Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Camille Le Masne

De « l’intégration différenciée » à la « vulnérabilité » : l’Etat-providence costaricien chez les populations afro-descendantes de la province de Limón

[30/06/2017]

Résumés

Au lendemain du second conflit mondial, le Costa Rica opte pour un modèle singulier au sein du monde latino-américain, celui de l’Etat-providence. Cette configuration unique assure au petit pays un développement économique plus harmonieux, une vie politique moins tumultueuse, et des tensions socio-ethniques atténuées par rapport au reste de l’Amérique latine. Au cœur de ces mutations politiques sans véritablement en être les instigatrices, les populations afro-descendantes y bénéficient alors d’un système qui leur garantit l’égalité des droits civiques et sociaux sans remettre en cause leur position privilégiée dans la division du travail. Cette « intégration différenciée » s’inscrit dans un contexte culturel, économique et politique singulier, celui d’un territoire national profondément divisé avant-guerre, notamment par l’existence d’une enclave économique sur une grande partie du littoral caraïbe. Ces deux dernières décennies, les réformes néo-libérales ont toutefois progressivement mis à mal l’Etat-providence costaricien, illustrant bien la « vulnérabilité » qui touche toujours les populations noires en Amérique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’intégration des populations afro-descendantes de la province de Limón s’inscrit dans un processus national, celui de l’émergence d’un Etat-providence après-guerre, thème ayant ces dernières années suscité une littérature assez importante au Costa Rica. En revanche, peu d’études s’attachent à des reconfigurations opérées depuis une vingtaine d’années illustrant bien les limites de cette « intégration différenciée » des « Noirs ». Elles mettent en exergue une situation plus générale dans l’isthme centraméricain et au sein du continent, celle de la « vulnérabilité » de populations variées, au-delà de critères de définition sociaux ou politiques qui tendent à effacer un paradigme ethnique toujours prégnant. La présentation de ces résultats s’intègre aux problématiques soulevées lors des journées d’études « De la question sociale à la question politique en Amérique latine » à l’EHESS (23 et 24 mai 2011), en s’efforçant d’associer des questions ethniques, mais aussi spatiales (la réinstallation dans le port de Limón), à d’autres interrogations plus sociales ou politiques, chez des groupes sociaux afro-descendants qui ne s’érigent pas sciemment contre les systèmes politiques latino-américains, même s’ils en restent généralement en marge. En dépit de spécificité notables, le cas de figure de l’Estado de bienestar costaricien met finalement en lumière la permanence de la question noire et sa profonde intégration aux problématiques sociales et politiques de l’Amérique latine.

L’Etat-providence costaricien dans la province de Limón

2Le versant caraïbe du Costa Rica s’est construit en marge du pays durant toute la période coloniale, situation que peine à modifier l’émergence d’un Etat indépendant mais déficitaire en capital et en main d’œuvre. En 1884, la concession obtenue par Minor C. Keith (320 000 hectares pour 99 ans, soit un treizième du territoire national) contre la construction d’un chemin de fer transisthmique ne modifie pas le caractère périphérique de la province, statut qu’elle obtient seulement en 1892, soit deux ans après l’achèvement de la voie ferrée entre San José (la capitale) et Puerto Limón (le port caraïbe). La croissance démographique de la province est alors surtout liée à l’afflux de populations noires en provenance de la Caraïbe : les ingénieurs nord-américains font appel à ces travailleurs jugés plus valeureux et susceptibles de comprendre l'anglais. L’United Fruit Company, toute puissante entreprise états-unienne qui règne sans partage sur cet espace emblématique de l’économie d’enclave, favorise les Noirs en les payant davantage et en leur confiant des postes à responsabilité. Leur qualité de sujet britannique et leur éducation les placent aussi dans une situation de supériorité culturelle vis-à-vis des hispaniques. Dans les années 1930, en raison des maladies qui touchent la banane, la compagnie transfère les plantations sur le littoral pacifique. Confrontées à ce qu’elles considèrent comme un grave péril économique et socioculturel, les autorités du petit Etat centraméricain interdisent aux populations noires de migrer vers l’intérieur du pays. Nombre d’entre elles quittent les plantations pour s’établir dans la ville de Puerto Limón, d’autres retournent en Jamaïque, quand certaines parviennent à gagner les Etats-Unis.

3Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la vie politique costaricienne s’inscrit toujours dans un contexte latino-américain conventionnel, celui de l’affrontement continu des oligarchies pour le contrôle de l’appareil d’Etat. Passée inaperçue en 1948, la victoire du caudillo José Figueres inaugure pourtant une nouvelle ère, souvent qualifiée de sociale-démocrate : la suppression de l’armée stabilise la démocratie bipartite, la législation sociale ne remet pas en cause l’adhésion au système capitaliste, tandis que la proclamation de la neutralité s’effectue sous le parrainage des Etats-Unis. L’intégration des populations noires de la province caraïbe de Limón constitue alors l’une des priorités du nouveau régime. En effet, le départ de la compagnie bananière a détruit le système économique en place et accru les tensions sociales et ethniques. Le pouvoir costaricien réinvestit alors dans l’agro exportation tout en faisant preuve de pragmatisme ; plutôt que de modifier l’organisation de la production, il assume volontairement l’héritage de la compagnie. La position privilégiée des Noirs est maintenue : les hommes dans les transports (chemin de fer et nouvelle autorité portuaire), les femmes dans les services sanitaires et sociaux (enseignement, hôpital…). Les populations blanches et métisses du cœur du Costa Rica se désintéressent de ces emplois publics, sans pour autant connaître un statut inférieur par rapport aux populations noires, puisque ce sont essentiellement des migrants nicaraguayens qui servent de main d’œuvre dans la bananeraie…

  • 1 Financé par une partie des impôts sur les cigarettes, l'alcool et les boissons gazeuses, l’IDA (Ins (...)

4Dans les secteurs de l'énergie et des télécommunications, les monopoles étatiques se mettent en place dans les années 1960 : RECOPE pour le pétrole, ICE pour l'électricité... Les ports de Puntarenas et de Limón sont nationalisés, occasionnant dans le cas du dernier la naissance d'une institution, la Junta de Administracion Portuaria y de Desarrollo Economico de la Vertiente Atlantica (JAPDEVA), qui a aussi pour mission l'aménagement du littoral atlantique. Pendant près de cinquante ans, le Costa Rica va faire figure d'exception en Amérique centrale, tant par le maintien d'organismes publics puissants – et ce malgré les ajustements structurels des années 1980 – que par une législation sociale progressiste : assurance maladie, chômage, éducation pour tous... Traditionnellement excluyente, l’Etat se fait aménageur et intervient dans la sphère économique après la Seconde Guerre mondiale. Les organismes publics sont chargés de racheter les terres de l’United Fruit dans l’Atlantique, laquelle cède ses anciennes parcelles, parfois au profit de la Standard Fruit, dans un contexte politique plus apaisé que dans le reste de l’isthme, mais où l’évocation d’une réforme agraire reste néanmoins impossible.1 Dans le domaine agricole, on observe une diversification des structures de production, avec des petites tenures (autoconsommation, grains destinés aux marchés locaux, cultures d’exportation principalement fruitières, ranching…), des moyennes exploitations (filiales des compagnies américaines ou bénéficiant du financement des banques nationales), et le maintien des grandes compagnies étrangères qui conservent le monopole de la commercialisation des denrées exotiques. Depuis 1967, les gros producteurs sont regroupés dans la Cámara Nacional de Bananeros (CANABA), qui réunit actuellement Chiquita (ex United Fruit), Dole (ex Standard Fruit), Fyffes, Del Monte, Banacol (Colombie) et deux producteurs nationaux. L’activité bananière est aussi promue par la Corporación Bananera Nacional (CORBANA), établissement créé en 1971 qui intègre Etat, banques nationales, producteurs nationaux et étrangers.

  • 2 Le MCCA est un bloc d’intégration régionale créé en 1960 par le Guatemala, le Salvador, le Honduras (...)

