Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Josianne Paul, Sans différends, point d’harmonie. Repenser la criminalité en Nouvelle-France, Les Cahiers du Septentrion, Québec, 2012, 355 p.

[14/12/2012]

Texte intégral

  • 1 Emile Durkheim, De la division du travail social, Paris, Presses Universitaires de France, p. 35.

1Il n’y a pas que la divine vengeance pour poursuivre le crime. A la fin du XIXe siècle est engendrée une science, la criminologie, qui fait de l’iter criminis son principal objet d’étude. Parsemé d’acteurs (coupables, victimes, juges, témoins, etc.), le chemin du crime serpente depuis l’acte (élément matériel) et ses mobiles (élément intentionnel) jusqu’à la résolution du conflit né du désordre provoqué (répression et prévention). On imagine sans peine l’étendue de cet espace, aussi bien intime que judiciaire et politique, et l’on connaît la soif des sciences humaines et sociales pour l’appréhender à travers les archives judiciaires. Et ce d’autant plus que la production écrite (rapports, enquêtes, témoignages, etc.) est, de tout temps, très volumineuse. L’historiographie récente s’est mise à la page pour (ré)inventer de nouveaux champs de partage avec la sociologie, l’anthropologie, la science politique, la médecine et le droit : celui des études des comportements criminels, de la police, de la psychiatrie et, sans doute le plus vertigineux, les études sur la justice. Bien sûr, la dette à l’égard de Michel Foucault est grande, mais également à l’égard de Emile Durkheim, Gabriel de Tarde, Gustave Lebon, Cesare Lombroso, Alphonse Bertillon, Maurice Garçon, etc., tous penseurs inquiets des XIX et XXe siècles remués par les agitations concomitantes de la conscience de la part de la psychanalyse et de la psychiatrie. Pour Emile Durkheim, « le crime froisse des sentiments qui, pour un même type social, se retrouvent dans toutes les consciences saines ».1

  • 2  Plusieurs œuvres historiographiques, individuelles ou collaboratives, constituent néanmoins d’inco (...)

2De leur côté, les études sur la justice d’Ancien Régime prospèrent au rythme des courants historiographiques et des opportunités éditoriales, bénéficiant du caractère judiciaire du grand nombre d’archives disponibles pour connaître les comportements des acteurs du passé. Sans jamais que soit vraiment défini le syntagme justice2, les mécanismes de son administration sont le plus souvent décrits au moyen des spectaculaires figures du crime et du délit, également en manque de définition ou de contours dans de nombreux travaux. Une certaine historiographie sur la justice confond l’étude de son administration, le plus souvent institutionnelle, avec celle de la perception que peuvent en avoir les contemporains. De son côté, l’histoire de la justice de B. Garnot, généreuse sur l’Ancien Régime, est une esquisse de l’histoire sociale des déviances et des déviants plutôt qu’une véritable tentative d’historiciser la justice au-delà du judiciaire, auquel tout finit par se rapporter.

3Nous en sommes là lorsque paraît le livre de Josianne Paul, Sans différends, point d’harmonie. Repenser la criminalité en Nouvelle-France, en 2012, qui, avec beaucoup de pédagogie et de références bibliographiques, atteint trois objectifs : l’introduction de la criminologie dans le champ des études sur la justice d’Ancien Régime, qui permet de désincarcérer l’histoire de la justice de celle des déviances citée plus haut3 ; l’espace grand ouvert pour le dialogue des historiographies européennes et américaines (du Nord comme du Sud) sur la justice, le crime et la criminalité ; modifier le rapport des historiens aux sources judiciaires, conditionné par la criminalité contemporaine et sa répression, de façon à sortir de la dialectique innocent/coupable comme axiologie centrale du processus pénal.

4A cause des différentes facettes de l’action criminelle et de sa répression, l’introduction de la criminologie dans le champ de l’histoire provoque les limites de la discipline historique. Le choix se justifie par conséquent, selon l’auteur, par les interrogations méthodologiques qu’il implique et qui peuvent contribuer à l’avancement des connaissances sur les aspects sociaux des conduites passées culturellement associées au crime. Par ailleurs, l’essence transdisciplinaire de la criminologie vise à instaurer un dialogue autour de la définition du crime et traitement social des actes délictueux dans des contextes sociaux aussi bien coloniaux que métropolitains.

5Le livre est divisé en quatre chapitres qui suivent l’iter criminis (du « comportement potentiellement criminalisable » aux dénouement de la situation-problème) en prenant pour ligne d’horizon non pas la répression ou le contrôle social exercés par l’état mais la nécessité sociale – différente de l’opinion publique – de résoudre les conflits pour conserver l’harmonie de la communauté des colons de Nouvelle-France, colonie royale créée en 1663. La période étudiée correspond à celle de l’activité du tribunal royal de Montréal entre 1693 et 1760, durant laquelle la population de la ville passe de 3 000 habitants à 11 500 habitants. La pratique des tribunaux royaux est encadrée par l’Ordonnance civile de Saint-Germain-en-Laye de 1667 et par la grande Ordonnance criminelle de 1670. Le Conseil souverain de Québec fonctionne comme juridiction d’appel.

