Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2013José Manuel Díaz Blanco, Así troc...

Michel Bertrand

José Manuel Díaz Blanco, Así trocaste tu gloria, Guerra y comercio colonial en la España del siglo XVII, Valladolid/Madrid, Instituto universitario de Simancas/Marcial Pons Editor, 2012, 313 p.

[10/04/2013]

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, le lecteur revient sur un sujet parmi les plus fréquentés de l'historiographie américaniste : rien moins que l'histoire du commerce colonial hispano-américain. Il suffit de citer quelques-uns des noms des historiens qui s'y sont illustrés depuis plus d'un demi-siècle pour saisir d'emblée l'ancienneté, l'abondance, l'importance et la richesse de cette littérature. Sans le moindre souci d'exhaustivité citons par exemple, E.J. Hamilton, le pionnier, R. Carande, P. Chaunu, A. Garcia-Baquero, R. Romano, ou encore E. Tandeter ou C. Sempat Assadourian. Les uns et les autres ont aidé à comprendre les complexes mécanismes commerciaux et financiers articulant, dans le cadre de la Carrera de Indias, les économies coloniales et celle de la métropole. Cependant il faut bien admettre que cette historiographie s'est d'abord centrée sur les XVIème et XVIIIème siècles, laissant quelque peu dans l'ombre le siècle central de cette période coloniale.

2C'est précisément le choix que fait l'auteur de l'ouvrage en réfléchissant sur ces flux transatlantiques pour un siècle traditionnellement identifié comme celui du déclin. La question centrale qui est posée est simple et pourtant essentielle : pourquoi l’une des principales puissances européennes qui disposait d'un véritable réservoir de richesse avec son empire est-elle entrée en déclin ? Jusqu'à quel point y eut-il effectivement un tel déclin ? Afin de répondre à cette question, il choisit non pas de se lancer dans une étude quantitative des flux économiques mais de réfléchir aux fonctionnements des engrenages administratifs et politiques organisant et encadrant ces circulations. Son propos est donc de tenter de discerner la responsabilité éventuelle de la politique monarchique dans les évolutions de la Carrera de Indias au 17ème siècle. Il choisit d'inscrire sa réflexion dans le droit fil des approches développées par Carlos Alvarez Nogal qui a mis en évidence le rôle de la fiscalité royale conçue comme un instrument au service des intérêts monarchiques négligeant la prise en compte des attentes des milieux économiques.

3Il est vrai qu'à ce sujet, la littérature de l'époque elle-même est particulièrement abondante, à travers notamment les nombreuses « remontrances respectueuses » ou les doléances adressées au monarque par certains de ses sujets. Ces dénonciations de la politique fiscale sont une incitation, de la part de l'historien, à s'interroger sur la pertinence et la signification de telles analyses. S'inscrivant dans l'interprétation macro-économique qui interprète le 17ème siècle comme celui d’une crise profonde avant un début de reprise économique, il dissèque les choix fiscaux de la monarchie catholique afin d'en mesurer l'impact. A cette fin, il utilise en particulier les sources de l'administration centrale, celle du Conseil des Indes, dans ses négociations continues avec les principaux agents économiques qui participaient à la Carrera de Indias. Il s'agit d'abord des commerçants du Consulat des marchands ou "cargadores de India" dont la corporation fut créée en 1543 avec un droit de monopole sur le commerce des Indes. Mais cela concerne aussi la municipalité sévillane, à travers son cabildo, directement intéressée à cette question en raison du monopole commercial concédé à la ville dès 1503, au moment de la création de la Casa de la Contratacion, elle-même installée d’ailleurs à Séville-même. Un tel système se trouve renforcé en 1591 lorsque le Consulat se voit attribuer l'asiento de l'impôt d'avería. A compter de cette date, et alors même que l'almorajifazgo, l'autre impôt pesant sur le commerce colonial, était prélevé par le cabildo sévillan, la politique fiscale exigea de la monarchie une "négociation" permanente avec ses interlocuteurs andalous. C'est l'histoire de ces négociations que reconstitue par le menu l'auteur.

