Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Diego Arango Lopez

Projet d’urbanisme : ordre social, ordre politique. Bogotá 1900-1951

[07/06/2013]

Résumés

Cet article a pour objectif de comprendre le processus de production, d’institutionnalisation et de réception des projets d’urbanisme à Bogotá en Colombie pendant la première moitié du vingtième siècle. L’article expose une analyse de la consolidation bureaucratique du gouvernement de Bogota, suivie d’une lecture des premiers projets d’urbanisme présentés à Bogotá et d’une étude de leur réception. Enfin il s’achève sur la question de la constitution de la pratique d’un urbanisme local à cette période dans les structures institutionnelles, sociales et politiques de la capitale colombienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Population par recensement: 1898 : 78 000 ; 1907 : 86 328 ; 1912 : 116 951. Mejía, Germán, Los años (...)
  • 2 Source: Departamento de estadística e investigación social. Anuario municipal de estadística. Bogot (...)
  • 3 Selon le recensement du DANE (Departamento Administrativo Nacional de Estadística) en 2005 il y ava (...)

1Depuis le début du vingtième siècle, la capitale colombienne se transforme en modifiant considérablement sa morphologie. De même, c’est au dernier siècle que Bogotá devient le pôle de migration le plus attractif du pays en augmentant sa population d’environ 100 0001 habitants à près de 600 0002 en 1950 à plus de 6 000 0003 à la fin du millénaire. Derrière l’explosion démographique et la transformation physique de la ville, il y a des individus, des groupes, des stratégies d’action collective et des forces politiques qui se mobilisent pour atteindre des intérêts divers à travers le contrôle de l’évolution de l’espace urbain. Mais, au-delà de la transformation visible de la ville, pendant cette période, Bogotá expérimente des changements liés au développement de l’urbanisme qui produisent une nouvelle configuration institutionnelle, politique et sociale.

  • 4 Harvey, David, Spaces of Hope. Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 2000.
  • 5 Traduction propre, texte original: “As we collectively produce our cities, so we collectively produ (...)

2Produire l’espace de la ville est un exercice collectif qui implique la participation d’une multiplicité d’acteurs. De même, comme l’écrit Harvey, « Au fur et à mesure que nous produisons collectivement nos villes, nous nous produisons nous-mêmes. » 4 Dans ce sens, produire la ville est bien plus que le développement des projets d’urbanisme par un groupe d’experts et une élite. La fabrique de l’espace physique est indissociable de la configuration du tissu social et politique. Harvey, continue son argumentaire en disant que « Les projets sur ce que nous voulons que nos villes soient concernent alors les possibilités humaines, ce que nous voulons être, ou peut-être plus pertinemment, ce que nous ne voulons pas devenir.»5.

  • 6 Nous reprenons le concept de réception d’Isabelle Charpentier, la réception est une forme de consom (...)

3Donc, en regardant le processus de production de la ville, nous nous approchons de la manière dont la société urbaine se constitue et se reconfigure. Analyser les projets sur lesquels une société, représentée par ses dirigeants, dessine ses espaces est avant tout faire une lecture des formes d’action de cette société. La fabrique d’un espace urbain va au-delà du dessin d’un projet d’urbanisme. Ce n’est pas seulement dans l’esprit savant d’un urbaniste qu’un projet de réaménagement de la ville est créé. Un projet s’insère dans une configuration sociopolitique particulière, dans un réseau d’acteurs et d’institutions où les idées de ses dessinateurs ne constituent qu’une partie des éléments du processus de fabrique. Le projet d’urbanisme est toujours en contact avec le monde humain qui l’entoure ; les institutions officielles, les commanditaires, les producteurs, les cercles professionnels concernés, la presse et toute une série d’acteurs participent à sa création et à sa réception6.

4La dimension politique et les enjeux sociaux des projets d’urbanisme sont des éléments cruciaux de la question urbaine. Le contrôle de l’espace est étroitement lié à l’organisation de la société. Ce que nous proposons donc dans cet article est une réflexion sur les modes d’action collective et de gouvernement de la capitale colombienne. En analysant l’histoire de la planification et l’urbanisme de Bogotá pendant la première moitié du vingtième siècle, nous cherchons à répondre à des questions telles que, comment se constitue une structure institutionnelle de planification urbaine ? Quelles stratégies d’action collective utilisent les leaders de la planification de la ville pour développer leurs idées ? Ainsi, nous considérons que nous pourrons mieux saisir comment la politique de planification de Bogotá est créée, et nous comprendrons davantage la manière dont elle est reçue par l’ensemble des acteurs.

5D’abord, nous essayerons de comprendre la consolidation institutionnelle de la planification urbaine dans le gouvernement de Bogota. Ensuite, nous aborderons le processus de création des projets d’urbanisme lancés dans les années 1920. Et finalement nous réfléchirons sur la réception et la manière dont l’urbanisme s’institutionnalise socialement au milieu du siècle.

Ville, organisation et fonctionnaires

  • 7 Voir. Herrera, Marta, Ordenar para controlar. Ordenamiento espacial y control político en las llanu (...)

6L’empire espagnol se sert pendant plus de 300 ans de la forme urbaine comme un mécanisme fondamental de contrôle social et politique7. Des villes comme Bogotá sont construites en suivant des normes urbanistiques directement liées au pouvoir politique impérial. Les indépendances politiques au début du dix-neuvième siècle bouleversent cet ordre car les hiérarchies sociopolitiques d’ancien régime représentées dans l’espace urbain ne sont plus valables. Néanmoins, ces changements n’entrainent pas une destruction des villes ni une transformation immédiate des espaces urbains, même si des projets de transformation urbaine sont présentés à Bogotá pendant le dix-neuvième siècle.

  • 8 Mejía, Germán, op. cit.

