Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2012Jean Hébrard (dir.), Brésil : qua...

Sílvia Capanema P. de Almeida

Jean Hébrard (dir.), Brésil : quatre siècles d'esclavage. Nouvelles questions, nouvelles recherches, Paris, Karthala/CIRESC, 2012, 368 p.

[10/12/2012]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage collectif organisé par le chercheur brésilianiste Jean Hébrard devient une lecture obligatoire en langue française – ou au moins vivement conseillée – à tous ceux qui veulent comprendre les quatre siècles d'esclavage au Brésil et ce qu'on a écrit sur le sujet, du début des années 1500 à 1888. Tout d'abord pour son introduction, « L'esclavage au Brésil – le débat historiographique et ses racines », signée par l'organisateur, un remarquable essai de synthèse et de lecture critique des principaux travaux sur l'esclavage brésilien, écrit en 56 pages et avec de nombreuses notes. Mais aussi, bien sûr, pour les articles des différents historiens reconnus disponibles dans cet ouvrage.

2En combinant ses capacités d'historien des idées et d'historien de l'esclavage, Jean Hébrard rend compte des principaux courants et paradigmes dans ce domaine à partir des ouvrages publiés, des thèse soutenues, mais aussi des revues scientifiques – dans lesquelles se produisent souvent les idées les plus « avant-gardistes » et les débats historiographiques d'actualité – ainsi que les mémoires de mestrado, qui sont au Brésil – ou l'ont été – des fruits de véritables recherches. La synthèse historiographique ne perd pas pour autant de vue qu'il s'agit d'un sujet avec de multiples implications politiques. Il est ainsi question de rappeler les contextes politiques qui entourent la production des travaux : dès les premières études historiques sur le sujet produites pendant un moment d'expansion universitaire mais aussi de répression de la pensée, la dictature civile et militaire, au contexte bien plus contemporain de mise en valeur des héritages africains. Il revient aussi à la production d'Emília Viotti da Costa, Professeur à l'Université de São Paulo mise à la retraite pendant la dictature, dont la production met en évidence les différences entre l'esclavage rural et urbain, la violence du système esclavagiste et les formes de résistance, en réponse à une vision de l'esclavage gentil issue de l'interprétation du sociologue Gilberto Freyre. Il nous rappelle également l’existence de véritables luttes d'idées : comment penser l'esclavage brésilien à travers le marxisme, le structuralisme puis à partir du changement de paradigmes en sciences sociales. Ce texte traite également des rapports politiques qui composent une géographie de l'écriture de l'histoire de l'esclavage au Brésil : l'importance dans ce cadre de l'« école de São Paulo », tout d'abord marquée par les études en sociologie issues du projet de l'Unesco des années après-guerre, comme celles de Florestan Fernandes, Thales de Azevedo et Otávio Ianni, qui dénoncent le racisme au Brésil et réfutent la vision de Freyre. Ensuite, la place des recherches produites à l'Université de Campinas (Unicamp), qui proposent une histoire sociale et culturelle dans la ligne d'Edward P. Thompson, cadre dans lequel nous situons la production de l’historienne Silvia Hunold Lara, qui signe un chapitre dans ce livre collectif sur les fêtes des confréries au XVIIIe mettant en évidence l'importance de la culture, des représentations et des symboles pour comprendre les rapports sociaux.

3Il convient aussi de rappeler la place donnée aux recherches produites à Rio de Janeiro, à l'Université Fédérale Fluminense notamment, à Bahia, autour de la revue Afro-Ásia, et enfin au Minas Gerais et au Rio Grande do Sul. Voici grosso modo un panorama géographique de l'écriture de l'histoire de l'esclavage au Brésil. De plus, il nous rappelle, sur cette géographie politique de la production intellectuelle sur l'esclavage brésilien, que les principaux échanges ont été menés avec les universitaires anglo-saxons, en particulier des chercheurs des États-Unis. Cette « présence » du milieu intellectuel nord-américain se ressent dans les publications, ainsi qu'à travers le rôle des brésilianistes états-uniens – nombreux sont ceux dont les contributions pour l'histoire de l'esclavage sont citées dans le livre, comme Robert Slenes, Professeur à Campinas, et Stuart Schwartz, de Yale University – et de la circulation des chercheurs brésiliens eux-mêmes, qui écrivent souvent suite aux séjours dans les différentes universités de l'Amérique du Nord. A Paris, Jean Hébrard fait remarquer la présence et l'ampleur du travail de Kátia de Queirós Mattoso, dont l'approche est plus tard critiquée pour mener à une vision « non-violente » de l'esclavage brésilien, et Luiz Felipe de Alencastro, Professeur à l'Université Paris IV Sorbonne, dont l'étude sur la traite – dont il faut rappeler qu’elle a impliqué l'arrivée d'environ 5,5 millions d'Africains au Brésil – est une référence dans le domaine, mais qui ne connaît pourtant pas d'édition en franÇ ais. Par ailleurs, le petit nombre de publications en langue franÇ aise sur l'esclavage brésilien est un des constat de ce livre.

