4Comme l’ont signalé Habermas12 et Sennett13, toute réflexion sur l’espace public, que nous définirons initialement comme les lieux et les espaces de construction de la citoyenneté, doit être contextualisée. Il est donc important de rappeler brièvement le contexte politique et social dans lequel s’inscrit notre réflexion. Le Chili est sans doute l’un des pays d’Amérique Latine qui possède la plus longue tradition républicaine et sa classe politique souligne souvent que la dictature du général Pinochet (1973-1990) ne reflète pas la totalité de l’histoire de ce pays depuis son indépendance au début du XIXe siècle. Toutefois, les espaces démocratiques ont été longs à s’installer, dans un système hiérarchique et inégalitaire. Ce n’est qu’au milieu du XXe siècle qu'une réelle pression pour l’expansion des droits et des espaces publics se fait jour. Les trois années de l’Unité Populaire sous Allende (1970-1973) marquent une phase de radicalisation des demandes populaires et des classes moyennes, mais la dictature qui s’ensuit, la plus longue de cette période en Amérique Latine, impose un changement brusque, dont le pays, après vingt ans de transition démocratique, n’a pas encore effacé les souvenirs.

5De cette histoire récente, il est intéressant de rappeler que les espaces publics ont été brutalement fermés et ce repli doit être compris selon une double modalité. D’une part, le reflux vers les espaces privés – la famille et les amis – en dictature est une forme évidente de protection des personnes. Les frontières entre privé et public ne sont donc pas les mêmes que dans des espaces démocratiques. D’autre part, ce repli est doublé de la privatisation d’une grande partie de l’économie, et d’un important retrait de l’État de la plupart des fonctions qu’il avait assumées au cours du XXe, en particulier l’éducation, la santé, la protection sociale, une partie de l’industrie, etc. L’un des aspects les plus notoires de cette phase correspond au démantèlement d’une partie de l’État, qui transfère au secteur privé un grand nombre de fonctions régaliennes traditionnelles. Dans ce cadre, toute réflexion sur les espaces publics en ce qui concerne le Chili doit rendre compte de cette « double privatisation ».

b) Crise du système représentatif et du public en lien avec l’État

  • 14 Vicente Espinoza, Violeta Rabi, « Capital social y civismo en las regiones chilenas », www.desigual (...)
  • 15 Manuel Tironi, Nueva pobreza urbana. Vivienda y capital social en Santiago de Chile, 1985-2001, San (...)
  • 16 Voir les travaux de Daniel Cefaï, en particulier « Comment se mobilise-t-on ? L’apport d’une approc (...)
  • 17 Vicente Espinoza, « De la política social a la participación en un nuevo contrato de ciudadanía », (...)
  • 18 Emmanuelle Barozet, « De la démobilisation au réinvestissement « local ». Mouvements sociaux locaux (...)

6Au cours des premières années de la transition chilienne, suite aux grands mouvements d’opposition à la dictature, les mobilisations s’essoufflent, en partie parce que la classe politique, qui manœuvre dans le cadre rigide légué par les militaires, voulait avant tout éviter des débordements sociaux, comme ce fut le cas sous l’Unité Populaire : c’est la fin des grandes mobilisations et l’installation d’une « démocratie de faible intensité »14. C’est alors que les mouvements se recyclent et se replient alors sur des espaces plus limités15, et sous la forme d’actions collectives intermittentes16. Ceci est aussi dû au fait que certains mouvements ne sont pas pris en compte par le système politique ou les médias, et perdent leur impact au niveau national17. La faible décentralisation du pays ne facilite pas non plus l’apparition d’acteurs autonomes au niveau local ou régional, contrairement à ce qui a pu se passer dans d’autres pays de la région18.

  • 19 Manuel Antonio Garretón, Roberto Garretón, Ibid.

7Sur un autre plan, les faibles moyens dont dispose l’État au moment du retour à la démocratie en 1990 et la conviction que le modèle choisi pour la transition est une option qui « fonctionne bien », mènent les gouvernements successifs à « administrer le modèle » sans en changer les lignes les plus importantes, reléguant de ce fait les espaces publics à la politique traditionnelle19, le retrait de l’État se confirmant au cours des vingt années qui suivent le régime militaire. Il est important de prendre en compte que dans ce contexte, lorsque l’on se réfère à l’espace public au Chili, on ne se réfère pas à l’État ou aux sphères qui correspondent aux activités de ce dernier, ce qui différencie profondément les débats dans ce pays de certains débats européens et français en particulier. D’autre part, il existe une conviction profonde au Chili que les services dispensés par l’État sont de mauvaise qualité (en particulier la santé et l’éducation, du fait du peu d’investissement public), raison pour laquelle les familles qui disposent de quelques ressources migrent le plus rapidement possible vers les services privés. La différenciation entre le « public » et l’État est donc un élément central pour comprendre notre réflexion sur les espaces locaux au Chili.

c) Crise de la démocratie représentative et valorisation des espaces locaux et régionaux

  • 20 Richard Sennett, Ibid.
  • 21 Ibid., p. 295.
  • 22 Rodrigo Hidalgo, Carlos de Mattos y Federico Arenas (eds), Chile : del país urbano al país metropol (...)
  • 23 Mark Purcell, Ibid. ; David Harvey, Espacios del Capital. Hacia una Geografía Crítica, Madrid, Akal (...)
  • 24 Francisco Sabatini, Guillermo Wormald, Ibid. ; Felipe Link y María Luisa Méndez, « Ciudad y ciudada (...)

8Dans le livre The Fall of Public Man, Richard Sennett réfléchit sur le rôle des espaces publics (au sens politique) en relation aux espaces locaux ; le quartier attire tout particulièrement son attention20. La croissance des espaces métropolitains capitalistes et industriels ainsi que le nombre croissant d’inconnus que l’on rencontre dans la rue conduit les résidents à reconstruire une communauté locale : il s’agit de « faire disparaître ce monde d’étrangers, d’essayer de revenir à l'échelle de l’expérience humaine, intime et locale – c’est-à-dire de revenir au territoire local (…) »21. Le territoire local se transforme en un espace au sein duquel les habitants organisent leur survie matérielle et leur quotidien symbolique22, mais aussi redéployent leur sociabilité et leur action23. C’est ainsi que suite au retour à la démocratie, on verra surgir dans les années 1990 à Santiago des revendications de la part de groupes circonscrits et périphériques qui ne sont plus à la recherche des grandes mobilisations populaires, mais qui se limitent à des causes particulières, s’engageant à produire une critique sociale et politique par le biais de formes de participation ponctuelles24. Il n’y a pas nécessairement ici d’opposition entre les expériences et demandes locales et nationales ; au contraire, les collectifs que nous étudions se montrent favorables à l’articulation de leurs demandes à des échelles différentes. De ce fait, des collectifs plus importants ou même des institutions publiques tirent des apprentissages de l’expérience des petits collectifs qui défendent des causes locales. S’installe donc une circulation d’apprentissages et d’expériences, où l’intérêt des associations porte plus sur une singularité locale qui est constamment repensée, revendiquée, redéfinie.