7C’est depuis les années 1900 qu’une nouvelle manière de gouverner et planifier la ville est mise en œuvre à Bogotá8. Certes, il n’y a pas une rénovation de la classe politique et certains des mêmes groupes et individus restent au commandement des institutions locales, mais des changements profonds ont lieu dans les politiques et les institutions de la ville. Ces transformations sont évidentes dans plusieurs pratiques comme le contrôle policier de la ville ; la démarcation administrative des quartiers ; la construction d’infrastructures pour la prestation des services publics ; la consolidation des institutions fiscales ; mais aussi, et cela est très important pour cet article, la création et l’institutionnalisation de la planification urbaine comme pratique orchestrée par le gouvernement local. Planifier c’est une manière de consolider un ordre spatial, de raffermir un système politique, mais aussi et surtout, de renforcer un ordre social, c’est donner à chaque individu ou groupe une place dans la ville dans ses espaces physiques et politiques et dans les espaces à construire dans l’avenir.

  • 9 Romero, José Luis, op. cit. p.284.
  • 10 Vergara, J. M., Las tres tazas. Bogotá, Instituto colombiano de cultura, 1971.

8Or, le vingtième siècle en Amérique Latine ne commence pas, sauf dans certains cas comme le Mexique, le Cuba et le Panamá, avec des transformations politiques majeures, comme des indépendances ou des révolutions. La «  guerre des mille jours » (1899-1902) en Colombie, malgré la grande mobilisation de forces violentes, n’est pas une révolution. La classe dirigeante et les principes de gouvernement ne sont pas remplacés par d’autres. Par ailleurs, au niveau national, à la suite de la constitution conservatrice de 1886 et jusqu’en 1930, le pays reste dans une longue période de stabilité politique connu comme « l’hégémonie conservatrice ». Il faut alors se demander, pourquoi a-t-on besoin de nouvelles politiques urbaines, de repenser la ville au début du vingtième siècle ? Pourquoi se produisent de forts changements au niveau local alors qu’au niveau national il y a une politique conservatrice ? Selon José Luis Romero, pendant la première moitié du XIXème siècle il y a plusieurs groupes sociopolitiques en concurrence qui ne portent pas un intérêt prioritaire à la question urbaine. Par contre, à la fin du siècle, des nouvelles bourgeoisies s’installent rapidement à la tête de la société en imposant leur style de vie, urbain et à prétention cosmopolite9. Or, cette élite bourgeoise existe déjà avant la fin du siècle, mais, comme le montrent Romero et Mejía, ou comme l’expose Vergara10 à travers la littérature, elle n’a pas le pouvoir nécessaire pour s’imposer comme groupe dirigeant du gouvernement et de la société, ou pour transformer l’espace urbain.

  • 11 Mejia, Germán, op. cit. p. 481.

9Ce n’est donc qu’à partir du début du XXème siècle que l’élite bourgeoise de Bogotá commence à fixer avec succès des nouvelles formes étatiques pour diriger le développement de la ville. Selon Germán Mejía, l’exemple le plus clair de ce changement est la transformation du zonage paroissial, d’un monde où le religieux donne de la forme au monde civil, à un nouvel ordre spatial façonné par les districts de police11. Il faut ainsi remarquer que les institutions de l’état municipal, et nous allons voir lesquelles, et les fonctionnaires publics de la ville, commencent à jouer un rôle beaucoup plus important dans l’administration, le gouvernement, l’ordre civil et la planification de la ville. Depuis le début du siècle, le pouvoir ecclésiastique ne contrôle plus, comme pendant l’époque coloniale et le XIXème siècle, le développement spatial de la capitale.

  • 12 Parmi les reformes légales les plus importantes il faut remarquer l’acte législatif 3 de 1905 et sa (...)
  • 13 Concejo de Bogotá. Libro de Acuerdos sancionados por el Concejo de Bogotá en los años de 1905 a 191 (...)

10Ce changement est visible dans certaines pratiques que nous avons mentionnées auparavant mais il est aussi soutenu sur le papier, par des réformes légales et administratives à plusieurs niveaux. Certaines sont faites dans les instances municipales, d’autres passent au niveau départemental et d’autres sont d’ordre national. Ainsi, dans la première décennie du siècle, se crée la base légale pour la prise en main du développement urbain de la capitale par le gouvernement local12. La conséquence de ces déterminations que nous voudrions signaler est l’établissement, dans les institutions officielles, de la responsabilité légale de construire et contrôler la transformation des espaces physiques de Bogotá. Dans cette période le gouvernement local s’empare légalement de la tâche de coordonner le développement urbain. Mais, prendre cette décision n’est qu’un pas préliminaire, car la seule envie de diriger ne suffit pas, il faut aussi produire les outils pour mettre en fonctionnement une volonté politique. L’accord 9 de 191113 et l’accord 12 de 1912 témoignent de ce processus, avec ceux-ci le conseil municipal crée des outils administratifs et techniques pour reconstruire la ville. Avec des dispositions comme celles-ci le gouvernement cherche à réduire le fossé, toujours existant, entre ce que la loi commande et ce que les mécanismes du gouvernement peuvent effectivement exécuter.

11L’appareil gouvernemental de Bogotá des années 1910 n’arrive pas, matériellement, à accomplir les responsabilités qu’il se fixe. Une des défaillances principales, c’est de faire respecter les nouvelles déterminations pour les constructions d’espaces physiques. Pour combler ce manque, en 1917, un organisme privé, la Sociedad de Embellecimiento y Ornato Urbano, se met en fonctionnement avec le soutien du gouvernement local, elle n’est cependant pas la seule à suivre cette procédure. Des mesures comme celle-ci montrent les modes d’action collective du gouvernement. Quand l’appareil public est insuffisant, il a recours aux organisations privées.

12Or, ce que nous pouvons voir jusqu’ici est que, pendant que le Conseil Municipal et le Congrès légifèrent, d’autres institutions, publiques ou privées, doivent exécuter. Les déterminations prises par la loi doivent être déléguées à des agents capables d’actions concrètes. Les textes légaux se traduisent ainsi en nouveaux postes, en fonctionnaires, en organisation de bureaux, en concessions budgétaires, en habilitation des dirigeants à accorder des nouvelles fonctions. Ainsi, malgré la permanence de plusieurs imperfections, nous pouvons constater qu’un changement crucial a lieu dans le gouvernement local pendant la seconde décennie du siècle car, à partir de ce moment, transformer l’espace n’est plus une envie politique mais une responsabilité officielle. En d’autres termes, il y a à partir de ce moment des individus, des fonctionnaires et des organisations chargés de développer des tâches précises d’intervention sur l’espace.

