Navigation – Plan du site
Clara Chevalier

Ann Laura Stoler, Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, Princeton University Press, 2009, 314 p.

[12/04/2013]

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une approche renouvelée des archives coloniales qui remet en question certaines idées fondamentales sur la nature des empires coloniaux. À contre-courant de la « fiction » d'un État colonial omniscient, la lecture des sources que met en œuvre l'historienne et anthropologue états-unienne Ann Stoler révèle, en s'appuyant sur le cas des Indes néerlandaises des années 1830 à 1930, une gouvernance coloniale fondée sur des savoirs lacunaires, dominée par l'incertitude et préoccupée par la production et le maintien de classifications sociales qui doivent assurer sa viabilité.

  • 1 Le genre étant entendu comme une catégorie d'analyse permettant de mettre en lumière des rapports d (...)
  • 2 Notamment dans « Tense and Tender Ties: The Politics of Comparison in North American History and (P (...)
  • 3 F. Cooper, A. Stoler (dir.), « Beetween Metropole and Colony. Rethinking a Research Agenda », in Te (...)

2Cette étude s'inscrit dans la continuité d'une réflexion engagée par A. Stoler depuis les années 1980 sur les mécanismes du pouvoir colonial, notamment dans une perspective foucaldienne. L'auteure envisage le contrôle des corps, des comportements, des sexualités, comme des instruments de production et de reproduction des distinctions sociales et raciales dans un cadre colonial où le genre structure la racialisation1. Ce volume apparaît à la fois comme une étape dans la pensée d'A. Stoler et comme l'aboutissement et la synthèse de plusieurs de ses travaux antérieurs, dans la mesure où y sont redéployés des analyses et des objets parfois déjà évoqués dans d'autres recherches2. Les lignes directrices de cet ouvrage correspondent aux orientations formulées dans « Beetween Metropole and Colony. Rethinking a Research Agenda », texte à caractère programmatique qui introduit le livre codirigé en 1997 avec Frederick Cooper3. Ce texte affirmait notamment la nécessité d'envisager la métropole et les colonies qui en dépendent comme une unité d'analyse, d'examiner les relations entre les différents empires coloniaux, et de s'attacher à comprendre les mécanismes de reproduction de la société coloniale.

3La réflexion d'A. Stoler s'articule en trois temps : les deux premiers chapitres, consacrés à la question des archives, correspondent à la mise en place du cadre d'analyse. Ils posent des jalons théoriques pour la suite du propos, tout en évoquant les exemples qui sont appelés à être développés dans deux parties en apparence très différentes par les objets qu'elles examinent. Il s'agit de situations où les tentatives coloniales de contrôle des affects et de catégorisation sociale sont mises à mal. Dans ce qui constitue à proprement parler une première partie, l'auteure s'attache à la problématique de la gestion par le régime colonial des sentiments des agents de l'administration ainsi que de ceux de groupes sociaux –les métis et les Blancs pauvres– dont l'existence même, entre et hors des classifications sociales, représente une menace pour l'ordre colonial. Lors d'un meeting organisé en mai 1848, les agents de l'empire dérogent ainsi aux sentiments qui sont attendus d'eux en faisant primer leurs sentiments paternels sur les affects qui sont au contraire censés les attacher à la métropole. Par ailleurs, les enfants métis sont l'objet de projets de réformes visant à les éduquer à l'attachement à l'empire et à les maintenir dans la position sociale qui leur est réservée. A. Stoler examine enfin les mécanismes de deux commissions d'enquête sur les Blancs paupérisés, qui eux aussi brouillent les frontières entre classe et race. La dernière partie de l'ouvrage s'appuie sur le cas d'un agent de l'État déchu, Frans Carl Valck, vu successivement du point de vue des archives coloniales puis à travers des archives familiales. Chargé de superviser une région de plantations, il est confronté à la gestion d'une attaque meurtrière dirigée contre une famille de planteurs, en 1876. Valck produit alors un avis sur la situation qui, contredisant le sens commun colonial, ne correspond pas aux attentes de ses supérieurs, puisqu'il met en cause ce planteur : il s'agit à son avis d'une vengeance perpétrée contre celui-ci, coupable de violences envers ses employés. Les récits produits sur les événements et leur réception mettent en évidence des processus de construction d'un savoir instable, fondé sur des récits contradictoires et des compréhensions partielles des situations, et qui peut s'en remettre à la rumeur. Il s'agit pour l'auteure de rendre à ces discours coloniaux toute leur historicité en décelant ce qui pour les Européens relève à un moment donné du plausible, ce qui peut être conçu, mais aussi ce qu'ils refusent d'entendre. Un ultime chapitre est consacré à la correspondance de Valck avec sa fille et à la nature des relations, déterminées par le cadre colonial, qu'il tente d'entretenir avec elle tout au long de sa vie d'expatrié.