  • 1  Sidney Chalhoub, Visões da Liberdade : uma história das últimas décadas de escravidão na corte,(...)

4Quant aux courants historiques, le livre met l'accent sur trois paradigmes qui ont dominé la recherche sur l'esclavage au Brésil aucours des trois dernières décennies. Le premier – et peut-être le plus significatif – concerne la question de l'agency des esclaves, autrement dit leur place en tant qu'acteurs du processus historique. Ce changement de regard permet d’envisager la population des esclaves non plus comme des choses possédées dans une structure qui existait indépendamment d'eux – et dans laquelle eux-mêmes, esclaves, se pensaient en tant qu'objets, ainsi que le laissait comprendre, entre autres, l'analyse du sociologue Fernando Henrique Cardoso – mais en tant qu'agents de leurs destins dans la mesure des possibilités existantes, lors des fuites, du marronnage, mais aussi lors de nombreux autres comportements, comme le suicide, l'assassinat, les crimes, le travail, l'achat, les organisations sociales, la vie en famille et les actions en justice. Ce changement de perspective est au cœur du travail du Professeur à l'Unicamp Sidney Chalhoub, Visões da Liberdade1, dans lequel il est aussi question de la traite à l'intérieur du Brésil : le commerce entre provinces qui se développe notamment après l'interdiction définitive de la traite atlantique, en 1851. Sidney Chalhoub démontre comment les esclaves menaient une série d'actions pour s'opposer à ce commerce interne, qui séparait souvent des familles et menaÇ ait les liens constitués. Dans le livre coordonné par Jean Hébrard, Sidney Chalhoub démontre comment les esclaves et ex-esclaves s'organisaient autour des sociétés de bienfaisance à la fin du XIXe siècle et n'hésitaient pas à saisir la justice ni à emprunter son langage pour réclamer leurs droits et la liberté.

5En suivant cette perspective, une réinvention ou un retour aux sources sur l'esclavage se produit. De l'ancien constat selon lequel il n'y avait pas assez de documents pour écrire l'histoire de l'esclavage – en grande partie en raison de la destruction des fonds par l'intellectuel et homme politique Rui Barbosa – on passe à l'idée selon laquelle les sources sont infinies ou du moins très abondantes. Il s'agit aussi de chercher à entendre la voix des esclaves, affranchis, libres et leurs descendants, à travers l'étude des procès criminels, mais aussi de relire la législation et les documents de l'époque, dont les articles de Keila Grinberg, Professeur à l'Université Fédérale de l’État de Rio de Janeiro (Unirio), et d'Eduardo FranÇ a Paiva, Professeur à l'Université Fédéral du Minas Gerais, en sont de bons exemples. La première discute comment le système brésilien d'affranchissements était garanti par la loi, ce qui a permis la permanence de l'esclavage encore longtemps après l’indépendance (1822). De même, elle démontre comment il était difficile de concevoir au Brésil, même après l'abolition, une définition juridique de citoyen. Le deuxième, à travers une série d'études de cas au Minas Gerais au XVIIIe siècle, l’auteur analyse dans quelle mesure il existait des brèches dans les codes de l'époque, auxquelles les esclaves n'hésitaient pas à faire recours pour se protéger de leurs maîtres. Ces possibilités d'ouverture expliquent à la fois la longue durée de l'esclavage et son dynamisme comme système, tout comme la résignation des esclaves parfois.

