Navigation – Plan du site
Débats | 2012
Ronald Raminelli

Classifications sociales et hiérarchies de la couleur

[17/01/2013]

Résumé

Le présent article analyse les liens entre la couleur de la peau, les habitudes et la qualité des individus, à partir des chroniques, des sermons, des documents administratifs, des concessions de titres des Ordres Militaires et des actes du Saint-Office entre 1650 et 1750. Il s’interroge sur les classifications sociales et les hiérarchies en fonction de la couleur, ainsi que sur le critère racial, tel qu’il est conçu au Portugal et dans le Brésil colonial. Il analyse notamment la dichotomie entre le blanc noble et le nègre vil, le caractère inné des habitudes ou la capacité d’hériter le comportement et la morale.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

mulâtres, race, Noirs

Géographique :

Brésil, Portugal

Chronologique :

XVIe siècle, XVIIe siècle
Haut de page

Notes de l’auteur

Pour réaliser cet article, j’ai bénéficié des critiques de Sílvia Lara, Ronaldo Vainfas, Nuno Monteiro, Larissa Viana, Roberto Guedes, Jorge Victor de Araújo e Souza, Bruno Silva e de Daniel Precioso. Mes remerciements tous particuliers à Nuno qui a facilité mon accès à plusieurs documents, notamment la “Consulta do Desembargo do Paço”  

Texte intégral

  • 1 Frei Manuel Calado, O valeroso Lucideno, São Paulo/Belo Horizonte, Edusp/Itatiaia, 1987, v. 1 p. 83 (...)
  • 2 Frei Manuel Calado, O valeroso Lucideno, p. 238.

1En faisant allusion à l’héroïsme de Henrique Dias, gouverneur des troupes noires et métisses pendant les guerres du Pernambouc, le Père Manuel Calado (1584-1654) n’a pas ménagé ses éloges. La bravoure et la détermination de ce militaire faisaient de celui-ci un noble guerrier. Se qualités furent mises en évidence lors de l’épisode narré par Calado : en plein affrontement, une balle hollandaise atteint la main de Dias et la met en pièces. Sachant que les projectiles ennemis étaient empoisonnés, Dias demande au chirurgien d’amputer sa main juste au dessus du poignet. « Il disait toujours que bien que les Hollandais lui avait pris sa main gauche, il lui restait quand-même la droite pour se venger »1. Pour le récompenser, le roi lui octroya l’habit de Cavalier de l’Ordre du Christ. En principe Dias renonça au don royal, et promit qu’il ne porterait la décoration que le jour où le Pernambouc serait libéré2. L’attitude du noir affranchi avait suscité la révérence du chroniqueur, car, à l’instar d’un gentilhomme, il avait prouvé sa valeur par sa ténacité à combattre l’ennemi, et de cette sorte, avait fait preuve de sa loyauté envers la monarchie. Dans sa chronique, il s’est servi du thème des couleurs pour présenter les qualités de Dias, en faisant contraster le blanc et le noir.

  • 3 Frei Manuel Calado, O valeroso Lucideno.. p. 81. Voir également, Diogo Lopes Santiago, História da (...)
  • 4 Frei Manuel Calado, O valeroso Lucideno.. p. 238.
  • 5 Sur la conceptualisation de racisme et de su idéologie, voir: Les Back and John Solomos, Theories o (...)

2Calado affirmait qu’en dépit de la noirceur de la peau du valeureux militaire, sa loyauté, sa disposition pour la lutte et son comportement étaient « blancs ». Le père Calado vantait les prouesses de l’esclave affranchi, mais en faisant ressortir la « blancheur » de ses actions et de ses efforts : phrase à supprimer, redondante. Dans l’ouvrage O Valeroso Lucideno (1648), le héros était « noir de peau, mais blanc par ses œuvres et ses efforts. » 3 Après l’instauration de la guerre pour la divine liberté, le chroniqueur évoque le symbolisme des couleurs : » (...) abstraction faite de sa peau noire, il l’emporte sur beaucoup de Blancs en maintes qualités remarquables » 4. Ce passage semble soutenir que les habitudes des Blancs étaient nobles, et ne se retrouvaient pas chez les Noirs, marqués par la couleur et leur condition servile. Pour le chroniqueur de la Révolution de Pernambouc Henrique Dias serait, d’une certaine façon, « un noir à l’âme noble, à l’âme blanche ». De nos jours, un commentaire de ce genre serait considéré politiquement incorrect et associé à des pratiques racistes, et on peut se demander si cette phrase de Calado était de la même nature. Serait-il anachronique de considérer la prétendue supériorité du Blanc sur le Noir comme une manifestation raciste5 ?

3D’autre part, outre le contraste entre les couleurs, il convient également de faire ressortir le lien étroit qui était établi entre la couleur de la peau et le comportement. En spéculant sur la phrase qui déclarait que les Blancs – à l’opposé, d’une façon générale des Noirs – menaient à bien leurs « œuvres et efforts », on peut en déduire que l’héroïsme de Henrique Dias provenait du fait qu´il se conduisait comme un Blanc. Il était donc une exception qui confirmait la règle. Nous pouvons conclure, en dernière analyse, que Frei Calado, associait, en fait, la couleur de la peau aux coutumes. Les « œuvres et les efforts » seraient-ils innés chez l’enfant? Seraient-ils hérités de père en fils ? La couleur déterminerait-elle effectivement le comportement des personnes?

4Les phrases de Calado sont trop courtes pour répondre à toutes ces questions. Son témoignage, cependant est loin d’être chose exceptionnelle. Il s’ajoute à divers autres témoignages. Entre 1650 et 1750, si l’on consulte les lettres, les chroniques, les sermons, les documents administratifs, les concessions de titres des Ordres Militaires et du Saint-Office, on trouve des références au lien entre la couleur de la peau, les mœurs et la qualité des individus. En résumé, le présent article s’emploie à analyser ces témoignages à partir de deux questions complémentaires: 1 : la hiérarchie entre les couleurs de la peau et la dichotomie entre le Blanc noble et le Nègre vil ; 2 : Le caractère inné des habitudes ou la capacité d’hériter le comportement et la morale. A partir de ces questions, l’article veut réfléchir sur les classifications sociales, et particulièrement sur la hiérarchie de la couleur et sur l’idée de race dans le Brésil colonial.

5Je restreindrai mon analyse à la période qui s’étend entre les guerres contre les Néerlandais et la période antérieure aux réformes du Marquis de Pombal à partir de 1750. L’étude part des chroniques de guerre, des demandes de grâces et d’habilitations aux Ordres Militaires, des supplications de noirs et de métis invoquant leurs actes de bravoure. L´étude s’achève sur la période qui précède les réformes du Marquis de Pombal, antérieures aux lois qui ont atténué l’influence du critère religieux dans la définition des hiérarchies sociales.

Couleurs et races dans l’historiographie

  • 6 Il faut noter que les études basées sur les témoignages de la deuxième moitié du XVIII ne sont pas (...)
  • 7 Ronaldo Vainfas, “Colonização, miscigenação e questão racial: notas sobre equívocos e tabus da hist (...)

6Au cours des dernières années, aucune nouvelle recherche sur les hiérarchies sociales basées sur la couleur et sur l’idée de race - notamment pendant la période antérieure aux réformes de Pombal - n’a fait jour. 6 Quoique controversées, ces deux critères sont utiles pour évaluer les privilèges et les interdits qui soutenaient ou empêchaient l’ascension sociale des Portugais, des Africains, des Indiens et des mulâtres dans l´empire portugais. Comme le rappelle Ronaldo Vainfas7, des recherches plus poussées sur la construction des notions de couleur, de race et de qualité dans le monde portugais de l’Ancien Régime, entre le XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle.

  • 8 Pour ce groupe voir: Jean-Pierre Zuñiga, La voix du sang. "Du métis à l´idée de métissage en Amériq (...)

7D’une façon générale, les historiens et les politologues ne se penchent sur la question raciale que pour traiter de l’histoire des deux siècles derniers. D’autres chercheurs, cependant, sont favorables à l’emploi du terme « race » ou de son concept dans la période antérieure. Les premiers considèrent que les classifications socio-raciales n’ont pris de l’importance qu’à partir du milieu du XIXe siècle. Pour ceux qui soutiennent cette conception, l’usage de la notion de race serait inadéquat pour comprendre la dynamique sociale de l’Ancien Régime. 8

  • 9 Pierre H Boulle, Race et esclavage dans la France de l´Ancien Régime, Paris, Perrin, 2007, p. 61-62 (...)
  • 10 Christian Delacampagne, L'invention du racisme: Antiquité et Moyen Age, Paris, Fayard, 1983; James (...)

8Quelques historiens préfèrent analyser le terme « race » dans le contexte de ses variations temporelles.9 James H. Sweet a exploré les fondements du racisme dans la pensée occidentale dans la période qui s’étend entre le XVe et le XVIe siècle. Pour ce faire il a étudié ses racines dans la traite d’esclaves exploitée par les Arabes du Nord de l’Afrique. Cette recherche lui a permis de contredire les conclusions de plusieurs chercheurs de l’Amérique Latine. Sweet estime que le racisme, avant même la découverte du Nouveau Monde s’engendrait déjà dans l’Europe médiévale, eu égard au commerce d’esclave entre Arabes et Ibériques. Il contestait ainsi la thèse qui considérait l’expansion maritime et le capitalisme comme facteurs déterminants de l’esclavage et du racisme. D’ailleurs, l’idiome racial s’est consolidé par la diffusion du capitalisme, mais ce dernier facteur ne l’explique certainement pas. L’idée de race qui s’est consolidée pendant la période allant du XVIIIe au XIXe siècle, a impulsé le racisme, mais ne l’a certainement pas inventé.10

  • 11 Christian Delacampagne, L'invention du racisme… p. 144 et 165.

9Pour Sweet, le concept de «race» à l’époque moderne était quasiment un synonyme » d’habitudes » et ces deux concepts ne pouvaient pas être séparés. Ainsi beaucoup de peuples étaient considérés inférieurs en raison de leurs coutumes. Ce classement transcendait fréquemment le comportement de l’individu et perdurait dans sa descendance. Les habitudes aberrantes étaient héritées, de la même façon que l’infériorité : » Behavioral pattern and lifeways that Europeans viewed as aberrant were linked to genetically fixed qualities - especially phenotype and skin color ». De sorte que pour James Sweet, avant-même la consolidation de l’idéologie raciale, avant-même le tournant du XVIII au XIXe siècle, la perpétration de pratiques racistes était chose commune : « Rather, the treatment of black Africans from Middle Age to the modern period appears to be racism without race ».11

  • 12 Hebe Maria Mattos, “A escravidão moderna nos quadros do Império português: O Antigo Regime em persp (...)

10Ses conclusions permettent certainement de catégoriser comme racistes les éloges de Calado à Henrique Dias. En somme, cette thèse renforce le principe qu’à l’époque moderne la couleur noire conditionnait les habitudes, et quoique l’idéologie des races ne fut pas dominante, le racisme était l’élément responsable de l’infériorité des noirs. Abondant dans ce sens, Hebe Maria Matos a étudié l’emploi de ce terme, et, sans minimiser l’importance de sa base religieuse, a souligné que la stigmatisation inhérente à la captivité contenait une logique « proto-raciale » 12

  • 13 María Elena Martínez, Genealogical fictions, Stanford, Stanford University Press, 2008, p. 11.

