Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Emmanuelle Piccoli, Les rondes paysannes. Vigilance, politique et justice dans les Andes péruviennes, Louvain-La-Neuve, L’Harmattan/Academia s.a., 2011, 168 p., coll. Anthropologie Prospective, n°9

[03/12/2012]

Texte intégral

1Emmanuelle Piccoli, anthropologue, s’est penchée sur le fonctionnement des rondes paysannes (rondas campesinas) de la région de Cajamarca, située au nord du Pérou, à quelque 800 kilomètres de la capitale Lima. Bien connue des historiens de l’Amérique coloniale pour avoir été le lieu de la Rencontre entre Atahuallpa et Pizarro en 1532, cette région a également suscité de nombreux travaux historiographiques sur la violence politique aux xxe et xixe siècles. A la fois considérée comme zone rurale historiquement fortement métissée, elle connaît, depuis les années 1990, un développement important de son activité minière avec l’exploitation de la mine de Yanacocha, au nord de la capitale départementale, la ville éponyme de Cajamarca.

2C’est une approche proprement ethnographique que celle offerte tout au long des huit chapitres que composent l’ouvrage. E. Piccoli relève le caractère sui generis des rondes paysannes qui, à lui seul, justifie la recherche. Ce travail est en effet issu d’une thèse de doctorat, soutenue à l’Université de Louvain-La-Neuve en 2010. Fondée sur un travail de terrain mené en particulier dans les environs de Hualgayoc entre 2005 et 2010, l’analyse du fonctionnement des Rondes paysannes permet à l’auteur de prendre en compte plusieurs dimensions (historique, sociologique, culturelle, religieuse, économique et juridique) de ces organisations paysannes dont l’objectif est d’assurer la sécurité des habitants et d’administrer la justice locale. Parfois confondues avec les comités de vigilance mis en place lors du conflit armé entre l’Etat et le Sentier Lumineux (1980-2000), les rondes paysannes ne se présentent pourtant pas comme des milices mais comme des « organes de gestion politique des communautés paysannes ». Le travail d’Emmanuelle Piccoli se distingue d’une étude des conflits ou des violences politiques, sociales, économiques. Cependant, un succint rappel historique souligne la nécessité réitérée de « faire face à la violence » et l’on peut regretter l’absence d’analyse plus approfondie des violences dont il est fait mention pour caractériser la gestion des conflits ruraux.

3Au plus près des délibérations des assemblées qu’elle a pu observer, l’auteur s’attache à montrer l’originalité des rondes paysannes, appuyées par l’église et inscrites dans une « longue histoire de violence » issue du « système des haciendas », et leur transformation avec le développement des activités minières. Sensible aux rôles des hommes et des femmes, elle décrit le fonctionnement interne de ces organisations politiques locales, dont le nombre recensé en 2006 s’élève à plus de 5 000, ainsi que leurs relations avec l’Etat national, dans le cadre de leur reconnaissance légale dans les années 1980.

4Trois éléments caractérisent ces organisations : leur caractère nocturne, essentiellement masculin et l’administration de justice qui fait l’objet de deux chapitres (4 et 8) qui ont particulièrement retenu notre intérêt. Les femmes, ainsi que les personnes âgées habituellement exclues des activités de patrouille, participent à cette justice communale lors des assemblées organisées pour la gestion des tours de rondes. Ces réunions, dont l’auteur décrit le déroulé et le formalisme, apparaissent comme des instances communautaires à vocation politique où s’opère notamment une remontée d’informations depuis les différentes « bases ».

5La thèse d’Emmanuelle Piccoli est que les rondes paysannes, bien plus que des patrouilles, constituent un mode de gouvernance locale qui définit les formes du « vivre ensemble ». Au-delà de la sécurité, elles assurent l’identité des communautés paysannes depuis près de quarante ans. Les premières rondes de nuit apparaissent dans les années 1960 pour lutter contre une recrudescence du vol d’animaux (abigeato). A la fin de la décennie, la réforme agraire entraîne la disparition des haciendas. Elles constituaient une autorité politique importante et leur absence renforce le besoin de surveillance et de sécurité face à une vague de banditisme (bandolerismo) surgie dans les campagnes. Les rondes, assurées par les paysans, s’organisent davantage, en prenant modèle sur celles que les hacendados avaient mises en place pour protéger bétails et entrepôts. La première Ronde paysanne est ainsi créée en 1976 dans la communauté de Cuyumalca. D’autres suivent qui procèdent à l’arrestation des délinquants pour les remettre à la police. Cependant, celle-ci ne les dissuade pas de sorte que, face à ce que l’auteur qualifie « d’abandon de l’état », les rondes paysannes prennent de l’ampleur et étendent leurs compétences de justice et de police, jusqu’à devenir une véritable institution administrative locale, légalement reconnue, chargée de rendre la justice au niveau communal, dans des matières touchant aussi bien aux infractions contre les biens ou les personnes qu’aux héritages ou aux dettes, entre autres.

6Les modes de résolution de conflits s’inscrivent par conséquent dans le cadre légal d’une justice de proximité dont l’auteur rend compte à travers ses notes de terrain et qu’elle qualifie de « réactive », « intégrale et basée sur l’interconnaissance ». Cette justice s’apparente à de l’arbitrage et à de la médiation dont la particularité est de pouvoir ne pas reposer sur la loi mais sur l’équité. L’auteur interroge les motivations des décisions qui sont rendues dans les causes présentées aux rondes paysannes et, face à ce qu’elle interprète comme une difficulté à « nommer les règles » objectives qui sous-tendent les décisions rendues, conclut que « les décisions sont prises sur la base de conceptions partagées en ce qui concerne ce qui est condamnable et la manière dont on doit condamner. » et que la justice « prend en compte le comportement de l’individu dans son ensemble ».

7Si parfois les conclusions tirées par Emmanuelle Piccoli mériteraient une plus grande largesse dans l’exposition des éléments qui sous-tendent l’analyse – celle-ci s’exposant généreusement à la critique adressée aux historiens ayant recours à la notion d’infrajustice et ses dérivés – il faut reconnaître à ce travail le mérite de donner à voir le fonctionnement complexe de cette justice paysanne locale. Sa particularité tient notammment au fait qu’elle soit entourée du silence de la nuit, les assemblées comme les patrouilles et les infractions se déroulant la plupart du temps une fois le soleil couché. Cette justice nocturne de l’entre-soi, presqu’intime quand bien même les sanctions peuvent être infligées au corps et devant la communauté rassemblée, est révélée par l’écriture dépouillée de l’auteur qui en fut témoin. Ainsi, ce petit livre simple, qui emprunte parfois des raccourcis discutables, ouvre bien des pistes pour une approche sensible de la dimension équivoque de la justice qui contraste résolument avec les scandales diurnes de l’administration judiciaire tranchante et impersonnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Emmanuelle Piccoli, Les rondes paysannes. Vigilance, politique et justice dans les Andes péruviennes, Louvain-La-Neuve, L’Harmattan/Academia s.a., 2011, 168 p., coll. Anthropologie Prospective, n°9 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/64446

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page