Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Robert Castel

La question sociale en Europe occidentale et en Amérique latine

[07/06/2013]

Dédicace

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Robert Castel. Nous avons emprunté/repris la notion autour de laquelle il a développé ses analyses en nous questionnant sur ses spécificités dans la sphère socio-culturelle latino-américaine. Robert Castel nous a accompagné depuis le départ de notre entreprise, avec la joie, l’intérêt et la modestie qui le caractérisaient, il s’est d’emblée investi dans notre projet en nous apportant de nombreux et bienveillants conseils qui ont guidé notre réflexion, il s’est porté par ailleurs garant des interventions et discussions durant les deux journées de l’événement.

Sa personnalité, ses enseignements et son œuvre ont marqué notre parcours dans cette aventure de doctorants. Robert Castel nous a laissé un grand héritage qui sera désormais une source d’inspiration et de défis mais aussi d’espoir pour les anciennes et nouvelles générations de chercheurs en sciences sociales.

Texte intégral

1Le titre auquel nous avons pensé avec Ingrid Bejarano, « La question sociale en Europe occidentale et en Amérique latine » pour introduire ces échanges est évidement trop général et ambitieux non seulement parce qu’il serait traité de manière trop concise, mais aussi parce que je n’ai aucune capacité pour faire une analyse comparative sérieuse de ces deux types de situation. J’ai bien eu quelques contacts avec certains pays de l’Amérique latine, parmi eux le Brésil et l’Argentine et ce qui s’y passe m’intéresse beaucoup, mais la somme de mes ignorances est beaucoup plus grande que les quelques connaissances que j’ai et je n’aurai donc pas la prétention d’analyser ces situations en elles-mêmes. Par contre, on peut tenter une réflexion en termes de trajectoire ou de processus parce que la question sociale a une histoire qui, sous sa forme moderne, a commencé en Europe au XIXème siècle avec l’implantation du capitalisme industriel, et elle a eu aussi un déroulement : elle est passée par un certain nombre d’étapes ou des phases. En Amérique latine cette question sociale s’est posée plus tard et sous une forme d’abord plus partielle, mais aussi elle a évoluée jusqu’aujourd’hui. Il pourrait donc être éclairant de mettre en relation ces trajectoires qui ont à la fois des caractères communs et des différences pour essayer de voir où nous en sommes aujourd’hui. Evidement ce que je vais dire restera très schématique et en grande partie hypothétique, mais j’espère que cela aura un lien avec ce qui va suivre tout au long de ces journées, parce que je crois que la plupart des contributions qui vont être présentés présentent cette question sous divers angles, ou analysent des morceaux si j’ose dire. Ainsi ce que je vais dire pourrait être envisagé comme un élément de cadrage de ce qui va suivre, et qui sera évidemment à discuter.

2La question sociale, du moins au sens moderne du mot, commence à se poser comme un effet de l’implantation du capitalisme industriel et d’abord dans les pays qui ont été à la pointe de cette implantation, l’Angleterre en premier lieu, avec un certain décalage avec plusieurs pays d’Europe occidentale comme l’Allemagne, la France puis d’autres pays qui s’industrialisent plus tardivement comme l’Espagne ou l’Italie. Le capitalisme industriel a été un fantastique moyen pour produire de la richesse sociale, à travers le machinisme, les premières concentrations industrielles dans les grandes fabriques, où on multipliait d’une manière qui était inconnue auparavant, la capacité de produire d’accroitre les richesses, de moderniser la société. Mais ces progrès assez extraordinaires ont un coût social désastreux. Ceux qui sont à l’origine de ces richesses, les travailleurs sont dans une situation misérable : ils sont non seulement pauvres, mais complétement exploités, complétement instrumentalisés pour produire ces richesses qui sont entièrement accaparées par d’autres. Pour dire les choses très schématiquement c’est l’opposition entre les capitalistes qui prospèrent mais aussi une société qui globalement se développe et se modernise, et de l’autre côté un prolétariat misérable et méprisé. C’est là le noyau de la question sociale moderne : cette opposition de condition entre ceux qui travaillent et produisent les richesses et ceux qui les accumulent à leur profit. Ce n’est pas seulement une interprétation marxiste, bien que Karl Marx ait développé cette position avec une grande force, mais tous les observateurs sociaux du XIXème siècle sont d’accord pour souligner cette tension de la société industrielle entre ce que l’on appelle le paupérisme, la misère de masse d’une majorité des travailleurs, et un accroissement de la richesse globale de la société, mais qui reste monopolisé par une minorité de possédants.