11C’est Maria Elena Martinez qui a présenté le bilan le plus lucide sur ce sujet. Elle reconnait en principe que le discours racial s’est affiné au cours du XIX siècle, mais affirme la pertinence de l’usage de la notion de race pour pouvoir comprendre la hiérarchie entre les peuples dans les temps modernes. Pour Martinez, bon nombre de spécialistes ont démontré la variation temporelle, spatiale et culturelle des significations et usages du concept de race. D’ailleurs, pendant cette période, l’usage de ce concept n’était pas exclusivement associé à la différentiation biologique entre les hommes, mais était également influencé par la culture et par la classe. De cette sorte, assure cette chercheuse, il est trompeur de ne relier le concept de race qu’au déterminisme biologique, car il invoque également des éléments sociaux et culturels. C’est-à-dire : « The shifting meaning and uses of race simultaneously underscore is social constructedness and suggest that there is no single, transhistorical racism but rather historical conditions ».13

  • 14 Jean-Fredéric Schaub, "La catégorie – études coloniales – est-elle indispensable? " Annales, 63, 20 (...)

12Il faut également préciser que le terme « race », selon Jean-Frédéric Schaub14, doit être analysé comme faisant partie d’un système idéologique forgé non seulement dans les sociétés européennes, mais également dans le vécu colonial, dans les contacts intimes entre blancs, indiens, noirs e asiatiques. Inévitablement, les échanges et conflits entre ces peuples étaient plus intenses outre-mer, mais des villes comme Lisbonne, Séville et Paris n’étaient pas à l’abri des mouvements migratoires et de la miscégénation.

13Il faut ajouter en plus que le nœud de la question est de comprendre les concepts de race et de racisme et les variations de ces concepts tout au long du temps. Même si a recours à cette argumentation, je me demande s’il est effectivement pertinent de qualifier de « racistes » le préjugé d'Ancien Régime contre les noirs.

La couleur dans le débat sur l’origine des hommes

  • 15 Francisco Brito Freire, Nova Lusitânia, história da guerra Brasílica, Lisboa, Officina Joam Galram, (...)

14La couleur de la peau n’était pas un thème étranger aux chroniques de la période coloniale. Les écrits partaient du principe adamique, de l’origine unique des hommes pour comprendre la diversité des couleurs et des habitudes. Si tous les hommes étaient fils de Dieu et blancs, d’où venaient les couleurs noire et rouge, la couleur de la peau des indiens et des noirs ? Ou encore, si les Noirs et les Indiens vivaient à une distance égale de la ligne équatoriale de la Terre, et recevaient la même quantité de rayons solaires, pourquoi les uns devenaient Noirs e les autres « rouges », se demandait l’ancien gouverneur Francisco Brito Freire (1625-1692) dans son récit sur la guerre sur le sol brésilien : » ils vivent à une distance égale du même parallèle, ceux d´ici et ces de là bas, mais les uns sont rouges et les autres sont noirs ». Pour expliquer ces différences Brito Freire indiquait deux réponses possibles. En ayant recours à la Bible (Gen.9, 22-25), il faisait allusion à la descendance de Cam, maudit par son père Noé, comme l’origine des noirs et l’esclavage. Sous l’influence de la philosophie ancienne, certainement d’Aristote, Freire entendait que la couleur noire était née « de la chaleur, après que celle-ci avait été convertie en nature ». C’est-à-dire, la chaleur des tropiques, en Afrique et en Amérique, affectait la nature des hommes, en les rendant plus sombres. Comme l’Ethiopie était plus chaude, les habitants d’Angola sont devenus noirs; L’Amérique étant moins chaude, les indiens acquerraient une peau rouge. Les premiers habitants dégénéraient et perdaient peu à peu la peau blanche, « au cours du temps ils se brunissaient à la chaleur du soleil et acquerraient un tempérament plus chaud et plus intrinsèque »15. En somme, pour Brito Freire, les couleurs noire et rouge de la peau n’étaient qu’une modification de la couleur originale blanche, provoquée par le climat.

  • 16 Simão de Vasconcelos, Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil, Rio de Janeiro, Typ. de J (...)

15En dissertant sur les Amérindiens, le Pe Simão de Vasconcelos (1597-1671) abordait la même thématique et évoquait les diverses théories sur la nation d’origine et sur les parties du monde d’où étaient venus les premiers habitants de l’Amérique. Il était certain « qu’il s’agissait de “personnes de couleur blanche, et qu’ils étaient venus en bateau, par la mer, et avaient abordé dans des parages qu’ils décrivaient et que par similarité, les Portugais considérait comme étant la région de Cabo Frio ». 16 En faisant également appel à la théorie classique, le Pe Vasconcelos considérait pertinent de penser que les premiers habitants, provenant de l’île Atlante, étaient arrivés au Nouveau Monde par le littoral de Cabo Frio. En fait, l’Amérique et cette île étaient la même contrée, « plus ou moins distante des Colonnes d’Hercule ». En somme, les premiers habitants provenaient des mêmes terres, l’île de l’Atlantide et avaient la peau blanche. Mais comment, alors, se demandait Vasconcelos, avaient-ils perdu la couleur de la peau, la langue et les coutumes originaux ?

  • 17 Simão de Vasconcelos, Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil... p. LXXII.

16De même, comme le faisait Brito Freire, il disait que la couleur rouge procédait de la chaleur. Vasconcelos, cependant ne s’est pas embarrassé pour expliquer comment la chaleur passait de père en fils: s’altérait  «Ce premier homme, qui au Brésil à commencé à tanner sa peau à la chaleur du soleil (et je dis la même chose d’Angola et des autres parties ou il y a eu changement de couleur) et de par la continuation de cette situation pendant longtemps dans sa vie, a acquis peu à peu un tempérament intrinsèque et naturel, plus ardent qu’avant : mais que l’on suppose n’avoir pas été suffisant pour totalement changer le type de couleur, car ceci exigerait un degré plus intense de chaleur….»17.

  • 18 Simão de Vasconcelos, Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil... p. LXXII.

17Le changement de couleur ne se faisait pas de façon soudaine. La couleur ne s’altérait  « qu’après avoir été convertie chez eux en nature ; de-même que chez les Naturels d’Angola et dans d’autres parties, ou les hommes dégénèrent en couleur ». 18 Pour Vasconcelos, ce changement survenait chez les hommes blancs, habitant les zones torrides, où sont apparus les Indiens et les Noirs. Sans vêtements, et exposés aux rigueurs du soleil, ils perdaient la tonalité originaire de la peau. Ils «devenaient mates» et « s’assombrissaient », mais n’atteignaient jamais la coloration rouge des naturels de la terre. Leurs proches descendants n’acquéraient pas non plus la même tonalité. Pour passer du blanc au rouge, il fallait de la chaleur concentrée, de telle façon qu’elle « se transforme en nature». Alors, la chaleur permettait de modifier la nature des hommes, de changer leur couleur.

  • 19 Simão de Vasconcelos, Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil..., p. LXXIII

18L’expérience vécue en Amérique a permis au religieux de contester la théorie de la couleur d’Aristote. D’après le grand philosophe, le ventre de la mère déterminait la couleur de la peau de la progéniture. Si le ventre était chaud l’enfant aurait la peau sombre. On acceptait aussi le fait que la noirceur de corbeau provenait de la chaleur du ventre de la mère. Selon donc de ce principe aristotélien, un ventre froid produirait toujours des blancs, tandis qu’un degré élevé de chaleur produirait toujours des progénitures noires. La « détermination du ventre » ne satisfaisait cependant pas Vasconcelos, car elle contrariait l’expérience qu’il avait vécue au Nouveau Monde. En s’appuyant donc sur ce vécu, il contesta le grand philosophe: « ... parce que la femme blanche, d’un blanc engendre un enfant blanc, et d’un noir, un mulâtre, que le ventre soit chaud ou froid. D’où l’on peut manifestement conclure que ce n’est pas seulement la vertu du degré de chaleur ou de froideur ou de la chaleur du ventre qui est nécessaire, mais plutôt la vertu séminale, qui dépend des deux géniteurs ». 19

19C’est donc, en ayan recours aux cas observés, que le Père Vasconcelos a conclu que la couleur de la peau ne dépendait pas seulement du ventre, mais des géniteurs de la progéniture. Si les deux avaient une « vertu » froide, ils engendreraient des blancs, si elle était chaude chez les deux, ils produiraient des noirs. Vasconcelos cita d’ailleurs pour appuyer sa critique à Aristote un fait survenu dans la capitainerie de Pernambouc. Dans ce territoire, une femme noire éthiopienne a accouché de deux jumeaux : l’un parfaitement blanc et l’autre noir, qui auraient été conçus de deux pères, « ou d’un père blanc, qui aurait produit un métis, participant du blanc, et du noir, les deux couleurs, qui auraient dû être mélangées en une seule, auraient été séparées ». Mais certains cas contrariaient les deux hypothèses : deux pères noirs, éthiopiens ont conçu des enfants blancs. Le religieux a témoigné de ce phénomène en Angola et au Brésil. « Ceux-ci, cependant, n’entrent pas dans la règle : ce sont des espèces de monstres de la nature. » C’est ainsi que Vasconcelos concluait la controverse sur la variation de couleurs.

  • 20 David Brion Davis, O problema da escravidão na cultura ocidental, Rio de Janeiro, Civilização Brasi (...)

20Au delà du débat autour de l’origine des couleurs, il n’était pas rare, dans l’Ancien Régime, que la couleur noire fusse considérée comme un synonyme de captivité. Le missionnaire français Du Tertre était convaincu que les noirs des Indes Occidentales englobaient les caractéristiques de l’esclave naturel d’Aristote, un être qui dépendait de ses seigneurs. L’historien David Brion Davis, en analysant les écrits du religieux, a perçu le lien étroit établi entre la noirceur de la peau et la marque de l’infortune, qui concevait le travail physique comme une pénalité, comme un châtiment contre les hommes, tout particulièrement les africains, qui s’étaient rebellés contre Dieu. 20

  • 21 Jorge Benci, Economia cristã dos senhores no governo dos escravos, São Paulo, Grijalbo, 1977, p. 47 (...)
  • 22 Jorge Benci, Economia cristã dos senhores no governo dos escravos..., p.87. La catéchisation des es (...)
  • 23 Jorge Benci, Economia cristã dos senhores no governo dos escravos, p. 91.

21Les religieux n’ont pas toujours lié la couleur de la peau à l’esclavage. Pour le jésuite Benci (1650-1708), le genre humain était libre par nature et le seigneur des autres créatures. Mais cette condition s‘est renversée avec Adam et Eve, car le péché originel a provoqué la captivité, la séparation entre hommes libres et esclaves. Si Adam avait préservé son état d’innocence, conçu par Dieu, il n’existerait dans le monde, ni seigneurs, ni captivité21. De cette sorte, du fait du péché originel les hommes ont été départagés en êtres libres et brutes ignorantes, entre seigneurs et esclaves, entre seigneurs et africains (Mina et Guinée). En obéissance aux lois divines, les premiers étaient obligés « d’enseigner aux esclaves, quoique rudes, quoique ignorants, quoique brutes », les Mystères de la Foi et les Commandements de la Loi de Dieu » 22 Dans son argument initial, Benci n’associait pas la couleur de la peau à l’esclavage et considérait le péché comme cause de la différence entre les hommes. Mais peu à peu, la hiérarchie des couleurs devint plus évidente dans ses écrits. En défendant la catéchisation des esclaves, il affirmait : « Lorsque on vous a octroyé le bénéfice, vous-a-t-on transformé en Pasteur des seuls hommes libres et des blancs, ou également des noirs et des captifs ? 23

  • 24 Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino, Coimbra, Au Collegio das Artes da Companhia de Jes (...)

