Skip to navigation – Site map

HomeSectionsBook reviews and essays2013Julien Barbosa, L’Amérique Latine...

2013

Julien Barbosa, L’Amérique Latine dans la spirale du néo-libéralisme. Logique(s) d’Empire en action, Préface de Jean-Claude Fritz, Editions L’Harmattan, Paris, 2008, 189 p.

Guillaume Boccara

Full text

1L’objet de cet ouvrage du politologue Julien Barbosa est de rendre compte des mécanismes de domination se déployant dans la phase néolibérale du capitalisme globalisé. Dans un style clair, concis et accessible au plus grand nombre, ce spécialiste de l’Amérique Latine, chercheur au CREDESPO (Université de Bourgogne), examine les logiques d’empires, c’est-à-dire « les stratégies de domination ayant permis le maintien d’une certaine forme de subordination des peuples du monde envers un système global dominé par l’idéologie néo-libérale (p. 14). S’inscrivant dans la continuité des travaux de Noam Chomsky, Ignacio Ramonet et David Harvey, Julien Barbosa développe un convaincant réquisitoire contre le néolibéralisme à partir de l’analyse des relations qui unissent l’Amérique Latine à l’ordre mondial qui s’est progressivement dessiné suite à la chute du mur de Berlin et à la diffusion du Consensus Washington. Suite à une longue introduction visant à situer sa perspective par rapport aux études sur l’impérialisme, le colonialisme et l’Empire, l’auteur déploie son analyse en deux temps. La première partie, intitulée « L’Amérique Latine dans les griffes de l’Empire », aborde les aspects proprement économiques de la progressive mise en place de ce que Barbosa nomme l’ordre mondial néo-impérial (p. 88). La seconde partie de l’ouvrage, « L’Empire contre-attaque », vise à rendre compte des aspects idéologico-politiques et institutionnels des logiques d’empires, c’est-à-dire de la manière dont l’idéologie dominante, qui est celle des classes dominantes, tend à être inculquée au plus grand nombre. C’est essentiellement à travers une synthèse des travaux les plus récents sur le capitalisme néolibéral que l’auteur élabore sa présentation du rôle des entreprises transnationales dans « la conquête économique et financière de l’Eldorado latino-américain » (p. 54).

  • 1 Pour une déconstruction critique du mythe du « doux commerce » on renvoie à l’ouvrage récent de Jac (...)
  • 2 Le nouvel impérialisme (Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010).

2Rompant avec le mythe du « doux commerce »1, Julien Barbosa montre dans une première section comment les multinationales ont progressivement pris le contrôle du système bancaire et de pans entiers du tissu industriel latino-américain dans un mouvement d’accumulation par dépossession déjà analysé par le chef de file de la Radical Geography David Harvey2. Il insiste par ailleurs sur l’extension du domaine d’action des entreprises transnationales via la « marchandisation du vivant » (p. 59), la bio-piraterie et l’appropriation privée du patrimoine commun de l’humanité.

3La seconde section bat en brèche la doxa néolibéral concernant les bienfaits de la « gouvernance globale ». Aboutissant –bien qu’il ne les mentionne pas– à des conclusions proches de celles de l’anthropologie critique du développement, l’auteur démontre que les plans d’ajustement structurel impulsés par les agences multilatérales de développement tendirent à accompagner le mouvement de contrôle des économies latino-américaines par les grands groupes privés tout en privatisant les mécanismes d’intervention de l’Etat. Afin de rendre compte de la complexité des logiques d’Empire, Julien Barbosa s’interroge à la fois aux phénomènes macro et micro. Il montre ainsi que l’imposition d’un ordre global via de multiples innovations institutionnelles n’a été possible que dans la mesure où des connivences existaient entre les agents sociaux collectifs et individuels de champs politique et économique de plus en plus imbriqués. La privatisation des économies latino-américaines et la restructuration de l’Etat (i. e. la reconfiguration du champ bureaucratique) ont été menées par des élites nationales formées à la doxa néolibérale dans les universités étatsuniennes. L’imposition d’un système de dépendance via la dollarisation, l’accroissement de la dette et les politiques d’ajustement structurel s’est ainsi accompagnée d’une politique d’ajustement culturel tendant à inculquer la vision et division dominante et légitime du monde social des classes dominantes.