5Le contexte de forte croissance économique régionale de l’après-guerre joue un rôle essentiel dans cette reformulation des attributs étatiques, le Costa Rica adhérant à partir de 1962 au Mercado Común Centoamericano (MCCA).2 Dans la province de Limón, ce sont principalement les exportations agricoles qui dopent l’activité économique. Celle-ci est accompagnée d’une très forte croissance démographique, laquelle concerne moins les populations afro-descendantes que celles, hispaniques, du cœur du Costa Rica ou en provenance du Nicaragua. Ces mobilités humaines bouleversent les équilibres ethniques de la première moitié du siècle, puisque la proportion de Noirs passe de 55% en 1927 à 21% en 2000 (tableau 1). C’est donc dans un contexte de forte croissance des investissements étatiques et d’expansion démographique des populations « nationales » que s’est mise en place l’intégration différenciée des populations « allogènes », plus particulièrement noires.

Tableau 1
Les évolutions démographiques contemporaines de la province de Limón (Costa Rica)

Tableau 1Les évolutions démographiques contemporaines de la province de Limón (Costa Rica)

L’ « intégration différenciée » des Noirs aux logiques nationales

6En sus du volontarisme de l'Etat dans la mise en valeur de la plaine caraïbe (nationalisation des chemins de fer, construction d'une raffinerie et décentralisation d'institutions gouvernementales…), avec la reconnaissance de leurs droits politiques et les naturalisations qui se multiplient dans les années 1960, les travailleurs noirs bénéficient à nouveau d'institutions protectrices, d'autant que leur formation plus aboutie leur garantit un travail et des salaires toujours attractifs. L'Etat social a dans une certaine mesure remplacé la compagnie en octroyant aux afro-descendants des emplois privilégiés, notamment dans toute l’activité récemment nationalisée : raffinerie, compagnie nationale d’électricité, Ministère de la sécurité sociale (tableau 2).

Tableau 2
Structure de l’emploi dans la province de Limón en 1990

Tableau 2Structure de l’emploi dans la province de Limón en 1990

7Exemple unique en Amérique latine, l’existence d’un Etat-providence costaricien bénéficiant à des populations noires tire son origine d’une configuration socio-ethnique elle aussi singulière. De nombreuses études ont insisté sur la spécificité du peuplement du pays, tardif et majoritairement blanc, comme sur l’existence d’une moyenne paysannerie dans la caféiculture, phénomènes qui ont facilité la mise en place d’institutions démocratiques. A Limón, où la majeure partie de la population est noire, le blanqueamiento de mise dans le reste du Costa Rica paraît anachronique. Le caractère résiduel des populations indigènes et l’existence d’un réservoir de main d’œuvre nicaraguayenne favorisent l’idéologie policlasista. Celle-ci parvient à dépasser les antagonismes ethniques en s’appliquant indifféremment aux Noirs et aux Blancs, trouvant dans l’Etat-providence un aboutissement. L’idéologie policlasista, par la mise en avant des classes sociales au détriment des distinctions ethniques, est une proposition à laquelle adhèrent les Noirs, qui y voient l’assurance d’un maintien de leur statut socio-économique, sans que soit évoqué l’abandon de leurs spécificités culturelles.

  • 3 Lavou-Zoungbo Victorien., « Puerto Limón : imaginaire social et représentation littéraire », in Gui (...)

8Il faut néanmoins observer que le phénomène concerne exclusivement les populations noires de la province de Limón, occultant des populations indigènes elles aussi nombreuses dans la zone. Plusieurs éléments expliquent ce distinguo entre Noirs et Indigènes : d’abord le passif colonial des populations indigènes, qui craignent davantage la domination hispanique, en second lieu la farouche opposition idéologique de groupes indigènes souvent attachés à leur économie de subsistance vis-à-vis des structures de production modernes, en dernier lieu un rapport de force très disproportionné, symbolisé par la répartition spatiale de ces populations, les unes dans les montagnes, les autres dans l’unique port du littoral… Rendue possible par la phase de forte croissance économique du pays dans l’immédiat après-guerre, cette « intégration différenciée » à un Etat-providence acquis à l’économie de marché reste toutefois précaire. Comme l’indique Victorien Lavou-Zoungbo en se référant à l’image de Puerto Limón, les Afro-descendants restent une minorité peu active dans la construction nationale : « L’absence du port ou son élision dans les deux romans de Joaquin Gutierrez [Cocori (1947), Puerto Limón (1950)] est en soi un discours qui marque une double négation : celle des Noirs comme population nationale et celle de la culture de la banane comme trace visible de la dépendance économique du Costa Rica. »3.

