Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro

De la question sociale à la question politique en Amérique Latine

[07/06/2013]

Texte intégral

  • 1 Polanyi, Karl, La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps, Par (...)
  • 2 Romero, José Luis, Latinoamérica: las ciudades y las ideas, Buenos aires, Siglo Veintiuno Editores, (...)
  • 3 Voir infra; Castel, Robert, Les Métamorphoses de la question sociale : Une chronique du salariat, P (...)

1Les thèmes classiques d’analyse des sciences sociales, forgés en Europe à partir de la réalité sociopolitique découlant de la révolution industrielle, ont fait l’objet d’une réélaboration théorique de la part des chercheurs abordant les spécificités des sociétés latino-américaines. En effet, alors qu’en Europe, la révolution industrielle bouleverse, dès le XIXème siècle, les cadres sociaux traditionnels par le désencastrement1de la sphère économique, les pays neufs issus de la fin des empires coloniaux hispanique et portugais voient leurs cadres se transformer au début du XXème siècle par l’urbanisation de sociétés dont le développement industriel reste limité et dépendant des investissements extérieurs2. Dans ce sens, la traditionnelle question sociale, comme nous le rappelle Robert Castel3, s’est posée différemment en Amérique Latine où les processus de modernisation et de démocratisation des sociétés ont suivi leur propre voie. Il faut donc, pour appréhender ces processus, tenir compte d’une histoire politique, économique et sociale spécifique à ce continent, et de la place que les pays le composant occupent dans la division internationale du travail ainsi que dans le système mondial des échanges commerciaux.

  • 4 Weber, Max, Economie et société : Tome 1, Catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 2003.
  • 5 Touraine, Alain, La parole et le sang, Paris, Odile Jacob, 1988.

2Au cours du XXème siècle, des élites libérales ont aspiré à accompagner les changements socioéconomiques et politiques ayant cours dans les sociétés latino-américaines en promouvant des projets de modernisation économique, sociale et politique afin de faire face aux nouveaux problèmes issus du bouleversement des cadres traditionnels d’intégration, et de mettre en place des formes de régulation sociale adaptées aux nouvelles réalités. Toutefois, ces projets se heurtaient à de nombreuses survivances des formes traditionnelles, tant au niveau socioéconomique que politique. D’une part, le cadre socioéconomique de ces sociétés est marqué par des retards en termes d’industrialisation, par la permanence d’un important secteur de la population hors d’une société salariale majoritairement urbaine et, en conséquence, par la persistance d’échanges économiques échappant aux formes bureaucratisées du capitalisme industriel4. D’autre part, sur le plan politique, les projets de démocratisation des élites se sont heurtés au pouvoir des oligarchies conservatrices et aux velléités révolutionnaires de groupes politiques d’extrême-gauche, entravant ainsi leur réalisation effective et conduisant nombre de sociétés latino-américaines à l’expérience de régimes autoritaires et/ou de formes d’instabilité politique. C’est ainsi que le large spectre de réponses politiques à la question sociale en Amérique Latine, allant du caudillisme au populisme, du régime autoritaire militaire ou civil à la révolution communiste, de la fragilité des institutions à la présence de groupes armés (guerillas et/ou paramilitaires), ont freiné la marche vers la démocratie libérale, ne devenant un horizon et un compromis politique souhaité que lors des années 19805.

  • 6 Germani, Gino, Politica y sociedad en una época de transición : de la sociedad tradicional a la soc (...)
  • 7 Lewis, Oscar, La Vida. Une famille portoricaine dans une culture de pauvreté, Paris, Gallimard, 196 (...)
  • 8 Lomnitz, Larissa Adler de, Cómo sobreviven los marginados, Siglo XXI, 2003.