13Le gouvernement de Bogotá devient ainsi l’agent principal pour l’action sur la ville. Au sein des institutions politiques commencent à exister les mécanismes et outils pour pouvoir réaliser des travaux. Au début des années 1920, les projets d’urbanisme deviennent pour Bogotá bien plus que des rêves, car il existe une bureaucratie, des fonctionnaires, des institutions et un réseau d’action dans le gouvernement local capable de transformer la volonté politique en action.

De la bureaucratie aux projets d’urbanisme

  • 14 Le projet a été présenté pour la première fois en 1919 à l’Assemblée du Département de Cundinamarca (...)
  • 15 Cuellar, Marcela, et Mejía, Germán, Atlas histórico de Bogotá, cartografía 1791-2007, 1è édition, B (...)

14La consolidation institutionnelle de la planification dans le gouvernement de Bogotá requiert des actions et des projets concrets pour dépasser la seule existence bureaucratique. C’est ainsi qu’en 1925, après un long processus de discussion politique14, un premier projet appelé Bogotá Futuro est approuvé, dans lequel l’administration municipale représente sa conception de la ville de l’avenir de manière hiérarchisée et fixe. En dessinant très précisément la ville future jusque dans ses moindres recoins, le projet établit une image de ville idéale. Soulignons quelques aspects de Bogotá Futuro. Dans le plan sont dessinés tant les espaces construits que les espaces en développement et les espaces projetés de la capitale. Le projet propose une multiplication par quatre de la surface bâtie de la ville. Les espaces construits équivalent à 65% de la surface alors que les espaces libres (rues, places, et parcs) ne constituent que 35% de la ville projetée15.

  • 16 Voir: Suarez, Adriana María, La ciudad de los elegidos, crecimiento urbano, jerarquización social y (...)

15Dans ce plan, nous pouvons voir une projection de la ville plus proéminente vers le nord que vers le sud. D’une part, cette disparité peut s’expliquer par le relief montagneux dans le sud et l’est de la ville. Mais d’autre part l’explication est sociopolitique16, même si dans ce texte, nous n’entrerons pas dans ce débat. Néanmoins, nous pouvons remarquer que cela coïncide avec la tendance à Bogotá d’urbaniser les terrains autour du secteur très exclusif de Chapinero. Aussi, le projet propose une projection de croissance vers l’ouest délimitée par une ligne diagonale qui fixe le périmètre urbain. Et, le système viaire projeté est fondamentalement une continuation de la grille coloniale avec quelques variations de rues diagonales.

16Ce plan est rapidement laissé de côté. Néanmoins, il est fondamental dans l’histoire de la planification et l’urbanisme de la capitale colombienne car, pour la première fois, le gouvernement intègre une représentation visuelle de l’espace projeté au sein du débat politique sur la ville. Le fait que la planification passe d’un processus opaque, dissimulé derrière les Accords du Conseil municipal, à un produit visuel incarné par des cartes et des instruments techniques rend compte d’une volonté de rendre la planification visible.

  • 17 Les principaux participants à la création de ce projet ont été ces ingénieurs : Responsable : Enriq (...)

17Le projet ne prend pas en compte beaucoup d’aspects politiques et économiques nécessaires pour la réalisation. Par exemple, il ne définit pas les mécanismes légaux et économiques pour l’expropriation ou l’achat des terrains à acquérir. Il s’agit fondamentalement d’un projet pensé par des ingénieurs et non pas par des hommes politiques17. Mais, parallèlement en 1926, une transformation fondamentale au niveau institutionnel et politique, a lieu, la création du Secrétariat de Travaux Publics de Bogotá (SOP, Secretaría de Obras Públicas). Nous assistons ainsi à une période dans laquelle le gouvernement consolide progressivement des structures organisationnelles avec des capacités réelles d’action sur la ville et avec un intérêt explicite pour transformer les espaces urbains. La différence principale avec les années 1910 est, qu’à partir de cette décennie, il y a toujours une présence du monde académique de l’urbanisme, parfois provenant de courants disciplinaires opposés, à côté de la planification et la construction de la ville. Or, Bogotá Futuro et le SOP se développent séparément. Lorsque les ingénieurs dessinent le Plan, le SOP n’existe pas, le projet n’est pas conçu pour s’articuler harmonieusement avec la structure qui le reprend.

18Puis, c’est au tour de l’Américain Harland Bartholomew de créer un nouveau plan pour Bogotá, qui demeure également méconnu. Ses propositions reflètent cependant là-encore un développement intéressant. D’après Bartholomew, planifier la ville signifie à la fois dessiner un projet d’urbanisme avec les espaces à construire et composer une structure administrative pour garantir la faisabilité du plan. Concevoir un projet d’urbanisme, selon lui, implique aussi de penser son articulation avec les structures administratives. Ce projet est rapidement abandonné mais le gouvernement maintient la volonté de soutenir, avec le SOP, le lien entre projet et structure administrative.

Image 1

Image 1

Dirección Municipal y Departamental de obras públicas.
Bogotá Futuro Bogotá: Museo de Bogotá. 1923. S.919.307. 71 x 54.5 cm

  • 18 La liste de projets est annexée dans Hofer, Andreas, Karl Brunner y el urbanismo europeo en América (...)

19Après ces premiers essais, l’administration municipale change à nouveau de tendance planificatrice et crée le Département d’Urbanisme sous la direction de l’architecte et urbaniste autrichien Karl Brunner. Cette nouvelle instance propose alors une multiplicité de projets très localisés, tels que le plan de circulation automobile pour le centre ou la ville satellite, et développe plus de trente projets au travers l’espace urbain18. Mais, une des caractéristiques principales de cette structure est qu’elle articule l’action gouvernementale avec l’initiative privée. La convergence de plusieurs facteurs économiques, politiques et sociaux produit à cette époque une structure de planification solide. Or, parallèlement, la construction illégale d’espaces urbains se développe aussi.

