Navigation – Plan du site
Rodrigo Czajka

Les enquêtes militaires et l’organisation des intellectuels de gauche au Brésil dans les années 1960

[14/12/2012]

Résumés

Cet article a pour objet d'analyse les enquêtes militaro-policières (EMP), ensemble de documentation produite pendant la dictature militaire au Brésil (1964-1985) et source actuelle importante pour les historiens, sociologues et politologues, puisque ces documents font comprendre la dynamique interne de la répression, et possibilitent, en même temps, connaître certains réseaux du militantisme communiste et des secteurs progressistes engagés contre le gouvernement militaire. Il s’agit des procès judiciaires qui, à l'heure actuelle, sont endossés par les travaux de la Commission de Vérité, organisme qui cherche à élucider le sort des disparus politiques et à déterminer les actions des organes de répression pendant la dictature militaire au Brésil.

Haut de page

Texte intégral

1 – Les enquêtes et le problème du communisme

1Les enquêtes militaro-policières (EMP), instruments d’investigation et de criminalisation des responsables par la subversion de l’ordre social et politique au cours du régime militaire au Brésil (1964-1985), considérées aujourd’hui par la recherche académique, impliquent une série de conséquences. Autrement dit, l’existence d’un ensemble documentaire produit par les militaires avant et pendant la répression révèlent plusieurs facettes et permettent de se faire une idée, par l’intermédiaire des rapports et des interrogatoires, du dessin complexe des résistances qui s’articulèrent pendant la dictature. A travers de tels procédés, d’une certaine manière, les compositions des groupes qui furent sujets à des procès dans les tribunaux militaires ont été révélées en détails. Devant le « crime », les militaires responsables de l’instauration des EMP réunirent un ensemble d’informations, documents, témoignages, photographies, enregistrements etc. relatifs aux oppositions au gouvernement, notamment des mouvements de gauches rattachés au Parti Communiste Brésilien (PCB).

2Ce qui transparaît le plus dans cette documentation ce sont les repères d’analyse et d’investigation adoptés par les enquêteurs, et d’une certaine manière la construction d’un ennemi interne rattaché au communisme international. Un grand nombre de ces EMP furent initiées par la constatation du phénomène de subversion et se terminèrent, dans leurs rapports finaux, par l’attribution de ce fait à l’infiltration communiste sur le territoire brésilien. Selon Maria Helena Moreira Alves,

  • 1 Maria Helena Moreira Alves. Estado e oposição no Brasil (1964-1984). Bauru : Edusc, 2005. p.69-71.

les EMP constituèrent le premier pas du mécanisme légal pour la recherche systématique de la sécurité absolue et de l’élimination de l’« ennemi interne ». Une fois conclue une enquête, [...] la responsabilité par la punition reviendrait de fait au président, aux gouverneurs des états ou bien aux maires. En l’absence de tous fondements juridiques réguliers, les EMP ne se soumettaient pas à des règles fixes d’argumentation. Bien souvent, les colonels définissaient eux-mêmes les principes légaux sur lesquels leurs décisions étaient fondées. Dans certains cas, le témoignage de « l’opinion publique » suffisait pour prouver l’activité subversive ou révolutionnaire qui justifiait la punition. [...] La simple accusation lors d’une EMP pouvait entraîner le début d’une série de persécutions allant jusqu’à la prison et à la torture.1

  • 2 Selon Rodrigo Patto Sá Motta, « le péril communiste était considéré réel par un nombre de forces in (...)

3Même si ceci représente dans un premier temps une difficulté à l’analyse de la documentation, il permet par ailleurs d’élargir le champ sur un cadre plus ample et diversifié de la composition des mouvements de gauche, à la botte du communisme international selon les militaires. Bien que les enquêtes soient identifiées comme des instruments juridiques à partir desquels émane la logique militaire de la répression, d’un autre côté, elles permettent une discussion sur le propre phénomène de la résistance entre les différentes gauches, quasiment toujours associées aux éléments de « la communisation » de la société brésilienne2.

  • 3 On comprend par « EMP institutionelle » une enquête qui vise à relater l’action subversive d’une in (...)

4Il ne s’agit en aucune façon de donner la primeur à l’ensemble documentaire qui constituent les EMP au détriment de l’analyse et de la problématique des sources. On sait que les sources ne parlent pas d’elles-mêmes; elles en parleront seulement si on leur pose les questions adéquates et pour cela, il est aussi nécessaire de prendre en compte les motifs qui occasionnèrent la production de ce type d’information de la part des organismes militaires. De cette façon, au regard de la documentation, il est des questions qui dépassent la propre période des gouvernements militaires. Par exemple, en relevant des indices pendant les investigations, les enquêteurs décrivaient un parcours rétroactif afin d’élaborer un historique de l’action des auteurs ou des suspects d’un crime contre la loi de sécurité nationale (LSN). Ceci veut dire que malgré l’ouverture de ces EMP institutionnelles3 à partir d’avril 1964 dans leur grande majorité, la documentation qui les compose oriente vers une investigation plus intense et détaillée de « l’action communiste » dans une période antérieure au coup d’état.

  • 4 Edgard Carone. “ Declaração sobre a política do P.C. (1958)”. In O PCB: 1943-1964. São Paulo, Difel (...)
  • 5 Surtout en ce qui concerne la formation du comité culturel du PCB, en 1958. Sur cet aspect, consult (...)

5Cela signifie que la réorganisation des mouvements de gauche et du propre PCB tout au long des années 50 contribua de manière décisive à l’éclosion de nouvelles questions, intégrées à la pensée de leurs militants durant la décennie suivante. Si dans la période antérieure au coup d’état il y eut de l’euphorie et de l’anxiété liées à un processus révolutionnaire en marche, les mois suivants virent l’enthousiasme se transformer en crise et en désarticulation des organisations qui avaient promu l’agitation populaire. Avec la Déclaration de Mars (1958) le parti ouvrait la porte à de possibles révisions de ses postulats politiques, donnant espace et visibilité publique aux intellectuels directement ou indirectement liés au PCB4. L’ouverture et la décentralisation bureaucratique mirent en évidence les dissidences qui menaçaient le parti. Des discussions furent censurées dans de diverses revues, favorisant l’émergence de noyaux intellectuels communistes, auparavant secondaires dans la vie politique du PCB. Contrairement à la centralisation exercée par le parti, certains de ces noyaux rendirent possibles à quelques intellectuels une certaine visibilité dans l’espace public, caractérisant ainsi l’émergence d’une nouvelle mentalité dissidente qui fut l’origine d’un profond processus de critique et d’auto critique par rapport aux décisions unilatérales du comité centrale du PCB5.

  • 6 Selon: Antônio Albino Canelas Rubim. Marxismo, cultura e intelectuais no Brasil. In João Quartim de (...)