9Cathy McIlwaine souligne qu’à la fin du XXème siècle, la province est toujours dénigrée, en tant que province de « los negros », et que le niveau de vie est relativement faible par rapport aux autres provinces, alors que les salaires moyens sont les seconds plus élevés derrière celle de San José. Malgré des inégalités qui restent importantes, les frontières internes au pays se sont progressivement effacées, point de vue partagé par de nombreux observateurs nationaux, pour qui la province a été définitivement réintégrée à l'espace national. La ville de Limón présente toutefois toujours des dynamiques spécifiques par rapport au reste de la province : son canton est celui qui connaît l’accroissement le plus faible entre 1984 et 2000. Bien qu’étant la principale ville de la province et l'unique port d'un arrière-pays agricole en plein essor, la ville stagne et le canton connaît une forte émigration, contrairement à Puntarenas ou Caldera, ports du Pacifique pourtant eux aussi situé dans une région défavorisée. A Puerto Limón, c’est le territoire noir, caraïbe ou ultramarin qui est en crise. Malgré le très fort taux de chômage chez les Noirs, et grâce à un niveau d’éducation supérieur, ces derniers sont toujours les plus présents dans le secteur public, donc les plus vulnérables, mais aussi dans les professions libérales supérieures : avocat, médecin… En revanche, les Noirs sont totalement absents des activités commerciales. Dans les années 1990, les Afro-descendants sont les premiers touchés par la privatisation des services publics du petit Etat : chemin de fer, transport et port pour les hommes, enseignement et santé pour les femmes... L’existence de niches économiques atteste bien, ici comme ailleurs en Amérique, d’une « vulnérabilité » accrue par les mutations politiques contemporaines.

Les manifestations spatiales de la « vulnérabilité » socio-économique

10Au cours des années 1990 et 2000, la libéralisation de l'économie costaricienne, prônée par le FMI et relayée par les différents gouvernements, s'effectue selon les modalités habituelles : réduction de la dette publique et ouverture à la concurrence des secteurs protégés. L'Etat-providence s'efface progressivement, notamment du point de vue de la législation sociale. Quant aux services publics, ils cèdent aussi aux exigences libérales des divers traités de libre-échange : privatisation du secteur bancaire pour les particuliers en 1993, de la téléphonie mobile en 2008, concession du nouveau port de Caldera à proximité de celui de Puntarenas en 2006… En revanche, malgré les pressions, l'autorité du port de Limón, JAPDEVA, organisme emblématique d’un Etat-providence sans discriminations ethniques, continuait, début 2010, à défendre l'exception costaricienne sans négliger celle de la province caraïbe. Le très puissant Sindicato de Trabajadores Portuarios y Ferrocarrileros de Limón (STPFL) s’y était employé à maintenir des hauts salaires jusqu’aux privatisations de 1995. A travers celle, programmée, de JAPDEVA, surnommée « Blackdeva » en raison de la très forte proportion de Noirs en son sein, c'est leur ultime niche socio-économique qui est menacée.