3Mais parallèlement et au fur et à mesure que l’on avance dans le XIXème siècle, ce prolétariat misérable s’organise et se dote de ses propres appareils, partis, syndicats et entre en lutte pour changer sa situation. La première forme de la question sociale prend la forme d’une lutte des classes autour de la place que doit occuper la classe ouvrière dans la société. Va-t-elle rester dans cette situation de subordination et d’exploitation qui est la sienne ? Où va-t-elle renverser la situation et prendre le pouvoir par la révolution ? On peut dire que l’histoire sociale européenne, pendant un siècle, a largement gravité autour de cette question qui a hanté tous les esprits, à la fois de ceux qui désiraient la révolution et luttaient pour y parvenir, la majorité de la classe ouvrière et ses alliés, et du côté aussi de ceux qui en avaient peur et qui faisaient tout pour la conjurer reforme ou révolution je crois que c’est le débat qui traverse l’histoire sociale européenne entre approximativement 1850 et 1950 peut-être.

4Mais vous le savez la révolution n’a pas eu lieu, du moins en Europe occidentale. Il y a eu bien la révolution bolchevique en 1917 mais c’est une autre histoire. En Europe occidentale le système capitaliste n’a pas été aboli mais il a été obligé de se reformer, c’est-à-dire d’accepter des limites, des freins, des contre parties à son hégémonie totale. C’est ce qu’on a appelé « le compromis social du capitalisme industriel » qui culmine en Europe occidentale dans les années 1960, début des années 1970. C’est l’établissement d’un certain équilibre, un peu boiteux comme tous les compromis mais quand même avec une certaine consistance, entre d’une part les intérêts du marché, du capital, qui permet la productivité, la compétitivité des entreprises et d’ailleurs de fait dans la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale le développement économique a été assez extraordinaire : c’est ce qu’on appelle en France « les Trente Glorieuses » même si l’expression est contestable. Mais d’autre part, du côté du monde du travail, des protections fortes ont été attachés au travail, droit du travail, droit à la santé, assurance contre le chômage, droit à la retraite, etc. C’est l’établissement d’une sécurité sociale qui couvre la majorité de la population c’est aussi ce que l’on a pu appeler la société salariale, qui succède à la société industrielle, et ce terme de société salariale ça veut dire au moins trois choses. D’abord que le salariat est devenu la forme hégémonique de la division du travail, et effectivement il y a actuellement en France à peu près 90% de la population active qui est salarié, ce qui entre parenthèse permet de dire que ceux qui parlent de la sortie du salariat disent pour s’exprimer franchement quelque chose de complètement insensé. Mais la société salariale veut dire aussi que le salariat est devenu une condition solide avec des protections et des droits forts, un vrai statut de l’emploi qui donne des garanties construites autour du travail et qui s’étendent au-delà du travail : les ayant-droit du travailleur, sa famille. Mais cette société salariale suppose une troisième condition qui est moins souvent souligné mais qui nous intéresse spécialement ici. C’est que cette société salariale a été construite dans certains Etats-nation comme la France, la Grande Bretagne, l’Allemagne qui sont les plus riches et les plus développées, d’une part parce que c’est dans ces régions que le capitalisme a commencé son implantation et son développement, mais aussi parce qu’ils occupent une position privilégié dans l’économie-monde, une économie mondiale d’échanges inégaux. Ils extraient sur les autres régions de la planète une bonne part de leur richesses, soit directement sous la forme du colonialisme, soit sous des formes, un peu plus subtiles, mais très efficaces que les auteurs sud-américains ont bien étudiée sur le nom des économies de la dépendance. C’est ce qui va changer avec ce qu’on appelle la mondialisation ou la globalisation. La situation que je viens de présenter très schématiquement prévaut jusqu’aux années 1970 à peu près, et à partir de là il y a un basculement qui se produit et je vais y revenir tout à l’heure. Mais auparavant j’en viens à la manière dont on pourrait situer la question sociale en Amérique latine ou du sud avec le Brésil, et sans doute en partie le Mexique, par rapport à cette trajectoire européenne. D’une part on voit d’abord clairement cette question sociale s’y est posée plus tardivement parce que le capitalisme industriel c’est d’abord implanté comme je le disais en Europe occidentale et la trajectoire que je viens de dessiner très schématiquement pour l’Europe suppose plus d’un siècle de transformations, de luttes, de conflits, de compromis aussi, qui n’ont pu commencer que beaucoup plus tard en Amérique latine. Mais il y a aussi une autre différence, c’est que cette question s’est posée d’une manière plus partielle, moins systématique, parce que le but de mon développement précèdent été de montrer que la nature de la question sociale telle que nous l’entendons en Europe était intimement lié aux péripéties d’abord de la forme de la prépondérance du salariat ouvrier, de la classe ouvrière, puis sous la forme d’extension du salariat dans la société salariale où le salariat ouvrier n’est plus le salariat dominant mais le salariat s’étend, se diversifie se complexifie et recouvre pratiquement l’ensemble de la société.

