Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2012Atravesando fronteras 2. Circulac...Un irrésistible retour à la barba...

Débats | 2012
Atravesando fronteras 2. Circulación de población en los márgenes iberoamericanos. Siglos XVI-XIX – Coord. Maria Regina Celestino de Almeida et Sara Ortelli
Jimena Paz Obregón Iturra

Un irrésistible retour à la barbarie ? Captifs, transfuges et gardiens ou le formidable attrait de " l'arrière pays indien " (Chili, XVIIème siècle)

[17/12/2012]

Résumés

Cet article explore la forte attraction pour les modes de vie indien qu'auraient subie de manière irrésistible ceux qui séjournaient dans l'arrière pays araucan-mapuche (tierra adentro), appelé également alors par les espagnols "frontières ou provinces extérieures" (de afuera), puisque restées à l'écart de la souveraineté coloniale. L'examen concret des conditions du déplacement et séjour d'étrangers vers les territoires sous emprise indienne permet d'identifier trois figures centrales : les captifs, les gardiens (capitaines d'amis) et les fugitifs dont le transfert s'effectuait de façon bien différente et qui, à divers titres, émergent dans le document transcrit en annexe (une liste de captifs et yanaconas établie en 1664, qui s'avère de plus inclure des fugitifs). Le croisement entre une perspective large couvrant le XVIIème siècle et un resserrement de focale sur les années immédiatement postérieures à l'offensive et victoire indienne de 1655, ouvre des voies à la compréhension de ce qui était en jeu dans l'adoption d'us et coutumes considérés propres à un ennemi de surcroît forcément barbare.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce travail a été présentée au colloque : "L'indianisation aux confins des A (...)

1Nous envisagerons dans cet article les circonstances et les idéologies que sous-tendent des processus couramment appelés "indianisation", dans un espace temps -le centre-sud du Chili au XVIIème siècle- présentant une telle diversité à ce sujet qu'il faudra d'emblée situer les problématiques autour d'indianisations au pluriel1.

2Dans ces confins méridionaux de l'empire espagnol, les peuples autochtones présentèrent une forte résistance armée à la domination hispanique. Une première occupation territoriale menée par les espagnols durant la deuxième moitié du XVIème siècle, fut suivie d'un changement radical dans le rapport de forces provoqué par la très large victoire indienne de 1598 : les troupes et implantations hispaniques se replièrent au nord du fleuve Bío-Bío, consacrant un revers de conquête de centaines de kilomètres et laissant un vaste territoire en dehors de l'emprise hispano-créole. Nous n'inclurons pas dans cette analyse la zone frontalière sous autorité espagnole au nord du fleuve Bío-Bío, même si beaucoup de pratiques ne cadraient pas non plus avec l'idéal colonial imposé ; d'une autre nature, les processus d'indianisation qui s'y déroulèrent exigeraient des approches sensiblement distinctes. En revanche, nous examinerons des situations se produisant " tierra adentro " (" à l'arrière pays ") dans les territoires passés de nouveau sous emprise indienne et que jusqu'à la fin de la présence hispanique au Chili, la Couronne échoua à reconquérir, malgré de nombreuses tentatives.

  • 2 Cette dernière formulation apparaît sur le titre de la transcription en annexe, on trouve par aille (...)
  • 3 Cette problématique déjà abordée (Obregón Iturra, 2007 et 2008), mériterait des approfondissements (...)

3Nonobstant, il s'agissait-là d'espaces hautement reliés au sein desquels les échanges et les circulations furent nombreuses : nous porterons particulièrement l'attention sur le déplacement de personnes vers ce qui était tantôt qualifié de "tierra adentro" ("arrière pays" ou, mot à mot, "à l'intérieur des terres") et tantôt appelé " provincias de afuera " (provinces extérieures)2. La tension perceptible entre le dedans et le dehors fut caractéristique de la place de ces confins impériaux au sein de l'ordre juridique de la monarchie catholique3, les territoires disputés gardèrent un statut ambivalent et furent fréquemment l'objet d'une législation dérogatoire perpétuant un état d'exception.

  • 4 Les termes génériques désignant les premiers habitants du continent ont leur propre historicité et (...)
  • 5 Aucune des désignations des peuples originaires du centre sud du Chili se trouve exempt de critique (...)

4Arrière pays et provinces extérieures renvoyaient donc alors au sud du Bío-Bío récalcitrant à la conquête, des régions demeurées hors du contrôle politique et religieux de la puissance coloniale hispanique ; aussi, ce que les sources de l'époque qualifiaient comme typiquement "de la terre" renvoyaient à ce qui aujourd'hui serait caractérisé d'indien, de peuple natif, autochtone ou encore premier4. La "langue de la terre" était le mapudungun, les "moutons de la terre" les chilihueques (camélidés américains) et ainsi de suite. Dans le système d'oppositions alors en cours, préciser "moutons de la terre", distinguait ipso facto les animaux en question des " moutons de Castille ". De manière convergente, un autre concept clé et récurrent était " a la usanza ", c'est-à-dire de "façon coutumière" ou " selon l'usage indien ", indiquant invariablement des us et coutumes qui différaient des normes hispaniques et renvoyaient à d'autres formes d'être et de procéder, réputées caractéristiques de araucano-mapuches du Chili5.

5Dans le contexte envisagé, la conceptualisation hispanique de l'indianisation camperait entre les deux paramètres déjà cités : "de la terre" et "selon l'usage" parfois condensés dans la formule : "selon l'usage de la terre". Nous examinerons ce qu'autour d'une telle configuration idéologique, les chroniqueurs présentaient comme un retour à la barbarie et qui dans notre lecture recouvrirait ce qui est, par ailleurs, fréquemment appelé "indianisation". Néanmoins, nous tenterons de questionner et de relativiser le tour "sensationnaliste" que les chroniques imprimaient à de tels sujets, décriés par la morale dominante. La difficulté de la recherche ici présentée fut de s'abstraire de l'idéologie prégnante dans les sources, en évitant de renforcer ou de reproduire sans distanciation l'extrême étonnement des chroniqueurs face à la captivité espagnole, plus choquante lorsque les victimes adoptaient pleinement les us et coutumes indiennes. Aussi, comment des personnes transplantées dans l'arrière pays araucan-mapuche, intégraient-elles ou s'adaptaient-elles aux "usages de la terre"?Comment les refusaient-elles ou les éludaient-elles ? En outre, comment les circonstances du transfert influaient, ou non, sur ce vécu et dans quel sens? Finalement, de quelles manières ces personnes étaient assimilées ou exclues par la société indienne?

6Cette approche pose le regard conjointement sur le type d'inscription dans le nouvel environnement et sur la dimension politique des relations en jeu ; elle s'écarte de problématiques autour de traits culturels décousus et décontextualisés vers lesquelles pourrait nous entraîner une lecture quelque peu naïve des sources. La problématique de l'acculturation eut un certain rendement dans l'étude des araucano-mapuches et souligna leur grande perméabilité et adaptation à des circonstances adverses qui leur furent imposées, aussi bien dans la période coloniale monarchique qu'en république : pour les premiers temps coloniaux est soulignée l'incorporation à leur avantage et bénéfice d'éléments venant de leurs ennemis espagnols : cheval, blé, techniques de combat, etc. L'acculturation qualifiée d'inverse signalerait un déplacement vers l'extérieur du modèle hispanique dominant au nord du Bío-Bío.

7Les pages suivantes ébaucheront un cadre général du XVIIème siècle pour approfondir ensuite la période immédiatement postérieure à la grande offensive militaire indienne de 1655. Pour ces années-là nous disposons d'un précieux document qui permettra de mettre en perspective l'imaginaire hispanique se déployant autour de la vie de leurs coreligionnaires dans les provinces extérieures grâce à un registre et comptabilité de cette présence dans une partie du territoire. Il s'agit d'une liste qui répertorie environs 150 captifs et "assimilés", établie par un des capitaines interprètes bilingues installés dans les provinces extérieures. Le document date de 1664, dix ans après la grande déprédation subie par les espagnols lors de l'offensive indienne de 1655. Dans le relevé, ayant à bien des égards structuré la réflexion, émergent et s'articulent trois figures dont nous suivrons la trace. La méthodologie adoptée assume un va-et-vient entre diachronie et synchronie, nous avons tenue pour stimulante la tension qui s'en dégage. La profondeur du temps long transportera le lecteur vers un espace-temps lui étant probablement peu familier et apportera des données plutôt d'ordre qualitatif, en explorant des configurations idéologiques; en revanche, la liste de captifs de 1664, introduira l'analyse d'une profusion de cas singuliers, avec des données à la fois plus succinctes et plus systématiques. Nous verrons comment l'adoption de modes de vie réputés indiens au sud du fleuve Bío-Bío n'impliquait pas seulement des espagnols sinon également métis, mulâtres, noirs ainsi que des indiens du nord : nous voudrions en outre suggérer qu'au sein de ces processus de retour à la barbarie, l'attirance pour un espace paraît indissociable de l'attrait pour les modes de vie qui s'y déploient.

8Nous considérerons d'abord ceux qui se trouvaient dans l'arrière pays dans des situations de captivité, séquestrés contre leur volonté, en nous interrogeant sur les relations de dépendance sous lesquelles ils se trouvaient, ainsi que sur leurs caractéristiques et leur devenir. Le contrepoint sera donné par les gardiens -apparaissant sous les catégories : capitaines d'amis ou capitaines interprètes- installés au sud du Bío-Bío en tant que représentants de l'armée et sentinelles du pouvoir mais généralement décriés parce que vivant "comme des indiens". Le panorama demeurerait incomplet si on n'intégrait pas un troisième élément, également sous l'influence du monde indien, les transfuges qui dans leur fuite du monde colonial trouvèrent refuge et protection dans les provinces extérieures. Comme annoncé dans le titre, les trois figures examinées seront donc captifs, gardiens et fugitifs.

1 Captifs, déracinés malgré eux : un outrageant refus de rédemption

  • 6 Le titre d'une intéressante étude de Fernando Casanueva, 1998, reprend cette expression non usuelle (...)
  • 7 Quiroga, 1979, p. 284. La captive rencontrée par Quiroga en 1644 s'appelait "doña Ángela". La chron (...)

9La capture n'était pas le seul moment critique et douloureux dans l'itinéraire d'un captif, la libération pouvait parfois résulter tout aussi déchirante. Pour les espagnols de l'époque, il s'avérait hautement scandaleux et révoltant que certains captifs aient refusé la libération salvatrice qui leur était offerte par négociation et rachat, en préférant continuer à vivre "comme des barbares". Selon le chroniqueur militaire Jerónimo de Quiroga, qui servit dans l'armée chilienne durant la deuxième moitié du XVIIème siècle, ceux qu'il qualifiait de "barbares blancs"6 méritaient punition. Il se montrait outré qu'une femme espagnole dissimulât son origine et condition afin d'éviter son retour dans le monde hispanique7 ; il citait également le cas d'un vieil homme qui pleurait affligé à cause du grand nombre d'épouses qu'il devait abandonner.