11Au sein de la province, Puerto Limón présente toujours des spécificités liées à sa population afro-descendante ainsi qu’à son statut de port, véritable point nodal de l’interface agro-exportatrice vers le reste du monde. Ces deux espaces caraïbes, géographiques et sociaux, sont de plus en plus intégrés à l’interface ladina qui s’est développée sur les basses terres du nord, au-delà de la seule province de Limón. L'activité portuaire constitue la raison d'être de la ville de Puerto Limón, ce dont témoignent encore les infrastructures héritées : barrio americano de l'United Fruit et voies ferrées dans le centre-ville... En 2009, la réception de la régate Jacques Vabre, reliant Le Havre à Puerto Limón, témoigne des ambitions d'une ville qui peine pourtant à se départir de sa mauvaise réputation. L’un des quais de Puerto Limón accueille aussi de nombreux excursionnistes, qui passent quelques minutes dans la vieille ville caraïbe avant de rembarquer sur leurs gigantesques yachts. L'impact de ce type de tourisme est bien sûr très limité, bien qu’il ait constitué dans les années 1980 une autre niche pour les Noirs, nombreux à s’engager sur ces bateaux de croisière. JAPDEVA a aussi l'ambition de créer un port de plaisance, non loin de celui réservé aux croisières, car il n'existe aucun port de ce type sur la façade caraïbe du Costa Rica. Ces efforts d'ouverture sur l'extérieur, au-delà d’une soif de prestige, s’expliquent par le fort tropisme de l’Outre-mer sur la ville. Si Puerto Limón fait encore figure de ville caraïbe abritant une importante population noire, celle-ci est en revanche désormais cantonnée à cette enclave urbaine que tout relie à une logique d’avant-pays : particularismes culturels de la diaspora antillaise, dépendance économique vis-à-vis d’activités spécifiques, forte émigration vers les Etats-Unis, liens avec les narcotrafiquants… Alors que la composante sociale limonense peine à se maintenir, puisque les Noirs ne sont plus majoritaires dans la ville, la privatisation du port constituerait un autre processus d’exclusion pour les Afro-descendants.

12Le port constitue toujours un élément central du dispositif économique costaricien, puisque l'augmentation de la production agricole de l'arrière-pays entraîne une hausse de l'activité portuaire. Derrière Colón (Panamá), Puerto Limón, est le second port de conteneurs de la façade caraïbe centraméricaine, et de très loin le principal au Costa Rica. Depuis les années 1980, il existe deux zones portuaires différentes pour le transit de conteneurs, les deux étant gérés par JAPDEVA : le vieux site est au cœur de la ville, le nouveau quelques kilomètres au nord-ouest, à Puerto Moín. Ce dernier site traite 70% des marchandises, la plupart dans des conteneurs, dont un est manipulé toutes les deux minutes. Les énormes cargos appartiennent principalement aux compagnies bananières, Chiquita ou DelMonte, qui assurent aussi l'approvisionnement du Costa Rica en intrants chimiques, en céréales, en biens d'équipement... La proportion de Noirs est très importante parmi les travailleurs des ports, ce que ces derniers justifient par leur capacité à parler anglais avec les commandants des navires. A Puerto Moín, les grues qui servent à manipuler les conteneurs sont situées sur les bateaux, et non à quai : difficile de mieux illustrer l’extraterritorialité.

  • 4 Début 2010, des changements dans la direction du principal syndicat ont semble-t-il modifié la donn (...)

13Le gouvernement cherche actuellement à agrandir le port de Moín et à privatiser JAPDEVA, organisme portuaire qui dispose aussi de nombreuses terres dans tout l'Atlantique. Fin 2009, les conflits sociaux étaient encore nombreux pour s'opposer au plan de privatisation, réalisé à Puntarenas, sur le littoral pacifique. Le projet de nouvelle concession portuaire, assortie d’un bail de 33 ans, permettrait d'accueillir des porte-conteneurs de type post-Panamex, en face du port de Moín, bien qu'aucune étude environnementale n'ait été effectuée. L'investissement d’environ 600 millions de dollars devrait être mixte, une moitié provenant de l'Etat, l’autre d’un conglomérat britannique, états-unien et canadien. Le projet générerait 7 000 emplois. Les travailleurs du port restent néanmoins en position de force, car les pertes sont énormes en cas de paralysie de l'activité.4

14Les deux sites portuaires génèrent de nombreuses activités connexes, notamment dans l'énergie et les transports. A ce propos, l'abandon du chemin de fer est très critiqué par les travailleurs de JAPDEVA, puisque la route parvient difficilement à drainer toutes ces marchandises ; l'axe est sérieusement embouteillé, et il n'existe pas de projet d'élargissement des deux voies de circulation. A proximité de Puerto Limón, les entrepôts de conteneurs et de camions s'étendent sur des kilomètres. Les activités de location, de gardiennage ou de transport prospèrent dans une certaine opacité, en relation avec les narcotrafiquants ou les multinationales agricoles, qui assurent le maintien des réseaux globaux.