  • 25 Marie-Christine Doran, « Les effets politiques des luttes contre l’impunité au Chili : de la revita (...)
  • 26 Lucía Dammert, « ¿Ciudad sin ciudadanos ? Fragmentación, segregación y temor en Santiago ». Revista (...)
  • 27 Eduardo Canteros, Ibid. ; Consuelo Biskupovic, Ibid.

9Ces nouvelles formes de contestation au Chili s’encadrent, certes, dans des mouvements globaux de défense et de protection de l’environnement mais conforment un scénario particulier où la défense des espaces publics par des collectifs dit s’attaquer aussi à certaines « enclaves autoritaires »25, notamment en ce qui concerne la participation citoyenne. Ces enclaves font référence à l’héritage de la dictature, par exemple au fait que la Constitution reconnaisse « le droit de vivre dans un environnement libre de pollution », mais qu’en même temps, la législation, héritée de la dictature, promeuve une gestion libérale des ressources et des espaces. La critique des collectifs s’adresse également aux presqu’inexistantes régulations légales et au manque de mécanismes de participation26. En effet, autant dans le cas de la protection de l’environnement au Chili, que de la protection du patrimoine, les lois et les entités chargées de la gestion de ces domaines sont peu développées. Cette absence de régulation explique en partie pourquoi ce sont les citoyens qui se mobilisent et qui cherchent à protéger les espaces qui, d’après eux, sont les leurs27. Ces collectifs progressivement rendent publiques des manières d’agir propres, qui rompent avec les modèles classiques de mobilisation. Bien que l’expérience politique passée – en particulier sous la dictature – soit un trait commun aux dirigeants et de la plupart des voisins engagés, tous et toutes affirment une nouvelle façon d’agir, différente de celle du passé dictatorial.

2) Une action collective située au sein des classes moyennes

a) Les classes moyennes porteuses d’action collective : la nouveauté des sept dernières années

  • 28 Carruthers et Rodríguez, 2009, cité par Marie-Christine Doran, Ibid., p. 107.
  • 29 Emmanuelle Barozet et Vicente Espinoza, Ibid.

10Au cours des vingt dernières années, la faible visibilité de ces formes d’action collective au Chili, doublée de la disparition des manifestations de masse, a fait couler beaucoup d’encre. Perçus d’abord en termes d’apathie ou de démobilisation en raison de la dictature28, le resurgissement de formes de manifestation collective a remis sur le tapis la question de la légitimité du système économique et politique. En effet, à partir de la deuxième moitié des années 2000, le panorama change au Chili sur le terrain des mobilisations sociales : en 2006, une importante manifestation des lycéens puis des étudiants met l’accent sur la qualité de l’éducation. Puis, à partir de 2011, surgit un puissant mouvement sur la base de celui de 2006, mais qui cette fois-ci prendra une grande ampleur, avec l’appui d’une très large part de l’opinion. Ces mouvements vont convoquer d’autres formes de protestation début 2011, notamment autour de la protection de la Patagonie face à la construction de barrages. Les classes moyennes sont au cœur de ces manifestations, car c’est au sein de ces secteurs que la promesse de progrès du système néolibéral a le plus fait écho, alors que leurs efforts pour accéder à un statut plus stable sont devenus de plus en plus coûteux, et que s’élargit la distance sociale entre classes moyennes et groupes aisés, créant ainsi un fort sentiment de frustration sociale29.

b) De l’importance des espaces locaux pour les classes moyennes

  • 30 Ibid.
  • 31 Felipe Link et María Luisa Méndez, Ibid.
  • 32 On note le même phénomène dans les grandes villes du pays, en particulier à Valparaiso, port de hau (...)

11Outre le fait que ce sont les classes moyennes qui se mobilisent le plus au cours des derrières années au Chili, il existe bien évidemment plusieurs modalités de mobilisation et plusieurs espaces au sein desquels les mobilisations ont lieu et pour lesquels elles ont lieu. Notre choix porte sur les espaces locaux de mobilisation, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, si nous reprenons la réflexion de Sennett30 sur les frontières entre les espaces publics et les espaces privés et que si l’on considère l’importance que ces derniers ont acquis dans l’histoire de la modernité et plus particulièrement dans l’histoire récente du Chili, ce type d’espace est investi de significations et de revendications propres de la part de certains acteurs, du fait qu’il s’agit des espaces qu’ils habitent, mais aussi de la rapide évolution urbaine, qui transforme les paysages urbains sans planification ni capacité d’anticipation des nuisances que crée la croissance urbaine31. Notons aussi qu’au Chili, contrairement à beaucoup d’autres pays, 70% des Chiliens sont propriétaires de leur logement (Tironi, 2003), ce qui définit une relation plus stable au quartier. C’est le cas ici des collectifs sur lesquels nous travaillons, en particulier l’association de défense de l’environnement dans le piémont de la Cordillère des Andes à Santiago et le mouvement de protection du patrimoine architectural dans certains quartiers de la capitale32.

c) Les classes moyennes mobilisées pour l’espace

  • 33 Il existe bien évidemment plus de mouvements et d’associations que ceux que nous décrivons ici et l (...)

12Dans les deux cas que nous étudions ici, les acteurs mobilisés sont des membres des classes moyennes. Dans le cas du réseau de protection de la précordillère, il s’agit d’un groupe de voisins de la commune de La Florida « haute » (alta) : ils habitent dans le piémont de la Cordillère des Andes de Santiago, dans des quartiers aisés, au sein d’un milieu social qui est surtout de gauche. Bien que la sociabilité s’articule entre les années 1960 et les années 1980 autour de la mise en place des services urbains (eau, électricité, voirie), aujourd’hui elle est centrée sur la protection des dernières forêts « autochtones », face au développement immobilier qui, comme dans d’autres secteurs périphériques de la ville, grandit au rythme de la transformation de l’espace urbain, dans une capitale en plein essor économique. L’organisation de la mobilisation pour défendre ce site est menée au début par les membres des associations de quartiers (groupe de cinq à dix personnes, la plupart étant des femmes, proches de la soixantaine et diplômées), puis au fil des années ce sont des jeunes diplômés et des étudiants qui renouvellent l’action collective. En ce qui concerne les mouvements de défense des quartiers patrimoniaux, à leur origine, au début des années 1990, les militants ont le même profil, mais proviennent plutôt des classes aisées, qui voient leur espace menacé par la construction d’immeubles en hauteur qui défigurent l’environnement proche et changent l’origine sociale des habitants du quartier. Sur le long terme, ce sont toutefois les classes moyennes qui prennent le relais. Il s’agit de mouvements autonomes, qui répondent aux transformations urbaines33, sans stimulation initiale de la part de l’État : en effet, l’État n’offre peu ou pas d’appui à la conservation du patrimoine, les autorités préfectorales et municipales étant souvent jugées comme proches des grandes entreprises de BTP et donc peu enclines à maintenir des enclaves urbaines peu denses du point de vue de la construction.