  • 8 Ovalle, 1969, p. 263, "es tal la vergüenza y confusión que tienen, particularmente las mujeres caut (...)
  • 9 Ibidem, p.285, "amarras del corazón".

10À ce sujet, le chroniqueur jésuite Alonso de Ovalle se montrait davantage compatissant, voire indulgent. Il regrettait certes à son tour des modes de vie en captivité en contradiction avec les normes hispaniques, tout en estimant que ceux voulant échapper à la captivité étaient majoritaires. Cependant Ovalle témoignait également une certaine empathie à l'égard du vécu des captifs espagnols, par exemple lorsqu'il dépeignait la honte qu'auraient surtout ressentie les femmes se trouvant à nouveau en présence des espagnols. Des habits indécents seraient à l'origine d'un profond sentiment d'humiliation les conduisait à se dérober8. Il était en outre d'avis que pour celles-ci, les enfants nés en captivité étaient des "chaînes du cœur"9, l'attachement à leurs nouveaux-nés les aurait poussés à écarter un possible retour et à demeurer définitivement en territoire indien. Nonobstant, le jésuite désapprouvait cette option qui comporterait un "danger de damnation éternelle", "une ruine menaçant leurs âmes" ne s'expliquant que par l'aveuglement de "cette passion" (l'amour de leurs enfants). Malgré quelques circonstances atténuantes, la réprobation générale s'abattait sur ceux prenant le parti de demeurer éloignés des territoires où régnait la foi.

  • 10 Ibidem, p. 310, "... y así toman por partido, ya que no se hallan con fuerzas para arrancar de aque (...)

11L'œuvre du jésuite Ovalle fut écrite à Rome, ses destinataires premiers étaient européens, il cherchait à leur inspirer pitié et compassion à l'égard de l'asservissement dont les espagnols souffraient au Chili en promouvant deux idées : la première était le soutien à la politique de négociation du gouverneur Baides (1639-1646), se traduisant par des assemblées hispano-indiennes -appelés paces ou parlamentos-, ayant réussit à libérer des nombreux captifs ; la deuxième était qu'en terre chilienne les missionnaires seraient d'autant plus indispensables qu'ils ne rendraient pas seulement service dans l'évangélisation des indiens mais apporteraient, de surcroît, consolation et soulagement aux captifs espagnols. Une des lettres citées par Ovalle affirmait que ceux ne réussissant ni à fuir ni à bénéficier de rachats, s'évertuaient à convaincre les caciques afin qu'ils réclament des missionnaires auprès d'eux10.

Contextes hispaniques

  • 11 Wolfang Kaiser (ed.), 2008.
  • 12 Voir la très intéressante vision de la captivité à Alger donnée par : María Antonia Garcés, 2005.

12Pour les espagnols du XVIIème siècle, le soubassement idéologique incontournable de la captivité s'était forgé dans la méditerranée européenne : d'incessantes incursions turques et berbères harcelant les bateaux et les côtes du sud espagnol s'emparaient de butins riches en cargaisons d'êtres humains11. Beaucoup étaient libérés lors du payement des rançons fixées par les ravisseurs, toutefois la transaction devenait absolument impossible en cas de conversion à l'Islam. L'insistance jésuite à établir que les captifs espagnols aux mains des araucans-mapuches n'avaient jamais chuté dans l'apostasie est à comprendre au regard de cette grave préoccupation. Un problème crucial que l'Islam posait aux espagnols était l'intense pression à la conversion exercée sur les captifs. À quelques exceptions près, le monde islamique proscrivait l'esclavage interne, si les captifs reniaient leur foi et se convertissaient à l'Islam, ils voyaient s'ouvrir à eux des fructueuses voies d'intégration et d'ascension sociale dans la société de leurs maîtres. Ainsi, face à une délivrance estimée hors d'atteinte -par manque de moyens pour financer le rachat- ou face à des circonstances jugées irrémédiables -par échec des négociations-, comment ne pas succomber à la tentation de la conversion. Simultanément, l'apostasie fermait toutes les portes à un possible retour aux sociétés d'origine. Une éventuelle "arabisation" des captifs ayant vécu des longues années à Alger, ne posait pas réellement problème tant qu'ils n'étaient pas devenus apostats12. Bien que, dans le contexte chilien, le refus opposé par certains captifs à se réinstaller dans le monde hispanique ne constituait aucunement la même rupture que celle d'un renégat converti à l'Islam, il s'avérait de toutes façons problématique et choquant de préférer vivre de son plein gré loin du monde christianisé. De là tant d'insistance à réaffirmer que les captifs continuaient à pratiquer le christianisme, à baptiser en cachette leurs enfants, etc., alors même que parallèlement il était fait état de manières de vivre en forte discordance avec les principes chrétiens ; Ovalle lui-même mentionnait des captifs espagnols entourés de nombreuses femmes et enfants.

Contextes chiliens

  • 13 Les pertes espagnoles avaient été considérables : " En un mismo momento se echaron sobre todos los (...)
  • 14 Carvallo y Goyeneche, t.1, 1875, p.303. Muñoz Olave, 1921, p.70, signale également que Luis de Vald (...)
  • 15 "Declaración de Diego de Medina, que estuvo cautivo entre los indios sobre el estado de aquellas co (...)
  • 16 Rosales, t.3, 1877, pp.151-283.

13Au cours de la longue période envisagée, deux offensives araucano-mapuches qualifiées de "générales" eurent lieu, en 1598 et 1655 ; parmi de nombreuses autres conséquences, leur caractère très massif et étendu aurait donné lieu, selon des estimations très imprécises, à des centaines voire des milliers de captifs13. Le premier épisode constitua sans doute le plus traumatique pour le monde hispanique, vu son caractère à la fois surprenant et imposant. Toutes les villes furent assiégées et vaincues, les habitants n'ayant pu fuir furent mis à mort ou faits prisonniers. Des familles considérées de haute extraction (muy principales) furent réduites en captivité, les chroniqueurs insistant sur le terrible destin échu aux femmes tombées aux mains des "barbares" tout en soulignant la haute naissance des victimes et leurs prestigieuses généalogies. Le devenir des métis nés en captivité heurtait tout en suscitant de la compassion. Au début du siècle la délivrance par rachat était une préoccupation constante. Le jésuite Luis de Valdivia aurait considéré les prisonniers de guerre comme une véritable monnaie d'échange : il aurait soigneusement gardé ces derniers pour les troquer contre des espagnols, également prisonniers14. Certains de ceux tombés en captivité au début du XVIIème siècle s'enfuirent ou furent libérés peu de temps après, la majorité d'entre eux vécut de longues années en territoire indien, souvent jusqu'à la fin de leur vie. Le captif Medina qui prêta déclaration en 1615 était un cas intermédiaire, il avait passé neuf ans au "pouvoir de l'ennemi" et s'était enfui avec un garçon indien (un muchacho indio de nación) et une indienne (femme et enfant?)15. Jusqu'aux années quarante, la délivrance des espagnols tombés en captivité à l'orée du siècle constituait encore un sujet de préoccupation pour les autorités politiques et religieuses ; ce fut un des points négociés dans les assemblées hispano-indiennes ou parlamentos. Dans les pourparlers de paix préalables aux assemblées, la question des échanges et rachats émergeait constamment. Le gouverneur Baides mena d'intenses négociations pour que les captifs espagnols encore en vie lui fussent restitués16, ce fut fréquemment en échange de caciques, eux-mêmes prisonniers des espagnols, en plus de biens matériels et de promesses de paix.

  • 17 Carvallo y Goyeneche, t.2, 1875, p. 85.
  • 18 "... se hallan todos los vecinos y labradores faltos de gentes para acudir a sus labranzas, que tan (...)
  • 19 "se añade la felicidad de haber salido en este tiempo de las tierras del enemigo muchos indios yana (...)
  • 20 Sur les victimes non hispaniques de la captivité dans la région, voir : Sánchez Pérez, 2010.

14Suite au second épisode de captivité à grande échelle (1655), la question des rachats semble s'épuiser plus rapidement ; au bout de quinze ou vingt ans il n'était plus beaucoup question de libérations négociées et peu de captifs étaient signalés dans l'arrière pays araucan-mapuche. Nonobstant, il émergeait une autre question hautement problématique aux yeux des hispano-créoles du Chili, à savoir l'enlèvement et captivité d'indiens travaillant dans les propriétés situées au nord du fleuve Bío-Bío par ceux du sud. La participation au soulèvement général de 1655 des indiens assujettis ainsi que des alliés avait été massive : "La conspiration fut si étendue que sur plus de trente mille indiens amis, seulement une trentaine demeura en paix"17. Malgré des chiffres probablement quelque peu exagérés, ceci reflète bien les préoccupations induites par l'insuffisance de main d'œuvre. Acuña et Cabrera, gouverneur en 1655, reconnaissait qu'entre le tremblement de terre de 1647 et le « soulèvement général" : "tous les habitants et cultivateurs se trouvent manquer de gens pour assurer les labours si nécessaires à la manutention des soldats comme du reste"18. Jusqu'au gouvernement de Juan Henríquez (1670-1682) des démarches furent régulièrement entreprises afin d'obtenir la réintégration dans les haciendas des nombreuses personnes qui faisaient défaut depuis le soulèvement19. Dans le registre reproduit en annexe ce sujet émerge sous le terme yanaconas et la préoccupation en question expliquerait que dans son intitulé soient associés captifs et yanaconas puisqu'il contient des données sur les uns et les autres20.

  • 21 À cette occasion la ville de Chillán, située au nord du Bío-Bío mais exposée aux incursions des gro (...)

15En ce qui concerne les captifs espagnols et malgré l'absence de données quantitatives solides, il semblerait que leur nombre ait été inférieur en 1655 qu'en 1598, probablement parce qu'il n'y avait plus de villes espagnoles au sud Bío-Bío21. À ces deux épisodes majeurs quant aux captures, il faut ajouter une série continuelle de séquestrations ponctuelles ayant débuté avant même le repli de conquête et qui firent de la captivité un constant souci pour les espagnols du Chili durant toute la période coloniale monarchique.

¿Captifs ou esclaves? ou les diverses formes de dépendance

16À propos des circonstances et des processus d'indianisation, la question des captifs espagnols émerge avec une telle évidence dans le contexte étudié que cela en devient problématique et rend compliquée l'analyse du phénomène en profondeur par sa restriction à une seule de ses manifestations : la captivité hispanique, préoccupation prédominante des producteurs des sources à disposition. Bien qu'il puisse y avoir d'autres captifs, le captif paradigmatique, celui qui fait référence est bel et bien l'espagnol. La terminologie fluctuante est un autre point délicat aussi bien à l'époque coloniale qu'aujourd'hui, ce à quoi il faut ajouter la forte charge émotionnelle suscitée aussi bien par la question de la captivité que par celle de l'esclavage, ce qui ne va pas sans compliquer l'ajustement d'une bonne distance d'analyse.

  • 22 Gregoire Chamaillou, 2010.