  • 19 Il faut noter que la Sociedad Colombiana de Arquitectos a été crée en 1934, elle a fonctionné penda (...)
  • 20 Brunner, Karl, La vista aérea y el urbanismo, Registro Municipal. Bogotá, Imprenta Municipal, N° 29 (...)
  • 21 Martinez, Carlos, « Las conferencias del Doctor Brunner », Registro Municipal, Bogotá, Imprenta Mun (...)
  • 22 Brunner, Karl H, Manual de Urbanismo, Bogotá, Ediciones del Concejo Municipal de Bogotá, Tome 1: 19 (...)

20Au milieu des années 1940, la question de la planification urbaine n’apparaît pas comme secondaire, et suscite de vives réactions, particulièrement dans le domaine politique mais aussi dans les nouveaux cercles professionnels des architectes19. Le processus ainsi développé sous la direction de Karl Brunner est en effet le premier à établir un dialogue public, avec une participation des agents officiels et des agents particuliers. Brunner publie des articles rendant compte de son travail dans les médias officiels20, participe directement dans l’enseignement d’architecture et urbanisme et donne des conférences21. Il publie également, un manuel d’urbanisme en deux tomes où plusieurs des développements de Bogota sont montrés à côté d’autres principes d’urbanisme et des exemples choisis de projets d’urbanisme dans le monde22.

  • 23 Amorocho, Luz, Garcia Enrique, Angulo José, Marnitez Carlos, « Bogotá puede ser una ciudad moderna  (...)
  • 24 Andrade, Lleras, Gabriel, « El plan mazuera. Una colaboración distrital a la solución de dos proble (...)

21A partir de ces esquisses successives et de l’appareil critique émergeant en matière d’urbanisme, plusieurs propositions de projets sont lancées. Des hommes politiques tels que Jorge Soto, maire de Bogota et son secrétaire Alfredo Bateman créent un plan de zoning en 1944. De même, le groupe d’architectes de la revue Proa, émet plusieurs propositions de transformation de la ville23. Et, suite à un processus de diffusion et de discussion publique à la fois dans les journaux généralistes et professionnels, Le Corbusier, Wiener et Sert sont embauchés en 1949 par le maire Fernando Mazuera –qui avait auparavant lui-même en tant que membre de la Asociación Colombiana de Ingenieros travaillé le sujet de l’urbanisme à Bogotá24-, pour la création d’un nouveau plan. À ce moment de l’histoire, les institutions chargées de la planification urbaine sont déjà bien consolidées tant administrativement que techniquement. Et, ce que le projet de Le Corbusier, Sert et Wiener apporte, comme nous le verrons par la suite, est une ouverture publique et une notoriété du processus de planification de la capitale.

22En somme, entre 1900 et 1947, ce que nous pouvons voir est une consolidation progressive des institutions chargées du développement urbain à l’intérieur du gouvernement. La présentation et le développement des projets apportent une technicisation progressive de l’appareil gouvernemental pour l’action sur la ville. Et enfin, les projets commencent à être diffusés, critiqués et analysés publiquement dans la presse et d’autres espaces non gouvernementaux de sociabilité.

Réception et spécialisation

23Au début du XXème siècle, peu d’individus participent au débat sur la construction des espaces de la capitale. De plus, leur participation n’est pas très visible car leur capacité d’action est très restreinte. Néanmoins, comme nous avons pu le voir précédemment, pendant la première moitié du siècle, le nombre d’individus dédiés à ces activités augmente considérablement. De même, de plus en plus d’organisations diverses se mettent à penser et commenter les espaces de Bogotá. La construction et organisation de la ville, qui pendant le XIXème siècle est un sujet secondaire pour la politique, devient primordiale pour le gouvernement local et pour d’autres groupes et individus pendant la première moitié du XXème siècle.

24Les institutions officielles ne sont pas les seules à penser, dessiner et planifier le développement futur de la capitale. D’autres acteurs, comme les associations d’architectes et ingénieurs, notamment la Sociedad Colombiana de Arquitectos, et la Sociedad Colombiana de Ingenieros, et les universités, spécialement l’Université Nationale, s’engagent aussi activement dans la planification urbaine de Bogotá. Ces groupes et individus publient leurs points de vue dans les médias officiels divers comme le Registro Municipal, le Manual de Urbanismo de Karl Brunner ou l’exposition du Plan Pilote de Le Corbusier, Sert et Wiener à la mairie en avril 1951, mais aussi dans la presse généraliste comme El Tiempo, El Siglo, El Espectador et Semana, dans des revues spécialisées comme Proa, Estampa et Casas y Solares et dans des publications universitaires spécialisés comme Ingeniería y Arquitectura des Facultés d’Architecture et d’Ingénierie de l’Université Nationale. C’est ainsi qu’au milieu du XXème siècle, le débat sur la manière dont la ville doit se planifier s’ouvre au delà des institutions officielles. Toutefois, il ne s’agit pas de donner à tous les habitants un rôle actif dans la prise de décisions sur la manière de construire le futur de la capitale. Le processus de planification devient très visible et mobilise un discours de caractère démocratique, en se mettant ainsi sous le regard permanent de l’œil public. Mais, il faut noter qu’il s’agit d’un processus élitiste où des petits groupes d’acteurs planifiaient le devenir de la ville en accord avec leurs intérêts individuels et groupaux.

  • 25 D’après Marco Palacios, la consolidation d’une élite ploutocratique plus hétérogène où participaien (...)

25Ce que nous pouvons identifier au milieu du siècle dernier dans le gouvernement local est la consolidation d’une élite hétérogène à laquelle appartiennent architectes et urbanistes25. L’approbation des projets d’urbanisme est une stratégie d’action importante en ce qui concerne leurs modes de reproduction sociale et matérielle. Remarquons que la consolidation institutionnelle du gouvernement est déjà bien avancée et qu’à ce moment cette élite cherche aussi l’acceptation sociale de ses projets, c’est-à-dire l’acceptation par des groupes différents aux participants directs de la politique locale. Or, depuis les années 1940, de nouveaux acteurs, principalement des architectes, commencent à diffuser de opinions et analyses sur ce qui, selon eux, sont les problèmes de Bogotá et leurs solutions. C’est ainsi, dans ce climat de discussions que Le Corbusier, Wiener et Sert sont embauchés par le Maire Fernando Mazuera pour créer le Plan Directeur de Bogotá. Voyons quelques aspects de ce projet pour comprendre l’importance de la réception dans le processus d’institutionnalisation de l’urbanisme.