3Face aux paradoxes de sociétés combinant des formes traditionnelles et modernes de régulation économique, sociale et politique, une tradition intellectuelle spécifique émerge et se développe en Amérique Latine. A partir de la fin des années 1960 et dans les années 1970, cette théorisation s’articule autour de la notion de marginalidad. Gino Germani6, observateur d’une époque marqué par l’essor du péronisme, archétype du régime politique mêlant formes traditionnelles de pouvoir (caudillisme) et volonté de modernisation de la société par le développement industriel, est le précurseur de l’analyse de la question sociale et de ses effets politiques en Amérique Latine. Sa théorie de la « disponibilité des masses » vise à expliquer le choix péroniste chez les nouvelles classes populaires urbaines affluant vers la capitale de Buenos Aires en quête de travail et d’un meilleur avenir. Les « masses » venues des campagnes, peu instruites et non politisées, seraient idéologiquement disponibles au discours de Perón. Si Germani conçoit la marginalidad depuis une perspective embrassant l’ensemble de la structure de la société argentine, à la manière du fonctionnalisme parsonien, on voit déjà poindre dans son modèle le versant culturaliste de cette notion, inspiré des travaux de l’Ecole de Chicago, et développé ultérieurement par Oscar Lewis7, qui trouve en Larissa Lomnitz8 une autre de ses représentants. Ainsi, cette ethnologue décrit dans Como sobreviven los marginados les formes de régulation économiques et sociales ayant cours dans les périphéries urbaines du District Fédéral de Mexico. L’auteure met en évidence la manière dont les formes traditionnelles d’échange et de protection sociale, assurées par la communauté du bidonville, dans lesquels les relations vicinales et de parenté continuent à être les supports d’obligations réciproques, permettent au groupe de perdurer.

  • 9 Nun, José, Marginalidad y exclusión social, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 2001.
  • 10 Quijano, Aníbal, Notas sobre el concepto de marginalidad social, Santiago, CEPAL, 1966.

4A la fin des années 1960, émerge un troisième courant reprenant la notion de marginalidad. Cette fois, il s’agit non plus de fournir des explications fonctionnalistes ou culturalistes à la persistance de populations aux marges de la société moderne, mais de produire une analyse structurelle à partir du matérialisme historique de Marx. José Nun9 et Anibal Quijano10 sont les grands représentants de cette perspective. Ils abordent la problématique de la marginalidad à partir d’une analyse structurelle de l’économie des sociétés latino-américaines comme étant sous-développées en raison de la dépendance aux grandes puissances industrielles et de l’existence d’une classe bourgeoise parasitaire, ne jouant pas son rôle historique de développement des forces productives. Cet ensemble de facteurs les conduisent à réviser la notion d’armée industrielle de réserve du capitalisme de Marx en y adjoignant ce qu’ils nomment « masa marginal » ou « polo marginal », respectivement, regroupant ceux qui n’appartiendraient pas aux formes de surpopulation flottante, stagnante, ou latente, et resteraient durablement aux marges des rapports de production capitalistes.

  • 11 Quijano, Aníbal, Polo marginal de la economía y mano de obra marginada, Santiago, CEPAL, 1971.

5Ce travail intellectuel articulé autour de la notion de marginalidad est lié à de profonds changements dans la manière de concevoir le développement économique et social et fait écho à la période d’essor du desarrollismo11 qui définit la politique des gouvernements nationaux-populaires d’après-guerre (Argentine de Perón, Brésil de Vargas, entre autres) dont le but est de rompre avec la dépendance aux investissements étrangers et aux importations en créant une industrie nationale et un marché intérieur par le renforcement de la société salariale et la mise en œuvre d’un système de protection sociale. Le modèle « développementiste » périclitera dans les années 1970, lorsque les dictatures militaires s’imposant sur le continent s’orienteront vers la promotion du modèle néolibéral.

  • 12 Soto, Hernando de, Ghersi, Enrique, Ghibellini, Mario, El otro sendero: la revolución informal, Bog (...)

