Navigation – Plan du site
Débats | 2013
Formes nationales du colonialisme tardif dans le Cône sud, 1850/1950 – Coord. Luc Capdevila y Nicolas Richard
Nicolas Richard, Luc Capdevila, Rolf Foerster, Jimena Paz Obregón Iturra et André Ménard

Micro-histoires des nouvelles formes de conquête des territoires indiens. Le versant colonial des projets nationaux dans le cône sud américain, 1850-1960

[15/02/2013]

Notes de l’auteur

Programme ECOS-Sud-CONICYT 2009 – C09H01

Texte intégral

1Au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, l’« expansion territoriale » des États du Cône sud américain – qui se systématise alors – se traduit dans l’annexion d’immenses territoires peuplés par une grande diversité de groupes amérindiens. Restés depuis quatre siècles à l’écart ou en marge – tout en étant connectés – de la sphère des empires ibériques, puis des républiques indépendantes, l’ensemble de ces régions (Patagonie, Araucanie, Terre de Feu, Île de Pâques, Grand Chaco, Amazonie….) passe en quelques décennies sous le contrôle des États, de leurs agents territoriaux ou de leurs partenaires transnationaux. Ce mouvement général est inscrit dans une conjoncture mondiale. Il place ainsi ces populations, désormais désignées comme « indígenas », plus rarement comme « aborígenes », sous un régime de « colonialité » particulier. Différent des formes coloniales qui ont caractérisé pendant les siècles antérieurs les empires ibériques, il se rapproche en ce sens des formes de dominations nouvelles qu’expérimentent les empires coloniaux européens aux XIXe et XXe siècles sur d’autres continents. Il convoque notamment des catégories d’acteurs similaires (armées nationales, sociétés missionnaires transnationales et concurrentes, migrants européens, moyen- et extrême-orientaux), le même type d’industries d’exportation (extractives, élevage extensif…), les nouvelles technologies (train, canonnières, machines à vapeur, armes à répétition). Néanmoins, à la différence des colonialismes européens impériaux, ce nouvel âge colonial en Amérique australe se produit dans un contexte national, y compris l’Île de Pâques qui est considérée par l’État chilien comme partie du territoire national dès avant son annexion en 1888. Les capitales affirment leur souveraineté sur leurs périphéries au titre du droit international, prétendent généralement à l’assimilation des populations nouvellement conquises, et tentent d’organiser un cadre de continuité territoriale. De sorte qu’à la suite de l’ultime conquête, ou conjointement à elle, les États impulsent un processus de « nationalisation » de ces régions et de leurs populations. Dès lors, ce vaste mouvement pose la question des formes coloniales mobilisées par les États sud-américains alors qu’ils travaillent à la construction de leurs espaces nationaux, la dimension régionale de ce processus invitant à la comparaison des formes de ces « colonialismes nationaux ».

2Ces formes varient selon les États. Elles changent également à l’intérieur de chacun d’entre-eux, selon les territoires et les populations concernées. Elles peuvent être orientées vers l’anéantissement et la disparition des populations locales, ou a leur concentration, afin de mettre leur territoire à disposition, notamment lorsqu’ils sont promis à l’élevage extensif ou à la colonisation allogène en Patagonie, en Terre de Feu, ou en Araucanie. Elles peuvent ainsi fixer et enclaver ces populations à travers des dispositifs précis de contrôle social, notamment lorsque s’exprime le besoin d’une force de travail importante, par exemple dans le cadre des industries extractives (caoutchouc, bois, minerais) dans l’Atacama, en Amazonie, dans le Chaco boréal ; dans le cadre également des économies de plantation (sucre, coton) dans le Chaco central, ou dans celui de l’économie estanciera de l’île de Pâques. L’annexion de ces territoires peut se produire sous couvert et comme dissimulée par une guerre internationale de haute intensité, lors de la guerre du Pacifique où le Chili s’opposa à l’alliance de la Bolivie et du Pérou en 1879-1884, ou durant la guerre du Gran Chaco entre la Bolivie et le Paraguay en 1932-1935. Elle peut prendre la forme explicite d’une campagne contre l’Indien lors de la « Conquista del Desierto » entre 1878 et 1885, lors de la « Conquista del Chaco argentino » entre 1870 et 1917, voire lors de la « pacification de l’Araucanie » en 1862-1883. Elle peut être voilée sous les formes civiles d’un pacte (« acuerdo de voluntades ») en 1888 dans l’Île de Pâques. Elle peut aussi s’organiser comme la colonisation d’un territoire « désert », moyennant l’invisibilisation des populations natives. Les dispositifs de contrôle social déployés – missions, « réductions », réserves, « aldeamientos », « colonias » – varient, tout comme les régimes de représentation qui inscrivent ces populations dans l’espace public : cartes postales et photographies, musées ethnographiques, expositions humaines, classifications ethniques, littérature et presse, etc. Ils modèlent les imaginaires sociaux et proposent une lecture graduée et hiérarchisée des mondes indiens, non plus seulement à travers leur classification « scientifique » (constituer des « familles », des « branches », des « ancêtres », des « actuels représentants de »), mais aussi à travers des classifications officieuses et populaires (tel groupe est plus « sauvage » ou « barbare », plus « beau », plus « national » ou plus proche, plus « étranger », plus « paresseux », etc. )