  • 26 Arango, Silvia et Gonzales, Jaime, « Le Corbusier: Realidades y Representaciones », Vargas, Caicedo (...)
  • 27 Le journal de diffusion nationale El Espectador le présente ainsi : « Le génial architecte et urban (...)

26D’abord, une profusion d’articles dans la presse générale dans les années 1940 renforce la création du besoin d’un nouveau plan pour Bogotá. Sans entrer dans des discussions techniques ou des précisions administratives, la presse se permet de rêver avec des textes simples. Dans ces écrits, les journalistes et leurs interviewés établissent un ton, un langage, et construisent des personnages. Ces hommes dont les noms apparaissent dans les pages principales des journaux, ne sont pas toujours évalués par la presse en fonction du travail réalisé mais sur la base de leurs discours et sur des représentations des travaux menés ailleurs26. Selon les journalistes, un futur meilleur est possible. Pour la presse, la manière de construire ce futur consiste à confier le plan à un expert international. Le portrait de Le Corbusier dans la presse est, depuis 1947, souvent accompagné d’adjectifs laudatifs27. De même, lorsque les premiers contacts avec Sert se produisent, la presse n’hésite pas à émettre des éloges à son égard. L’important pour la presse, semble-t-il, n’est pas d’analyser le plan mais de construire une représentation de ses producteurs.

27Au fur et à mesure que le temps passe et que les conditions évoluent, notamment après les événements violents du 9 avril 1948, le discours change. Toutefois, une idée ne rencontre pas d’opposition : un plan est nécessaire. Le 9 avril sert même d’argument pour convaincre l’opinion que, pour éviter ce genre de chaos urbain, il faut un nouvel urbanisme. Parfois, les journalistes critiquent le professionnalisme des urbanistes. Le coût et la capacité d’exécution sont les préoccupations qui canalisaient les critiques les plus acharnées. Mais, le plan, en tant qu’instrument central pour la construction de l’avenir de la ville n’est jamais mis en cause.

  • 28 Le Corbusier a été invité par le ministre de l’Education, Eduardo Zuleta Ángel, à donner deux confé (...)
  • 29 Depuis les années 20 Le Corbusier utilise la conférence comme stratégie d’action. Un de ses buts es (...)

28Le Corbusier, Wiener et Sert, à la recherche d’objectifs partiels comme l’approbation du décret 185 de 1951 pour commencer les travaux, ou le projet de reconstruction de Tumaco, contribuent aussi à l’accomplissement d’un but : l’institutionnalisation sociale de l’urbanisme à Bogotá. La stratégie de Le Corbusier commence par une diffusion large et publique de sa personnalité et de quelques-unes de ses idées. Les deux conférences de 1947 au Théâtre Colón de Bogotá servent de vitrine publicitaire de l’urbaniste franco-suisse28. Quelques idées passent comme des enseignements généraux, -comme une doctrine pour un public plus ou moins instruit- et avec elles, Le Corbusier s’introduit en tant que professionnel mais aussi en tant qu’homme dans le panorama colombien29. Ce qui est reçu n’est pas seulement un argumentaire ou une méthodologie, c’est aussi un personnage. En 1947 la configuration sociopolitique de Bogotá est dotée d’un grand nombre d’éléments : il y a un appareil gouvernemental avec une capacité technique et administrative réelle, une apparente stabilité politique, une relative solidité économique, une acceptation de l’urbanisme moderne dans différents milieux et le chemin pour le développement et l’exécution d’un éventuel plan de Le Corbusier, semble facile.

29Les particularités du processus de création et du rendu du projet changent les conditions pour Le Corbusier, Wiener et Sert. La situation est délicate. La stabilité politique n’était qu’une apparence trompeuse. Les émeutes du 9 avril 1948 représentent l’explosion d’un conflit politique national latent. Le Corbusier, Sert et Wiener comprennent que, pour l’accomplissement de leurs objectifs, tels que l’approbation du Plan Pilote, ils devaient bien se protéger de leurs opposants. En mettant en place une politique du silence et du secret ils évitent les attaques contre le Plan. La correspondance échangée entre les membres de l’équipe est révélatrice de cette stratégie. Wiener l’écrivait ainsi dans une lettre à Le Corbusier

  • 30 Wiener, Paul Lester, Lettre à Le Corbusier, New York. Le 8 Novembre 1949. “Due to political strife (...)

«  J’ai conseillé à Ritter de garder un silence total et de ne pas participer directement ou indirectement en politique, mais de rester dans la position complètement neutre du technicien, de façon à ce que le Plan de la Ville n’entre pas dans la bataille politique où il serait utilisé de façon peu scrupuleuse comme un «  football » politique » 30

  • 31 Le Plan Pilote constitue la première étape du rendu spécifié dans le contrat avec Le Corbusier, Wie (...)

30Ainsi, ils essayent silencieusement d’officialiser leurs dispositions. Ils cherchent à fuir des avatars d’une politique instable et violente. Mais surtout, ils veulent montrer le plan comme un produit bien construit, scientifique, objectif, neutre, réfléchi en dehors de l’agitation politique, résultat d’un long travail académique. Une fois que la décision d’approuver le plan pilote31 est adoptée par des institutions officielles, le plan est difficilement réversible au niveau administratif. Sa réalisation effective, en revanche, n’est guère garantie.

  • 32 Comme : Arquitectura y Arte, Bogotá ; Pórtico, arquitectura, urbanismo arte, Bogotá.
  • 33 Leur publication principale est les Anales de Ingeniería et ils participaient de manière très activ (...)