5Or, on voit bien que les sociétés d’Amérique latine ne sont jamais devenues des sociétés salariales en ce sens, ne serait-ce que par l’importance qu’il y a toujours eu de ce que vous appelez le travail informel, qui est du travail mais qui n’est pas du salariat au sens où on l’entend quand on parle de société salariale. On pourrait dire ainsi que la question sociale s’est posée dans les sociétés latino-américaines dans des secteurs limités du travail plus au moins étendus et avec des grandes différences selon les pays. Par exemple l’Argentine était marquée par une implantation relativement étendue de cette structure et le péronisme a été aussi une forme de présence forte, de la classe ouvrière, des syndicats de salariés, et qui a commencé à produire des réalisations étendues en matière de protection sociale, de droit de travail, d’assurance sociale. Je pense que l’on pourrait dire des choses voisines d’autres pays d’Amérique Latine comme l’Uruguay, le Chili, le Brésil qui s’industrialisent partiellement et qui développent un salariat de plus en plus étendu avec aussi le début de la constitution d’une classe moyenne salarié, employés de banque, fonctionnaires, différents types des services cette dynamique implique une généralisation progressive du salariat et parallèlement une réduction du travail informel.

6Si on avait eu cette rencontre dans les années 1970 par exemple pour réfléchir à cette problématique, on aurait pu dire à peu près ceci : la question sociale en Europe occidentale se pose dans le cadre de ce compromis social du capitalisme industriel que j’ai évoqué, cette forme d’équilibre entre la dynamique du capital et les contre parties positives du côté du travail. Du côté de l’Amérique Latine, on pouvait alors sans doute penser qu’il y avait là un modèle dont ces pays pouvaient espérer se rapprocher, rattraper ce qui pouvait apparaître comme un retard par rapport à l’Europe. Remarquez, je simplifie beaucoup parce qu’il y avait aussi des positions plus radicales qui pensaient que le rapport de force était tel qu’on ne pouvait pas introduire des réformes en Amérique Latine, et comme vous le savez aussi bien que moi, dans ces années 1971, il y a eu en Amérique Latine des mouvements révolutionnaires puissants. Mais vous voyez bien que cette question, réforme ou révolution, c’est aussi cette question qui avait traversé l’Europe occidentale pendant un siècle.