17Dans les sources eues en main, captivité et captif renvoient en priorité à l'extraction par la force de leurs communautés d'origine de groupes ou individus, la privation de liberté que s'en suivait n'apparaît souvent qu'au deuxième plan. Ces dispositifs de capture correspondent à une série de phénomènes de prédation, pillage et séquestration largement pratiqués sous de vastes latitudes dans l'histoire universelle. Le philosophe G. Chamayou a récemment regroupé et analysé en vue de l'analyse un certain nombre de pratiques cynégétiques, spécialisées dans la chasse à l'homme, devenant dans ces circonstances une proie d'une genre particulier22. Dans l'espace étudié ces procédés étaient employés par les conquérants espagnols ainsi que par les peuples autochtones ; les raids (malocas), courants d'un côté comme de l'autre, étaient des incursions prédatrices au cours desquelles il s'agissait d'infliger des pertes aux ennemis par destruction (mort, incendie...) ou par prélèvement, tout particulièrement la saisie d'animaux et d'êtres humains.

  • 23 Alain Testart, 1999.

18En général captivité et esclavage sont étroitement liés, bien qu'ils ne se superposent pas entièrement et comportent des différences significatives. La privation de liberté et détention par la force d'êtres humains dans des contextes guerriers, constituait une des sources de l'esclavage et certaines guerres, en se structurant autour de butins en chaire et en os, alimentaient les marchés esclavagistes. Toutefois l'esclavage se nourrit aussi à d'autres sources, l'héritage d'une telle condition étant un autre mécanisme de recrutement habituel, beaucoup d'esclaves ne furent par conséquent jamais des captifs. L'appréhension de l'esclavage pourrait être rendue difficile par des conditions de vie variant fortement selon les sociétés et les personnes soumises à de tels régimes ; dans certains cas les esclaves pouvaient jouir de prérogatives et même de privilèges, tout en restant esclaves. Établissant ce constat à partir d'une étude à la fois large et minutieuse, Alain Testart23 définit avant tout l'esclavage comme une institution et cherche à définir le statut des esclaves dans divers contextes et périodes ; malgré la variabilité des situations, il conclut de ses recherches que l'esclave serait un dépendant intégré à la société dans une position d'exclu, mais il ne s'agirait pas de n'importe quelle exclusion, celle-ci s'exercerait sur des sphères fondamentales au regard de la société en question : selon les cas la parenté, la citoyenneté, la religion, etc. Un second critère retenu par cet auteur serait la possibilité pour le maître de l'esclave d'en faire son profit, par exemple en le vendant ou en le forçant au travail. Afin de mettre à profit ces apports théoriques, il paraît essentiel d'élucider les différents types de dépendance dans le cadre étudié et d'examiner comment étaient donc intégrés et/ou exclus les captifs. Pour sortir de malentendus terminologiques persistants, qui compromettent la compréhension fine des différentes sortes de dépendance, il faudrait s'efforcer de distinguer le vocabulaire emic -présent dans les sources- et une vision etic qui construit généralement ses concepts analytiques à partir des mêmes termes, compliquant ainsi rudement les choses.

  • 24 Obregón Iturra et Zavala Cepeda, 2009.
  • 25 D'après Michel Fontenay, 2008, qui étudie le contexte méditerranéen, ce critère serait décisif pour (...)

19La situation symétriquement inverse à celle des espagnols privés de liberté et retenus loin de leurs terres d'origine, c'est-à-dire les araucans-mapuches pris dans les champs de bataille ou dans des incursions de pillage et capture, fut majoritairement conçue par les espagnols en tant qu'esclavage et non pas en tant que captivité ; les victimes étaient des "pièces d'esclaves", des "aucas" (rebelles) vendus légalement ou illégalement selon les périodes24. Ceux qui étaient capturés en "juste guerre" finissaient donc, dans leur très grande majorité, par devenir esclaves ; ils étaient vendus souvent très loin de leurs contrées d'origine. Seul le sort d'une minorité s'approchait de la condition provisoire ou temporaire des captifs et gardait des chances de retourner dans ses contrées d'origine : il s'agissait d'otages, souvent des caciques ou des fils de caciques, garantissant dans leur propre chaire les accords de paix ou servant de monnaie d'échange dans le troc de prisonniers. Dans ce dernier cas la valeur d'échange de la "pièce" capturée dépassait la valeur d'usage qu'on estimait pouvoir en tirer25.

  • 26 Ovalle, p.283, "...no se puede negar que algunos de los españoles excedieron en algo...".

20Dans son ardeur à dénoncer la triste condition des captifs, le jésuite Ovalle estimait que les espagnols étaient traités comme de véritables esclaves et qu'au contraire, les indiens tombés en leur pouvoir n'auraient jamais été vendus, exécutés ou maltraités : les espagnols se seraient tout au plus rendus coupables de légers manquements26. D'autres sources invalident massivement de tels propos, la vente d'esclaves indiens fut pratiquée à grande échelle durant une bonne partie du XVIIème siècle et si la captivité espagnole eut une importance indéniable, ses dimensions furent absolument moindres, ce qui n'empêchait nullement que son impact fut profond et que la rédemption des captifs fut une mission prioritaire, quasi obsédante pour les pères missionnaires. La captivité impliquait un état transitoire rendant possible une libération salvatrice, ce qui permet de comprendre que tant que les espagnols gardaient espoir de rédimer leurs coreligionnaires, ces derniers aient été pensés en tant que captifs mais qu'au moment de souligner avec indignation leur injuste séquestration, ils aient pu aussi être qualifiés d'esclaves, les deux termes pouvaient ainsi coexister. D'un autre côté, comme les espagnols tiraient profit du travail des indiens rebelles pris à la guerre et réduits en esclavage, ces derniers furent à la fois conçus et traités en tant qu'esclaves. Mais le monde hispanique du centre-sud du Chili avait également recours à d'autres formes de travail forcé, pouvant impliquer des niveaux d'exploitation aussi intenses que l'esclavage sans que, selon la définition d'A. Testart que nous adoptons, il s'agît d'esclaves au sens strict. Ces exemples révèlent que les confusions entre la vision etic et les concepts emic peuvent fortement brouiller l'analyse, néanmoins l'introduction de nouveaux termes pourrait à son tour ne faire qu'aggraver encore davantage les confusions.

Que des espagnols? Les autres captifs

21Le document joint prend la forme d'une liste de captifs bien que d'emblée le titre interroge en y ajoutant : "y yanaconas". Au Chili ce terme fut initialement employé pour désigner les serviteurs indiens que les conquérants espagnols acheminèrent à leur suite du Pérou ; au XVIIème siècle il fut parfois utilisé pour nommer d'autres indiens, pas forcément des Andes qui travaillaient au service des espagnols.

  • 27 Sur la question des indiens cuzcos, voir Valenzuela Márquez, 2010.
  • 28 "era libre y está cautivo", voir transcription en annexe.
  • 29 Rosales énumère de nombreux cas, par exemple : "... y le cautivaron el mayordomo español con su muj (...)

22La précision qu'un des jeunes captifs était "cuzco"27 et qu'il était libre avant de devenir captif28 confirmerait que dans la liste signalée yanacona renverrait plutôt à des araucans-mapuches qu'à des natifs des Andes. Il s'agirait alors d'indiens qui avaient exercé en tant que serviteurs au nord du Bío-Bío et se trouvaient désormais dans l'arrière pays indien. Les yanaconas en question étaient relativement nombreux -entre 20 et 40- mais leur dénombrement reste très approximatif à cause de l'imprécision des données devenant bien moins prolixes et précises que lorsqu'il était question d'espagnols. À lui seul le document ne permet pas de déterminer, de façon catégorique, si tous les yanaconas cités vivaient, ou pas, en captivité ; on sait par ailleurs que de nombreux indiens au service des espagnols furent enlevés au même temps que leurs maîtres espagnols et que bien d'autres se joignirent à l'offensive indienne. L'auteur du registre signalait que plusieurs yanacocas se dérobaient ou dissimulaient leur présence, ceux-ci resteraient plutôt en territoire indien de leur propre gré : aussi leur cas sera examiné dans la partie dévolue aux fugitifs. Cependant, la question cruciale ne serait pas s'il s'agissait de sujets libres ou pas mais, si nous y trouvions les moyens d'y répondre, plutôt quels seraient les différents types et niveaux de dépendance à l'œuvre. Outre le jeune cuzco, l'énumération mentionne deux noirs -un vieillard appartenant à Bascuñán et une femme aux pères jésuites- ainsi qu'un mulâtre et une métisse ; au total cinq individus s'écartant des deux catégories fortement majoritaires : espagnols et yanaconas. Vu le nombre de personnes consignées, ceci tendrait de toutes façons à indiquer une assez grande diversité de population non seulement au sud du Bío-Bío mais également parmi les victimes des captures. Par ailleurs, d'autres sources confirment que les espagnols n'étaient pas les uniques cibles d'enlèvement et capture29.

23Les voies d'intégration : le devenir des captifs dans l'arrière pays indien

24Un captif serait un être en devenir, sujet selon les circonstances à une rédemption salvatrice ou à une condition d'esclave qui pouvait dans bien des sociétés se perpétuer à ses descendants. Mais il existait également la possibilité d'un changement de statut dans le monde de ses ravisseurs par l'accès à des formes de dépendance impliquant moins d'exclusion jusqu'à parfois la pleine intégration. Dans le cas particulier qui nous occupe, il faudrait comprendre quels captifs pouvaient s'intégrer et grâce à quels mécanismes ils étaient incorporés au monde araucano-mapuche.

25La mortalité dans les champs de bataille s'avère forte dans les deux camps bien qu'il semble rarement être question d'anéantissement de l'ennemi, cependant il n'existe pas de chiffres précis et fiables à ce sujet. Les combattants non exécutés durant les affrontements constituaient un précieux butin. Lors des razzias espagnoles ou indiennes, un des buts était de s'emparer des "pièces" ; les proies ainsi capturées n'étaient pas seulement des mâles, comme sur les champs de bataille, mais aussi des femmes et des enfants.

  • 30 Nuñez de Pineda y Bascuñán, 2001.
  • 31 À l'instar de ce que F. Andújar, 2008, établit pour le contexte méditerranéen, la variable économiq (...)

26Dans le contexte étudié le célèbre Cautiverio feliz30, constitue le témoignage à la première personne le plus détaillé et précis qui ait été écrit par un captif libéré contre rançon. Son récit qui ne vit le jour qu'une quarantaine d'années après des faits, fortement romancés suivant les codes d'écriture propres à ce type de narration. Nonobstant, la description permet de percevoir jusqu'à quel point le destin des victimes des captures dépendait de l'intérêt et de la capacité dont faisaient preuves les maîtres de protéger la vie de leurs captifs face aux réclamations et la volonté des autres caciques. Nuñez de Pineda y Bascuñán, fils d'un haut gradé de cette même armée de la frontière, était une bonne monnaie d'échange, mais aussi ouvertement l'objet d'une forte hostilité qui mettait sa vie en péril et compromettait l'issue favorable d'un fructueux rachat31.