6La construction de la visibilité publique des intellectuels affilíés au PCB fut un phénomène qui, de manière générale, atteignit toute la gauche brésilienne. Les dissidences étaient, avant toute chose, un essai pour la formation d’un champ autonome dans lequel l’intellectuel serait représenté comme son principal sujet historique. En effet, les révisions entreprises par l’intellectualité communiste à la fin des années 50 traitaient d’une nouvelle nécessité d’organisation des intellectuels de gauche6. Voici pourquoi les EMP, dans leur grande majorité, relatèrent ce contexte antérieur au coup d’état dans leurs investigations. De ce fait, elles présentent une singularité propre au regard de la documentation officielle relative au « mouvement communiste » au Brésil : elles nous offrent une autre perspective sur le fonctionnement des entités, organisations, groupes et cellules, car ces EMP, en priorisant la « subversion communiste » en tant qu’axe central des investigations, prirent comme référentiel la propagande communiste et ses moyens de divulgation.

7Il y eut une recherche exhaustive, quoique bien souvent équivoque, des secteurs d’information des forces armées sur la situation du communisme au Brésil. Les responsables de la grande majorité des EMP portaient le grade de colonel; on constate aussi que directement ou indirectement ces colonels avaient un lien plus ou moins étroit avec l’école supérieure de la guerre (ESG), une des institutions responsable de l’élaboration de la doctrine de la sécurité nationale (DSN). Celle-ci était directement liée à la propre LSN, c’est-à-dire, aux directrices de sécurité interne de l’état face à tout type d’action – qualifiée comme crime – qui attenterait à son organisation et à sa juridiction. De cette manière,

  • 7 Selon la définition du Dicionário Histórico-Biográfico Brasileiro. “Lei de Segurança Nacional”. FGV (...)

les crimes contre la sécurité de l’état sont des crimes politiques. Pour que l’on puisse caractériser un crime politique il est indispensable que l’offense aux intérêts de sécurité de l’état se fasse avec la propre intention d’agir. [...] Considérant les crimes contre la sécurité interne, cette intention d’agir est la volonté politico-subversive. [...] Par l’intermédiaire de la doctrine de la sécurité nationale, on a prétendu remplacer la notion de crime contre la sécurité de l’état par un autre concept, qui se réfère à certaines actions qui atteignent les objectifs nationaux. Selon cette doctrine, on entend par sécurité nationale le degré relatif de garantie que, à travers l’action politique, économique, psychosociale et militaire, l’état offre à la nation, pour la réalisation ou le maintien des objectifs nationaux, quoi qu’il en soit les antagonismes ou pressions, existantes ou potentielles.7

8De ces recherches résultèrent un ensemble d’informations sur la structure organisationnelle du mouvement communiste, ses opérations et sa logique de fonctionnement; des informations qui cherchaient à cerner au plus près « l’ennemi », mais qui, en général, décrivaient les aspects fonctionnels des organisations communistes sans entrer réellement en profondeur. Il y avait par exemple, une propension à détailler les aspects structurels des ces organisations, ce qui dans la plupart des cas se réalisait à partir de l’accès qui avaient les colonels responsables des EMP, tout comme leurs assistants, à la bibliographie communiste. En d’autres mots, au premier temps des investigations, plus qu’un caractère invasif et brutal d’une action militaire, cette étape de recherche d’informations révélait un caractère méthodique (bien que partiel) dans la constitution de preuves contre l’ennemi supposé, dans ce cas, le communisme international, ce que l’on pouvait constater, de forme claire, dans un passage du rapport final de l’EMP sur l’institut supérieur des études brésiliennes (ISEB). Lors de sa tentative de qualifier le crime et l’accusé, le rapporteur décrivait non seulement une « idéologie aliénante » de l’accusé, bien comme il citait la bibliographie utilisée par celui-ci dans son cours donné dans cet institut d’enseignement. Il écrit :

  • 8 Inquérito Policial-Militar n° 481. Rapport partiel de l’enquête. IPM do ISEB. Vol. 26, p. 6.475-6.4 (...)

voici ce qu’à leur propos [les communistes] enseigne l’ISEB dans son cours de leaders démocratiques : « il ne suffit pas d’être membre du parti ou adepte du communisme pour appartenir à l’apparat. Il est besoin d’un entraînement spécial, en plus d’une longue pratique de la discipline du parti. Le communiste doit encore prouver qu’il est capable de suivre, sans hésitations, les constantes modifications de la doctrine, de la stratégie et de la tactique ». [...] Il est évident qu’il a toujours démontré le plus grand mépris pour les principes moraux et spirituels de la civilisation occidentale.8

9Il y avait, au moment de la production de ces preuves, une nécessité de démontrer que la lutte contre le communisme n’était pas un évènement occasionnel. De la représentation que les militaires se faisaient des communistes, il ne s’agissait pas seulement d’une simple mesure militaire contre des révoltés mécontents d’un gouvernement oppresseur, car

  • 9 Id. Ibid., p. 6518.

il serait d’une grossière naïveté de prendre l’action communiste au Brésil comme un mouvement domestique, particulier, de sentiment purement national, car elle est identifiée, par ses procédés et par sa ligne d’action, avec une révolution sociale d’ambition internationale orientée par l’Union Soviétique de Marx et par le dogme chinois de Mao Tse-Tung.9

10Encore que les organisations liées au communisme passassent par des problèmes d’ordre politique, idéologique et aussi juridique, les preuves qui composaient les EMP cherchaient à démontrer la capacité du mouvement à s’organiser, capacité qui se révélait, selon les militaires, dans l’action de la propagande et de l’endoctrinement communiste.

11La propagande et l’endoctrinement étaient intimement associés à l’infiltration communiste. C’était par leur biais, selon le modèle explicatif construit par les militaires, que d’autres instances de la vie sociale étaient « contaminées », de manière à ce que l’observation détaillée de cet aspect de la diffusion de la pensée communiste était vitale pour comprendre les autres instruments de légitimation du communisme comme un phénomène plus ample. De cette façon,

  • 10 Id Ibid., p. 6469.

pour subvertir les idées, la conduite, les aspirations des populations visées, son arme principale est la propagande, scientifiquement planifiée. [...] Les moyens de divulgation sont variés, abondants et les plus actuels, servis par des moyens importants comme la presse, les livres, le cinéma, la radio, la télévision, les expositions, les ambassades artistiques et culturelles, les voyages et les bourses d’études, les contacts personnels etc. Tout ceci au service d’une idéologie – le marxisme-léninisme.10

  • 11 Id . Ibid., p. 6480-81.

12Cette conception mise au service de l’investigation sur l’infiltration communiste, surtout juste après le coup d’état de 1964, fut utilisée dans toutes les EMP qui visaient à analyser et investiguer certaines organisations liées au PCB et à identifier ses principaux composants. Les investigations faites sur les syndicats, les unions de travailleurs (ruraux et urbains), les associations de quartiers, les centres d’études, les mouvements étudiants et de jeunesse, les centres culturels, les clubs récréatifs, les organisations féminines, les organisations en faveur de la paix et les fronts nationaux et parlementaires ou de libération avaient un lien très étroit et nécessaire avec la production d’information sur « l’ennemi interne »11.

  • 12 Lúcia Klein; Marcus Figueiredo. Legitimidade e coação no Brasil pós-64. Rio de Janeiro : Forense-Un (...)