3Néanmoins, ces formes sont en contradiction avec l’horizon égalitariste et unitaire des projets nationaux et républicains. Elles s’organisent de ce fait selon des régimes d’exception : juridique, économique, territorial, civique. Exception historiographique d’abord, car cette violence est racontée comme un « événement ». La violence colonisatrice en est ainsi réduite à un épisode singulier, à un moment « exceptionnel », une « conquête », une « campagne », une « guerre », la violence qui le caractérise étant censée avoir disparu avec lui. Exception territoriale ensuite, car les régions annexées ne sont pas placées sous le même régime légal que le reste de l’espace national. Organisés en tant que « territoires nationaux » en Argentine, comme « territoires de frontière » au Chili, ou comme zones militaires par ailleurs, ces territoires coloniaux échappent de ce fait aux instances républicaines en étant placés directement sous la juridiction du pouvoir central. Exception foncière et économique ensuite, car les populations amérindiennes devenues force de travail ne sont pas libres de circuler dans l’espace national. Elles demeurent souvent la « propriété » des exploitations (plantations, forêts, mines). Exception citoyenne enfin, car ces populations bien que nationalisées et citoyennes de facto dès lors qu’elles sont annexées, en étant assignées dans des réserves ou dans des missions, ou en étant « confiées » à des exploitants (estancieros, compagnies forestières ou minières…) n’ont ni la liberté de se mouvoir librement, ni a fortiori la possibilité d’exercer les droits que l’accès à la citoyenneté est censée leur avoir conférés. Ce processus d’expansion territoriale constitue néanmoins un moment fondateur dans la construction des imaginaires nationaux. C’est ainsi que tout un ordre de discours sur la « race », sur le métissage et l’identité nationale, sur la souveraineté, le territoire et la geste civilisatrice modèle les imaginaires en expulsant l’« indien » vers un temps révolu ou en le repoussant aux marges de l’espace public, et dessine les formes « transitoires », c’est-à-dire exceptionnelles et provisoires, de la nation.

4L’exceptionnalité juridique territoriale et humaine, le dénigrement symbolique et la dépossession matérielle et culturelle de ces populations organisent la dimension coloniale des projets nationaux, ou encore, les formes de « colonialisme national ». C’est précisément ce caractère exceptionnel, qui est dans le prolongement renouvelé de l’exceptionnalité coloniale du régime ancien des « deux républiques », qui constitue le socle des « frontières ethniques » au XXe siècle et le ressort des mobilisations indiennes contemporaines.