  • 32 "... que españoles hay pocos porque los han muerto en borracheras y otras ocasiones", Ibidem : "Dec (...)
  • 33 Les descriptions de Rosales apportent cependant des données très riches sur : "...las ceremonias co (...)

27Dans le monde araucan-mapuche le destin des captifs non rédimés variant selon leur genre, leur âge et leur métier, aussi leurs voies d'intégration étaient diverses. Les soldats espagnols capturés pouvaient être exécutés au cours de rituels spécifiques décrits avec une puissante révulsion dans les sources, qui apportent malheureusement peu d'éléments permettant de comprendre les critères décisifs au moment d'en sacrifier certains lors de cérémonies rituelles et d'en intégrer d'autres aux groupes de résidence. Les chroniqueurs de la première moitié du XVIIème siècle, cherchent tout particulièrement à produire un effet spectaculaire afin de persuader les lecteurs de la brutalité et cruauté des araucans-mapuches. Les captifs vivraient terrifiés, dans l'effroi des mauvais traitements, des supplices et des mises à mort. Le soldat González de Nájera insiste sur les cruautés dont ils étaient victimes et selon le jésuite Ovalle ils auraient été épouvantés par les "souleries" durant lesquelles ils étaient sacrifiés. En 1615, le captif Medina aurait déclaré qu'il y avait deux-cent femmes espagnoles captives mais peu d'hommes "car ils ont été tués au cours de souleries et à d'autres occasions"32. Probablement il s'agit-là d'un rituel d'exécution bien réglé, mais à effet différé, des ennemis vaincus et non pas d'une sauvage et incohérente cruauté sadique comme le suggèrent les chroniqueurs33 ; pour sa part le "captif heureux" (F. Nuñez de Pineda y Bascuñán) eut de la chance car au bout du compte il eut la vie sauve, mais plusieurs de ses camarades furent mis à mort dans des cérémonies qu'il décrit et qui permettent de corroborer la dimension rituelle de telles pratiques. La valeur ostentatoire et rituelle du sacrifice dépasse dans certaines circonstances la valeur d'échange présumée du captif. De plus, au sud du fleuve Bío-Bío à l'époque sous contrôle indien, les captifs gardés en vie apportaient aussi du prestige à ceux pouvant se prévaloir d'en posséder.

  • 34 Malgré ce qu'indique le titre de la liste transcrite, une partie conséquente des hommes recensés n' (...)
  • 35 Comme précédemment ces chiffres considèrent les individus isolés et ne prennent pas en compte ceux (...)
  • 36 Ovalle, p.285.

28La question de genre s'avère signifiante sur ces questions, aucune trace documentaire n'indique que les femmes auraient été un jour l'objet de sacrifices rituels. Toutefois la liste publiée en annexe, bien que partielle, indique qu'au moment de l'enregistrement, au moins dans la région du pays indien dont il était fait état, la différence entre le nombre de femmes et d'hommes n'était pas significative34 : la situation dépeinte s'éloigne de celle retracée au début du siècle par le captif Medina, déjà cité. En revanche, la variable de genre est bien présente concernant les enfants capturés -vingt garçons pour seulement deux filles35- bien qu'il soit difficile d'évaluer si cette donnée était représentative et de discerner s'il s'agissait d'une stratégie préméditée. Par contre, nous savons que nombre de ces garçons intégraient les contingents de guerriers indiens -conas- et que comme nous le préciserons par la suite, au niveau militaire l'ascension vers des positions de leadership et de commandement était fréquente. L'âge était un facteur influent en ce qui se réfère à l'assimilation : au bout de quelques années beaucoup d'enfants captifs ne parlaient plus que le mapudungun. Ovalle était d'avis qu'à cause de la dissémination et de l'absence d'interlocuteurs pour le pratiquer, il était irrémédiable qu'ils oublient l'espagnol ; mais il estimait que malgré des difficultés à s'exprimer les captifs n'avaient pas pas totalement perdu leur langue maternelle36. La dispersion territoriale est clairement confirmée par la liste, la plupart de ceux qui avaient enfants captifs n'en avaient qu'un seul, peu de caciques en avaient deux ou trois. Il en était de même avec les femmes, très rarement un cacique avait en son pouvoir plus d'une captive ; aussi, rarement une même localité concentrait plusieurs captifs, le butin humain était donc réparti de manière assez équilibrée. Le rattachement pouvait également impliquer des familles entières même s'il semble en être plutôt le cas pour les fugitifs.

  • 37 C'est le cas de six des trente captives. Le témoignage du captif Medina signale qu'en 1615, entre l (...)

29Quant aux femmes, une voie d'intégration radicale et quasi définitive fut la maternité. Le registre signale les captives qui avaient des enfants, c'était le cas de six d'entre-elles dont trois avaient des fils de leurs maîtres : "ils ont des enfants en elles"37 ; leur faible pourcentage étonne au regard des données issues d'autres périodes et du retentissement qu'eut cette question dans l'imaginaire chilien de la captivité, mais gardons-nous de présupposer une quelconque représentativité au document fragmentaire de référence, même s'il s'avère précieux à maints égards.

  • 38 En toute rigueur il faut signaler que le document de référence n'utilise jamais le terme cacique ma (...)

30Malgré la formulation générale consistant à parler d'une insertion dans le monde indien, la liste des captifs établit clairement que l'inclusion ne s'effectuait nullement de manière générique dans un espace social indifférencié mais auprès d'unités précisément identifiées. Le soldat espagnol ne se contenta pas de signaler un lieu de résidence défini par un toponyme, il ajouta et précisa quelles personnes se trouvaient auprès de quel cacique38. Pour ce faire il employa le même verbe ("tenía") pour les captifs et ceux qui n'en étaient pas, ce qui interroge sur la nature même du rattachement. Le lien de dépendance directe entre le maître et son captif fut l'objet de descriptions détaillées dans le Cautiverio feliz ; bien que le récit utilise, en tant que ressort dramatique les dangers affrontés par le maître pour défendre l'intégrité de son captif, la relation de dépendance uni-personnelle y apparaît clairement décrite.

  • 39 Dans le document transcrit il en est question de deux : l'un était un fugitif espagnol, l'autre un (...)

31La possibilité de mobilité et d'ascension sociale est centrale dans l'appréhension des processus d'intégration dans le monde indien, très éloigné de rigides hiérarchies d'un monde hispanique où la prééminence de la naissance obstruait les changements de condition. De l'ensemble de la documentation se dégage l'impression d'une forte intégration des captifs des deux sexes à la société araucano-mapuche, finissant tous par tisser des liens parenté avec des indiens. L'alliance matrimoniale paraît représenter le mécanisme décisif. L'écoulement du temps fut un facteur très lourd, au bout de dizaines d'années de séjour dans l'arrière pays indien leur situation devenait de plus en plus irréversible : la distance avec la société d'origine se creusait et le retour devenait de plus en plus improbable. L'adaptation à des nouvelles conditions de vie l'emportait chez les survivants. La capacité d'absorption des ennemis en captivité s'avère puissante, les captifs restés en vie pouvaient atteindre des positions de premier plan : la place à part des forgerons était due à la l'importance de leur savoir faire39. Sans cela des fils ou petits-fils de captives occupèrent des postes de commandement importants comme en témoigne le parcours du cacique Chicahuala, inclus dans la liste en annexe.

  • 40 "... que traigan las barbas peladas commo ellos...", González de Nájera, p. 118. Selon cet auteur l (...)

32À ce point la question des us et coutumes émerge avec force puisque pour atteindre des positions si prépondérantes, il semblerait qu'une assimilation quasi absolue fût requise, l'incorporation par la parenté aurait été à elle seule insuffisante. Selon González de Nájera les captifs auraient été obligés à changer de nom et de vêtements, à marcher pieds nus et à "enlever la barbe du menton comme eux (les indiens)"40. Néanmoins, il n'est pas si clair que ce processus d'assimilation eût été aussi fortement contraint que ne le décrit ce chroniqueur, il pourrait s'agir simplement que dans des circonstances vécues comme irrémédiables l'indianisation ouvrit les portes d'une meilleure vie : se façonner à l'image des caciques et des us et coutumes locaux, put en être l'une des clés.

2 Vivre de son propre gré dans l'arrière pays indien

Les gardiens

  • 41 Obregón Iturra, 2008 et 2010.

33Ceux que nous qualifions de gardiens occupaient une position très spéciale : à la fois médiateurs et agents de l'ordre colonial ils vivaient en territoire indien, à proximité immédiate des araucans-mapuches. Le point de vue adopté par les sources étant celui des conquérants, ils étaient appelés "capitaines d'amis", c'est-à dire capitaines d'indiens tenus pour "amis" par les autorités espagnoles. Nous avons par ailleurs souligné la complexité d'une telle catégorie et ce que sous-entendait alors "l'amitié" ; qu'il suffise ici de dire que certains de ceux ainsi désignés étaient alliés et d'autres subordonnés au pouvoir des espagnols41. Le travail mené par ces capitaines au sein de l'armée était singulier : ils constituaient un groupe spécifique et peu nombreux chargé de l'interface avec les caciques. Il ne faudrait pas se laisser aveugler par la dénomination et imaginer que "capitaine" impliquait en l'occurrence une position hiérarchique de haut rang, il ne faudrait pas supposer non plus que les caciques auraient été totalement soumis à leurs ordres et leur contrôle. La fonction de gardiens que nous pointons ici était un élément ajouté se superposant à d'autres fonctions accomplies par ces mêmes médiateurs hispano-indiens ; la plus remarquable était sans doute leur exercice en tant qu'interprètes linguistiques (capitanes lenguas)- dans les assemblées hispano-indiennes (parlamentos) : l'interprète officiel (lengua general) jouait un rôle décisif, souvent assisté par d'autres interprètes.

34Les conditions d'exercice des capitaines d'amis résidant dans les provinces extérieures variaient énormément selon leurs lieux d'affectation et résidence. Comme déjà noté, depuis le début du XVIIème siècle le fleuve Bío-Bío constitua une démarcation entre le territoire indien non soumis et la région dominée par les espagnols ; ces derniers échouèrent à fonder de nouvelles villes ou à établir de manière durable des institutions primordiales à leur expansion coloniale. Nonobstant, des implantations hispaniques subsistaient au sud du Bío-Bío, essentiellement militaires, surtout de fortins stratégiquement placés et protégés par dix, vingt ou trente soldats. Des forts de plus grande envergure, comme Arauco et Purén, pouvaient atteindre jusqu'à quatre cent soldats et assuraient une zone d'influence environnante sur laquelle s'installaient des indiens amis auprès desquels intervenaient des capitaines d'amis. Ces amis servaient de troupes supplétives à l'armée régulière parfois contre un salaire, d'autres en échange d'un butin.

  • 42 Signalons que l'auteur ne se désigne pas lui-même en tant que capitaine, à moins que l'abréviation (...)
  • 43 Obregón Iturra, 2003.