4Cet ouvrage est l'occasion pour A. Stoler de faire le point sur une série de remises en cause fondamentales pour le champ des études coloniales et d'en proposer de nouvelles. Sans prétendre aucunement rendre compte de l'ensemble de ce livre particulièrement dense, je me propose de restituer une partie de la démarche de l'auteure en me focalisant sur les deux premiers temps de l'ouvrage, à travers l'examen de sa méthode, puis des apports théoriques de ce travail.

I. Along the archival grain : une approche renouvelée des archives

  • 4 A. Stoler, Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, Prin (...)

5A. Stoler s'appuie principalement sur les archives du Ministère néerlandais des Colonies. Elle explicite les conditions de production de ces archives et en présente une typologie4. Elle rappelle que tout travail sur des archives suppose de connaître le fonctionnement de l'institution qui les produit, en l'occurrence l'organisation de l'administration coloniale, ainsi que le « sens commun » fluctuant, jamais définitivement fixé, qui guide ses préoccupations, et dont l'étude se situe précisément au cœur de l'ouvrage.

  • 5 Carlo Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Seuil, 2003.
  • 6 Walter Benjamin, « Sur le concept d'histoire », œuvres, t. II, Paris, Denoël, 1972 (Thèse VII).
  • 7 « (…) the archive's granular rather than seamless texture ». A. Stoler, Along the Archival…, op. ci (...)
  • 8 « (…) to explore the grain with care and read along it first ». Ibid., p. 50.
  • 9 A. Stoler cite ici le travail de Michel-Rolph Trouillot. Ibid., p. 48.
  • 10 Ibid., p. 35
  • 11 Ibid., en particulier p. 56 et 104.

6Le projet méthodologique d'A. Stoler, tel qu'affiché dans le titre même du livre, prend en apparence le contre-pied de l'approche historiographique qui préconise de lire l'archive à « contre-sens » – against the grain –, à l'instar de Carlo Ginzburg qui défend la valeur interprétative de l'étude des documents « à rebours des intentions de ceux qui les ont produits »5. A. Stoler propose d'adopter la démarche inverse, d'aller dans le sens – along the grain – des archives et des intentions qui ont présidé à leur production. Au-delà de cette divergence méthodologique, les deux démarches poursuivent en fait un même objectif, hérité de la philosophie de l'histoire de Walter Benjamin6. Celui-ci a affirmé la nécessité de lire et d'écrire, de « brosser » l'histoire « à rebrousse-poil », c'est-à-dire du point de vue des vaincus, contre le courant interprétatif dominant qui ne laisse entrevoir qu'une synthèse sélective de l'histoire, contre un processus de transmission qui invisibilise les expériences des vaincus en fabriquant une continuité factice. A. Stoler n'envisage pas pour autant que l'archive ne relève pas d'un dispositif de pouvoir : au contraire, aller « dans le sens de l'archive » revient à s'attacher aux conflits qui s'y sont inscrits, à y rechercher des reliefs plutôt qu'une texture continue7. Si l'auteure reste au plus près de l'archive8, c'est pour n'y pas plaquer des présupposés culturels : puisque l'écriture de l'histoire se fonde sur des compréhensions antérieures, il s'agit de s'en déprendre9. Ce point de vue permet de mettre en lumière l'incertitude fondamentale qui préside à la création de taxonomies par les régimes coloniaux, en retraçant les « étymologies sociales »10 de catégories dont la définition comme le contenu sont flous, et susceptibles d'évoluer : ces catégories sont tour à tour imposées puis abandonnées au gré des rapports de force. Ceci est notamment mis en évidence au moyen de reproductions de documents d'archive aussi saisissantes qu'éclairantes : A. Stoler nous invite alors à observer, avant même de lire, ce que disent la matérialité et la forme des documents. Ainsi les lignes biffées, les ratures et surcharges qui couvrent les brouillons de plusieurs textes traduisent-elles les hésitations, les tâtonnements et le malaise qu'éprouvent les administrateurs à identifier, nommer, et catégoriser11.