13Non moins importante, cette étape du travail d’investigation n’avait pourtant pas un principe punitif, mais simplement de vérification. Il est évident que la répression exercée par les divers secteurs des forces armées ne correspondait pas à la dynamique des EMP, dont le rôle était simplement de relever des preuves pour l’accusation et le jugement dans d’autres instances juridiques. Dans la logique du système de combat contre les influences communistes au Brésil, cette étape était caractérisée comme un élément qui, malgré son utilisation par des organismes responsables de la répression, détenait un aspect juridique – apparemment légal. L’instauration des tribunaux militaires, afin de vérifier des crimes contre la sécurité nationale, revêtait ainsi d’un caractère légal. De tels tribunaux, responsables pour la désignation d’EMP et de ses responsables, utilisaient les structures juridiques existantes en caractère extraordinaire, justifiés par la « justice révolutionnaire » pendant les premières semaines qui suivirent le coup d’état12. Ainsi il était dit que,

  • 13 Inquérito Policial-Militar n° 481, op. cit., p. 6504-6505.

toujours en accord avec la législation et en vertu des articles 115 et suivants du code de justice militaire, qui définissent les normes et les limites de compétences des chargés d’enquêtes militaro-policières [...] il est prévu que le responsable de l’enquête sera chargé des investigations préliminaires, afin que celui-ci puisse recueillir les preuves et les indices nécessaires à la dénonciation de la part du ministère publique et qu’il puisse fournir au pouvoir compétent la possibilité de réaliser le procès et le jugement, car l’enquête policière en tant qu’acte extrajudiciaire n’est pas un procédé régulier qui puisse autoriser la condamnation ou l’absolution de quelqu’un. Il s’agit, avant tout, d’une pièce informative indispensable au jugement de la culpabilité destinée au processus judiciaires.13

14Un autre aspect présent dans les EMP était la forme selon laquelle on procédait à la formulation de l’accusation des inculpés d’un crime contre la sécurité nationale. Dans ces enquêtes, la composition de la liste des inculpés n’était pas déterminée de manière individuelle – où chaque accusé répond individuellement pour le crime supposé –, mais collectivement. On donnait la primeur à l’institution par rapport à ses membres et les enquêtes cherchaient à viser l’institution plutôt que l’individu. En principe, ce qui ressort de la documentation qui compose les EMP, est que l’accusé était le communisme. Les membres promoteurs de ces institutions communistes étaient ses collaborateurs, si bien que, dans ces procès, la grande majorité des interrogatoires était classée à titre de témoignage. Bien évidemment, au fil des investigations, les inculpés étaient catalogués dans l’enquête, dans la mesure où les preuves, les documents saisis, les témoignages de l’accusation étaient ajoutés à la charge de l’un ou l’autre des accusés. Le grand noeud de ce type de procédé juridico-politique était que, si d’un côté l’accusation était progressive, avec l’apport d’évidences qui définissaient un ou plusieurs accusés lors d’un même procès, d’un autre côté le risque était d’affubler tout les « suspects » de crime contre la sécurité national de l’insigne de « communistes ». Le problème était que les EMP définissaient ces crimes de la manière suivante:

  • 14 Inquérito Policial-Militar n° 481, op. cit., p. 6517-6518.

les crimes sont simples ou complexes, ils sont le fruit d’une ou plusieurs actions. Comparant les derniers, on peut rencontrer des cas d’unité de crime pour une pluralité de faits, d’unité de fait matériel mais une pluralité de violation de droits et, quand, malgré une pluralité de faits matériels et de droits atteints, il existe un ensemble qui forme un tout indivisible en dépit de la volonté de l’auteur, cela démontre qu’un des actes fut commis dans le but de préparer ou d’être le moyen d’en exécuter un autre, s’intégrant ainsi à lui.14

  • 15 Id. Ibid., p. 6519.

15Ce point de vue de la définition de l’inculpation et de la motivation du crime, d’une certaine manière, contribuèrent à ce que le communisme, à ce moment-là, soit défini par la société brésilienne comme « un crime complexe » et, se reposant sur cet argument (sans fondement légal), que cette notion soit élargie à toutes les organisations qui lui seraient liées. De fait, non seulement le PCB serait l’objet d’investigation, mais toutes les entités et les organisations qui, par le biais de cette association conçue par l’argumentation militaire, fussent proche du communisme. Ou bien encore, « les faits apurés [...] ne peuvent pas être considérés de manière isolée mais dans leur ensemble, faisant partie d’un tout, car le crime des inculpés ne peut pas être fractionné, prenant en considération le but qui les motivaient tous, sans distinction »15.

16Cette posture provoqua d’importantes équivoques: le fait de considérer le grand nombre d’inculpés – tous originaires de diverses sphères d’influence, de production, d’activité et de propagande idéologique (communiste ou non) – sous une même référence, à savoir, juridico-militaire, eut pour conséquences de « communiser » certains inculpés qui n’avait aucune relation avec le PCB et d’amenuiser l’engagement militant des affiliés au parti. La même approche eut lieu avec les institutions. Les approximations directes entre, par exemple, l’ISEB et le PCB, le centre populaire de la culture de l’union national étudiante (CPC de l’UNE) et la maison d’édition Civilização Brasileira, le commando des travailleurs intellectuels (CTI) et le PCB, pour ne citer qu’elles, n’aidèrent pas à clarifier la dynamique des organisations brésiliennes liées au communisme international, mais élargirent la zone d’influence du PCB de telle manière que même son comité central ne l’avait imaginée.

2 – Les intellectuels et la culture de gauche

17 L’homogénéisation du mouvement communiste à partir de l’association sans distinction entre les organisations suspectes de lien avec le PCB compromit l’harmonie du mouvement communiste brésilien (MCB), car son unité fut mise en péril en raison des innombrables conflits existants à l’intérieur même du PCB, surtout à partir de 1958. L’argumentation des chargés d’enquêtes des EPM sur l’infiltration communiste décrivait une situation imaginaire à l’intérieur des organisations, comme si leurs instances avaient la même importance en relation à la propagande et à la diffusion de la pensée communiste.

18Celui-ci, par exemple, est le principal problème rencontré par les sociologues, les historiens et les spécialistes en sciences sociales lors de leurs analyses sur le communisme et ses variantes. Bien que le « mouvement » exprime une unité conceptuelle face aux conditions empiriques de l’organisation et devant la réaffirmation des pratiques politiques, le « mouvement » se démultiplie en dizaines de tendances, d’interprétations, de variantes et de dissidences en son propre sein. De la même manière que le « mouvement » et son aspect unitaire laisse place aux parties en conflits qui s’organisent suivant les pratiques, les tensions et les enjeux politiques, le concept de « groupe » – d’une certaine manière, employé avec cette fonction par les chargés des EPM dans leurs procès – n’aident en rien à la compréhension du communisme comme phénomène social, politique ou culturel. Les rapports annexes aux EPM tentèrent de présenter une investigation sur ces trois champs d’actions qui, selon les chargés d’enquêtes, étaient victimes de l’infiltration communiste. Mais le fait de considérer ces phénomènes à partir des notions de « mouvement » organisé et de « groupe » constitué strictement par et pour les communistes, rendit impossible toute tentative de construire une généalogie du communisme brésilien. En vérité, son interprétation contribua à la construction d’une représention du communisme et de la subversion qui détailla la complexité du « crime », mais pas la dynamique complexe des organisations considérées comme communistes.