7Ce que je viens de dire était une rapide mise en position de la situation telle qu’elle prévalait dans les années 1970. Pour essayer de voir un peu où nous en sommes maintenant dans la différence par rapport à la situation qui prévalait des années 1970, je prends d’abord la question du côté de l’Europe occidentale et de la France. Aujourd’hui, je ne pense pas que l’on puisse dire que la situation européenne se présenterait comme un modèle à imiter, comme cela a pu être l’opinion dominante, y compris, je pense en Amérique Latine, dans ces années 1970. Je sais bien, il faut éviter de faire une peinture catastrophique de la situation européenne, parce qu’on doit reconnaître qu’elle est encore, à bien des égards privilégiés par rapport à l’Amérique Latine en matière de protection sociale, de niveau de vie, de sécurité. Mais c’est un fait aussi que, cette situation se dégrade, c’est-à-dire que dans les termes que j’ai employé précédemment, ce compromis social du capitalisme industriel est en train de se défaire depuis que l’on a commencé à parler de, la crise, en Europe, au début des années 1970, dont on n’a pas compris tout de suite l’importance : on a cru d’abord que c’était un blocage momentané de la croissance, on attendait la reprise. En fait, je crois que maintenant, on commence à comprendre que c’est beaucoup plus profond et que c’est un changement du régime du capitalisme qui s’opère. C’est-à-dire qu’on n’est plus dans le capitalisme industriel, on est sous une forme de capitalisme, je ne sais pas comment on pourrait le nommer, mais c’est en tout cas, une forme de capitalisme plus sauvage, pourrait-on dire, qui joue la concurrence exacerbée au niveau de la planète avec la mondialisation, sous l’hégémonie croissante du capitalisme financier international. Et qui donc, prend à contrepied ces régulations du compromis social du capitalisme industriel, qui renvoie au fait, qu’avec cette mondialisation, les Etats d’Europe occidentale ont perdu beaucoup de leur pouvoir qui leur donnait cette position hégémonique dans l’économie-monde. Ils sont traversés par cette nouvelle dynamique économique qui instaure la concurrence de tous contre tous au niveau de la planète et pour lesquels, c’est l’idéologie néolibérale dominante, ces protections sociales, ces droits sont pensés comme des obstacles à la compétitivité des entreprises, au libre déploiement du marché, etc. Et je crois que c’est l’esprit, je vais très vite, d’un ensemble de formes que l’on a vu se déployer depuis une trentaine d’années, des réformes d’inspiration néolibérale qui remettent en cause ces protections et ces droits avec pour résultat une certaine dégradation du marché du travail et la réapparition en France et en Europe de la catégorie de travailleur pauvre par exemple, le développement, en plus du chômage, de formes de travail précaire qui n’assurent plus l’indépendance économique des travailleurs, bref, la multiplication de situations qui ressemblent, même si elles ne sont pas identiques, à ce travail informel si répandu en Amérique Latine et dans les régions de la planète qui n’étaient pas devenues des sociétés salariales.

8Alors, je ne veux pas faire du misérabilisme à propos de la situation européenne, qui demeure, comme je le disais, largement privilégiée, mais le fait est que la différence s’atténue par rapport à la situation qui prévalait il y a une trentaine d’années et que l’Europe n’apparaît plus comme ce modèle de réussite disqualifiant complètement les régions dites sous-développées. On pourrait donc peut-être dire que ce qu’on appelle la mondialisation, ou la globalisation, produit une certaine homogénéisation, ou en tout cas, une atténuation des différences entre les situations sociales et économiques au niveau de la planète, et en ce sens, on pourrait sans doute dire qu’elle a aussi des effets positifs parce que l’hégémonie des pays occidentaux reposait quand même sur une grande injustice dans la mesure où elle était largement fondée sur l’exploitation d’une bonne partie de la planète. Ainsi qu’une certaine homogénéisation se fasse entre ces conditions que la trajectoire du capitalisme industrielle avait complètement clivées ne me paraît pas scandaleuse, condition, à une condition qui me paraît quand même essentielle, que cette homogénéisation ne se fasse pas par le bas, parce que cela ne serait sans doute au bénéfice de personne si les pays les plus riches s’appauvrissaient et se fragilisaient tandis que les pays les plus pauvres restaient aussi pauvres, voire plus pauvres.