5Le dossier propose une démarche micro-historique pour appréhender ce moment particulier des formes nationales de la colonisation des territoires amérindiens entre la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle dans le Cône sud. L’objectif est de travailler au plus près les réalités sensibles des récits qui, généralement sous le couvert d’« épopées nationales » (expansion, guerres, campagnes) ont obscurci l’envergure coloniale de ces événements. Ces approches micro-historiques ouvrent également sur un dialogue entre l’anthropologie et l’histoire. Pour ce faire, ce dossier sur les nouvelles formes de la conquête des territoires indiens du cône sud américain, privilégie trois entrées:

6- La première est celle des catégories sociales qui émergent durant la phase de colonisation proprement dite : élites de circonstances, marges médiatrices, groupes opportunistes, etc. L’entrée biographique pour ce thème est privilégiée. En effet, ce processus met en scène un nouveau type d’acteurs qu’il s’agit de comprendre et de problématiser, à partir d’études fines permettant de suivre leurs trajectoires individuelles, de saisir leurs regards singuliers, voire leurs sensibilités.

7- La seconde est celle des territoires et des territorialités. Il s’agit de travailler sur les régimes d’exception caractéristiques de ces régions annexées, mais aussi d’appréhender le processus de colonisation des espaces, celui de l’oblitération des territoires par la géographie des États et des économies nationales et transnationales, et donc des reconfigurations amérindiennes qui en découlent.

8- Enfin, la troisième entrée est pensée davantage comme un axe réflexif autour des « archives, écriture et enjeux d’histoire ». Elle a pour objectif de repenser les pratiques historiennes en matière de définition des sources, d’élaboration des objets, et des projets d’écriture, afin de penser une histoire régionale de ces contemporanéités croisées au-delà des États.

9In fine, le dossier voudrait, en abordant l’histoire des nouvelles formes de la conquête des terres amérindiennes en Amérique australe à travers des passés singuliers, envisager avant tout le fait colonial comme une expérience humaine, tout en le situant dans des contextes nationaux qui invitent au comparatisme à l’échelle de l’ensemble régional.

Bibliographie indicative

Haut de page

Bibliographie

- Arce, R., Guerra y conflictos sociales. El caso rural boliviano durante la campaña del Chaco, La Paz, CERES, 1987.

- Aubert, C., Les premiers pas du CICR en Amérique latine : La guerre du Chaco (1932-1935), Université de Genève, Facultés des Lettres, juin 2001.

- Baldus, H., Indianerstudien in Nordostlichen Chaco. Forschungen zur Volkerpsychologie und Soziologie. Leipzig, 1931.

- Bandieri, S. (coord.), Cruzando la Cordillera. La frontera argentino-chilena como espacio social, CEHIR-Universidad Nacional del Comahue, 2001.

- Barth, F., Ethnic Groups and Boundries, Long Grove (Illinois), Waveland, 1998.

- Bartolomé, M. A., « Los pobladores del « desierto ». Genocidio, etnocidio y etnogénesis en la Argentina », Les Cahiers ALHIM/Amérique Latine Histoire et Mémoire, n° 10, 2004 (en ligne sur l’Internet).

- Bascopé Julio, J., La colonisation de la Patagonie australe et la Terre de Feu. Sources pour une histoire internationale, 1877-1922, Paris, Thèse EHESS, 2012.

- Belaieff, J., General, « Tabla de identificación de las tribus indígenas del Chaco Paraguayo », Revista de la Sociedad Científica del Paraguay III(6): hors-texte, 1936.

- Bello, Á., Nampülkafe. El viaje de los mapuches de la Araucanía a las pampas argentinas. Territorio, política y cultura en los siglos XIX y XX, Temuco, Universidad de Temuco, 2011.

- Bengoa, J., Historia del pueblo mapuche (siglos XIX y XX), Santiago, Sur, 1985.

- Bengoa, J., La emergencia indígena en América latina, Buenos Aires, Fondo de cultura Económica, 2000.

- Biedermann, W., J. Zanardini, Los indígenas del Paraguay, Asunción, 2001.

- Borras, G., L. Capdevila, N. Richard, I. Combès, C. Boidin, « La guerre du Chaco (1932-1935), creuset national et miroir brisé des sociétés bolivienne et paraguayenne au XXe siècle », in M.-C. Michaud et J. Delhom (dir.), Guerres et identités dans les Amériques, PUR, Rennes, 2010, p. 31-41.

- Bossert, F. and D. Villar, Aproximación al problema de la historia oral entre los chané. Actas del Quinto Congreso Argentino de Americanistas. Buenos Aires, Sociedad Argentina de Americanistas, p. 41-62, 2005.