31Malgré le silence que prônaient les architectes du Plan pour Bogotá, des informations filtrent jusque dans les pages des revues professionnelles telles que Proa. Ces professionnels, qui autrefois avaient appuyé la participation de Le Corbusier dans l’urbanisme de Bogotá, manifestent ouvertement leurs désaccords avec les dispositions et méthodes de l’équipe du Plan. Ainsi, entre les lignes publiées principalement par Proa mais aussi par d’autres32, il y a des critiques politiques, des propositions organisationnelles, une construction corporative et des demandes d’emploi adressées aux autorités. Derrière les pages des revues il y a des groupes qui se constituent et qui exercent une pression permanente sur les structures officielles de Bogotá pour atteindre certains objectifs. De même, nous pouvons voir un corporatisme professionnel qui défend et protège avec jalousie des intérêts particuliers. Un autre groupe professionnel la Sociedad Colombiana de Ingenieros a déjà quelques longueurs d’avance sur les architectes en ce qui concerne la consolidation corporatiste face aux gouvernements. Auparavant, sans faire référence directe à Le Corbusier, Sert, Wiener ou au mouvement d’architecture moderne (CIAM), les ingénieurs avaient constitué des formes de diffusion de leurs intérêts d’intervention urbaine33. La place et les postes des ingénieurs dans le gouvernement de la ville comme dans la construction de ses espaces, sont solidement constitués. En revanche, pour les architectes le travail est moins avancé.

32Mais, ce que nous pouvons constater c’est que le Plan, même sans être l’élément principal d’intégration au monde du travail, sert de prétexte pour la construction et la consolidation des groupes professionnels d’architecture. Le gouvernement local, qui au début du siècle commence à moderniser son système de construction de l’espace urbain, est confronté au milieu du siècle avec un système de détracteurs, critiques, et soutiens professionnels. La discussion sur l’avenir de la ville a lieu non seulement dans la sphère politique, comme auparavant, mais aussi, et d’une façon très importante dans le monde professionnel des ingénieurs et architectes.

Considérations Finales

33Nous avons signalé trois aspects de l’histoire de l’urbanisme à Bogotá. Tout d’abord, avec le tournant du siècle, une bourgeoisie moderne s’empare du gouvernement municipal en changeant ses modes d’action collective et en s’accordant la responsabilité de reconstruire et transformer la ville. Ce changement est suivi par une consolidation progressive des institutions du gouvernement civil qui sert de structure de base pour les projets d’urbanisme présentés à partir des années 1920. Et enfin, les projets dépassent la discussion au sein des cercles politiques et d’autres acteurs s’engagent activement dans le processus de production de l’espace de la capitale colombienne.

34Comme l’ont montré José Luis Romero pour l’Amérique Latine et Germán Mejía pour Bogotá, quand le système bourgeois s’impose comme modèle dirigeant de la société urbaine, des mécanismes pour transformer le tissu physique de la ville sont aussi mis en place. Dans le cas de Bogotá, cela commence au début du XXème siècle avec la création et le développement de plusieurs mécanismes d’appropriation et de transformation de l’espace urbain. Au début des années 1920, la responsabilité d’ordonner l’espace de Bogotá retombe sur des fonctionnaires et des organisations officielles. Celles-ci comptent de plus en plus avec les mécanismes techniques et administratifs nécessaires pour comprendre, penser et transformer l’espace de la ville.

35Ensuite, les premiers projets d’urbanisme sont créés. Ces outils de transformation urbaine ne sont pas conçus sur le vide : la structure organisationnelle et institutionnelle du gouvernement municipal leur sert de pilier. Or, les premiers essais de contrôle spatial manquent d’éléments politiques, légaux, institutionnels et techniques leur donnant la capacité d’exécution. Mais, dans les années 1930 et 1940 la structure gouvernementale se complexifie et se modernise progressivement en établissant les mécanismes nécessaires pour développer les projets. Ainsi, au milieu du siècle, il existe à Bogotá une structure municipale officielle capable de produire des projets d’urbanisme, de penser l’espace de la ville, et de projeter ainsi un ordre socio-spatial pour la capitale. La trentaine de projets développés par Karl Brunner et le Département d’Urbanisme témoignent de cette capacité d’exécution.

36Toutefois, jusqu’aux années 1940, l’approbation des projets d’urbanisme lancés et soutenus par les institutions publiques n’implique que faiblement des instances en dehors du monde politique. Mais, rapidement d’autres nouveaux acteurs, comme les groupes professionnels, les groupes académiques et la presse en général commencent à participer publiquement dans les débats sur la manière dont la ville doit se construire et se planifier. Or, cette ouverture de la planification vers de nouveaux acteurs pourrait être interprétée comme une démocratisation de la pratique de la fabrique l’espace urbain de la capitale. Mais, si nous regardons plus attentivement nous distinguons qu’il s’agit d’une prise de pouvoir de la même élite dans plusieurs domaines. Autrement dit, l’élite bourgeoise qui s’empare de la planification de Bogotá au début du siècle à travers le contrôle des institutions gouvernementales diversifie son action au-delà de la politique, dans les années 1930 et 1940. Ainsi, pour contrôler la fabrique de l’espace urbain, il ne suffit plus d’être fonctionnaire du gouvernement, il faut aussi des architectes, des ingénieurs, des académiciens, des journalistes, enfin, des experts : des nouveaux garants de légitimité.

37La configuration sociopolitique et professionnelle de Bogotá par rapport à l’urbanisme a changé profondément entre 1900 et 1950. Alors qu’au début du siècle il y a un faible intérêt pour le contrôle de la production des espaces physiques, au milieu du siècle il existe un système institutionnel, politique et professionnel complexe où l’urbanisme joue un rôle très important. De nouveaux espaces de participation politique se sont ouverts pour de nouveaux acteurs.

Haut de page

Bibliographie

Arango, Silvia et Gonzales, Jaime, « Le Corbusier: Realidades y Representaciones », Vargas Caicedo, Hernando (ed). Le Corbusier en Colombia. Bogotá: Cementos Boyacá, 1987.

Arango Lopez, Diego. « La consolidación de un gobierno planificador. Historia administrativa de la planeación urbana en Bogotá, 1902-1950 », Polisemia. N. 11. Bogotá, Juin 2011.