35La position des capitaines d'amis exerçant à proximité des implantations espagnoles était radicalement différente de celle occupée par le rédacteur de la liste de captifs et yanaconas reproduite en annexe. Ce capitaine ainsi que deux autres, accomplissant les mêmes fonctions dans d'autres régions, résidaient en territoire indien, loin de toute force militaire ou installation hispanique42. Par conséquent, ils ne pouvaient obtenir aucune protection ni espérer des secours rapides, ils comptaient tout au plus avec quelques soldats pour les épauler et avec d'éventuels et lointains renforts. Ailleurs nous avons étudié de façon plus approfondie cet avant-garde en réseau du pouvoir espagnol dans les provinces extérieures -à propos de la fin du XVIIème siècle- et avons conclu qu'il s'agissait alors d'une véritable stratégie hispanique d'infiltration du territoire indien43.

36Censés être "les yeux et oreilles" des espagnols, ces hommes étaient davantage que surveillants et gardiens ; ils remplissaient des rôles d'informateurs, voire d'agents d'espionnage. Ayant recherché des rapports que ces agents devaient, nous semblait-il, envoyer à leurs supérieurs, nous n'avons pour l'instant pas trouvé d'autres matériaux équivalents à la liste de 1664. Ils auraient pu confirmer que les capitaines dépêchés auprès des indiens amis ne rendaient pas seulement des comptes oralement à leur hiérarchie, mais également par écrit : ils auraient surtout constitué une appréciable manne documentaire. De tels rapports disparurent vraisemblablement avec le reste de la documentation de proximité, dans les nombreuses destructions dues aux guerres et aux catastrophes naturelles. La liste en annexe fut sans doute conservée parce qu'il s'agit d'une copie ayant traversé l'Atlantique, peut-être afin de faire valoir des services rendus à la Couronne ou de justifier des actions politiques et militaires ; elle constitue un document isolé mais son existence même confirme le rôle d'agents de renseignements des capitaines d'amis.

  • 44 Rosales, t.3, 1877, p.394.
  • 45 Question abordée dans une communication encore inédite : "Traductores, traidores y mestizos o el te (...)
  • 46 « Decreto del gobernador José de Garro ordenando no se permitan los amancebamientos entre las tropa (...)
  • 47 Ibidem.

37Le périmètre placé sous la surveillance de l'auteur de la liste -ce qu'il appelle "sa contrée" (su comarca) comprenait une partie de la vallée centrale et de la cordillère andine. Sebastián de Galvez était installé à Boroa où il signa son écrit. Ce parage était un épicentre du commerce hispano-indien au croisement de plusieurs chemins ; au milieu du siècle ce lieu était un centre de trafic d'esclaves bien identifié, à tel point que le jésuite Rosales l'ayant connu de près le qualifia de nouvelle Guinée44. Bien qu'ils fussent des agents de l'ordre colonial ces gardiens inspiraient une lourde suspicion qui peut en partie se comprendre par leur fonction d'interprètes et leur identification en tant que métis. La méfiance poussée des capitaines interprètes traverse l'ensemble du XVIIème siècle, elle est tout particulièrement explicite chez les chroniqueurs militaires : González de Nájera au début du siècle et Quiroga à la fin45. Nonobstant, d'autres facteurs contribuaient au discrédit des gardiens ; leur lieu de résidence, en impliquant une proximité géographique avec le territoire indien, les aurait exposés à des influences pernicieuses. Selon Quiroga aucune personne séjournant longtemps dans l'arrière pays indien n'aurait été à l'abri de son influente et néfaste attraction ; son grief principal à l'encontre des capitaines d'amis étaient des pratiques qu'il jugeait barbares, au premier rang desquelles : souleries et polygamie. Un décret interdisant les concubinages au sein de l'armée spécifiait : "les capitaines et interprètes des réductions qui, n'étant pas mariés, auraient chez eux des concubines selon les us et coutumes du pays doivent en être dépossédés ..."46. Le gouverneur Garro ordonnait d'extrader les récidivistes à l'île de Chiloé et de les priver des honneurs militaires. Il prévoyait de rendre les concubines à leurs parents ou de les mettre en liberté47. La pratique consistant à donner des filles "selon l'usage indien" (a la usanza) déborde l'horizon de cet article (filles à marier? esclavage?). Ces ordres semblent saper le soubassement et assise permettant aux gardiens de s'installer dans les provinces extérieures, celles-ci auraient été déjoués en faisant passer les concubines pour des servantes, ce qu'interdisait également le décret cité. Pour mener à bien leurs fonctions et perdurer dans leurs lieux d'affectation, ces agents coloniaux devaient forcément obtenir l'accueil, la protection et la reconnaissance des caciques puis s'intégrer au quotidien des araucans-mapuches. Comment le faire autrement qu'en s'insérant dans des larges réseaux de parenté et/ou en participant aux rituels qualifiés de beuveries?

38Paradoxalement, ce que les gouverneurs ou les soldats chroniqueurs reprochaient aux capitaines d'amis était précisément ce qui leur permettait le bon accomplissement de leur mission. La bonne implantation des gardiens dépendait de leur capacité à " s'indianiser ", c'est-à-dire à manier les codes du monde indien, non seulement linguistiques mais tout un ensemble de règles et usages indispensables à leurs fonctions de médiateurs au service des espagnols. Pour y réussir ils devaient s'introduire à l'intérieur des terres, susciter de l'intérêt, inspirer confiance ; ils devaient composer avec certains caciques qui leur prêtaient concours et protection ; pour sauver leur vie en cas de conspirations et tumultes, ils devaient réussir à parlementer avec succès. Aussi, il nous semble que les capitaines d'amis parvenaient à se mettre sous l'égide de certains caciques en établissant avec eux une relation de rattachement, qui impliquait des rapports de parenté et une certaine "indianisation" ; non pas l'incorporation forcée des captifs, mais un rapprochement négocié présentant un intérêt mutuel partagé. Les capitaines d'amis favorisaient certes en premier leur parentelle et veillaient indiscutablement en faveur de leurs propres intérêts comme le dénoncent les chroniqueurs ; il n'en demeure pas moins qu'ils agissaient en tant qu'agents de l'ordre colonial.

Les Fugitifs

  • 48 González de Nájera, p.117. "...industrian, enseñan y amaestran..." ; "algunos son mestizos, y parte (...)
  • 49 Ibidem, p. 190, "Pues es cosa averiguada que los más malos y más perniciosos enemigos que tiene est (...)

39Pour des raisons distinctes les captifs et les fugitifs provoquèrent indignation et réprobation ; concernant les captifs hispaniques, pitié et compassion l'emportaient. Par contre, la conduite des transfuges choquait violemment et posait d'épineuses questions politiques et militaires. Selon González de Nájera (1614) plus de cinquante fugitifs préparaient et entraînaient les indiens ; il signalait également : "certains sont métis, une partie des mulâtres et d'autres des espagnols légitimes... et je n'inclus pas au nombre de ces malfaisants, les pauvres captifs "48. Il distingue très nettement captifs et fugitifs, séparation beaucoup plus incertaine dans la liste de captifs de référence. Nonobstant, la situation bigarrée incluant également des métis et des mulâtres, rejoint le registre de 1664. González de Nájera restait convaincu que les fugitifs étaient les instigateurs de la guerre, idée assez persistante à l'époque, les plus acharnés et dangereux auraient été les espagnols et les métis49.

  • 50 Par exemple, le gouverneur Juan Henríquez fit exécuter quatre déserteurs : "... hicieron fuga y se (...)

40Le déserteur est une figure classique dans les conflits guerriers où la dangereuse éventualité qu'une partie des troupes passe à l'ennemi est toujours à craindre. Dans l'armée de la frontière hispano-mapuche il y eut des désertions collectives et individuelles, certaines retentissantes d'autres plus discrètes, passées presque inaperçues. La liste de captifs signale que les soldats Guzmán et Mancillo : " se sont retirés avec précaution " ; d'autres sont simplement qualifiés de fugitifs ou bien il est signalé qu'un espagnol donné " refuse de se montrer ", ce qui signifie qu'il évitait le contact avec le capitaine d'amis installé à proximité. L'emploi du verbe " se retirer " (retirase) étonne ; il renvoyait aussi à des groupes qui s'échappaient du nord du Bío-Bío vers les provinces extérieures : " los retirados ". Dans la zone frontalière comprenant le nord et le sud du fleuve Bío-Bío, le nombre de soldats hispano-créoles était considérable : l'armée régulière comptait environ deux mille soldats. La survie était précaire et l'approvisionnement de l'armée défaillant ; il arrivait en denrées de mauvaise qualité, parfois il n'était pas livré du tout et il était généralement l'objet de corruptions diverses et multiples se faisant au détriment de la troupe. Les soldats subissaient des situations critiques de pénurie et devaient fréquemment se débrouiller par eux-mêmes en s'adonnant à diverses activités et trafics ; dans la période étudiée ils engrangeaient des revenus surtout avec les captures d'esclaves et d'autres butins de guerre. Parmi eux certains s'échappaient vers l'arrière pays indien, espace leur ouvrant de nouvelles possibilités et perspectives malgré des dangers inhérents à la fuite : la mort était promise aux déserteurs arrêtés.50

  • 51 Sur presque vingt soldats, cinq vivaient avec leurs familles sur les terres d'un cacique. Dans un t (...)

41Réussir l'échappée n'était pas suffisant, pour survivre les fuyards avaient impérativement besoin d'être acceptés en territoire indien, parfois avec toute leur famille comme l'indique la liste de référence : certains caciques avaient sur leurs terres plusieurs soldats fugitifs. À Maquehua c'était le cas du cacique Chicaguala, de filiation de captive ; son fils Marilafquen avait en plus deux jeunes espagnols, fils de soldats, sans que l'on connaisse ni les circonstances ni les relations établies. Il résulte fortement étonnant qu'un document intitulé : " liste de captifs ... et yanaconas ", fit état d'autant de déserteurs de l'armée : entre le tiers et la moitié des hommes cités furent qualifiés de fugitifs (parmi les catégories " soldats " et " espagnols "). Pour le reste, il n'était pas précisé explicitement qu'il s'agissait de captifs, si ce n'est de façon générale par l'intitulé de la liste.51 La surveillance des gardiens paraît donc s'exercer tous azimuts, sans néanmoins apporter le même degré de précision quant aux différentes données.

  • 52 Córdova y Figueroa, 1876, p.276. "En todo procuró congeniar con los indios, imitando sus modales, l (...)