4Face à ses besoins toujours plus importants, la monarchie eut tendance à considérer le règlement de ses nécessités comme prioritaire. La négociation se réduisit le plus souvent à trouver les solutions qui permettaient de répondre à ses exigences afin de les rendre acceptables. Comme le souligne l'auteur, entre 1620 et 1650 la Monarchie usa et abusa de mille subterfuges pour imposer des prélèvements toujours plus exigeants à ses sujets s'adonnant au commerce. Durant cette période « le Léviathan des Habsbourg dévora sans limite la richesse des commerçants sévillans » (p. 119). L'impact de ces prélèvements se faisait sentir irrémédiablement sur l'activité commerciale, sans pour autant freiner des demandes toujours croissantes. Sous couvert de modalités légales diverses, la période du gouvernement d'Olivares fut sans doute la plus exigeante, répercutant immédiatement ses effets négatifs sur la dynamique commerciale de plus en plus atone. On comprend donc à travers cette reconstruction minutieuse l'impact décisif du coût de la guerre. On peut s'interroger sur la capacité d'acceptation de cette corporation sévillane durement pressurée. Pour l'auteur, ces demandes étaient perçues comme le prix à payer pour les positions acquises dans le système de monopole mis en place au siècle précédent. La menace de s'en voir privé se révéla dissuasive, amenant les Sévillans à accepter la participation de commerçants étrangers. Or la menace restait constante, le roi n'hésitant pas à accorder, par des biais les plus divers, notamment vénaux, des dérogations de naturalité. En échange de leur acceptation, les commerçants obtenaient une certaine bienveillance dans leurs opérations commerciales frauduleuses... Ces arrangements entre amis permirent d'éviter toute explosion politique, maintenant l'affrontement entre le monarque et ses bailleurs dans une négociation de bon aloi.

5La fin du gouvernement d'Olivares fut marquée par un retournement politique dans le domaine commercial. Elle coïncide avec le début de la décrue fiscale traduisant la prise de conscience de la Monarchie. Celle-ci passe d'abord par le retour du consulat de Séville comme acteur privilégié de la Carrera, supposant notamment l'expulsion des étrangers. Mais c'est l'explosion de Feria en 1652 combinée à la crise, plus conjoncturelle mais pas moins brutale pour autant, de 1655 qui imposa une accélération de la décrue fiscale. A compter de cette date, aussi bien l'avería que l'amojarifazgo connurent des baisses significatives du taux de prélèvement, favorisant un retournement de la conjoncture. Dans le même temps, ces nouvelles conditions favorisèrent un début de reprise du commerce américain, s'accompagnant de transformations en profondeur. La première concerna la montée en puissance de Cadix, favorisée au détriment de Séville. La seconde fut liée au dynamisme des régions périphériques de l’empire à partir desquelles cette reprise s'opérait, et d'abord la Nouvelle Espagne qui tendait progressivement à supplanter l'aire andine.

6Le mérite de ce livre est donc de proposer une interprétation qui permette d'articuler les « conjonctures opposées » de R. Romano de part et d'autre de l'océan, identifiées et discutées depuis longtemps par l'historiographie. Par ailleurs, et ce n'est pas sans écho avec ce que l'on observe des politiques économiques contemporaines, il souligne le rôle pervers de la pression fiscale sur les conjonctures économiques. Certes, dans le cas qui nous intéresse, cette fiscalité avait une finalité fondamentalement guerrière. Mais comme le montre l'ouvrage, c'est bien le financement de la guerre qui est en cause, et non pas la guerre elle-même...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bertrand, « José Manuel Díaz Blanco, Así trocaste tu gloria, Guerra y comercio colonial en la España del siglo XVII, Valladolid/Madrid, Instituto universitario de Simancas/Marcial Pons Editor, 2012, 313 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65255 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.65255

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search