  • 12 Ibid., p. 44.
  • 13 « Ethnography in the Archives ». Ibid., p. 31-35.
  • 14 Ibid., p. 4.
  • 15 Ibid., p. 20.

7L'« archival turn » opéré en anthropologie dans les années 1980 rend possible cette posture vis-à-vis des sources12. Les sources écrites –qui ne constituent a priori pas un objet privilégié de cette discipline– deviennent alors un objet d'étude en elles-mêmes, et doivent être examinées d'un point de vue anthropologique. A. Stoler entreprend alors d'appliquer les méthodes de l'ethnographie aux sources textuelles13. Cette étude de l'écrit se double d'une attention à ce qui n'est pas écrit, à ce qui relève de l'implicite et du sens commun. Celui-ci détermine la construction des ontologies coloniales, assignées et constamment reformulées. Elles ne sont en effet pas fixées une fois pour toutes, en dépit d'efforts de stabilisation non seulement visibles dans les archives, mais aussi construits par les sources à travers les « pratiques épistémiques » et les conventions sur lesquelles est fondée la production des archives par les agents de l'administration coloniale14. A. Stoler va en effet au-delà de l'« archival turn », en envisageant les archives autant comme objet que comme processus15. Son ethnographie des archives coloniales s'attache aux relations de pouvoir, lesquelles président au processus de production de ces documents, et qui sont aussi visibles dans leurs formes. C'est à l'aune de l'imaginaire du gouvernement colonial que sont conçus des projets de réformes sociales, pensés comme relevant plausiblement de ce qui pourrait être. Ces représentations sont moins visibles dans le contenu des archives que dans les formes qu'elles prennent. Ces « archival forms » –qui renvoient aux styles employés, aux répétitions, et donc aux techniques de persuasion– mettent en évidence des pratiques et des principes de gouvernance.

8L'espace ethnographique identifié par A. Stoler dans les archives correspond au décalage entre prescriptions et pratiques. Ces écarts par rapport aux normes constituent précisément l'objet de l'ouvrage. Un tel regard sur les archives amène en effet A. Stoler à traiter de non-événements, c'est-à-dire d'événements qui n'ont existé ni de façon concrète, ni dans l'historiographie, et qui existent à l'heure actuelle uniquement dans les archives. Les historiens se sont désintéressés des projets non réalisés et des événements considérés comme mineurs qu'étudie A. Stoler tout au long de son ouvrage. Selon elle, ce ne sont plus seulement les faits constatés qui importent, mais également ce qui aurait pu être, ce qui a été pensé comme étant de l'ordre du possible, ce qui a été longuement débattu et donc considéré comme important à un moment donné. Ces événements non advenus n'appartiennent pas seulement au domaine des idées, car l'inquiétude qui anime ces débats est bien réelle, et représentative de l'état d'esprit des agents de l'État que l'auteure cherche à mettre en évidence.

9Grâce à la méthode mise en œuvre par A. Stoler, il apparaît que ce sont moins les sources en elles-mêmes qui sont « biaisées » que le regard que l'on peut porter sur elles.

II. Construction et reproduction de l'ordre colonial

10La lecture des archives que propose A. Stoler met en évidence le fait que les États coloniaux, loin d'être omnipotents et omniscients, sont au contraire emplis d'inquiétudes quant au respect des frontières sociales, elles-mêmes incertaines, qu'ils tentent d'établir. Ne pouvant être imposées par la coercition, ces distinctions sociales doivent être maintenues par une éducation des aspirations et des dispositions affectives des Européens vivant aux colonies aussi bien que des populations colonisées. Cette approche permet de remettre en question certaines des thèses qui ont guidé les études coloniales, en plaçant la question des sentiments au centre du dispositif de pouvoir et en discutant l'adéquation entre savoir et pouvoir, ainsi que la nature de ce savoir.

1. Les savoirs incertains du régime colonial

  • 16 Traités, respectivement, aux chapitres 3 et 6.
  • 17 Ibid., p. 185.
  • 18 « Valck's  common sense  is not that of others ». Ibid., p. 216.