6Cette perspective de l'agency et de retour aux sources fait basculer la réflexion sur le sens de la liberté pour les populations liées à l'esclavage. D'une part, un nouvel agenda s'est concentré sur l'étude des différences – ou pas – entre le travail libre et les formes de travail servile dans le contexte. Des formes multiples d'organisation sociale émergent, comme l’existence d'esclaves dans la fonction de ganho, c'est-à-dire les esclaves utilisés pour des services ou en tant que vendeurs ambulants qui devaient apporter de l'argent à leurs maîtres. D'autre part, on étudie aussi les marges possibles de négociation et de changement des conditions, les formes d'espoir, de sentir et de vivre la liberté, durant la période où le système esclavagiste est en vigueur ou même juste après l'abolition. Ici s'inscrit le travail d'Hebe Mattos, Professeur à l'Université Fluminense, qui combine les expériences de la mémoire dans les terres de marronnage, y compris à l'époque actuelle de politisation des identités, les valeurs attribuées à la notion de « liberté » dans les témoignages – en faisant aussi appel à l'histoire orale – et la complexification du débat autour des catégories utilisées pour la couleur de la peau dans les registres avant et après l'abolition. Le terme « pardo » devient ainsi une construction de connotations politiques qui font plutôt référence aux conditions de citoyenneté qu'à la couleur de la peau proprement dite. Son article, placé en conclusion de l'ouvrage, revient sur la construction politique de l'identité des quilombos (terres de marronnage) dans la période actuelle, qui se produit selon une logique de revendication d'une visibilité raciale en détriment d'une « éthique du silence ». Ce silence était initialement mis en place afin d'éviter toute confusion entre les noirs libres et les esclaves, puis d'échapper au stigmate de l'esclavage même après l'abolition.

  • 2  Miton Guran, Agudás: Os "brasileiros" do Benin, Rio de Janeiro: Nova Fronteira/EGF - Editora Gama (...)

7Le deuxième renouveau produit dans l’historiographie de l’esclavage brésilien par cet ouvrage comprend l’introduction des autres marges de l’Atlantique, en particulier de l’Afrique. En 2003, le gouvernement brésilien, sous la présidence de Luiz Inácio Lula da Silva, promulgue une loi introduisant dans les programmes scolaires l'étude de l'histoire de l'Afrique et des contributions africaines pour la culture brésilienne. Mais même avant, des chercheurs s'étaient déjà aventurés à essayer de comprendre ce qui se passait dans les sociétés africaines, leur rôle dans la traite, ainsi que les transferts portés par les individus qui circulaient, comme c'est le cas d'anciens esclaves retournés en Afrique, notamment le cas des Béninois étudiés par Milton Guaran2. Ce terrain des circulations Afrique-Brésil et de l'esclavage en Afrique reste cependant un agenda ouvert pour les prochaines années.

  • 3  João José Reis, Flávio dos Santos Gomes, Marcus Joaquim de Carvalho, O Alufá Rufino : tráfico, esc (...)
  • 4  Junia Ferreira Furtado, Chica da Silva e o contratador dos diamantes – O outro lado do mito, São P (...)

8Enfin, la troisième nouvelle perspective historiographique concerne la mise en valeur des vies d’esclaves. Ce tournant biographique suit les tendances de l'historiographie nord-américaine encore une fois, mais aussi celle de tradition franÇ aise et italienne, et les approches de ce genre sont nombreuses et déjà incontournables. Un ouvrage récent, publié par João José Reis, Flávio Gomes dos Santos et Marcus Joaquim de Carvalho, retrace les chemins empruntés par Rufino, ancien esclave importé de l'Afrique, vendu dans le cadre de la traite intérieure du Nord vers le Sud du Brésil, qui parvient à acheter sa liberté, devient employé dans la traite transatlantique du sud – déjà clandestine après la loi de 1831 – et finit en tant qu'Alufá (sorte de religieux ou guide spirituel de l’Islam) à Recife, dans la première moitié du XIXe siècle3. Les recherches autour des vies d'esclaves proposent de penser non seulement à « l'exceptionnel normal », mais aussi à de nouvelles approches des sources : les échelles d'analyse et la combinaison de différents documents, comme les procès criminels, les registres de voyage, la presse et les écrits religieux. Il faut aussi faire mention de l'étude de Junia Ferreira Furtado, également citée dans l'introduction de Jean Hébrard, qui intègre dans sa biographie de Chica da Silva – ancienne esclave qui devient riche et propriétaire de plusieurs esclaves dans le Minas Gerais du XVIIIe siècle – la dimension mémorielle des sociétés4.

  • 5  João José Reis, Rebelião escrava no Brasil – a história do levante dos malês de 1835, São Paulo : (...)

9La présence de l’Islam dans la société de l'esclavage au Brésil avait déjà été étudiée par João José Reis, Professeur de l'Université de Bahia, dans son étude qui porte sur une importante révolte d'esclaves musulmans à Bahia en 18535. Dans le livre Brésil : quatre siècles d'esclavage, la contribution de J. J. Reis fait également usage de la perspective biographique pour raconter la vie de Domingos Pereira Sodré, un affranchi d'origine nagô résidant à Salvador de Bahia, qui avait adopté le nom de son ancien maître – comme c'était d'usage à l'époque puisqu'une manière de montrer fidélité à son ancien propriétaire et de garantir sa liberté face à toute menace de réesclavisation – et était dénoncé pour sorcellerie en 1825. Outre la pluralité d'identités et d'appartenances des esclaves et ex-esclaves, cet exemple démontre le lien entre religiosité d'origine africaine (Domingos était de religion yoruba) et la peur que ces pratiques religieuses suscitaient au sein de la société brésilienne de l'époque.