19Pour cela, concevoir l’organisation et l’articulation des intellectuels à partir de la notion de « groupe » compromet d’une certaine façon l’analyse de sa propre dynamique interne. Il devient nécessaire de considérer l’approche de ces questions selon un autre prisme, afin de ne pas retomber sur la même équivoque démontrée par les EPM. Analyser les organisations du point de vue institutionnel ou à partir d’un concept comme celui de « groupe » résulte à la représentation d’actions, mais ne définit ni les articulations qui menèrent à la formation de l’unité, ni le modèle explicatif qui représente cette même unité. Bien que les institutions aient leur importance dans certains contextes sociaux, culturels et politiques, en particulier pour leur rôle de médiateur entre les diverses instances de la vie sociale, l’analyse trouve sa limite justement dans le profil de leur composition. Les institutions, de par leur propre constitution sociale, reflètent les différences des éléments qui les composent, afin de respecter la propre dynamique du jeu social. En ce sens il serait contreproductif de présupposer l’existence formelle de l’institution (et ses modèles explicatifs) sans la relation nécessaire (et pratique) avec ce que, par exemple, Raymond Williams nomma de formations culturelles. Selon l’auteur,

  • 16 Raymond Williams. Cultura . Traduction par Lólio Lourenço de Oliveira . 2. ed. São Paulo: Paz e Ter (...)

si nous déduisons les liens culturels significatifs seulement à partir de l’étude des institutions, nous courrons le risque de laisser échapper certains cas importants pour lesquels l’organisation culturelle n’aurait été, en un élément quelconque, institutionnelle. [...] Nous pourrons laisser échapper un phénomène très surprenant du « mouvement » culturel, qui fut si important pendant la période moderne.16

20 L’analyse de ces questions par l’intermédiaire du vecteur culturel se justifie surtout par deux facteurs : premièrement, l’objet central des investigations sont les intellectuels de gauche et leurs articulations principalement dans les domaines de la production et de la circulation culturelle. De fait, l’espace de  la représentation intellectuelle est, par excellence, le culturel à partir de ses plus différents secteurs de production et de circulation. Deuxièmement, les sources ici considérées sont le résultat des investigations militaires à propos de l’articulation des intellectuels autour des institutions liées à la gauche politique et aussi des interventions de ces mêmes intellectuels dans l’espace publique, comme les revues, les bulletins et les manifestes entre autres.

21Dans ce sens, le concept de formations culturelles de Williams prend en compte les imbrications à l’intérieur des groupes d’intellectuels et entre les institutions qui réalisent les médiations dans l’espace publique. Du même auteur,

  • 17 Id. Ibid., p. 85.

Aucun rapport complet d’une formation ne peut-être réalisé sans prendre en considération les différences individuelles qui la composent. On peut observer que les formations de types plus modernes ont typiquement lieu aux points de transition ou d’intersection à l’intérieur d’une histoire sociale et complexe, mais les individus, qui en même temps construisent et sont construits par ces organisations, ont une série relativement complexe de positions, d’intérêts et d’influences différentes, dont quelques-uns sont résolus par les organisations (encore que, quelque fois, cela ne se passe que de manière temporaire) et d’autres demeurent comme différences internes, comme tensions et bien souvent comme argumentation à des divergences et aux ruptures qui en découlent, point de départ de la tentative de création de nouvelles formations.17

22 Analyser les formations culturelles implique de considérer le problème de l’individu, le processus d’insertion du sujet à l’intérieur de la structure qui à son tour définit la propre formation. Dans ce cas, l’individu ici considéré est l’intellectuel de gauche qui émerge dans la recherche et dans la construction d’un champ autonome d’activité et de représentation publique. Cette intellectualité peut être mieux définie et détaillée à partir de la notion de noyaux intellectuels, dans la mesure où cette dénomination cherche à exprimer le polymorphisme des organisations et des groupes d’intellectuels en question. L’importance de ce procédé n’est pas seulement sémantique, mais elle est mise en relation avec un objectif postérieur: démontrer que la représentation que firent les militaires du « mouvement communiste », à travers les EPM, réaffirme et cherche à légitimer, par exemple, la supposition d’une unité primordiale du propre « mouvement ».

23L’ importance de ces noyaux intellectuels qui s’articulent autour du PCB, à partir de la seconde moitié des années 50, est dans le « désaccord fécond » de ses intégrants et pas seulement dans son potentiel en tant que mouvement organisé. C’est justement sur ce point qu’une sociologie des intellectuels communistes devient complexe, car il ne convient pas simplement de définir des limites entre les tendances et les dissidences de groupes définis. Au contraire, il s’agit de disséquer ces contingents de gauche et qualifier leurs interventions à partir d’une typologie qui, en même temps, préserve la vocation de ces intellectuels pour l’unité, mais d’un autre côté, fait ressurgir les anomalies qui ne nous permettent pas de les classer en tant que « groupe ». Grâce à cela, il sera possible de mettre en évidence les tensions et les contradictions présentes dans la constitution de ces noyaux.

  • 18 Roberto Schwarz. « Cultura e política: 1964-1969 ». In O pai de família e outros estudos . Rio de J (...)

24La présence de ces intellectuels, premièrement dans la presse de gauche et plus tard dans un circuit plus vaste de production et de circulation de biens culturels, à l’exemple de la description que fait Roberto Schwarz dans son essai sur l’hégémonie culturelle de gauche, implique aussi la nécessité de confirmer si, de fait, il y eut une politique culturelle du PCB – et jusque dans quelle mesure elle a contribué à l’hégémonie culturelle de gauche problématisée par Schwarz18. En d’autres mots, si nous pouvons décrire le PCB du milieu des années 50 comme un « appareil politico-culturel », quels sont effectivement les facteurs qui indiquent l’unité de ce projet ? Ou au contraire, quelles sont les tensions exercées entre ses intellectuels qui rendirent impossible la réalisation d’une politique culturelle intégrée ? Ou encore, comment peut-on confirmer, à partir des disputes esthétiques et idéologiques autour du parti, l’existence d’une politique culturelle programmée par le PCB? C’est exactement à partir de ces questions, en général formulées à partir de modèles explicatifs qui risquent de réduire la complexité culturelle inhérente à ce contexte de transformations sociales profondes, que l’on doit rechercher une approche qui considère l’organisation hétérogène de ces noyaux intellectuels.

  • 19 Raymond Williams, Op. cit., p. 57.