22C’est ainsi que dans les écrits de Benci les êtres rustiques ont reçu la couleur noire. En fait, l’origine de l’esclavage ne se trouvait pas dans la couleur de la peau, mais dans le péché. Mais la condition de pécheurs les a rendus rudes, ignorants et noirs. En dépit du fait que l’humanité provenait d’une seule origine, le péché l’a partagée en deux : les uns libres, blancs et seigneurs, les autres captifs, noirs et bruts. Sceptique par rapport à l’origine de la couleur noire, le dictionnariste Raphael Bluteau considérait plus approprié de dire que la couleur et les traits des Africains provenaient du « mystère occulte de la nature », (…) « car en cas contraire il faudrait admettre une grande quantité d’Adams pour expliquer la grande variété de nations aussi dissemblables en couleurs et traits caractéristiques ». 24

  • 25 Sur les noirs dans l’oeuvre de Vieira: Magno Vilela, Uma questão de igualdade, Rio de Janeiro, Relu (...)

23La réflexion la plus détaillée sur les liens entre la couleur et la captivité la plus aboutie des écrits du Pe Antonio Vieira (1608-1697) . 25 De la même façon que les autres religieux, il défendait la liberté comme un attribut naturel de l’humanité. Il indiquait, cependant deux principes capables de réduire les hommes à l’esclavage : le délit et la naissance. Le premier critère a légitimé la captivité par les Mauresques, responsables de l’emprisonnement et du joug exercé sur les chrétiens capturés. Les Maures perdaient donc leur liberté du fait d’une guerre juste. En ce qui touche les Noirs, continuait le jésuite, le gouvernement se fondait sur des lois justes pour châtier les crimes. Lorsqu’une sentence débouchait sur une peine capitale, la mort était commutée en esclavage. Entre les communautés noires, les guerres devinrent également une source légitime de captifs. Comme il s’agissait d’un moment privilégié pour tuer les ennemis, les combats provoquaient la mort de ces ennemis, destin qui pouvait d’ailleurs être transformée en captivité.

  • 26 Antônio Vieira, A arte de furtar, Amsterdam, Na Officina Elvizeriana, 1652, p. 359-360.

24Le deuxième critère partait du principe que les descendants de femmes esclaves, et non esclaves devaient être réduits à l’esclavage.26 Cette doctrine n’était pas toujours respectée par les Portugais qui remplissaient leurs navires de noirs dans les ports de Guinée, d’Angola, de Cafraria et de Mozambique. En Amérique, d’après le Pe Antonio Vieira, la captivité n’était pas toujours légitime et la couleur noire ne légitimait pas non plus l’esclavage. Vieira a versé beaucoup d’encre pour prouver que la peau ne déterminait pas le comportement. De plus, son dessein était de convaincre ses contemporains, qui agissaient comme si l’apparence reflétait la disposition morale des individus.

  • 27 Antônio Vieira, “Sermam XX do Rosario” in: Maria Rosa Mystica, Lisboa, Impressão Craesbeeckiana, 16 (...)

25Dans son Sermão XX du Rosário, le Pe Antonio Vieira a longuement discouru sur les couleurs blanche et noire. Son but était de reprocher la séparation existant entre les confréries de Notre Dame du Rosaire de blancs et de noirs, des seigneurs et d’esclaves. Même lorsqu’il s’agit des choses sacrées, affirma le jésuite, les hommes valorisent plus la distinction que la piété. On trouve dans ce sermon des arguments consacrés aussi bien à la valorisation de la couleur noire, qu’à la démonstration que les hommes, quoique de couleurs différentes, sont des créatures de Dieu, conçus sans hiérarchie, c’est-à-dire égaux devant le Créateur. On ne peut donc pas donc nier leur origine adamique : « Dieu les a fait tous d’une même pâte, pour qu’ils vivent unis, et ils se désunissent » 27 En fait, Vieira prouvait donc que les noirs et les blancs avaient la même nature, quoiqu’ils fussent partagés par la couleur.

  • 28 Antônio Vieira “Sermão XX do Rosario”... p.164.

26La domination et la supériorité des blancs ne s’exerçaient pas en vertu de la nature ou de la raison, mais en vertu de la force. La distinction la plus importante, continue le Pe Vieira, entre les seigneurs et les esclaves est la couleur noire. Si, dans les églises de l’Europe, on peignait les anges en blanc et les démons en noir, en Ethiopie, les couleurs étaient inversées. À l’aide de ce raisonnement, Vieira démontrait la relativité des couleurs et la fragilité de l’argumentation qui prétendait partager l’humanité. De toute façon la couleur noire avait certainement des avantages car elle seule cache mieux les défauts que la couleur blanche dévoile, et qui les enlaidit encore plus. 28 Seul le noir permet de teindre une autre couleur, y-compris la couleur blanche. Les philosophes faisaient également ressortir les avantages de la couleur noire, car cette dernière permettait « d’unifier la vision », tandis que la couleur blanche désagrégeait. Bien que Vieira indiquât les innombrables propriétés des couleurs, et fit ressortir les qualités du noir par rapport au blanc, l’argument le plus contondant et original était fourni par la couleur rouge.

  • 29 Antônio Vieira “Sermão XX do Rosario” ... p. 165.

27Dieu a créé le premier homme et l’a nommé Adam. Le nom renvoie à la couleur rouge « ruber », la couleur de l’argile de la campagne du champ de Damascène, matériau que Dieu a utilisé pour donner la vie au père de l’humanité. Mais pourquoi Dieu n’a-t-il pas choisi le nom « Argile » au lieu du nom « Rouge » ?, demandait Vieira. L’usage de ce nom ne présentait aucun danger de défigurer les hommes, puisque tous les fils d’Adam provenaient de la même terre de la même argile. Cependant « les uns allaient être d’une couleur et les autres d’une autre couleur. Et Dieu n’a pas voulu que cette couleur soit une couleur extrême, comme la blanche ou la noire, mais une couleur moyenne et mélangée, composée de ces deux couleurs ». 29 Le rouge permettait un mélange de couleurs, l’union entre les couleurs et les hommes, sans les extrêmes du noir et du blanc. Selon Saint Augustin, les lettres qui composaient le nom Adam renvoyaient aux différentes terres habitées par des hommes de diverses nuances, qui avaient en commun la même origine et la même nature.

  • 30 Antônio Vieira, "Carta do padre Antônio Vieira escrita de Cabo Verde ao Padre confessor de Sua Alte (...)

28A ce propos, il est utile de rappeler que les propos de Vieira s’opposaient à ceux des autres religieux qui concevaient Adam comme le premier blanc, et en ce faisant, il contestait l’origine blanche de l’humanité. Ce prêtre ne s’est pas contenté de réunir des passages de la Bible et d’analyser les significations des couleurs. Il cherchait en vérité à contester l’existence d’un lien entre la couleur et les comportements, et le caractère inné des habitudes. En fait, la bannière qu’il portait contrariait l’opinion de ses contemporains qui concevaient la couleur de la peau comme un reflet de l’âme. A la différence de Frei Manuel Calado, Vieira s’employait à démontrer que les bons exemples de loyauté et de dévotion ne se restreignaient pas aux héros noirs, à quelques noirs, c’est-à-dire, on trouvait de bonnes qualités dans beaucoup d’hommes à la peau noire. Dans son Sermão XX do Rosário, le jésuite cherchait à transmettre la conviction que la supériorité de la couleur blanche sur la couleur noire était une chimère. Devant le Créateur, il assurait qu’il n’existait aucune différence entre les hommes blancs et les hommes noirs. Pour ce faire, en passant par le Cap Vert, il a ainsi enregistré ses impressions sur les religieux de cette lointaine contrée africaine: « Il y a ici des ecclésiastiques et des chanoines noirs comme le jais ; mais tellement dignes, avec tellement d’autorité, tellement discrets, tellement polis et grands musiciens, de telle sorte qu’ils peuvent faire envie à ceux que nous voyons dans nos cathédrales. » 30

29Le « métissage» de Vieira l’a certainement encouragé à faire ses dénonciations, et lui a procuré beaucoup d’expérience. Avec beaucoup de maîtrise, il exposait les arguments contraires aux préjugés contre la couleur sombre ou noire, il luttait ainsi contre les liens, fondés sur la tradition, entre la captivité et la couleur noire. Sans faire une seule fois mention aux termes « race » et « racisme », Vieira a réuni, dans le Sermão XX do Rosário, des éléments suffisamment solides pour prouver l’existence d’une forte exclusion sociale à l’endroit des hommes de couleur. Il mentionnait, non seulement la soi-disant supériorité des blancs sur les nègres, mais principalement le lien établi entre les comportements et la couleur de la peau. Quoique Vieira puisse prouver la fragilité de ce lien, son insistance à contester cette thèse démontre que ses contemporains se comportaient en fait selon cette prémisse. Les seigneurs concevaient les esclaves comme naturellement inférieurs aux Blancs, affirmaient que la nature animalesque des noirs était innée et irréversible. D’ailleurs, pour la société esclavagiste, tout particulièrement pour les seigneurs, la catéchisation et la conversions étaient inefficaces pour rendre égaux les esclaves et les seigneurs et les noirs aux blancs. Ce principe n’était cependant pas l’expression d’un racisme, mais plutôt l’expression d’une exclusion basée sur la couleur, sur l’origine captive, et sur l’infériorité sociale.

Contradiction du discours

  • 31 Grade militaire de l’armée brésilienne, pendant les périodes coloniale et impériale, qui correspond (...)
  • 32 Sur les Ordres Militaires, voir: Fernanda Olival, As Ordens Militares e o Estado Moderno, Lisboa, E (...)
  • 33 Francisco Brito Freire, Nova Lusitânia…, p. 254-255.