  • 6  Sidney Chalhoub, A força da escravidão : ilegalidade e costume no Brasil oitocentista, São Paulo, (...)
  • 7  Lilia M. Schwarcz, Retrato em Branco e Negro- Jornais, escravos e cidadãos em São Paulo no final d (...)

10La lecture de l'ouvrage nous amène à réfléchir sur deux autres problématiques actuelles de l'historiographie brésilienne de l'esclavage. La première concerne les nombreuses productions contemporaines sur la période post-esclavagiste. Les héritages des quatre siècles, leurs formes de mémoire, les préjugés et marques dans la structure sociale brésilienne ont permis aux historiens, toujours de faÇ on connectée à ce qu'on faisait dans les autres marges de l'Atlantique, de repenser les propres chronologies des sociétés marquées par l'esclavage et ont ouvert de nouvelles perspectives de recherche liant les différentes temporalités, espaces, cultures, politiques... La seconde concerne la question de la « réesclavisation », souvent présentée comme une grande peur qui pose des problèmes de légitimité pour les affranchis, fabrique des imaginaires et motive des révoltes – comme celles de 1852 provoquées par la crainte de l'introduction du recensement, objet d'ailleurs du dernier ouvrage de Sidney Chalhoub6 – mais qui conditionne aussi des formes de se comporter et de vivre dans une société où un Noir libre pouvait être à tout moment pris pour un esclave, comme il était déjà question dans l'ouvrage de Lilia M. Schwarcz, Retrato em Branco e Negro7.

11Brésil : quatre siècles d'esclavage fait aussi état d'un problème apparemment linguistique, mais qui est surtout idéologique, auquel se confrontent tous les chercheurs travaillant sur les questions raciales, en particulier quand on doit publier en France. Souvent les objets étudiés proposent des termes qui connaissent des usages différents au Brésil ou dans les autres espaces atlantiques, comme le cas précité de l'idée de « pardo », intraduisible. Mais, le débat qui mérite peut-être d'avoir lieu derrière la question terminologique est celui autour de la notion de « race » en sciences humaines et sociales. Certes, la « race » n'existe pas en termes biologiques – ceci n'a plus aucun sens – mais peut avoir lieu en tant qu'un concept socialement construit, notamment parce que le consensus autour de la non existance de la race biologique n'a pas empêché le racisme d'exister en ses différentes formes, tout comme les tentatives de réponse à l'exclusion raciale, tel que le phénomène de la « racialisation ». La « race » trouve ainsi, en tant que concept porté par les acteurs sociaux en différentes temporalités ou par les auteurs qui se situent dans le débat – en l’historicisant et en le problématisant – une place légitime comme un concept des sciences humaines et sociales. Cette légitimité s'invite d'ailleurs au débat à travers les sciences sociales aux États-Unis et au Brésil.

Haut de page

Notes

1  Sidney Chalhoub, Visões da Liberdade : uma história das últimas décadas de escravidão na corte, São Paulo : Cia. das Letras, 1990.

2  Miton Guran, Agudás: Os "brasileiros" do Benin, Rio de Janeiro: Nova Fronteira/EGF - Editora Gama Filho, 2000.

3  João José Reis, Flávio dos Santos Gomes, Marcus Joaquim de Carvalho, O Alufá Rufino : tráfico, escravidão e liberdade no Atlântico negro (1822-1853), São Paulo : Companhia das Letras, 2010.

4  Junia Ferreira Furtado, Chica da Silva e o contratador dos diamantes – O outro lado do mito, São Paulo : Companhia das Letras, 2003.

5  João José Reis, Rebelião escrava no Brasil – a história do levante dos malês de 1835, São Paulo : Companhia das Letras, 2003.

6  Sidney Chalhoub, A força da escravidão : ilegalidade e costume no Brasil oitocentista, São Paulo, Companhia das Letras, 2012.

7  Lilia M. Schwarcz, Retrato em Branco e Negro- Jornais, escravos e cidadãos em São Paulo no final do século XIX, São Paulo : Companhia das Letras, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sílvia Capanema P. de Almeida, « Jean Hébrard (dir.), Brésil : quatre siècles d'esclavage. Nouvelles questions, nouvelles recherches, Paris, Karthala/CIRESC, 2012, 368 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 07 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/64443 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.64443

Haut de page

Auteur

Sílvia Capanema P. de Almeida

Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité/Pléiade-CRESC (EA 2356), F-93430, Villetaneuse, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search