3) Définitions identitaires et surgissement de la critique sociale

a) Contextes des mobilisations autour d’espaces urbains et de l’environnement

13Le Réseau de Défense de la Précordillère (Red de Defensa de la Precordillera), organisation citoyenne créée formellement en 2006 par des voisins du secteur de Lo Cañas, articule sa lutte en opposition au développement urbain, en particulier contre la construction d’immeubles ou de quartiers entiers de maisons toutes semblables, enfermées dans un périmètre de sécurité (condominios). Si les voisins s’organisent contre ce type de projets c’est en raison non seulement de l’impact visuel ou esthétique, mais parce que l’installation de condominios entraine la destruction de l’environnement « naturel » présent dans la précordillère, en particulier du fait du bétonnage des espaces et l’augmentation de la densité humaine.

14De plus, ces condominios rompent avec la sécurité et la stabilité dont jouissaient jusqu'alors les habitants. En effet, depuis les années 1990, avec la construction des condominos, le quartier est confronté à de nombreuses inondations, du fait du manque d’investissement dans des structures d’évacuation des eaux de pluie. Auparavant, l’espace était composé de terrains spacieux, avec des grands jardins et des maisons construites en général par les résidents eux-mêmes. Ce lien à l’espace les pousse donc à considérer qu’ils vivent en harmonie avec le paysage, respectant même les conditions morphologiques de l’espace, et selon une densité humaine qui n'altèrerait ni la faune ni la flore. La revendication d’une écologie du « savoir habiter » est donc centrale dans le discours des anciens habitants militants : les nouveaux projets immobiliers sont la face visible et négative, selon eux, des dégâts produits par le capitalisme et les inégalités sociales. Face aux « autres », aux nouveaux venus, les membres du collectif mettent en place une action collective qui promeut la transformation de la précordillère en un espace naturel public, cherchant à éviter aussi que leurs demandes soient identifiées à un mouvement égoïste et conservateur. Depuis 2011, les activités auxquelles font appel les membres du réseau deviennent de plus en plus massives au niveau communal, autour de l’objectif commun de transformer la précordillère en un espace ouvert à tous. Cette transformation est pour eux une importante réussite, car cet espace qui auparavant était anodin et « inutilisé » du point de vue de son utilité publique, devient un leitmotiv du rassemblement pour ses habitants. En acquérant des connaissances topologiques et morphologiques précises du lieu où ils habitent, ainsi que de la législation urbaine, les résidents-militants nouent des relations multiples avec l’espace.

  • 34 Les résidents-militants ont mis en place une enquête sur ce qu’est la précordillère, les risques et (...)

15Ainsi, aujourd’hui, l’identité du quartier est intrinsèquement liée non seulement à la précordillère mais aussi à une forme d’engagement vis-à-vis du l’espace. La prise de conscience envers ce qui les entoure est selon les interviewés une évolution « définitive », au point d’affirmer ne plus être les mêmes qu’auparavant et que leur lutte est devenue pour certains un travail à part entière. C’est donc à partir de cette expérience que les résidents commencent à développer un triple point de vue, scientifique, politique et légal sur leur environnement. Ils deviennent non seulement des voisins engagés mais surtout des voisins experts34. Aujourd’hui, plus de 4000 personnes ont signé une demande d’adhésion au Réseau. A la défense écologique du site, s’ajoute la revendication du droit de la part des membres du collectif de prendre part aux décisions concernant « leurs » espaces, promouvant de ce fait des espaces de démocratie directe absents des autres niveaux de gestion politique.

  • 35 Eduardo Canteros, Ibid. ; Emmanuelle Barozet, Maria Luisa Méndez, « Lo auténtico también es público (...)
  • 36 Eduardo Canteros, Ibid., p. 2.

16Notre deuxième objet d’étude est lié aux organisations de résidents qui se mobilisent pour la protection des quartiers historiques de la ville35 ou pour la protection de leurs propres quartiers face aux travaux d’infrastructure urbaine comme la construction de HLM ou de bâtiments en hauteur, d’autoroutes, de décharges, etc. qui mutilent et détruisent la trame urbaine et l’environnement immédiat. Plus d’une centaine de conflits de cette nature a été enregistrée au cours des dernières années à Santiago et bien d'autres dans les capitales régionales comme Valparaiso et Concepción. Ce mouvement émerge au cours des années 1990, par l’intermédiaire d’associations de voisins : « Ce type de mobilisation révèle la naissance d’une citoyenneté active autour de la défense des droits territoriaux propres, et démontre l’existence d’une échelle – le quartier – qui fonctionne comme entéléchie dotée d’attributs positifs »36. L’un des points centraux qui motive l’action des résidents est le déficit de participation citoyenne dans les décisions municipales ou préfectorales en ce qui concerne des investissements urbains. La loi n’implique en effet qu’une consultation très peu participative. Il est important de souligner, comme dans le cas antérieur, que les dirigeants de ce type de mouvement sont souvent d’anciens militants de gauche des années 1970 et 1980, participant aujourd’hui à des processus de mobilisation territoriale, mais aussi souvent des universitaires et des diplômés plus jeunes qui s’investissent dans les aspects techniques qu’impliquent ce genre de discussion, en particulier les multiples aspects légaux. Le terrain de la mobilisation est aussi souvent le quartier lui même, mais pas exclusivement, les manifestations devant la mairie étant l’une des stratégies tournées vers les autorités.

  • 37 Nicolas Dodier et Janine Barbot, « Violence et démocratie au sein d'un collectif de victimes. Les r (...)
  • 38 Daniel Cefaï, Ibid.
  • 39 Francisco Sabatini et Guillermo Wormad, Ibid.
  • 40 Vicente Espinoza, Para una historia de los pobres de la ciudad, Santiago, Ediciones SUR, 1988.

