Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
Usos y denominaciones de las lenguas generales en la época colonial
Luis Filipe Thomaz

Les langues et la communication dans le Mare Luso-Indicum

[15/02/2013]

Texte intégral

1En arrivant dans l'Océan Indien, à la fin du XVe siècle, les Portugais se sont surtout servis de l'arabe pour communiquer avec les autorités qu'ils rencontrèrent. À la faveur de la proximité entre le Portugal et le Maroc et, surtout, de l'occupation par les Portugais de quelques places fortes sur la côte marocaine, maints Portugais le parlaient. Puis ils découvrirent que la langue de culture de l'Inde musulmane était le persan plutôt que l'arabe, et quelques Portugais s'y mirent assez vite, ce qui facilita les contacts diplomatiques dans l'Inde et même au-delà d'elle. À Goa il y eut une sorte de grand dragoman de l'État Portugais de l'Inde, chargé de recevoir les ambassadeurs des potentats orientaux et de rédiger la version persane des traités qui furent signés avec eux. C'est pour cela que le portugais s'enrichit de nombre d'emprunts au persan. En Asie du Sud-Est la langue de commerce était, à ce qu'il semble depuis le VIIe siècle, le malais, utilisé jusqu'aux côtes de la Chine; c'est pourquoi, en portugais et, puis, dans la plupart des langues européennes, les noms par exemple des poids et mesures en usage en Chine sont des noms malais et non pas chinois. Puis, graduellement, le portugais se répandit dans tout l'Océan Indien et devint lui aussi une langue véhiculaire. C'est à cause de son usage en concomitance avec le malais que les deux langues s'enrichirent mutuellement d'emprunts dont le nombre dépasse les deux centaines. Au XVIIe siècle le portugais devint la principale langue de communication des Européens, entretemps arrivés en Orient avec les populations locales, et plusieurs traités entre les Anglais, les Hollandais, etc., et des potentats locaux sont rédigés en portugais. D'autres langues jouèrent un rôle plus effacé comme langues véhiculaires, comme le swahili, sur la côte orientale africaine et le tétun à Timor.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luis Filipe Thomaz, « Les langues et la communication dans le Mare Luso-Indicum », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65059 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65059

Haut de page

Auteur

Luis Filipe Thomaz

Luis Filipe Thomas (Instituto de Estudos Orientais da Universidade Católica Portuguesa)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page