42Au cours de ces années-là, un célèbre déserteur mit en danger l'armée espagnole : Alejo, était le fils métis d'une captive rédimée. Le chroniqueur Córdova y Figueroa, tout en étant postérieur à ces épisodes, disposait de bonnes sources : son père avait été l'un des acteurs impliqués, de même que son proche entourage. D'après lui Alejo " avait essayé en tout point de s'accorder au mode d'être indien, en imitant leurs manières de faire, ce qui ne contrariait pas son caractère : il s'adonna à l'ivresse et la polygamie, pratiquées l'une et l'autre à l'excès "52. Alejo avait été élevé dans la société hispano-créole avec laquelle il serait entré en rupture lorsque son avancement au sein de l'armée aurait été bloqué. En revanche, au sud du Bío-Bío il réussit à s'intégrer et fit rapidement du chemin. Il ne s'était pas juste " indianisé ", c'est-à-dire reproduit des pratiques valorisées dans cet espace, mais les aurait poussées à leur paroxysme, sans quoi il aurait difficilement pu s'élever à un leadership militaire d'une telle ampleur et envergure.

  • 53 Ibidem."Tuvo dos hijos de una señora casada que aprisionó..." .
  • 54 González de Nájera souligne également la capacité des fugitifs à reproduire des conduites typées, l (...)
  • 55 Clastres, 1974.

43À la mort d'Alejo un autre fugitif, cette fois-ci un yanacona en fuite appelé Misque, leva une armée de mille cinq cent hommes contre les espagnols. Le même chroniqueur rapporte : " Il eut deux enfants d'une dame mariée qu'il fit prisonnière.... "53, après sa capture il finit ses jours supplicié (une oreille coupée) puis exécuté à Buena Esperanza. Dans ces deux cas des fugitifs du monde hispanique atteignirent le sommet du leadership militaire araucano-mapuche : il s'agit en l'occurrence d'un métis et d'un indien yanacona, mais à d'autres moments des " espagnols légitimes " -selon la terminologie de González de Nájera54- en firent de même. Les circonstances exactes et les ressorts précis ayant permis de telles élévations en général nous échappent, les données disponibles corroborent toutefois que le monde indien disposait de mécanismes qui les encourageaient et rendaient possible leur accomplissement. Les descendants de captifs pouvaient devenir des caciques de poids en une ou deux générations ; le cacique Chicaguala de Maquehua déjà cité, en est un bon exemple. De leur côté, les fugitifs paraissent avoir pu atteindre de façon quasi immédiate -du moins eux-mêmes et non seulement leurs enfants- les plus hauts commandements militaires, parvenant à confédérer de nombreux groupes de résidence, grâce à des circonstances favorables et des actions intrépides. L'entreprise s'avérait néanmoins risquée, lorsqu'ils sont documentés, les itinéraires de ces chefs de guerre s'achèvent fréquemment par une mort violente et prématurée, comme le destin tragique signalé par Pierre Clastres à propos du " guerrier sauvage ".55

44Dans les cas présents, qu'un métis et un yanacona aient pu rassembler autant de guerriers doit probablement être mis en relation avec la forte présence des retirados et autres fugitifs dans l'arrière pays indien après le soulèvement de 1655. Par ailleurs l'emploi des termes arrimar et arrimo, dans le sens du rattachement à un cacique protecteur, nous intéresse au plus haut point ; nous y voyons une des pistes pour davantage explorer la nature des liens de dépendance à l'œuvre. Dans la liste de 1664 à deux reprises il est question de yanaconas installés à proximité et sous le couvert (al arrimo) d'un cacique : chaque fois il est précisé qu'ils se cachaient. Ils faisaient sans doute partie de ceux qui tentaient d'éviter d'être reconduits au nord du Bío-Bío, où ils avaient jadis vécu sous la dépendance de leurs maîtres et, d'une façon ou d'une autre, contraints au travail. La restitution était réclamée par leurs anciens maîtres et fut l'objet de négociations entre les autorités hispano-créoles et les caciques. L'auteur de la liste recourt à une autre reprise au même verbe (arrimar) en tant que synonyme d'associer ou inclure, ce qui indiquerait des relations d'une certaine horizontalité plutôt que totalement verticales.

Réflexions finales

45Certains points ont été juste effleurés au cours de cet article, bien d'autres sont d'emblée restés en dehors, par exemple des processus similaires ayant eu lieu sous la domination hispanique au nord du Bío-Bío ou la dite "araucanisation de la pampa". De surcroît, à chaque fois qu'un phénomène "d'indianisation" est mis en lumière, il conviendrait de garder à l'esprit que simultanément se déroulaient des processus "d'espagnolisation" : parallèlement aux fugitifs qui échappaient au pouvoir espagnol, des araucans-mapuches abandonnaient également leurs caciques, migraient vers le nord du Bío-Bío et adoptaient des modes de vie en vigueur dans leurs nouveaux lieu de résidence. Bref, replacer les phénomènes dans des contextes plus larges éviterait de surévaluer l'attirance pour le monde indien, objet de notre analyse. Dans le cadre étudié, des changements culturels vers des pratiques indiennes jugées barbares étaient source de scandale ; aussi, il a fallu replacer ce versant "sensationnaliste" des matériaux à disposition dans les configurations idéologiques de l'époque et considérer les circonstances dans lesquelles s'effectuèrent les transferts de populations, leurs différents degrés de contrainte et de consentement ainsi que les diverses formes de dépendance en jeu. L'aller-retour entre un document singulier (la liste de captifs et yanaconas) et des données issues d'autres documents et périodes, ponctua la recherche.

46Les phénomènes étudiés se déroulaient non seulement en dehors de la souveraineté coloniale mais dans des espaces disputés au sein desquels le culturel semble indissociablement imbriqué avec le politique ; l'articulation entre le pouvoir politique et les modes de vie s'est sans doute produite de façon très différente dans les provinces extérieures et à l'intérieur du royaume. Le transfert, forcé ou volontaire de personnes, avait inévitablement produit des processus de changement et d'adaptation. Étant donné les longues périodes et les circonstances du séjour dans l'arrière pays indien, il serait plutôt digne d'étonnement et d'explication que "l'indianisation", n'eut pas d'impact sur les figures étudiées. Les possibilités d'insertion et promotion sociale offertes à des étrangers dans la société araucano-mapuche -qu'il s'agisse de métis, de mulâtres, de noirs ou d'amérindiens d'autres régions- donnèrent beaucoup de visibilité à des trajectoires extraordinairement saillantes qui n'étaient pas les plus courantes. Il faudrait également relier cette grande marge de manœuvre et d'ascension sociale à l'incorporation au sein d'environnements très différenciés selon les caciques d'accueil, plus ou moins portés à laisser place aux nouveau venus.

47Les élévations vertigineuses et l'éloignement des modèles hispano-coloniaux en vigueur qu'elles supposaient, étaient surprenantes pour une société espagnole, dans laquelle la naissance conditionnait étroitement le devenir. Celle-ci pratiquait de surcroît des inclusions avec des forts degrés d'exclusion comme l'esclavage et d'autres qui, tout en étant contraignantes, étaient plus inclusives comme l'évangélisation. Des deux côtés de l'espace frontalier des fortes puissances estompaient et annulaient parfois les clivages entre les deux mondes en conflit, néanmoins ce qui demeure frappant à cette époque dans les provinces extérieures est la profondeur et la force assimilatrice des intégrations, favorisées par des mécanismes comme la parenté, la guerre et l'activité rituelle. Mais il ne faudrait pas non plus oublier que ceux jugés non-assimilables étaient, probablement dans leur grande majorité, exécutés sur les champs de bataille ou dans des rituels coutumiers (a la usanza).

Annexe documentaire : transcription issue du dossier nº103, Audiencia de Chile, AGI, Archive Général des Indes, Séville

  • 56 La syntaxe et l'orthographe espagnole ont été modernisées. En revanche, le déchiffrage a été fait a (...)

48Lista de cautivos, cautivas y yanaconas que están en los dos caminos de estas provincias de afuera, desde Boroa para arriba, de que he llegado a tener noticias56.

49En Ecloi :

50Guicanauel tiene a un soldado Mateo de Guzmán

51Mariqueupo tiene otro llamado fulano Marcillo, fugitivo; uno y otro se retiraron con cuidado.

52Ancaplehon : una moza mestiza, hermana del alférez Jacinto de Araya ; y la madre en Repocura en poder de Chaiguaillanca.

53En Pobinco :

54Pichilemo tiene una española que no conozco.

55Quuellante a una española María Rengifo.

56Marillanca tienen un yanacona que era del capitán Amador.

57Ingaipill tienen a un mocito español hijo de Fonseca el de Maule.

58En Petonue :

59Calpangui : una española mujer del alférez Antonio Jiménez ; y hecha curandera.

60Llancanauel : otra española no sé quien sea.

61Millachihei tiene una española mujer de Pedro de la Serna.

62Pranfel, herrero, tiene una española deuda de los Bastidas y otra que no sé quien es.

63Meliheri tiene a Doña Juana de Albornoz, hija de Fernando Ramírez; y un hijo en ella. Y tiene más un negro viejo que era de Bascuñán

64Guiraueno tiene a Antonio de Fontalba, hijo del capitán don Juan de Fontalba.

65Un poco más arriba están unos yanaconas de dicho capitán, el uno llamado Ventemilla y otro viejo Guaiquilafquen, ambos con sus mujeres e hijos.

66En estos tres regues hay algunos yanaconas e indios de encomienda que no pongo en esta lista por no estar bien enterado al arrimo de quien están y encubrirse. De ellos hay del sargento mayor Matamala y otros particulares.

67En Reguemeu :

68Tinaqueupu tiene a doña Francisca de Vargas; y sus hijos, o él, tienen otras dos españolas y a un español llamado don Pedro de Palma.

69Aillacuriche tiene a la mujer de fulano de Aguilera y a un yanacona viejo del maestre de campo Fernando Demieres.

70Guaiquimilla tiene a la mujer de Juan de Vargas.

71En Virquen y Quilacura :

72Alarilafquen tiene una española muda e hijos en ella.

73Nauelante tiene otra mujer española.

74En las Milireguas y Changuel :

75Nauelueno tiene un soldado Jacinto de Arangur.

76Quintecura a otro llamado Antonio Pérez.

77Calboiñamgo a una española e hijos en ella.

78Quinchapangui tienen otra española.

79Naucopillan tiene una niña hija del sargento Lucas de la Vega y la madre de este indio otra.

80Y allí junto otra señora rubia con una su hija, no las conozco ni sé el nombre del dueño, más que están en la vecindad de Naucopillan.

81Un español llamado Andrés de tal con su mujer e hijos está en aquella montaña desde antes del levantamiento, según su decir soldado, es que lo fue del fuerte de Boroa.

82Y en Reguemeu y Quilacura algunos yanaconas.

83En Maquegua :

84Chicaguala tienen una española que es mujer de Juan de Lara y un soldado fugitivo llamado Luis de tal y otro soldado de Valdivia fugitivo y herrero llamado Agustín Toscano.

85Tanholafquen, dos españoles fugitivos de la población de Lota, mocetones. Y un yanacona y una negra que era de los padres de la Compañía de Jesús.

86Marilafquen, hijo de Chicahuala, tiene dos mancebitos españoles: el uno hijo del sargento Villami, y el otro hijo del alférez Francisco Vélez o alférez Manuel Enríquez.

87Y entre estos tres, la familia del sargento Juan de los Ríos, que él dará razón de cuántos son.