11Les inquiétudes visibles dans les archives coloniales sont nourries par le savoir instable sur lequel se fondent les administrateurs coloniaux. Comme le montrent les exemples du rassemblement de 1848 et du meurtre de la famille du planteur Luhmann à Deli16, il est difficile, à tous les niveaux du gouvernement colonial, d'avoir une idée précise des causes et du déroulement d'événements considérés comme porteurs d'une menace pour l'ordre colonial. Ils font l'objet de récits contradictoires qui se fondent sur des connaissances lacunaires. On met beaucoup de temps à en démêler les causes plausibles –s'agissant de 1848, une pensée libérale ou la contagion des événements politiques européens–, et à identifier qui est en cause –des pères respectables ou une population moins bien définie de métis. La réception de ces enquêtes partielles constitue un second niveau d'interprétation des événements, qui sont lus aux échelons supérieurs de la hiérarchie administrative en fonction d'une échelle du crédible qui détermine a priori, à l'aune du sens commun colonial, ce qui est ou non recevable et plausible. La lecture des événements de Deli proposée par Valck constitue ainsi une exception, en ceci qu'elle échappe à ces « conventions de crédibilité »17 et contredit –donc menace d'invalider– des représentations largement partagées par les administrateurs18. Valck butte sur les catégories qui déterminent le crédible, sur un cadre interprétatif qui ne permet pas de rendre compte de l'événement dans sa complexité.

12Si les États coloniaux ne sont pas omniscients, ils ont encore moins le pouvoir d'imposer par la force les distinctions sociales sur lesquelles ils reposent. Contre l'idée que la colonisation au XIXe siècle correspond à un programme d'universalisation de la raison, A. Stoler met en avant le rôle de la gestion des sentiments des populations dans l'incorporation des normes.

2. La gestion coloniale des sensibilités

  • 19 Ibid., p. 57-58.

13Le parti pris méthodologique d'A. Stoler permet de remettre en cause l'idée de la rationalité comme fondement politique des régimes coloniaux et de leurs pratiques de pouvoir pour mettre en avant le rôle prépondérant des sentiments, omniprésents dans les archives mais marginalisés dans l'historiographie19. En s'appuyant sur sa lecture des archives, A. Stoler défend l'idée selon laquelle ce qui semble opposé à la raison, c'est-à-dire les affects et la question de leur distribution, est au cœur de la gouvernance coloniale :

  • 20 Ibid., p. 59.

« the “ political rationalities  of Dutch colonial authority (…) were grounded in the management of such affective states, in assessing both appropriate sentiments and those that threatened to fly “ out of control  »20.

  • 21 Pour l'historienne Sophie Wahnich, cette rupture peut être située précisément dans le temps. Elle c (...)
  • 22 A. Stoler, Along the Archival…, op. cit., p. 72.

14Les sentiments relèvent du domaine du politique, qui est alors lui-même à redéfinir : dans une telle configuration, la distinction entre une sphère publique de la rationalité et un espace privé du sentiment ne fonctionne plus. C'est précisément dans l'intime que se joue une régulation éminemment politique des corps et des affects. La disjonction entre affects et raison doit être historicisée : en effet, politique et sentiments étaient étroitement liés aux XVIIe et XVIIIe siècles21. Reconstruire a posteriori une continuité entre les Lumières et un XIXe siècle qui correspondrait à la « suprématie de la raison » revient à occulter l'idée que le XVIIIe siècle correspond autant à l'« âge de la raison » qu'à celui du sentiment –pensons à la raison sensible, chevillée aux émotions. Agir vertueusement revient bien à suivre son inclinaison vertueuse et non à aller contre elle : dans cette configuration, affects et action vont dans la même direction22.

  • 23 Ibid., p. 40.
  • 24 Ibid., p. 67.
  • 25 « The force of rule lies in producing affiliations, loyalties, and allegiances among empire's own a (...)

15L'« économie émotionnelle » de l'empire, qui crée les réalités qu'en apparence il ne fait que décrire, est donc une question centrale, à laquelle les archives participent23. Si la raison est ancrée dans les sensibilités, si les sentiments déterminent des jugements et des interprétations du monde politique et social, le contrôle des sentiments doit être une question d'État. Préoccupé par sa mission moralisatrice24, le régime colonial néerlandais a pleinement intérêt à avoir une prise sur les sentiments des « indigènes », mais aussi sur ceux de ses agents, qui doivent correspondre à des « standards émotionnels »25.