4La privatisation et marchandisation généralisées des biens communs n’ont été possibles que dans la mesure où le credo néolibéral du salut par le marché et de la nécessaire et inévitable réforme de la gestion publique étatique ont pu être inculqués ou imposés par la force non seulement aux élites latino-américaines mais aussi au plus grand nombre. De sorte que s’il nous fallait résumer le propos de Julien Barbosa, nous dirions que la nouvelle conquête matérielle des Amériques dites Latines s’est déployée concurremment à la mise en place des dispositifs de la conquête spirituelle. Face à une offensive aussi féroce des agents du néolibéralisme et aux effets sociaux délétères des politiques économiques néolibérales, les groupes et populations paupérisées ne tardèrent bien évidemment à se mobiliser, à revendiquer leurs droits et à proposer des alternatives au modèle de développement dominant.

5Les mouvements sociaux des peuples autochtones et altermondialistes en constituèrent la manifestation la plus visible. C’est ici que s’ouvre la seconde partie de ce parcours à travers les logiques d’Empire en action. Car face à l’effervescence sociale des deux dernières décennies, les agents dominants du nouvel ordre politique et économique néolibéral ont « contre-attaqué ». C’est via la mise en place de dispositifs sécuritaires et répressifs, la mainmise sur les moyens d’information et de communication et l’extension d’un libre-échangisme sous contrôle que les agents hégémoniques ont prétendu créer un univers social, politique et culturel propice au développement –pourtant supposé être naturel– du « doux commerce ». A la dichotomie barbare/civilisé du XIXème siècle s’est alors substituée la nouvelle bipartition du monde entre citoyens-consommateurs d’un côté et archéo-terroristes de l’autre. L’ère du Consensus Post-Washington (seconde moitié des années 1990) s’ouvre en effet sur la redéfinition du rôle de l’Etat qui, délégant son autorité à de nouveaux agents para-étatiques privés ou semi-privés, vise à inculquer une vision entrepreneuriale de la société.

  • 3 On renvoie sur ce point aux travaux de : Etienne Balibar, Guillaume Boccara, Victor Breton Solo de (...)

6C’est aussi dans ce nouveau contexte qu’opère la politique de militarisation de l’Amérique Latine et de criminalisation des demandes des populations marginalisées. On regrettera que l’auteur n’ait pas évoqué les nombreux travaux socio-anthropologiques et philosophiques relatifs à la nouvelle rationalité politique du néolibéralisme ainsi qu’au processus de gouvernementalisation de la société civile3. Ce manque n’enlève toutefois rien à la pertinence de l’analyse relative au rôle central joué par le marketing et la concentration des moyens de communication dans la promotion de la free market democracy. Un nouveau mode de gouvernement qui ne s’épuise pas dans la production d’une démocratie dialogique de marché puisque les appareils sécuritaires et répressifs sont la seconde composante centrale du nouveau diagramme de pouvoir à l’ère du capitalisme différentialiste.

7Bien que l’ouvrage soit fondamentalement consacré aux mécanismes de la domination néolibérale, Julien Barbosa dédie quelques pages aux résistances sociales et politiques à ce nouvel ordre global. Toutefois, selon lui, si « l’Empire vacille et se lézarde », il n’en dispose pas moins d’une grande capacité d’adaptation et de transformation (pp. 179-180).

8Excellente synthèse, rigoureuse et bien documentée qui ne s’adresse pas aux seuls spécialistes et ne sacrifie pas à l’usage consacré d’un style abscons et emprunté, ce livre mérite d’être amplement diffusé. En ne s’enfermant pas dans les débats d’une « communauté » scientifique de plus en plus sourde à l’imagination sociologique émanant des mouvements sociaux non-domestiqués, cet ouvrage reprend pleinement à son compte l’une des vocations du travail critique des intellectuels, à savoir : participer à la dissémination des armes théoriques (et donc politiques) de défense contre la domination matérielle et symbolique.

Top of page

Notes

1 Pour une déconstruction critique du mythe du « doux commerce » on renvoie à l’ouvrage récent de Jacques Sapir, La démondialisation (Paris, Editions du Seuil, 2011).

2 Le nouvel impérialisme (Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010).

3 On renvoie sur ce point aux travaux de : Etienne Balibar, Guillaume Boccara, Victor Breton Solo de Zaldivar, Claudia Briones, Wendy Brown, Arturo Escobar, James Ferguson, Ben Fine, Michael Goldman, Christian Gros, Akhil Gupta, Charles Hale, Fernando Leiva, Tania Li, David Mosse et Julia Paley.

Top of page

References

Electronic reference

Guillaume Boccara, Julien Barbosa, L’Amérique Latine dans la spirale du néo-libéralisme. Logique(s) d’Empire en action, Préface de Jean-Claude Fritz, Editions L’Harmattan, Paris, 2008, 189 p. Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Book reviews and essays, Online since 11 February 2013, connection on 07 December 2021. URL: http://journals.openedition.org/nuevomundo/64881; DOI: https://doi.org/10.4000/nuevomundo.64881

Top of page

About the author

Guillaume Boccara

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search