17Ces collectifs, bien qu’ils agissent dans les marges de la démocratie en créant leurs propres formes de participation, se transforment grâce à une expérience concrète de celle-ci37. En ce sens, les revendications autour de la précordillère ou au sein du quartier peuvent être pensées comme une arène privilégiée d’extériorisation de confrontations, de conflits, de débats, d’argumentations et de sentiments qui sont rendus publics38. En outre, la défense de l’environnement ou du patrimoine historique apparaît comme neutre du point de vue politique : les résidents cherchent le soutien de tous les partis politiques confondus ou simplement ne les sollicitent pas39, ce qui représente une grande différence vis-à-vis des formes de lobby politiques traditionnels au Chili40. Les mêmes résidents circulent aussi entre plusieurs arènes publiques, entre différents collectifs et sélectionnent des scientifiques ou des autorités techniques ou universitaires, de façon à construire des arguments « solides » vis-à-vis du public, tout en évitant d’adhérer aux espaces partisans classiques, très dévalorisés au Chili, comme dans de nombreuses démocraties occidentales.

b) Construction d’identités: ce qu’est l’environnement pour le collectif

  • 41 Florian Charvolin, L’invention de l’environnement en France, Ed. La Découverte, 2003, p. 9.
  • 42 Christelle Gramaglia, Ibid. p. 25.
  • 43 Richard Sennet, Ibid.
  • 44 Eduardo Cantero, Ibid. ; María Luisa Méndez et Emmanuelle Barozet, Ibid.

18Depuis que dans les années 1970 l’environnement, qu’il soit naturel ou patrimonial, est devenu non seulement une référence globale et multiple41, mais aussi subjective et affective42, les débats présents au niveau international sur l’urbanisme depuis la deuxième guerre mondiale43 sont aujourd’hui bien présents au Chili, relayés à la fois par les médias, par les urbanistes et les architectes eux-mêmes, ainsi que par les entreprises immobilières qui offrent des communautés de vie pseudo idéales à leurs futurs habitants. Dans ce contexte de développement des imaginaires autour du thème urbain, pour les résidents plus anciens, l’environnement est quelque chose de particulier et n’a un sens qu’en référence à leurs expériences en relation avec ce qui les entoure et où ils habitent. En effet, dans leur discours, les acteurs des collectifs étudiés parlent rarement d’ « environnement » en tant que tel ; ils se réfèrent plus ponctuellement à un espace précis, que ce soit la précordillère, une forêt, ou un quartier. Dans le discours des interviewés, l’environnement est en même temps un problème personnel et un problème public. Dans le cas des mobilisations pour la protection du patrimoine, le quartier n’est pas seulement l’espace de vie et d’échange : il est aussi un référent identitaire fort et le support d'une trajectoire personnelle et familiale44. La construction identitaire qui motive la mobilisation est activée par un élément marquant, tel qu’un changement drastique de la physionomie du quartier ou, dans le cas de la précordillère, les inondations à répétition. C’est à partir de ce moment-là, que les habitants se sentent concernés par leur entourage.

  • 45 Jeff Goodwin, James M. Jasper, Francesca Polletta (eds.), Passionate Politics: Emotions in Social M (...)
  • 46 Christelle Gramaglia, Ibid. ; Purcell, Ibid.
  • 47 Daniel Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l'action collective, La Découverte, coll. (...)

19Être « affecté » par un espace, comme le signalent les personnes interviewées, implique des attachements, des émotions, des sentiments. Comme le soulignent Goodwin, Jasper et Polletta, « les motivations des acteurs à l’heure de s’engager – un processus saturé par les émotions – ont été largement ignorées par la recherche au cours des dernières années car elles ont souvent été données pour argent comptant par l’approche structuraliste, qui les subsume aux intérêts objectifs »45. Au sein des mouvements étudiés, les liens subjectifs, personnels, individuels sont tout aussi centraux à l’heure de s’engager. Ils font partie des relations que les membres du réseau nouent avec « leurs » espaces. On observe que ce lien se développe d'autant plus que l'engagement avance et que l'investissement au cours de leurs vies quotidiennes est plus important. D’une part, l’engagement dépend d’une « capacité personnelle » à s’investir, à s’étonner, à s’intéresser ou à se sentir concerné. D’autre part, grâce à l’engagement, « nature » et « culture » ne sont plus divisibles ni opposables au sein de l’idée d’environnement. Le paysage n’est plus perçu comme une entité passive mais comme un espace où des interactions se nouent. Les collectifs lui attribuent des propriétés, des significations et une intentionnalité. Finalement, selon les interviewés, l’environnement peut transformer les acteurs et l’action collective elle-même, car il est motif d’identification et de revendication à la fois sociale et symbolique46. En effet, les émotions animent les acteurs dans la mobilisation autant que les objets matériels qu’ils défendent47.

4) Formes d’expression liées aux espaces

a) Des répertoires territorialisés

20Comme nous l’avons souligné, les formes d’action collective dans les cas décrits ici sont liées à des espaces, mais pas exclusivement. Dans le cas du groupe de défense de la précordillère, les dirigeants organisent des randonnées pour un public plus large, mais ils utilisent aussi un grand nombre de moyens comme la diffusion de lettres, l'utilisation de blogs, mailing list, manifestes, tracts, etc. ou la prise de parole dans des débats publics ou dans des réunions concertées avec des autorités locales. Dans le cas de la protection du patrimoine, on répertorie en plus des formes de mobilisation que nous venons de décrire des activités artistiques, des pétitions, des repas entre voisins dans la rue, des carnavals. La municipalité correspondante est aussi souvent investie par les manifestants, car c’est en général contre elle que la mobilisation se constitue. En effet, ces mouvements ne visent ni des demandes globales, ni une mobilisation massive ou nationale : les autorités locales sont considérées par les militants comme la source du problème et représentent donc à leurs yeux le responsable réel du problème. Si l’on parle de répertoires territorialisés c’est parce les acteurs déploient leur engagement dans leurs quartiers ou dans des lieux délimités.

b) La modulation des espaces comme conséquence de l’action collective

  • 48 Danny Trom, « De la réfutation de l’effet NIMBY considérée comme une pratique militante. Notes pour (...)
  • 49 Jacques Lolive, « La montée en généralité pour sortir du NIMBY. La mobilisation associative contre (...)
  • 50 Richard Sennet, Ibid.

21Toutefois, au fur et à mesure que ces collectifs deviennent légitimes localement, ils portent leurs critiques et demandes dans des nouvelles arènes. En s’opposant à certains projets, ils cherchent des arguments qui puissent concerner plus de personnes, que ce soit en discutant la localisation des projets, la valeur des sites48, ou encore, en mettant en question la primauté de ce que signifie l’intérêt général défendu par certains49. Des aspects subjectifs plus « égoïstes » sont aussi revendiqués, tels que la perte d’une certaine qualité de vie dans un quartier en particulier, ou son esthétique, menacée par la construction de nouvelles infrastructures. Les peurs face au changement se manifestent aussi vis-à-vis des nouveaux venus qui s'installent dans le quartier, souvent perçus comme un « autre » menaçant50. Ces nouveaux quartiers et leurs habitants servent de recours imaginaire pour se définir soi-même, pour constituer le collectif, par opposition à ces « autres », perçus comme antinomiques.