Cuellar, Marcela et Mejía Germán, Atlas histórico de Bogotá, cartografía 1791-2007, 1è édition, Bogotá, Planeta, Alcaldía, Mayor de Bogotá, 2007.

Del Castillo Daza, Juan Carlos, Bogotá, el tránsito a la ciudad moderna, 1920-1950. Bogotá, Editora Guadalupe, Universidad Nacional de Colombia, 2003.

Echeverri Posada, Patricia et Rodríguez Baquero, Luis E. et Núñez Setina, Saydi, Fuentes documentales para la historia de la administración pública de Bogotá en el siglo XX, Bogotá: Secretaría General Alcaldía Mayor de Bogotá, Archivo de Bogotá, 2006.

Harvey, David, Spaces of Hope. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, 2000.

Hernandez, Carlos, Las ideas modernas del plan para Bogotá de 1950. El trabajo de Le Corbusier Wiener y Sert. Bogotá: Alcaldía Mayor de Bogotá, 2004.

Herrera, Marta, Ordenar para controlar. Ordenamiento espacial y control político en las llanuras del caribe y en los Andes centrales Neogranadinos. Siglo XVIII, Ière édition, Bogotá, Uniandes, 2007.

Hofer, Andreas, Karl Brunner y el urbanismo europeo en América Latina. Bogotá, El Áncora Editores, 2003.

Mejía, Germán, Los años del cambio. Historia urbana de Bogotá 1820-1910, 2è édition, Bogotá, Centro editorial javeriano, 2000.

Mondragon Lopez, Hugo, « El proyecto moderno en bogotá. Arquitectura en Colombia, 1946-1951 », Lectura crítica, PROA, Textos. Bogotá,Universidad Nacional de Colombia, CIDAR, 2005.

Palacios, Marco, Entre la legitimidad y la violencia. Colombia 1875-1994, 1è édition, Bogotá, Norma, 1995.

Romero, José Luis, Latinoamérica, las ciudades y las ideas. 1ère édition, Buenos Aires, Siglo XXI editores, 1976.

Suarez, Adriana María, La ciudad de los elegidos, crecimiento urbano, jerarquización social y poder político. Bogotá (1910-1950). 1 è edition, Bogotá, Editora Guadalupe Ltda, 2006.

Tsiomis, Yannis, « Le Corbusier au Brésil – 1936 », Le Corbusier. Conférences de Rio. 1è édition, Paris, Flammarion, 2006.

Haut de page

Notes

1 Population par recensement: 1898 : 78 000 ; 1907 : 86 328 ; 1912 : 116 951. Mejía, Germán, Los años del cambio. Historia urbana de Bogotá 1820-1910, 2ème édition, Bogotá, Centro editorial javeriano, 2000. Sources : 1898: Vergara y Velasco. Nueva geografía de Colombia escrita por regiones naturales. 1 Ed. Oficial Ilustrada, Bogotá, Imprenta de Vapor, 1901. 1907: “Censo por papeletas”. El Nuevo Tiempo, octubre 26, 28 y 30, 1907. 1912: Colombia. Censo de la República de Colombia levantado el 5 de Marzo de 1912. Bogotá, Imprenta Nacional, 1912. N’inclu pas Nazareth ni Pasquilla.

2 Source: Departamento de estadística e investigación social. Anuario municipal de estadística. Bogotá, Contraloría Municipal, 1950.

3 Selon le recensement du DANE (Departamento Administrativo Nacional de Estadística) en 2005 il y avait 6'778 691 habitants à Bogotá. Censo general 2005. Bogotá, 2005.
http://www.dane.gov.co/censo/files/libroCenso2005nacional.pdf, téléchargé le 8 avril 2011.

4 Harvey, David, Spaces of Hope. Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 2000.

5 Traduction propre, texte original: “As we collectively produce our cities, so we collectively produce ourselves. Projects concerning what we want our cities to be are, therefore, projects concerning human possibilities, who we want, or, perhaps even more pertinently, who we do not want to become. Every single one of us has something to think, say, and do about that.” Ibid, P.159.

6 Nous reprenons le concept de réception d’Isabelle Charpentier, la réception est une forme de consommation, une pratique interprétatrice du récepteur mais aussi et surtout de création de sens. Charpentier, Isabelle (dir). Comment sont reçues les œuvres, Saint Etienne, Creaphis, 2006.

7 Voir. Herrera, Marta, Ordenar para controlar. Ordenamiento espacial y control político en las llanuras del caribe y en los Andes centrales Neogranadinos. Siglo XVIII, Ière édition, Bogotá, Uniandes, 2007. ; Romero, José Luis, Latinoamérica, las ciudades y las ideas. 1ère édition, Buenos Aires, Siglo XXI editores, 1976.

8 Mejía, Germán, op. cit.

9 Romero, José Luis, op. cit. p.284.

10 Vergara, J. M., Las tres tazas. Bogotá, Instituto colombiano de cultura, 1971.

11 Mejia, Germán, op. cit. p. 481.

12 Parmi les reformes légales les plus importantes il faut remarquer l’acte législatif 3 de 1905 et sa conséquente loi 17 de la même année, la loi 44 de 1905, le décret 1038 de 1908, la loi 65 de 1909 et l’accord municipale 6 de 1909. Voir : Arango, Lopez, « La consolidación de un gobierno planificador. Historia administrativa de la planeación urbana en Bogotá, 1902-1950 » Polisemia. N. 11. Bogotá, Juin 2011.

13 Concejo de Bogotá. Libro de Acuerdos sancionados por el Concejo de Bogotá en los años de 1905 a 1911. Bogotá, Imprenta Nacional. 1912, Pp. 367-370. Cet accord commande à une nouvelle section de la Oficina Municipal de Obras Públicas, la création de tous les données nécessaires pour les travaux publics à travers la création des plans des rues, plans des infrastructures, plan des canalisations, etc.

14 Le projet a été présenté pour la première fois en 1919 à l’Assemblée du Département de Cundinamarca par l’ordonnance 53 de 1919 et 92 de 1920 et il n’a été approuvé au Conseil Municipal de Bogotá que six ans après par l’accord 74 de 1925.