30Les éloges à Henrique Dias ont persisté dans la littérature, sans toutefois changer la relation entre les couleurs blanche et noire. Brito Freire, ancien gouverneur de Pernambouc, affirmait, des années après les écrits de Frei Calado, que dès le début des guerres contre les Hollandais, Dias et ses soldats s’étaient présentés pour « servir comme des Noirs et lutter comme des Blancs ». Il a exalté également la loyauté et la vaillance du capitaine noir, « un noir indigne de ce nom, mais qui avait corrigé ce défaut de la nature ». Une telle constance et industrie ont valu au militaire noir la reconnaissance royale de ses exploits: le grade de « Mestre de Campo »31, le statut de membre de la noblesse, et l’habit de l’Ordre de Christ. La valeur de Dias, selon Brito Freire, était telle, que le roi l’a dispensé de présenter les preuves nécessaires, condition essentielle pour la concession du titre de Chevalier32: “Son sang vil épuisé par tant de blessures a créé un sang nouveau devenu noble”, c’est à dire qu’il avait perdu tant de sang vil dans les batailles qu’un sang noble circulait maintenant dans son corps. Finalement, de noir affranchi à chevalier, son ascension sociale était notable, et sa récompense démontrait que la vertu devait “ être louée là où l’on attend le moins”. 33

31Les paroles élogieuses de Brito Freire fournissent à la présente analyse des éléments supplémentaires pour permettre de comprendre la signification de la couleur noire pendant la période coloniale. Pour l’ancien gouverneur de la Capitainerie de Pernambouc, Dias « s’était amendé du défaut de la nature », s’était débarrassé du sang vil et de la nature défectueuse inhérente à son origine d’esclave. De telle sorte que ses prouesses militaires et la bienveillance royale ont modifié cette nature et rendu indigne sa position sociale comme noir. Du fait de combattre comme un blanc, il a perdu l’imperfection de l’esclave. D’ailleurs la reconnaissance de ses services ne pouvait se concrétiser sans le pardon du délit (« amender son défaut »). Freire, faisait certainement allusion au « défaut mécanique » inhérent aux captifs e à leurs descendants. Cette grâce lui avait permis de jouir des faveurs royales et lui octroyait en outre la condition de noble, quoique de basse noblesse.

  • 34 Diogo Lopes Santiago, História da guerra de Pernambuco.., p. 39.
  • 35 José A. Maravall, Poder, honor y élites en el siglo XVII, Madrid, Siglo XXI, 1989; Nuno Gonçalo Mon (...)
  • 36 Institution fondée par D. João III et traitait de l’administration des ordres militaires.
  • 37 Sur les relations sociales dans l’Ancien Régime, particulièrement en Amérique portugaise, voir: Sil (...)

32En somme, le service militaire du Noir a changé sa nature et l’a rendu noble, raison pour laquelle Sa Majesté l’a dispensé de l’investigation (« provança » de son passé. D’ailleurs, Diogo Lopes Santiago disait, en énumérant les services rendus par les troupes noires, « qu’en dépit d’être noirs, ils étaient des soldats du Roi » 34 En fait, les éloges de l’ancien gouverneur contenaient des éléments antagoniques à l’ordre des classes sociales35. Pour Simão de Vasconcelos la chaleur permettait de modifier la nature des hommes, de changer leur couleur ; pour Brito Freire, la grâce royale réparait la nature défectueuse des noirs. Le monarque se trouvait imbu du pouvoir de transformer un plébéien en noble, ou mieux encore, de modifier la hiérarchie sociale par la vertu de sa grâce. Au cours de la moitié du siècle XVII, la grâce royale n’avait pas été toujours dotée de ce pouvoir de transformation, de ce pouvoir de transformer un esclave affranchi en noble. Le clergé et la noblesse résistaient bravement contre ce pouvoir d’intervention royale dans la hiérarchie sociale, cherchaient à préserver l’ordre de la naissance, la hiérarchie du sang et rejetaient les interventions du monarque susceptibles de menacer leurs privilèges. Pour faire obstacle à ce genre de décisions royales existaient au Portugal la « Mesa de Consciencia e Ordens »36 et le « Conselho Ultramarino » (Conseil d’Outre-Mer). 37

33En ce qui concerne les faveurs royales concédées, Brito Freire avait ajouté, que la vertu monarchique devrait « louer plus là ou l’on attend le moins », devrait mieux récompenser ceux qui en dépit d’être vils, se comportaient comme des nobles. Cette phrase contrariait, encore une fois, les pratiques conservatrices de la société d’Ancien Régime fondée sur les ordres et les états, car la logique de rémunération d’un noble ne se restreignait pas seulement aux mérites individuels, mais surtout aux faits de ses ancêtres. Il faut également remarquer que bien que Brito fasse ressortir le pouvoir du monarque qui avait pardonné, amendé le défaut d’un noir affranchi, la « Mesa de Consciencia e Ordens » s’était opposé à cette libéralité et dénia à Henrique Dias et aux autres militaires noirs le droit de jouir de l’habit des Ordres Militaires, comme nous le verrons plus loin.

  • 38 Dom Domingos Loreto Couto, Desagravos do Brasil e Glórias de Pernambuco, Recife, Prefeitura da Cida (...)
  • 39 Dom Domingos Loreto Couto, Desagravos do Brasil e Glórias de Pernambuco…, p. 140.

34Vers le milieu du XVIIIe Siècle, des dizaines d’années après les textes de l’ancien gouverneur, les actes de courage et la récompense des services de Henrique Dias furent repris dans la littérature. Dans son ouvrage Desagravos do Brasil e Glórias de Pernambuco (1757), Loreto Couto (1700-1757) a exalté encore davantage le noir affranchi et a affirmé : « les Portugais n’avaient aucune idée de la crainte que Dias inspirait à l’ennemi ». Il a quand-même énuméré les bienfaits reçus par ce dernier : le statut de gentilhomme, une belle pension, une charte de « Mestre de Campo », la dispense des preuves (provanças) et la concession de l’habit de Christ. Ce passage de Loreto Couto semble avoir été inspiré de l’œuvre Nova Lusitânia de Brito Freire, et de la croyance que la grâce royale avait effectivement concédé au noir affranchi les honneurs d’un noble guerrier. Cette récompense disait-il n’était devenue possible qu’en raison du fait que « le noir avait su, par ses efforts et par son courage, et en vertu de sa merveilleuse constance réparer le défaut de la nature ». 38 Outre l’intervention royale, le mérite individuel était suffisamment puissant pour changer la nature défectueuse et transformer le vaillant militaire d’esclave affranchi en gentilhomme. En faisant allusion à la trahison de Calabar, soldat métis du Pernambouc, son anxiété de voir ses exploits reconnus, Loreto Couto a très clairement montré la valeur des services et de la loyauté, dans l’anoblissement des roturiers. « Que personne ne perde son espoir, ni en raison du manque de reconnaissance, ni du fait d’une naissance roturière ; chacun de nous est capable de se transformer en noble. C’est-de cette deuxième naissance que dépend de la valeur individuelle, où l’on naît, non pas pour une vie brève, mais pour l’éternité d’un grand nom »39.

  • 40 Sur les militaires esclaves, voir: C. L. Brown & P. Morgan (orgs.), Arming slaves, New Haven. Yale (...)

35Mais contrairement à l’affirmation du Bénédictin, le mérite individuel dans la société d’Ancien Régime n’était pas suffisant pour faire un noble. La tradition y faisait sentir sa force. De plus, la capacité de renaître (la seconde naissance) comme gentilhomme, était une derrogation à la structure des classes, et rendait les hiérarchies instables. Dans les écrits de Frei Manuel Calado, de Brito Freire et de Loreto Couto, l’éloge au vaillant Henrique Dias se fondait sur la métamorphose d’un noir vil en gentilhomme, ce qui contrariait les principes de base de l’ordre esclavagiste. Ce discours cherchait peut-être à encourager la défense de la monarchie d’outre-mer, à-court de soldats et de fortifications, mais le message, se heurtait à des obstacles plus robustes : il contrariait les intérêts des ecclésiastiques et de la noblesse, menaçait les privilèges, particulièrement ceux de l’élite coloniale et des seigneurs d’esclaves 40. En fait, dans la pratique il ne s’agissait que d’un discours, car Dias n’a jamais reçu les faveurs et distinctions énumérées par les chroniqueurs du XVIe ou du XVIIe siècle.

  • 41 J. A. Gonsalves de Mello, Henrique Dias Mello..., p.17-18 e 43.

36Comme le disaient les chroniqueurs, le Roi avait effectivement promis à Henrique Dias un habit d’un des trois ordres militaires, une condécoration, 40 écus de solde et le statut de gentilhomme. Pour être à même de recevoir les distinctions militaires et religieuses propres des chevaliers des Ordres Militaires, le capitaine noir devrait être soumis à une procédure d’habilitation. Mais selon Brito Freire et Loureto Couto, le monarque avait dispensé Dias de cette exigence. Cependant les députés de la « Mesa da Consciência e Ordens » ont insisté sur la présentation des « provanças » (preuves), car il s’agissait d’une procédure considérée indispensable. Le Roi aurait pu recourir à une autre stratégie et concéder l’habit à Dias, moyennant un « Bref apostolique de dispense » 41, mais la tactique ne s’est pas concrétisée.

  • 42 Dom Domingos Loreto Couto, Desagravos do Brasil e Glórias de Pernambuco…, p. 138.
  • 43 Henrique Dias mestre de campo...., Frazão de Vasconcelos (ed.), Henrique Dias; herói da Restaura (...)
  • 44 O governador Henrique Dias, Frazão de Vasconcelos (ed.), Henrique Dias… p. 24-26.

37Après la restauration de la Capitainerie de Pernambouc, la Mesa ne s’est pas laissée emporter par l’enthousiasme initial de D. João et a continué a considérer la « provança » une formalité incontournable dans la procédure de demande formelle de l’habit, comme l’exigeaient les normes. La fin de la guerre et les entraves susmentionnées expliquent la phrase de Loreto Couto concernant Henrique Dias: « les Portugais ne l’ont pas valorisé au même degré que leurs ennemis le craignaient ». 42 Ses récompenses avaient finalement été bien en-deçà des promesses faites dans la chaleur de la bataille. Il n’eut même pas droit à la solde promise, car le grade de mestre de campo avait été octroyé ad honorem43. Une visite à la Cour ne lui rapporté pas non plus les avantages pécuniaires attendus, et il dû demander à la Reine des ressources non seulement pour payer les taxes (droits), mais également pour « se doter des provisions nécessaires lorsqu’il retournerait au Pernambouc ». 44

  • 45 Sur la rémunération des services des militaires noirs, voir: Francis A. Dutra, Blacks and the sear (...)
  • 46 ANTT Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT), Habilitação da Ordem de Santiago (HOS), lettre A, m (...)

38La libéralité royale fréquemment concédait des titres militaires, quoique la Couronne fut incapable de surmonter les entraves dressés par la Mesa da Consciência e Ordens pour transformer des hommes sans qualité en chevaliers dotés de statut ecclésiastique45. Comme son beau-père, Amaro Cardigo dut faire face aux mêmes entraves. Quoique la Reine ait promis à Henrique Dias que son gendre serait nommé chevalier, la demande de Cardigo, marié à D. Benta Henriques, a été considerée intempestive. 46. Il avait été affecté au Terço da gente preta (Force militaire composée d’esclaves affranchis) pendant trente ans, sept mois et vingt jours. Pour rémunérer ses faits militaires, il avait revendiqué l’habit d’Avis, ou de Santiago, mille reis de pension effective, le statut de gentilhomme, et mille reis de logement par mois. La Mesa cependant exigeait production des provanças, mais il n’était pas possible de faire des recherches sur ses ancêtres du fait de l’impossibilité de localiser ses parents en Angola. L’obstacle représenté par la couleur noire et l’impossibilité de réaliser l’enquête ont finalement débouché sur le classement de la demande.