22Dans le cas de la précordillère, l’intérêt général est porté par les habitants engagés dans le Réseau. Ces citoyens voudraient « ouvrir » la précordillère et la transformer en un bien public, alors que les entreprises et les pouvoirs publics affichent l’importance de rendre ces sites prioritaires pour des intérêts privés. En outre, quand les autorités ou les entreprises évaluent ou développent des projets, ils le font – c’est du moins ce que soulignent les interviewés – de manière déterritorialisée, c’est-à-dire, sans mettre en valeur les singularités des sites que les habitants réclament. La précordillère apparaît par exemple dans les publicités ou dans les rapports techniques des pouvoirs locaux comme un espace majestueux mais sans risques, ou bien comme le « jardin particulier » des quartiers fermés. C’est cette image d’un site idéal que le collectif va déconstruire, en mettant en exergue ses aspects particuliers.

5) Espaces publics, espaces privés : confusions des genres au niveau local

a) Le privé et le public : quelle est la ligne de séparation des eaux ?

  • 51 Olivier Mongin, La condición urbana. La ciudad a la hora de la mundialización, Buenos Aires, Paidós (...)

23En ce qui concerne de manière plus spécifique les espaces publics et la manière dont les acteurs les perçoivent et les construisent, notons que, comme dans d’autres cas, les acteurs ne les opposent pas aux espaces privés ou communautaires. La défense de l’espace public est en effet l’un des principaux arguments utilisés par les résidents, dans nos différents cas d’étude, mais les acceptions de ce terme sont multiples et ne reflètent pas la même idée chez tous. Dans un grand nombre de cas, l’espace public incarne un idéal-type qui regroupe un certain nombre de notions, comme par exemple le principe de justice urbaine, du libre accès, ou sur un plan plus politique, le droit à décider. Cette notion peut aussi porter une sorte de nostalgie d’un passé révolu – mais souvent plus mythique que réel – où les échanges entre familles et groupes sociaux semblaient plus démocratiques et plus solidaires51.

  • 52 Eduardo Canteros, Ibid., p. 29.

24Pour leur part, face à la non-institutionnalisation de la participation citoyenne, les voisins créent leurs propres mécanismes de participation. Ceux-ci se caractérisent par la configuration d’arènes de discussion en marges des institutions publiques et contre ceux qui sont perçus comme les « dominants », que ce soit les propriétaires des nouveaux projets, les autorités gouvernementales, les représentants locaux. Dans ces arènes, la notion d’espace public est affichée avec un double sens : il serait un modèle auquel aspirent les collectifs, une catégorie qui n’existe pas dans le « monde réel » mais pour laquelle on se bat. Cette acception est en quelque sorte équivalente à l’idée de bien commun. En outre, ce qui est public est mis en exergue comme le contraire de la privatisation, c’est-à-dire, il est publicisé pour revendiquer que ces espaces soient ouverts à tous. L’un des points les plus épineux pour ce type de collectif est la question de savoir si chaque quartier ou zone à protéger est un projet indépendant au sein de la ville et jusqu’à quel point ses droits territoriaux peuvent être supérieurs à d’autre droits ou à d’autres velléités de transformation, ce que l’on peut nommer la « défense du particulier en tant qu’attribut général »52.

b) Comment définir espaces publics au niveau local?

  • 53 Enrique Aliste, « Imaginarios del desarrollo y prácticas de transformación del ambiente. Una discus (...)

25Au sein des espaces locaux, ce qui est public relève souvent d’une grande ambigüité. Du pont de vue de l’urbanisme, il s’agit bien sûr des espaces de circulation ouverts à tous (places, rues, etc.), mais du point de vue plus nettement politique, ce qui est public renvoie plutôt à l’idéal d’un espace d’information, de discussion, et de cogestion au sein de la mairie. Au sein des collectifs, les espaces publics en dispute s’opposent aux catégories et vision des pouvoirs économiques et publics, accusés de les considérer vides d’expérience humaine53.

26L’espace public n’est donc pas une donnée préexistante, mais un espace commun créé par les collectifs. L’espace trouve ici son sens dans la mesure où il s’agit d’un lieu recherché pour débattre et s’affirmer en tant que collectif, dans le sens d’Habermas. Il est conçu par les interviewés comme un espace de délibération, où s’exerce la démocratie, en marges des instances imposées par les autorités. Il se configure grâce et à partir d’une demande ou d'une préoccupation commune qui peut être multiforme. En définitive, ces collectifs montrent leur capacité à convertir des espaces « oubliés » ou inactifs en espaces propres, où ils actualisent leurs demandes de citoyenneté, et qui deviennent publics au moment où le mouvement y inscrit son action.

27Au cours des vingt dernières années, les espaces locaux en zone urbaine sont devenus des arènes publiques pour les classes moyennes au Chili, cristallisant ainsi une réflexion sur les espaces publics et la démocratie, tout en installant de nouvelles discussions sur les formes de participation sociale et politique. Les mouvements qui vont dans ce sens, comme nous l’avons montré, son variés. Il est toutefois important de prendre en compte que ces mouvements sont du domaine de l’avant garde, car les valeurs qu’ils défendent et les identités qu’ils suscitent ne pénètrent pas rapidement au sein du reste de la population. En effet, un grand nombre de chiliens et de chiliennes montrent un intérêt certain pour ce genre de cause, mais n’en optent pas pour autant pour un chemin d’activisme, pour intermittent qu’il soit.

  • 54 Sennett, Ibid., p. 296.

28Sans tomber dans le pessimisme de Richard Sennett, qui conclut en 1974 dans le cas des États-Unis que « moi-même et beaucoup d’autres auteurs de la nouvelle gauche au cours de la dernière décennie avons cru de manière tellement erronée que la reconstruction des communautés locales était le point de départ de la reconstruction politique de la société en général »54, soulignons que dans le cas du Chili, et dans le cas particulier des mouvements que nous étudions, ces collectifs sont en train de créer, dans les marges des institutions, des espaces « forcés » de participation. Plus pragmatiques et moins utopiques, les collectifs tentent de donner des réponses rapides et plausibles à des questions précises. Ces espaces permettent aux citoyens de s’interposer dans des domaines de prise de décision qui, avant, les excluaient. De ce fait, grâce à ces espaces locaux, les habitants peuvent conquérir des nouveaux lieux de débats où être entendus, ce qui leur donne une nouvelle légitimité pour convoquer les autorités et les forcer à prendre position publiquement.

Haut de page

Bibliographie

Aliste, Enrique, « Imaginarios del desarrollo y prácticas de transformación del ambiente. Una discusión conceptual desde la geografía social ». Actas del XI Coloquio Internacional de Geocrítica, Universidad de Buenos Aires, 2010 [en ligne], Buenos Aires, consulté le 8 décembre 2011. URL : http://www.filo.uba.ar/contenidos/investigacion/institutos/geo/geocritica2010/585.htm

Antileo, Enrique, Mapuche santiaguinos: posiciones y discusiones del movimiento mapuche en torno al dilema de la urbanidad, Santiago, Ñuke Mapuförlaget, 2007.