- Braunstein, J. and E. Miller, Etnohistorical Introduction. Peoples of the Gran Chaco, E. Miller. Connecticut, Bergin & Garvey, 1999, p. 1-22.

- Braunstein, J. y N. Meichtry (ed.), Liderazgo representatividad y control social en el Gran Chaco, Resistencia, Universidad Nacional del Nordeste, 2008.

- Briones, C. (ed.), Cartografías Argentinas. Políticas indigenistas y formaciones provinciales de alteridad, Buenos Aires, Antropofagia, 2005.

- Briones, C., La alteridad del « cuarto mundo ». Una deconstrucción antropológica de la diferencia, Buenos Aires, Ed. del Sol, 1998.

- Capdevila, L., N. Richard et I. Combès “Los indígenas en la Guerra del Chaco. Historia de una ausencia y antropología de un olvido”, in N. Richard (comp.), Mala Guerra. Los indígenas en la Guerra del Chaco (1932-1935), Asunción del Paraguay, ServiLibro/Museo del Barro, 2008, p. 13-65.

- Capdevila L., I. Combes, N. Richard y P. Barbosa, Los hombres transparentes. Indígenas y militares en la guerra del Chaco, 1932-1935, Cochabamba, Instituto de misionología (UCB), col. Scripta Autochtona/Historia Indígena de las Tierras Bajas, 2010, 230 p.

- Casabianca, A.-F., Una guerra desconocida: la campaña del Chaco Boreal (1932-1935), El Lector, 7 vols., Asunción, 1999-2000.

- Chase-Sardi, M., Situación sociocultural, económica, jurídico-política actual de las comunidades indígenas en el Paraguay. Asunción, Paraguay, CIDSEP-Universidad Católica, 1990.

- Chase-Sardi, M. and B. Susnik, Los indios del Paraguay, Madrid, MAPFRE, 1995.

- Colom González, Francisco, Relatos de nación. La construcción de las identidades nacionales en el mundo hispánico, 2 volumes, Madrid, Iberoamericana, 2005.

- Combès, I., Etno-historias del Isoso. Chané y chiriguanos en el Chaco boliviano (siglos XVI a XX), La Paz, PIEB/IFEA, 2005.

- Cordeu, E., A. Fernández, et al., Memorias Etnohistóricas del Gran Chaco. Etnias Toba (Qóm) y Chamacoco (Ishír) [PICT-BID/98 N° 4400]. Buenos Aires, Conicet, 2003.

- Dalla-Corte Caballero, G., Lealtades firmes. Redes de sociabilidad y empresas: la “Carlos Casado S.A” entre la Argentina y el Chaco paraguayo, 1860-1940, Madrid, CESIC, 2009.

- Dalla-Corte Caballero, G., F. Vázquez Recalde, La conquista y ocupación de la frontera del Chaco entre Paraguay y Argentina. Los indígenas tobas y pilagás y el mundo religioso en la Misión Tacaaglé del Río Pilcomayo (1900-1950), Barcelona, Publicacions i Edicions Universidad de Barcelona, 2011.

- Dalla-Corte Caballero, G., Mocovíes, franciscanos y colonos de la zona chaqueña de Santa Fé (1850-2011), Rosario, Prohistoria ediciones, 2012.

- Delrio, W. M., Memorias de expropriación. Sometimiento e incorporación indígena en la Patagonia 1872-1943, Buenos Aires, Universidad nacional de Quilmes, 2005.

- Dávalos, P. (comp.), Pueblos indígenas, estado y democracia, Buenos Aires, CLACSO, 2005.

- Fernández, C. J., La guerra del Chaco, Buenos Aires, Pelligrini, 6 volumes, 1955.

- Foerster, R., Rapa Nui, primeras expediciones europeas, Rapanui Press, Santiago, 2012.

- Foerster, R., S. Montecino, C. Moreno, "Documentos sobre Isla de Pascua (1864-1888)", Biblioteca Fundamentos, Universidad Católica y DIBAM, Nº96, Santiago, 2013.

- García Jordán, P., « Yo soy libre y no indio: soy guarayo ». Para una historia de Guarayos 1790-1948, La Paz, IRD, 2006.