  • 47 ANTT, Registro Geral das Mercês (RGM), D. Afonso VI, liv. 19, fl. 216-217.
  • 48 ANTT, HOS, letra A, mç. 6 n. 59.
  • 49 Carta padrão de Domingos R. Carneiro, Antônio J. de Mello, Biografias de alguns poetas e homens i (...)

39Le poste de Mestre de Campo dos Pretos, devenu vacant après la mort de Henrique Dias, allait être concédé à Antonio Gonçalves Cardeira à partir de 1665. 47 Ses actes de bravoure lui avaient également valu la promesse d’un habit de l’Ordre de Santiago. Quoiqu’ayant reçu la dispense de D. Afonso V, la distinction n’avait pas été effectivement confirmée48. En 1688, le sargento-mor Domingos Rodrigues Carneiro, homme noir, dont les deux parents étaient venus de l’Angola, avait également reçu du Roi, la promesse d’un habit de l’Ordre de São Bento de Avis. Mais en effectuant des recherches sur son passé, les conseillers de la Mesa ont découvert qu’avant de devenir soldat, il avait été esclave, tailleur, et n’avait été affranchi que pour pouvoir combattre. Du fait d’un tel parcours, ses services n’ont pas été jugés suffisants pour que Carneiro puisse être dispensé de cet empêchement : l’origine esclave, le défaut mécanique. 49

  • 50 ANTT, HOA, letra D, mç.1, n. 1.
  • 51 Francis A. Dutra, “Blacks and the search…”, p. 29 e 30.
  • 52 Ronald Raminelli, “Fradaria dos Henriques; conflitos e mobilidade social de pretos no Recife c. 165 (...)

40La Mesa fondait également son refus sur le fait qu’il lui semblait injuste qu’une personne d’une « telle basse extraction », « aussi indigne de l’estime des gens, comme un noir », puisse endosser l’habit de São Bento de Avis. 50 Les deux interdits ont été fatals pour empêcher la matérialisation de la distinction royale. Si l’habit avait été refusé à Henrique Dias, mestre-de-campo d’un terço, et responsable de la restauration de Pernambouc, qui ne reçut, finalement, qu’une médaille d’or, que dire, alors, d’un ancien esclave et combattant de quilombos (refuges d’esclaves). Domingo poursuivit sa lutte pour la reconnaissance royale de ses faits militaires, mais mourut sans recevoir l’habit demandé.51 Il est d’ailleurs utile de mentionner un dossier d’enquête datant des années 1740, qui fait état de dénonciations d’hérésies impliquant deux militaires, qui sans autres indices furent soumis à un procès devant le Saint-Office, et emprisonnés dans un cachot de Lisbonne. Une enquête révéla l’instabilité du prestige social de ces militaires. Quoique tenus pour excellents officiers, ils avaient été facilement associés à des rumeurs d’hérésie et d’écarts moraux. 52

  • 53 Francis Dutra, Ser mulato nos primórdios da modernidade portuguesa“, Tempo, 30, 2011, p. 103.
  • 54 Il est important de faire mention au terme "qualité" défini dans les dictionnaires du XVIIe siècle. (...)

41Sept Noirs, seulement, reçurent la distinction des habits et de la croix des Ordres Militaires. Le dernier aspirant noir aux insignes de chevalier reçu effectivement cette distinction en 1609, mais parmi ce groupe il n’y avait qu’un seul ancien esclave. 53 En métropole, les métis ne rencontraient pas la même résistance lorsqu’ils posaient leur candidature à l’insigne des Ordres Militaires. Diversement du cas des miliciens du terço de Henrique Dias, près de 27 mulâtres, d’après Francis Dutra, ont été reçus dans les Ordres Militaires au Portugal, entre 1608 et 1731, comme le prouve la liste de D. Lázaro Leitão Aranha. Cette distinction était octroyée parce que le refus, là-bas, ne se fondait pas sur un défaut du sang, mas sur le manque de qualité. 54

  • 55 Francis Dutra, Ser mulato.., p. 105.
  • 56 Idem, 103.

42Ceci veut dire que les métis n’étaient pas soumis à la même exclusion imposée aux nouveaux-chrétiens et aux morisques. Le «manque de qualité » signifiait l’absence de la noblesse nécessaire et incluait parmi les empêchements l’exercice d’activités artisanales ou d’un travail manuel par les candidats, par leurs parents, et par les deux couples de grands-parents. Les antécédents raciaux importaient peu55. Il est utile de mentionner le nombre réduit de Noirs ayant reçu le titre honorifique de Chevalier des Ordres Militaires au Portugal : sept Noirs seulement ont reçu ce privilège, et le dernier d’entre eux a reçu le privilège de porter un habit en 1609. Un seul était descendant d’esclaves. 56 Quel était le principal critère retenu ? La qualité ou l’origine captive ? La question reste sans réponse car la législation portugaise de l’époque et les procédures d’habilitation étaient ambigües, instables et dépendaient de plusieurs variables.

43Dans le livre V du Código Filipino, on peut constater, encore une fois, le divorce entre la couleur de la peau et l’esclavage, car dans ce code, le législateur déterminait qu’aucun esclave, homme ou femme, noir ou blanc, pourrait vivre chez-lui, pour son propre compte » 57 Cette même disposition était cependant absente, cinquante ans plus tard de la Coleção Cronológica da Legislação Portugueza. En effet, le décret du 20 octobre 1621, interdisait aux noirs, mulâtres et indiens, « même affranchis, ou ayant un statut similaire, quelque soit leur qualité, l’apprentissage ou l’exercice du métier d’orfèvre, aussi bien dans cette ville de Lisbonne, comme dans tout le Royaume » 58 De cette sorte, si dans la loi antérieure la qualité était déterminante pour l’interdiction, ce décret mettait l’accent sur l’origine sauvage (noirs, métis et indiens) pour motiver cette prohibition. On constate ainsi que le métier d’orfèvre était interdit aux peuples d’outre-mer, « quelque soient leur qualité », car seuls les blancs pouvaient exercer ce métier aussi valorisé.

44En 1666, cette interdiction a été reprise, basée maintenant sur la race. Il était interdit à Lisbonne « lors des élections pour juges de peuple et des métiers, l’admission de toute personne appartenant à la race des nouveaux-chrétiens, des Maures ou des mulâtres… » 59 Si, au début, le principal empêchement était le manque de qualité, au fil des années, et ceci certainement en raison d’une forte présence de noirs et de mulâtres dans la société civile du Royaume, le terme “race de métis” apparaît non seulement dans la législation, mais aussi dans les procédures d’habilitation du Saint Office et des Ordres Militaires, comme on le verra plus loin.

45Toutefois, dans les cas cités par Dutra, la condition originaire d’esclave n’est pas devenue un empêchement, et, forts de l’aval de la Mesa, les mulâtres purent être admis au titre de Chevalier, à la différence des esclaves libérés et affranchis de Henrique Dias. Il faut souligner, cependant, qu’il ne s’agissait pas de mulâtres quelconques. Dutra a constaté que ceux qui avaient reçu l’habit des Ordres Militaires étaient majoritairement nés en la métropole. Un seul provenait du Brésil et un autre d’Angola. Le nombre de mulâtres au Brésil était certainement bien supérieur à celui des mulâtres de la métropole ; pourquoi donc seuls les mulâtres de la métropole étaient dignes de recevoir cette faveur ? Malheureusement cette question n’a pas été soulevée dans l’article susmentionné. Il serait également utile d’étudier la question de l’origine sociale des métis favorisés, thème également très peu exploité. Ces mulâtres occupaient certainement des postes prestigieux de l’Ancien Régime, car ils étaient fils d’hommes puissants, ou bien ils étaient des militaires de haut grade: chevaliers-gentilshommes de la Maison Royale, percepteurs et contrôleurs de la Couronne, hauts-fonctionnaires aux comptes du Royaume, écuyers et chevaliers de la Maison Royale, capitaines-lieutenants, colonels de l’infanterie retraités ayant participé à la Guerre de succession espagnole.

  • 60 ANTT, Desembargo do Paço, "Consulta de Francisco Xavier Ponce de Leão", maço 2076, número 52.
  • 61 ANTT, Desembargo do Paço, "Consulta de Francisco Xavier Ponce de Leão", maço 2076, número 52.
  • 62 Au sujet du prestige des mulâtres, enfants de parents riches et nobles, voir: Jean-Pierre Zuñiga. L (...)

46En partant du principe que les Noirs et les mulâtres n’étaient pas affligés d’un défaut de sang, mais d’un manque de qualité, ces métis de la métropole, avant même de recevoir leur titres, étaient des hommes déjà honorés par leurs postes et par leurs grades, ou distingués par les mérites paternels ou leurs propres mérites. À tout prendre, les services rendus, le fait d’être nés au Portugal et l’origine sociale de ces métis expliquent assurément la dispense de l’interdit de métis. Par ailleurs, j’ai eu accès, par l’intermédiaire de Nuno Monteiro, à une consultation de la Mesa de Desembargo Paço, datée de 1759. Devant le tribunal, Francisco Xavier Ponce de Leão, habitant de Vila de Pombal, demandait au roi la permission d’usage de l’épée: « disposant de biens dans plusieurs circonscriptions, le requérant suit les lois de la noblesse, vit dans une habitation autorisée, est servi par des valets, des esclaves et des bêtes de somme, et est héritier des biens de son père João Rodriguez Coimbra. Parmi ces biens, il possède plusieurs établissements qui l’obligent à de multiples déplacements pour les conserver. Du fait d’être affligé du défaut de métis il lui est interdit, selon la toute nouvelle loi, de porter une épée, arme dont il a besoin pour se défendre, d’autant plus que les routes sont infestées de voleurs de grand chemin. » 60 Le Juge corregidor du district de Leiria reconnut le “défaut de métis”, mais affirma que la toute nouvelle loi de 1749 n’affectait pas le réquerant, car celui-ci vivait dans le luxe et dans l’opulence, « et que la Loi n’interdisait le port d’armes qu’aux personnes de basse extraction ». 61 Tant et si bien que, sur la base de cette justification, on concluait que sa qualité était plus importante que son origine d’esclave. 62

47Mais la qualité des requérants n’arrivait pas toujours à annuler les entraves provoquées par la couleur et par l’origine d’esclave. Si les Ordres Militaires étaient plus condescendants avec les mulâtres considérés « à la façon de la noblesse », les procédures d’habilitations du Saint-Office, par contre, refusèrent l’admission de divers requérants qui, en dépit de leur qualité, souffraient de « mulatice » (défaut de métis,), et exhibaient sur leurs corps des indices de la race des métis. La race de « mulato » serait-elle pour les inquisiteurs un interdit de nature religieuse ?

Racisme anachronique ?