25C’est ici que le concept de formations culturelles de Raymond Williams contribue à cette lecture angulaire. Ce concept est pertinent pour réfléchir sur les relations et la construction de réseaux entre intellectuels, tout comme la portée qu’ils avaient et l’influence qu’ils exerçaient à partir de leurs pôles de production culturelle. La question centrale soulevée par Williams est que « nous avons à faire non seulement à des institutions d’ordre générale et à leurs relations typiques, mais aussi à des formes d’organisation et d’auto-organisation qui paraissent beaucoup plus proche de la production culturelle ». De tels procédés d’ « auto-organisation » impliquent des modèles différenciés d’analyse et sous-entendent la complexité originelle des associations culturelles et intellectuelles19. Cette complexité se réfère au spectre, aux variantes idéologiques et esthétiques qui échappent aux classifications, mais qui révèlent, dans leur structuration, les décalages dans les formes d’organisation d’intellectuels ou d’artistes, aussi que la lecture qui en est faite – spécialement, celle des militaires à travers les EPM. Dans l’étude des relations établies entre les communistes originaires du PCB et les intellectuels qui gravitent autour du parti, il est aussi nécessaire de réaliser une lecture selon un angle différent: rechercher à savoir comment furent construits exactement les réseaux intellectuels qui donnèrent naissance à ces noyaux et de quelle forme eut lieu le processus de leur légitimation; tout de même, évaluer les influences ou les non-influences de l’engagement politique à l’intérieur des projets (ou des politiques ?) culturelles. Un point de départ peut-être suggéré: si l’organisation du secteur de la production et de la circulation culturelle dans les années 60 fut, en partie, provoquée par les batailles de ces intellectuels autour de leurs projets respectifs d’engagement et de transformation de la réalité brésilienne, cette même condition est inhérente aux organisations politiques de gauche – spécialement celle des communistes qui pendant des décennies maintinrent un appareil sophistiqué de diffusion culturelle, ayant comme base l’organisation du parti comme référence institutionnelle.

26Dans le passage des années 50 aux années 60, cette référence institutionnelle laissa l’espace à un autre type d’organisation, celle-ci plus complexe et diverse, ouvrant la porte aux dissidences autrefois atténuées par le centralisme politique du PCB. Le démantèlement graduel d’un ensemble de références politiques et idéologiques permit l’émergence non seulement de nouveaux acteurs sur la scène culturelle, mais aussi géra un nouveau champ de problèmes et de questions qu’il faudra penser et problématiser.

27D’où aussi une réalité en crise pour les intellectuels liés au PCB et un nouvel horizon à être découvert par les intellectuels qui n’assumèrent plus la vision omnisciente du parti, mais la position politique résultante de la formation critique du nouvel intellectuel. De cette forme, d’autres modalités d’articulations externes au parti allèrent à la rencontre des intellectuels intégrants de mouvements plus vastes d’organisations hétérogènes, parmi lesquelles étaient contemplées les institutions culturelles, les entités politico-sociales, les associations de travailleurs intellectuels, etc..

28A l’intérieur de ce processus de rénovation, d’autres questions surgirent comme centrales dans la configuration des débats entre les diverses formations culturelles de gauche, aussi comme elles rendirent possibles la concrétisation d’un ensemble thématique de ces formations dans la perspective du marché – élément essentiel dans l’organisation des résistances culturelles au régime militaire de l’après 64. En d’autres mots, la représentation et la visibilité des noyaux intellectuels – ici représentés dans la complexité et l’hétérogénéité de leurs opinions, convictions et projets – furent rattachés à un caractère douteux. Les intellectuels, pour concrétiser un projet collectif et dépasser l’individualité inhérente à leur travail, durent proposer des formes d’articulation originales consolidées par rapport à leur objectif culturel, justement au moment où celui-ci acquérait un style industriel et mercantile au milieu des années 60.

29Même pour les militaires et l’imaginaire construit à propos des communistes, la question englobait un réseau sophistiqué de relations sociales, dans lequel le communisme servait à l’organisation de groupes et d’individus ayant un pouvoir relatif d’influence et de persuasion. C’est à partir de là, d’une certaine manière, qui naît la préoccupation d’orienter les investigations sur de telles organisations, entités et institutions liées aux mouvements de gauche et au communisme, plutôt que de simplement adopter une attitude de coercition des communistes sur les secteurs populaires. A l’exemple de ce que décrivait l’introduction de l’EPM 709,

  • 20 Id . Ibid, p. 14.

il existe un nombre fabuleux d’intellectuels communistes. On peut affirmer, d’ailleurs, que la compréhension du communisme exige un niveau intellectuel supérieur. Le communisme est une idéologie complexe de par ses fondements philosophiques. Pour enseigner le communisme, les partis communistes entretiennent un système éducatif développé et actif. [...] Pour ces raisons, on ne peut pas pénétrer brusquement dans une enquête militaro-policière sur les activités subversives d’une organisation communiste, sans avoir une connaissance plus ou moins solide de ce problème.20

  • 21 A propos de cette “expansion”, lire, par exemple, José Antonio Segatto. Reforma e revolução : vicis (...)

30 C’est pourquoi l’investigation militaire dans l’enquête était orientée en fonction de la reconnaissance des formes d’articulations d’intellectuels à l’intérieur et autour du PCB. Leur rôle, développé dans la divulgation, dans l’agitation et dans la propagande, eut un fort impact sur la société brésilienne, dans la mesure où la visibilité publique du parti était garantie par les associations entre communistes et sympathisants du communisme international, au nom d’une transformation politique plus large. De fait, les thèses du PCB eurent un plus grand impact, non pas en raison de l’augmentation de la représentation politique – le parti était déclaré illégal dès 1947– mais grâce à l’articulation politique, pendant le processus d’idéologisation des problèmes brésiliens provoquée par les organisations satellites qui se formèrent autour du PCB21, d’où l’importance d’un secteur spécifique et de son émergence comme un élément orienté pour la construction d’une image publique du parti: les intellectuels.

  • 22 Structure qui définit l’organisation de l’EPM 709. Vu l’importance attribuée au mouvement communist (...)

31La conception construite par les militaires à propos du rôle développé par les intellectuels, principalement de gauche, dans le processus d’articulation des forces communistes avait cet argument explicite: pour ne pas être associés politiquement au PCB, un grand nombre d’intellectuels intégraient une organisation vaste et complexe qui englobait une série d’accords et d’ajustages visant promouvoir le parti et mettre au débat son illégalité devant la société brésilienne. Il était nécessaire pour ces intellectuels la mobilisation de l’opinion publique à cause de la répression et des persécutions politiques. Une telle articulation des intellectuels communistes fut détaillée par cette EPM à partir des étapes de la « construction » du MCB, de « l’infiltration communiste », de « l’agitation et de la propagande », du « mouvement de masse » et enfin de « l’action violente »22.

  • 23 Comme l’annonça le Jornal do Brasil le 19, janvier 1972, dans son article intitulé “Justice Militai (...)