  • 26 « (…) produce sensibilities that were fitting, aspirations that were appropriate, dispositions that (...)

16La gestion des sentiments doit permettre de créer parmi les Européens un attachement à l'empire et à la métropole, mais aussi de distinguer et de hiérarchiser les groupes sociaux en leur assignant des états émotifs, alors racialisés. L'appartenance raciale se mesure également à l'aune de dispositions morales qui répondent à une construction politique et qu'il s'agit de rendre évidentes pour certains et inaccessibles à d'autres. Ces idées déterminent des choix politiques et des projets de réformes qui visent à mettre en place les conditions requises pour produire les sensibilités, les aspirations, et les dispositions appropriées qui en retour confirmeront les distinctions sociales26.

  • 27 « (…) political force of affects ». Ibid., p. 93.

17On peut ici prendre l'exemple du meeting de 1848, évoqué plus haut, comme témoin de l'importance accordée par l'administration coloniale aux sentiments, à plus forte raison lorsqu'ils vont à l'encontre des intentions gouvernementales. Cet événement montre également que les politiques éducatives qui visent à créer un groupe attaché à la métropole et à maintenir les distinctions raciales peuvent rencontrer des résistances de l'intérieur, qui sont alors perçues comme une menace et une trahison. Ce rassemblement s'érige contre un décret réservant le monopole de certains postes administratifs aux seuls Néerlandais nés en Indonésie qui auraient étudié en métropole. Le meeting, initié par des pères respectables, n'est d'abord pas considéré comme politique par le Gouverneur Général. Cependant, les sentiments qui les animent sont au contraire vus comme particulièrement dangereux par sa hiérarchie car ils motivent des buts politiques27. Les politiques éducatives envers les fils des colons ont pour but d'éviter le développement parmi eux d'un sentiment fort d'appartenance à Java, dont ils sont natifs. Cette anxiété pose la question de la définition des catégories, avec laquelle se débat l'administration coloniale, car un individu qui n'a jamais connu la métropole demeure-t-il un Européen ?

3. Des sentiments étroitement liés aux distinctions sociales

  • 28 Ibid., p. 40.

« Being a taxonomic state meant more than setting out categories; it meant producing and harnessing those sentiments that would make sense of these distinctions and make them work »28.

  • 29 Ibid., p. 101.

18La notion d'« État taxonomique », qui crée des catégories sociales et raciales, présuppose en effet la mise en place d'institutions capables d'éduquer et d'encadrer les sentiments des groupes sociaux en question, a fortiori s'ils sont perçus comme une menace, à l'instar des métis ou des Blancs pauvres. Assigner des sentiments à des catégories sociales est un moyen de différencier et de faire accepter les frontières raciales, de créer et consolider les distinctions sociales. Il s'agit par exemple de faire en sorte que les métis n'aspirent pas aux privilèges des Européens, de construire l'auto-régulation des comportements et les dispositions à la race et à l'empire comme une « seconde nature »29.

  • 30 Ibid., p. 37.

19Vis-à-vis de la menace représentée par les individus qui ne correspondent pas aux catégories sociales coloniales, le projet réformateur se heurte aux savoirs incertains sur lesquels celles-ci sont fondées, au caractère flou des définitions de groupes comme les « Inlandsche kinderen », qu'on sait à peine nommer, et encore moins dénombrer. Le terme, vague, peut, à différents moments, désigner les Européens nés à la colonie, les métis, ou les Blancs pauvres, avant de disparaître au début du XXe siècle avec le renforcement de la codification des distinctions raciales30.

  • 31 Ibid., p. 124.