9Il y a là une question difficile, d’arriver à une distribution plus équitable des ressources au niveau mondial qu’évidemment, je ne peux pas même aborder en cinq minutes. Je donnerai seulement mon sentiment, rapidement, que je souhaiterais donner à discuter : il me semble que la fin de cette hégémonie totale des pays occidentaux nous aide à découvrir que nous avons aujourd’hui, le même type de problèmes à affronter. En Europe, nous avons ces problèmes difficiles que j’ai mentionnés, avec la dégradation du marché du travail, le développement de la précarité, la multiplication des individus qui sont à nouveau condamnés à « vivre au jour la journée », comme on disait autrefois, et la question, se pose de savoir s’il serait possible d’élaborer un nouveau compromis social qui préserve les intérêts du marché et des entreprises, parce que nous sommes dans une société capitaliste, on ne peut pas l’oublier, mais qui soit aussi capable de protéger les travailleurs et de donner des droits à ceux qui sont marginalisés par cette nouvelle dynamique économique. Et à mon avis, c’est un enjeu essentiel de la question sociale actuelle, en France et en Europe, bien que je ne puisse pas développer ce point faute de temps. Mais il me semble qu’en Amérique Latine, il se pose des problèmes non pas identiques, mais décalés en raison du retard qui avait été pris dans le processus de constitution de la société salariale. Ainsi les taux de pauvreté sont beaucoup plus importants, la proportion de travail informel est beaucoup plus élevée, les services publics beaucoup moins développés etc. Mais ces pays ont peut-être une chance que l’Europe occidentale, n’a plus, parce que tout se passe comme si le centre de gravité de la productivité mondiale s’était déplacé et les taux de croissance par exemple, des pays que l’on dit aujourd’hui émergents et non plus sous-développés sont considérables. Ainsi ils paraissent placés dans une dynamique de développement économique mondiale tandis que l’Europe aurait plutôt tendance à stagner. De ce point de vue ce que j’ai vu récemment en Argentine m’a beaucoup impressionné. Tout le monde, se souvient de la terrible crise de l’hiver 2001 en Argentine où l’application sauvage des principes du néolibéralisme avait mis le pays au bord du gouffre. Aujourd’hui, la situation n’est pas merveilleuse sans doute, mais elle a beaucoup changé, il y a une croissance économique importante, mais il y a aussi une volonté politique, de tirer des leçons des erreurs passées, de lutter plus énergiquement contre la pauvreté, de reconstruire des protections autour du travail, ce qui implique aussi de donner un rôle fort à l’Etat. Et je me demandais si en dépit de grande difficultés qu’elle rencontre et des énormes problèmes qu’elle a à résoudre, l’Argentine n’était pas finalement dans une position plutôt plus enviable par rapport à l’Europe si on raisonne en termes de dynamique, de trajectoire, de processus, parce que l’Argentine paraît engagée dans une dynamique fragile, certes, mais de progrès et sans doute pourrait-on dire des choses voisines d’autres pays émergents, comme du Brésil, alors que ce s’agissant de l’Europe c’est plutôt le contraire. De toute manière je vais m’arrêter, car la question que je souhaitais soulever, ce n’est pas de distribuer des bons points en disant : « ici c’est mieux, et là, cela l’est moins ». Par contre, il me paraît incontestable que depuis une trentaine d’années, il s’est produit un déplacement important qui conduit à envisager de manière très différente les relations entre l’Amérique Latine et l’Europe s’agissant de ces questions sociales. Je crois qu’est fini le temps où l’Europe avait tendance à se présenter comme un modèle et en tant que donneuse de leçons, un modèle qu’il faudrait plus ou moins imiter. L’Europe est, aujourd’hui en proie à de grandes difficultés et elle retrouve des problèmes qui sont, aussi présents en Amérique Latine, ceux de la pauvreté laborieuse, du travail précaire, de l’absence de protection, etc. De sorte qu’il me semble, et je ne dis pas cela par démagogie, que nous autres Européens, nous avons aussi des choses à apprendre de ce qui se fait pour essayer de combattre ces maux, ce qui d’ailleurs devrait peut-être permettre des échanges plus partagés ou plus démocratique. Mais il faudrait dépasser ces impressions qui restent pour une bonne part subjectives et qu’il faudrait avoir le temps ou d’autres occasions d’en discuter. Merci de votre attention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Castel, « La question sociale en Europe occidentale et en Amérique latine  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65411 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65411

Haut de page

Auteur

Robert Castel

Directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page