Auyero, Javier, « L'espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005/5 n° 160, pp. 122-132.

Barbot, Janine, Dodier, Nicolas., « Violence et démocratie au sein d'un collectif de victimes. Les rigueurs de l'entraide », Genèses 4, n°81, 2010, pp. 84-103.

Barozet, Emmanuelle, « De la démobilisation au réinvestissement « local ». Mouvements sociaux locaux et territoires au Chili », Cahiers des Amériques Latines nº66-1, 2011, pp.73-90.

Barozet, Emmanuelle, Espinoza, Vicente, « Que sont les classes sociales devenues? Stratification, inégalités et mobilité sociale au Chili », Cahiers des Amériques Latines, Paris, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, Paris-III, avril 2012, nº68, pp. 69-87.

Biskupovic, Consuelo, « Acción colectiva en espacios cerrados », Polis, 2011, [en ligne], Santiago, consulté le 13 décembre 2011. URL: http://polis.revues.org/1133 ; DOI : 10.4000/polis.1133

Biskupovic, Consuelo, Morales, Barbara, « Considérations sur l’action collective et la participation des associations dans la défense de l'environnement au Chili », Journées Doctorales GIS, Paris, EHESS, 2011.

Canteros, Eduardo, « Vecinos en defensa de sus barrios. Dimensiones y paradojas político, culturales y urbanas de un sujeto urbano », Santiago, Doctorado en Arquitectura y Estudios Urbanos PUC, 2009.

Canteros, Eduardo, « Las agrupaciones vecinales en defensa de los barrios », Polis, 2011, [en ligne], Santiago, consulté le 13 décembre 2011. URL: http://polis.revues.org/1165 ; DOI : 10.4000/polis.1165.

Cefaï, Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l'action collective, La Découverte, Paris, La Découverte, 2007.

Cefaï, Daniel, « Comment se mobilise-t-on ? L’apport d’une approche pragmatiste à la sociologie de l’action collective », Sociologie et sociétés n°41/ 2, 2009.

Cefaï, Daniel, « Dix propositions pour l’étude des mobilisations collectives. Contexte d’expérience et problèmes publics », à paraitre, Revista de Sociología de la Universidad de Chile, 2012.

Charvolin, Florian, L’invention de l’environnement en France, Ed. La Découverte, 2003.

Dammert, Lucía, « ¿Ciudad sin ciudadanos? Fragmentación, segregación y temor en Santiago ». Revista EURE, Santiago, v. 30, n°91, 2004 [en ligne], Santiago. Consulté le 23 décembre 2011. URL : <http://www.scielo.cl/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0250-71612004009100006&lng=es&nrm=iso>. ISSN 0250-7161.  doi: 10.4067/S0250-71612004009100006.

Doran, Marie-Christine, « Les effets politiques des luttes contre l’impunité au Chili : de la revitalisation de l’action collective à la démocratisation », Revue Internationale de Politique Comparée, v.17 n°2, 2010, pp.103-126.

Espinoza, Vicente, Para una historia de los pobres de la ciudad, Ediciones SUR, Santiago, 1988.

Espinoza, Vicente, « De la política social a la participación en un nuevo contrato de ciudadanía », Política n°43, Santiago, 2004, pp. 149-183.

Espinoza, Vicente, « Los nuevos agentes políticos locales. Revisión estructural de la tesis de Arturo Valenzuela ¿Cómo se articulan el nivel de representación local con el nacional en la arena local y qué papel juegan el gobierno central y las políticas públicas? » Revista del Magíster en Antropología del Desarrollo, Santiago, n°14, 2006, pp. 8-18.

Espinoza, Vicente, « Citizens’ Involvement and Social Policies in Chile; Patronage or Participation? », dans Silva P., Cleuren H. (eds), Widening Democracy. Citizens and Participatory Schemes in Brazil and Chile, Leiden, CEDLA Brill (Latin American Studies n°97), 2009.

Espinoza Vicente, Rabi Violeta, « Capital social y civismo en las regiones chilenas », Proyecto Desigualadades, 2009, [en ligne] consulté le 5 janvier 2012. URL : http://www.subdere.cl/sites/default/noticiasold/articles-82941_recurso_3.pdf

Garretón, Manuel Antonio, Garretón Roberto, « La democracia incompleta en Chile: la realidad tras los rankings internacionales », Revista de Ciencia Política, volumen 30 n°1, 2010, pp. 115-148.

Goodwin, Jeff, Jasper, James, Polletta Francesca. (eds.), Passionate Politics: Emotions in Social Movements. University of Chicago Press, 2001.

Gramaglia, Christelle, « La mise en cause environnementale comme principe d’association. Casuistique des affaires de pollution de rivières : L’exemple des actions contentieuses de l’Association nationale de protection des eaux et rivières (ANPER-TOS) », Thèse de Sociologie, Ecoles des Mines, Paris, 2006.

Habermas, Jürgen, The Structural Transformation of the Public Sphere: An Inquiry into a category of Bourgeois Society, Cambridge, 1962.

Harvey, David, Espacios del Capital. Hacia una Geografía Crítica, Madrid, Akal, 2007.

Hidalgo, Rodrigo, De Mattos, Carlos, Arenas, Francisco. (eds), Chile: del país urbano al país metropolitano Santiago, Pontificia Universidad Católica de Chile, Instituto de Geografía, Instituto de Estudios Urbanos y Territoriales, Serie GEOlibros 12, 2009.

Link, Felipe, Mendez María Luisa, « Ciudad y ciudadanía: ¿el barrio como factor de integración urbana? », dans FUENTES, C., Informe Encuesta Nacional de Opinión Pública UDP 2009, Ediciones UDP, Chile, 2010.

Lolive, Jacques, « La montée en généralité pour sortir du NIMBY. La mobilisation associative contre le TGV Méditerranée », Politix N°39, 1997, pp. 109-130.

Mendez, María Luisa, Barozet, Emmanuelle, « Lo auténtico también es público. Comprensión de lo público desde las clases medias en Chile », Polis, [en ligne], consulté le 16 mars 2012. URL : http://www.revistapolis.cl/31/art10.htm, 2012

Mongin, Olivier, La condición urbana. La ciudad a la hora de la mundialización, Paidós, Buenos Aires, 2006.

Posner, Paul W., « Local democracy and Popular Participation in Chile and Brazil », dans Silva, Patricio, Cleuren, Herwig, (eds), Widening Democracy. Citizens and Participatory Schemes in Brazil and Chile, Leiden, CEDLA-Brill, Latin American Studies n°97, 2009, pp. 47-76.