88p.2 / prosigo con Maquegua

89Ayanauel tiene a doña Ana de Lagos con <su> un hijo mancebito.

90Liftengua hijo de Chicaguala tienen a un soldado llamado Manuel Guerrero.

91Tuencuala, su hermano, tiene otro soldado viejo Juan Ortiz, con su mujer y un muchacho que era del sargento mayor Bravo.

92Donguiguala tienen a Nicolás Deyebenes, soldado.

93Venteleubo, su hermano, otro soldado llamado Juan de Dios.

94Tapelueno tiene a una española Francisca de Espinoza y otra mujer que fue criada del capitán Hidalgo.

95Calboiqueupo tiene a María Sarmiento.

96Nauelguala otra española Jacinta de tal y un mozo español que he visto.

97Guaiquileri a un soldado llamado García Pareto de Ávila.

98Neriante tiene a doña Francisca de la Vega y a un mancebo hijo del capitán Manuel de Candia y a otro niño cortadas las narices.

99Y en esta comarca algunos yanaconas e indios de encomienda que se encubren y algunos al arrimo de Colicheu, de ellos del contador mayor don Miguel de Cárcamo.

100En Boroa y su comarca :

101Uenquecheuque tiene una mujer llamada Isabel Hernández.

102Llecañamgo, su hijo a un español Martín Ponce

103Queupoante tiene a la mujer del sargento Antonio Holgado.

104Machocabra tiene una española no sé quien es.

105Painemal tiene a Juan Márquez ahijado del capitán Sarmiento e hijo del capitán Alonso de Márquez y otro niño ahijado del capitán Francisco Tibaja; una española doña Catalina Muñoz, mujer de Cristóbal Muñoz y un <su> hijo mancebito de doce años ; y a un niño nietecito del maestre de campo Hernando Demierez, será de nueve años.

106Paillaqueupo tienen un niño de diez años, hijo de Alejandro de Albornoz.

107Mariqueupo a Pedro Riquelme su primo, hijo del capitán Alonso Riquelme.

108Guenchuqueupo tiene a José López de Cangas, mancebito de trece años, nieto del capitán Amaya.

109Los hijos de Gaspar de Álvarez son a cargo de la mujer del Alférez Chocaya y un hijo suyo y una hija que los entregaron a Venullanca que la tuviese a la usanza con sus hijos.

110Don Pedro de Mora <que llaman Maya> tiene a Juan Ortuño y a su mujer, ambos muy viejos; y a un muchacho del capitán Andrés de Viveros.

111Pichuncura tiene una española de <aoia> Maule.

112Juan su sobrino tienen a la mujer del sargento fulano de Acuña.

113Chiguaipillan, un soldado llamado Francisco Sánchez Luengo.

114Longonauel, otro soldado Andrés Muñoz de Godoy.

115Pabellcun, un soldado fugitivo.

  • 57 Il n'est pas clair s'il s'agit ou non du vieux capitaine cité ensuite.

116Venupillan tiene otro español que no se da a conocer57, el viejo capitán Hernández Ramírez con su familia de chinas e hijos e hijas que son muchos.

117Juan Ramírez, su hijo que es otra familia que aunque ha estado ahora asistente en Pebinco le arrimo a su padre por haber de retirarse juntos.

118En Lolguen :

119Cadiguala tiene a Antonio de Zepeda, soldado y a su mujer ; y a otro viejo soldado llamado Luis Rodríguez.

  • 58 Introuvable dans les deux dictionnaires de référence pour l'époque (Covarrubias et Autoridades)

120Anditeureau tiene a un niño de nueve a diez años, rubio y <carco>58, maloqueado en Maule.

121Cheuqueyecu tiene otro españolito de doce a catorce años, hijo de un soldado de Arauco que era pulpero.

122Hasta aquí son los españoles y españolas y yanaconas que he llegado a tener noticias por estos dos caminos, que por los otros dos el de la costa de Arauco y el de la Imperial, no podré dar tan entera razón como debe el capitán Francisco Quevedo en su comarca y el alférez Cobos en al suya.

123De la otra parte de Toltén :

124Venchalafquen tienen un mulato que es del alguacil mayor Francisco de Torres; y a un muchacho cuzco llamado Martín, que era libre y está cautivo.

  • 59 Il pourrait s'agir de "García" ou de "Gracia", nom cité juste après.

125Guichamangue, un mancebo que dice ser hijo del capitán Jaques; y en Toltén el bajo, dos fugitivos de Valdivia, uno llamado Juan Gª59 de la Peña y otro Juan de Gracia.

  • 60 Abréviation déployée qui pourrait également signifier "Capitán".

126p.3/ Esta lista he sacado hoy en este Boroa a los tres días del mes de febrero de este presente año de 1664 ; quedando con el traslado de ella. Sebastián60 de Gálvez

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie citée

Andújar Castillo, Francisco, « Los rescates de cautivos en las dos orillas del mediterráneo y en el mar (alafías) en el siglo XVI », in Wolfang Kaiser (éd.), Le commerce des captifs..., 2008, p. 135-164.

Carvallo y Goyeneche, Descripción histórico geográfica del reino de Chile, Santiago : Imprenta de la librería del Mercurio, t.1-3, 1875-1876 [1798], (Colección de historiadores de Chile y documentos relativos a la historia nacional, CHCh t.8-10).

Casanueva, Fernando, "Los bárbaros blancos: guerra fronteriza y mestizaje en el Reino de Chile", Les Langues Néo-Latines, 304, 1998, p. 23-38.

Chamayou, Grégoire, La chasse à l'homme. Histoire et philosophie du pouvoir cinégétique, París : Editions la Fabrique, 2010.

Clastres, Pierre, "Malheur du guerrier sauvage", in Recherches d'antropologie politique, Paris, Éd. du Seuil, 1980, p. 209-248

Córdoba y Figueroa, Pedro de, Historia de Chile: 1492-1717, Santiago : Imprenta del Ferrocarril, 1876 [1740/45].

Fontenay, Michel, "Esclaves et/ou captifs? : préciser les concepts", in Wolfang Kaiser, (éd.), Le commerce des captifs..., 2008, p. 15-24.

Garcés, María Antonia, Cervantes en Argel. Historia de un cautivo, Madrid : Gredos, 2005.

González de Nájera, Alonso, Desengaño y reparo de la guerra de Chile, Santiago : Editorial Andrés Bello, 1971 [1614].

Kaiser, Wolfang (éd.), Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l'échange et le rachat des prisonniers en méditerranée, XVIe-XVIIIe siècle, Rome : École française de Rome, 2008.

Muñoz Olave, Reinaldo, Chillán, sus fundaciones y destrucciones, 1580-1835, Santiago : Imprenta de San José, 1921.

Nuñez de Pineda y Bascuñán, Francisco de, Cautiverio feliz, Santiago : Ril Editores, 2001 [1673]

Obregón Iturra, Jimena Paz, « Rituels et conflits : Hispano-Créoles et Araucans-Mapuches dans le Chili colonial (fin du 17ème siècle). Avec l’édition critique d’actes judiciaires. Concepción 1693-1695 », thèse de doctorat, 2003 (à paraître chez PUR Editions).

Obregón Iturra, Jimena Paz, « Procès et Parlamentos hispano-indiens dans le Chili colonial : deux formes d’interventionnisme interconnectées, 1941-1647-1693 », in B. Grunberg (dir.) Enjeux et difficultés d’un modèle européen dans les sociétés coloniales (Cahiers d’Histoire de l’Amérique Coloniale, 2), Paris, L’Harmattan, 2007, p. 67-81.

Obregón Iturrra, Jimena Paz, “Concepciones hispanas en torno a un territorio disputado, Chile, siglo XVII”. In Cultura y representaciones sociales (Revista de Ciencias Sociales: un espacio para el diálogo transdisciplinario, México, D.F.), 4/2, 2008, p. 72-93.

(www.culturayrs.org.mx/Revista/num4).

Obregón Iturra, Jimena Paz, “Aproximación crítica al pensamiento dicotómico. “Indios amigos” versus “indios enemigos bajo el gobierno del Marqués de Baides, Chile, 1639-1946”, CUHSO (Cultura, hombre y Sociedad), 15/2, 2008, p. 25-30.

(http://repositoriodigital.uct.cl:8080/xmlui/bitstream/handle/123456789/137/CUHSO_0716-1557_03_2008_15.pdf?sequence=1).

Obregón Iturra, Jimena Paz, "Para acabar con los "indios enemigos" ... y también con los "amigos". Los mapuche-araucanos ante las concepciones hispanas de alianzas y antagonismos (Chile, 1670-1673)", in Alejandra Araya y Jaime Valenzuela (eds.), América colonial. Denominaciones, clasificaciones e identidades, Santiago, Ril Editores, 2010, p.73-99.

Obregón Iturra, J.P, Capdevila L. & Richard N. (éds.), Les indiens des frontières coloniales. Amérique Australe XVI-XX, Rennes : Éditions des PUR, 2011.

Obregón Iturra & Zavala Cepeda, «Abolición y persistencia de la esclavitud indígena en Chile colonial: estrategias esclavistas en la frontera araucano-mapuche », Memoria Americana,17/1, 2009, p. 11-35, (version en ligne sur : http://www.scielo.org.ar/pdf/memoam/n17-1/n17-1a01.pdf).

Ovalle, Alonso de, Histórica relación del Reyno de Chile: y de las misiones y misioneros que ejercita en él la Compañía de Jesús, Santiago : Instituto de Literatura Chilena, 1969 [1646].

Quiroga, Jerónimo, Memoria de los sucesos de la guerra de Chile, Santiago : Editorial Andrés Bello, 1979 [1690].

Rosales, Diego de, Historia general del Reino de Chile, Flandes Indiano, 3t., Valparaíso : Imprenta El Mercurio, 1877-78 [1674].

Sánchez Pérez, Macarena, "Los cautivos en Chile colonial: problemas en la clasificación de un "tipo ideal", in Alejandra Araya y Jaime Valenzuela (eds.), América colonial. Denominaciones, clasificaciones e identidades, Santiago, Ril Editores, 2010, p. 219-232.

Testart, Alain, "L'esclavage comme institution", L'Homme, 38/145, 1999, p. 31-69.

Valenzuela Márquez, Jaime, "Inmigrantes en busca de identidad: los indios cuzcos de Santiago de Chile entre clasificación colonial y estrategia social", in Alejandra Araya y Jaime Valenzuela (eds.), América colonial. Denominaciones, clasificaciones e identidades, Santiago, Ril Editores, 2010, p. 81-118.

Archives

AGI, Archivo General de Indias, Sevilla, España. Fondo Audiencia de Chile.

ANCh, Archivo Nacional de Chile.

BNCh, Biblioteca Nacional de Chile: Fondo MM (Manuscritos Medina).

Haut de page

Notes

1 Une première version de ce travail a été présentée au colloque : "L'indianisation aux confins des Amériques (XVIe-XIXe). Captifs, renégats et "coureurs de bois". Séville, sept. 2010. Merci aux organisateurs et participants d'avoir permis l'enrichissement de cette réflexion. Je remercie également Hugo Contreras pour ses généreuses indications concernant les sources chiliennes.