  • 63 ANTT, HOA, letra D, mç. 1 n. 1.
  • 64 Simão de Vasconcelos. Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil... p. LXXII

48Si, au Brésil, la concession de titres de Chevalier à des hommes noirs était évitée, les grades militaires étaient distribués de façon plus libérale, car ils n’impliquaient une comparution devant les tribunaux ecclésiastiques. À l’issue des procédures d’habilitation, les refus n’étaient pas toujours justifiés par les conseillers de la Mesa, et quand ils le faisaient, ils avaient recours à deux motifs d’empêchement : le passé d’esclave et la couleur de la peau : « d’une telle naissance », « aussi indigne, comme les gens l’évaluent, que celle d’un noir ». 63 Par ailleurs, dans ces dossiers et dans ces chroniques nulle référence n’est faite au terme race, encore que quelques éléments, inhérents à l’idée de race s’insèrent dans d’autres vocables, comme nature. Dans les œuvres de Brito Freire et Loreto Couto, la mention au défaut de nature est récurrente, tandis que chez Simão de Vasconcellos, nature signifiait les caractéristiques physiques incorporées par un groupe, comme on peut le voir dans le passage qui suit : « la couleur ne se corrompait qu’après avoir été convertie chez eux en nature ; comme également chez les naturels d’Angola, et dans d’autres lieux similaires, où la couleur des hommes dégénère ». 64 Dans ces écrits, nature signifiait les caractéristiques physiques et culturelles invariables d’un groupe. En fait, les données sont rares mais on peut bien distinguer les liens, cependant fragiles, entre l’usage du vocable nature et la notion de race trouvée dans les documents contemporains.

  • 65 Raphael Bluteau. Vocabulario Portuguez & Latino..., v. 7, p. 86.
  • 66 ANTT, HOS, lettre M, mç. 4, n. 42.
  • 67 ANTT, Tribunal do Santo Ofício (TSO), Conselho Geral (CG), livro. 36, doc. 971.
  • 68 ANTT, TSO, CG, Habilitações, Sebastião, mç. 4, n. 97, f. 203v.
  • 69 ANTT, TSO, CG, livro. 36, doc. 1099.
  • 70 Idem, f. 203v.
  • 71 ANTT, TSO, CG, Habilitações, João mç. 143 n. 2149, f. 41

49Dans le dictionnaire de Raphael Bluteau, le vocable race renvoie au thème de la descendance, des générations. « Avoir de la race », cependant est quelque chose « qui est toujours pris dans le mauvais sens » car cela signifie dire être descendant de maure ou de juif (ou mieux encore, les nouveaux chrétiens).65Dans ce sens, à l’époque, le vieux-chrétien avait « le sang propre sans race de nations infectes », 66 il était « propre de toute race de nation infecte » 67 “sans aucune race de nation hébraïque, 68 « sans aucune race », 69 “sans aucune des races réprouvées ». 70 Il était ainsi exempt d’origines infidèles. Les catholiques, de cette façon, ne constituaient pas une race comme les autres groupes religieux, c’est-à-dire, les races où les castes qui exprimaient des identités religieuses contraires au catholicisme. Dans les instructions aux commissaires du Saint Office se trouve l’injonction de vérifier si le candidat descendait de parents et de grands-parents paternels et maternels chrétiens anciens, « … sang propre et génération, sans aucune race de juif, de nouveau chrétien, de maure, de mauresque, de métis, d’infidèle ou toute autre forme de nation infecte et de gens nouvellement convertis à notre Sainte Foi Catholique, et si, entièrement et légitimement chrétiens anciens, et tous et chacun d’eux considérés comme tels, généralement réputés et sans, qu’au contraire il y ait eu, à n’importe quel temps, quelque réputation ou rumeur ; et si avait rumeur, quelle raison avait le témoin de le savoir ». 71

50Comme on peut le voir dans ce texte, la réputation était fondamentale pour les inquisiteurs. Les « familiers » du Saint Office ne pouvaient pas descendre d’hérétiques et d’hommes et femmes de réputation douteuse. Dans ce cas leur légitimité en tant qu’agents de la foi catholique constituerait un risque. Pour les inquisiteurs, donc, avant de savoir depuis combien de générations l’individu était chrétien nouveau, maure ou métis, il était indispensable de savoir comment ses contemporains le classaient. Pour ce faire, le procès d’habilitation devait entendre les personnes plus âgées et réputées chrétiens dévots, pour prouver la bonne réputation des requérants au poste de « familier », ou de commissaire du Saint Office.

  • 72 En la documentation, quelques fois, les nouveaux chrétiens sont nommés juifs.

51Dans le concept de race de juif, de chrétien-nouveau, de Maure et d’infidèle, les inquisiteurs englobaient la race métisse. Si les premières étaient associées à des identités religieuses, le métis, par contre, ne s’encadrait pas dans la règle. Il était marqué non pas par la foi, mais par la couleur de sa peau, et autres traits physiques. En définitive, son identité était physique, tandis que les juifs, maures et protestants, en ce qui concerne le corps, n’étaient pas très différents des chrétiens (catholiques). De cette sorte, entre les premiers, les pratiques d’exclusion se faisaient en vertu des rites, de la foi et des propositions. Les mulâtres, de leur côté étaient dénoncés par leur couleur sombre, leurs lèvres et leurs visages, c’est-à-dire les traits physiques dénonçaient l’origine esclave, la race du métis. Les juifs72, les maures et les métis se trouvaient entre les « races réprouvées », soit par leur origine infidèle soit par le fait d’avoir été esclave. La race des métis, différait, de la signification antérieure, car elle introduisait le concept race désarticulé de la question religieuse.

  • 73 ANTT, TSO, CG, Habilitações Incompletas (HI), d. 791.
  • 74 ANTT, TSO, CG, HI, d. 1728.

52Les procédures d’habilitation au titre de familier du Saint-Office invoquaient ordinairement - pour dénoncer un descendant d’esclave - les interdits de mulatice (métissage), de la race de mulato (mulâtre), ou de la race de mulatice (la race, le fait d’être mulâtre). Selon ces critères, à Lisbonne, la demande d’accès au titre de familier du Saint-Office d’Antonio Soares, habitant de la ville de Belém a été rejettée en raison d’une opposition liée à la condition de sa grand-mère : « la dite aïeule était affligée de la race de mulatice ». Cette condition était publique et notoire et lui venait en ligne droite d’un esclave appartenant aux religieux de Nossa Senhora da Luz ». 73 Le même obstacle a infirmé la candidature du proviseur et vicaire-général de l’évêché du Pernambouc, Dr. Francisco da Fonseca Rego, originaire de la ville d’Olinda, au titre de Commissaire du Saint-Office. Sa requête a été rejetée en 1699 car son père avait été métis captif, coupable de marronage à Rio de Janeiro74 En vérité, l’interdit de mulatice n’était pas associé aux croyances, à l’hérésie, mais au passé d’esclave des descendants. Cette tare traversait les générations, de la même façon qu’avec les juifs et les maures, et empêchait leurs enfants et leurs petits-enfants d’être nommés familiers ou commissaires du Saint-Office.

  • 75 ANTT, TSO, CG, HI, d. 441.
  • 76 ANTT, TSO, CG, HI, mç. 61 d. 2652.
  • 77 Pour une étude plus générale de ces empêchements, ver: Isabel D. Braga, “A mulatice como impediment (...)

53De cette façon, et différemment des infidèles, cet empêchement était dénoncé sur la base de la couleur de la peau et des formes anatomiques et non pas par soupçon d’hérésie. A Angola, le Pe Antonio Gouveia de Almeida, vicaire de Massangano, avait sollicité son entrée au Saint-Office en qualité de commissaire, mais sa requête fut repoussée du fait qu´il avait « une part de mulâtre ». Ainsi, en dépit de son statut d’ancien chrétien et d’être exempt de races infectes, Il portait «  la race des métis, que l’on peut très bien discerner sur son visage » 75 La réputation de métis entourait également José Lopes Neves, car sa mère était une femme de couleur, « bien basanée et à la lèvre lippue ». 76 Cet obstacle était récurent dans les procès de familiatura du Sant-Office entre 1680 et 1720 comme le montre le livre 36 du Conseil Général du Saint-Office. 77 On constate, en examinant ces dossiers que la couleur de la peau était un motif suffisant pour refuser la demande. Même lorsqu’il s’agissait de lettrés et de personnes influentes, les candidats étaient refusés pour le seul fait de leur peau sombre ou bien de la condition d’esclave de leurs ancêtres.

  • 78 ANTT, TSO, CG, HI, d. 1400
  • 79 André João Antonil, Cultura e opulência do Brasil por suas drogas e minas, Lisboa, CNCDP, 2001, p.9
  • 80 ANTT, TSO, CG, HI, d. 3908.

54Parmi des dizaines de procès consultés, un seul mettait en avant la race de mulâtre comme une aggravation à d’autres transgressions. La demande de Luís de Cabedo de Vasconcelos, par exemple, fut rejetée parce que, selon les inquisiteurs « le postulant n’est pas susceptible d’admission par Votre Seigneurie, non seulement en raison de la vilénie de sa personne, comme des modestes revenus dont il vit. Ces défauts sont, de plus, aggravés par l’opinion qu’il appartient à la race des mulâtres . 78 La réputation de métis était en elle même, d’une façon générale, capable d’invalider la candidature à la dignité de familier. Même si l’individu était considéré comme ancien chrétien, sa couleur pouvait constituer un obstacle incontournable à sa prétention. Bien au contraire du proverbe commenté par Antonil, au Brésil et au Portugal, les métis pauvres ne vivaient pas au paradis. 79 La vie antérieure, par exemple, de Manuel de Brito Lobo, ne présentait pas d’empêchements, mais on ne pouvait pas dire la même chose de celle de son épouse : « D. Theresa Borges de Abreu par sa mère Barbara Borges de Abreu est mulatresse et considérée comme telle d’une façon générale, mais est un chrétienne ancienne ». 80

  • 81 ANTT, TSO, CG, HI, d. 2086, 3886, 5282

55Après avoir consulté une volumineuse documentation, nous avons pu constater que la race “mulato” n’avait pas de connotation religieuse mais plutôt physique et sociale. En plus, on peut remarquer dans plusieurs dossiers l’emploi de termes comme caste de mulâtre ou caste de marrons au lieu de race. 81 Ces termes peuvent ajouter d’autres significations au terme race, même s’ils sont fréquemment synonymes. Ces termes pourraient-ils être liés à un « défaut mécanique », dû à l’origine d’esclave, comme le propose Dutra? De cette sorte, la signification de race lorsque ce terme se réfère aux mulâtres, se serait pas la même du vocable race, antérieurement analysé.

  • 82 Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino… v. 7, p. 86.
  • 83 Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino… v. 2, p. 183-184.

56Référons-nous de nouveau au Vocabulário de Raphael Bluteau (1638-1734), car là se trouvent deux vocables consacrés à la race. Le deuxième se réfère à la descendance (juive et maure), une classification religieuse, tandis que le premier explique : « Il est dit des espèces de certains animaux, comme les chevaux, les chiens etc. Certains veulent que le terme “race’ dérive de ”Radix”, en portugais Racine, Genre ». 82 Comme dans les dossiers des démarches d’habilitation on trouve les expressions casta de mulatos et casta de pardos, on retourne au Vocabulário, où il est expliqué que casta signifie « genre, espèce, etc. Il y a beaucoup de castas de chiens et de chevaux (…) Il existe également beaucoup de castas de fruits. Les castes des gentils de l’Inde’’… ».83 En partant de cet à priori, caste signifiait genre, groupe humain, proche du monde naturel (animal et végétal) et des gentils de l’Inde, comme plus tard le fera également la classification de Linné. Peut-être que cette approche avec le monde naturel explique également la raison de l’inexistence de l’expression caste de chrétien.