6Les années 1980 et 1990 ouvrent une nouvelle période durant laquelle la démocratie devient l’horizon à atteindre. Dans le même temps, une nouvelle manière d’aborder les phénomènes sociaux s’affirme. La notion d’informalité, popularisée par l’économiste péruvien Hernando de Soto12, supplante et efface alors le concept de marginalité. S’il existe un retard économique sur le continent, ce ne serait plus en conséquence de conditions structurelles et systémiques, mais du fait qu’il ne serait pas laissé assez de champ à la liberté d’entreprendre des plus modestes. D’un problème de classes sociales et de division internationale du travail, on glisse vers la mise en cause des freins administratifs pesant sur la possibilité des individus à entreprendre et, surtout, à s’entreprendre. Dès lors, les problèmes sociaux devraient se résoudre par l’initiative et la responsabilisation individuelle.

  • 13 Dezaley, Yves, et Garth, Bryant, « Le « Washington Consensus », Notes bibliographiques pour contrib (...)
  • 14 Rosanvallon, Pierre, La nouvelle question sociale, Paris, Seuil, 1998. ; Castel Robert, op. cit.
  • 15 Merklen, Denis, « Du travailleur au pauvre. La question sociale en Amérique latine », Etudes ruraux (...)

7Alors que sur le plan des sciences sociales, l’informalidad supplante la marginalidad, du point de vue politico-économique, la période du desarrollismo cède le terrain à un néolibéralisme dont le credo est inscrit dans le fameux Consensus de Washington13. Finalement, la notion d’informalidad s’efface elle-même devant la seule question de la lutte contre la pauvreté, diffusée par la Banque Mondiale qui s’affirme dans un rôle de définition des problèmes sociaux. On observe alors de profondes modifications quant à la manière d’appréhender la protection sociale. Ainsi, l’horizon n’est plus l’Etat-providence fondé sur l’assurance à portée universaliste contre les aléas de l’existence14, mais, au contraire, la mise en œuvre de dispositifs d’aides ciblées et ponctuelles, en direction de publics qu’il s’agit de faire sortir de la pauvreté par la promotion d’initiatives individuelles (empowerment)15.

8Le modèle néolibéral accompagnant la transition vers la démocratie se trouve de plus en plus contesté par des mouvements sociaux issus de la société civile à partir de la fin des années 1990 et, surtout, depuis les années 2000. Si les régimes autoritaires se sont effacés au profit des institutions et pratiques démocratiques devenant la norme sur le continent, les inégalités sociales perdurent et se renforcent. De surcroît, le modèle économique néolibéral est, à plusieurs reprises, remis en cause par les graves crises qui touchent les pays d’Amérique Latine depuis la fin des années 1980. Le cas argentin est emblématique de cette situation : voulant juguler la crise d’hyperinflation qui mine le pays en 1989, Carlos Menem, fraichement élu, applique le monétarisme de l’Ecole de Chicago et instaure, sous l’égide de son ministre de l’Economie, Domingo Cavallo, la parité peso-dollar. Le modèle s’écroule dix ans plus tard et en 2001, l’Etat argentin, secoué par de puissants mouvements sociaux mobilisant des pans entiers de la population du pays, se trouve dans l’impossibilité de rembourser ses créanciers. La rue fait tomber les présidents qui se succèdent, au nombre de quatre en un an, et le pays ne se stabilise que sous l’égide de Nestor Kirchner, élu en 2003 en prônant une nouvelle politique moins dépendante du FMI et promouvant l’insertion sociale et la participation politique des plus défavorisés.

  • 16 Merklen, Denis, Pobres ciudadanos, las clases populares en la Era democrática, Argentina 1983-2003, (...)