Purcell, Mark, « Urban Democracy and the Local Trap », Urban Studies, Glasgow, n° 43(11), 2006, p. 1921-1941.

Sabatini, Francisco, Wormald, Guillermo, « La Guerra de la basura de Santiago: desde el derecho a la vivienda al derecho a la Ciudad », EURE, Santiago, v.30, nº 91, 2004, pp. 67-86.

Sennett, Richard, The Fall of the Public Man, Norton, New York, 1974.

Tironi, Manuel, Nueva pobreza urbana. Vivienda y capital social en Santiago de Chile, 1985-2001, Universidad de Chile, Predes/RIL Editores, Santiago, 2003.

Trom, Dany, « De la réfutation de leffet NIMBY considérée comme une pratique militante. Notes pour une approche pragmatique de lactivité revendicative », Revue Française de Science Politique, n° 49/1, pp. 31-50, 1999.

Haut de page

Notes

1 Une version antérieure de cet article a été présentée lors du colloque « S’engager dans les espaces publics : participation politique et engagements multiples » qui a eu lieu au CERI-Sciences Po, à Paris, les 5 et 6 avril 2012. Nous remerciant le comité d’organisation ainsi que la discutante pour leurs commentaires.

2 Pour une synthèse non exhaustive mais très pertinente sur la notion d’espace au sein des études sur l’action collective, voir Javier Auyero, « L'espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005/5 no 160, p. 122-132. Retenons de ce travail l’idée selon laquelle la dimension spatiale existe au sein des mobilisations selon quatre formes principales : i) l’espace faisant partie d’un ensemble de relations sociales ; ii) l’espace construit par la contestation ; iii) l’espace quotidien ; iv) l’espace porteur de sens.

3 Voir à ce sujet Ana Guevara et Fabien Le Bonniec, « Wallmapu, terre de conflits et de réunification du peuple mapuche », Journal de la société des américanistes 94-2 | 2008 [En ligne], mis en ligne le 27 mai 2009, Consulté le 20 septembre 2012. URL : http://jsa.revues.org/index10631.html

4 Enrique Antileo, Mapuche santiaguinos : posiciones y discusiones del movimiento mapuche en torno al dilema de la urbanidad, Santiago, Ñuke Mapuförlaget, 2007.

5 Auyero, Ibid., p. 124.

6 Nous présenterons ici les résultats de la thèse doctorale de Consuelo Biskupovic, ainsi que des projets Fondecyt 1060225 et Anillo SOC 12 financés par la Commission Nationale de Recherche Scientifique et Technique chilienne (CONICYT) et dirigés par Emmanuelle Barozet. Le projet Fondecyt 1060225 porte sur ce que signifie aujourd’hui appartenir aux classes moyennes au Chili. Il a permis la réalisation de huit groupes focaux entre 2006 et 2008. Le projet Anillo SOC 12 a permis l’application d’une enquête nationale de stratification et mobilité sociale au Chili en 2009 (N = 6153), ainsi que la réalisation de focus pour permettre une meilleure compréhension des représentations mentales des hiérarchies sociales au Chili. Voir site web du Proyecto Desigualdades (URL: www.desigualdes.cl). La thèse en cours de Consuelo Biskupovic s’intitule « Ethnographie de la contestation. Comment la société civile conteste l’environnement et la ville à Santiago, Chili ». L’enquête fut réalisée entre 2008 et 2010 à Santiago avec un collectif citoyen de défense de l’environnement. D’autres groupes plus intermittents ont aussi été étudiés. Au total, l’auteure a réalisé 50 entretiens semi directifs et elle a assisté à 25 réunions convoquant les habitants, différents collectifs et les autorités locales.

7 Christelle Gramaglia, « La mise en cause environnementale comme principe d’association. Casuistique des affaires de pollution de rivières : l’exemple des actions contentieuses de l’Association nationale de protection des eaux et rivières (ANPER-TOS) », Thèse de Sociologie, Ecoles des Mines, Paris, 2006 ; Mark Purcell, « Urban Democracy and the Local Trap », Urban Studies, Glasgow, n° 43 (11), 2006, pp. 1921-1941.

8 Pour une réflexion pertinente sur la différence entre « environnement » et « nature » voir Phillipe Descola, « Par-delà la nature et la culture », Le Débat 2/2001 (n° 114), pp. 87.

9 Auyero, op. cit.

10 Consuelo Biskupovic, « Acción colectiva en espacios cerrados », Polis, 2011, [en ligne], Santiago, consulté le 13 décembre 2011. URL: http://polis.revues.org/1133 ; DOI : 10.4000/polis.1133

11 Emmanuelle Barozet, Vicente Espinoza, « Que sont les classes sociales devenues ? Stratification, inégalités et mobilité sociale au Chili », Cahiers des Amériques Latines, Paris, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, Paris-III, avril 2012, nº 68, pp. 69-87. Nous utiliseront ici une définition mixte de classes moyennes : il s’agit de groupes dont les revenus fluctuent entre 700 et 3500 euros – des classes moyennes qui se trouvent à la limite des classes populaires, jusqu’aux classes moyennes aisées – et qui occupent des postes de travail non manuels.

12 Jürgen Habermas, The Structural Transformation of the Public Sphere: An Inquiry into a category of Bourgeois Society, Cambridge, 1962.

13 Richard Sennett, The Fall of the Public Man, Norton, New York, 1974.

14 Vicente Espinoza, Violeta Rabi, « Capital social y civismo en las regiones chilenas », www.desigualdades.cl, 2009, [en ligne] consulté le 5 janvier 2012. URL : http://www.subdere.cl/sites/default/noticiasold/articles-82941_recurso_3.pdf; Manuel Antonio Garretón, Roberto Garretón, « La democracia incompleta en Chile : la realidad tras los rankings internacionales », Revista de Ciencia Política, volumen 30 n° 1, 2010, p. 115-148. Paul W. Posner, « Local democracy and Popular Participation in Chile and Brazil », dans Silva, P., Cleuren, H. (eds), Widening Democracy. Citizens and Participatory Schemes in Brazil and Chile, Leiden, CEDLA-Brill, Latin American Studies n° 97, 2009, pp. 47-76.

15 Manuel Tironi, Nueva pobreza urbana. Vivienda y capital social en Santiago de Chile, 1985-2001, Santiago : Universidad de Chile, Predes/RIL Editores, 2003 ; Francisco Sabatini, Guillermo Wormald, « La Guerra de la basura de Santiago : desde el derecho a la vivienda al derecho a la Ciudad », EURE, Santiago, v.30, nº 91, 2004, pp. 67-86.

16 Voir les travaux de Daniel Cefaï, en particulier « Comment se mobilise-t-on ? L’apport d’une approche pragmatiste à la sociologie de l’action collective », Sociologie et sociétés, 2009, 41/ 2 et « Diez propuestas para el estudio de las movilizaciones colectivas. De la experiencia y al compromiso », Revista de Sociología de la Universidad de Chile, à paraître en 2012.