32Malgré tout, la publication de cette enquête, en un livre de quatre volumes en 1966 contenant seulement le rapport final de l’enquête, représenta une contre-offensive à l’information, à caractère militaire. De fait, la bataille rangée entre militaires et communistes antérieure au coup d’état de 1964, continua les décennies suivantes et la publication de l’EPM 709 par la bibliothèque de l’armée fut seulement une confrontation de plus aux yeux de l’opinion publique. L’élément curieux est que cette collection fut éditée, initialement, dans les murs de l’imprimerie Lux, dans la ville de Rio de Janeiro. L’imprimerie Lux était, pourtant, engagée sur des projets éditoriaux d’intellectuels et d’éditeurs liés au PCB. La propre imprimerie Lux, représentée par son propriétaire, l’avocat Felix Cohen Zaide, avait été notifiée dans une enquête militaire, afin d’apurer les faits à propos de la publication du livre Fundamentos da filosofia marxista23. Les trois derniers volumes de la collection furent imprimés par une petite imprimerie de Rio, la Liverte.

  • 24 IPM 709, Op. cit. p. 05.

33Le premier volume est une introduction au problème du communisme au Brésil. La question fut présentée de manière générale sans considérer spécialement le PCB, à l’exception de son dernier chapitre. De cette forme, le volume n°1 cherche à analyser les « bases idéologiques », l’ « internationalisme prolétaire », une « synthèse historique du parti communiste », les « caractéristiques générales de l’action communiste », l’ « évolution de la ligne politique » et enfin, le « PCB et la politique nationale ». D’une manière générale, ce premier moment du rapport avait l’ « objectif de décrire l’ambiance pour les juges, les autorités et les lecteurs du problème communiste brésilien dans son contexte international. »24.

  • 25 Id. Ibid., p. 171.
  • 26 Id . Ibid., p. 177.

34Citant Lénine, dans le point correspondant au problème de l’agitation et de la propagande communistes, le rapport explique que « le propagandiste agit principalement par écrit, l’agitateur par la voix »25. Entre les instruments, selon les militaires, responsables de l’agitation et de la propagande, il y avait les affiches, les banderoles, les pamphlets, les bulletins, les journaux, les revues, les opuscules, la radio, la télévision, le cinéma et le théâtre. Le fait est que pour ces militaires imbus de la cause anticommuniste, « un livre, un journal ou quelques fois un simple article pourrait occasionner des résultats plus tragiques qu’une arme assassine »26.

35De toute façon, il est bon de rappeler que les tensions à propos des directives sur l’organisation de la presse populaire, dirigée surtout par les organisations liées au PCB, avaient lieu tout au long du processus d’échantillonnage des noyaux intellectuels en lien avec la presse. Les entités véhiculées au parti, d’une certaine manière, cherchaient à maintenir l’unité organisationnelle et politique du PCB et de son programme, car malgré tout, les noyaux intellectuels représentaient la perte de cette unité au nom de la démocratie politique sans aucun sectarisme ou aucune centralisation.

36Malgré l’ouverture d’une enquête spécifique pour l’investigation de la presse communiste au Brésil (l’EMP n° 683 sur la presse communiste), l’EMP 709 focalisa aussi son attention sur ce phénomène, considérant le problème de la propagande et de l’agitation comme toile de fond – vu que dès les premiers instants de l’instauration des enquêtes, la presse fut toujours, pour les militaires, le plus important vecteur d’agitation et de propagande communiste.

37Au moment de l’illégalité du PCB, la presse fut le principal moyen de diffusion et de communication entre les organisations proches ou sympathisantes du communisme. De cette manière, toute la réorganisation du parti après 1947 fut orientée, en grande partie, par les moyens de communication qui étaient au service du parti ou qui avaient simplement des affinités avec son attitude politique et idéologique. L’activité de rassemblement, d’organisation des militants, tout comme la réflexion à de nouveaux thèmes et à de nouveaux problèmes à l’intérieur du parti eurent lieu pendant ce processus de création d’un réseau de journaux, de maisons d’édition et d’imprimeries disposées à contribuer au débat à partir du programme du PCB.

  • 27 Suivant la liste annexée à l’EMP nº 709. Voir: IPM 709, O comunismo no Brasil: o inquérito policial (...)

38De toute manière, les militaires étaient conscients de cela, car bien que la doctrine du parti fût la centralisation de la presse, les difficultés de diffusion sur le territoire national, principalement en raison du danger constant d’appréhensions policières, firent que le parti fût contraint à une grande décentralisation. De ceci, résulta la constitution d’une presse diversifiée, mais maintenant une cohésion minimum avec les directrices du PCB. Ce fut le cas, par exemple, des journaux Política e Negócios, Imprensa Popular, O Semanário, Liga, Panfleto, Bancário, Voz Operária, Jornal da Semana, Gazeta Sindical et Orla Marítima (Guanabara); Notícias de Hoje, Terra Livre et Unidade (São Paulo); Jornal do Povo, Novos Rumos, Voz do Povo, Nossa Luta, Edifício, Binômio, Ação Popular et Política Operária (Minas Gerais); Tribuna do Povo, Jornal do Povo et Hoje (Paraná); O Democrata (Ceará); Folha Popular (Rio Grande do Norte); Folha do Povo, A Hora e Unidade (Pernambuco); Folha Popular (Sergipe); O Momento et Tribuna do Sul (Bahia); Folha Capixaba (Espírito Santo); Tribuna Gaúcha, Tribuna do Povo et Voz do Povo (Rio Grande de Sul); Estado de Goiás et Agora (Goiás); O Democrata (Mato Grosso)27.

39De la même manière, la production bibliographique fut l’objet d’attention de l’EMP 709, dans la mesure où il ne s’éditait pas seulement les ouvrages classiques des formations politiques, mais aussi un vaste réseau d’éditions divulguait la production intellectuelle nationale à travers laquelle se discutait les problèmes nationaux. Production qui, à son tour, alimenta la formation d’un corollaire thématique et théorique, car au moment où il se forma un réseau éditorial contenant des journaux et des maisons d’éditions, il fut aussi possible de construire une « unité épistémique ». Ceci étant, l’intellectualité engagée dans ce processus, d’une certaine manière, conduisit politiquement et idéologiquement ces instruments de propagandes, mais son unité fut construite sous beaucoup de tensions existantes entre les intégrants de ce réseau. L’unité identifiée par les militaires, quand ils la qualifièrent, ce qui resta connu comme « presse communiste », servit davantage comme adjectivation. Les maisons d’édition classées dans cette EMP comme entreprises au service du communisme international, telles que: Editorial Vitória, Editor Fulgor, Gráfica Editora Itambé, Gráfica Editora Aliança, Edições Futuro, Editora Universitária , Editora Obelisco , Editora Felman-Rêgo, Editora Nova Cultura, Editora Problemas Contemporâneos, Editora Brasiliense et Editora Civilização Brasileira, maintenaient des projets éditoriaux distincts et quelques fois même, contradictoires. On le sait, par exemple, que l’Editorial Vitória, imprimerie officielle du PCB, en même temps qu’elle éditait des documents de formation politique du parti, imprimait les critiques que Brasiliense et Civilização Brasileira faisaient à leurs égards.

  • 28 A l’exemple de ce qu’écrivit l’éditeur Ênio Silveira (proprietaire de la maison d’édition Civilizaç (...)