9Dans le même temps, en 1999, Hugo Chávez est élu président du Venezuela, mettant un terme à la succession des élites grâce à l’appui des classes populaires et des militaires dans un pays connaissant des taux d’inégalité sociale très élevés, malgré les importants revenus pétroliers. Il lance sa « révolution bolivarienne » et se proclame représentant du socialisme du XXIème siècle. Un peu plus tard, en 2006, les mouvements sociaux boliviens, très actifs lors de la guerre de l’eau de Cochabamba (2000) et la guerre du gaz (2003), voient l’un de leurs représentants, Evo Morales, accéder au mandat présidentiel. Les chercheurs en sciences sociales enclins à étudier, depuis les années 198016, la transition vers la démocratie, redécouvrent alors les mouvements sociaux et lancent de nouveau une réflexion concernant les inégalités criantes qui perdurent dans les quartiers périphériques des villes latino-américaines, d’autant plus que les politiques économiques inspirées par les institutions internationales (FMI et Banque Mondiale) ont appauvrit des Etats qui ne sont plus en mesure d’assurer des filets de sécurité à leur population. La fragilisation des régimes politiques, mis à mal par ces mouvements, impose le retour de la question sociale qui éclipse la seule question politique et reprend sa place au centre du débat des sciences sociales, tout en étant mêlée à de nouveaux enjeux concernant la citoyenneté des peuples natifs jusqu’alors rejetés en marge de l’espace politique.

10Cette courte histoire de la question sociale et des avatars qu’elle a revêtus au cours du XXème siècle et du début du XXIème siècle en Amérique Latine montre clairement la complexité et la spécificité des enjeux économiques et sociaux de ce continent ainsi que la manière originale dont les sciences sociales y ont répondu. De la marginalidad à l’étude des mouvements sociaux des années 2000, en passant par l’informalidad, une pensée riche s’est étoffée pour comprendre le sens des problèmes sociaux qui ont touché ce continent tout au long de son histoire récente.

11Aujourd’hui, alors que les problématiques élaborées dans le courant des années 1960 et 1970 sont de nouveau d’actualité et que nombre de pays latino-américains, portés par de puissants mouvements sociaux et par l’arrivée de nouvelles élites dirigeantes, cherchent à redéfinir une politique alternative d’intégration de tous les secteurs sociaux, et particulièrement des plus affectés par la question sociale, il est d’autant plus nécessaire de dépasser le relatif cloisonnement des domaines de recherche, sociologie d’une part, science politique d’autre part, cloisonnement qui limite la possibilité de penser les deux sphères comme étant intriquées. Ces journées d’études ont donc invité les participants à la reprise d’un dialogue fructueux entre les deux disciplines, permettant de penser les effets politiques sur la question sociale et réciproquement.

12Le dossier est introduit par les développements de Robert Castel concernant les spécificités de la question sociale en Amérique Latine et de Michael Löwy sur les effets politiques de la théologie de la libération. Les différents textes reçus ont été compilés en quatre thématiques : inégalités sociales, processus d'urbanisation et Estado de bienestar ; syndicats: entre la sphère sociale et la sphère politique ; incertitudes autour des régimes politiques Latino-américains ; vers la reconnaissance de nouveaux enjeux, genre, autochtonie et droits humains.

13En premier lieu, sera traitée la question des inégalités sociales, des processus d’urbanisation et de l’Estado de bienestar, autour de quatre articles. Diego Arango Lopez introduit cette thématique en portant le regard sur la modernisation de la ville de Bogota au travers des projets d’urbanisme successifs qui ont contribué à donner une direction aux transformations de cette capitale. Il montre ainsi comment, de 1900 à 1951, l’urbanisme est progressivement saisi par de nouveaux acteurs, au-delà des institutions gouvernementales, tels que les architectes, ingénieurs, académiciens et journalistes. L’article de Susana Peñalva aborde la formation, la consolidation et la fragilisation des Etats de bienêtre à l’échelle régionale au cours du XXème siècle. Elle traite le cas de l’Argentine comme laboratoire des réformes et des nouvelles politiques sociales dans un pays doté d’une société salariale relativement forte et faisant figure de modèle en ce qui concerne la protection sociale. Dans la même ligne d’analyse, Camille Le Masne traite les conséquences des réformes néo-libérales sur le modèle d’Estado de bienestar au Costa Rica. En prenant comme étude de cas l’intégration des populations afro-descendantes, il met en évidence la fragilité d’un modèle d’intégration social différencié selon des caractéristiques culturelles et ethniques des populations. Pour sa part, Gilberto Ramos Iduñate, aborde le rôle de l’éducation dans les politiques publiques de l’Etat mexicain lors des années 2000. Montrant comment l’école est devenue un lieu d’investissement des classes populaires visant à une ascension sociale, il s’intéresse plus particulièrement au cas de l’enseignement technique et aux effets des programmes de l’Etat, au-delà de l’objectif affiché d’universalisation de l’éducation.