15Le transfert progressif des activités des services de l'Etat aux mains d'entrepreneurs privés a modifié l'économie et l’organisation spatiale de Puerto Limón. Si l'extraterritorialité est accentuée par le contexte néolibéral, la population noire est désormais marginalisée et n'a aucune place particulière dans ce processus. JAPDEVA illustrait bien cette « intégration différenciée » des populations noires, à savoir le relais de l’Etat-providence pour assurer une transition progressive de l’enclave vers l’interface nationale. La tendance actuelle est à une juxtaposition de deux territoires ultramarins : le premier, social, de la vieille ville noire de Puerto Limón, qui est aussi celui des entreprises publiques, est résiduel et marginalisé. Il se distingue spatialement de plus en plus nettement de l'autre, essentiellement économique : les ports, de croisière, de plaisance, ou concédés à des investisseurs étrangers, symptomatiques de mutations socio-économiques et spatiales peu soucieuses des Afro-descendants.

Conclusion

16Dans la mesure où l'Etat costaricien récupère après-guerre une grande partie du système d'encadrement socio-politique (entreprises publiques, éducation, santé, médias...), il lui est désormais beaucoup plus facile d'imposer des conceptions sociales et nationales qui tranchent avec l'extraterritorialité de mise avec l'enclave. L’intégration des populations noires à l’Etat-providence costaricien s’établit aussi grâce au basculement des équilibres démographiques générés par la périclitation des concessions bananières. L’idéologie policlasista permet alors d'estomper des antagonismes sociaux et ethniques assez importants entre trois populations appartenant à des aires culturelles différentes (hispaniques, afro-caribéennes, indigènes). Néanmoins, ce processus ne va pas sans susciter des réactions d'hostilité envers une intégration dont les modalités oscillent entre la carotte et le bâton, car si le statut socio-économique relativement élevé des Noirs est maintenu, l’assimilation des Indigènes s'effectue sans contrepartie. L’Etat-providence costaricien doit ainsi être remis dans un contexte particulier, celui d’une province périphérique un temps vouée à la « jamaïcanisation ». Les Noirs ont tout à gagner à se tourner vers un Etat leur garantissant leurs spécificités, d’autant plus que contrairement à de nombreux groupes indigènes, les anciens travailleurs de la bananeraie adhèrent généralement à l’idéologie libérale.

  • 5 McIlwaine, Cathy, « Vulnerable or poor ? A Study of Ethnic and Gender Disavantadge Among Afro-Carib (...)

17Depuis un siècle, la population noire a réussi à maintenir des particularités culturelles et socio-économiques, et ce malgré le basculement du rapport de force démographique et la discrète hostilité d'une idéologie nationale rétive à l'existence de distinctions ethniques. Les Noirs ayant fait le choix de l’intégration socio-économique, ils ont finalement été protégés par l’Etat-providence. Mais comme le rappelle McIlwaine, « la situation des Afro-caribéens au Costa Rica en termes de statut économique est probablement davantage l’exception que la règle chez les Noirs en Amérique latine. »5 Pourtant, dans ce cas aussi, le récent désengagement de l’Etat fragilise les niches socio-économiques qui avaient permis le maintien de cette territorialité caraïbe spécifique à Puerto Limón. A ce titre, comment ne pas considérer l’Etat-providence costaricien comme un épiphénomène pour les Afro-descendants ? En effet, le destin des populations noires dans le reste de l’isthme illustre bien une « vulnérabilité » qui tient aussi à des équilibres régionaux fragiles.

18L’Etat costaricien a modestement maintenu les héritages ethniques de l’impérialisme états-unien, davantage qu’instauré une discrimination positive. Les tensions ethniques nées des fortes migrations de populations en provenance de la Caraïbe doivent aussi prendre en compte ces aspects géopolitiques ou « civilisationnels », qu’illustre bien la convergence d’intérêts qui peut exister en Amérique centrale entre Noirs et Blancs, ces derniers utilisant les seconds pour déstabiliser des nations fragiles. Dans le récent contexte de globalisation, il semble que les Noirs aient perdu ce rôle auprès des acteurs dominants de la « Méditerranée américaine ». L’intérêt calculé porté aux populations noires pâtit du reflux économique de Washington, dans une Caraïbe moins marquée du sceau d’une géopolitique précisément inaugurée au début du XXème siècle avec la doctrine Truman. Les populations afro-descendantes, majoritairement protestantes et anglophones, sont dorénavant confrontées à de nouveaux acteurs d’horizons très variés, finalement peu sensibles à ces spécificités culturelles : ONGs, touristes occidentaux, entrepreneurs asiatiques dans les maquiladoras ou les infrastructures portuaires, mafias latino-américaines dans le narcotrafic.