15 Cuellar, Marcela, et Mejía, Germán, Atlas histórico de Bogotá, cartografía 1791-2007, 1è édition, Bogotá: Planeta, Alcaldía, Mayor de Bogotá, 2007.

16 Voir: Suarez, Adriana María, La ciudad de los elegidos, crecimiento urbano, jerarquización social y poder político. Bogotá (1910-1950). 1è edition, Bogotá, Editora Guadalupe Ltda. 2006.

17 Les principaux participants à la création de ce projet ont été ces ingénieurs : Responsable : Enrique Uribe Ramírez ; Zoilo E. Cuéllar, Silvano E. Uribe, Hernán Tejeiro, Carlos Almanzar V, Julio Méndez, Vicente Medina Z, Froilán Sánchez, Josué Medrano. Dessinateurs : Jorge A. Garzón, Rafael Ruiz F, Gustavo González, Luis Euclides Vargas. Voir: Cuellar, op cit. p. 76. Voir aussi. Revista técnica de obras públicas. N°8, Bogotá, 1923.

18 La liste de projets est annexée dans Hofer, Andreas, Karl Brunner y el urbanismo europeo en América Latina, Bogotá, El Áncora Editores, 2003. Il faut noter parmi d’autres, le Parc National, le Stade Municipal El Campín, la Media Torta, Le quartier Bosque Izquierdo et le campus de L’Université Nationale.

19 Il faut noter que la Sociedad Colombiana de Arquitectos a été crée en 1934, elle a fonctionné pendant un an et a été abandonné, mais elle a été reconstitué en 1939.

20 Brunner, Karl, La vista aérea y el urbanismo, Registro Municipal. Bogotá, Imprenta Municipal, N° 29, 1934, P.221; Karl Brunner, La financiación de La vivienda popular, Registro Municipal. Bogotá, Imprenta Municipal, N° 29, 1934, p.137.

21 Martinez, Carlos, « Las conferencias del Doctor Brunner », Registro Municipal, Bogotá, Imprenta Municipal, N° 29, 1934.

22 Brunner, Karl H, Manual de Urbanismo, Bogotá, Ediciones del Concejo Municipal de Bogotá, Tome 1: 1939, tome 2: 1940.

23 Amorocho, Luz, Garcia Enrique, Angulo José, Marnitez Carlos, « Bogotá puede ser una ciudad moderna », Proa, n 2, Bogotá, 1946. Et Amorocho, Luz, Garcia, Enrique, Angulo, José, Marnitez Carlos, « Bogotá puede ser una ciudad moderna », Proa, n 3, Bogotá, 1946. pp 14-26.

24 Andrade, Lleras, Gabriel, « El plan mazuera. Una colaboración distrital a la solución de dos problemas », Anales de Ingeniería, Bogotá, Vol 61, Août-Septembre 1937, pp. 5-6.

25 D’après Marco Palacios, la consolidation d’une élite ploutocratique plus hétérogène où participaient des industriels, des banquiers, des producteurs de café et des urbanistes a été favorisé par la chute du Gaitanismo en 1948. Palacios, Marco, Entre la legitimidad y la violencia. Colombia 1875-1994, 1è édition, Bogotá, Norma, 1995, p. 176.

26 Arango, Silvia et Gonzales, Jaime, « Le Corbusier: Realidades y Representaciones », Vargas, Caicedo, Hernando (ed). Le Corbusier en Colombia. Bogotá, Cementos Boyacá, 1987.

27 Le journal de diffusion nationale El Espectador le présente ainsi : « Le génial architecte et urbaniste a donné une extraordinaire conférence au Teatro Colón – deux exposés en un, après avoir été présenté au public par le ministre de l’éducation. » “Que en Bogotá se está demoliendo mal, insinuó anoche Le Corbusier.” El Espectador. 19 Juin 1947. FLC, X1-15.134.

28 Le Corbusier a été invité par le ministre de l’Education, Eduardo Zuleta Ángel, à donner deux conférences à Bogotá en Juin 1947. Zuleta Angel présidait en 1946, en tant que représentant colombien devant l’Organisation des Nations Unies la commission visant à étudier, approuver et attribuer la commande de l’immeuble de l’ONU à New York, où il fait ses premières rencontres avec Le Corbusier.

29 Depuis les années 20 Le Corbusier utilise la conférence comme stratégie d’action. Un de ses buts est toujours de consolider une doctrine par rapport à l’architecture et l’urbanisme. Voir : Tsiomis, Yannis. « Le Corbusier au Brésil – 1936 », Le Corbusier, Conférences de Rio, 1è édition, Paris : Flammarion, 2006.

30 Wiener, Paul Lester, Lettre à Le Corbusier, New York. Le 8 Novembre 1949. “Due to political strife in Colombia, the necessary insurance application has not yet arrived; all activities in Colombia are at standstill; civil war is expected momentarily. Just how the political situation in Colombia will affect work is impossible to predict. I have advised Ritter to remain completely quiet and not to participate directly or indirectly in politics but to stand on the completely neutral grounds of a technician, so as not to draw the City Plan into the political battle where it would only be used unscrupulously as political “football”.”

31 Le Plan Pilote constitue la première étape du rendu spécifié dans le contrat avec Le Corbusier, Wiener et Sert.

32 Comme : Arquitectura y Arte, Bogotá ; Pórtico, arquitectura, urbanismo arte, Bogotá.

33 Leur publication principale est les Anales de Ingeniería et ils participaient de manière très active dans la revue Ingeniería y Arquitectura de l’Université Nationale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende Dirección Municipal y Departamental de obras públicas. Bogotá Futuro Bogotá: Museo de Bogotá. 1923. S.919.307. 71 x 54.5 cm
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/65418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diego Arango Lopez, « Projet d’urbanisme : ordre social, ordre politique. Bogotá 1900-1951 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65418 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65418

Haut de page

Auteur

Diego Arango Lopez

Doctorant de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales dans la formation Territoires, Sociétés, Développement

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page