14La deuxième thématique est introduite par l’article de Thomas Posado traitant du syndicalisme dans le Venezuela de Chávez et des liens entretenus par les directions syndicales avec le régime bolivarien. Il montre en quoi l’Etat chaviste n’a pas suivi le modèle classique de l’Etat national-populaire s’appuyant sur la force du mouvement syndical, comme ce fut le cas dans l’Argentine de Perón. Ensuite, Francisca Guttiérez Crocco revient sur l’histoire du syndicalisme chilien qui avait subi la répression du régime militaire de Pinochet. Elle met en évidence trois types de pratiques syndicales et explique en quoi le renouveau de ce mouvement social, depuis la fin des années 1990, est fragilisé par une forte fragmentation.

15En ce qui concerne la troisième thématique, Marion Bouchaud aborde la question des difficultés auxquelles fait face le gouvernement d’Evo Morales, contraint à composer avec ces alliés qui, pour certains, sont devenus critiques de la politique mise en œuvre. Ainsi, les concessions faites aux différents syndicats de cocaleros portent le germe d’une possible fragilisation des nouvelles politiques du « gouvernement des mouvements sociaux ». Pour sa part, Gabriela Carias Reyes revient sur un événement largement commenté par la presse latino-américaine, montrant qu’une époque qu’on croyait révolu pouvait resurgir : le coup d’Etat qui a fait tomber le gouvernement de Zelaya au Honduras. Son article fait l’autopsie des différentes positions et des divers acteurs en lice lors de cette rupture institutionnelle et démocratique, et met en évidence la fragilité des nouveaux gouvernements de gauche des années 2000.

16Enfin, la quatrième thématique, qui regroupe une série de texte dépassant la seule question sociale et exposant de nouveaux enjeux politiques du XXIe siècle, est ouverte par le paradoxe abordé dans l’article de Carolina Hernández Páramo : alors que le gouvernement colombien d’Uribe se targue de suivre les politiques internationales de défense des droits de l’homme, des ONG nationales et internationales relèvent une situation toute différente sur le terrain. La question de l’utilisation instrumentale des normes internationales est posée dans cette analyse. Pour sa part, Laura Fuentes Belgrave montre comment est née une alliance de l’Eglise catholique et des églises évangélistes au Nicaragua et au Costa Rica, dans l’objectif d’influencer les politiques gouvernementales en matière de reproduction et de droit des femmes à disposer de leur sexualité et de leur corps. Dans le troisième article de cette section, Irène Favier réalise à partir des luttes contre l’industrie minière à Bagua Grande, la genèse d’un nouvel acteur des luttes sociales au Pérou : les nativos de la selva. Elle montre en quoi les indios de l’altiplano ne sont plus les seuls protagonistes des luttes, comme ce fut le cas lors des années 1980, et revient sur la question de la formation de la nation péruvienne, composée de divers groupes sociaux et ethniques, dont la définition a été jusqu’alors imposée depuis la capitale. David Gomes clôt la thématique avec son article abordant la question de la formation d’un Etat bolivien ne reposant plus sur le « colonialisme intérieur » mais sur la prise en considération des multiples nations et cultures conformant le « peuple » bolivien dans le cadre de la nouvelle constitution mise en place sous le gouvernement d’Evo Morales.

Haut de page

Bibliographie

Castel, Robert, Les Métamorphoses de la question sociale : Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Dezaley, Yves, et Garth, Bryant, « Le « Washington Consensus », Notes bibliographiques pour contribuer à une sociologie de l'hégémonie du néo- libéralisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 121-122, mars, Paris, 1998.