- Gordillo, G., The Bush, the Plantations, and the “Devils”: Culture and Historical Experience in the Argentinean Chaco. Toronto, Tesis de doctorado, University of Toronto, 1999.

- Gros, C., D. Dumoulin, (e.a.), Le multiculturalisme. Un modèle latino-américain ? « au concret », Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2012.

- Gros, C., M.C. Strigler (dir..), Être indien dans les Amériques, Paris, IDA, 2006.

- Grünberg, G. and F. Grünberg, Los Chiriguanos guaraní occidentales del Chaco Central Paraguayo. Asunción, Centro de Estudios Antropológicos de la Universidad Católica, 1975.

- Harder Horst, R. D., The Stroessner Regime and Indigenous Resistance in Paraguay, Gainesville, University Press of Florida, 2007.

- Hartog, F., Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

- Lagos, M., La cuestión indígena en el Estado y la sociedad nacional. Gran Chaco 1870-1920, Jujuy, Universidad nacional de Jujuy, 2000.

- Langer, E. D., “The eastern Andean frontier (Bolivia and Argentina) and Latin American Frontiers: comparative contexts (19th & 20th centuries)”, The Americas, 59:1, 2002, p. 33-63.

- Langer, E. D., E. Muñoz, Contemporary Indigenous Movements in Latin America, Wilmington, Del. Scholarly Resources, 2003.

- Leiva, A., El primer avance a la Araucanía, Angol 1862, Temuco, Ediciones de la Universidad de la Frontera, 1984.

- Lucaioli, C. P., L. R. Nacuzzi (comps.), Fronteras. Espacios de interacción en las tierras bajas del sur de América del sur, Buenos Aires, Publicaciones de la Sociedad Argentina de Antropología, 2010.

- Menard Poupin, A., Pour une lecture de Manuel Aburto Panguilef (1887-1952). Écriture, délire et politique en Araucanie post-réductionnelle, Thèse EHESS, Paris, 2007.

- Menard Poupin, A., J. Pavez Ojeda, Mapuche y Anglicanos. Vestigios fotográficos de la Misión Araucana de Kepe, 1896-1908, Santiago, Ocho Libros editores (colección de Documentos para la Historia Mapuche), 2007.

- Mandrini, R. J., C. D. Paz, (comp.), Las fronteras hispanocriollas del mundo indígena latinoamericano en los siglos XVIII-XIX. Un estudio comparativo (comp.), Neuquén / Bahía Blanca / Tandil, Univ. Nac. del Comahue / Univ. Nac. del Sur / Univ. Nac. del Centro de la Prov. de Buenos Aires, 2003.

- Métraux, A., "Ethnography of the Chaco." Handbook of south American Indians, LIX(1), 1946, p. 197-370.

- Nordenskjold, E., « La vie des Indiens dans le Chaco », Revue de Géographie 6, 1912.

- Obregón Iturra, J., L. Capdevila et Nicolas Richard (dir.), Les indiens des frontières coloniales. Amérique australe, XVIe siècle/temps présent, Rennes, PUR, 2011.

- Pavez, J., Cartas Mapuche, Siglo XIX, Santiago, Ocho Libros-Colibris y Universidad de Chile, 2008.

- Pinto Rodríguez, J. (ed.), Araucanía y Pampas : Un mundo fronterizo en América del Sur, Temuco, Ediciones Universidad de la Frontera, 1996.

- Pinto Rodríguez, J., La formación del Estado, la nación y el pueblo mapuche. De la inclusión a la exclusión, Santiago, Ediciones DIBAM, 2000.

- Querejazu Calvo, R., Masamaclay, La Paz, Burillo, 1965.

- Quijada, M., « Ancêtres, citoyens, pièces de musée : anthropologie et construction nationale en Argentine (seconde moitié du XIXe siècle), dans A. Lempérière, G. Lomné, F. Martinez, D. Rolland, L’Amérique latine et les modèles européens, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 243-274.

- Quijada, M. (ed.), De los cacicazgos a la ciudadanía. Sistemas políticos en la frontera, Río de la Plata, siglos XVIII-XX, Berlin, Gebr. Mann Verlag/Ibero-Amerikanisches Institut Preuβischer Kulturbesitz, serie Estudios Indiana, 2011, 388 p.