20La question des métis se pose de façon accrue dans le cadre des tentatives de modernisation des colonies. Les idées de réformes quant au sort à réserver à ces enfants se succèdent, parmi lesquelles la création d'une classe d'artisans ou d'ouvriers, c'est-à-dire de techniciens subordonnés, au service d'une élite coloniale qu'ils ne doivent pas aspirer à imiter31. Il s'agit moins de former à un travail que d'inspirer le désir de l'accomplir, or cette posture rencontre des résistances, mises sur le compte des dispositions affectives des individus. Ces propositions de réformes ne permettent pas d'éluder la question des critères sur la base desquels sont définis les groupes sociaux, or dans le cas de ces métis, les frontières de classe et de race se brouillent, ce qui porte à conséquence sur le contenu de l'éducation qui doit leur être délivrée. Doit-elle être théorique ou pratique ? Peut-on destiner à un travail manuel des individus qui se pensent comme Blancs sans mettre en péril les distinctions raciales ? L'accès à une formation théorique est quant à elle jugée porteuse d'un danger politique. L'enjeu de ces débats et la source de ces appréhensions portent sur la sensibilité politique qui correspond au statut à donner aux métis. La peur inspirée par la menace dont ce groupe semble porteur scelle l'échec des tentatives de réformes, qui iront jusqu'au projet d'une colonie agricole sur le modèle de Mettray.

  • 32 Ibid., p. 150.
  • 33 Ibid., p. 163.

21La question de la paupérisation d'une frange d'Européens soulève des peurs similaires. Deux commissions d'enquête –les « Indies European Pauperism Commissions »– sont constituées en 1872 et 1901 pour examiner ce problème, et débouchent sur des propositions qui n'aboutiront pas davantage. Il y a en effet un intérêt à maintenir à la manière d'un garde-fou cette frange de la population négligée par l'État et fabriquée par la différenciation sociale32. L'enjeu, là encore, concerne moins la question de la classe que celle de la race : la seconde commission enquête au moyen de questionnaires exhaustifs à destination des Blancs pauvres, de manière à déterminer si leurs conditions et leur style de vie les rapprochent plus des Européens ou des indigènes. La définition de la pauvreté est produite à l'aune du rang que devrait tenir un Européen dans une société indigène33. Les conclusions de la commission vont donc dans le sens d'un refus de reconnaître la pauvreté : il n'existe pas de Blancs pauvres, c'est-à-dire qu'en contexte colonial les pauvres ne peuvent être véritablement des Blancs.

  • 34 Ibid., p. 158.

22Productrices de catégories sociales et porteuses d'une autorité morale, ces commissions participent à l'essentialisation des groupes sociaux qu'elles étudient. Elles révèlent également le caractère précaire des catégories coloniales, dans la mesure où la catégorie des Européens pauvres, en définitive, ne fonctionne pas. Avec ou sans enquête sérieuse, les commissions ne parviennent pas réellement à les dénombrer, ne consultent pas les personnes directement concernées et se heurtent à des résistances. En conséquence, leurs écrits ne peuvent que reproduire le sens commun sur la race et le nourrir en l'actualisant, d'autant plus que la seconde commission réorganise également le savoir, reconstruit l'histoire en faisant apparaître les caractéristiques raciales comme durables34.

  • 35 Ibid., p. 132.

23L'importance accordée aux groupes situés dans les interstices qui subsistent entre les catégories sociales coloniales semble en apparence disproportionnée au regard du nombre d'individus concernés. Elle révèle d'autant plus les peurs et les enjeux qui traversent la société coloniale. Les solutions envisagées pour répondre à ces angoisses se nourrissent de propositions européennes mais aussi de comparaisons établies avec d'autres empires coloniaux : des commissions d'enquête sur la paupérisation des Blancs existent également aux États-Unis et en Afrique du Sud à partir de la fin du XIXe siècle, de même les projets de colonies agricoles concernent également la politique algérienne de l'empire français35.

24A. Stoler étudie, en se fondant sur l'idée d'un pouvoir ramifié, les modalités d'une gestion des sentiments qui permet la reproduction des normes coloniales. En l'absence de moyens de coercition efficaces, ces normes maintiennent les distinctions raciales et donc l'empire. C'est le problème du gouvernement colonial et la cause de ses inquiétudes, palpables dans les archives. Réaffirmer constamment ces distinctions, souvent inadéquates, pour les faire fonctionner revient à accorder beaucoup d'importance à des groupes considérés comme menaçants et à se heurter à des résistances.

25Tout au long de cet ouvrage, A. Stoler analyse la formation historique et politique du sens commun qui fait la substance de la gouvernance coloniale, les grilles d'intelligibilité qui rendent les conventions acceptables et des dispositions sensibles qui les créent. En mettant en évidence la complexité des strates de la société coloniale, qui comprend des métis, des Européens nés en métropole ou aux Indes, A. Stoler réaffirme l'inopportunité d'une analyse qui en resterait à distinguer uniquement les colonisateurs des colonisés et souligne le fait que le système colonial les implique tous.