Germani, Gino, Politica y sociedad en una época de transición : de la sociedad tradicional a la sociedad de masas, 1st Edition., Buenos Aires, Editorial Paidos, 1965.

Lewis, Oscar, La Vida. Une famille portoricaine dans une culture de pauvreté, Paris, Gallimard, 1969.

Lomnitz, Larissa Adler de, Cómo sobreviven los marginados, Siglo XXI, 2003.

Merklen, Denis, « Du travailleur au pauvre. La question sociale en Amérique latine », Etudes ruraux, 2003/1-2, n° 165-166, Paris, Ed. EHESS.

Merklen, Denis, Pobres ciudadanos, las clases populares en la Era democrática, Argentina 1983-2003, Buenos Aires, Gorla, 2005.

Nun, José, Marginalidad y exclusión social, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 2001.

Polanyi, Karl, La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

Quijano, Aníbal, Notas sobre el concepto de marginalidad social, Santiago, CEPAL, 1966.

Quijano, Aníbal, Polo marginal de la economía y mano de obra marginada, Santiago, CEPAL, 1971.

Romero, José Luis, Latinoamérica: las ciudades y las ideas, Buenos aires, Siglo Veintiuno Editores, 2001.

Rosanvallon, Pierre, La nouvelle question sociale, Paris, Seuil, 1998.

Soto, Hernando de, Ghersi, Enrique, Ghibellini, Mario, El otro sendero: la revolución informal, Bogota, Editorial Oveja Negra, 1987.

Touraine, Alain, La parole et le sang, Paris, Odile Jacob, 1988.

Weber, Max, Economie et société : Tome 1, Catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 2003.

Haut de page

Notes

1 Polanyi, Karl, La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

2 Romero, José Luis, Latinoamérica: las ciudades y las ideas, Buenos aires, Siglo Veintiuno Editores, 2001.

3 Voir infra; Castel, Robert, Les Métamorphoses de la question sociale : Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

4 Weber, Max, Economie et société : Tome 1, Catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 2003.

5 Touraine, Alain, La parole et le sang, Paris, Odile Jacob, 1988.

6 Germani, Gino, Politica y sociedad en una época de transición : de la sociedad tradicional a la sociedad de masas, 1st Edition., Buenos Aires, Editorial Paidos, 1965.

7 Lewis, Oscar, La Vida. Une famille portoricaine dans une culture de pauvreté, Paris, Gallimard, 1969.

8 Lomnitz, Larissa Adler de, Cómo sobreviven los marginados, Siglo XXI, 2003.

9 Nun, José, Marginalidad y exclusión social, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 2001.

10 Quijano, Aníbal, Notas sobre el concepto de marginalidad social, Santiago, CEPAL, 1966.

11 Quijano, Aníbal, Polo marginal de la economía y mano de obra marginada, Santiago, CEPAL, 1971.

12 Soto, Hernando de, Ghersi, Enrique, Ghibellini, Mario, El otro sendero: la revolución informal, Bogota, Editorial Oveja Negra, 1987.

13 Dezaley, Yves, et Garth, Bryant, « Le « Washington Consensus », Notes bibliographiques pour contribuer à une sociologie de l'hégémonie du néo- libéralisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 121-122, mars, Paris, 1998.

14 Rosanvallon, Pierre, La nouvelle question sociale, Paris, Seuil, 1998. ; Castel Robert, op. cit.

15 Merklen, Denis, « Du travailleur au pauvre. La question sociale en Amérique latine », Etudes ruraux, 2003/1-2, n° 165-166, Paris, Ed. EHESS.

16 Merklen, Denis, Pobres ciudadanos, las clases populares en la Era democrática, Argentina 1983-2003, Buenos Aires, Gorla, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro, « De la question sociale à la question politique en Amérique Latine », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65407

Haut de page

Auteurs

Ingrid Bejarano

Etienne Jezioro

Doctorants à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page