2 Cette dernière formulation apparaît sur le titre de la transcription en annexe, on trouve par ailleurs "fronteras de afuera" et "fronteras de dentro". Signalons par ailleurs que l'orthographe de l'ensemble des citations et références a été modernisée, y compris dans la transcription.

3 Cette problématique déjà abordée (Obregón Iturra, 2007 et 2008), mériterait des approfondissements dépassant le format de cet article.

4 Les termes génériques désignant les premiers habitants du continent ont leur propre historicité et se trouvent au centre de nombreux enjeux et rapports de forces. Actuellement le mouvement mapuche revendique l'appellation "pueblos originarios".

5 Aucune des désignations des peuples originaires du centre sud du Chili se trouve exempt de critiques, toutes sans exception posent problème. Compte tenu de surcroît des variations d'usage dans le temps, nous avons juxtaposé les deux termes les plus rependus (Araucan et Mapuche) afin de faciliter la compréhension et sans entrer ici dans les débats sur les processus d'ethnogenèse, d'identités imposées, etc.

6 Le titre d'une intéressante étude de Fernando Casanueva, 1998, reprend cette expression non usuelle au Chili mais présente sous la plume de Jerónimo de Quiroga.

7 Quiroga, 1979, p. 284. La captive rencontrée par Quiroga en 1644 s'appelait "doña Ángela". La chronique en question contient de multiples références très imagées à des captifs individuellement identifiés.

8 Ovalle, 1969, p. 263, "es tal la vergüenza y confusión que tienen, particularmente las mujeres cautivadas, de verse en tal vil traje delante de los españoles [...] que se escondían de ellos por que no las viesen...".

9 Ibidem, p.285, "amarras del corazón".

10 Ibidem, p. 310, "... y así toman por partido, ya que no se hallan con fuerzas para arrancar de aquel atolladero, solicitar a los caciques que pidan padres de la Compañía de Jesús que vayan a sus tierras....". Ce chroniqueur insère de nombreux documents d'autres auteurs, qu'il recevait du Chili ou qu'il avait à disposition à Rome ; il s'agissait de lettres de missionnaires et de captifs avec lesquels les pères jésuites du Chili entretenaient des échanges épistolaires.

11 Wolfang Kaiser (ed.), 2008.

12 Voir la très intéressante vision de la captivité à Alger donnée par : María Antonia Garcés, 2005.

13 Les pertes espagnoles avaient été considérables : " En un mismo momento se echaron sobre todos los establecimientos y sobre las estancias del territorio comprendido entre / los ríos Maule y Bío-Bío y atacaron las plazas situadas en su país interior. Cautivaron a más de mil trescentias personas españolas. Saquearon trescientas noventas y seis estancias ", Carvallo y Goyeneche, t. 2. 1875, pp. 83-84. Selon Rosales, t.1, 1877, p.129, en 1655 plus de 150 captifs auraient été sacrifiés au cours de cérémonies.

14 Carvallo y Goyeneche, t.1, 1875, p.303. Muñoz Olave, 1921, p.70, signale également que Luis de Valdivia chargeait les caciques acceptant les clauses de paix de rechercher et lui remettre les captifs.

15 "Declaración de Diego de Medina, que estuvo cautivo entre los indios sobre el estado de aquellas cosas". Concepción, 3 de abril de 1615, Ms. BNCh, Fondo MM, t.111, fs.257-262.

16 Rosales, t.3, 1877, pp.151-283.

17 Carvallo y Goyeneche, t.2, 1875, p. 85.

18 "... se hallan todos los vecinos y labradores faltos de gentes para acudir a sus labranzas, que tan necesarias son al sustento de la gente de guerra y el común de las repúblicas..." Acuña y Cabrera, gobernador, “Auto prohibiendo las borracheras y juegos de checa de los indios", Santiago, 11/07/1655, Acta del cabildo de Santiago de 16 de julio de 1667, in CHCh, t.27, Santiago, 1909, pp. 182-185.

19 "se añade la felicidad de haber salido en este tiempo de las tierras del enemigo muchos indios yanaconas de los de encomienda y venídose a servir sus encomenderos...", Certificación del Cabildo de Concepción, 29/01/1674, Ms. AGI, Chile 56, f.1v.

20 Sur les victimes non hispaniques de la captivité dans la région, voir : Sánchez Pérez, 2010.

21 À cette occasion la ville de Chillán, située au nord du Bío-Bío mais exposée aux incursions des groupes de la cordillère, avait dû être abandonnée, voir Muñoz Olave, 1921, pp. 79-99.

22 Gregoire Chamaillou, 2010.

23 Alain Testart, 1999.

24 Obregón Iturra et Zavala Cepeda, 2009.

25 D'après Michel Fontenay, 2008, qui étudie le contexte méditerranéen, ce critère serait décisif pour différencier l'esclave du captif.

26 Ovalle, p.283, "...no se puede negar que algunos de los españoles excedieron en algo...".

27 Sur la question des indiens cuzcos, voir Valenzuela Márquez, 2010.

28 "era libre y está cautivo", voir transcription en annexe.

29 Rosales énumère de nombreux cas, par exemple : "... y le cautivaron el mayordomo español con su mujer y otros tres españoles y muchos indios e indias que tenía de servicio...", t.3, 1877, p. 77.

30 Nuñez de Pineda y Bascuñán, 2001.

31 À l'instar de ce que F. Andújar, 2008, établit pour le contexte méditerranéen, la variable économique semble également non-négligeable ici.

32 "... que españoles hay pocos porque los han muerto en borracheras y otras ocasiones", Ibidem : "Declaración del cautivo Medina...", f.261.

33 Les descriptions de Rosales apportent cependant des données très riches sur : "...las ceremonias con que matan a los cautivos en las borracheras y la carnicería que de ellos hacen..." ; ce qu'il appelle également : "matar a su bárbara usanza". Rosales, t.1, 1877, pp. 121-127.

34 Malgré ce qu'indique le titre de la liste transcrite, une partie conséquente des hommes recensés n'était pas des captifs mais des fugitifs, en revanche il semblerait que c'était bien le cas de la trentaine de femmes comptabilisées seules ou avec leurs enfants.

35 Comme précédemment ces chiffres considèrent les individus isolés et ne prennent pas en compte ceux qui se trouvaient insérés dans des unités familiales pour lesquels les données deviennent très incertaines.

36 Ovalle, p.285.

37 C'est le cas de six des trente captives. Le témoignage du captif Medina signale qu'en 1615, entre les 200 femmes captives "todas o las más de ellas tienen hijos de los indios". Ibidem, f.261.

38 En toute rigueur il faut signaler que le document de référence n'utilise jamais le terme cacique mais désigne nominativement des personnes -Chicagaula, Tinaqueupu, Aillacuriche, etc.- qui par ailleurs étaient à l'époque désignés comme tels.

39 Dans le document transcrit il en est question de deux : l'un était un fugitif espagnol, l'autre un araucan-mapuche.

40 "... que traigan las barbas peladas commo ellos...", González de Nájera, p. 118. Selon cet auteur le même traitement serait appliqué aux fugitifs.

41 Obregón Iturra, 2008 et 2010.

42 Signalons que l'auteur ne se désigne pas lui-même en tant que capitaine, à moins que l'abréviation que nous avons déployée ne soit pas Sebastián mais Capitán.

43 Obregón Iturra, 2003.

44 Rosales, t.3, 1877, p.394.

45 Question abordée dans une communication encore inédite : "Traductores, traidores y mestizos o el temible poder de la mediación en el imaginario de dos soldados de las guerras de Chile, siglo XVII : González de Nájera y de Jerónimo de Quiroga » ", présentée aux XIV Jornadas de lengua y literatura mapuche y Tercer congreso de lenguas y literaturas indoamericanas, UFRO, Temuco, 20-22/10/2010.

46 « Decreto del gobernador José de Garro ordenando no se permitan los amancebamientos entre las tropas del Real Ejército", Concepción, 26 de octubre de 1682, Ms. ANCh, Fondo MV, vol.3, fs. 224r.-224v. "...los capitanes y lenguas de las reducciones que no siendo casados tuvieren indias de la usanza en sus casas con quienes estén amancebados, se las quitarán...".

47 Ibidem.

48 González de Nájera, p.117. "...industrian, enseñan y amaestran..." ; "algunos son mestizos, y parte mulatos, y otros legítimos españoles y no pongo en el número de estos perniciosos a los pobres cautivos".

49 Ibidem, p. 190, "Pues es cosa averiguada que los más malos y más perniciosos enemigos que tiene este rey en aquella guerra son salidos de estos fuertes, que son los fugitivos soldados, mestizos y españoles que de ellos se pasan a los indios de guerra".

50 Par exemple, le gouverneur Juan Henríquez fit exécuter quatre déserteurs : "... hicieron fuga y se fueron al enemigo..." ; "...fueron castigados y puestos en un palo en pena y castigo de su delito", Certificación del Cabildo de Concepción, Ms. AGI, Chile 56, 29/01/1674, f.1v.

51 Sur presque vingt soldats, cinq vivaient avec leurs familles sur les terres d'un cacique. Dans un tiers des cas seulement il s'avère sûr et certain qu'il s'agissait de fugitifs, ce n'est pas expressément précisé pour les autres.

52 Córdova y Figueroa, 1876, p.276. "En todo procuró congeniar con los indios, imitando sus modales, lo que no era contra su genio, dándose a la embriaguez y poligamia, que en lo uno y en lo otro procuró excederse".

53 Ibidem."Tuvo dos hijos de una señora casada que aprisionó..." .

54 González de Nájera souligne également la capacité des fugitifs à reproduire des conduites typées, leurs facultés d'imitation ou mimétisme, voir par exemple p. 118." : «... en pasándose a los indios estos imitadores de sus vidas... »,

55 Clastres, 1974.

56 La syntaxe et l'orthographe espagnole ont été modernisées. En revanche, le déchiffrage a été fait au plus près pour les noms en mapudungun, qu'il s'agisse de personnes ou de lieux.

57 Il n'est pas clair s'il s'agit ou non du vieux capitaine cité ensuite.

58 Introuvable dans les deux dictionnaires de référence pour l'époque (Covarrubias et Autoridades)

59 Il pourrait s'agir de "García" ou de "Gracia", nom cité juste après.

60 Abréviation déployée qui pourrait également signifier "Capitán".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jimena Paz Obregón Iturra, « Un irrésistible retour à la barbarie ? Captifs, transfuges et gardiens ou le formidable attrait de " l'arrière pays indien " (Chili, XVIIème siècle) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 17 décembre 2012, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/64723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.64723

Haut de page

Auteur

Jimena Paz Obregón Iturra

jimenaobregon@hotmail.comIEP, Institut d'Études Politiques -SciencesPo- RennesCERHIO - équipe CHACAL- UMR 6258 CNRS http://chacal.hypotheses.org/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search