40Ceci permet d’affirmer que les investigations militaires à travers les EMP s’étendirent au-delà des organisations communistes et atteignirent des personnes qui, en principe, n’avaient aucune relation avec le PCB. Les divergences de beaucoup d’informations relevées (ou supposées) par les enquêtes, comme celle du parti communiste, criminalisaient certains individus les faisant s’approcher d’un modèle d’analyse qui permettait aux colonels responsables des enquêtes de qualifier certains accusés ou certains témoins comme communistes28. Il était nécessaire, selon la logique des investigations, d’identifier toutes les instances de politisation et de propagande en accord avec le parti, et pas simplement de vérifier la structure du parti.

41Cette obsession pour l’enregistrement d’informations géra un grand nombre de procès et d’enquêtes similaires à l’EMP du PCB. Autant d’autres enquêtes militaro-policières furent instaurées, cherchant la spécificité des organisations et des entités politiques en opposition au régime militaire, quand ce ne fut pas à propos de militants communistes proprement dit. Ceci dit, l’EMP n° 709 ne fut qu’une parmi tant d’autres enquêtes qui furent ouvertes et qui, considérées dans leur ensemble, rassemblent un montant significatif d’informations dont disposaient les organismes militaires à propos des « éléments de subversion ».

42Ce qui veut dire que pas seulement les organisations politiques ou syndicales furent l’objet d’enquêtes. Entre les investigations militaires qui priorisaient l’étude des actions et des relations entreprises entre militants du PCB, il y avait les intellectuels. Durant le régime militaire, la mobilisation et l’articulation des secteurs intellectuels comme les journalistes, les écrivains, les professeurs, les éditeurs, les producteurs culturels, aussi que les artistes, furent accompagnées attentivement par les organismes d’information liés au gouvernement.

43L’importance attribuée par les militaires aux intellectuels dans le renforcement de l’idéologie communiste, avant et après le coup d’état de 1964, contient des dimensions plus complexes que la simple subversion. Il est bon de rappeler que cette caractérisation était simplement une des matrices qui composait l’imaginaire anticommuniste présent dans quelques secteurs militaires et disséminés dans diverses sphères de la société civile. En d’autres mots, l’organisation de l’intellectualité de gauche autour et à partir du PCB fut un phénomène complexe et qui ne correspondit pas nécessairement à une détermination du parti ou à un type de centralisation institutionnelle. L’articulation des forces politiques et idéologiques promue par le secteur culturel se faisait à la marge des officiels du parti, puis son importance comme instrument politique fut comprise par cette même organisation des intellectuels, à mesure qu’avait lieu le procès de révision du PCB à partir du milieu des années 50.

44Ainsi, la majorité de ces intellectuels non militants et dévoués à la « cause culturelle » comme espace autonome d’action et de représentation, furent engloutis par un processus qui cherchait à associer les luttes culturelles avec les manifestations communistes internationales existantes sur le territoire brésilien. La simplification – ici renforcée par les militaires dans les innombrables EMP alors instaurées – géra un cadre confus et limité du phénomène des gauches culturelles à partir de la fin des années 50. A déduire, rapprocher et associer les interventions publiques d’intellectuels sur la question culturelle et son rôle transformateur de la réalité brésilienne avec le communisme, cela les rendit non seulement subversifs avec les pénalités prévues dans la LSN, tout comme interféra dans le processus de formation d’un champ intellectuel autonome.

45Encore que des couches de l’intellectualité de gauche développait un rôle significatif pour la divulgation des idées du PCB ou bien eurent quelque type de consonance avec les directrices du Comité Central (CC), leur force était questionnée même par le propre parti. Malgré tout, l’émergence de l’intellectualité de gauche identifiée par les EMP ne fut pas considérée partie intégrante de l’idée de subversion, comme ci celle-ci fût la principale composante identitaire de cette intellectualité. Néanmoins, c’est un fait que cette représentation construite par les militaires favorisa la visibilité du contingent qui était jusqu’alors oublié, y compris, à l’intérieur des propres partis politiques de gauche, surtout au PCB. L’identification de cette nouvelle force politique par les militaires venait d’un cadre antérieur au coup d’état, qui culmina à l’éclosion de nouveaux acteurs sociaux, grâces aux transformations politiques opérées avant le coup d’état.

Haut de page

Bibliographie

ALVES, Maria Helena Moreira. Estado e oposição no Brasil (1964-1984). Bauru : Edusc, 2005.

DICIONÁRIO Histórico-Biográfico Brasileiro. “Lei de Segurança Nacional”. FGV/CPDOC, 2007. Verbete disponível em http://www.fgv.br/cpdoc/

FREDERICO, Celso . “A política cultural dos comunistas ”. In: MORAIS , João Quartim de (org.) História do marxismo no Brasil, III. Campinas : Edunicamp, p.274-304, 1998.

Inquérito Policial-Militar n° 481. Relatório parcial do inquérito. IPM do ISEB. Brasília: STM/SeArq, 1966. 26 volumes.

KLEIN, Lúcia; FIGUEIREDO, Marcus F. Legitimidade e coação no Brasil pós-64. Rio de Janeiro : Forense-Universitária, 1978.

LIMA, Hamilton Garcia de. O ocaso do comunismo democrático : o PCB na última ilegalidade (1964-1984). Thèse de doctorat en sciences politiques. IFCH – Université de Campinas , 1995.

MOTTA, Rodrigo Patto Sá. Em guarda contra o perigo vermelho . São Paulo: Perspectiva /Fapesp, 2002,

PONTE PRETA , Stanislaw. FEBEAPÁ nº 1 – Festival de besteira que assola o país . Rio de Janeiro : Civilização Brasileira , 1996;

PONTE PRETA , Stanislaw. FEBEAPÁ nº 2 – Festival de besteira que assola o país . Rio de Janeiro : Sabiá , 1967.

RIDENTI, Marcelo. “ Brasilidade vermelha : artistas e intelectuais comunistas nos anos 1950”. In: BOTELHO, André; BASTOS , Elide Rugai; VILLAS-BOAS, Gláucia. O moderno em questão : a década de 1950 no Brasil. Rio de Janeiro : Topbooks, 2007, p. 169-209.

RUBIM, Antônio Albino Canelas . “ Marxismo , cultura e intelectuais no Brasil”. In: MORAES, João Quartim de. História do Marxismo no Brasil III. Campinas : EdUnicamp, 1998. p.305-382;

RUBIM, Antonio Canellas. Partido Comunista , Cultura e Política Cultural. Thèse de doctorat en sociologie. FFLCH – Université de São Paulo, 1987.

SANTOS, Raimundo. A primeira renovação pecebista: reflexos do XX Congresso do PCUS no PCB. Belo Horizonte : Oficina de Livros , 1988.

SCHWARZ, Roberto. Política e cultura : 1964-1969. In: O pai de família e outros estudos . Rio de Janeiro : Paz e Terra , 1978.

SEGATTO, José Antonio. Reforma e revolução : vicissitudes políticas do PCB (1954-1964). Rio de Janeiro : Civilização Brasileira , 1995.

WILLIAMS, Raymond. Cultura . Traduction par Lólio Lourenço de Oliveira . 2. ed. São Paulo: Paz e Terra , 2000.