17 Vicente Espinoza, « De la política social a la participación en un nuevo contrato de ciudadanía », Política, Santiago, 2004, n° 43, pp. 149-183.

18 Emmanuelle Barozet, « De la démobilisation au réinvestissement « local ». Mouvements sociaux locaux et territoires au Chili », Cahiers des Amériques Latines nº 66-1, 2011, pp. 73-90.

19 Manuel Antonio Garretón, Roberto Garretón, Ibid.

20 Richard Sennett, Ibid.

21 Ibid., p. 295.

22 Rodrigo Hidalgo, Carlos de Mattos y Federico Arenas (eds), Chile : del país urbano al país metropolitano. Santiago, Pontificia Universidad Católica de Chile, Instituto de Geografía, Instituto de Estudios Urbanos y Territoriales, Serie GEOlibros 12, 2009.

23 Mark Purcell, Ibid. ; David Harvey, Espacios del Capital. Hacia una Geografía Crítica, Madrid, Akal, 2007 ; Eduardo Canteros, « Las agrupaciones vecinales en defensa de los barrios », Polis, 2011, [en ligne], Santiago, consulté le 13 décembre 2011. URL: http://polis.revues.org/1165 ; DOI : 10.4000/polis.1165; Consuelo Biskupovic, Ibid.

24 Francisco Sabatini, Guillermo Wormald, Ibid. ; Felipe Link y María Luisa Méndez, « Ciudad y ciudadanía : ¿el barrio como factor de integración urbana ? », dans Fuentes, C., Informe Encuesta Nacional de Opinión Pública UDP 2009, Ediciones UDP, Chile, 2010.

25 Marie-Christine Doran, « Les effets politiques des luttes contre l’impunité au Chili : de la revitalisation de l’action collective à la démocratisation. Revue Internationale de Politique Comparée, 17 (2), 2010, pp. 103-126.

26 Lucía Dammert, « ¿Ciudad sin ciudadanos ? Fragmentación, segregación y temor en Santiago ». Revista EURE, Santiago, V. 30, N° 91, 2004, [en ligne], Santiago. Consulté le 23 décembre 2011. URL : <http://www.scielo.cl/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0250-71612004009100006&lng=es&nrm=iso>. ISSN 0250-7161.  doi: 10.4067/S0250-71612004009100006.

27 Eduardo Canteros, Ibid. ; Consuelo Biskupovic, Ibid.

28 Carruthers et Rodríguez, 2009, cité par Marie-Christine Doran, Ibid., p. 107.

29 Emmanuelle Barozet et Vicente Espinoza, Ibid.

30 Ibid.

31 Felipe Link et María Luisa Méndez, Ibid.

32 On note le même phénomène dans les grandes villes du pays, en particulier à Valparaiso, port de haut intérêt patrimonial dans l’histoire du pays et qui a été classé patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 2003.

33 Il existe bien évidemment plus de mouvements et d’associations que ceux que nous décrivons ici et les exemples sont multiples ; quelques-uns parmi les plus emblématiques sont les associations « Defendamos la Ciudad », « Vecinos por la Defensa del Barrio Yungay », l’« Asociación Chilena de Barrios y Zonas Patrimoniales », et l’ONG « Ciudad Viva ». Cf. Felipe Link et María Méndez, Ibid.

34 Les résidents-militants ont mis en place une enquête sur ce qu’est la précordillère, les risques et avantages associés au fait de vivre ou de circuler dans cette zone, rassemblent des travaux scientifiques et techniques sur le sujet, sur les aspects légaux, etc.

35 Eduardo Canteros, Ibid. ; Emmanuelle Barozet, Maria Luisa Méndez, « Lo auténtico también es público. Comprensión de lo público desde las clases medias en Chile », Polis n° 31, 2012, [en ligne], mis en ligne le 1er mars 2012. URL : http://polis.revues.org/3697 ; DOI : 10.4000/ polis.3697. Consulté le 16 mars 2012.

36 Eduardo Canteros, Ibid., p. 2.

37 Nicolas Dodier et Janine Barbot, « Violence et démocratie au sein d'un collectif de victimes. Les rigueurs de l'entraide », Genèses 4, n° 81, 2010, pp. 84-103.

38 Daniel Cefaï, Ibid.

39 Francisco Sabatini et Guillermo Wormad, Ibid.

40 Vicente Espinoza, Para una historia de los pobres de la ciudad, Santiago, Ediciones SUR, 1988.

41 Florian Charvolin, L’invention de l’environnement en France, Ed. La Découverte, 2003, p. 9.

42 Christelle Gramaglia, Ibid. p. 25.

43 Richard Sennet, Ibid.

44 Eduardo Cantero, Ibid. ; María Luisa Méndez et Emmanuelle Barozet, Ibid.

45 Jeff Goodwin, James M. Jasper, Francesca Polletta (eds.), Passionate Politics: Emotions in Social Movements. University of Chicago Press, 2001. p. 7.

46 Christelle Gramaglia, Ibid. ; Purcell, Ibid.

47 Daniel Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l'action collective, La Découverte, coll. « Bibliothèque du Mauss », Paris, La Découverte, 2007, p. 29.

48 Danny Trom, « De la réfutation de l’effet NIMBY considérée comme une pratique militante. Notes pour une approche pragmatique de l’activité revendicative ». Revue Française de Science Politique, n° 49/1, pp. 31-50, 1999.

49 Jacques Lolive, « La montée en généralité pour sortir du NIMBY. La mobilisation associative contre le TGV Méditerranée », Politix n° 39, pp. 109-130, 1997 ; Gramaglia, Ibid.

50 Richard Sennet, Ibid.

51 Olivier Mongin, La condición urbana. La ciudad a la hora de la mundialización, Buenos Aires, Paidós, 2006.

52 Eduardo Canteros, Ibid., p. 29.

53 Enrique Aliste, « Imaginarios del desarrollo y prácticas de transformación del ambiente. Una discusión conceptual desde la geografía social ». Actas del XI Coloquio Internacional de Geocrítica, Universidad de Buenos Aires, 2010 [en ligne], consulté le consulté le 8 décembre 2011. URL : http://www.filo.uba.ar/contenidos/investigacion/institutos/geo/geocritica2010/585.htm

54 Sennett, Ibid., p. 296.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Barozet et Consuelo Biskupovic, « Pluralité et territoires dans les espaces publics au Chili : Réflexions sur une action collective située », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/64089 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.64089

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Barozet

Département de Sociologie, Université du Chile, ebarozet@uchile.cl

Consuelo Biskupovic

Doctorante en anthropologie à l’EHESS (IRIS) et à l’Université du Chili, cbiskupovic@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page