  • 36 Simona Cerutti, « À rebrousse-poil : dialogue sur la méthode », Critique, 2011, n° 769-770, p. 56 (...)
  • 37 Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Par (...)

26C'est au fonctionnement des empires coloniaux qu'A. Stoler s'intéresse en premier lieu. Traiter uniquement de la société coloniale et de ses rapports à la métropole –et des « indigènes » mais seulement du point de vue de ces archives– revient à prendre acte du fait que ces sources sont produites par et pour l'administration coloniale. En l'absence d'archives produites par les vaincu-e-s, cela revient-il à renoncer à la possibilité d'étudier les sociétés colonisées à partir de ces archives coloniales ? Que faire en l'absence d'écrits provenant des « indigènes », mis à part travailler sur les discours tenus sur eux ? Là n'est pas l'objet d'A. Stoler, qui nous confirme qu'il n'est plus question de penser en termes de « biais » des sources. Il est possible de comprendre ce positionnement, pour peu que l'on interroge le point de vue dont elles sont porteuses ainsi que sa construction, dont A. Stoler nous dévoile la profonde complexité. Il s'agit maintenant de remettre l'archive –vue comme objet, figée– en mouvement, de révéler, à l'instar des travaux de Simona Cerutti, l'« intentionnalité » qui a présidé à sa production, d'historiciser les catégories qu'elle fait apparaître36. D'autres travaux vont dans ce sens, parmi lesquels ceux d'Elsa Dorlin sur le discours médical, ou d'Emmanuelle Saada, qui, en se plaçant opportunément sur le terrain du droit, interroge les catégories du droit colonial français et leurs effets en termes de statuts juridiques, d'inclusion et d'exclusion37.

27A. Stoler nous démontre –et c'est là encore la puissance de ce livre– qu'une démarche de critique radicale de la construction des sources ne conduit pas à une désespérante impasse, qu'il est au contraire possible de produire de la connaissance scientifique –alors combien plus riche et stimulante– tout en choisissant d'emprunter ce chemin. Elle déjoue ainsi les déterminismes et les réifications, et nous donne à voir, à partir des pratiques sociales qu'elle observe, la dynamique des tensions permanentes que sont les rapports sociaux ainsi que leur imbrication –pour reprendre les termes de la sociologue Danièle Kergoat.

  • 38 A. Stoler soutient ainsi la campagne BDS, au sein de laquelle le boycott des institutions universit (...)
  • 39 F. Cooper, A. Stoler, Repenser le colonialisme, trad. Christian Jeanmougin, Paris, Payot, 2013 ; A. (...)

28Au-delà du « terrain » d'A. Stoler –les Indes néerlandaises–, au-delà même du champ des études coloniales, ce livre, de par les enjeux théoriques qu'il soulève, concerne quiconque s'intéresse aux rapports qu'entretiennent archives et pouvoir. Il interroge avec force l'écriture de l'histoire, appelant à travailler avec l'archive en toute conscience de ce qu'elle représente, mais aussi de son propre point de vue. Car la pensée d'A. Stoler n'éclaire pas seulement le contemporain, elle engage à agir dans le présent38. Souhaitons que l'œuvre d'A. Stoler soit rendue davantage accessible au moyen de traductions. En ce début d'année, il est plus que jamais permis de l'espérer : une traduction française de l'introduction à Tensions of Empire a été publiée au mois de janvier, alors que les éditions La Découverte annoncent la parution imminente d'une traduction de Carnal Knowledge sous le titre La chair de l'empire39. Aucun ouvrage d'A. Stoler n'avait jusqu'à présent été traduit en français ; espérons enfin que des traductions vers l'espagnol voient également le jour.

Haut de page

Notes

1 Le genre étant entendu comme une catégorie d'analyse permettant de mettre en lumière des rapports de pouvoir, et en particulier la construction politique et sociale de la différence des sexes, en tant qu'elle implique une hiérarchisation. Ann Stoler, Race and the Education of Desire. Foucault's History of sexuality and the colonial order of things, Durham, Duke University Press, 1995 ; Carnal Knowledge and Imperial Power. Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press, 2002.