IPM 709, O comunismo no Brasil: o inquérito policial militar nº 709. Rio de Janeiro : BibliEx, 1966, 4 volumes.

Haut de page

Notes

1 Maria Helena Moreira Alves. Estado e oposição no Brasil (1964-1984). Bauru : Edusc, 2005. p.69-71.

2 Selon Rodrigo Patto Sá Motta, « le péril communiste était considéré réel par un nombre de forces influentes, généralement situées au sommet de la pyramide sociale. Ils [les anti-communistes] croyaient avoir de bonnes raisons pour défendre les valeurs de la tradition, de la famille, de la religion et de la patrie, ou bien aussi celles du monde moderne comme la démocratie et l’initiative individuelle, contre les tentatives révolutionnaires. En fin de compte, les communistes brésiliens n’étaient pas de fantômes. Bien que le communisme national ne fut une des plus grandes forces d’expression du mouvement révolutionnaire mondial, on ne pouvait non plus ignorer sa capacité d’action. De fait, le moment où la mobilisation anti-communiste fut la plus forte correspond aux moments où croissait l’influence du PCB ». In Rodrigo Patto Sá Motta. Em guarda contra o perigo vermelho ( en guarde contre le péril rouge). São Paulo : Perspectiva/Fapesp, 2002, p.280.

3 On comprend par « EMP institutionelle » une enquête qui vise à relater l’action subversive d’une institution, d’une organisation ou d’une entreprise particulière, telle que l’EMP de la maison d’édition Civilização Brasileira , l’EMP de l’Imprensa Comunista, l’EMP de l’ISEB, l’EMP de l’UNE, etc. Ce point précis sera repris plus avant.

4 Edgard Carone. “ Declaração sobre a política do P.C. (1958)”. In O PCB: 1943-1964. São Paulo, Difel, 1982. p. 176-196.

5 Surtout en ce qui concerne la formation du comité culturel du PCB, en 1958. Sur cet aspect, consulter Antonio Albino Canellas Rubim. Partido Comunista, Cultura e Política Cultural. Thèse de doctorat en sociologie. FFLCH – Université de São Paulo, 1987; Raimundo Santos. A primeira renovação pecebista : reflexos do XX Congresso PCUS no PCB. Belo Horizonte : Atelier du livre, 1988; Hamilton Garcia de Lima. O ocaso do comunismo democrático : o PCB na última ilegalidade (1964-1984). Thèse de doctorat en sciences politiques. IFCH – Université de Campinas, 1995.

6 Selon: Antônio Albino Canelas Rubim. Marxismo, cultura e intelectuais no Brasil. In João Quartim de Moraes. História do Marxismo no Brasil III. Campinas : EdUnicamp, 1998. p.305-382; Celso Frederico. A política cultural dos comunistas. In João Quartim de Moraes (org.) História do marxismo no Brasil, III. Campinas: Edunicamp, p.274-304, 1998; Marcelo Ridenti. “Brasilidade vermelha: artistas e intelectuais comunistas nos anos 1950”. In André Botelho; Elide Rugai Bastos; Gláucia Villas-Boas. O moderno em questão : a década de 1950 no Brasil. Rio de Janeiro : Topbooks, 2007, p. 169-209.

7 Selon la définition du Dicionário Histórico-Biográfico Brasileiro. “Lei de Segurança Nacional”. FGV/CPDOC, 2007. Entrée disponible - http://www.fgv.br/cpdoc/. Consulté le 09 mars 2012.

8 Inquérito Policial-Militar n° 481. Rapport partiel de l’enquête. IPM do ISEB. Vol. 26, p. 6.475-6.476. Brasília: STM/SeArq, 1966.

9 Id. Ibid., p. 6518.

10 Id Ibid., p. 6469.

11 Id . Ibid., p. 6480-81.

12 Lúcia Klein; Marcus Figueiredo. Legitimidade e coação no Brasil pós-64. Rio de Janeiro : Forense-Universitária, 1978.

13 Inquérito Policial-Militar n° 481, op. cit., p. 6504-6505.

14 Inquérito Policial-Militar n° 481, op. cit., p. 6517-6518.

15 Id. Ibid., p. 6519.

16 Raymond Williams. Cultura . Traduction par Lólio Lourenço de Oliveira . 2. ed. São Paulo: Paz e Terra, 2000. 239 p. 35.

17 Id. Ibid., p. 85.

18 Roberto Schwarz. « Cultura e política: 1964-1969 ». In O pai de família e outros estudos . Rio de Janeiro : Paz e Terra , 1978.

19 Raymond Williams, Op. cit., p. 57.

20 Id . Ibid, p. 14.

21 A propos de cette “expansion”, lire, par exemple, José Antonio Segatto. Reforma e revolução : vicissitudes políticas do PCB (1954-1964). Rio de Janeiro : Civilização Brasileira , 1995.

22 Structure qui définit l’organisation de l’EPM 709. Vu l’importance attribuée au mouvement communiste par les militaires dans le processus de subversion, cette logique de la production d’information sur l’action communiste au Brésil est associée non seulement à l’EPM du PCB comme à d’autres EPM qui définirent comme objet la subversion et la défense de la DSN. Voir : IPM 709, O comunismo no Brasil: o inquérito policial militar nº 709. Rio de Janeiro : Biblioteca do Exército , 1966, p. 14-15.

23 Comme l’annonça le Jornal do Brasil le 19, janvier 1972, dans son article intitulé “Justice Militaire absout les éditeurs dénoncés pour publication de livre marxiste”.

24 IPM 709, Op. cit. p. 05.

25 Id. Ibid., p. 171.

26 Id . Ibid., p. 177.

27 Suivant la liste annexée à l’EMP nº 709. Voir: IPM 709, O comunismo no Brasil: o inquérito policial militar nº 709. Rio de Janeiro : Biblioteca do Exército, 1966, p. 95-98, vol. 03.

28 A l’exemple de ce qu’écrivit l’éditeur Ênio Silveira (proprietaire de la maison d’édition Civilização Brasileira) dans l’article publié dans le journal Última Hora , le 30 setembre 1962: “celà se transforma en arme de guerre psychologique, diffusant des moitiés de vérité et de vrais mensonges ou calomnies sur des personnes, entreprises, entités, mouvements et groupes suspects de pactiser avec l’ennemi. Celà se transforma en qualificatif elastique l’adjectif communiste, car il suffit pour quelqu’un de dévier d’un millimètre des codes et des normes de comportament idéologique adoptés par la classe dominante pour être comme lui considére”. In Inquérito Policial-Militar n° 481. Forma e essência dos Cadernos do Povo Brasileiro . IPM do ISEB. Vol. 03, p. 568-569. Brasília: STM/SeArq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodrigo Czajka, « Les enquêtes militaires et l’organisation des intellectuels de gauche au Brésil dans les années 1960 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/64708 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.64708

Haut de page

Auteur

Rodrigo Czajka

Professeur au départament de sociologie et d’antropologie à l’Université Paulista Julio de Mesquita Filho, UNESP, Campus Marília, Brésil. Email : rodrigo.czajka@marilia.unesp.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page