  • 84 ALBOYM, Diogo G. C., Escola moral, política cristã, e jurídica, Lisboa, Impressão de Bernardo Anton (...)
  • 85 ALBOYM, Diogo G. C. , Escola moral…, p. 214.

57En commentant la pureté du sang, Diogo Guerreiro Camacho de Alboym (1661-1709), familier du Saint-Office et juge de la ville de O Porto, considérait les juifs, maures et mulâtres comme dépourvus de noblesse, porteurs de défauts et de vices dans leur sang: « ce sont des défauts de matériau et l’on ne peut pas construire des bâtiments durables avec des matériaux défectueux; il est certain qu’ils seront menacés de ruine lorsque le vice du matériau est incurable » 84 . Les métis seraient également porteurs du défaut de sang, mais diversement des juifs et des maures, la justification de leurs vices n’était pas liée à la religion. C’est-à-dire, ils procédaient du mélange pernicieux de sang libre et de sang d’esclave, croisement responsable, selon l’expérience, de la prolifération d’individus « portés à la méchanceté, au manque de foi, à la contumace, à la rébellion, adonnés au vice et incorrigibles; raison pour laquelle ils sont justement exclus des offices publics… ». 85

  • 86 ALBOYM, Diogo G. C., Escola moral…, . p. 214.

58En dépit d’inclure les mulâtres dans la même catégorie des juifs, le familier du Saint-Office affirmait que l’absence de pureté n’était pas de la même nature et n’avait pas la même intensité. Ils devaient cependant être exclus de tous les honneurs : « même si ces défauts connus n’étaient pas apparents, mais réputés de fait et de droit ». C’est-à-dire, le sang infect des métis se devait des raisons différentes de celui des infidèles. L’exercice du métier des armes et de celui des lettres était interdit aux esclaves, à leurs fils et à leurs petit-fils, « pour qu’ils ne puissent pas commander, parce que si la domination des esclaves est intolérable, l’oppression sur le bons l’est également. » 86 Enfin, l’origine esclave était l’empêchement déterminant pour exclure les métis des privilèges concédés par la monarchie. Toutefois, comme le montrent l’étude de Francis Dutra et la Consultation susmentionnée cette prohibition n’était pas toujours imposée. Elle dépendait de l’origine sociale du rameau paternel, de la noblesse et de la fortune du père blanc du métis.

  • 87 ALBOYM, Diogo G. C. Escola moral, política cristã, e jurídica. p. 214.

59En somme, dans le territoire du Royaume et dans l’Amérique portugaise, le caractère inné des coutumes et de la morale était attribué à la nature, au sang ou à la race. D’ailleurs, ces trois termes fonctionnaient aussi bien comme synonymes que comme motifs pour exclure les juifs, les maures, les noirs, les mulâtres et ses descendants des honneurs et des privilèges. Même si la peau n’était pas une justification pour le défaut de sang ou de qualité, la couleur sombre était un indice sûr de l’existence d’une situation de captivité, de vices et de l’incapacité d’exercer la profession militaire où celle de lettrés. Selon Diogo de Alboym, les métis « procèdent d’un mélange de sang libre et de sang esclave, mélange extrêmement pernicieux… ». 87

60Dans la documentation ecclésiastique, le terme race désignait, à l’époque, un groupe humain qui englobait des caractéristiques communes. En principe, l’identité groupale se faisait en vertu de la croyance, mais également par la capacité de perpétuer, à travers les générations, les coutumes et la foi, conçus comme des habitudes innées. Cette dénomination n’était pas attribuée aux chrétiens, mais seulement à leurs opposants, les infidèles juifs ou maures. Avec l’expansion de la traite d’esclaves, notamment à partir de la moitié du XVII, s’insère dans le vocabulaire portugais l’expression « race de métis » et ses variantes. Ce terme a certainement migré des disputes religieuses entre chrétiens, juifs et maures, quoique, en ce qui touche les métis, il a reçu des caractéristiques différentes.

  • 88 J’ai l’intention d’approfondir dans le futur l’analyse sur l’ambiguité des mulâtres dans l’oeuvre d (...)

61Le métis n’était pas caractérisé par une ancestralité infidèle ou une descendance de gentils, mais plutôt par l’origine captive trahie par la couleur de la peau. Le groupe alors était caractérisé par les attributs physiques et par le manque de qualité advenant de la captivité (aspect social). Initialement, la couleur noire n’était pas associée à l’esclavage, mais peu à peu, la peau sombre devint le synonyme d’une origine captive. Je considère, d’ailleurs, ce lien comme inhérent à la genèse de la société esclavagiste. Dans ce long processus, incité par la mise en place de la société esclavagiste, la peau sombre a commencé à caractériser la morale et le comportement des individus et à les éloigner des préceptes chrétiens, thème analysé brièvement dans cet article. 88 En résumé, tout d’abord la race jouait le rôle de référence religieuse et sociale, puis ce terme fut associé au physique, sans perdre sa capacité de hiérarchiser les individus.

  • 89 Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino, v.5, p. 628.

62Mais si l’expression raça de mulato était récurrente, pourquoi n’employait-on pas l’expression raça de pretos? Malheureusement, je ne dispose pas des éléments nécessaires pour répondre à cette question, mais je propose deux lignes d’investigation. La première exploitant le terme race comme une forme de désignation des infidèles, les opposants de la chrétienté. Du fait de leur ambigüité, particulièrement dans le cas des descendants d’hommes blancs fortunés, les métis menaçaient la hiérarchie sociale d’une façon plus contondante que les noirs. D’ailleurs, le terme raça de mulato a surgi dans les dossiers d’habilitation lorsque les descendants de captifs sollicitaient des positions sociales déjà disputées entre les blancs catholiques purs. Il faut encore ajouter que les cas de noirs et les métis analysés dans cet article ne provenaient pas des couches plus pauvres de la société de la métropole ou d’outre-mer. En fait pour se candidater à un titre de chevalier ou de familier du Saint-Office, les individus devaient disposer de certaines ressources. La deuxième ligne doit rechercher les termes race et caste en qualité de synonymes de « manque de qualité », soit une stratégie pour animaliser les hommes. Le propre terme « mulato » (métis ou mulâtre) d’après Bluteau renvoyait également à « bardot » fils d’un cheval et d’une mule… » 89 . L’expression raça de mulato était donc une forme supplémentaire de déprécier les métis.

  • 90 João de Figuerôa-Rêgo e Fernanda Olival, “Cor da pele, distinções e cargos: Portugal e espaços atlâ (...)

63Pour conclure, pendant la période qui s’étend entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, le terme race avait une connotation religieuse, sociale et physique. Son caractère instable provoquait l’exclusion fondée ou bien sur la religiosité, ou bien sur le manque de qualité, sur l’origine esclave, sur la peau sombre, sur des indices de « mulatisme ». Par ailleurs, comme l’ont prouvé Figuerôa-Rêgo et Olival, la variation géographique était également importante pour comprendre la rigueur des interdits. Il y a un grand nombre de cas d’hommes de couleur ayant occupé des postes importants dans les possessions africaines, particulièrement là ou la présence portugaise était déficiente. De cette sorte, nègres et métis, même sans posséder les qualités nécessaires, travaillaient comme des loyaux vassaux dans les lointaines contrées de la monarchie. Ils étaient quelquefois surnommés « les blancs de la terre ». 90

64Ces catégories n’ayant pas la rigidité qui surviendra plus tard avec l’avènement du déterminisme biologique, je ne considère pas pertinent d’utiliser le terme « racisme » dans le cas de l’Ancien Régime portugais. En vérité, l’exclusion produite par la dénomination race de juif, nouveau chrétien, maure ou mulâtre, ne se fondait pas sur un ensemble cohérent d’idées et d’interdits. L’objet principal de l’investigation, la raça de mulato (la race de mulâtre), était, ou bien la couleur de la peau et les caractères physiques, ou bien le manque ne noblesse et le manque de qualité. L’empêchement n’était plus religieux, no pas encore biologique et racial, mais surtout social.

Haut de page

Notes

1 Frei Manuel Calado, O valeroso Lucideno, São Paulo/Belo Horizonte, Edusp/Itatiaia, 1987, v. 1 p. 83.

2 Frei Manuel Calado, O valeroso Lucideno, p. 238.

3 Frei Manuel Calado, O valeroso Lucideno.. p. 81. Voir également, Diogo Lopes Santiago, História da guerra de Pernambuco, Recife, CEPE, 2004, p.118

4 Frei Manuel Calado, O valeroso Lucideno.. p. 238.

5 Sur la conceptualisation de racisme et de su idéologie, voir: Les Back and John Solomos, Theories of race and racism, London, Routledge, 2000 ; John Rex, Race and ethnicity. Concepts in the social sciences, London, Open University Press, 1986 ; Michel Banton, A ideia de raça, Lisboa : Ed. 70, 1979 ; David Theo Goldberg, Racism culture ; Philosophy and politics of meaning, London, Blackwell, 1993.

6 Il faut noter que les études basées sur les témoignages de la deuxième moitié du XVIII ne sont pas compris dans la présente étude, car ils se trouvent hors de la coupure chronologique de l’article.

7 Ronaldo Vainfas, “Colonização, miscigenação e questão racial: notas sobre equívocos e tabus da historiografia brasileira”, Tempo, 8, 1999.

8 Pour ce groupe voir: Jean-Pierre Zuñiga, La voix du sang. "Du métis à l´idée de métissage en Amérique espagnole". Annales, 54, 2, 1999, p. 443-444; Verena Stolke, "O enigma das interseções: classe, "raça", sexo, sexualidade...". Revista Estudos Feministas, 14, 2006, p. 21-22; Larissa Viana, O idioma da mestiçagem, Campinas, Editora Unicamp, 2007, p. 41.

9 Pierre H Boulle, Race et esclavage dans la France de l´Ancien Régime, Paris, Perrin, 2007, p. 61-62.

10 Christian Delacampagne, L'invention du racisme: Antiquité et Moyen Age, Paris, Fayard, 1983; James H. Sweet, "The Iberian Roots of American Racist Thought", The William and Mary Quarterly, 54, 1, 1997, p. 143–145.

11 Christian Delacampagne, L'invention du racisme… p. 144 et 165.

12 Hebe Maria Mattos, “A escravidão moderna nos quadros do Império português: O Antigo Regime em perspectiva atlântica”, João Fragoso et alii (eds.), O Antigo Regime nos Trópicos, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2001, p.148-149

13 María Elena Martínez, Genealogical fictions, Stanford, Stanford University Press, 2008, p. 11.

14 Jean-Fredéric Schaub, "La catégorie – études coloniales – est-elle indispensable? " Annales, 63, 2008.

15 Francisco Brito Freire, Nova Lusitânia, história da guerra Brasílica, Lisboa, Officina Joam Galram, 1675, p. 21-22.

16 Simão de Vasconcelos, Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil, Rio de Janeiro, Typ. de João Ignácio da Silva, 1864, v. 1, p. LX. Sur le thème de la couleur, voir: Ronald Raminelli. Imagens da colonização, São Paulo/Rio de Janeiro, Fapesp/Edusp/Jorge Zahar Editor, 1996, cap. 1.