2 Notamment dans « Tense and Tender Ties: The Politics of Comparison in North American History and (Post) Colonial Studies », in A. Stoler (dir.), Haunted by Empire. Geographies of Intimacy in North American History, Durham, Duke University Press, 2006.

3 F. Cooper, A. Stoler (dir.), « Beetween Metropole and Colony. Rethinking a Research Agenda », in Tensions of Empire. Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley, University of California Press, 1997.

4 A. Stoler, Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, Princeton University Press, 2009, p. 10-13.

5 Carlo Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Seuil, 2003.

6 Walter Benjamin, « Sur le concept d'histoire », œuvres, t. II, Paris, Denoël, 1972 (Thèse VII).

7 « (…) the archive's granular rather than seamless texture ». A. Stoler, Along the Archival…, op. cit., p. 53.

8 « (…) to explore the grain with care and read along it first ». Ibid., p. 50.

9 A. Stoler cite ici le travail de Michel-Rolph Trouillot. Ibid., p. 48.

10 Ibid., p. 35

11 Ibid., en particulier p. 56 et 104.

12 Ibid., p. 44.

13 « Ethnography in the Archives ». Ibid., p. 31-35.

14 Ibid., p. 4.

15 Ibid., p. 20.

16 Traités, respectivement, aux chapitres 3 et 6.

17 Ibid., p. 185.

18 « Valck's  common sense  is not that of others ». Ibid., p. 216.

19 Ibid., p. 57-58.

20 Ibid., p. 59.

21 Pour l'historienne Sophie Wahnich, cette rupture peut être située précisément dans le temps. Elle correspond en France à la fin de Thermidor, lorsque les « sciences morales et politiques » sont distinguées des « arts et lettres » : la faculté de juger ne repose plus sur les sentiments, raison et émotion sont nettement différenciées. S. Wahnich, Les émotions, la Révolution française et le présent. Exercices pratiques de conscience historique, Paris, CNRS, 2009.

22 A. Stoler, Along the Archival…, op. cit., p. 72.

23 Ibid., p. 40.

24 Ibid., p. 67.

25 « The force of rule lies in producing affiliations, loyalties, and allegiances among empire's own agents as much as the colonized ». Ibid., p. 253.

26 « (…) produce sensibilities that were fitting, aspirations that were appropriate, dispositions that would confirm the explicit and implicit entailments of social membership and the truth-claims that distinguished ruler from ruled ». Souligné par l'auteure. Ibid., p. 64.

27 « (…) political force of affects ». Ibid., p. 93.

28 Ibid., p. 40.

29 Ibid., p. 101.

30 Ibid., p. 37.

31 Ibid., p. 124.

32 Ibid., p. 150.

33 Ibid., p. 163.

34 Ibid., p. 158.

35 Ibid., p. 132.

36 Simona Cerutti, « À rebrousse-poil : dialogue sur la méthode », Critique, 2011, n° 769-770, p. 564-575.

37 Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006 ; Emmanuelle Saada, Les enfants de la colonie. Les métis de l'Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris, La Découverte, 2007.

38 A. Stoler soutient ainsi la campagne BDS, au sein de laquelle le boycott des institutions universitaires israéliennes constitue un véritable enjeu. Lire à ce sujet sa déclaration de septembre 2010.

39 F. Cooper, A. Stoler, Repenser le colonialisme, trad. Christian Jeanmougin, Paris, Payot, 2013 ; A. Stoler, La chair de l'empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, trad. Sébastien Roux, Paris, La Découverte, 2013. Une traduction d'une version abrégée d'un chapitre de ce dernier ouvrage était jusqu'alors disponible : A. Stoler, « Genre et moralité dans la construction impériale de la race », trad. Didier Renault, Actuel Marx, 2005/2, n° 38, p. 75-101. Signalons également A. Stoler, « Éduquer le désir : Foucault, Freud et les sexualités impériales », trad. S. Roux, Genre, sexualité & société, printemps 2010, n° 3 – en ligne : http://gss.revues.org/index1479.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Chevalier, « Ann Laura Stoler, Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, Princeton University Press, 2009, 314 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 12 avril 2013, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65177

Haut de page

Auteur

Clara Chevalier

EHESS-Centre de Recherches Historiques (CRH)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page