Haut de page

Bibliographie

Lavou-Zoungbo, Victorien, « Puerto Limón : imaginaire social et représentation littéraire », in Guicharnaud-Tonnis Michèle. (ed.), Les ports dans l’espace caraïbe, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 159-168 ; p.167.

McIlwaine, Cathy, « Vulnerable or poor ? A Study of Ethnic and Gender Disavantadge Among Afro-Caribbeans in Limón, Costa Rica », The European Journal of Development Research, 1997, n°9, pp. 35-61 ; p.57

Haut de page

Notes

1 Financé par une partie des impôts sur les cigarettes, l'alcool et les boissons gazeuses, l’IDA (Instituto de Desarrollo Agrario) remplace l'ITCO (Instituto de Tierras y Colonizacion) à partir de 1961. L'organisme se charge de racheter la terre pour l'attribuer à des paysans n'en disposant pas. S'il suit les prescriptions de l'organisme, notamment sur l'orientation de la production, le paysan, quelle que soit sa nationalité, obtient la titularisation au bout de 15 ans. Différents organismes nationaux sont affectés au développement ou à la colonisation agraire, comme le FODESAF (Fondo de Desarrollo de Asignaciones Familiares y Sociales), célèbre pour des affaires de corruption. Lors d’un entretien avec le directeur de l'IDA de Pococi (Cariari), Raul Rojas Cubero, ce dernier insistait sur le terme « redistribution », pour l’opposer à celui de « réforme », qu'il réservait à Chávez, lequel « volait la terre aux gens ».

2 Le MCCA est un bloc d’intégration régionale créé en 1960 par le Guatemala, le Salvador, le Honduras et le Nicaragua. L’industrialisation par substitution des importations, d’inspiration « cépalienne », échoue néanmoins du fait de l’étroitesse du marché et du manque de capital des entreprises centraméricaines. En 1991, son remplacement par le Système d’Intégration Centraméricain (SICA), auquel adhèrent successivement le Panamá, Belize, et la République dominicaine, pointe l’échec d’un marché commun fragilisé par les traités de libre-échange. Ces derniers, généralement bilatéraux, se sont multipliés dans les années 2000, principalement avec les Etats-Unis ou les pays asiatiques émergents.

3 Lavou-Zoungbo Victorien., « Puerto Limón : imaginaire social et représentation littéraire », in Guicharnaud-Tonnis Michèle. (ed.), Les ports dans l’espace caraïbe, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 159-168 ; p.167.

4 Début 2010, des changements dans la direction du principal syndicat ont semble-t-il modifié la donne : les nouveaux représentants semblaient prêts à négocier, ce qui contrastait avec les impressions laissées lors de notre passage quelques jours plus tôt.

5 McIlwaine, Cathy, « Vulnerable or poor ? A Study of Ethnic and Gender Disavantadge Among Afro-Caribbeans in Limón, Costa Rica », The European Journal of Development Research, 1997, n°9, pp. 35-61 ; p.57

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1Les évolutions démographiques contemporaines de la province de Limón (Costa Rica)
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/65435/img-1.png
Fichier image/png, 337k
Titre Tableau 2Structure de l’emploi dans la province de Limón en 1990
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/65435/img-2.png
Fichier image/png, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Le Masne, « De « l’intégration différenciée » à la « vulnérabilité » : l’Etat-providence costaricien chez les populations afro-descendantes de la province de Limón », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65435 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65435

Haut de page

Auteur

Camille Le Masne

Docteur en Géographie, Chercheur associé au SEDET – Université Paris 7

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page