- Radding, C., Landscapes of Power and Identity. Comparative Histories in the Sonoran Desert and the Forests of Amazonia from Colony to Republic, Durham, Duke University Press, 2005.

- Richard, N., L. Capdevila, C. Boidin (e.a.), Les guerres du Paraguay aux XIXe et XXe siècles, Paris, CoLibris, 2007.

- Richard, N. (comp.), Mala Guerra. Los indígenas en la Guerra del Chaco (1932-1935), Asunción del Paraguay, ServiLibro/Museo del Barro, 2008.

- Riester, J., Iyambae - Ser Libre La Guerra del Chaco 1932-35. Textos bilingües (Edición Electrónica en CD), Santa Cruz de la Sierra, Apcob, 2005.

- Rossignol, Jacques, Chilenos y mapuches a mediados del siglo XIX. Estudios históricos. Compilación de R. Guerrero, Concepción, Ediciones Universidad del Bío-Bío, 2007.- Salomon, F., S. B. Schwartz (ed.), The Cambridge History of the Native Peoples of the Américas, vol.III South America part 2, Cambridge, CUP, 1999.

- Samaniego Mesías A., C. Ruiz Rodríguez, Mentalidades y políticas wingka. Pueblo mapuche, entre golpe y golpe (de Ibañez a Pinochet), Madrid, CESIC, 2007.

- Scheina, R. L., Latin America’s Wars, 1791-1899/1900-2001, 2 tomes, Washinton, Brassey’s, 2003.

- Schuchard, B., "The Chaco War: An Account from a Bolivian Guarani." Latin American Indian Literatures 5(2), 1981, p. 47-58.

- Seiferheld, A. M., Economía y petróleo durante la guerra del Chaco, Asunción, El Lector, 1983.

- Siffredi, A., A. Santini, "Movimiento, relocalización y experiencia. Una aproximación a la historia oral de los nivaclé septentrionales en los últimos sesenta años." Memoria Americana 2, 1993, p. 1-29.

- Susnik, B., Chamacocos I: Cambio Cultural. Asunción, Paraguay, Museo Etnográfico Andrés Barbero, 1969.

- Teruel, A., Misiones, economía y sociedad. La frontera chaqueña del Noroeste Argentino en el siglo XIX, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes Editorial, 2005.

- Trinchero, H., Los dominios del demonio. Buenos Aires, Eudeba, 2000.

- Van Cott, D. L. (e.a.), Indigenous People and Democracy in Latin America, New York St. Martin’s Press, 1994.

- Vezub, J. E., Valentín Saygüeque y la Gobernación Indígena de las Manzanas. Poder y etnicidad en la Patagonia septentrional (1860-1881), Buenos Aires, Prometeo’, 2009, 339 p.

- Verniory, G., Dix années en Araucanie, 1889-1899, Paris, CoLibris/Musée du Quai Branly, 2012, 767 p.

- Villar, D., "Indios, blancos y perros", Anthropos 100(2), 2005, p. 495-506.

- Williams, F., Entre el desierto y el jardín. Viaje, literatura y paisaje en la colonia galesa de la Patagonia, Buenos Aires, Prometeo, 2010.

- Zook, D. H., La conducción de la guerra del Chaco, Buenos Aires, Policarpo Artaza, 1962, 463 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Richard, Luc Capdevila, Rolf Foerster, Jimena Paz Obregón Iturra et André Ménard, « Micro-histoires des nouvelles formes de conquête des territoires indiens. Le versant colonial des projets nationaux dans le cône sud américain, 1850-1960 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 23 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65022 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65022

Haut de page

Auteurs

Nicolas Richard

CERHIO UMR 6258/CNRS (équipe Chacal)

Articles du même auteur

Luc Capdevila

CERHIO UMR 6258 (équipe Chacal)

Articles du même auteur

Rolf Foerster

Universidad de Chile

Articles du même auteur

Jimena Paz Obregón Iturra

CERHIO UMR 6258/IEP-Sciences-Po-Rennes (équipe Chacal)

Articles du même auteur

André Ménard

Universidad de Chile

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page