17 Simão de Vasconcelos, Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil... p. LXXII.

18 Simão de Vasconcelos, Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil... p. LXXII.

19 Simão de Vasconcelos, Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil..., p. LXXIII

20 David Brion Davis, O problema da escravidão na cultura ocidental, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2001, p. 202-203.

21 Jorge Benci, Economia cristã dos senhores no governo dos escravos, São Paulo, Grijalbo, 1977, p. 47-48.

22 Jorge Benci, Economia cristã dos senhores no governo dos escravos..., p.87. La catéchisation des esclaves est également le thème du livre: Manoel Ribeiro Rocha, Etíope resgatado, empenhado, sustentado, corrigido, instruído e libertado, Campinas, ICHF/Unicamp, 1991.

23 Jorge Benci, Economia cristã dos senhores no governo dos escravos, p. 91.

24 Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino, Coimbra, Au Collegio das Artes da Companhia de Jesus, 1712-1728, v.5, p. 702-705. La citation se trouve à la page 705.

25 Sur les noirs dans l’oeuvre de Vieira: Magno Vilela, Uma questão de igualdade, Rio de Janeiro, Relume Dumará, 1997, p. 145-162; Luís Felipe Silvério Lima, “As partes e gentes da África na obra de Padre Antônio Vieira”. Clio, 27-2, 2009, p. 107-8.

26 Antônio Vieira, A arte de furtar, Amsterdam, Na Officina Elvizeriana, 1652, p. 359-360.

27 Antônio Vieira, “Sermam XX do Rosario” in: Maria Rosa Mystica, Lisboa, Impressão Craesbeeckiana, 1688, parte II p. 149.

28 Antônio Vieira “Sermão XX do Rosario”... p.164.

29 Antônio Vieira “Sermão XX do Rosario” ... p. 165.

30 Antônio Vieira, "Carta do padre Antônio Vieira escrita de Cabo Verde ao Padre confessor de Sua Alteza" (25.12.1652), Cartas do Padre Antônio Vieira, Lisboa, Regia Officina Sylviana e da Academia Real, 1746, t. 3, p. 3.

31 Grade militaire de l’armée brésilienne, pendant les périodes coloniale et impériale, qui correspondrait aujourd’hui au grade de colonel.

32 Sur les Ordres Militaires, voir: Fernanda Olival, As Ordens Militares e o Estado Moderno, Lisboa, Estar, 2001; Id., “An Elite? The Meaning of Knighthood in the Portuguese Military Orders of the Seventeenth and Eighteenth Centuries”, Mediterranean Studies, 15, 2006, p. 117-26; Nuno Gonçalo Monteiro & Fernando Dores Costa, “As comendas das Ordens Militares do séc. XVII a 1830: algumas notas”, Militarium Ordinum Analecta, 3/4, 1999/2000, p. 596-605.

33 Francisco Brito Freire, Nova Lusitânia…, p. 254-255.

34 Diogo Lopes Santiago, História da guerra de Pernambuco.., p. 39.

35 José A. Maravall, Poder, honor y élites en el siglo XVII, Madrid, Siglo XXI, 1989; Nuno Gonçalo Monteiro, “Elites locais e mobilidade social em Portugal em finais do Antigo Regime”, Elites e Poder. Entre o Antigo Regime e o Liberalismo, Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais, 2003, p. 37-81.

36 Institution fondée par D. João III et traitait de l’administration des ordres militaires.

37 Sur les relations sociales dans l’Ancien Régime, particulièrement en Amérique portugaise, voir: Silvia H. Lara, Fragmentos setecentistas…, p. 79-125.

38 Dom Domingos Loreto Couto, Desagravos do Brasil e Glórias de Pernambuco, Recife, Prefeitura da Cidade do Recife, 1981, p. 138.

39 Dom Domingos Loreto Couto, Desagravos do Brasil e Glórias de Pernambuco…, p. 140.

40 Sur les militaires esclaves, voir: C. L. Brown & P. Morgan (orgs.), Arming slaves, New Haven. Yale University Press, 2006.

41 J. A. Gonsalves de Mello, Henrique Dias Mello..., p.17-18 e 43.

42 Dom Domingos Loreto Couto, Desagravos do Brasil e Glórias de Pernambuco…, p. 138.

43 Henrique Dias mestre de campo...., Frazão de Vasconcelos (ed.), Henrique Dias; herói da Restauração de Pernambuco, Lisboa, Agência Geral das Colônias, 1940, p. 35.

44 O governador Henrique Dias, Frazão de Vasconcelos (ed.), Henrique Dias… p. 24-26.

45 Sur la rémunération des services des militaires noirs, voir: Francis A. Dutra, Blacks and the search for rewards and status in seventeenth-century Brazil, Proceedings of the Pacific Coast Council on Latin American Studies, v. 6, 1979. Hebe Mattos analyse de façon différente la question des rémunérations et soutient qu’initialement la couleur noire n’était pas un empêchement. Ce n’est qu’après que la traite eu pris de l’ampleur, à la fin du XVIIe siècle, que la concession de titres de Chevalier aux militaires noirs commença à être refusée: Hebe Mattos. “Black Troops” and Hierarchies of Color in the Portuguese Atlantic World: The Case of Henrique Dias and His Black Regiment “, Luso-Brazilian Review, 45.1, 2008, p. 6-29.

46 ANTT Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT), Habilitação da Ordem de Santiago (HOS), lettre A, mç. 6 n. 10.

47 ANTT, Registro Geral das Mercês (RGM), D. Afonso VI, liv. 19, fl. 216-217.

48 ANTT, HOS, letra A, mç. 6 n. 59.

49 Carta padrão de Domingos R. Carneiro, Antônio J. de Mello, Biografias de alguns poetas e homens ilustres, Recife, Typographia Universal, 1858, t. II, p. 239-241. ANTT, Habilitação da Ordem de Avis (HOA), letra D, mç. 1 n. 1.

50 ANTT, HOA, letra D, mç.1, n. 1.

51 Francis A. Dutra, “Blacks and the search…”, p. 29 e 30.

52 Ronald Raminelli, “Fradaria dos Henriques; conflitos e mobilidade social de pretos no Recife c. 1654-1744”, R. B. Monteiro et alii (eds.), Raízes do privilégio, mobilidade social no mundo ibérico do Antigo Regime, Rio de Janeiro, : Civilização Brasileira, 2011. p. 387-422. Pour une version plus abrégée et en espagnol de cet article: Ronald Raminelli, Élite negra en sociedad esclavista: Recife (Brasil) c. 1654-1744, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, 2011, [Online], publié en ligne en 30 Novembre 2011. URL : http://nuevomundo.revues.org/62216. Consulté le 11 janvier 2012.

53 Francis Dutra, Ser mulato nos primórdios da modernidade portuguesa“, Tempo, 30, 2011, p. 103.

54 Il est important de faire mention au terme "qualité" défini dans les dictionnaires du XVIIe siècle. R. Bluteau affirme que ce terme possède plusieurs significations, "toma-se por aquela razão, que determina a própria essência da coisa...". Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino…, v. 7, p. 9. Antônio Moraes Silva a été plus objectif et considère que "qualidade civil", est quelque chose qui appartient à quelqu’un en raison de noblesse, de naissance ou de dignité, v. g. personne de qualité". Antônio Moraes Silva, Diccionario da Lingua Brasileira, Ouro Preto, Typographia de Silva, [1789] 1832, p. 110.

55 Francis Dutra, Ser mulato.., p. 105.

56 Idem, 103.

57 http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/~ius/verlivro.php?id_parte=88&id_obra=65&pagina=138. Accès le 23 septembre 2011.

58 http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/~ius/verlivro.php?id_parte=96&id_obra=63&pagina=288. Accès le 23 septembre 2011.

59 http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/~ius/verlivro.php?id_parte=102&id_obra=63&pagina=864. Accès le 23 septembre 2011.

60 ANTT, Desembargo do Paço, "Consulta de Francisco Xavier Ponce de Leão", maço 2076, número 52.

61 ANTT, Desembargo do Paço, "Consulta de Francisco Xavier Ponce de Leão", maço 2076, número 52.

62 Au sujet du prestige des mulâtres, enfants de parents riches et nobles, voir: Jean-Pierre Zuñiga. La voix du sang…, p. 447-450; Júnia F. Furtado. Chica da Silva e o contratador dos diamantes, São Paulo, Companhia das Letras, 2003, p. 246-264.

63 ANTT, HOA, letra D, mç. 1 n. 1.

64 Simão de Vasconcelos. Chrônica da Companhia de Jesus do Estado do Brasil... p. LXXII

65 Raphael Bluteau. Vocabulario Portuguez & Latino..., v. 7, p. 86.

66 ANTT, HOS, lettre M, mç. 4, n. 42.

67 ANTT, Tribunal do Santo Ofício (TSO), Conselho Geral (CG), livro. 36, doc. 971.

68 ANTT, TSO, CG, Habilitações, Sebastião, mç. 4, n. 97, f. 203v.

69 ANTT, TSO, CG, livro. 36, doc. 1099.

70 Idem, f. 203v.

71 ANTT, TSO, CG, Habilitações, João mç. 143 n. 2149, f. 41

72 En la documentation, quelques fois, les nouveaux chrétiens sont nommés juifs.

73 ANTT, TSO, CG, Habilitações Incompletas (HI), d. 791.

74 ANTT, TSO, CG, HI, d. 1728.

75 ANTT, TSO, CG, HI, d. 441.

76 ANTT, TSO, CG, HI, mç. 61 d. 2652.

77 Pour une étude plus générale de ces empêchements, ver: Isabel D. Braga, “A mulatice como impedimento de acesso ao "Estado do Meio", Actas do Congresso Internacional «Espaço Atlântico de Antigo Regime: poderes e sociedades», Lisboa, 2 a 5 de Novembro de 2005.

78 ANTT, TSO, CG, HI, d. 1400

79 André João Antonil, Cultura e opulência do Brasil por suas drogas e minas, Lisboa, CNCDP, 2001, p.92

80 ANTT, TSO, CG, HI, d. 3908.

81 ANTT, TSO, CG, HI, d. 2086, 3886, 5282

82 Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino… v. 7, p. 86.

83 Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino… v. 2, p. 183-184.

84 ALBOYM, Diogo G. C., Escola moral, política cristã, e jurídica, Lisboa, Impressão de Bernardo Antonio de Oliveira, 1759, p. 211

85 ALBOYM, Diogo G. C. , Escola moral…, p. 214.

86 ALBOYM, Diogo G. C., Escola moral…, . p. 214.

87 ALBOYM, Diogo G. C. Escola moral, política cristã, e jurídica. p. 214.

88 J’ai l’intention d’approfondir dans le futur l’analyse sur l’ambiguité des mulâtres dans l’oeuvre de Gregório de Matos.

89 Raphael Bluteau, Vocabulario Portuguez & Latino, v.5, p. 628.

90 João de Figuerôa-Rêgo e Fernanda Olival, “Cor da pele, distinções e cargos: Portugal e espaços atlânticos portugueses (séculos XVI a XVIII)”. Tempo, 30, 2011, p. 115-146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronald Raminelli, « Classifications sociales et hiérarchies de la couleur », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 17 janvier 2013, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/64678 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.64678

Haut de page

Auteur

Ronald Raminelli

UFF-CNPq-Faprej

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page