6Pour définir le crime et la criminalité, Josianne Paul a recours à la notion de « situation-problème », développée par les criminologues Louk Hulsman et Pierre Landreville, qui permet de remettre en cause la représentation binaire de la justice d’Ancien Régime et d’écarter la notion de contrôle social. Les situations-problèmes sont celles « pouvant potentiellement aboutir à une accusation criminelle devant les tribunaux coloniaux ». La potentialité du crime, qui se trouve à l’origine de l’iter criminis et que la science criminelle tout comme le droit pénal contemporain abordent pour déterminer la tentative, résonne avec les préoccupations historiennes. La prendre en compte revient en effet à s’intéresser aux alternatives des choix des acteurs du passé pour faire émerger le champ des possibles et se prémunir face au raisonnement téléologique. La résolution des querelles permet ensuite d’atteindre le sentiment de justice plutôt que la « justice » en tant qu’entité administrative. L’idée de justice se dessine alors à travers la demande et non plus par l’étude de l’offre. Ainsi, en Nouvelle-France comme dans les autres espaces d’Amérique, le crime et la criminalité sont deux concepts définis à partir des préceptes normatifs tenus par les administrations royales dans lesquels le discours religieux occupait une place centrale, mais la justice peut s’obtenir hors les murs de son administration.

  • 4 Par ailleurs étudiée en situation coloniale dans le cas du royaume du Chili par María Eugenia Albor (...)

7Les chapitre 2 et 3 sont consacrés respectivement aux origines privées des situations-problèmes (atteintes à l’honneur privé et public, à l’honneur féminin, la famille, au travail et à la propriété) et à leur dénouement par les modes conciliatoire, compensatoire et processuel. Si le chapitre 2 manque de profondeur quant à l’analyse des situations proposées à propos des atteintes à l’honneur et conduit l’auteur à méconnaître toute la complexité de l’injure dans la société d’Ancien Régime4, l’examen approfondi des situations familiales, de travail et des relations de propriété permet d’écorner à bon escient de nombreuses idées reçues. Le chapitre 3 a, quant à lui, ravi notre attention par le soin porté au rôle du notaire et la part belle faite à son office, judicieusement classé parmi les instances conciliatoires et les instances compensatoires. L’étude comprend enfin les moyens de règlement de conflits usités par l’administration royale opposée à ses sujets, traités comme situations-problèmes au chapitre 4.

8Cette étude de la criminalité en milieu colonial et de la réaction sociale face au crime, esquisse en réalité une véritable économie des justices d’Ancien Régime. Nous souhaitons qu’elle puisse prospérer au sein des études portant sur l’Amérique hispanique et que ce livre soit diffusé.

Haut de page

Notes

1 Emile Durkheim, De la division du travail social, Paris, Presses Universitaires de France, p. 35.

2  Plusieurs œuvres historiographiques, individuelles ou collaboratives, constituent néanmoins d’incontournables essais : ainsi la somme d’histoire politique de la justice de Jean-Pierre Royer ou les travaux de Jacques Krynen sur les magistrats, ainsi que ceux de Frédéric Chauvaud, Jean-Luc Farcy, Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Xavier Rousseaux, entre autres. Voir en particulier Jean-Luc Farcy, « Quelle histoire pour la justice ? », Criminocorpus, revue hypermedia, [en ligne], Varia, mis en ligne le 6 novembre 2012, consulté le 22 novembre 2012, URL : http ://criminocorpus.revues.org/2096.

3 Voir le dossier sur l’histoire de la criminologie paru dans Crimicorpus en 2005 : http://criminocorpus.revues.org/161.

4 Par ailleurs étudiée en situation coloniale dans le cas du royaume du Chili par María Eugenia Albornoz Vásquez. Voir entre autres dans cette revue « Seguir un delito a lo largo del tiempo: interrogaciones al cuerpo documental de pleitos judiciales por injuria en Chile, siglos XVIII y XIX », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En línea], BAC - Biblioteca de Autores del Centro, 15 diciembre 2007, URL : http://nuevomundo.revues.org/13033 ; « Dire des sentiments vécus au singulier. La frustration et la colère d’un marchand de tissus qui se voulait bon père. Ciudad de México, 1714-1717. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En línea], Coloquios, 16 marzo 2006,. URL : http://nuevomundo.revues.org/2250.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Josianne Paul, Sans différends, point d’harmonie. Repenser la criminalité en Nouvelle-France, Les Cahiers du Septentrion, Québec, 2012, 355 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/64553

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page